Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Quatrième partie. Des territoires de vie confrontés aux cultures sportives

Aménagements sportifs et développement durable : des enjeux interculturels et/ou générationnels

Émile-Jules Abalot, Pascal Codjo Dakpo et Abdou W. Kane

Texte intégral

1L’utilisation abusive du sport et de ses manifestations comme reflet des tensions idéologiques d’une part et les différentes implications de la haute performance sportive dans les autres secteurs de la vie sociale et économique d’autre part, permettent de mieux positionner l’ensemble des interrogations majeures qui fondent leur légitimité sur les conditions auxquelles les formes d’expression corporelle devraient répondre pour continuer à assurer un développement durable. En effet, s’intéresser à l’audience du sport dont on a voulu qu’il soit un des acquis essentiellement culturel et largement partagé par le monde contemporain, très sensible aux caractéristiques physiques, chimiques et biologiques des écosystèmes plus ou moins modifiées par l’action de l’homme, revient à s’interroger sur les métamorphoses de l’environnement, l’hégémonie culturelle des modèles sociaux et les épiphénomènes liés aux valeurs éthiques qui occultent davantage la mission éducative et pédagogique assignée aux Jeux olympiques (JO).

  • 1 Le Cameroun a été quatre fois sacré champion de la Coupe d’Afrique des Nations en 1984, 1988, 2000 (...)
  • 2 Au Congo Kinshasa, vivent encore les Pygmées qui constituent les dernières sociétés aborigènes.

2À propos de la délocalisation des pratiques sportives vers de nouveaux espaces de pleine nature, notamment en Afrique Noire francophone, et la nécessité d’y aménager des infrastructures adéquates (signe d’urbanisation et de démocratisation du sport), il serait plus pertinent de préciser le rôle compensateur du sport dans la recherche d’un équilibre entre les enjeux économiques suscités par les innovations technologiques et la surexploitation des ressources minières ou autres de la nature. D’ailleurs, les travaux effectués par Lavoisier et Marey (1881-1894) sur le transport de l’oxygène et de l’air pur, ainsi que les grandes épidémies, le surmenage scolaire et les analyses chronophotographiques sont à l’origine des grands courants pédagogiques de l’Éducation physique à tendance écologique. À cet égard, le parallélisme entre les pratiques sportives d’une part et le développement durable d’autre part a tôt fait d’être établi car l’industrialisation, par la recherche constante de nouveaux espaces et l’aménagement des infrastructures sociocommunautaires, modifie en profondeur les relations de proximité, disloque ou recompose l’environnement pour engendrer finalement des enjeux interculturels, technologiques et dans une moindre mesure éducatifs. À ce titre, et en raison de la surexploitation du deuxième grand bassin forestier au monde (après celui de la forêt de l’Amazonie) par les firmes étrangères, le bassin du Congo est soumis à une déforestation abusive ; les conséquences engendrées par cette action de l’homme sur la nature se traduisent par des dégâts écologiques intenses avec une diminution de la biodiversité et une perte à long terme des ressources financières. Rappelons que le bassin forestier du Congo recouvre une superficie de deux millions de km, dispose d’une mine de trésors pour l’humanité et qu’il est partagé entre six pays : le Cameroun1, la Centrafrique, le Congo-Brazzaville, le Congo Kinshasa2 et la Guinée Équatoriale. Est-ce que cet échantillon est représentatif des 54 pays anglophones, francophones ou lusophones que compte l’Afrique ? En tout cas, le cadre de référence requis par les caractéristiques des écosystèmes plus ou moins modifiés par l’homme dépasse largement le périmètre local ; il est planétaire tout comme l’olympisme.

  • 3 Nous faisons mention du Sommet sur la préservation de l’environnement qui a eu lieu au Congo du 29 (...)

3C’est dans cette perspective d’ensemble que se justifie la formulation d’une interrogation majeure. Celle-ci met en évidence le fait que, malgré les efforts entrepris par les institutions internationales pour homogénéiser les circuits de gestion durable de l’environnement, la tenue des différents Sommets de la terre3 au Congo sur la préservation de l’environnement et les nombreux rappels à l’ordre effectués par les différents acteurs du système, les nuisances liées aux actions de l’homme sur la nature restent toujours influencées par des décisions stratégiques relevant du recours à la multiculturalité des peuples.

4En nous inscrivant dans l’« écologisation des pratiques » (Pociello, 1999), la question se pose de savoir dans quelle mesure les pays africains peuvent passer harmonieusement et sans heurt de leur statut de pays pauvres et sous-développés à une remise à niveau suffisante de leurs propres pratiques. Il semble bien que, malgré les efforts entrepris par les multinationales pour réduire les inégalités sociales dont le sport porte les différentes influences, l’interculturalité puisse positivement permettre de repenser le concept du développement durable. Il n’est plus nécessaire de revenir sur le sens donné au « développement durable » qui est une expression quelque peu galvaudée à notre avis. Précisons néanmoins que le développement durable, aujourd’hui, doit donner satisfaction aux exigences précises et pressantes que sont « nourriture pour tous », « santé pour tous », « logement pour tous », « instruction pour tous », « accès de tous à l’information », « transparence dans la gestion des affaires publiques », « plus de liberté pour tous les peuples etc. » (Capo, 2009, p. 1). Comment alors permettre aux générations présentes et futures de produire une prise de conscience suffisamment acceptée et partagée, intégrant les aménagements sportifs et la protection de l’environnement ? En d’autres termes, il s’agit de cerner les représentations que les microsociétés africaines se font de leur environnement pertinent et/ou spécifique et de voir comment elles appréhendent leur cosmogonie. Telles sont les questions auxquelles nous voudrions apporter quelques éléments de réponses. L’objectif majeur que vise cette étude est de mettre en évidence l’inadéquation observable entre la délocalisation des diverses formes de pratiques sportives vers de nouveaux espaces géographiques, sous-équipés en infrastructures et mal préparés pour accueillir les innovations scientifiques et technologiques, puis de montrer que les microsociétés africaines, dépourvues de techniques complexes d’utilisation du corps et essentiellement caractérisées par une culture éphémère, ont un faible impact sur leur environnement. Et ne s’agit-il pas là d’un atout à valoriser ?

