Version classiqueVersion mobile

Vignobles et vins en Aquitaine

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Sandrine Lavaud

Première Partie. Les vignobles et les vins d'Aquitaine du Moyen Âge aux AOC

Conclusion de la 1ère partie

Les terroirs aquitains aujourd’hui

Jean-Claude Hinnewinkel

Texte intégral

1Ils sont portés par l’œnotourisme. Le tourisme vitivinicole n’est pas une nouveauté mais avec sa Route des vins inaugurée en 1953, l’Alsace fait figure de pionnière alors qu’ailleurs l’exemple ne fut repris que récemment. Les Routes du vin sont des produits touristiques proposés depuis de nombreuses années par les syndicats d’initiatives et autres offices de tourisme. Mais si les petits vignobles, ceux qui par leur superficie ou leur renommée furent souvent prompts à accueillir les visiteurs en acceptant les contraintes inhérentes, les grands vignobles, ceux dont la renommée liée à leur envergure leur assurait des débouchés sans problème, répondaient prudemment sinon parcimonieusement aux sollicitations des organisateurs de découverte des vignobles.

Lessor récent des Routes duvin

2L’exemple des vignobles du « Nouveau Monde viticole », où les wineries californiennes comme les bodegas chiliennes sont dès l’origine conçues comme des lieux d’accueil avec salles de réception, de dégustation, de restauration et bien sûr de vente, fut un premier facteur de changement. Alors que dans ces pays nouveaux producteurs la découverte des vignobles est systématiquement proposée aux touristes, il a fallu attendre les premières années du siècle pour voir le tourisme vitivinicole français prendre de l’ampleur. Certes, les « grands » des vignobles français avaient depuis longtemps appliqué des méthodes similaires et l’exemple de Mouton-Rothschild à Pauillac est là pour le rappeler. Mais la plupart des châteaux bordelais de renom restaient inaccessibles pour le visiteur ordinaire. La crise qui toucha même les grands vignobles européens au lendemain des années 2000 fut, semble-t-il, l’étincelle qui déclencha l’explosion (pacifique) de l’œnotourisme. Depuis, les agences de tourisme en relation avec les professionnels du vin rivalisent d’ingéniosité pour structurer une offre éclatée, complexe et manquant de lisibilité pour attirer les visiteurs potentiels. Dans chaque vignoble, des acteurs d’origines et de cultures différentes se regroupent pour construire une véritable vitrine du ou des terroirs qui le composent.

  • 1 Les membres fondateurs : la Confédération Nationale des producteurs de vins et eaux-de-vie de vins (...)

3Le 26 juin 2003, lors du salon Vinexpo, la CNAOC, l’INAO et le syndicat général de l’AOC Corbières ont porté sur les fonds baptismaux et en présence d’une cinquantaine de représentants des syndicats d’appellations ou interprofessions viticoles, d’organisations institutionnelles et touristiques, la Fédération Nationale du Tourisme de Terroir (FNTT)1 : « Cette fédération a pour vocation de protéger et de promouvoir, au plan national, le concept de terroir touristique d’appellation d’origine dont la culture du vin est l’une des plus brillantes expressions ».

Une démarche novatrice

  • 2 Marque déposée à l’INPI par la FNTT.

4Le « tourisme de terroir »2 marie le tourisme et les éléments identitaires d’Appellation d’Origine Contrôlée d’un territoire : les paysages culturels, les savoir-faire locaux, les outils, les techniques, l’histoire, les hommes et les produits. Ce sont tous les grands patrimoines définissant une identité propre et tout ce qui fait l’architecture rurale. Le tourisme de terroir est devenu synergie de l’agrotourisme, du tourisme rural, du tourisme vert et du tourisme vitivinicole qui en font sa spécificité et son originalité.

  • 3 Voir http://www.tourisme-gironde.fr/decouvrir_visite_vignoble_5.asp.

5L’engouement est tel que la plus grande partie des appellations, des plus prestigieuses au plus modestes, se sont engagées dans cette voie. Ainsi, en Bordelais, la marque Vignobles et Chais en Bordelais3 est déposée du Comité Départemental du Tourisme de la Gironde, régie par une charte élaborée en partenariat avec le conseil général de la Gironde, le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux, la Fédération du Négoce, la Fédération des Grands Vins et la chambre d’agriculture. Elle a été conçue pour guider les visiteurs dans la découverte de la diversité et de la richesse du patrimoine viticole de Gironde.

