Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Conclusion et perspectives

Jean-Paul Callède, Fabien Sabatier et Christine Bouneau

Texte intégral

1Dans l’exposé des intentions visées par le colloque, au moment de l’appel à communications, les organisateurs avaient cru utile d’indiquer que le site de l’Université de Bordeaux, privilégié et sollicité pour la circonstance par le Comité français Pierre de Coubertin, pouvait se justifier à plusieurs titres. En effet, dans son énergie dépensée à promouvoir les sports athlétiques en France, à la charnière des années 1890, Pierre de Coubertin (1863-1937) a trouvé sur son chemin trois Bordelais de stature nationale : Charles Cazalet (1858-1933), Daniel Mérillon (1852-1925) et le docteur Philippe Tissié (1852-1935). À l’évidence, ces personnalités sont comme les chefs de file d’une « génération » de promoteurs de l’exercice physique qu’il convient de dispenser à la jeunesse. Compte tenu du thème retenu pour le colloque, il eût été sans doute hasardeux de tenter une esquisse mettant en avant les mérites de chacun. Charles Cazalet, promoteur infatigable du modèle gymnique développé dans le cadre de l’Union des Sociétés de Gymnastique de France (USGF), son ami Daniel Mérillon, engagé de manière similaire dans la promotion du tir au sein de l’Union des Sociétés de Tir de France, n’ont pas été attentifs à la question des activités d’exercice physique liées au cadre naturel. Quant à Philippe Tissié, les nombreux travaux universitaires disponibles montrent que la question du « plein air » est très secondaire chez cet apôtre de la gymnastique suédoise.

  • 1 Ce manuel est bientôt complété par d’autres, qui connaissent un grand succès.

2En revanche, la conférence d’ouverture donnée par Jean Durry : « Pierre de Coubertin écologiste avant la lettre ? », a montré, chez celui que l’on réduit trop souvent à la figure de rénovateur des Jeux olympiques modernes, un intérêt soutenu et nuancé, écrits à l’appui. Le talent du conférencier nous a fait découvrir un aspect peu connu de l’œuvre de Coubertin, fin analyste de son temps et visionnaire accompli. Sans doute Coubertin, au cours de ses voyages, a-t-il pu s’intéresser également à des expériences et des publications produites à l’étranger, en ces toutes premières années du xxe siècle. On pense en particulier à la traduction en français du livre de J.P. Müller : Le Livre du plein air, paru en 1909. Cet auteur, qui a déjà publié un manuel d’entretien physique1 (1905), possède incontestablement le sens des affaires. Il dédie son nouvel ouvrage (sans doute dans sa traduction en français) « À Monsieur le Baron Pierre de Coubertin, Restaurateur des jeux Olympiques, Hommage respectueux de l’auteur » (p. 9).

Retour sur quelques jalons socio-historiques majeurs. L’importance de l’Aquitaine

3Saisissons maintenant l’occasion qui nous est donnée ici de jeter rapidement un coup de projecteur historique sur quelques noms et initiatives régionales, individuelles ou collectives, inscrite dans le Sud-Ouest – aujourd’hui l’Aquitaine, en relation avec le thème du colloque, sans perdre de vue les jalons historiques présentés dans l’introduction générale, jalons autour desquels s’articulent à la fois et des renouvellements de « modèles » de pratiques sportives et des « générations » de pratiquants. Chemin faisant, en toute logique, nous serons amenés à identifier des terrains d’action situés en Aquitaine, à décrire des contextes traversés par des enjeux parfois antagonistes, et à faire référence à des travaux d’universitaires bordelais, palois et bayonnais. Ajoutons que plusieurs chapitres composant les actes du colloque apportent sur certains domaines ou sur le rôle de diverses « personnalités » du Sud-Ouest un éclairage des plus pertinents. Pour autant, ce colloque n’avait pas une prétention « régionaliste », est-il besoin de le rappeler.

L’appel de la montagne

  • 2 Il faut attendre près de trois décennies pour qu’un nouveau manuel soit publié, qui conserve cepen (...)

4En relation avec la montagne et l’alpinisme, quelques noms fameux peuvent être mentionnés, à l’exemple d’Alphonse Chambrelent (né à Bordeaux en 1866, mort en mission au Venezuela en 1904). L’homme consacre ses rares moments de loisirs à sa passion pour la montagne. « Formé à l’école des Puisseux, il fut le premier alpiniste français à faire sans guide l’ascension du Mont Cervin en 1889 », relatant le récit de ses nombreuses courses dans la revue du Club Alpin français (Guérin, 1957, p. 156). Toujours dans le domaine de la montagne, la figure charismatique du Comte Henry Russell (né en 1834 à Toulouse, mort en 1909 à Biarritz) s’impose. Ce fervent pyrénéiste et excellent observateur de la nature, « Membre des Clubs Alpins de France et d’Angleterre, et des Sociétés géographiques et géologiques de France », nous a laissé de belles pages sur ses excursions et ascensions dans des articles de presse, ouvrages (Russell, 1902) et relations parues dans les bulletins du Club Alpin (section Sud-Ouest). On doit également citer son cadet, Franz Schrader (1844-1924). En effet, Jean Daniel François Schrader, né à Bordeaux, est un des grands noms du pyrénéisme. Sa mère est issue d’une famille de Nérac, en Lot-et-Garonne, cousine germaine des géographes Élisée et Onésime Reclus. Ceci a sans doute influencé sa trajectoire professionnelle. Schrader a contribué à faire connaître les Pyrénées en qualité de géographe, d’alpiniste, de cartographe et de peintre paysager. Il préside le CAF de 1901 à 1904. Voilà bien trois représentants d’une « génération » de pionniers de l’alpinisme pour laquelle l’effort physique, la curiosité de la nature, sa traduction scientifique et l’écriture se mariaient intimement. On retrouve cet esprit dans le Manuel du Club Alpin français publié à Paris, chez L. Laveur, en 19082.

Les racines girondines de la « méthode naturelle »…

  • 3 Il s’agit en fait du livre L’Entraînement complet de l’homme, publié par l’auteur en 1902.
  • 4 Des personnages comme Hébert, Rouhet et bien d’autres ont un travers égocentrique assez prononcé. (...)

5Si l’on considère la « méthode nature » préconisée par Georges Hébert, comment ne pas évoquer ici la forte personnalité du docteur Georges Rouhet (1854-1944), originaire de Roquebrune, en Gironde. Après ses études de médecine, il s’installe comme médecin rural dans le domaine des Rouhets et il y fait fonctionner jusqu’en 1914 une « école de culture physique qui reçut, en 1909, la visite du Président Fallières ». Son biographe, Georges Lanoire, précise que « sa méthode inspira celle du lieutenant de vaisseau Hébert, fondateur du Collège d’athlètes de Reims » (Guérin, 1957, p. 618). En 1913, Rouhet publie Revenons à la Nature et Régénérons-nous (Rouhet, 1913). Son préfacier, A. Counilh, considère que son livre réalise intégralement « le titre de son premier ouvrage : L’Homme complet3 ». Le lauréat de l’Académie de Bordeaux radicalise quelque peu son discours qui dénonce les méfaits de la civilisation moderne, facteur de dégénérescence physique. L’auteur emploie le mot « dégénération ». Après la Grande Guerre, le docteur Georges Rouhet publie La Jungle des civilisés, en 1925 (Rouhet, 1925). Dans sa préface, le professeur L. Vissaguet rappelle que « le Dr Georges Rouhet est le véritable créateur de la méthode naturelle, qu’il appliqua bien avant Hébert, mais les précurseurs ont toujours tort d’avoir raison trop tôt » (Préface, p. IX). Évidemment, dans ces querelles autour de l’antériorité revendiquée par tel ou tel, il faudrait pouvoir faire la part de la bonne foi, de la réalité des faits et de l’air du temps4.

