Version classiqueVersion mobile

Vignobles et vins en Aquitaine

 | 
Jean-Claude Hinnewinkel
, 
Sandrine Lavaud

Introduction

Vins d’Aquitaine, de quoi parle-t-on ?

Jean-Claude Hinnewinkel et Sandrine Lavaud

Texte intégral

  • 1 Pierre Cambar, directeur du Conseil Régional des Vins d’Aquitaine (CRVA).

1Boisson quotidienne ou grand cru, le vin est une composante incontournable de l’alimentation traditionnelle dans la région Aquitaine. La carte de l’utilisation du sol par la vigne en 2000 montre peu de régions sans vigne en Aquitaine, marquée par « une réelle continuité du nord au sud et une grande cohérence, dans le domaine touristique également »1.

2En Aquitaine, la vigne est présente dans la majorité des espaces communaux, à l’exception de la grande forêt landaise et de la chaîne pyrénéenne : le littoral et la forêt girondine entre l’étang d’Hourtin et le bassin d’Arcachon, les Grandes Landes boisées de Saint-Symphorien, Sore et Captieux ; le rebord du Limousin vers Jumilhac-le-Grand et Lanouaille ; la côte basque et la montagne béarnaise. Ce trait caractéristique de la région est l’aboutissement d’un long passé historique des vins gascons depuis leur « invention » au 1er siècle apr. J.-C. Nous l’évoquons longuement dans notre première partie.

3Aujourd’hui, avec un chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros et malgré un poids économique relativement moindre qu’en Bordelais, les vins de qualité constituent ainsi la première production agricole d’Aquitaine. La filière vitivinicole occupe par conséquent une place prépondérante dans l’économie régionale, elle représente 12 000 exploitations en Appellation d’Origine Contrôlée (AOC), 78 caves coopératives et unions de producteurs, 400 maisons de négoce et 20 000 salariés à temps plein dans la filière. L’Aquitaine est ainsi la première région vitivinicole française devant la région Champagne-Ardenne. Et grâce à la vigne, la valeur ajoutée de l’agriculture aquitaine croît de 4,5 % par an au cours des dernières années, quand en France elle ne progresse que de 0,8 %. Le revenu agricole moyen par exploitation en Aquitaine est supérieur au revenu agricole moyen par exploitation en France. Sans être partout omniprésente comme en Gironde, la vigne demeure un élément essentiel de l’économie régionale. Mais jusqu’à une date très récente, aucun organisme ne fédérait ni ne représentait la filière vitivinicole au niveau aquitain.

Carte 1 – La vigne en Aquitaine au seuil du xxie siècle.

Carte 1 – La vigne en Aquitaine au seuil du xxie siècle.

Source : RGA 2000

4Cette histoire agraire, économique et humaine sur la longue durée a fait du vin une spécificité aquitaine, avec son socle de valeurs communes partagées. Il s’en dégage une identité culturelle de l’Aquitaine à travers histoire, traditions et patrimoine, mais aussi par le rôle de la « place de Bordeaux », symbole d’un négoce qui a valorisé les vins de son arrière-pays mais aussi place d’enseignement et de recherche dans les sciences de la vigne et du vin.

5Cependant, le vignoble de Bordeaux concentre 85 % de la production et celui de Bergerac 9 %. Ce déséquilibre quantitatif se retrouve aussi en terme de notoriété et occulte un peu trop la diversité et la richesse des vignobles aquitains (ce qui nuit incontestablement à une image de l’Aquitaine comme pays du vin).

6Traiter des vins et des vignobles d’Aquitaine et de leurs images dans le passé peut paraître quelque peu anachronique tant le cadre géographique désigné est récent. Toutefois, l’essor contemporain de l’idée régionale, décuplé par la décentralisation ainsi que la volonté des acteurs territoriaux de construire derrière cette désignation une identité porteuse de cohésion et d’attraction, incite le chercheur en sciences humaines et sociales à se pencher sur les racines des composantes de l’espace considéré. La place qu’a tenu la vigne dans l’économie de celui-ci au moins depuis le Moyen Âge, son inscription dans les paysages et sa marque dans les sociétés sont sans nul doute parmi les piliers les plus solides de la « marque » Aquitaine.