Approche théorique

5Du point de vue des références théoriques qui, en outre, sont loin de se ramener à une unicité des points de vue sur les concepts usités, c’est par un recours systématique aux travaux réalisés successivement par un groupe d’humanistes, d’aristocrates, d’intellectuels et d’esthètes, dont l’historien Pierre de Coubertin, que l’étude tente de rétablir une meilleure visibilité sur les comportements latents ou affichés dans les secteurs du Sport, de l’EPS et de l’Environnement. La superposition des premiers outils d’analyse construits pour une lecture adéquate de la « sociologie du sport africain » (Callède, 2010) avec le modèle d’analyse de « contre-société contredite » développé par Bernard Jeu (1977) a en définitive abouti à la construction de nouveaux outils qui mettent en relation l’ensemble des traits caractérisant l’écosystème plus ou moins modifié par l’homme d’une part, les aménagements sportifs auxquels s’ajoutent les défis conduisant aux enjeux de l’interculturalité d’autre part. Cette approche a permis de mettre en évidence les défis environnementaux face à l’interculturalité afin d’entrevoir les effets sur les générations présentes et futures. Car selon Nancy Midol (2000, p. 1520), - « le sport fut par essence la culture de la modernité », en ce sens qu’il est né avec elle, et comme pour la servir ou participer à sa construction. À l’évidence, il en partage toutes les tonalités émotives notamment (tension vers le progrès et obligation de résultats avec toutes les contraintes que sont par exemple l’entraînement, le dopage…), la volonté de maîtriser à tout prix l’objet sportif en l’isolant de son contexte géopolitique et socioculturel (un record est « universel », qu’il soit réalisé à Tokyo, au Chili ou au Bénin) en référence à « l’unicité de la culture sportive » (Callède, 2007, p. 480). Sur ces aspects, la recomposition à grande échelle de l’environnement et l’hégémonie des modèles sociaux mobilisent quelques variables retenues pour mettre en relation les pratiques sportives et le développement durable. Cette étude ambitionne d’articuler le développement durable autour du progrès économique, de la mixité sociale et du respect de l’environnement, traversé et impacté désormais par des modes d’action de nombreuses organisations. Parallèlement, la promotion du sport revêt des enjeux pluriels alors que son exportation vers de nouveaux espaces géographiques engendre de toute évidence des disfonctionnements structurels. Entre les deux champs, si des liens existent a priori, des connexions directes et concrètes restent à établir entre les cultures.

Démarche méthodologique

  • 4 Sciences et techniques des activités physiques et sportives.
  • 5 Phénoménologie : chez Husserl, méthode philosophique qui cherche à revenir aux choses mêmes et à l (...)

6Cette étude exploratoire et de facture qualitative a été réalisée dans le contexte béninois. Pour rester conforme à l’esprit pluridisciplinaire des STAPS4, une consultation de la bibliographie disponible privilégiant des disciplines proches et connexes que sont par exemple l’anthropologie, l’ethnologie, les sciences de l’environnement autant que les sciences politiques, économiques et de gestion, entre autres, a été menée, dans un premier temps. Dans un deuxième temps, nous nous sommes basés sur une démarche phénoménologique5 restreinte, faite de technique de l’observation de l’environnement socioculturel, géographique et sportif des communautés béninoises. Plus précisément, nous avons procédé à une observation des pratiques sportives qui, lorsqu’elles ne sont pas canalisées vers le respect de la nature et des règles éthiques, engendrent des menaces pour la survie de l’humanité. L’analyse des données a consisté à un recoupement des données documentaires, de l’observation de terrain et des contenus de discours de 15 sujets (personnalités politiques, agents garants des traditions ancestrales africaines). Ce sont les désastres environnementaux et les diverses opinions face à la déforestation pour y implanter des espaces sportifs qui nous intéressent.

Esquisse d’un parallélisme et construction d’un argumentaire autour des concepts : Activités Physiques, Sports et Développement durable

7De par leur fonction utilitaire, les Activités physiques et sportives (APS) font appel à un engagement physique et corporel obéissant à des normes sociales. Elles permettent d’agir sur l’environnement, de le transformer afin d’assurer in fine l’adaptation quotidienne des hommes. La mise en œuvre d’une politique de développement des A.P.S. se structure autour d’un ensemble de mesures et de programmes élaborés par les institutions publiques ou privées dans la perspective d’agir sur les variables de production et d’amélioration du niveau de vie. La préparation à une telle attitude du corps sollicite un perfectionnement régulier, le maintien de sa santé physique et intellectuelle, et elle présente de nombreux avantages en ce sens qu’elle s’inscrit dans une logique de développement durable. L’activité physique engendre donc un travail productif car les microsociétés ne disposent que de techniques rudimentaires pour satisfaire leur besoin physiologique et de subsistance. En conséquence, leur impact sur la nature reste faible et localisé. Le travail peut en effet intégrer les données spécifiques aux activités physiques grâce auxquelles l’homme met en mouvement ses compétences physiques et intellectuelles, de façon volontaire, pour la production des biens matériels que la nature lui offre. Que représente à ce titre le corps pour la satisfaction des besoins vitaux ?

Corps, outil de travail

8Les pratiques corporelles correspondent à ce niveau à la formation d’un capital culturel et répondent aux besoins vitaux à savoir l’éducation, la santé, l’emploi. Cet appui sur la nature peut être bénéfique et se désigne par la culture ; mais lorsque ce travail participe à la destruction de la nature puis à l’aliénation de ses usagers, il s’installe des phénomènes relevant d’une « société de contre-culture », dont nous parlions dans notre approche théorique. En effet, le corps, matériau fondamental du développement, a été utilisé successivement comme outil de travail, instrument de jeu et de mesure avant de s’institutionnaliser par le sport. C’est justement à ce niveau de la confrontation des A.P.S que les données corporelles exprimées en termes d’instruments de travail, de jeu, de loisir, de recréation, de réhabilitation ou de variables socioéducatives, prennent de la distance par rapport aux sports de haut niveau. Les activités physique et sportives, l’éducation physique et sportive (EPS) et le sport de masse (ou « sport pour tous »), notamment, renvoient dans leur essence à toutes les gammes d’activités exécutées de l’école maternelle à l’enseignement supérieur. Ces formes de pratiques sociales s’apparentent d’ailleurs au sport pour tous (terminologie moderne) et rien n’interdit que leur pratique régulière ne débouche sur la haute performance dont elles peuvent en être l’aboutissement. L’idée du perfectionnement régulier du corps et de la conquête sans cesse accrue du record, la recherche de performance vont conduire l’EPS vers le sport de haut niveau. La définition d’une telle politique, exclusivement réservée à la formation des champions surdoués, inclut dans les différentes stratégies déployées la détermination d’autres objectifs, le choix d’instruments techniques appropriés et l’aménagement d’infrastructures matérielles institutionnelles adéquates, capables d’impacter directement l’environnement. La résurgence de ce vieux débat qui parasite « l’étude des éléments chronologiques sur la naissance et l’évolution des organisations sportives…, l’utilisation abusive de la compétition sportive comme technique de manipulation des masses ou comme pédagogie de la productivité ne pourrait résulter que d’un machiavélisme des pouvoirs » (Arnaud et Camy, 1987 ; Brohm, 1976), en outre, atteste que « le développement du phénomène depuis un siècle, et notamment depuis une vingtaine d’années, s’est réalisé de manière trop souvent anarchique et sans que ne soient définies et affirmées les conditions auxquelles le sport doit répondre pour rester fidèle à ses ambitions éducatives de départ ». En conséquence « les notions d’interdépendance et de désintéressement qui paraissent indispensables à sa survie pour un développement durable sont aujourd’hui battues en brèche » (Ferran, 1991). Sans forcément remettre en cause la mondialisation, l’affirmation du politologue Bertrand Badie, avançant que « la constitution d’un système international qui tend vers l’unification de ses règles, de ses valeurs, de ses objectifs, tout en prétendant intégrer en son sein l’ensemble de l’humanité » (Badie, 1992), est selon nous à relativiser. En conséquence, prétendre à l’adhésion à une politique alternative d’inspiration macroéconomique et néolibérale, pour l’introduction du sport en Afrique et en particulier l’olympisme, n’a toujours pas produit les effets escomptés en termes d’intégration des cultures, car l’olympisme relève d’une logique qui s’oppose aux particularismes locaux. On peut alors se demander ce que font les Africains dans ce processus d’unification mondiale, d’origine judéo-chrétienne, où ils cherchent à reproduire sans une lecture collective, le modèle technologique du sport olympique. Cette démarche ne favorise ni l’innovation, ni le respect des cultures locales, au moment où de multiples formes d’expression corporelle restent vivaces dans les sociétés locales. Selon Ait (1980), « la stratégie s’oppose aux projets de société de quelques nationalistes éclairés du Tiers-monde qui préconisent un État nouveau au sein duquel seraient évacuées l’humiliation lors des grands rendez-vous mondiaux et au plan des politiques de développement : la faim, l’ignorance, la discrimination et l’inégalité au plan juridique ».