Paul Guiton, alpiniste, analyste des activités de montagne et… Bordelais méconnu

6S’agissant maintenant de Paul Guiton, pour son Livre de la Montagne (Guiton, 1943), et en particulier la clarification introduite afin de différencier les activités de montagne des activités sportives, la tâche est encore plus aisée, quoique indirectement. En effet, dès les premières pages, l’auteur, Paul Guiton (1882-1944), évoque longuement ses études accomplies à Bordeaux, en particulier à la Faculté des Lettres. Le chapitre premier s’ouvre sur les considérations suivantes. « J’ai eu la chance d’être élevé dans une grande ville où j’ai pu profiter, pour mon instruction, d’un ensemble de maîtres tel qu’on n’en avait jamais vu de si haute valeur ; et il est peu probable qu’on en revoie de sitôt un semblable » (p. 11). Concernant « l’importance des beautés de la nature dans la culture contemporaine », Guiton considère qu’ils étaient sans nul doute unanimement d’accord… Autant ses maîtres du lycée que ceux de la Faculté. Un « même souci de l’humanisme » les animait (p. 14). Il évoque ensuite la figure de ces maîtres d’exception disparus : Camille Jullian, qui « ressuscitait les plus anciens morts qui dormaient sous le sol national, ceux que nul avant lui n’avaient connus », Fortunat Strowski, « nourri de Montaigne, de Saint François de Salles, de Pascal », qui faisait aussi « l’exégèse des recueils de Francis Jammes » (ibid.). « Il y avait Durkheim alors dans toute la force de son intelligence ; ses disciples n’étaient pas encore arrivés à déformer tellement sa pensée que, plus tard, il ne s’y reconnut plus lui-même » (p. 15). Qui sont ces disciples ? Gaston Richard, le successeur de Durkheim à la Faculté des Lettres ? Quelques-uns des étudiants contemporains de Guiton, dans les années 1898 ou 1899-1902 ? On ne peut que rester sur ces deux interrogations. « Mais il y avait aussi Rodier et Hamelin, qui étaient spiritualistes. » À côté de ces deux illustres philosophes, une autre personnalité est inscrite dans la mémoire de Paul Guiton. « Nous voyions même tous les jours un homme qui travaillait à renouveler la science de la nature. Comme il n’aimait pas les distractions ordinaires aux salles de professeurs, c’était aux mêmes tables que nous, à la bibliothèque générale, qu’il travaillait. […] C’était Pierre Duhem » (ibid.). Guiton rappelle que ce physicien et mathématicien fut l’un des premiers à étudier l’œuvre scientifique de Léonard de Vinci. L’auteur du Livre de la montagne, qui problématise des thèmes de première importance détaillés et commentés dans l’introduction des actes, est ainsi un Bordelais d’adoption, futur professeur d’italien, dont le témoignage méritait d’être tiré de l’oubli, à l’occasion du colloque.

L’accès à la nature : massification des pratiques balnéaires et préservation des sites

7Si l’on considère la mise en valeur des sites de pleine nature à vocation balnéaire, à la charnière des années 1960 et par la suite, quelques rappels concernant des expériences novatrices et des opérations pilote méritent l’attention. Elles résultent de l’action convergente de l’État et des collectivités territoriales. Encore faut-il ne pas négliger des initiatives pionnières qui, dans certains cas, les ont précédées. Bientôt, cependant, certaines opérations d’envergure vont susciter des mouvements de contestation et d’opposition.

  • 5 Pour être précis, il faut savoir que par un décret du 27 novembre 1946, a été institué un Conseil (...)

8Au seuil des années 1960, la puissance publique de l’État s’impose de façon déterminante. Les parcs naturels nationaux sont institués par la loi du 22 juillet 19605. Va suivre la création des parcs naturels régionaux. Les six premiers, dont celui de la vallée de la Leyre, voient le jour en mars 1967, dans le prolongement d’un séminaire de travail de la DATAR (Délégation à l’Aménagement du territoire et à l’Action régionale, créée en 1963), grâce à l’impulsion d’Olivier Guichard, délégué à l’Aménagement du territoire.

  • 6 La carte qui vient compléter l’article de J.-L. Dupuy mentionne aussi un camp de scouts marins, au (...)
  • 7 Une dizaine d’années plus tard, le responsable J.E.M. du site note : « Dans ce retour à la nature, (...)

9Évoquons tout d’abord la création et l’essor de la base de plein air et de loisirs de Maubuisson, sur le lac de Hourtin-Carcans (littoral girondin), qui fait l’objet d’un article détaillé dans L’Éducation physique (Dupuy, 1960, p. 17-22), la revue hébertiste éditée par la Fédération française d’éducation physique « qui a recueilli l’héritage spirituel de Georges Hébert6 ». C’est Jean Vergnoles, surveillant général du Centre d’apprentissage du Vigeant, situé dans l’agglomération bordelaise, qui, dès 1955, a organisé des week-ends de plein air pour les internes de son établissement. En 1959, le Haut-Commissariat à la Jeunesse et aux Sports, « désireux d’étendre les activités de plein air », va s’intéresser à cette initiative. Il faut compter également avec le rôle décisif de Maurice Déjean, haut fonctionnaire à la Préfecture de la Gironde, bien soutenu par le Conseil général. Au printemps 1960, après Toulon et Brest, les scouts marins de Jeunesse et Marine ouvrent un autre lieu de ralliement à la pointe de « La Gracieuse » (Hourtin-Maubuisson)7. Quelques années plus tard, l’aménagement du site de Bombannes-Maubuisson, qui a le statut de base de plein air, est replacé dans le cadre du programme d’aménagement de la côte aquitaine qui prend sa forme définitive au cours de l’année 1967. La station de Bombannes-Maubuisson va être complétée par des installations sportives et des villages (ou unités d’hébergement) relevant du tourisme social, appelé par la suite « tourisme associatif ».

10À partir de cette date, on entre dans une nouvelle ère en matière d’aménagement touristique, balnéaire et sportif. De nouvelles générations d’acteurs vont s’imposer ; d’un côté les porteurs du projet, de l’autre les groupements contestataires. Patrice Mann a étudié la question dans sa thèse de sociologie (Mann, 1979). Rappelons qu’il s’agit pour la DATAR, au travers de l’entreprise de la Mission interministérielle pour l’aménagement de la côte aquitaine (MIACA), de rentabiliser, d’une certaine façon, un espace économiquement sous-utilisé. La MIACA voit le jour au mois de mai 1967. Philippe Saint Marc en est le président, nommé par le Premier ministre Georges Pompidou. Il convient de distinguer deux phases dans le déroulement des opérations : la présidence de Philippe Saint Marc, de 1967 à 1970, et celle d’Émile Biasini, à partir de 1970. Le premier président est soucieux de la prise en considération des questions d’écologie. Il s’interroge : comment protéger la nature dans une société fascinée par le matérialisme, le libéralisme et l’urbanisation ? Il s’en fait l’écho dans un livre assez remarquable intitulé Socialisation de la nature, publié en 1971 (Saint Marc, 1971). Une économie de profit ne peut que détériorer la nature. L’auteur est limogé de son poste depuis le mois de janvier 1970…

11Mais revenons au tout début des années 1970. Déjà s’est mise en place une opposition, avec deux catégories de groupes de mobilisation : d’une part les « cosmopolites » (pour emprunter un qualificatif au sociologue américain Merton), inspirés par des enjeux et des intérêts universalistes, de l’autre les « locaux » préoccupés par des enjeux et des intérêts particularistes. Dans la première catégorie, le Comité de défense de la côte aquitaine, à l’instigation du sociologue universitaire Serge Mallet, occupe le devant de la scène. Deux autres opérateurs s’imposent également sur ce terrain : la Société pour l’étude, la protection et l’aménagement de la nature dans le Sud-Ouest (SEPANSO), au recrutement assez hétérogène, et la fondation Espaces pour Demain. Parmi les « locaux » on dénombre les associations de propriétaires et des comités de défense, qui opèrent sur une base communale. Bientôt deux leaders qui s’expriment au nom du Comité de défense, Bernard Charbonneau et Jacques Ellul signent au cours des années 1974-1977 une série d’articles particulièrement critique. Au fil des ans, toutefois, les griefs vont s’estomper. Certains sites du littoral posent un problème de surdensification humaine, principalement estivale, alors que d’autres sont une réussite…

12Il est piquant de constater qu’au tout début du mois de juillet 2009, Noël Mamère, député-maire de Bègles, s’en prend à Alain Rousset, le Président du Conseil régional, lorsque celui-ci cite comme exemple le rôle de la MIACA, la « Mission Biasini », dans l’aménagement du littoral aquitain. C’est, de l’avis de Noël Mamère, « autour de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul » qu’on doit chercher la conduite exemplaire et que l’hommage doit aller, « à tous ces pionniers de l’écologie française qui se sont battus pour l’intérêt général et la préservation d’un littoral à nul autre pareil » (ibid.). Le porte-parole des Verts Aquitaine parle à ce propos de « toute une génération d’écologistes, de responsables associatifs et de défenseurs de l’environnement ». Sans doute y a-t-il cependant peu de jeunes sportifs dans leurs rangs.