  • 4 Dubrulle P., L’œnotourisme : une valorisation des produits et du patrimoine vitivinicoles, Rapport (...)

Document 1 – L’« œnotourisme »4 au cœur d’un système d’interrelations entre infrastructure et superstructure.

Document 1 – L’« œnotourisme »4 au cœur d’un système d’interrelations entre infrastructure et superstructure.
  • 5 Voir www.vitisphere.com, le 16 juillet 2008.

6En Bordelais encore, dont l’image est longtemps restée celle d’une région peu accueillante, où les portes des châteaux demeuraient fermées aux anonymes, la présidente nouvellement élue de l’Union des Grands Crus de Bordeaux a fait du développement de l’œnotourisme un axe prioritaire de son action, comme cela est déjà le cas à la mairie de Bordeaux où elle est également conseillère municipale : « Il est absolument essentiel d’emmener les consommateurs dans notre monde, de leur montrer comment le vin s’intègre chez nous dans un art de vivre, afin de les fidéliser5. »

  • 6 À titre d’exemple, celui des Premières Côtes de Bordeaux.

7En Bordelais toujours, tous les sites des syndicats d’appellation d’origine proposent des itinéraires de découverte de leur terroir6, comme leurs homologues des autres régions viticoles.

  • 7 Voir www.tursan.fr.

8Autre exemple de vignoble de reconnaissance locale, celui de Tursan, surtout identifié par les Landais et dont les acteurs souhaitent promouvoir le terroir grâce au tourisme, ainsi qu’en témoigne le dépliant proposé sur le site de l’appellation. On y retrouve tous les ingrédients abordés ci-dessus, soit un système associant acteurs du tourisme, producteurs, patrimoine et milieu naturel7. Le tourisme de terroir vitivinicole est bien un tourisme de territoire, au sens plein du concept qui s’appuie de plus en plus sur la constitution de réseaux.

Le terroir de l’œnotourisme, un projet de développement durable

9Référence incontournable pour l’étude des vignobles, quelle représentation se cache de nos jours derrière l’évocation du terroir proposée par le tourisme vitivinicole ? Quel bilan peut-on dresser de ce voyage au sein des organisations de promotion des terroirs du vin ? Toutes sont le résultat de la mise en réseau d’une multiplicité d’acteurs, tant publics que privés, issus de la filière du vin comme du tourisme mais aussi du monde des acteurs territoriaux.

Le terroir, « un millefeuille institutionnel et territorial »

  • 8 Dubrulle P., op. cit.

10Nous reprenons ici la formule du rapport Dubrulle8. Car le tourisme vitivinicole, c’est la recherche de cohérence entre :

  • l’État et ses services déconcentrés : par exemple la DRAF, la DRAC, la DRT et la DIREN ;

  • les collectivités territoriales et leurs prolongements : par exemple le conseil régional (et CRT), le conseil général (et CDT) et les communes (et offices de tourisme) ;

  • les instances professionnelles, avec les chambres consulaires (agriculture, commerce et industrie), les syndicats d’appellation, les interprofessions, etc. ;

  • les associations, les entreprises, les agences, etc., qui structurent le secteur privé.

11L’objectif est alors de s’organiser pour construire une stratégie commune qui s’inscrive dans une démarche touristique et qui constitue une réelle valeur ajoutée au bénéfice de l’ensemble d’un terroir qui recouvre :

  • un produit emblématique, le vin ;

  • un patrimoine ;

  • un art de vivre, une satisfaction et un plaisir ;

  • une approche intégrée associant le vin à tous les produits issus de l’alliance entre deux secteurs (IAA et Tourisme) dans une exigence de qualité ;

  • un paysage ;

  • un environnement qu’il faut protéger.

12C’est donc la mise en exergue de la complexité territoriale, la convocation du terroir avec l’affirmation d’une identité, la délimitation d’un territoire aux caractéristiques clairement identifiées, avec une dénomination de référence reconnue. Nous retrouvons tous les éléments de la définition que nous avons proposée pour le terroir social et, appliquée à l’œnotourisme, la démarche de définition des appellations, bien connue des viticulteurs, qui est celle de l’INAO pour les produits agricoles.

  • 9 Dubrulle P., op. cit.