7Ainsi, le projet de cet ouvrage, fruit du travail d’historiens et de géographes des universités de la région au sein de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA) et dans le cadre du Centre d’Étude et de Recherche sur la Vigne et le Vin (CERVIN), est de contribuer à la rédaction d’une géohistoire des vins qui relèvent aujourd’hui de la région. L’objectif est de bien comprendre d’où viennent ces vignobles qui de nos jours font, sur la majeure partie du territoire, le succès de l’œnotourisme. Il est question de saisir pourquoi cette activité autrefois répandue sur tout l’actuel territoire régional s’est concentrée sur des terroirs bien délimités, sans que l’on puisse se contenter de la simpliste explication physique qui privilégierait les bons sols viticoles. Il s’agit alors de conter comment les hommes ont été en mesure de maintenir (souvent au plus haut) une production que le monde entier envie encore malgré la crise. Ce sera aussi l’occasion de s’interroger sur la non correspondance des appellations de ces vins avec la désignation régionale alors que celle-ci est bien souvent utilisée en France (Alsace, Bourgogne, Champagne, Languedoc) et dans le monde (Rioja, Madère).

8Les textes recueillis dans ce volume sont pour l’essentiel le résultat de recherches effectuées depuis le début des années 2000 au sein de programmes pluridisciplinaires de l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, programmes animés par l’équipe du CERVIN, une des composante SHS de l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin (ISVV) et dont les actifs sont aujourd’hui repris par l’UMR ADES.

  • 2 Contrat quadriennal 2001-2004, « Vigne, vin et civilisation en Aquitaine ».
  • 3 Contrat quadriennal Bordeaux 3, 2003-2006, PPF (Plan Pluri Formation), « Vins, vignes et civilisati (...)

9Ces programmes ont été soutenus par la Région Aquitaine2 comme par le ministère de la Recherche3, mais aussi par la MSHA qui a offert sa logistique, hébergé l’équipe et apporté son soutien financier. Que les deux directeurs concernés (Sylvie Guillaume puis Christophe Bouneau) ainsi que tous leurs collaborateurs soient ici remerciés.

10Le résultat de ces travaux pluridisciplinaires est présenté en deux temps. Une première partie, « Le bassin d’approvisionnement de Bordeaux en vins, du Moyen Âge à nos jours », offre une synthèse rédigée par les deux directeurs de l’ouvrage dans la longue durée. À partir des nombreux écrits des historiens comme des géographes, elle est une tentative de reconstruction des étapes et des tournants qui ont permis à la civilisation vitivinicole de s’inscrire durablement dans le paysage régional.

11Une seconde partie est constituée d’éclairages plus circonstanciés dans l’espace et dans le temps, en fonction des centres d’intérêts des chercheurs impliqués. Quinze auteurs, historiens, géographes, économistes ou œnologues livrent ici un approfondissement de questions soulevées dans la première partie. Ils n’éclairent pas tout et de nombreux vignobles ont été négligés, faute de chercheurs disponibles, faute de place aussi. Ainsi, nous aurions aimé faire une analyse du passé viticole de l’ensemble du Périgord, ou reprendre les travaux sur l’Agenais aux xviiie et xixe siècles. Ce sera peut-être l’objet d’un prochain volume, la géohistoire des vins d’Aquitaine restant largement ouverte.

Notes

1 Pierre Cambar, directeur du Conseil Régional des Vins d’Aquitaine (CRVA).

2 Contrat quadriennal 2001-2004, « Vigne, vin et civilisation en Aquitaine ».

3 Contrat quadriennal Bordeaux 3, 2003-2006, PPF (Plan Pluri Formation), « Vins, vignes et civilisations : représentations et rôle culturel de la vigne et du vin dans les sociétés, de l’Antiquité au xxie siècle, en France et ailleurs ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search