Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vignobles et vins en Aquitaine

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Sandrine Lavaud

Deuxième Partie. Éclairages

Introduction

Texte intégral

1Les études de cas et réflexions de synthèse proposées dans cette seconde partie déclinent chacune à leur manière la construction géo-historique des vignobles de l’Aquitaine, telle que la première partie, dans une approche plus globale et systémique, l’a mise en exergue. Elles la nourrissent en offrant une vision démultipliée, à la fois pluridisciplinaire – et donc quelque peu éclatée, en l’attente d’une lecture plus interdisciplinaire, construite sur la redéfinition de concepts et de démarches communes –, régionale – la plupart des grands vignobles de l’Aquitaine y sont représentés –, diachronique mais néanmoins fortement attentive au présent, dans un contexte de crise et de mondialisation amenant à une redéfinition de l’identité territoriale. À cette quête identitaire, ces études souhaitent apporter contribution en donnant des outils de réflexion et de prospective pour l’avenir.

2De l’ensemble de ces focales sur les vignobles aquitains, deux grandes thématiques émergent et interrogent leurs identités et leurs images :

  • Facteurs et marqueurs de la construction des territoires viticoles constituent un premier axe d’étude décliné principalement par cinq à six chapitres, d’une tonalité plus historique, mais également latent dans les autres contributions, qu’elles portent sur l’articulation société/terroir, sur le système normatif et juridique, sur la marque identitaire qu’est le tonneau, la toponymie ou l’appellation ; les territoires viticoles y apparaissent comme une construction sociale complexe, établie dans le temps long, et se montrent générateurs d’une identité forte et porteuse, mais suffisamment malléable pour s’adapter aux aléas et mutations du marché. Néanmoins, l’emportent des logiques territoriales « de clocher », qui ont perturbé voire empêché la création d’une identité régionale.
  • Représentations et défense de l’image forment un second champ davantage pluridisciplinaire, qui interroge l’image des vins sous l’angle tant des représentations et des perceptions que des processus de promotion et de défense de cette image par le biais de la distinction et du discernement. La « rente territoriale » des vignobles aquitains a en effet été bousculée sous la pression du marché et du phénomène de mondialisation, d’où la nécessité de création ou de réactualisation d’une image identitaire, apte à distinguer le produit et à le défendre face à la concurrence. Une dizaine de contributions décline ce thème ; certaines abordent la perception, la mise en représentation et l’instrumentalisation de l’image ; d’autres étudient ses modifications par procès de discernement et par recomposition – ainsi des trois cas d’étude : Jurançon, Madiran, Sainte-Foy –, ou encore les effets déformants du système AOC. Mise en œuvre à l’échelle de chaque territoire, cette promotion de l’image n’a que très partiellement recours à une identité régionale. Reste la qualité comme facteur de distinction décisif et inéluctable : les grands crus n’ont pas besoin de redorer leur image ; ils sont le premier des référents pour l’image des vins d’Aquitaine et tirent vers le haut l’ensemble des vignobles régionaux.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540