13Mais en plus, le terroir promu par le tourisme vitivinicole est pris en compte, dans toute la complexité du système géographique qu’est le terroir. Et un rapport a même été commandé à l’un des dirigeants du groupe ACCOR, un géant mondial du tourisme, ce qui l’amena à proposer une définition de ce « nouveau » concept : « Autour, et au-delà, des vins eux-mêmes qui sont des produits de réputation mondiale, c’est tout un ensemble, à la fois très divers et cohérent, qui construit autour de la vigne et du vin une image, des évocations, une identité, en un mot une réalité qui est d’ordre culturel »9, et nous ajouterons « organisationnel ».

14Le tourisme de terroir est donc d’abord un ancrage territorial, un tourisme géographique avec prise en considération du système territorialisé, de l’espace géographique complexe. « Terroir » retrouve alors son sens de territoire originel.

Du terroir au territoire

15Dans un ouvrage très documenté sur la modernisation de la France entre 1870 et 1914, que le titre, en français, traduisait par « La fin des terroirs », l’historien américain Eugen Weber décrivait en 1976 une France rurale repliée sur elle-même, archaïque et diverse. Les terroirs agonisants de la fin du xixe siècle étaient ces pays ruraux, espaces appropriés par les communautés locales qui constituaient alors le cadre ordinaire de leurs activités régulières. Ces terroirs ont largement laissé la place à de nouvelles territorialités aux horizons élargis. Cependant, espaces appropriés par un ou plusieurs groupes sociaux, ils ont survécu au travers de pratiques, agricoles ou autres. Ils resurgissent aujourd’hui, portés précisément par la vogue des produits du terroir. Ce sont le plus souvent ces terroirs/pays que nous retrouvons le long des itinéraires de découverte des terroirs du vin proposés par les professionnels du tourisme comme de la filière vitivinicole.

  • 10 Cité dans Dupont J., Choses bues, Paris, Grasset, 2008, p. 161.

16Il ne s’agit plus d’un terroir statique et immuable, reposant sur la lecture d’un milieu homogène et clos, il ne s’agit plus de cette vision réductrice déjà décriée par le Dr. Lavalle à propos de l’amélioration du sol du fameux Romanée-Conti en 178510 car « le terroir est bien plus qu’on ne le dit une construction humaine. Un exemple plaisant : celui du fameux Château d’Yquem […] une des heureuses conséquences du traité d’alliance franco-hollandais de 1635 […] dispose des moyens pour drainer les sols. Sans ces travaux considérables, la colline d’Yquem serait demeurée une pâture pour bêtes à viande ou accueillerait aujourd’hui un charmant lotissement ».

  • 11 Ibid., p. 39.

17Comme les civilisations, les terroirs, tels qu’on peut les appréhender à un instant donné, ne sont que des moments de leur histoire, des séquences bien caractérisées mais en devenir11.

  • 12 Nossiter J., Le goût et le pouvoir, Paris, Grasset, 2007, p. 11-13.

18Dans un ouvrage récent12, l’auteur du film Mondovino va même plus loin :

Le terroir : une destination autant qu’une origine [car] la force du vin dépend aussi du contexte dans lequel on en fait l’expérience […]. Être libre de revendiquer un heimat sans en devenir pour autant tributaire – sans se sentir, comme c’est le cas dans l’acceptation patriotique du terme, son obligé […]. Sans cette notion libératrice du terroir, l’individualité, la dignité, la tolérance et la civilisation commune n’existeraient pas. Le terroir est un acte de générosité. C’est le partage du particulier au bénéfice de l’ensemble. C’est le contraire des valeurs sectaires ou réactionnaires.

  • 13 Ibid., p. 15.