13Cette période singulière que sont les années 1970 est capitale dans l’aménagement du littoral aquitain. En évoquant « l’entrée en scène des “cosmopolites” », et quand bien même Serge Mallet est originaire de Bordeaux, Jacques Ellul enseignant à l’Université Bordeaux 1 et Bernard Charbonneau installé à Lescar, dans les Pyrénées-Atlantiques, en qualité de professeur à l’École normale d’instituteurs, Patrice Mann apporte la précision suivante.

C’est au sociologue bordelais Serge Mallet que revient l’initiative de la création d’un Comité de défense de la côte aquitaine. Né en juillet 1973 pour « étudier les problèmes posés par l’existence et l’application du schéma d’aménagement de la Côte Aquitaine », le comité va rassembler des membres de la SEPANSO, du Mouvement Vivre et Survivre, du Comité d’Action Occitane et du P. S. U.

14Serge Mallet est d’ailleurs l’un des principaux fondateurs de ce nouveau parti qu’est le Parti Socialiste Unifié. Il décède dans un accident d’automobile le 16 juillet 1973. Bernard Charbonneau (1910-1996) et Jacques Ellul (1912-1994) vont continuer le combat.

15Trois courants de pensée sont identifiables, du côté des opposants, l’écologie politique et l’excroissance comme voie de l’écologisme, de l’autre, avec Philippe Saint Marc, la « socialisation de la nature », avant que le « réalisme » biasinien ne lui succède.

16Les dangers potentiels, quant à la dénaturation des sites aquitains, sont nombreux : bétonnage intensif du littoral, spéculation foncière, risques écologiques liés à certaines opérations mal maîtrisées, disparition de la forêt domaniale, pollution liée à la « surfréquentation » des lacs. L’aménagement des sites sportifs (golf, clubs hippiques, centres nautiques, ski nautique…) et la fréquentation sportive intensive des sites (randonnées équestres, utilisation des deux roues motorisés, accès aux plages sauvages…) participent de cet impact dommageable sur le cadre de nature. En cette période des années 1970-tout début des années 1980, l’explosion des nouveaux sports de pleine nature (planche à voile, surf, VTT, etc.) est encore à venir. Pour autant, le livre publié par Philippe Saint Marc un an après son éviction, trop oublié aujourd’hui, est étonnant d’actualité. L’auteur consacre plusieurs pages à l’aménagement de la côte aquitaine (Saint Marc, 1971, p. 250-256, 295-296, 309, 322, 328, 329). L’approche détaillée débute sur une prise de position quasi philosophique. « La Nature n’a de sens que par l’homme, c’est pour lui qu’elle existe. Mais lui ne prend toute sa valeur qu’en elle ; c’est par elle qu’il peut s’épanouir, goûter la joie conjointe de la détente du corps et de la montée de l’esprit, le bonheur d’être homme » (p. 250). Tel fut le début de cette « expérience », ajoute l’ancien président de la MIACA. Il rappelle l’effort d’équipement sportif envisagé dans le respect d’une nature socialisée, c’est-à-dire accessible même aux personnes et aux familles aux revenus modestes : « un magnifique parcours de rivière pour le canoë et la baignade, de petites haltes nautiques, des piscines chauffées, des tennis, des terrains de sport, des centres hippiques, des sentiers de promenade » (p. 254). Encore fallait-il éviter de dresser « un nouveau “mur de l’Atlantique” » (p. 256), refuser « la prééminence du droit aux profits sur le droit à la Nature » (ibid.) et écarter « ceux pour qui le loisir est commerce et non politique » (p. 255). Or, de son point de vue, dès 1970, c’est une « orientation inverse » qui s’impose…

17Pour Charbonneau et Ellul, le programme qu’entend réaliser la MIACA s’accommode de procédés anti-démocratiques. C’est une situation qui relève, selon les mots de Jacques Ellul, « de la société technicienne, dirigée par trois facteurs : la technologie, la bureaucratie et le capitalisme » (Sud-Ouest du 20 janvier 1977). Récemment, Jean-Claude Gillet et Jean-Marie Renversade ont livré une analyse supplémentaire de cet épisode mouvementé de l’aménagement de la côte aquitaine, dont ils furent des opposants actifs (Gillet et Renversade, 2012, p. 235-252).

L’accès à la nature : massification des pratiques de montagne et préservation des sites

18Quittons le littoral atlantique pour le massif pyrénéen. Des questions spécifiques caractérisent ce type d’espace, à la réalité contrastée, bien qu’on retrouve des constats et des préoccupations analogues au littoral aquitain et à son arrière-pays : maintien d’une activité agricole et pastorale, dépopulation progressive de certains secteurs, conversion touristique plus ou moins contrôlée, vastes espaces de pleine nature, rentabilisation excessive de la montagne « récréative », problèmes autour de la maîtrise du foncier, conflits d’usages et tensions sociales, en particulier. Ces questions sont récurrentes, à l’échelle des décennies, depuis les débuts du tourisme d’hiver et des sports de neige (Larique, 2006, p. 7-19), jusqu’à nos jours.

  • 8 Voir par exemple Vlès, 2010, p. 39-48 ; Clarimont, Vlès, 2009.

19Initialement, les premiers amateurs de sports d’hiver, tout comme les alpinistes l’été, se logeaient dans les villages en fond de vallée, généralement installés sur le versant ensoleillé. Par la suite, en France, des stations nouvelles sont apparues, plus à proximité des pistes de ski. Parfois, il a fallu rationaliser leur extension et les remodeler (Charles et Vayr, 1991, p. 102-136). Avec la montée en puissance de la « civilisation des loisirs » et l’importance croissante des vacances de neige, la France va se doter d’une bonne vingtaine de nouvelles stations. Dans son livre Pour un espace de loisirs différents, le géographe Marc Chesnel (Chesnel, 1993, p. 170 et suiv.) analyse les différentes « générations » de stations. « La troisième génération, issue pour l’essentiel du Plan neige des années soixante-dix » s’installe plus haut encore « où l’enneigement se maintient plus longtemps ». On compte en France, aujourd’hui, quelque 400 stations de sports d’hiver. Leur « image » varie selon les massifs montagneux dans lesquelles elles sont installées. Pour leur fréquentation, elles sont sensibles aux effets de la mode, aux possibilités d’activités de loisirs complémentaires qu’elles sont susceptibles d’offrir, et elles doivent renouveler leur équipement. Dégageons ainsi un jalon supplémentaire qui correspond aux terrains d’investigation et de recherches de Vincent Vlès, qui enseigne l’aménagement et l’urbanisme à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Plusieurs de ses publications sont consacrées à ces aspects. « Les stations de ski ont permis de freiner l’exode rural depuis un demi-siècle », souligne Vincent Vlès. « Les vallées sans pôle touristique fort ont vu leur population décroître (Haute Soule, Aspe) au contraire des zones touristiques dynamiques et dotées de stations (Cerdagne, Aure…). L’activité ski opère comme un cœfficient multiplicateur, qui bénéficie aussi aux communes voisines. Vincent Vlès rappelle quelques chiffres. « Les stations de ski dans les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées représentent plus de 4 500 emplois, soit la moitié de l’emploi touristique total. » Les Pyrénées ont un « potentiel naturel remarquable, favorable à l’écotourisme ». Encore faut-il que les stations de ski soient en mesure de développer une analyse stratégique à moyen et long termes « pour entamer leur transition énergétique plutôt que d’aller dans le mur en restant dans le schéma économique des Trente Glorieuses », précise Vincent Vlès8.

20On ne peut que constater la complexité accrue des questions relatives à la pratique des activités sportives de pleine nature, avec des solutions proposées qui s’efforcent d’équilibrer un principe de démocratisation dans l’accès aux cultures sportives, la prospérité économique dans un territoire limité et celui du développement durable. Certains des auteurs cités ne sous-estiment pas la question. Un processus est en action. Pour Philippe Saint Marc, à la croissance démographique et économique vient s’ajouter, « spectaculaire, l’irruption des loisirs qui provoquent une double occupation supplémentaire de l’espace » (p. 37). Résidences secondaires, habitat touristique, bateaux de plaisance, engins destinés aux sports de vacances, ski nautique, « hors-bord »… « L’espace se surpeuple à une vitesse vertigineuse » (ibid.). Il en va de même, en montagne, sans que les deux situations soient identiques.