Rapport au corps, survie et développement

  • 6 Soit 222 pays environ.

9Avant de pousser plus loin la réflexion sur les dérives qui pèsent sur la survie et le développement durable de l’esprit olympique, une analyse plus nuancée des concepts s’impose car, après la crise des modèles culturels dominants de l’économie mondiale, les pseudo-actions liées à l’aide aux pays « pauvres » ou « sous-développés »6 semblent conduire vers une impasse. À cet égard, la notion de développement tout court en rapport à celle du sous-développement peut être récusable. Vouloir également légitimer la notion du développement par référence à ses aspects socialisants (éducation, santé, emploi) ou économiques (accroissement des richesses, exploitation abusive des richesses naturelles pour une consommation à grande échelle, industrialisation, technologie avancée…), sans tenir compte de l’environnement sur lequel l’homme agit, ne réduit pas non plus les difficultés d’appréhension du terme, puisque ces différentes désignations servent de référence classificatoire entre pays riches « industrialisés » et pays « sous-développés ». La multiplicité des termes, qui rendent à peine lisible la spécificité de chaque espace géographique, montre qu’il est possible d’avancer que la notion du sous-développement n’est pas très scientifique dès lors que celle-ci se trouve phagocytée par les idéologies capitalistes pour justifier une situation de dépendance économique, de rente culturelle et de pérennisation des politiques d’assistance et d’assujettissement des aides à la démocratie. Dans la mesure où il n’y a pas de développement durable en soi si ce n’est le développement en lui-même, la perspective envisagée par ce cadre référentiel vise à mettre en évidence que le concept implique à la fois une croissance des richesses, concomitamment avec une évolution d’ensemble que sont les ressources économique et humaine, capables de susciter une modification en profondeur de la société. Or l’assujettissement sémantique que subit le concept se justifie par rapport à une véritable division du travail (production agricole, exploitation des ressources forestières et minières d’un côté et transformation industrielle de l’autre) si bien que le libéralisme dominant et requérant a construit sa rationalité instrumentale autour des exigences référentielles des sociétés modernes et d’objectifs socio-culturellement indéfendables par les pays africains. Cette étude retient donc in fine que le développement durable doit désigner tout processus qui conduit aux meilleures conditions d’épanouissement qui s’offrent à chaque membre de la société. Au titre de ces indicateurs figurent de nombreux objectifs qui revêtent le caractère de longévité et l’acquisition d’un niveau de vie convenable. L’économie n’étant plus à elle seule considérée comme le seul mécanisme pour mesurer le développement, il n’existe donc aucune antinomie entre le social et l’économie. La prise en compte simultanée des politiques sociales recentre alors l’homme au sein des préoccupations aussi importantes que sont par exemple le respect des droits de l’homme, la réduction des inégalités sociales, la bonne gouvernance, la lutte contre la pauvreté et surtout la préservation de l’environnement.

Développement durable et contexte culturel

10Aujourd’hui, le concept du développement durable s’appréhende sous l’angle de la sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel qui passe par le recensement des monuments civils, religieux, des sites touristiques, de la littérature et surtout par la démocratisation des jeux éducatifs et sportifs. Il s’agit là, de toute évidence, des seuls réseaux de communication, d’échange et de production qui offrent des chances à la survie des hommes. À cet effet, on peut se demander si le développement durable est possible sans l’institutionnalisation d’un cadre harmonieux pour l’exercice d’une vie associative et/ou démocratique ? Le recours aux valeurs éducatives prôné au départ par l’esprit olympique représente des termes de référence très propices pour apporter les changements durables souhaités par tous les peuples.

L’Esprit olympique et l’identité ludoculturelle des communautés africaines : un héritage inachevé

11L’influence du sport dans l’instauration d’un nouvel ordre mondial ne serait pas devenue une véritable réalité sociale si certains facteurs liés aux innovations scientifiques et technologiques n’avaient pas joué un rôle facilitateur dans son processus de développement. L’exportation et/ou la délocalisation de ces pratiques jusque parmi certaines minorités culturelles résultent sans doute du fait que le sport était prédisposé à remplir, à grande échelle, les fonctions qui en étaient présentes à ses fondements, dès son invention vers la fin du xixe siècle et son appropriation dans les public schools anglaises. Mais paradoxalement, Pierre Bourdieu évoque que « ce moyen extrêmement économique pour mobiliser les adolescents, réunit en son propre sein, tous les enjeux de lutte entre les institutions en vue de la conquête politique des masses » (Bourdieu, 1984). Les fonctions assignées à la pratique sportive subissent alors des changements, dès lors que les points de vue ou les opinions divergent selon les significations que les acteurs sociaux donnent à leur pratique.

  • 7 On mesure le fossé qui sépare cette option de la stratégie actuelle du CIO, qui menace de suppress (...)

12Précisons toutefois que tant que la problématique du retour aux valeurs éducatives promues en principe par l’esprit olympique, et que l’on associe à Pierre de Coubertin, ne seront pas ou plus de mise, les minorités issues des classes populaires vont toujours se réapproprier les exigences corrélatives à la professionnalisation de l’exercice du sport qui peut évidemment coïncider avec les apparences de l’amateurisme et la maximisation de l’efficacité mesurée en termes de victoires, de titres ou de records. Pour caractériser cette transformation et ce renouvellement de l’exercice sportif, on peut dire que les exercices corporels de « l’élite » sont coupés des occasions sociales ordinaires auxquelles les jeux populaires restent associés, et dépouillés de l’idéal moral. Pour autant, « on sait que les diverses façons de pratiquer les jeux, souvent éphémères et répétitives, ne renvoient pas nécessairement à des techniques motrices spécifiques » (Callède, 2007). Or c’est justement cette culture de l’éphémère, spécifique aux sociétés africaines, qui s’oppose aux règles caractérisant le sport. Cependant, Jean-Paul Callède justifie a contrario que « l’affrontement ludique n’a rien de comparable à la compétition sportive car le sport se caractérise par une organisation hiérarchisée qui garantit et officialise à la fois les règles en vigueur, le classement des compétiteurs, les niveaux de compétitions et les échelles spatiales de références ». On peut donc espérer qu’au cours des fréquents renouvellements des pratiques, le programme des Jeux olympiques prenne en compte des sports typiquement africains7. La porte reste alors ouverte, car certains arts martiaux venus d’Asie ou des pratiques culturelles africaines (la lutte par exemple) seraient inscrits au programme des Jeux, dès que ceux-ci rempliront les conditions identifiées par les deux auteurs cités plus haut. Car le sport est un phénomène essentiellement culturel dont l’évolution porte les influences des faits sociaux. Il naît, évolue et peut également disparaître, désaffecté par la demande sociale pour des raisons d’ordre éthique et/ou esthétique.