Toute expression véritable du terroir est une façon unique d’offrir en partage au reste du monde la beauté d’une identité, d’une culture donnée. C’est une façon d’utiliser ce qui ressortit au domaine local, non pas pour exclure, mais pour inclure au contraire, pour initier chacun d’entre nous au mystère et à la beauté spécifique de l’autre […]. La défense du terroir n’est pas synonyme d’un attachement réactionnaire et obstiné à la tradition. Au contraire. C’est plutôt une volonté d’avancer vers l’avenir en demeurant solidement enraciné dans un passé collectif, mais où cet enracinement peut pousser, évoluer librement au-dessus du sol, dans le présent, afin de créer une identité bien définie et méritée. C’est une façon de lutter contre l’homogénéisation rampante de certaines forces globales […]. Le terroir n’est pas une chose fixe, en termes de goût ou de perception. C’est une forme d’expression culturelle qui n’a jamais cessé d’évoluer. Ce qui fait la spécificité de notre époque, c’est l’instantanéité et l’universalité du changement. Jadis, le sens profond du terroir évoluait sur plusieurs générations, au fil des siècles : lentement, savoir et expériences s’accumulaient comme autant de couches sédimentaires, comme les fondations géologiques du terroir lui-même. Aujourd’hui, ces strates disparaissent du jour au lendemain et se renouvellent pratiquement à chaque millésime. Et en quoi cela serait-il dangereux ? […] Parce que cela risque d’éradiquer notre mémoire historique – c’est-à-dire le seul garde-fou qui nous préserve des mensonges dévastateurs du marketing et de l’exploitation cynique des marchés, de la culture et de la politique mondiale13.

19Une représentation du terroir que le chef du service vin du journal Le Point ne renie pas en insistant sur le côté essentiel idéel de celui-ci :

  • 14 Dupont J., op. cit., p. 137-138.

J’ai plutôt tendance à trouver ringards tous ceux qui n’ont du mot terroir qu’une définition naturaliste, comme si celui-ci était le fruit d’une génération spontanée. Le terroir béni des dieux, créé de toutes pièces par Dame Nature qui en aurait fait don aux hommes, me donne envie d’aller me coucher. C’est de la philosophie de syndicat d’initiative. Ou pour dire vrai, ce terroir-là n’existe pas. Certains lieux sont évidemment plus propices à la culture de la vigne que d’autres, de par la nature du sol, l’exposition, la pente qui permet un bon ruissellement des eaux, une minéralité particulière… La Romanée-Conti fait partie de ces lieux d’exception qui contiennent tout cela et sans doute un peu plus. Mais il n’est pas dit qu’il n’existe pas ailleurs en France d’autres sols et sous-sols comparables ou du moins capables de donner un vin aussi magique. Simplement, la différence, c’est qu’à aucun moment les hommes n’ont pris la peine ou eu besoin de les valoriser. Ce qui fait un grand terroir viticole, ce sont des données naturelles très favorables, et la nécessité économique ou parfois politique. Par exemple, le besoin des abbayes de posséder leur propre vignoble a généré l’implantation de celui-ci dans la partie septentrionale de la France. Sous des cieux a priori peu cléments pour la vigne comme la Touraine, la Bourgogne ou la Champagne… Sans la nécessité, sans la volonté des hommes d’adapter cette plante à d’autres climats, il n’y aurait pas de Romanée-Conti – ni de côte bourguignonne14.

20Un peu plus loin, il propose même une nouvelle définition qui fait référence à Ernest Renan :

  • 15 Ibid., p. 143.

L’existence d’une nation est un plébiscite de tous les jours. Le plébiscite permanent, ce pourrait être une définition très moderne du terroir ! Un lieu viticole ne le demeure que parce qu’il est vivant, travaillé, enrichi15.

21Le terroir est alors comme le vin :

  • 16 Ibid., p. 203-204.

Le point central, tel que le définissent les mathématiciens, la rencontre entre deux lignes d’émotions. L’une est horizontale, elle représente le pays, la région, le climat, le terroir, les gens. C’est une émotion des lieux, une émotion géographique. Je ne veux pas tomber dans le cliché des Bretons têtus et des Normands indécis, mais le vin est toujours le reflet d’un environnement. L’autre émotion est verticale. C’est celle que nous procure l’histoire… Le vin est le seul produit alimentaire à traverser aussi longtemps le temps, vivant16.

  • 17 Guillebaud J.-C., Le commencement d’un monde, Paris, Le Seuil, 2008, p. 19.
  • 18 Braudel F., Grammaire des civilisations, Paris, Flammarion, 2008, chapitres 2 et 3.

22Le terroir, celui que propose l’œnotourisme, est alors vu comme la mise en exergue de la « fluidité évolutive des cultures humaines, constamment soumises à l’interaction entre passé et présent, transformées sans cesse par les échanges économiques, remodelées à l’infini par l’Histoire »17. Comme les civilisations, les terroirs sont des espaces, des économies, des mentalités collectives, des sociétés, des continuités18.

Annexe 3 – Le tourisme de terroir19.

