Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Quatrième partie. Des territoires de vie confrontés aux cultures sportives

Sport et développement durable au Maroc, un pari improbable !

Abdellatif Naja

Texte intégral

« Quel que soit le sport choisi, il ne sera durable que si on le pratique avec mesure, dans le respect de l’ensemble de l’organisme et de chacun des organes et des muscles sollicités, avec en outre le souci de rendre toujours plus harmonieux les rapports de l’âme et du corps.
Si nous appliquions les mêmes principes à nos rapports avec la nature, nous contribuerions efficacement au développement durable. »
Jacques Dufresne (2004, p. 4)

Introduction

1Au moment où, sur le plan international, les hautes autorités de l’État s’efforcent de placer le Maroc parmi les pays les plus en vue pour l’intérêt qu’ils accordent à la problématique du développement durable, rien ou presque n’a été fait pour accompagner cet effort et encore moins pour le concrétiser véritablement à l’échelle nationale.

  • 1 Présidée par la princesse Lalla Hasna depuis sa création en 2001.

2Même si – personne ne peut le nier – depuis sa participation au sommet de la Terre de Rio en 1996, le Maroc s’est engagé à mettre en œuvre les recommandations de la conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement durable. Bien plus, une Stratégie nationale de protection et du développement durable a vu le jour, suivie par le lancement d’un Plan d’action national pour l’environnement (PANE). Dans la foulée, la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement1 (FM6E) a adhéré depuis 2002 au label Pavillon Bleu, faisant ainsi du Maroc le deuxième pays non européen, avec l’Afrique du Sud, à mettre son patrimoine de plages sous l’examen scrupuleux de cette instance internationale.

3En matière de tourisme, et en particulier de tourisme sportif, considéré comme un secteur stratégique dans l’économie du pays, les orientations affichées sont encore plus ambitieuses. Dans cette optique, toute une série de dispositions ont été prises récemment en vue de jeter les bases d’une logique appropriée d’accompagnement et de coordination avec les organisateurs du secteur et notamment les agences de voyage et les associations. Une charte a même été publiée afin de pallier des dysfonctionnements maintes fois relevés.

  • 2 Ex. : « Le Maroc fête le 40e anniversaire de la Journée de la Terre du 17 au 24 avril 2010 ».
  • 3 Le Rallye-Raid Trophée Roses des Sables dans le désert du sud du Maroc ; la 8e étape du Championna (...)

4Toutefois, en dépit de tous ces dispositifs et malgré les campagnes successives de sensibilisation2, la greffe ne semble pas avoir pris. Bien plus, les quelques expériences considérées, dans un premier temps, comme des réussites, n’ont pas fait long feu face à la multiplication accélérée des événements sportifs3, et les flux devenus massifs de touristes fréquentant, la plupart du temps, les mêmes espaces et les mêmes sites. Cela pose l’épineux problème de la conciliation entre un usage intensif à visée mercantile et le souci de sauvegarder un patrimoine de plus en plus menacé.

5C’est dire que le fossé qui continue de se creuser entre le discours volontariste en la matière et la pratique quotidienne ne peut qu’interpeller le sociologue en vue d’essayer d’identifier les causes réelles de résistance et de blocage. Lesquelles tiennent vraisemblablement plus à des considérations d’ordre culturel qu’à un désaveu vis-à-vis d’un choix perçu comme un luxe pour un pays en voie de développement.

Vers un développement durable transposé ?

  • 4 « Ces organismes produisent à profusion des règles de “bonnes pratiques’’, édictées en dehors de t (...)
  • 5 « Mis à toutes les sauces (et surtout les sauces écologiques), il [le développement durable] sert (...)

6En « bon élève » de la communauté internationale, le Maroc s’est toujours illustré par son empressement à adhérer aux initiatives, aux projets et aux politiques recommandées, pour ne pas dire dictées, par les Nations unies, la Banque mondiale ou le Fonds monétaire international4. Le développement durable n’échappe pas à cette règle. Est-ce le fruit de convictions partagées ou plutôt l’expression d’un mimétisme de façade ? Question légitime, si l’on considère que la problématique du développement durable est pour le moins une équation « équivoque » (Sauvé, 2007, p. 31-47) ! Simple substitut d’un ancien modèle de développement, décrié, contesté, pour les uns, et/ou perpétuation à l’échelle mondiale de la domination d’un système qui, pour d’autres, cherche à se donner des allures éthiques pour échapper à une crise telle qu’il s’est senti menacé dans ses propres fondements. Du côté des pays du Sud, on n’hésite pas à parler aussi d’une nouvelle forme de colonialisme5.