L’Afrique noire francophone : une société sans technique complexe d’utilisation du corps

13L’éducation à l’olympisme est donc bien destinée à pérenniser l’esprit des Jeux. L’interprétation de la réalité suppose toutefois la connaissance précise des enjeux extra-sportifs car le sport est victime de son propre succès, et les nouvelles technologies qui soutiennent son développement repoussent constamment les seuils et les modalités de son appropriation par les sociétés sans technique complexe d’utilisation du corps. Sans préjuger de ce que peuvent être les lignes de continuités ou bien les changements radicaux que cette technologie a engendrés, nous avons pu dire, dans d’autres travaux :

il est paradoxal que des peuples doués d’un sens inné de la danse, conscients au plus haut degré des vertus cathartiques et formatrices du jeu et chez qui la culture du corps est intimement associée à la vie de la communauté, se bornent à imiter d’autres nations et cela au moment où l’on voit se dessiner en elles un mouvement en faveur de la libération des formes et rythmes d’expressions physiques.

14C’est dans cette perspective que l’identification et la classification des jeux traditionnels ou activités physiques d’engagement corporel dans les microsociétés africaines représentent ici un exercice qui permet de mieux explorer ce qui peut faire l’objet d’une « sportivisation » ou sportification (terme utilisé par Pierre Parlebas) des pratiques endogènes. On y distingue successivement : la course à pied, les régates sur l’eau dans des pirogues à fond plat, la danse, la chasse, le maniement des outils et surtout les luttes qui s’inscrivent dans des particularismes locaux. On découvre que le corps assume un double rôle dans ces sociétés car, pour bon nombre d’auteurs, les jeux traditionnels atteignent leur paroxysme lorsqu’on cherche à savoir si l’on a la faveur des forces invisibles. La construction d’une sociologie des peuples africains à travers les jeux permet de constater que, pour toutes les pratiques sociales, si plusieurs précautions sont prises pour qu’une égalité scrupuleuse règne au départ, ce n’est pas pour confronter très exactement les mérites physiques des joueurs. En effet, elles servent de prétexte pour entrer en communication avec les dieux de la terre dans les meilleures conditions possibles. Ainsi, pour les garants de la tradition béninoise, « il ne sera nullement question de notre vivant, de voir abattre les arbres de nos forêts sacrées pour y implanter un quelconque espace sportif au nom de la modernité, de l’olympisme ou de la mondialisation » (entretien avec K. D. G. roi d’Allada au Bénin). À travers cette déclaration, on entrevoit en substance tout l’enjeu que constitue la question de la préservation des valeurs endogènes africaines, liée à la nature et aux frontières des forêts sacrées, lieux de négociations reconnus comme légitimes des esprits du vodoun. Même pour la construction d’infrastructures routières, au Bénin, il se pose un problème analogue de protection dans la mesure où l’aménagement d’une route risque de faire disparaître à tout jamais des lieux sacrés.

15La condition terrestre ainsi que l’existence du corps engendrent alors un statut social propre à chaque société ou communauté d’individus dans un environnement où cohabitent les espaces d’interférences entre le rationnel et l’irrationnel. En effet, les forêts, les rivières et les marécages demeurent des lieux d’initiation sacrés. Aussi cette autocensure permet-elle de réguler la nature et elle ne doit pas être perçue comme des repères d’interdiction à toute œuvre culturelle. Ces repères introduisent des normes pour le respect de la nature. Toutefois, les mêmes pratiques sont à la base de la différenciation sociale. Elles distinguent le statut des hommes (développement de la virilité) de celui des femmes (rôle de mère et d’affectivité). Si certaines pratiques traditionnelles sont qualifiées de tabous, d’irrationnelles à bien des égards (discriminations sexuelles par la circoncision ou l’excision, flagellation…) et sont assimilées soit à une perte de l’égalité entre les hommes, soit à une mutilation, et dès lors peuvent être condamnables, il faut attester que ces pratiques contribuent à forger le caractère des jeunes et sont dictées par un contexte socioculturel dans le sens de « distinction en classe d’âge, ethnique ou religieuse » (Nakou et Abalot, 2000, p. 194-202). L’étude des croyances et celle des institutions étant souvent envisagées dans le monde moderne comme une organisation relevant de l’anthropologie (étude de l’homme considéré dans la lignée animale), l’exploration des jeux révèle en l’occurrence une organisation sociale première dotée de règles et de normes solidement ancrées dans les mœurs qui sont des valeurs transmises aux générations montantes par les sages.

16Les milieux traditionnels sont d’ailleurs enclins à penser que les vieillards représentent un abîme inépuisable de connaissances. Dépositaire d’une culture séculaire, l’intervention des vieillards (réduits ailleurs à l’étiquette de personnes du « troisième âge ») ne souffre d’aucune contestation chez les jeunes qu’ils doivent éduquer, former ou initier. Ce patrimoine construit sur la base des évènements patiemment observés porte sur la dénonciation d’une nature déréglée, faite de calamités naturelles, de guerres, de violence, d’interdits et d’initiation aux rituels. La cosmogonie (théorie visant à expliquer la formation de l’univers) de l’Africain se voit menacée par la destruction de l’environnement pertinent et/ou spécifique et qui est la résultante du non-respect des règles de la société. Pour prévenir ces calamités et bénéficier de la protection des dieux, les sociétés se livrent à des sacrifices ou à des rituels qui se transforment en réjouissances populaires. Toutefois, cette forme de pédagogie, reposant sur l’oralité et qui utilise le tam-tam (seul instrument) pour rythmer tous les duels physiques, a ses limites. Le tam-tam, élément essentiel pour une communication de masse, sert à tout faire. Selon l’intensité de ses roulements dont seuls les initiés peuvent décoder le message, le tam-tam sert d’instrument de ralliement, il annonce les fêtes, les mariages, la guerre, rappelle les grands rendez-vous de l’année. Il annonce les grands défis, donne le rythme aux compétiteurs qui, recherchant un état second, rentrent en transe pour accomplir des exploits. Le tam-tam semble être dans les sociétés traditionnelles la réplique exacte de la télévision. Ou plus exactement, on pourrait dire qu’il est l’instrument majeur de la communication et de l’information au sein de la collectivité dont la télévision d’aujourd’hui n’est que le reflet décalé, en termes d’illusions collectives et de loisir récréatif passif.

17Évoquons, à titre d’exemples, deux grandes pratiques physiques (les luttes traditionnelles et les régates sur l’eau en pirogue) pour illustrer les efforts entrepris par les microsociétés pour l’institutionnalisation des jeux typiques au « quartier Afrique ». Malgré les règles très fluctuantes et pratiquées avec plusieurs variantes, on distingue, pour ne parler ici que de la lutte, plusieurs catégorisations. Il s’agit de la lutte festive qui peut être très musclée, la lutte avec ou sans bâton, la lutte avec ou sans frappe et la lutte avec simple contact, sans perdre de vue que le corps est utilisé successivement comme outil de travail, instrument de jeu et de mesure. Et c’est à ce niveau que cette forme de pratique identifiée et neutralisée dans ces fonctions surréelles, peut être codifiée. Mais quelle que soit la forme empruntée, le but ultime du combat consiste à renverser l’adversaire en le saisissant au niveau de la ceinture ou au niveau du train inférieur ou de le mettre hors du cercle tracé à la cendre ou à l’eau. Examinons maintenant la seconde activité annoncée. Un des milieux naturels apprécié par les Africains correspond à l’élément aquatique, représenté par les eaux, les océans et les rivières. Cet environnement couvre les trois quarts de la terre. Il protège le milieu physique, régule les pluies pour la terre nourricière et offre des jeux et divertissements. Les techniques pour se déplacer chez les ethnies lébu (région du Cap Vert), Tchoubalou, Yomika (Sénégal), Toffins (Ganvié, village lacustre au Bénin), Popo, Goun, etc., au sud du Bénin, s’apparentent à celles utilisées au canoë-kayak mais avec des spécificités locales. Mais l’océan ne développe pas seulement un tempérament de guerrier car ces pêcheurs partent en haute mer sans bouée de sauvetage et sans technique de nage appropriée. La pirogue représente à la fois un outil de travail, qui se transforme en un instrument de jeu. Cette pratique n’a de sens qu’au cœur d’une civilisation, et tout un rite culturel s’organise autour de cet engin. Les courses se déroulent par catégorie de pirogues. Neuf, quinze, vingt-quatre ou quarante-huit rameurs défendent les couleurs du village, montrant ainsi la diversité des pratiques corporelles. La pirogue devient le symbole d’une communauté au sein de laquelle les anciens se reconnaissent avec le souvenir qu’ils ont d’avoir été adulés jadis, les adultes du moment rivalisant d’habileté et les enfants gardent l’espoir de s’exprimer un jour à bord de ces « bateaux ».