  • 19 Voir http://www.elusduvin.org/news_images/Le-tourisme-viticole-tourisme-de-terroir-pdf_16.pdf

« C’est la mise en produit touristique dans un tourisme d’appellation à forte identité et d’une offre qualifiée et valorisée issue des vecteurs identitaires de la destination touristique. Le territoire, véritable pôle de développement touristique, doit s’appuyer sur trois grands points qui définissent son identité, son originalité, son caractère unique : les paysages culturels, les savoir-faire locaux dont la culture du vin est l’une des plus brillantes expressions. De même que les spécialités et les traditions locales gastronomiques, les us et les coutumes ainsi que les fêtes traditionnelles, et le patrimoine historique et vernaculaire. Tous ces éléments identitaires mis aux produits touristiques facilitent une synergie entre des prestataires locaux volontaires, formés de manière transversale, qui apportent une plus-value et une cohérence globale au territoire tout en participant à la mise en valeur de celui-ci afin de :
1) Garantir l’origine de ce tourisme d’appellation d’origine par la découverte touristique du terroir et des caractéristiques de ses villes, de ses paysages, de ses patrimoines, de ses savoir-faire, de ses spécialités et traditions, de son identité, de son intérêt culturel et de ces prestataires (7 filières : Vignerons, Restaurateurs, Artisans d’art, Propriétaires de gîtes, de chambres d’hôtes, d’hôtels, de campings, Offices de tourisme, Sites touristiques et producteurs agroalimentaires).
2) Garantir la qualité des prestations touristiques et créer un réseau de prestataires qualifiés : tous les prestataires touristiques doivent s’engager à respecter des chartes de qualité mises en place par filière, et en concertation entre les institutions, les professionnels et les acteurs locaux, pour garantir un accueil de qualité. Elles vont permettre de définir le niveau de labellisation du prestataire. Une équipe de qualiticiens travaille à temps plein pour contrôler le bon fonctionnement du réseau et inciter les prestataires à s’engager encore plus dans l’animation du territoire et la recherche de la qualité. Notre objectif est de pouvoir garantir notre réseau à 100 % pour permettre aux touristes de passer un séjour sans problème ou mauvais souvenir.
3) Protéger durablement l’environnement : protéger durablement son environnement, c’est garantir un territoire préservé pour les générations futures et donc son “Tourisme de Terroir” : c’est l’un des éléments clef du tourisme de terroir. »

23Au terme de ce survol géohistorique, la géographie des terroirs viticoles aquitains apparaît contrastée et surtout très mouvante sur le temps long, ce qui peut sembler paradoxal pour une culture pérenne dont la renommée reposerait selon certains spécialistes sur le terroir, unique, irremplaçable… Cette géohistoire met en exergue les mutations continues des espaces productifs viticoles, en Aquitaine comme ailleurs en Europe et dans le monde.

  • 20 Hinnewinkel J.-C. (dir.), Faire vivre le terroir, AOC, terroirs et territoires du vin, Pessac, PUB, (...)
  • 21 Maby J., Campagnes de recherche, approche systémique de l’espace rural, HDR, UMR Espace Université (...)
  • 22 Ibid., p. 31.

24Elle montre surtout la complexité du concept de terroir. Le terroir n’est pas seulement un bon site viticole mais un projet de développement durable. Invention de la société qui le fait vivre20 le terroir est bien un espace physique mais aussi un objet socioculturel, un « outil d’organisation de la connaissance. Mieux encore, le terroir n’est pas seulement une notion, laquelle permet d’organiser le contenu, mais un concept, qui pour sa part permet d’organiser le connaître… Le géographe doit inventer sans cesse des terroirs pour se représenter plus commodément l’espace, conformément à la problématique qu’il a choisie »21. Alors le terroir devient un instrument de la production d’objets spatiaux, « un subtil instrument d’analyse géographique22 ».

25Le terroir est au final surtout un espace de projet avec ses quatre entrées :

  • le lieu, avec ses paysages de rencontre entre producteurs et consommateurs pour construire ou élaborer de vrais liens produit/terroir ;

  • l’histoire, la dimension historiographique du concept, de la réalité et de la construction du terroir ;

  • l’identité culturelle, un savoir-vivre, un patrimoine : le terroir sert de carte de visite ;

  • la durabilité qui repose sur une rente économique (une parade à la concurrence), mais qui est aussi responsabilité environnementale par la mise en avant de la proximité et de l’écologisation.