7Après avoir souffert, pendant longtemps, des effets pervers du « développement transposé » (Zaoual, 2006), ces pays se trouvent à nouveau confrontés, en butte à sa nouvelle version : un développement durable transposé. C’est dire leur incompréhension et leur révolte, devant ce que certains considèrent comme de l’indécence à l’idée même d’invoquer le développement durable, surtout pour des pays qui luttent pour enrayer d’abord l’inexorable « développement du sous-développement » (Frank, 1972) dont ils sont victimes. C’est ce qui explique en partie, même pour les plus engagés d’entre eux, le fossé qui sépare très souvent le discours de la pratique, et qui, plus grave encore, jette le doute sur les initiatives les plus encourageantes, en n’y voyant que des tentatives pour profiter des aides consenties par les organismes internationaux.

8Or, pour lever quelque peu l’ambiguïté que suscite un tel débat, il y a lieu de nous interroger d’abord sur le concept de développement durable, sur le contexte particulier qui lui a donné naissance et enfin sur la pertinence et la possibilité ou non de son transfert mécanique sur d’autres réalités, en l’occurrence celles des pays du Sud.

De l’unanimité trompeuse d’un concept

  • 6 Voir par exemple l’écodéveloppement initié par Maurice Strong qui le définit comme « des styles de (...)
  • 7 « Le développement durable s’inscrit sous la bannière de la “nouveauté”, mais devient en réalité u (...)
  • 8 Du nom de la Première ministre de la Norvège, madame Gro Harlem Brundtland.
  • 9 Sport durable, tourisme durable, consommation durable, activités culturelles durables… à ce propos (...)

9L’idée du développement durable est loin d’être nouvelle ou originale6. Le concept n’est pas nouveau7 non plus. C’est par contre l’association de deux notions antinomiques qui fait sa particularité, voire sa magie. C’est sans doute aussi l’ampleur et la « visibilité médiatique » à l’échelle planétaire que prendra ce phénomène dès 1987, avec la publication du rapport Brundtland8, et surtout le Sommet de Rio en 1992, qui étonnent et suscitent des interrogations. Car depuis, toutes les activités humaines ou presque sont rentrées dans le moule d’une perception qui ne jure que par la démarche en termes de développement durable9.

10D’où d’ailleurs une inflation sémantique sans précédent autour de cette notion. Or ce construit social, dont la pauvreté théorique n’a d’égal que le flou qu’elle véhicule, se présente comme « une valeur consensuelle », une donnée acquise une fois pour toute. Bien plus, à coup de communications et de subventions, les instances internationales et leurs organismes relais ont fini par lui attribuer un statut heuristique ; ainsi, d’un « chemin ou un pont vers un nouveau monde, on passe à une norme, à une prescription » (Sauvé, 2007) ; autrement dit, à une sorte de modèle unique, transférable, par conséquent généralisable à tous les contextes. Dans cette optique, on cherche plutôt à occulter ce que la genèse du concept met clairement en exergue à savoir que « le concept de développement durable correspond à la construction sociale d’un projet salvateur, une bouée au cœur de la crise de la sécurité qui caractérise actuellement nos sociétés », souligne à juste titre Lucie Sauvé ; mais ainsi, précise-t-elle, « il semble que l’on confonde moyen, sens et finalité » (Sauvé, 2007).

11L’évolution et le cheminement fulgurants de ce concept le montrent clairement. C’est au tournant des années 90 qu’il émerge et s’impose pour tenter d’exorciser, pour ne pas dire enterrer, le concept de « développement », auquel on associe tous les maux du monde occidental et avec lui « le capitalisme, synonyme de développement non durable » (Stengers, 2009). Les cris assourdissants de « Halte à la croissance » des années 1970, les manifestations monstres pour la « décroissance » ou la « croissance zéro », Mai 68 et le rejet violent de la société de consommation, la crise aiguë du pétrole en 1973, la croissance du chômage qui s’en est suivie, ainsi que les catastrophes d’ordre technologique des années 1980 (Bhopal en 1984, Tchernobyl en 1986, etc.) ont été les moments forts de plusieurs séismes sociaux à l’échelle presque planétaire.

  • 10 On appelle oxymore une figure de rhétorique consistant à juxtaposer deux mots contradictoires, com (...)
  • 11 Proposée par la Commission mondiale pour l’environnement et le développement (CMED), dans son rapp (...)