21C’est en géographe que Marc Chesnel aborde la question. « Le déchiffrage attentif du paysage révèle les marques de la pratique locale des loisirs » (op. cit., p. 8). « Les activités se fixent sur des lieux, et mobilisent les groupes d’exercice. » Dans cette appropriation de l’espace, ils se heurtent à d’autres usagers, antérieurement présents, et doivent composer avec eux. En d’autres termes, pour l’auteur, « chaque forme ludique façonne son espace-support » et conjointement cette pratique, cette activité ludique s’intègre « à un espace englobant » (p. 8). Des arbitrages s’imposent. Actuellement, sur les sites d’exception évoqués, si certaines questions paraissent heureusement réglées : coexistence de différents groupes porteurs d’intérêts spécifiques et de développement territorial, protection et mise en valeur du patrimoine de nature, maîtrise du foncier, c’est autour du « conflit des biens matériels et des biens immatériels », selon la formule de Philippe Saint Marc, de la réversibilité de certaines modalités d’aménagement de l’espace (comme pour les quais de Garonne à Bordeaux ou pour le domaine départemental d’Hostens, situé en Gironde), du « développement durable » et de la conduite de la « transition énergétique » (Vincent Vlès, à propos de l’attractivité touristique des stations de sport d’hiver) que se joue la solidarité entre les générations actuelles et celles de demain.

  • 9 Streicher, 2008. Le film a été récemment projeté dans le cadre de La Mémoire de Bordeaux, en prése (...)

22Aujourd’hui, rétrospectivement, l’actualité valorise des itinéraires de vie qui ont compté dans l’histoire récente du pyrénéisme, à l’exemple des frères Ravier, les jumeaux Jean et Pierre nés en 1933, pyrénéistes hors du commun, qui ont réalisé 370 courses, dont plus de 200 premières, sur l’ensemble du massif, de 1950 à nos jours. La réalisatrice Maryse Bergonzat leur a consacré un film de 52 minutes : Les Frères Ravier : l’aventure pyrénéenne, diffusé pour la première fois le 22 novembre 2008 sur France 3. « Encordés à la taille, munis de quelques pitons et de beaucoup d’ingéniosité9 », ils ont réalisé d’authentiques exploits, sans le moindre tapage médiatique, motivés par une obstination discrète. Ils restent des inspirateurs majeurs pour ceux et celles, plus jeunes, qui se découvrent une même passion respectueuse de la montagne.

L’accès à la nature : une liberté d’appropriation conditionnelle

23Outre les espaces et sites balnéaires, les espaces et sites de montagne, il est indispensable d’évoquer l’espace rural et forestier. La vie locale qui caractérise le milieu rural est à même de s’ouvrir au tourisme sportif, ainsi que l’a montré Frédéric Gilbert à propos du Parc naturel régional des Landes de Gascogne (Gilbert, 2000). Toutefois, les logiques environnementales qui s’expriment doivent trouver un point de convergence : privilégier la protection des sites.

  • 10 Candau et Deuffic, 2009.
    Les auteurs appartiennent au Centre national du machinisme agricole, du gé (...)

24Intéressons-nous à l’espace forestier qui est l’une des spécificités de l’Aquitaine. L’espace forestier est un espace cultivé, contrairement à ce que peuvent penser certaines personnes, familles ou associations qui l’arpentent à titre récréatif. Deux sociologues, Jacqueline Candau et Philippe Deuffic, respectivement chargée de recherche et ingénieur d’études au CEMAGREF, ont étudié la mise en place de la Charte forestière de territoire (CFT) du pays Adour-Landes Océanes (ALO) relancée en 2006 à l’initiative d’un groupe d’élus locaux et des services forestiers de l’État10. La scène locale de discussion que cet instrument de délibération a permis de formaliser a été largement investie par les acteurs économiques de la filière bois. Pour autant, ceux-ci n’ont jamais négligé de poser la question de l’environnement – forestier – dans ses rapports avec des usages récréatifs alors même que seul un groupe de randonneurs s’était intéressé aux échanges engagés. Pour les acteurs économiques mobilisés, il importe que ce « bien commun », au titre d’un « service récréatif », obéisse à une réglementation relative aux activités de cueillette, à l’interdiction des loisirs motorisés et à la préservation des voies d’accès et pistes indispensables à l’exploitation forestière.

25Certaines initiatives impulsées par le mouvement sportif lui-même visent des objectifs assez similaires. En Gironde, par exemple, depuis l’installation d’une commission départementale des espaces, sites et itinéraires (CDESI), en 2002-2003, le Comité départemental olympique et sportif de Gironde a œuvré à la « construction d’une parole collective » au sein de la quarantaine de comités et structures qui s’occupent des sports de nature. L’objectif du CDOS Gironde est de pouvoir décloisonner les disciplines, de mieux faire connaître les sites de pratiques de pleine nature, de mettre en place un « événementiel sport de pleine nature, patrimoine et environnement » dans le respect des espaces et activités économiques des populations locales. Le Conseil général de la Gironde, les élus territoriaux et les maires sont attentifs à ces orientations porteuses de valeurs partagées. Un Conseil départemental des sports de nature joue ici le rôle indispensable d’organe de dialogue et de médiation dans les processus décisionnels associant les différents acteurs concernés par la valorisation récréative des territoires de proximité.

26Les municipalités apportent une attention accrue aux circulations douces, en particulier par l’aménagement des pistes cyclables et des allées – ou parcours – de promenade qui permettent d’établir un contact immédiat entre la « ville » – l’urbain, le péri-urbain – et un cadre de « nature ». Les transformations économiques d’hier sont souvent à l’origine de ces innovations culturelles d’aujourd’hui. Les anciennes lignes de chemin de fer local, désaffectées puis démantelées, sont reconverties en réseaux de pistes cyclables (de Bordeaux vers les plages du Médoc, ou de Bordeaux vers l’Entre-deux-Mers, par exemple). Parfois, des signes de protestation politique se manifestent à l’encontre du « tout loisir », ou encore des conflits d’usages naissent comme cela a pu être observé à propos des nouveaux aménagements des rives du Canal du Midi. Dans le prolongement des interrogations du géographe Robert Marconis, soulignant ce type de mutation accompagnée d’enjeux identitaires forts (Marconis, 1981), d’autres chercheurs ont récemment étudié cette « mutation de l’espace public » qui s’accompagne d’une complexité des flux de fréquentation et des nouveaux usages sociaux. « Espace urbain de circulation, d’échanges et scènes collectives, espace résidentiel, sportif, touristique », la reconversion du canal ouvre conjointement à des conflits d’usage et de cohabitation d’usagers (Haschar-Noé et Moralès, 2006).

27Cet aperçu quelque peu panoramique serait incomplet si nous ne disions rien de la vocation de l’Université de Bordeaux à accueillir des étudiants étrangers pour la préparation d’un doctorat, en particulier ceux originaires du continent africain francophone. Les sciences du sport, les sciences humaines et sociales, les humanités y sont bien représentées. Certains d’entre eux, devenus docteurs et enseignants universitaires, sont aujourd’hui nos collègues et trois d’entre eux ont apporté une contribution décisive au thème du colloque. Il s’agit d’Abellatif Naja, d’Émile-Jules Abalot et d’Abdou W. Kane. Leurs travaux scientifiques les conduisent à s’interroger sur le divorce de l’homme avec la nature, sur le mauvais partage des richesses et sur la société de gaspillage qui ronge souvent le sport, tout en imposant à ce dernier un modèle arbitraire et exclusif, en dehors de son périmètre historique. Ils rejoignent alors le propos du philosophe Michel Serres, natif d’Agen, en Lot-et-Garonne, invoquant la nécessité d’un « contrat naturel » (Serres, 2009 [1990]). Le « contrat social » a fini par se fermer sur lui-même, « laissant hors-jeu le monde » constate le philosophe (p. 64). Au contrat exclusivement social, il est urgent d’« ajouter la passation d’un contrat naturel de symbiose et de réciprocité » (p. 67). La souillure du monde et de la nature n’est plus acceptable. Le philosophe décrit le moment fatal qui marque cette rupture avec la nature. « Nous avons perdu le monde : nous avons transformé les choses en fétiches ou marchandises, enjeux de nos jeux de stratégie ; et nos philosophes, acosmistes, sans cosmos, depuis tantôt un demi-siècle, ne dissertent que de langage ou de politique, d’écriture ou de logique » (p. 54). De même, ces collègues et amis d’Afrique nous aident à relativiser démarches et points de vue, et nous permettent d’échanger en prônant le cas échéant un comparatisme rigoureux. Les deux premières cités, auxquels il faut ajouter le nom de Pascal C. Dakpo, ont également participé au 7e Congrès international : Comparer le sport. Usages & controverses, organisé sous l’égide de la Société de sociologie du sport de langue française (3SLF) par l’Université de Strasbourg les 29, 30 et 31 mai 2013.