Pratique culturelle, sport, environnement et développement durable

18Avec l’apparition du concept de développement durable, portée par une prise de conscience environnementale et sociale grandissante, l’exploration de ces activités physiques traditionnelles répond à l’émergence d’une culture en rupture avec les cultures modernes et postmodernes. Elle peut constituer le socle d’une troisième génération de sportifs qui rejettent les travers de la société marchande pour laquelle la nature est abusivement exploitée. L’application effective du concept de développement durable et l’intégration de sa dimension environnementale dans les grands événements sportifs se sont traduits en actes dès 1992 avec les Jeux olympiques de Barcelone et surtout ceux de Sydney en 1996, où les Jeux olympiques ont été qualifiés d’événements « verts ». Une réalité perçue longtemps à l’avance par l’Afrique qui, de par ses pratiques, sacralise la nature qui se voit protégée par les dieux. Avant de tirer quelques conclusions, ces travaux ont permis de mettre en valeur certaines de nos pratiques locales qui, identifiées et neutralisées à partir d’un type de savoir, peuvent participer efficacement à la reconstruction de l’environnement et à la transmission d’autres types de savoirs écologiques. Pour autant, nous savons ce que sont les rapports de force et de prétention hégémonique qui traversent l’organisation des pratiques d’engagement physique dites « légitimes »…

Le triple héritage de l’Afrique

19Les pratiques sportives se sont diffusées à partir de l’Angleterre au xixe siècle et se sont développées différemment selon les contextes géopolitiques, socio-économiques, culturels et historiques. Il a été question à travers cette étude d’interroger le fait que ce sont les activités traditionnelles essentiellement caractérisées par une culture de l’éphémère (sans grand impact sur l’écosystème) qui semblent être les plus légitimes à inscrire leur pratique et leur mode d’existence dans les préceptes du développement durable, alors même qu’elles apparaissent en contradiction sur de nombreux points avec les sports contemporains.

20La problématique soulevée est celle de la co-naissance du sport moderne, dont les activités physiques de pleine nature qui, à travers leur évolution historique, portent les empreintes de l’économie post-industrielle et technologique. Mais quelles que soient les valeurs et/ou contre-valeurs communes à toutes ces formes d’expression corporelle, il y a deux cycles de socialisation qui fonctionnent par incorporation des habitus (se référer à Bourdieu, 1979) et ayant comme imaginaire spatial commun la terre. Mais si les cultures et les usages sociaux présentent les activités telles que la course en pirogue sur les rivières en Afrique (ancêtre du canoë) ou le cyclotourisme ou le tourisme équestre et le surf, entre autres, comme étant liées à un archétype de conscientisation écologique, il semble bien que l’aménagement d’infrastructures adéquates, la construction des barrages et usines hydro-électriques recomposent l’environnement naturel et améliorent les conditions de navigation par exemple et de la performance sportive. Alors que ces progrès techniques sont mis en avant pour identifier et remédier aux zones polluées, souillées et nauséabondes, le souci environnemental des précurseurs en matière de défense de la nature se centre davantage sur la préservation de leur terrain de jeux, fort loin, de prime abord, de tout calcul écologique ou éthique.

21En Afrique noire francophone, et après un demi-siècle d’actions externes exercées sur les politiques d’éducation physique et du sport, le bilan ne prête guère à l’optimisme, même si des succès ont été enregistrés en football et en athlétisme notamment. L’année 2010 a marqué alors un nouveau départ pour l’Afrique puisqu’elle a accueilli pour la première fois la Coupe du monde de football (juin-juillet 2010). Mais il s’agit également d’une date anniversaire, celle des cinquante ans (1960-2010), qui indique l’émancipation politique de plusieurs anciennes colonies françaises devenues de façon simultanée des États de plein exercice. Dès lors, des liens complexes se sont (re)noués entre les nouveaux États d’Afrique francophone, anglophone, lusophone et les anciennes puissances coloniales, dont l’essor du sport en général et celui du football en particulier portent les influences ancestrale, européenne et arabo-musulmane.

Le triple héritage en question

22La sociologie du développement durable qui s’est appuyée au travers de cette étude sur des pratiques physiques endogènes africaines (course en pirogue, lutte…) et sur des disciplines sportives proches et connexes (canoë, kayak…) pratiquées en Occident se présente comme une sociologie de plein exercice. L’« occidentalisation » de l’Afrique est un fait avéré. Une réorganisation de l’espace politique, économique et social, les nouvelles dynamiques qui s’observent notamment dans l’organisation régulière de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football depuis 1960 jusqu’à nos jours, les aménagements de l’espace sportif (comme signe d’urbanisation), les regards croisés d’inculturation et/ou de mondialisation et enfin les stratégies de contournement adoptées par les acteurs du système sportif sont autant de données qui ont été des paramètres concrets de lecture d’une « sociologie du sport africain ». Sur ces aspects, on doit rappeler quelques principes énoncés par Raymond Aron (1958-1959) dans sa leçon inaugurale sur la sociologie à la Sorbonne : « Si la sociologie s’épuise en enquêtes de détail, elle devient simplement une technique de recherche. » Certes, mais l’analyse sociologique ne saurait se couper des terrains concrets de recherche et d’investigation, au risque de verser dans l’abstraction pure. Aussi l’écriture concertée de la sociologie du sport africain doit-elle être capable d’appréhender d’autres réalités spécifiques à un continent en pleine mutation. L’analyse et la synthèse des paramètres identifiés dans les analyses précédentes incitent à prendre connaissance des métamorphoses du sport africain, principalement sous l’angle de la sociologie. En Afrique noire francophone le sport (et on comprend qu’il s’agit surtout du football) prend appui sur un substrat ancestral, social et politique et s’émancipe par rapport au colonat. Il

s’impose… sans renier pour autant ses origines locales, au point de contribuer à modeler de nouvelles identités collectives et nationales. […] l’organisation fédérale du sport tend à introduire de la simplicité, une certaine modernité, mais cet espoir d’accéder aux innovations technologiques n’est pas sans causer certains dommages. Pire des déséquilibres structurels persistent car l’existence fictive des fédérations sportives a souvent abouti à un dépérissement des structures d’animation de base. On retrouve ici toute la pertinence et la force expressive du double concept d’hybridation et de la sécularisation du modèle culturel et sportif. (Abalot cité par Callède, 2010)