12Mais c’est la chute du mur de Berlin et tout ce qu’elle symbolise, ainsi que l’entrée sur scène d’une société civile mondiale, comme conséquence de la globalisation des réseaux d’information et de communication, qui ont facilité, pour ne pas dire précipité, l’adhésion presque unanime à ce que Fr. Mancebo qualifie de concept « valise » (Muis, 2008, p. 100). Au point qu’aujourd’hui, « des entreprises aux États en passant par les ONG et les institutions internationales, tout le monde brandit le concept de développement durable… en s’accordant rarement sur son contenu ». Pléonasme pour les uns ? Puisque tout développement a pour vocation d’être durable ! Oxymore10 pour les autres ? Pour qui il existe une incompatibilité fondamentale entre développement, processus avant tout destructeur (des ressources et de la biodiversité), et la durabilité, la formule désigne en théorie un trépied magique alliant l’économie (croissance de la production), le social (meilleure répartition des richesses) et l’environnement (préserver la planète pour les générations futures). Autant dire que l’innocence apparente de la définition officielle du développement durable comme étant « le moyen de s’efforcer de répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité de satisfaire ceux des générations futures11 » contraste fortement avec la levée de boucliers que soulèvent ses diverses interprétations et les attaques auxquelles il est confronté.

13Pour n’évoquer que quelques exemples édifiants à ce sujet, on peut citer Mancebo qui considère qu’

avec une telle définition, le développement durable se trouve assez rapidement placé au cœur de trois contradictions difficilement conciliables : compromis entre les intérêts des générations actuelles et celui des générations futures ; compromis entre les intérêts des pays industrialisés et celle des pays en développement ; compromis entre qualité de vie et préservation des écosystèmes. (Mancebo, 2007, p. 2)

14Ou encore Lucie Sauvé qui, dans le même ordre d’idées, souligne que « le développement durable apparaît comme une habile stratégie séductrice à l’intention des acteurs de la sphère politico-économique, qu’il importe de convaincre d’intégrer des préoccupations sociales et environnementales à leur agenda de croissance économique » ; en ajoutant à juste titre que « c’était d’ailleurs la fonction première de ce concept, envisagé comme un compromis à l’issue des travaux de la Commission Brundtland » (Sauvé, 2007).

15Force est de constater donc que « paradoxalement, c’est précisément son flou conceptuel qui fait la force (ou la faille selon les points de vue) du développement durable, puisqu’il devient passe-partout » (Sauvé, 2007).

16En somme, la polysémie consubstantielle de ce concept avec toutes les controverses et les malentendus qu’il suscite, comme on vient de le voir, rappelle étrangement le statut et le destin d’un autre concept, non moins discuté, critiqué : celui du sport ! Comment dans ce cas, dans quelle mesure et jusqu’à quel point peut-on associer l’incertitude et le caractère éphémère du sport à la durabilité visée par le sustainable development ?

Le sport à l’épreuve du développement durable

  • 12 La dégradation de l’environnement coûte annuellement au Maroc quelque 13 milliards de dirhams soit (...)

17Connu pour son large éventail de milieux remarquables, du désert à la haute montagne, le Maroc dispose de richesses naturelles exceptionnelles, tant par leur diversité que par leur spécificité, et qui constituent autant de lieux potentiels de développement des activités culturelles, touristiques et sportives, donc autant d’opportunités de création de postes d’emploi. Conscient de la fragilité d’un tel patrimoine12 et des menaces qui le guettent, du fait notamment des effets pervers d’une mondialisation de plus en plus uniformisante, le Maroc a saisi le train en marche en faisant très tôt du développement durable, devenu à la mode, une des finalités de sa politique volontariste. Depuis, son représentant permanent à l’ONU ne ratait aucune occasion de réitérer cet engagement. Lors d’une de ces interventions il affirmait en substance :

  • 13 Discours de l’ambassadeur Mohamed Loulichki, lors de la 2e commission des Nations Unies à New York (...)

Le Maroc a fait du développement durable le seul choix possible en matière de développement. Le développement durable, concept consacré depuis la conférence de Rio, est un choix de développement délibéré auquel le Maroc a souscrit au même titre que la Communauté Internationale. Ce choix demeure dicté au niveau national, non seulement par la rationalisation nécessaire de la gestion des ressources, gage de développement économique et social du pays, mais aussi en raison d’un souci d’amélioration continue de la qualité de vie du citoyen marocain. En vue d’accompagner le consensus mondial manifesté autour des instruments juridiques internationaux, élaboré dans un souci de conserver le patrimoine biologique universel, le Maroc, depuis sa participation au Sommet de la terre de Rio, s’est engagé dans un processus irréversible de mise en œuvre des recommandations de la conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement13.

  • 14 Exemple : la création dès 1992 d’un département ministériel en charge de l’environnement.
  • 15 « Après avoir incarne tour à tour le roi des pauvres et le roi des femmes, Mohammed VI vient d’end (...)
  • 16 Avant même de devenir Roi du Maroc, Sidi Mohammed, fils de Hassan II, était déjà présent en 1992 a (...)