Acquis du colloque de Bordeaux et mises en perspective

  • 11 Plusieurs publications livrées dans le cadre d’un programme quadriennal Sport (1991-1995) ont trai (...)
  • 12 Roux, Sontag, 2008. « Les sports de nature sont aujourd’hui une composante incontournable des prat (...)
  • 13 Citons à titre d’exemple l’action développée par Mountain Riders, qui a vu le jour en 2000. Forte (...)

28Le colloque de Bordeaux, le volume des actes qui en résulte sont deux initiatives qui, tout en revendiquant leur originalité, s’inscrivent d’une part dans une ligne de recherches caractérisée par le rôle fédérateur de la MSHA11 et les fructueuses coopérations engagées avec les enseignants-chercheurs de la Faculté des sciences du sport de l’Université Bordeaux Segalen et, d’autre part, dans un vaste chantier portant sur les relations entre le sport, la nature et l’environnement. Il ne s’agit pas d’oublier ou de négliger les diverses façons dont des auteurs et des équipes de recherche (Bessy, 2008 ; Gillet, Sorzana, 2011), des institutions universitaires12 et des organismes privés13 ont déjà abordé ou abordent, en d’autres occasions, un thème avoisinant celui du colloque ou certains de ses axes. D’ailleurs leurs publications sont mentionnées dans ce volume, parfois à maintes reprises, dans la mesure où elles servent d’appui méthodologique, de référence théorique ou factuelle, voire de base de discussion indispensable. Un certain nombre d’entre eux étaient présents parmi nous à Bordeaux. En outre, diverses publications sont destinées à la formation et à l’information des élus locaux, des personnels de la fonction publique territoriale et des acteurs sportifs. Le renouvellement des générations se nourrit aussi de ces connaissances et expertises. D’autres travaux (rapports de recherches, rapports d’évaluation, documents prospectifs, etc.) contribuent à l’enrichissement des connaissances. Les bibliographies et notes bibliographiques qui accompagnent les différents chapitres donnent un aperçu significatif de cette richesse.

29Au terme de ce qui peut être lu comme un bilan d’ensemble du colloque, mais qui ne saurait éclipser la qualité spécifique de chaque contribution, il faut revenir sur quelques résultats récurrents qu’on peut aisément repérer au niveau des textes réunis. Ces aspects font souvent écho aux faits significatifs présentés comme autant de jalons historiques dans le texte d’introduction des actes, reconsidérés ensuite en début de conclusion, à l’échelle de l’Aquitaine, et ils méritent d’être récapitulés. Ne nous cachons pas, cependant, que la problématique retenue pour ce colloque était d’une réelle complexité, et qu’elle le reste. D’ailleurs, la diversité des approches, des thèmes choisis, des temps ou des espaces privilégiés par les auteurs, en donne un aperçu significatif. Il ne s’agit pas d’ajouter à cette complexité ou, ce qui serait pire, d’y introduire de la confusion. Nous pensons cependant que les propos qui suivent, organisés autour de quelques orientations, qui bénéficient de l’ouverture pluridisciplinaire du colloque, seront de nature à aiguiser la curiosité des lecteurs et, pourquoi pas, à inspirer de prochains colloques ou des journées d’études.

Les propriétés du sport…

  • 14 Haut Comité des Sports, 1965. Le politologue Jean Meynaud (1966, p. 218) considère qu’il s’agit là (...)

30Mettre en relation « sport » et « développement durable »… Ne touche-t-on pas là, en partie, aux propriétés à la fois intrinsèques et dérivées du « sport » ? Ce type de propriété conduit à déborder de la règle sportive en se référant, par une sorte de saut, aux règles de conduite en société, déclinées au fil des décennies en principes moraux, en principes citoyens, en principes durables… À chaque étape historique de développement du sport, le défi s’enfle démesurément. Avant-hier la vocation de conquête socio-politique par des jeunes issus de milieux favorisés grâce à l’expérience de la compétition sportive (on pense à certains ouvrages publiés par Pierre de Coubertin), hier l’injonction à faire l’apprentissage social du « vivre ensemble » en s’investissant dans une association sportive (comme dans le « rapport Borotra14 » et jusqu’aux productions valorisant haut et fort la « citoyenneté » sportive), aujourd’hui la proclamation d’une pratique sportive soucieuse de respecter l’environnement, de protéger la nature et de « contribuer au développement durable en pensant aux générations futures »… Au fur et à mesure que la société se trouve plus que jamais aux prises avec ses propres contradictions : inégalités sociales, dénis de citoyenneté répétés, altération accélérée des richesses naturelles et pillage des ressources énergétiques…, le sport apparaît comme une réponse alibi, une manifestation de la « bonne conscience », un ensemble de petits gestes vertueux indispensables, un isolat de moralisation des mœurs dans un monde marqué par des exactions économiques et des abus en tout genre. Certes, à l’échelle des jeunes générations, le sport s’impose comme un outil pédagogique utile, indispensable à la socialisation des enfants et des adolescents, garçons et filles grâce à l’acquisition de techniques du corps utiles et intéressantes en elles-mêmes mais y a-t-il lieu de surcharger la logique de transmission qui la favorise en l’habillant d’effets de circonstance ? Le sport se construit sur l’oubli de son origine sociale pour, en définitive, y revenir sous une forme idéalisante. Le philosophe Yves Vargas a disséqué cette réalité du sport (Vargas, 1997). Pareille porosité du sport renvoie à une propriété caractéristique du sport. Un autre philosophe, Michel Bouet, ajoute à cette distanciation critique le relativisme temporel. Il revendique « une certaine réserve quant à l’espèce de confiance a priori qu’accordent à la valeur du sport, pour une jeunesse actuelle, les gens des générations antérieures pour lesquels le sport a été une grande valeur de leur propre jeunesse » (Bouet, 1968, p. 103-108). On comprend mieux, indirectement, l’importance, voire la nécessité d’un renouvellement des valeurs attachées au sport, indissociable des constructions générationnelles. Peut-être s’agit-il pour le chercheur d’identifier là une ou plusieurs valeurs secondaires ou dérivées plutôt que des valeurs premières.

Penser le développement durable…

  • 15 Où en est-on, d’ailleurs, du « Grenelle de l’Environnement » initié par l’État en 2007, à grand re (...)

31Le processus de sécularisation des sociétés modernes, l’effondrement des cosmogonies auxquels il faut se monter attentif modifient le rapport de l’homme à sa propre existence et à son environnement. Sur leur ruine, définissant un nouveau rapport de l’homme à la nature et à l’ordre du monde, le « développement durable » est devenu le mot d’ordre des Prométhée déchaînés que sont les opérateurs industriels bien intentionnés et certaines politiques qui les accompagnent. Le développement durable est l’une des idéologies du xxie siècle, un grand récit mobilisateur, autant qu’un diagnostic scientifique sur les niveaux de développement atteints aujourd’hui par les sociétés, en particulier lorsqu’ils mettent en péril la qualité de vie des générations futures. À la lumière de certaines études présentées lors du colloque, on comprend que le discours élaboré articulant pratique sportive et développement durable, évoquant les impacts sur le plan économique, social et environnemental, ne puisse être porté que par les institutions ou par des experts confirmés, et ceci au nom de l’intérêt général. En revanche, les pratiquants se montrent essentiellement attentifs à l’aspect environnemental, au cadre naturel en tant que tel, dans lequel s’inscrit leur activité de loisir. Quant aux intermédiaires, organisateurs publics ou privés, promoteurs d’activités sportives de nature doivent en principe maîtriser l’interface entre des principes généraux et l’adaptation à la demande d’activités. Il en va de la compatibilité des activités diverses sur un même territoire. Il en va également de la pérennisation de leur propre activité de promotion des activités de nature. Penser que les pratiquants sportifs ou les petits groupes organisés (un club, une section) pourraient être mieux sensibilisés par une communication adéquate semble trouver rapidement ses limites. L’obligation de maîtriser des aspects sociaux, des aspects économiques et environnementaux majeurs, se projeter dans un futur plus ou moins proche, ne font pas vraiment partie de la culture sportive… Cette omniscience n’est pas réalisable. De même un « pédagogisme » trop pesant, à l’occasion d’une participation à des événements sportifs de masse, trouvera lui aussi ces limites. Sous cet angle, l’insuffisance de communication pédagogique est pour partie un leurre. Enfin, ne perdons pas de vue que le développement durable est aussi une figure obligée, quasi rhétorique, du discours, de la communication exemplaire et des rituels de bienséance. Sans oublier, en France par exemple, un manque d’investissement politique, comme le soulignent Catherine Aubertin et Franck-Dominique Vivien15 (Aubertin et Vivien, 2006), une politique « inaboutie » qui conduit à renvoyer à plus tard des choix sociétaux pertinents.