Document 2 – Le terroir, un espace géographique complexe.

26Ce sont bien là les composantes essentielles d’une société… Le terroir vitivinicole, espace de production d’un ou plusieurs vins, est donc bien une représentation de la société qui le fait vivre. C’est pourquoi il est pour nous un terroir sociétal. Aujourd’hui, le terroir du vin paraît bien correspondre à un mouvement profond qui affecte durablement les rapports entre producteurs et consommateurs, mais aussi entre production et négoce. Il apparaît comme une issue possible à une triple crise : crise agricole, crise alimentaire, crise identitaire ; il est bien un des scénarii d’avenir dans la mondialisation.

27Alors, entre proximité et écologisation, deux conditions de la durabilité des terroirs en tant que composantes d’un système géographique dont il faut prendre en compte toute la complexité et notamment la composante sociale et organisationnelle (dont la nécessaire gouvernance locale), les vins de terroir ont un bel avenir entre des vins « industriels » indispensables à la satisfaction du marché et des « icônes » qui eux sont hors marché.

Notes

1 Les membres fondateurs : la Confédération Nationale des producteurs de vins et eaux-de-vie de vins à Appellation d’Origine Contrôlée (CNAOC), l’Institut National des Appellations d’Origine Contrôlée (INAO), le syndicat général de l’AOC Corbières, le syndicat de l’AOC Cabardès, le syndicat du cru Faugères, le syndicat du cru Minervois, le syndicat du cru Saint-Chinian, le syndicat des vins d’AOC de Limoux, la Fédération des Grands Vins de Bordeaux, le syndicat des AOC Bordeaux et Bordeaux Supérieur, le Conseil Régional des Vins d’Aquitaine, le Pays Beaujolais, le syndicat général des vignerons de la Champagne, la Fédération viticole de l’Anjou, la Fédération régionale du Sud-Ouest, la Fédération des Unions viticoles du Centre, le Conseil Interprofessionnel des Vins de la Région de Bergerac, les Compagnons des Côtes du Rhône, le syndicat général des Côtes du Rhône, l’Inter-Rhône, le Comité Interprofessionnel des Vins de Provence, la Charte intercommunale des Coteaux de l’Orb et du Vernazobres, le Réseau Associatif des Villes du Vin (RAVIVIN), la Fédération Nationale des Gîtes de France, et l’Association Nationale des Élus de la Vigne et du Vin (ANEV).

2 Marque déposée à l’INPI par la FNTT.

3 Voir http://www.tourisme-gironde.fr/decouvrir_visite_vignoble_5.asp.

4 Dubrulle P., L’œnotourisme : une valorisation des produits et du patrimoine vitivinicoles, Rapport sur la demande du ministre de l’Agriculture et de la Pêche et du ministre délégué au Tourisme, mars 2007, http://www.tourisme.gouv.fr/fr/actualites/att00016126/oenotourisme.pdf.

5 Voir www.vitisphere.com, le 16 juillet 2008.

6 À titre d’exemple, celui des Premières Côtes de Bordeaux.

7 Voir www.tursan.fr.

8 Dubrulle P., op. cit.

9 Dubrulle P., op. cit.

10 Cité dans Dupont J., Choses bues, Paris, Grasset, 2008, p. 161.

11 Ibid., p. 39.

12 Nossiter J., Le goût et le pouvoir, Paris, Grasset, 2007, p. 11-13.

13 Ibid., p. 15.

14 Dupont J., op. cit., p. 137-138.

15 Ibid., p. 143.

16 Ibid., p. 203-204.

17 Guillebaud J.-C., Le commencement d’un monde, Paris, Le Seuil, 2008, p. 19.

18 Braudel F., Grammaire des civilisations, Paris, Flammarion, 2008, chapitres 2 et 3.

19 Voir http://www.elusduvin.org/news_images/Le-tourisme-viticole-tourisme-de-terroir-pdf_16.pdf

20 Hinnewinkel J.-C. (dir.), Faire vivre le terroir, AOC, terroirs et territoires du vin, Pessac, PUB, à paraître.

21 Maby J., Campagnes de recherche, approche systémique de l’espace rural, HDR, UMR Espace Université d’Avignon, 2002, p. 28.

22 Ibid., p. 31.

Table des illustrations

Titre Document 1 – L’« œnotourisme »4 au cœur d’un système d’interrelations entre infrastructure et superstructure.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search