Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vignobles et vins en Aquitaine

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Sandrine Lavaud

Première Partie. Les vignobles et les vins d'Aquitaine du Moyen Âge aux AOC

Introduction

Texte intégral

  • 1 Dion R., Histoire de la vigne et du vin en France des origines au xixe siècle, Paris, Flammarion, (...)
  • 2 Durand Dastes F., « L’espace, le passé, les mémoires », Cafés géographiques, 18 mai 1999, compte-r (...)

1L’histoire des vignobles ne fut souvent que la reconstitution linéaire de « la longue suite d’ambitions d’entreprises et de succès à laquelle nous devons d’avoir hérité d’un vignoble sans égal »1. Elle fut longtemps la seule quête dans l’histoire des éléments favorables pour la politique de communication. Elle était le fruit d’un fonctionnement « paresseux »2 par rapport à l’histoire, simplement recherche des explications historiques pour échapper au déterminisme physique, ne projetant pas une logique spatiale dans le passé.

  • 3 Pijassou R., « Grands vins et géographie historique », Hérodote, no spécial, no 74-75, Géographie (...)

2L’une des études pertinentes sur les vignobles, celle de René Pijassou sur le Médoc, est certes déjà une très belle reconstitution d’un passé viticole lointain jusqu’à l’époque la plus contemporaine, non pas pour une explication du présent par le passé, mais pour comprendre le processus évolutif qui éclaire le présent, pour justifier les notoriétés par la géographie historique3. Mais elle ne prend en compte que la flèche du temps pour valoriser le site et ses rapports avec les autres espaces.

  • 4 Di Méo G., Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan Université (Coll. Fac Géographie), 199 (...)

3Or, l’analyse d’un vignoble comme celle de tout objet géographique impose de multiples temporalités dans leurs rapports à l’espace. Pour comprendre la manière dont fonctionnent les sociétés contemporaines, il nous faut « chercher la manière dont les temps historiques inscrits dans l’espace s’affrontent, se bousculent, s’excluent ou fusionnent pour donner naissance aux territoires d’aujourd’hui »4. Il nous faut construire des modèles dynamiques pour montrer comment on en est arrivé là en reconstituant des modèles statiques comparés avec prise en compte de trois types de durée, inspirés de la temporalité braudélienne :

  • permanence sur la longue durée (temps long) ;
  • succession des différentes organisations dans le temps (temps intermédiaire) ;
  • stabilité (relative) de chaque état organisationnel (temps court).
  • 5 Auriac F., Système économique et espace, Paris, Economica (Coll. Géographia), 1983.
  • 6 « Réflexions sur le développement récent de l’analyse de système dans la géographie française », B (...)

4Le seul essai d’une telle reconstitution a été consacré au vignoble languedocien5. Il a bien souligné comment, au-delà des crises, les facteurs de résistance aux volontés de réduction du vignoble par les pouvoirs publics ont assuré la pérennité des éléments constitutifs du système jusqu’à la crise actuelle6.

5Dans cette démarche, le temps perd son seul statut de contrainte pour devenir un principe explicatif de l’espace géographique. Le vignoble, comme tout objet géographique, est doté d’une certaine permanence et stabilité ; chaque phase du temps y est organisation de l’espace, influencée par des contraintes inscrites dans l’espace, certes physiques mais aussi et surtout résultantes des actions des générations antérieures. L’ensemble constitue la trajectoire du vignoble.

6Or, la gestion d’un vignoble, dans toute sa complexité et non par la seule entrée économique, se doit d’être prospective, tout espace vivant – le terroir viticole comme les autres – devant être un espace de projet. Il ne peut perdurer dans le temps long en se repliant sur la tradition mais en poursuivant une trajectoire où la tradition est une composante prégnante composant sans cesse avec l’innovation technique comme organisationnelle. La bonne connaissance des trajectoires s’impose et avec elle le recourt à la géohistoire.

  • 7 Introduction à la première partie extraite de Hinnewinkel J.-C., « Vignobles et géohistoire », Sud (...)

7C’est tout le projet de cette première partie7.

Notes

1 Dion R., Histoire de la vigne et du vin en France des origines au xixe siècle, Paris, Flammarion, 1977.

2 Durand Dastes F., « L’espace, le passé, les mémoires », Cafés géographiques, 18 mai 1999, compte-rendu in http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=458.

3 Pijassou R., « Grands vins et géographie historique », Hérodote, no spécial, no 74-75, Géographie historique, 3e et 4e trimestre 1994.

4 Di Méo G., Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan Université (Coll. Fac Géographie), 1998, p. 53-54.

5 Auriac F., Système économique et espace, Paris, Economica (Coll. Géographia), 1983.

6 « Réflexions sur le développement récent de l’analyse de système dans la géographie française », Brouillons Dupont, no 7 (en collaboration avec F. Auriac), 1981.

7 Introduction à la première partie extraite de Hinnewinkel J.-C., « Vignobles et géohistoire », Sud-Ouest Européen, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, no 23, 2007, p. 5-16.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540