D’une nature… l’autre

  • 16 Sans oublier les travaux conduits par Christian Pociello et synthétisés par exemple dans un livre (...)

32Plusieurs formes de revendication en faveur de la « nature » et des points de basculement (fuir la ville en se ressourçant au contact de la nature) ont été repérés et analysés, à l’échelle de plus d’un siècle. L’invocation de la « nature » est passée par plusieurs attitudes possibles, au cours des décennies, avec parfois des variantes nationales significatives. Il s’agit de constructions progressives et circonstanciées. La nature peut être considérée comme un cadre grandiose ou pittoresque, selon l’échelle considérée, dans lequel l’homme n’est pas encore intervenu. Les pionniers de l’alpinisme ont éprouvé ce sentiment, au fur et à mesure qu’ils parvenaient à conquérir de nouvelles cimes. Cette nature première est souvent une abstraction de l’esprit tant l’intervention de l’homme a modelé bien des paysages, même ceux qui semblent les plus naturels. La forêt des Landes, par exemple, est totalement artificielle et cultivée. Quelquefois, la nature est appréhendée en lien avec un mode de vie rural et traditionnel menacé de disparition. Lorsque les premiers adeptes du canoë décident de dresser un inventaire du patrimoine nature (rivières, cheminements d’accès, sites d’exception…), au début du xxe siècle, c’est déjà, en germe, la fréquentation de masse qui se dessine à l’horizon. Ainsi, la « nature » inspire un point de vue utopique, une sorte d’idéal projeté sur la réalité des choses. Mais une utopie peut être constructrice. L’assimiler à une illusion serait une erreur. D’ailleurs plusieurs contributions font référence à cette notion en étudiant l’attrait pour la « nature » qui opère à l’opposé du développement urbain et industriel16. Aujourd’hui, au contact des sportifs (randonnée, escalade, VTT, plongée sous-marine…), la nature s’use, se trouve modifiée et se transforme. C’est au nom de sa protection et de la démocratisation des loisirs de pleine nature que de vastes opérations immobilières et d’aménagement des sites sensibles sont engagées. Ces opérations et leur part d’inconséquence doivent être limitées et réduites sous effet conjugué du politique et des générations nouvelles.

Les phénomènes générationnels à l’œuvre

  • 17 Il n’est qu’à feuilleter le catalogue des Presses Universitaires du Sport (PUS, Voiron) ou encore (...)

33Ces changements, qui s’accompagnent parfois de ruptures et de véritables mutations culturelles, peuvent être mis en perspective avec la dynamique intergénérationnelle. Le renouvellement des pratiques sportives, en particulier pour les sports de nature, est un marqueur générationnel fort, mobilisant les deux sexes. Mais les sportifs ne sont pas les seuls acteurs en présence. Dès lors, les situations locales, en particulier, s’en trouvent compliquées car ce qui est perçu par les uns comme un « terrain de jeu » sera d’abord, pour d’autres, un « espace de travail » et de rentabilité économique parfois séculaire. Ne faut-il pas distinguer alors la façon dont opère le renouvellement des générations au sein de chacune des catégories d’acteurs en présence ? C’est indispensable et plusieurs communications s’y emploient. Bien des processus décisionnels examinés, conformes à une conception de l’intérêt général bien compris, gagnent en intelligibilité à être replacés dans ce cadre conceptuel incluant par exemple les attentes de la population installée à l’année, celles des pratiquants sportifs plus ou moins occasionnels et à la recherche de sensations fortes, l’attitude des représentants de l’autorité locale (élus politiques, agent de l’Office national des forêts, gardes divers, militants associatifs, etc.). D’autres traits ont leur importance : les filières de formations et les diplômes requis17, au titre de l’encadrement ou de la réglementation des pratiques sportives par exemple, les classes d’âges concernées, la modernisation des trajectoires familiales locales désormais ouvertes au tourisme sportif et à de nouvelles formes de professionnalisation dans les services (devenir animateur spécialiste de la faune et de la flore locales, exercer l’emploi de moniteur de ski l’hiver et d’accompagnateur de groupes de randonnée en montagne l’été…), par exemple. Ce sont autant d’aspects, parmi d’autres, à ne pas négliger. Des connivences intra-générationnelles peuvent être déterminantes. Des liens ou des blocages inter-générationnels ajoutent à la complexité des faits observables.

34Faut-il considérer qu’associer activités sportives de pleine nature et développement durable soit une « question de génération », comme l’envisageait à titre interrogatif l’intitulé de colloque ? Le fait générationnel se donne à lire, et parfois à déchiffrer, en fonction du renouvellement des marqueurs d’identification d’une classe d’âge. Sur le long terme, les spécialistes des sciences de l’homme et de la société s’accordent à considérer que trois trames événementielles jouent ici un rôle déterminant. Les sensibilités culturelles et esthétiques se succèdent, contribuant à l’affirmation des constructions identitaires de la jeunesse. Au plan des sports, le fait est connu et étudié. Parfois, les drames de l’histoire que sont les guerres (les deux guerres mondiales, la guerre d’Algérie…) imposent une chronologie déterminante, avec les incidences que l’on sait sur la jeunesse. L’affirmation des grandes causes suscitant des mobilisations politiques ou sociales, dont les enjeux ont varié selon les époques, voient à l’œuvre toute une jeunesse, que celle-ci soit encadrée ou non.

35Aujourd’hui, la quête de singularité des jeunes, favorisée par le sport (Attali, 2010, p. 473-476), est stimulée par le marché des biens d’équipement sportif et des messages publicitaires qui mettent en scène l’omniprésence des marques. Il s’agit là d’un trait spécifique de la société actuelle. Divers sports de pleine nature nécessitent un équipement de la personne. La jeunesse se distingue par l’attention portée à ce matériel plutôt sophistiqué, à la fois innovant, coûteux, prétexte à discussion, signe de prestige et marqueur identitaire. Selon Naomi Klein (2002 [2000]), les marques – de matériel – elles-mêmes deviennent « des idées, des attitudes, des valeurs et des expériences », au point de constituer une « culture » (p. 67). La puissance des marques résulte de la rencontre de deux logiques. La première correspond à une nécessité de l’ère industrielle : « dans le contexte de monotonie manufacturée, il fallait fabriquer, en même temps que le produit, la différence d’image » (p. 33). L’autre logique est un pari lancé dans ce contexte de marché concurrentiel. Face à des groupes démographiques de « jeunes » en quête d’identités nouvelles, il a fallu « façonner des identités de marque qui entreraient en résonance avec cette nouvelle culture » (p. 121). Les entreprises fabriquent des produits mais ce sont des marques qui s’achètent. L’environnement de la pratique sportive, qu’il soit naturel ou artificiel, est devenu un théâtre d’expression où se jouent et s’affrontent des identités. Les groupes de jeunes y tiennent une place majeure. C’est donc une question de génération.

36S’agissant du thème du colloque, intégrant la protection de l’environnement et l’exigence d’un développement durable, et en s’appuyant sur les éclairages fournis par les contributions traitant de terrains d’études contemporains, face aux sensibilités culturelles et esthétiques qui s’expriment dans les sports, la puissance publique oblige à des arbitrages et à une démarche pédagogique appropriée, de façon à ce que les droits de ceux des habitants qui occupent un territoire donné au titre d’une activité socio-économique installée parfois de longue date ne soient jamais lésés par ceux qui utilisent ce même espace à des fins strictement récréatives. Ajoutons que les usagers sportifs ne sont pas uniquement des jeunes. Dès lors, il est évident que le thème abordé dans le colloque met en avant tout un éventail de relations codifiées, à la fois intra et intergénérationnelles. En cela, c’est une question d’actualité, une question du temps présent, à replacer dans la durée.

