Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Surf à contre-courant

 | 
Ludovic Falaix

Première partie. Pratiques et cultures sportives du surf : expressions d'un rapport au monde

De la sportisation du surf en Californie du Sud et à Hawaï comme marqueur d’une modernité sportive à la contestation d’un modèle vécu comme un impérialisme culturel chez les Black Short hawaïens

Jérémy Lemarié

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comparé aux sports européens plus traditionnels comme le football ou le rugby, le surf est considéré comme une activité physique relativement récente. Il possède pourtant une épaisseur historique qui provient de la Polynésie et plus particulièrement Hawaï (Lemarié, 2016a, p. 41-160, 2016b, 2016c). La plupart des études francophones classent le surf dans la catégorie des « sports californiens » (Augustin, 1998, p. 588-589 ; Pociello, [1981] 1998, p. 172 ; Sayeux, 2008, p. 149), « sport[s] de glisse » (Loret, 1995, p. 5) et « libres » (Pociello, 2015, p. 18), tandis que la littérature anglo-saxonne insiste davantage sur le caractère ludique et esthétique du surf par l’usage du terme « sport postmoderne » (Wheaton, 2004, p. XI), « sport alternatif », « sport extrême » et « lifestyle sport » (ibid., p. 2). Ces deux acceptions différentes s’ignorent mutuellement. Toutes deux traitent néanmoins de l’aspect libre et amateur de cette activité physique, inscrite en marge des normes instituti...

Auteur

Docteur en sociologie de l’Université Paris Nanterre. Chargé de cours à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rédacteur en chef de l’hebdomadaire anglophone Surf Blurb, membre du laboratoire Sophiapol EA 3932, il travaille sur l’anthropologie du surf hawaïen (he’e nalu) et sa diffusion internationale depuis le XIXe siècle. Ses recherches l’amènent à traiter de l’histoire politique, économique et sociale de la Polynésie et des États-Unis.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540