18Entre-temps, toute une série de projets et de structures ont été mises sur pied, ainsi qu’un tas de dispositifs14 pour donner vie à cet immense chantier. Parmi les réalisations phares qui s’inscrivent dans cette dynamique : l’Initiative nationale du développement humain (INDH). Elle est consacrée essentiellement, depuis sa création en 2005, aux volets économique, social et culturel des couches sociales les plus vulnérables. Ainsi la Charte nationale de l’environnement et du développement durable, lancée en 2009 par le roi Mohammed VI15 qui, en la présentant comme un « grand projet de société », affirmait en substance : « Le Maroc qui, à l’instar de tous les pays en développement, affronte des défis majeurs et pressants en matière de développement, a pleinement conscience de la nécessité de préserver l’environnement et de répondre aux impératifs écologiques16. »

19Quel est donc l’impact de cette prise de conscience sur les pratiques quotidiennes en matière de sport et de loisirs sportifs ? Les responsables ont-ils dépassé le stade du « pourquoi » pour entrer dans celui du « comment » ? Autrement dit, sont-ils en mesure de passer du registre de l’incantation à celui du monde réel ?

Du tourisme de masse au tourisme sportif responsable

  • 17 Selon le ministre du Tourisme M. Bousaid, « la Vision 2010 a permis de placer le tourisme au cœur (...)
  • 18 La cérémonie du lancement s’est déroulée dans le cadre hautement symbolique de l’UNESCO qui reconn (...)
  • 19 Op. cit., MAP, 31 septembre 2009.
  • 20 Ibidem.

20La Vision 201017, lancée en grande pompe18 en 2001, ambitionnait de faire du Maroc l’une des toutes premières destinations touristiques du bassin méditerranéen. Elle avait pour objectif d’atteindre 10 millions de touristes par an à l’horizon 2010. Sur le plan strictement quantitatif, l’objectif semble en voie de réalisation. « Le pays qui recevait 4,3 millions de touristes en 2000, en comptait 8 millions en 2008, portant ainsi la contribution du secteur à 9 % du PIB19 ». Toutefois, il a fallu attendre fin 2006 avec la création de la Charte marocaine du tourisme responsable et le Comité marocain du tourisme responsable (CMTR) pour rectifier le tir et essayer de sortir le secteur de la logique trop quantitativiste dans laquelle il s’était englué. Ce comité, aux dires des responsables, a pour mission « de concilier économie et écologie, environnement et développement, ouverture aux échanges internationaux et protection des identités sociales et culturelles20 ».

  • 21 De 25 millions en 1950, le nombre de touristes internationaux a augmenté à environ 1 milliard en 2 (...)
  • 22 Invité pour la première fois à la table du gotha des décideurs du monde touristique, l’Institut Ro (...)

21Avec les dégâts que génère la croissance du tourisme international21, que l’on qualifie à tort « d’industrie sans fumée », la volonté de se tourner vers un tourisme durable va prendre plus d’ampleur. Mondialisation oblige, elle va même devenir le leitmotiv qui accompagne toutes les actions et les discours de la plupart des intervenants du secteur. Ainsi, le passage du tourisme de masse au tourisme de niche est marqué nettement par l’intérêt que suscitent de plus en plus les loisirs sportifs durables, comme stratégie de diversification de l’offre touristique et comme réponse aux nouveaux besoins d’une clientèle plus exigeante. Et ce n’est pas un hasard si, le 17 décembre 2008, l’Association régionale des agences de voyages de Casablanca (AVC) a organisé son quatrième forum « Sport et Tourisme » sous le thème « Les enjeux du tourisme sportif dans le développement durable22 ».

22En plus du golf, déjà bien implanté dans la plupart des grandes villes du royaume, le tourisme de niche se distingue de plus en plus par d’autres disciplines aujourd’hui en vogue, comme les sports de glisse à Dakhla, le surf à Safi, le parachutisme sportif à Béni-Mellal, le surf à Mirleft, et la chasse touristique à Arbaoua. Autre signe fort de cette conception qui veut rompre, semble-t-il, avec le tourisme fordiste pour s’inscrire dans une perspective de long terme, en privilégiant plutôt la dimension qualité : le projet « Maroc : vision 2020 », qui a vu le jour lors des 10e Assises du tourisme à Marrakech, fin novembre 2010. Il s’agit d’accueillir, cette fois-ci, quelque 18 millions de touristes en 2020. L’expérience et les enseignements tirés de la vision 2010 aidant, on pense pouvoir y arriver sans remettre en cause l’ultime finalité : la durabilité !

23Or est-il réellement possible de concilier un tel mégatourisme avec la volonté de préserver son patrimoine naturel et culturel ainsi que le bien-être de sa population ? Tout semble plutôt montrer que la logique mercantiliste tend à l’emporter sur les réflexes citoyens.