L’action concertée dans le développement territorial. Le rôle du politique

37L’aménagement sportif de l’espace et des territoires semble s’accompagner inexorablement de ruptures, voire de mutations. La quête de la nature, plus haut (en montagne), plus loin (des villes, ou du Vieux Continent), le sentiment de dépossession du territoire qu’éprouvent des natifs d’un lieu, les « autochtones » à l’égard des « intrus » sportifs, tendent à susciter des conflits d’usage, des antagonismes plus ou moins virulents… Les constructeurs, les promoteurs immobiliers font eux aussi figure d’« intrus » attirés par l’appât du gain. On a tendance à examiner ce type d’oppositions spectaculaires. Or plusieurs contributions mettent l’accent sur des terrains d’observation et d’enquête qui peuvent être déchiffrés non comme des dyades oppositionnelles mais comme autant de triades, avec des configurations, des ensembles distribués en fonction de trois éléments : a) les « autochtones » (par exemple des agriculteurs, des éleveurs…) b) les « intrus » (en particulier les sportifs, les touristes) c) les « arbitres » décideurs (élus locaux, agents des services préfectoraux, autres représentants de la puissance publique, etc.). Pierre Parlebas considère que ce « triangle » constitue une « unité fondatrice » des interactions sociales (Parlebas, 2011, p. 5-25). Theodore Caplow (Caplow, 1971), à la suite des travaux de Georg Simmel, a identifié « huit types de triades caractéristiques en fonction des rapports de force provoqués par le poids de chaque élément et par les différentes possibilités de coalitions qui en résultent ». Si l’on reprend la configuration autochotones-arbitres-intrus, plusieurs contributions proposées dans le cadre du colloque tendent à montrer que chacun des trois éléments (entendons ici des individus, des collectivités, des organisations) dispose de ressources spécifiques qui seront optimisées au contact des autres éléments et de leurs ressources respectives. Inversement, elles seront probablement réduites si la configuration s’appauvrit. Pierre Parlebas considère qu’il ne faut pas chercher systématiquement à regrouper deux éléments en un seul, de façon à transformer une triade en dyade (à l’« exemple des travaux de Th. Caplow », précise-t-il). Au contraire, il est indispensable de rendre compte de la « présence de liaisons ambivalentes entre les protagonistes d’une même activité collective » et de « calculs » qui pénètrent « la subjectivité des représentations des acteurs ». Par exemple, un éleveur installé en montagne a grandement besoin des touristes, des randonneurs, des sportifs pour vendre ses fromages et approvisionner en viandes les marchés locaux et les restaurateurs. Or les autres protagonistes se trouvent dans le même cas, à la fois obligeants, voire désobligeants, et obligés. En outre, des situations complexes peuvent être propices à la création de nouvelles normes et celles de la coopération peuvent aider à produire un bénéfice mutuel commun (Herrera-Cazenave, 2007). Sous cet angle, on comprend que le développement local puisse s’appuyer, selon les termes indiqués dans certaines études, sur l’apprentissage d’une « gouvernance » réussie, l’efficacité de l’« acteur-réseau » (selon les travaux de Michel Callon et Bruno Latour), et sur des « contextes territoriaux évolutifs » qui ne laissent pas beaucoup de place à l’idée du retour possible à une situation antérieure, sinon dans des discours teintés de nostalgie. Un ouvrage important, celui de Catherine et Raphaël Larrère (Larrère, 2009 [1997]), propose des pistes intéressantes mettant en valeur « une nature en devenir » dans laquelle l’homme pourrait s’inscrire sans dommage et sans compromettre la situation des générations à venir. Le fatalisme et la résignation ne sont pas les armes du développement des sociétés.

38On l’aura compris, les cinq orientations qui viennent d’être ébauchées dans le prolongement des acquis du colloque de Bordeaux gagneront à être placées en réciprocité de perspectives, de façon à considérer ce qui lie, d’une génération à la suivante, autour du thème Sports, Nature et Développement Durable, des hommes et des femmes, des paroles avec des actes.

Bibliographie

Références bibliographiques

Amsler Jean, Structure du Sport français en 1968, revue EP. S (suppl. no 99, juillet 1969) (54 p.).

Attali Michaël, « Générations » dans Attali Michaël et Saint-Martin Jean (dir.), Dictionnaire culturel du sport, Paris, Armand Colin, 2010 (583 p.), p. 473-476.

Aubertin Catherine et Vivien Franck-Dominique (dir.), Le développement durable. Enjeux politiques, économiques et sociaux, Paris, La Documentation française, 2006 (168 p.).

Augustin Jean-Pierre (dir.), Surf Atlantique. Les Territoires de l’Éphémère, éd. MSHA, 1994 (272 p.).

Bessy Olivier (dir.), Sport, loisir, tourisme et développement durable des territoires, Voiron, PUS, 2008 (175 p.).

Bouet Michel, « Les facteurs de l’expansion du sport moderne et leur signification par rapport à la jeunesse actuelle », Actas del Congresso mundial de Educacion fisica y deportiva, Madrid, septiembre 1966, INEF Madrid. Ed., 1968, p. 103-108.

Callède Jean-Paul, « Vendre ou défendre la peau de l’ours des Pyrénées… Sociologie de quelques subjectivités conflictuelles », dans Ferréol Gilles (dir.), Place et statut de la subjectivité dans les sciences sociales, Bruxelles, EME & InterCommunications (coll. « Sociologie Proximités »), 2014 (200 p.), p. 141-158.

Candau Jacqueline et Deuffic Philippe, « Une concertation restreinte pour définir l’intérêt général des espaces forestiers. Regard sur un paradoxe », VertigO – la revue électronique des sciences de l’environnement [En ligne], hors-série 6, novembre 2009, mis en ligne le 9 novembre 2009. Disponible sur : http://vertigo.revues.org/8906. Consulté en octobre 2011.

Caplow Théodore, Deux contre un. Les coalitions dans les triades, Paris, Armand Colin, 1971 (296 p.).

Charles Christian, Vayr Michel Laurent, Les Civilisations de la neige, Horvath, Ecully, 1991 (158 p., ill., c.). Voir p. 102-136.

Chateaureynaud Yves et Lapierre André (dir.), Aspects du sport à la Réunion, éd. MSHA, 1996 (216 p.).

Chesnel Marc, Pour un espace de loisirs différents, Paris, L’Harmattan 1993 (255 p. ; fig., c.). Voir p. 170 et suiv.

Clarimont Sylvie, Vlès Vincent, Tourisme durable et intercommunalité dans le massif pyrénéen. Analyse transfrontalière, Programme de recherche Politiques territoriales et développement durable, Université de Pau et des Pays de l’Adour, IRSA et Laboratoire SET (Fonds communs de coopération Aragon/Aquitaine), ministère de l’Écologie et du Développement durable, septembre 2006 (g. f., 84 p.).

Clarimont Sylvie, Vlès Vincent, « Pyrenean tourism confronted with sustainable development : partial and hesitant integration », Revue de Géographie Alpine | Journal of Alpine Research [En ligne], 97-3, 2009, mis en ligne le 9 décembre 2009. Disponible sur : http://rgarevues.org/index978.html. Consulté en octobre 2011.

Club Alpin Français, Manuel d’Alpinisme, publié avec la collaboration du Groupe de Haute Montagne, Chambéry, Librairie Dardel, tome 1 (397 p., ill.), tome 2 (297 p., ill.), 1934.

Dienot Josy, Theiller Didier, Les Nouveaux Loisirs de montagne. Les aventuriers du quotidien, éd. MSHA, 1999 (178 p.).

Dupuy J.-L., « Une base de plein air, celle de Maubuisson « Bombannes », L’Éducation physique, no 22 (52e année), 2e trim. 1960, p. 17-22.

L’Éducation physique, no 22 (52e année), 2e trimestre 1960, « Les scouts marins », p. 23-26, « Tourisme hippique et vacances à cheval (TCF) », p. 30-33, « Xe anniversaire de la fondation du Centre hébertiste de La Brède (Gironde) », dirigé par Pierre Barron, p. 66-68.

Gilbert Frédéric, « Tourisme sportif et logiques environnementales au sein du Parc naturel régional des Landes de Gascogne », dans UFOLEP & USEP, Territoires et développement local, actes de la 8e Université sportive UFOLEP/USEP, Carcans Maubuisson, 4-8 juillet 2000, s. l., 2000, p. 128-140.

Gillet Jean-Claude et Renversade Jean-Marc, « Le combat contre l’aménagement de la Côte aquitaine (1972) », dans Jean-Claude Gillet et Michel Mousel (dir.), Parti et mouvement social. Le chantier ouvert par le PSU, Paris, L’Harmattan, 2012 (396 p.), p. 235-252.

Gillet Jean-Marc, Sorzana Bruno, Les Politiques sportives au défi du développement durable, Voiron, Les Presses universitaires du sport, 2011 (74 p.).

Guérin Jean et Bernard, Des hommes et des activités autour d’un demi-siècle, Bordeaux, éditions B.E.B., 1957 (926 p.). « Rouhet (Georges) », p. 618. « Chambrelent (Alphonse) », p. 156.

Guiton Paul, Le livre de la montagne. Essai d’une esthétique du paysage, Paris, Arthaud, 1943 (274 p.).