23En ne retenant que les défis d’affrontement physique au détriment de tout ce qui précède, les pratiques corporelles (chants, danses, rituels, croyances) et l’introduction du sport dans les sociétés sans technique complexe d’utilisation du corps ont plutôt engendré, en référence à l’anthropologie philosophique explorée par Bernard Jeu, déjà évoquée (Jeu, 1977), « une contre-société contredite » dans la mesure où dominent encore des sociétés dites « civilisées », fixistes dans leur finalité, qui tentent à maintenir leur avantage au détriment des peuples ayant des usages particuliers d’utilisation du corps. Le sport apparaît ainsi comme une « contre-société », c’est-à-dire un lieu de contournement des normes et des valeurs culturelles que valorisent, en l’occurrence, les communautés africaines. Or le système sportif dispose de ses normes qu’il faut apprendre à déchiffrer et à respecter au risque d’exclusion. Mais le paradoxe révèle que les pays africains sont entrés pour partie dans le système industriel et technologique tout en adoptant des stratégies de valorisation des forces occultes. Voilà donc une autre approche de la sociologie du sport africain qu’il convient de mettre à l’avantage des études sur la stratégie des acteurs (Crozier et Friedberg, 1977). Aujourd’hui, la double prospection de l’hybridation et de l’hégémonie du modèle culturel ouvre alors d’autres pistes de réflexion pour rendre compte de l’évolution du sport en Afrique. En effet, la résurgence de certaines pratiques traditionnelles avec l’importance accordée au monde occulte interfèrent désormais avec les aléas du sport de compétition. Ce constat se vérifie surtout au Bénin, au Togo, au Sénégal, entre autres, avec l’émergence de pratiques ludiques comme par exemple la lutte ou d’autres formes d’expression corporelle où les rites, les agrégats de symboles et les mythes sont exposés dans les espaces de confrontation. Autrement dit, il existe une certaine « théâtralité identitaire qui se met en scène au sein des peuples multiethniques » (Dakpo, 2011, p. 474) en Afrique et notamment au Bénin. La lutte africaine s’inscrit donc dans le processus de passage des jeux aux sports selon le phénomène de « sportivisation des jeux traditionnels » (During, 1984). Malgré son ancrage dans la cosmogonie de l’Africain, liée au monde des croyances et des superstitions, ces productions de masse peuvent être considérées comme la reproduction d’une histoire chargée et dont la finalité est la perpétuation de la tradition restée encore vivace. Dans son discours d’ethnologie retranscrit par Denise Paulme, le fondateur de l’ethnologie française scientifique, Marcel Mauss (1872-1950), a résumé dans une remarquable formule le lien étroit entre patrimoine de culture, magie et technique. Selon lui, « il paraît certain que si l’homme n’avait pas cru que sa magie réussirait, il n’aurait pas persévéré dans ses techniques ; l’une des raisons par lesquelles l’homme eut confiance en lui, c’est qu’il possédait d’autres moyens que ses techniques » (Mauss, 1967). En poussant plus loin cette réflexion, on peut avancer que la lutte dans la quête de sa sportivisation adopte des stratégies de contournement de la technique par le renforcement du dopage, occultant ainsi, en niant un devoir de mémoire, ses racines dans un passé ancestral. D’ailleurs les lutteurs s’organisent déjà dans la sous-région avec le concours de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (C.E.D.E.A.O.) dans le but de construire un cadre d’évolution approprié à cette forme d’expression corporelle commune au Sénégal, au Bénin, au Burkina-Faso, au Togo entre autres. Mais pratiquée avec plusieurs variantes (lutte africaine, lutte avec frappe, lutte sénégalaise), la lutte se déroule selon les contextes géopolitiques, dans des conditions réglementaires parfois trop anarchiques.

24On sait également que les pratiques physiques traditionnelles restent indissociables des temps forts de la vie collective avec une grande mobilisation de toute la communauté (femmes, enfants, adultes, adultes, vieillards, griots, etc.). Elles sont liées aux saisons et aux grands événements marquants les passages d’une catégorie d’âge à une autre. À cet égard, les lutteurs privilégient largement tout ce qui précède le combat (les amulettes, les scarifications, les parures, les symboles d’animaux, bref les gris-gris) au détriment des confrontations physiques. Selon Mbaye, Kane et Dia (1998), « rien n’est laissé au hasard, même si nul autre que dieu ne peut prévoir l’issue d’un combat, car la lutte est comme une racine de manioc, nul ne peut prévoir où et quand elle va se casser ». Cette excellente idée exprime l’esprit mystique de la lutte traditionnelle en Afrique noire francophone. On sait où se déroule un match de football ou de handball ; on peut chronométrer la distance parcourue par un athlète. En revanche, l’espace d’une compétition de lutte n’est pas réservé et identifiable a priori. La compétition peut se dérouler sous un arbre à palabres, dans la vaste cours d’une collectivité quelconque du village, dans la nature etc. L’issue d’une compétition de lutte ne peut être ni prévue ni quantifiée car il y a des combats qui ne durent que trois secondes. La rationalité et la maîtrise du temps étant en amont et en aval pour la reconnaissance de toute discipline olympique, voilà une piste de réflexion qui ouvre de nouvelles perspectives pour les chercheurs africains qui souhaitent poursuivre l’étude du processus de sportivisation de la lutte. Il en est de même pour les danses traditionnelles et toutes les autres formes d’expression corporelle qui ont été ciblées comme source(s) d’émerveillement de l’imaginaire africain. C’est dans cette logique que s’inscrivent les efforts entrepris par une nouvelle génération de chorégraphes contemporains africains qui s’emploient à dépasser les stéréotypes exotiques et folkloriques qui tendent à les limiter dans leurs élans artistiques. Ces jeunes compagnies se réclament d’une Afrique en perpétuelle évolution sans pour autant renier les notions d’emprunt, de débordement ou de réinvestissement et dont la danse contemporaine procède. Mais en réalité, la danse contemporaine rénovée est investie par un antidote contre « l’amoralité » des sociétés spectacles où s’activent des relations pacifiques car interrogeant à la fois le droit aux différences et les stéréotypes attachés aux identités culturelles (Mons, 2010). Ces travaux ont donc permis de mettre en valeur certaines de nos pratiques locales qui, identifiées et neutralisées à partir d’un type de savoir, peuvent participer efficacement à la reconstruction et à la transmission d’autres savoirs endogènes, nécessaires au renforcement des bases de notre patrimoine culturel. Mais pour y parvenir, la conception d’un référentiel et d’un cadre d’évolution approprié à l’universalisation de la lutte par le renforcement des éléments de codification de ce jeu s’imposent. La notion du temps (la temporalité) étant à la base de la reconnaissance de toute discipline olympique, l’étude suggère un approfondissement de cet axe de recherche. À ce titre, il faut souligner l’importance et le rôle de la recherche dans cette quête d’identité.

Pour une révolution des esprits et des corps ?