24Certes, quelques expériences isolées ont été un succès. On peut citer, entre autres, le domaine des Terres d’Amanar. Situé à 37 km de Marrakech, ce domaine comprend 26 lodges construites selon la tradition berbère, avec une décoration inspirée de la culture de la région d’Al Haouz. De par son architecture conforme aux normes de protection de l’environnement et un système de panneaux solaires pour fournir eau chaude et chauffage, les Terres d’Amanar constituent un exemple intégré du Maroc éco-lodge. Bien plus, les artisans berbères des coopératives n’hésitent pas à partager leur savoir-faire avec les visiteurs en les initiant à leurs métiers. Sans parler des diverses autres activités qui animent les lieux, comme les cours de cuisine locale, la peinture sur verre et la poterie. Avec, bien entendu, comme pratique physique phare de la région : la randonnée, tout au long des villages environnants.

  • 23 Cette association est connue pour son soutien matériel et humain aux enfants les plus démunis dans (...)

25On peut évoquer aussi le Trophée Roses des Sables – un rallye-raid « Paris-Dakar » version 100 % féminine. Lors de sa neuvième édition en 2009, les participantes ont parcouru 6 000 km en équipage ou en solitaire, de Bordeaux à Marrakech. De tous âges et de divers horizons, les pilotes participent dans les catégories 4 X 4, quad, buggy et moto. En plus des épreuves d’orientation dans le désert et de franchissement des dunes de sable, elles se mesurent également au niveau de la traditionnelle étape du marathon. Mais l’une des particularités du Trophée Roses des Sables est de conjuguer compétition et solidarité avec les populations des régions traversées. Lors de la 3e étape de la 8e édition, dans le petit village de Merzouga au sud-est du Maroc, plusieurs installations solaires ont été mises à la disposition des villageois ; et ce en partenariat avec plusieurs organismes, comme l’association humanitaire « Enfants du Désert23 ».

  • 24 Membre fondateur et promoteur de ce championnat, in « Le Maroc : vers un développement du tourisme (...)

26On peut dire autant des loisirs sportifs qu’attire de plus en plus la ville de Dakhla qui a accueilli fin 2009 la 8e étape du Kiteboard Pro World Tour (KPWT). Selon Frédéric Gravoille24 : « la région bénéficie de conditions qui ne sont réunies que dans de rares endroits au monde : une lagune qui s’étend sur un large arc côtier de la baie (de Oued Eddahab), des eaux plates et des conditions favorables de vent presque sur toute l’année ». Pour ce fin connaisseur, « la situation géographique de Dakhla et ses caractéristiques favorisent l’exercice de toutes sortes de sports nautiques, tant pour les professionnels que pour les amateurs ». Ces propos flatteurs s’appliquent à d’autres régions balnéaires comme Saïdia sur la côte méditerranéenne, destinée à recevoir une clientèle de proximité venue d’Italie, d’Espagne et de France et Lixus (Larache) au sud de Tanger, une station liée à la mer et au yachting (marina) ainsi qu’à la chasse et au tourisme vert.

  • 25 À l’échelle nationale, Marrakech représente plus de 40 % des flux engendrés par le tourisme, la ci (...)

27Ces exemples parmi tant d’autres ne représentent en fait que la partie visible de l’iceberg. La réalité perceptible est tout autre : moins rayonnante, plutôt amère, pour ne pas dire triste ! Déjà avec la « Vision 2010 » la surfréquentation des sites, pour ne retenir que cet indice révélateur de bien d’autres encore plus saillants, posait de sérieux problèmes en termes de développement durable. Les nouveaux objectifs affichés par la « Vision 2020 » risqueraient donc d’aggraver davantage la situation, et ce en dépit des dispositions prises en la matière. Le cas de la ville de Marrakech, « la perle du sud », la destination par excellence du tourisme international25, illustre parfaitement ce risque.

  • 26 Allusion à la première muraille ocre qui ceinturait la médina depuis des siècles.
  • 27 À l’époque les gens se déplaçaient par corporations de métiers pour se retrouver entre eux, dans l (...)

28Sous la pression continue du tourisme de masse, de l’exode rural et l’urbanisation accélérée, la ville s’est complètement métamorphosée en l’espace de quelques décennies. Jusqu’au milieu des années 1960, la cité ocre était encore réputée pour ses nombreuses et immenses fermes qui entouraient la quasi-totalité de la ville comme une deuxième « muraille verte26 ». C’était le poumon de la ville et les lieux préférés où les Marrakchis passaient les meilleurs moments de leurs week-ends, en contact avec la nature et ses bienfaits27. Aujourd’hui le béton a pris la place de la verdure et, flambée des prix oblige, les belles maisons traditionnelles et les riads, en plein cœur de la médina, sont devenus des résidences touristiques.