Haschar-Noé Nadine, Moralès Yves, « Conflits d’usage, espace public et “nouvelles” pratiques sportives : l’exemple du Canal du Midi et de ses berges à Toulouse », dans Bouneau Christophe et Lung Yannick (dir.), Les Territoires de l’innovation, espaces de conflits, Pessac, MSHA, 2006 (298 p.), p. 139-164.

Haut Comité des Sports, Essai de doctrine du sport, doc. multigr., 120 p. ill., décembre 1965.

Herrera-Cazenave Sophie, « La “filière glisse” en Aquitaine : d’une croissance spontanée à un développement consolidé. L’innovation par la coopération territorialisée », dans Callède Jean-Paul et Menaut André (dir.), Les Logiques spatiales de l’innovation sportive. Conditions d’émergence et configurations multiples, Pessac, éd. MSHA, 2007 (288 p., ill.), p. 72-93.

Klein Naomi, No logo. La tyrannie des marques, (traduit de l’anglais), Québec-Arles, Éd. Léméac-Actes Sud (coll. Babel), 2002 [2000] (744 p.).

Lajoinie C., « “La Gracieuse”, école de manœuvre et de la nature », L’Appel de la mer, no 22, juin 1969, p. 10.

Larique Bertrand, « Les sports d’hiver en France : un développement conflictuel ? Histoire d’une innovation touristique (1890-1940) », Flux (Innovations et territoires), no 63-64, janvier-juin 2006, p. 7-19.

Larrère Catherine et Raphaël, Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l’environnement, Paris, Flammarion (coll. Champs/Essais), 2009 [1997].

Mann Patrice, Nature des enjeux et formes de mobilisation socio-politiques dans l’aménagement de la Côte Aquitaine (Gironde-Landes), thèse de doctorat en sociologie, Université Bordeaux 2, 1979 (349 p.).

Marconis Robert, « Les canaux du Midi. Outil économique ou monument du patrimoine régional ? », Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, tome 52, fascicule 1, 1981, p. 7-40.

Meynaud Jean, Sport et politique, Payot, 1966 (321 p.).

Müller J.P., Mon Système. 15 minutes d’exercices pour la santé (trad. française), Paris, J. Gamber, s. d. (1905) (90 p., ill.).

———, Le Livre du plein air (Traduit du danois par Fr. Leray et E. Philipot), Paris, Librairie Haar & Steinert, Copenhague, Holger Tillge, 1909 (196 p., ill.).

Parlebas Pierre, « Trio maudit ou triade féconde ? Le cas du jeu “Pierre-Feuille-ciseaux”, Mathématiques et Sciences Humaines/Mathematics & Social Sciences, 2011, no 196, 4, p. 5-25.

Pociello Christian, Les Cultures sportives, Paris, PUF, 1995 (287 p.).

Rouhet Georges, Revenons à la Nature et Régénérons-nous, Paris, Nancy, Berger-Levrault éditeurs, 1913 (XIX-239 p.).

———, La Jungle des civilisés, Paris, Berger-Levrault éditeurs, 1925 (XLVI-293 p.).

Roux Frédéric, Sontag Katja (dir.), Droit des sports de nature, Voiron, Les Classeurs de la lettre du cadre, Territorial éditions, 2008 (un vol., non paginé).

Russell Henry (Comte), Pyrenaica, Pau, Librairie Lafon, Imprimerie Vignacour, 1902 (250 p.).

Saint Marc Philippe, Socialisation de la nature, Paris, Stock, 1971 (380 p., fig., c.).

Serres Michel, Le Contrat naturel (1990), Paris, Flammarion (coll. Champs/Essais), 2009 (193 p.).

Streicher M.-C., « Les frères Ravier ou l’aventure pyrénéenne sur France 3 », La Dépêche. fr, 22 novembre 2008.

UFOLEP & USEP, Territoires et développement local, actes de la 8e Université sportive UFOLEP/USEP, Carcans Maubuisson, 4-8 juillet 2000, s. l., 2000 (234 p.).

Vargas Yves, Sport et philosophie, Paris, Le Temps des Cerises, 1997 (119 p.).

Villaret Sylvain, L’Évolution du naturisme et de l’éducation physique : les influences réciproques (xixe siècle-milieu du xxe siècle), thèse pour le doctorat de l’Université de Lyon 1 (mention STAPS), 2001 (3 tomes).

Vlès Vincent, « Du moderne au pastiche : questionnement sur l’urbanisme des stations de ski et d’alpinisme », Mondes du Tourisme, no 1, juin 2010, p. 39-48.

Notes

1 Ce manuel est bientôt complété par d’autres, qui connaissent un grand succès.

2 Il faut attendre près de trois décennies pour qu’un nouveau manuel soit publié, qui conserve cependant l’esprit du premier. Club Alpin Français, 1934.

3 Il s’agit en fait du livre L’Entraînement complet de l’homme, publié par l’auteur en 1902.

4 Des personnages comme Hébert, Rouhet et bien d’autres ont un travers égocentrique assez prononcé. Ils ne font jamais référence ni à leurs emprunts, ni aux influences les plus décisives dont ils ont bénéficié. Pour une vue d’ensemble de la question, voir Villaret, 2001.

5 Pour être précis, il faut savoir que par un décret du 27 novembre 1946, a été institué un Conseil national de la protection de la nature, dont la mission est de définir le statut des futurs Parcs nationaux, sachant qu’à la Libération, la France est l’un des rares pays développés à n’avoir élaboré aucune législation relative à ce type de territoire.

6 La carte qui vient compléter l’article de J.-L. Dupuy mentionne aussi un camp de scouts marins, au lieudit « la gracieuse ». Ce numéro de L’Éducation physique rassemble plusieurs articles qui traitent des activités de pleine nature : « Les scouts marins », p. 23-26, « Tourisme hippique et vacances à cheval (TCF) », p. 30-33, « Xe anniversaire de la fondation du Centre hébertiste de La Brède (Gironde) », dirigé par Pierre Barron, p. 66-68.

7 Une dizaine d’années plus tard, le responsable J.E.M. du site note : « Dans ce retour à la nature, dans ce site sauvage et isolé, le danger d’un retour à l’état sauvage était réel ». Il convenait de faire preuve de discipline, à la fois individuelle et collective. « La continuation de notre présence à La Gracieuse doit beaucoup au respect de la nature et à la bonne tenue dont ont fait preuve les stagiaires », Lajoinie, 1969, p. 10.

8 Voir par exemple Vlès, 2010, p. 39-48 ; Clarimont, Vlès, 2009.

9 Streicher, 2008. Le film a été récemment projeté dans le cadre de La Mémoire de Bordeaux, en présence de la réalisatrice et des frères Ravier, le 30 mai 2013, dans l’Auditorium du Musée d’Aquitaine (Bordeaux).

10 Candau et Deuffic, 2009.
Les auteurs appartiennent au Centre national du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et des forêts, CEMAGREF UR ADBX, Cestas, Gironde.

11 Plusieurs publications livrées dans le cadre d’un programme quadriennal Sport (1991-1995) ont trait au thème. Entre autres : Augustin, 1994 ; Chateaureynaud et Lapierre, 1996 ; Dienot et Theiller, 1999.

12 Roux, Sontag, 2008. « Les sports de nature sont aujourd’hui une composante incontournable des pratiques sportives. Le législateur a d’ailleurs pris acte de ce nouvel enjeu en consacrant, dans la loi du 6 juillet 2000 sur le sport, un titre spécifique aux sports de nature. Cette loi est désormais codifiée (ordonnance du 23 mai 2006). »

13 Citons à titre d’exemple l’action développée par Mountain Riders, qui a vu le jour en 2000. Forte de 400 adhérents et d’une cinquantaine de membres actifs, dix ans plus tard, l’association s’efforce de (re)penser l’articulation entre fréquentation de la montagne et développement durable.

14 Haut Comité des Sports, 1965. Le politologue Jean Meynaud (1966, p. 218) considère qu’il s’agit là d’« une simple mise en forme de lieux communs ». Jean Amsler, dans la revue EP. S (suppl. no 99, juillet 1969), indique que ce rapport est à classer parmi les « textes mythophores »…

15 Où en est-on, d’ailleurs, du « Grenelle de l’Environnement » initié par l’État en 2007, à grand renfort d’annonces et d’engagements de principe ?

16 Sans oublier les travaux conduits par Christian Pociello et synthétisés par exemple dans un livre souvent mentionné : Les Cultures sportives, 1995.

17 Il n’est qu’à feuilleter le catalogue des Presses Universitaires du Sport (PUS, Voiron) ou encore les offres de formation dispensées à l’Université (master 1 et Master 2) pour se rendre compte de l’activité de production de connaissances et d’outils d’aide à la décision dans le domaine couvert par le colloque.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540