Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Surf à contre-courant

 | 
Ludovic Falaix

Troisième partie. Le surf dans l'espace public : vers une reconfiguration des rapports politiques ?

S’engager en politique au nom de la vague : l’exemple de Surfrider Foundation Europe

Julien Weisbein

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si par « engagement politique » on entend la participation, directe ou indirecte, permanente ou temporaire, à la politique (entendue comme une activité sociale très professionnalisée, et donc élitiste, de gestion des affaires publiques), alors il peut sembler paradoxal de parler d’engagement politique des surfeurs. Déjà, en tant que sport, le surf est une activité corporelle construite comme apolitique ; et en tant que contre-culture, le surf s’oppose à la participation aux affaires de la cité, la seule forme d’engagement du surfeur étant la rupture avec le monde à travers le voyage et « l’été sans fin ». L’état de la littérature en sciences sociales confirme cette dépolitisation du surf. Celui-ci y est en effet avant tout analysé comme relevant des « sports californiens », c’est-à-dire une véritable contre-culture sportive pour laquelle priment l’esthétisation, la prise de risque et le plaisir (Loret, 1995 ; Pociello, 1981) ; comme une forme d’engagement assez intense du pratiquant...

Auteur

Maître de conférences à Sciences Po Toulouse et membre du laboratoire LaSSP EA 4175. Ses travaux portent sur le gouvernement des mers et des littoraux avec une entrée particulière concernant la dimension environnementale : marées noires, pollutions maritimes... C’est à ce titre qu’il interroge la contribution spécifique de certains porte-paroles du monde du surf aux politiques de protection des océans.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540