25En positionnant désormais un jeu appartenant au patrimoine culturel africain sur la voie de l’émergence de la culture locale, les savoirs accumulés ont alors permis de mettre en évidence ce que la lutte peut introduire comme nouveauté dans les transmutations sociologiques en cours, et surtout ce que les loisirs et les jeux peuvent apporter dans l’enrichissement des savoir-faire, savoir-être et savoir transmettre endogènes. C’est dans cette perspective que « l’école où [je] pousse mes enfants tuera en eux ce qu’aujourd’hui nous aimons et conservons avec soin, à juste titre. Cependant, il faudra les y envoyer car ils y apprendront à lier le bois au bois… » (Cheikh Hamidou Kane, 1961). Ces paroles mises dans la bouche de la grande royale, personnage ambigu de l’aventure, confirment cette prophétie selon laquelle il faut repenser désormais les modalités d’intégration de l’école nouvelle dans les mœurs africaines. Une autre parabole fournit d’autres savoirs sur la grève des cheminots du Dakar-Niger qui s’inspire de faits réels. En effet, les ouvriers noirs veulent conserver les traditions, les lois du clan, les coutumes mais le progrès implacable tel que matérialisé par la construction du chemin de fer les repousse. Mieux, Niakoro la vieille, un autre personnage de l’ouvrage de Sembène Ousmane (1960) intitulé Les Bouts de bois de Dieu, ne comprend pas pourquoi des jeunes décident de faire grève sans son consentement. Dans le même ordre d’idée, Gilbert Andrieu, (1992) avance qu’« à côté des débats, des lois, il faut étudier les budgets, les applications de chaque loi, quitter les théâtres internationaux pour les théâtres de campagne, là où les enjeux sont plus durables ». Les mots sont trompeurs, les intentions le sont davantage, et lier le bois au bois signifie dans la communauté peulh du Sénégal l’initiation à la technologie. Ajoutons qu’en Afrique, toutes les réflexions sont concentrées autour du bois, des forêts sacrées et des personnes âgées (hommes, femmes) qui représentent un puits de savoirs. L’imitation des travers de la société marchande post-industrielle est loin de n’être qu’un démarquage servile et les facteurs dynamiques que les pratiques socio-éducatives ont introduit dans les structures traditionnelles et selon les moments ont engendré des éléments d’évolution linéaire complexe et une discontinuité préjudiciable aux usages. Sans forcément remettre en cause la nécessité de ces mesures d’alignement sur des politiques d’inspiration macroéconomique et néolibérale, ni même prétendre une adhésion à une politique alternative plus séduisante, il convient de souligner que ces mesures d’ajustement structurel n’ont pas toujours produit les effets escomptés, par exemple en termes d’une véritable politique intégrée à une pratique du sport de masse. Sans nécessairement plaquer un schéma qui vaut pour les pays industrialisés, il semble que l’Afrique risque de perdre son identité car, tout en fléchissant sous le poids du socle ancestral, elle continue de vivre une réalité sportive ambiguë, complexe, traversée par des faisceaux de tensions. Les Jeux olympiques s’inscrivent à cet effet dans une hégémonie culturelle par laquelle l’humanité s’exprime, mettant en scène le dépassement des limites géographiques et technologiques comme en témoigne le gigantisme des cérémonies d’ouverture et de clôture.

26Dans cette quête perpétuelle de dépassement de ses limites, l’homme affronte son environnement grâce à l’objet technique, le disloque à sa guise ou le recompose pour une consommation illimitée des ressources matérielles et immatérielles. Mais pour parvenir à léguer aux générations futures un esprit et un corps sains dans un environnement sain, bon nombre de dérives qui menacent la survie de l’humanité doivent être déjouées. Il est donc évident que le sport africain cumule un triple héritage (le socle ancestral, les influences arabo-musulmanes et judéo-chrétiennes), qui renvoie aux différents registres caractérisant toute organisation sociale dont les dimensions anthropologiques, institutionnelles, médiatiques, technologiques et pédagogiques.

Conclusion

27L’enjeu de cet article était de mettre en évidence, d’une part, l’inadéquation observable entre la délocalisation des diverses formes de pratiques sportives vers de nouveaux espaces géographiques, sous-équipés en infrastructures et mal préparés pour accueillir les innovations scientifiques et technologiques et de montrer, d’autre part, que les microsociétés africaines, dépourvues de techniques complexes d’utilisation du corps et essentiellement caractérisées par une culture éphémère, ont un faible impact sur leur environnement. Prenant appui sur le modèle d’analyse de « contre-société contredite » développé par Bernard Jeu (1977), particulièrement éclairant, et sur le paradigme du corps en « tant qu’interface entre le social et l’individuel, la nature et le culturel, le physiologique et le symbolique » (Le Breton, 2011), il a été révélé que les pratiques sportives culturelles en Afrique (lutte, courses en pirogue, notamment) sont des moments et/ou des lieux de contournement des normes et des valeurs sportives universelles. L’aménagement des espaces sportifs pour une pratique sportive dite « olympique » reste encore une problématique environnementale délicate et essentielle à résoudre en Afrique pour un développement durable localisé. Car enfreindre les règles établies par la tradition et transmises de génération en génération par les sages des chefferies locales et les leaders d’opinion, en ce qui concerne notamment la destruction de la nature au Bénin, est taxé de sacrilège et puni comme tel par des dieux du culte vodoun. D’où un recours à une forte prudence, lorsqu’il s’agit d’une quelconque forme de déforestation au profit d’une éventuelle implantation d’infrastructures sportives…, par exemple.

  • 8 Des forêts sacrées… des arbres qui incarnent des esprits de certains dieux du culte vodoun au Béni (...)
  • 9 Selon É. Durkheim (1858-1917), la conscience collective désigne l’ensemble des valeurs communes au (...)

28En effet, si l’on admet le propos d’un Spinoza avançant que « l’espace est le champ de la puissance des hommes et le temps, celui de leur impuissance » (Spinoza cité par Chenault, 2010, p. 40), alors on peut dire que la nature et l’environnement8 des Africains sont des « terreaux des phénomènes ante-rationnels » (Husserl, 1931), et restent le champ d’arraisonnement ou d’équilibre pour leur survie. Ceci repose tout l’enjeu des « standards culturels d’excellence » (Dakpo, 2005, p. 113-124) qu’affichent comme priorité les peuples ayant des usages particuliers d’utilisation du corps (chants, danses, rituels, croyances) et des particularismes en ce qui concerne la protection de l’environnement. On ne détruit pas n’importe quoi ni n’importe comment dans les sociétés africaines, et notamment au Bénin, au nom de la modernité, « car sinon, vous trouverez sur votre chemin, les esprits des dieux des cultes vodoun, protecteurs du patrimoine culturel endogène », faut-il ajouter. Cette réalité apparaît encore très vivace dans la conscience collective9.

Bibliographie

Références bibliographiques

Abalot Émile-Jules et Nakou Adam Sounon, « Éducation physique et Sports en Afrique noire Francophone : les enjeux d’une mémoire », Journal de la Recherche Scientifique de l’Université de Lomé (Togo), 2000, vol. 4, no 2, p. 91-102.

Abalot Émile-Jules, Les Écureuils du Bénin et les Sabliers d’Afrique, Cotonou, Éditions CAAREC, Collection Études, 2009, 131 p.

Ait-Ahmed Hocine, L’Afro-fascisme, Paris, L’Harmattan, 1980, cité par Chifflet Pierre et Gouda Souaïbou, « Olympisme et identité nationale en Afrique noire francophone », STAPS, 1996, no 41, p. 93-105.

Andrieu Gilbert, Enjeux et débats en E. P. : une histoire contemporaine, Paris, Éditions Actio, 1992, 159 p.