29Mais l’irréparable est venu du fait que la ville est en train de perdre ce qui fait sa spécificité et son authenticité, ce qu’elle a de plus précieux : ses valeurs de solidarité, de tolérance et d’hospitalité, grignotées petit à petit par une mentalité prédatrice et un comportement irrespectueux de toute éthique. L’environnement n’a pas été épargné non plus. À commencer par la pollution qui ne cesse de s’aggraver. Le trafic routier, les embouteillages sont devenus le lot quotidien d’une population qui ne connaissait, il n’y a pas si longtemps, que la bicyclette. Bien plus, avec l’augmentation du trafic aérien à 45 vols par jour d’ici 2012, Marrakech risquerait de devenir « la capitale de la pollution atmosphérique et sonore » (Sokunthy, 2009, p. 6).

  • 28 Plus de 10 000 Français sont installés à Marrakech au cours du premier semestre 2006.
  • 29 « Un touriste engloutit à lui seul 200 à 850 litres d’eau par jour pendant l’été, sans compter les (...)
  • 30 Un green de 50 à 150 hectares a besoin de 1 million de m3 d’eau par an, soit l’équivalent de la co (...)

30Les milliers de résidents étrangers28 qui s’y sont installées depuis, en raison notamment de sa beauté et son exotisme, n’auront pas d’autre choix que de l’abandonner. Pire encore, avec les longues périodes de sécheresse qui frappent régulièrement le Maroc, et le sud en particulier, les ressources d’eau disponibles se raréfient. Or si « les touristes séjournant à l’hôtel consomment deux fois plus d’eau par jour qu’un résident autochtone29 », ce dernier souffre le martyr avec la multiplication des coupures d’eau quotidiennes. Mais le comble du gâchis, aux yeux de la population, c’est l’implantation continue de nouveaux terrains de golf30 et de parcs aquatiques.

  • 31 En raison de son important parc de loisirs aquarium, Oasiria, le plus connu et luxueux de la ville (...)

31Last but not least, les nouveaux produits touristiques que sont le bienêtre, les spas et hammams dernier cri, sont en train d’accentuer le gaspillage de l’eau dont la ville a cruellement besoin, ce qui lui a valu d’ailleurs le surnom ironique de « mer de Marrakech31 ».

  • 32 L’attentat terroriste du café Argana à la place Jamâa Elfna qui a fait 15 morts dont 6 Français.

32Certes, le tourisme génère de l’emploi et fait rentrer des devises. Mais la population locale n’en tire souvent que les miettes. Plus grave, sa vie est devenue entièrement dépendante des caprices d’un marché où la moindre crise32 jette dans le dénuement des milliers de personnes.

33Évoquées très brièvement, ces dérives sur le plan économique, social et environnemental sont loin d’être le lot de la seule ville de Marrakech. Toutefois, quand ce « véritable pôle d’attraction, mais également baromètre social s’enrhume, c’est toute la destination Maroc qui éternue » (Sokunthy, 2009, p. 4). Par conséquent, conclut à juste titre K. Sokunthy (2009, p. 4), « la vision d’un tourisme réellement durable semble être vraiment loin ».

34Pour autant, force est de constater que, dans l’ensemble, les professionnels du tourisme accordent plus d’intérêt et se montrent plus sensibles à la problématique du développement durable. Ce n’est pas le cas du mouvement sportif marocain.

Le sport et l’omerta sur le développement durable

  • 33 Il s’agit de la règle 2, paragraphe 13 : « le CIO veille à ce que les Jeux Olympiques se déroulent (...)
  • 34 Dans cette optique la FIFA a signé en 2005 un accord avec le Programme des Nations Unies pour l’En (...)

35Pris dans l’engrenage de la recherche effrénée de performances inégalables et de spectacles grandioses, le sport de compétition n’a pas pu éviter de se trouver victime de son succès et de sa surmédiatisation. Les dérives et les scandales qui en sont le résultat l’ont contraint à vouloir se donner une autre image : celle d’une institution responsable, citoyenne. Le Comité international olympique (CIO) et les grandes fédérations internationales ont très tôt donné l’exemple, en emboîtant le pas aux Nations unies dans leur plaidoyer pour le développement durable. Ainsi, comme premier signal fort, le CIO a fait le choix d’inscrire dès 1992 les Jeux olympiques dans cette même dynamique. Deux ans plus tard, le Congrès olympique de Paris, à l’occasion de ses cent ans, réserve une partie de ses débats à la même problématique. Ce qui a conduit en 1996 le CIO à intégrer dans la Charte olympique la prise en compte des questions de l’environnement lors des Jeux olympiques et paralympiques33. Enfin, en 1999 le CIO réitère son appui à ce processus en adoptant un plan d’action mondial : l’Agenda 21 du Mouvement Olympique, défini sur le même modèle que celui de la Conférence des Nations unies à Rio en 1992, et destiné à l’ensemble du mouvement sportif mondial : fédérations internationales34 et nationales, comités nationaux olympiques, comités d’organisation des Jeux olympiques, associations sportives…

  • 35 À l’exception de quelques manifestations de circonstances par exemple : la projection du film La T (...)
  • 36 Cet agenda comporte quatre grands chapitres : 1. Le développement durable, une nouvelle approche d (...)

