Version classiqueVersion mobile

Surf à contre-courant

 | 
Ludovic Falaix

Troisième partie. Le surf dans l'espace public : vers une reconfiguration des rapports politiques ?

(Re)penser les rapports du surf institué aux espaces du politique : représentations des intérêts et logiques d’engagement dans l’action publique

Marina Honta

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le processus d’institutionnalisation du surf imbriqué avec la portée économique et touristique induite par la diffusion sociale de cette activité – quand bien même celle-ci demeure-t-elle « difficile » à appréhender pleinement (Augustin, 1994 ; Honta & al., 2012) –, justifie les « usages politiques » de cette pratique élevée, à tous ces titres, au rang de « ressource territoriale » (Falaix, 2014 ; Guibert, 2004). Outil mis au service du développement local, la promotion de cette filière et des acteurs l’organisant a participé d’une dynamique de politisation. L’engagement des pouvoirs publics se révèle à cette aune essentiel dans le sens où il contribue à définir des formes d’occupation du territoire et de développement de son attractivité.

Concomitamment, cette même pluralité d’enjeux (spatiaux, sociaux, économiques et touristiques) propice à des formes d’enchâssement entre régulation politique et régulation par le marché, produit des effets perçus comme « non désirables » car ils pe...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search