Aron Raymond, Sur la Sociologie, Première leçon, Paris, Les cours de Sociologie (doc. multigr.), 1958-1959, cité dans la préface de Callède Jean-Paul dans l’ouvrage de Oumarou Tado et Chazaud Pierre, Football, religion et politique en Afrique. Sociologie du football africain, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 5-17.

Badie Bertrand, L’État importé. L’occidentalisation de l’ordre politique, Paris, Fayard, 1992, cité par Chifflet Pierre et Gouda Souaïbou, « Olympisme et identité nationale en Afrique noire francophone », STAPS, 1996, no 41, p. 93-105.

Bourdieu Pierre, La Distinction, critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

———, Questions de Sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1984, 277 p.

Brohm Jean-Marie, Pierre de Coubertin et l’instauration du néo olympisme, dans Arnaud Pierre et Camy Jean (dir.), La Naissance du mouvement sportif associatif en France, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1986, 388 p., p. 380-389.

———, Sociologie politique du Sport, Nancy, Presses universitaires de Nancy, réédition, 1992 [1976], 398 p.

Callède Jean-Paul, La Sociologie française et la pratique sportive (1875-2005). Essai sur le sport. Forme et raison de l’échange sportif dans les sociétés modernes, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2007, 607 p.

———, « Préface », in Oumarou T. et Chazaud P., Football, Religion et Politique en Afrique, Paris, Éditions L’Harmattan, 2010, p. 5-16.

Capo B. C., « Langues africaines : de l’écriture au développement », IMO-IRIKISI, no 1, 2009, p. 1.

Chenault Marceau, « La posture de l’arbre : zhanzhuang », STAPS, 2010, vol. 89, p. 29-40.

Crozier Michel et Friedberg Erhard, L’Acteur et le Système : les contraintes de l’action collective, Paris, Éditions du Seuil, 1977, 432 p.

Dakpo Pascal, « Signification de réussir sa vie : étude comparative des adolescents français de souche et d’origine maghrébine », Journal de la Recherche Scientifique de l’Université de Lomé, 2005, vol. 7, no 1, série B, p. 113-124.

———, Géopolitique du sport en Afrique noire francophone. Enjeux de pouvoir, stratégies électorales et dynamique sportive au Bénin entre 1960 et 2001, Sarrebruck, Éditions Universitaires Européennes, 2011, 536 p.

Ferran Jacques, « Les valeurs du sport », dans Pour des Assises nationales du sport. Constats, débats et perspectives, Talence, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Les Cahiers de l’USE, no 6, 1991, p. 289-291.

Husserl Edmund, Médiations cartésiennes. Introduction à la phénoménologie, Paris, Vrin, 1931.

Jeu Bernard, Le Sport, l’émotion, l’espace : essai de classification des sports et ses rapports avec la pensée mythique, Paris, Éditions Vigot, 1977, 282 p.

Kane Cheikh Hamidou, L’Aventure ambiguë, Paris, Julliard, 1961, 191 p.

Le Breton David, Corps et Médecine. Recherches en sciences humaines et sociales [En ligne]. Disponibel sur : http://blogs.univ-tlse2.fr/corpsetmedecine/.Consulté le 12 décembre 2011.

Malinowski Bronislaw, Trois essais sur la vie sociale des primitifs, Paris, Payot, 1970, 192 p.

Mauss Marcel, Manuel d’ethnographie, Paris, Éditions Petite Bibliothèque Payot, rééd., 1967 [1926], 262 p.

Mbaye Alioune, Kane Abdou et Dia Amadou, « La lutte au Sénégal : entre pression identitaire et logique marchande », Dakar, travaux de recherche de l’I.N.S.E.P.S., (doc. multigr.), 1998, cité dans la préface de Callède Jean-Paul dans l’ouvrage de Oumarou Tado et Chazaud Pierre, Football, religion et politique en Afrique. Sociologie du football africain, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 5-17.

Midol Nancy, « L’humanisation des sciences du sport », in Midol Nancy et AstolfiMarco (dir.), Les Sciences du sport entre cultures et techniques, Éditions AFRAPS, 2000, p. 15-20.

Mons Christine, « Les mouvements de la danse et ses entremises : Situations de faits et dynamiques institutionnelles », communication au colloque international France - Sénégal, Dakar, 21-23 juin 2010, 2010.

Nakou Sounon Adam, Abalot Émile Jules, « Pratique corporelle et identité culturelle : le “godja” ou la flagellation chez les Peuls au Bénin », Journal de la Recherche Scientifique de l’Université de Lomé (Togo), 2000, vol. 4, no 1, p. 194-202.

Ousmane Sembène, Les Bouts de bois de Dieu, Paris, Le livre contemporain, 1960, 379 p.

Pociello Christian, « Une tentative de rationalisation scientifique de l’éducation physique », Annales de l’ENSEPS, 1972, no 2, p. 7-11.

Notes

1 Le Cameroun a été quatre fois sacré champion de la Coupe d’Afrique des Nations en 1984, 1988, 2000, 2002 entre autres, avec une participation régulière à la coupe du monde de football.

2 Au Congo Kinshasa, vivent encore les Pygmées qui constituent les dernières sociétés aborigènes.

3 Nous faisons mention du Sommet sur la préservation de l’environnement qui a eu lieu au Congo du 29 mai au 3 juin 2011.

4 Sciences et techniques des activités physiques et sportives.

5 Phénoménologie : chez Husserl, méthode philosophique qui cherche à revenir aux choses mêmes et à les décrire telles qu’elles apparaissent à la conscience, indépendamment de tout savoir constitué.

6 Soit 222 pays environ.

7 On mesure le fossé qui sépare cette option de la stratégie actuelle du CIO, qui menace de suppression une activité comme la lutte, au confluent de diverses traditions, au bénéfice de sports « nouveaux » portés par la pression des équipementiers…

8 Des forêts sacrées… des arbres qui incarnent des esprits de certains dieux du culte vodoun au Bénin (en l’occurrence le yebiosso, le dan aïdowèdo, le sakpata,… entre autres).

9 Selon É. Durkheim (1858-1917), la conscience collective désigne l’ensemble des valeurs communes au sein d’un groupe social. La notion de conscience collective se rapporte aux croyances et comportements partagés dans une collectivité et fonctionnant comme une force séparée et généralement dominante par rapport à la conscience individuelle. Selon cette théorie, une société, une nation, un groupe constituerait une entité se comportant comme un individu global. Pour rentrer dans l’idée de cette théorie, on l’observe bien, la société béninoise réagit comme un seul homme face à la déforestation des lieux sacrés… Il faut faire cependant observer que dans la conscience des individus, É. Durkheim suppose l’existence d’une conscience purement individuelle, personnelle (prenant une place déterminante dans les sociétés modernes) et d’une conscience collective (déterminante dans les sociétés traditionnelles).

Auteurs

Docteur en STAPS de l’Université de Bordeaux 2, Laboratoire des Sciences Sociales (LAS, INJEPS/UAC), Porto Novo, Bénin.

Docteur en Sociologie de l’Université de Nice Sophia Antipolis, Chef du Laboratoire des Sciences Sociales (LAS, INJEPS/UAC), Porto Novo, Bénin.

Docteur en STAPS de l’Université de Bordeaux 2, Institut National Supérieur de l’Éducation Populaire et du Sport (INSEPS) Dakar, Sénégal.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540