36Malgré cette prise de conscience des enjeux du développement durable et les dispositions prises dans ce sens, les dignitaires du sport marocain (Naja, 2010) – les premiers concernés – ne semblent pas avoir pris la vraie mesure d’un tel défi. Ils sont restés sourds, pour ne pas dire complètement indifférents à des décisions et/ou à des recommandations auxquelles il leur arrive souvent d’applaudir ; mais seulement dans les salles huppées de conférences ou de congrès que ces heureux élus ne ratent à aucun prix, en tant qu’invités VIP des instances sportives internationales ! Le plus frappant c’est qu’il est difficile de trouver la moindre trace dans leurs discours et encore moins dans leurs comportements, qui laisserait paraître une quelconque sensibilité à cette problématique majeure de notre siècle35. À commencer par le Comité national olympique marocain (CNOM) qui brille par son absence à tous les niveaux puisque même sur son site web, il n’y a pas la moindre allusion au développement durable, pas plus qu’à un quelconque « Agenda 21 du sport marocain », contrairement à ce que l’on constate en France depuis 200336.

  • 37 Le même oubli s’applique également aux deux grands stades tout nouveaux, de Marrakech et Tanger, q (...)
  • 38 Pourtant à l’époque le ministère de la Jeunesse et des Sports était dirigé par un membre influent (...)

37Dans ce cas, que peut-on espérer des fédérations, des ligues et/ou des clubs ? On peut en dire autant du ministère de la Jeunesse et des sports ! Dans son organigramme, que ce soit l’ancien ou l’actuel, en cours de validation, il est vain de chercher une structure ou une cellule de réflexion consacrée à l’épineuse question du développement durable37. Plus révélateur encore, le cas des Assises nationales du sport ! Elles ont mobilisé pendant deux jours, le 24 et 25 décembre 2008, le gotha du sport, du milieu des affaires et du microcosme politique, sous l’œil attentif du Premier ministre et des conseillers du roi. Or, constat pour le moins étonnant : parmi les 30 axes stratégiques retenus, aucun n’a été consacré explicitement au développement durable38, à un moment pourtant où il était question de mettre sur pied la tant attendue « Vision 2020 » du sport.

38Comment expliquer de telles contradictions ? Comment justifier un tel hiatus entre le dit et le non-dit, entre la rhétorique et la praxis ? Autrement dit, est-ce que le développement durable est si étranger et si incompatible avec la culture et les croyances d’un pays comme le Maroc ?

L’éthique musulmane et le développement durable

  • 39 La théorie des sites fondée par cet auteur cherche à mettre en évidence l’importance que joue le r (...)

39L’éducation à l’environnement, comme tout changement, ne se décrète pas. C’est un long processus d’apprentissage et d’appropriation « des façons d’agir, de penser et de sentir », propres à la cosmologie de l’acteur social et en consonance avec le milieu dans lequel il évolue, ou comme dirait Hassan Zaoual, son « site symbolique39 ». Autrement dit, des injonctions trop dissonantes par rapport à cette cosmologie pourraient entraîner l’échec de cette socialisation. C’est dans ce sens que L. Sauvé (2007) a eu raison de souligner que :

La proposition du développement durable est empreinte d’un biais culturel : elle traduit une cosmologie nord-occidentale dualiste (nature/être humain, société/environnement) ; elle accentue même la fragmentation du monde en consacrant la triade économie - société - environnement. Elle propose une éthique du futur, d’inspiration judéo-chrétienne (aller au ciel plus tard et pour l’éternité).

  • 40 Ex-ministre au Mali.

40Aminata Traoré40 va plus loin en considérant le développement durable comme un « mot d’ordre de plus » qui opère comme un « viol de l’imaginaire » des sociétés qui ne sont pas de culture nord-occidentale et où, insiste L. Sauvé, (2007) « le rapport d’équilibre avec le milieu de vie ne doit pas être interprété comme un certain type de prédation ou de prélèvement ».

  • 41 Une politique de l’humanité à l’échelle planétaire, in « De Monterrey à Johannesbourg : quel dével (...)

41Le déficit éthique du néo-libéralisme doit donc nous inciter à chercher d’autres principes, une autre voie. Pour Edgar Morin qui milite pour ce qu’il appelle une anthropolitique41, il faut « nous défaire du terme de développement, même amendé ou amadoué en développement durable, soutenable ou humain ». Car, souligne-t-il, « le développement “durable” ne fait que tempérer le développement par considération du contexte écologique, mais sans mettre en cause ses principes ». Ainsi, il continue à porter en lui-même « une menace d’anéantissement (nucléaire, écologique) et de redoutables pouvoirs de manipulation ».

42Pour éviter un tel cataclysme, plusieurs voies se sont élevées, en particulier celle du prince Charles de Galles qui a appelé le monde entier à s’inspirer des préceptes de l’islam dans le cadre des efforts visant à sauvegarder l’environnement. Tout en déplorant l’absence de la dimension spirituelle dans le modèle économique dominant, fondé essentiellement sur le consumérisme, il a mis en exergue les enseignements de l’islam qui plaident en faveur de l’harmonie entre l’être humain et son environnement. Non seulement, insiste-t-il, il existe un lien indissociable entre l’homme et la nature, mais en plus ces enseignements présentent la nature et l’univers comme « l’émanation de l’hospitalité divine » envers l’homme. « Le Coran offre, dit-il, une vision entièrement intégrée de l’Univers, où religion, science, esprit et substance convergent pour former une partie intégrante d’une seule conscience vivante » (Chehab, 2010). Partant de ce constat, l’homme est donc tenu d’assumer pleinement la responsabilité de préserver la nature.

43Déjà au Sommet de la Terre de Rio, Sidi Mohammed, prince héritier à l’époque, avait martelé le même message devant les chefs d’État de toute la planète : « Pour nous, croyants, l’environnement est un problème de civilisation, de foi et la nature, une créature divine confiée à la garde de l’homme, la seule espèce douée de conscience et de raison. »

  • 42 « Tout ce qui est sur elle [la terre] doit disparaître. [Seule] subsistera La Face [Wajh] de ton s (...)

44La « durabilité » y changera-t-elle quelque chose ? Rien n’est moins sûr ! Elle peut même devenir un frein et une source de résistance au changement. Car dans l’éthique musulmane, il ne peut y avoir de durable qu’Allah (Dieu)42. Ce qui ne veut pas dire qu’il faut baisser les bras ; au contraire ! Et dans cette perspective, l’éthique musulmane, appliquée comme il se doit, constituerait une précieuse source. Il n’est pas question ici de citer tous les versets du Coran et tous les faits et gestes du prophète qui vont dans ce sens ; mais tout simplement évoquer quelques rappels qui, plusieurs siècles après, continuent d’être d’actualité.

  • 43 Sourate Al A’raf, verset 56.
  • 44 « Nous avons créé toute chose avec mesure », Sourate La lune, verset 49.
  • 45 Ibidem, verset 31.
  • 46 Ibid., verset 85.
  • 47 Sourate Al Qasas, verset 77.
  • 48 Dans la conception islamique l’homme est maître dans le monde et non pas maître du monde comme le (...)

Versets coraniques :
– Ne semez pas la corruption (le désordre) sur la terre après qu’elle ait été façonnée (réformée)43 ;
– Nous avons fait descendre l’eau du ciel, avec mesure44, Nous l’avons maintenue sur la terre, alors que nous pourrions la faire disparaître ;
– Mangez et buvez ; ne commettez pas d’excès. Dieu n’aime pas ceux qui commettent des excès45 ;
– Abstenez-vous de dégât sur la terre, qui fut si bonne : cela sera par vous un bien, à condition d’être croyants ;46
– Au milieu des biens que Dieu t’a accordés, recherche la demeure dernière. Ne néglige pas ta part de la vie de ce monde. Sois bon comme Dieu est bon pour toi. Ne recherche pas la corruption sur la terre. Dieu n’aime pas ceux qui sèment la corruption47 ;
Hadith du prophète :
– Allah est Pur, Il aime la pureté, Il est Propre, Il aime la propreté, Il est Bon, Il aime la bonté, Il est Généreux, Il aime la générosité. Nettoyez donc autour de vous ;
– La propreté procède de la foi. La propreté et la foi conduisent au Paradis (rapporté par Al Tabari).
– Le musulman ne plante un arbre fruitier, ou sème une graine, et qu’un homme ou un animal ou un oiseau en mange, sans qu’une aumône ne lui soit comptée au jour de la résurrection.
– Si la fin du monde venait à survenir alors que l’un d’entre vous tenait dans sa main une plante, alors s’il peut la planter avant la fin du monde, qu’il le fasse !
– Il n’y a point un moineau ou un animal plus gros, que l’homme ne tue sans excuse, sans qu’Allah ne lui demande des comptes le jour de la résurrection au sujet de ce qu’il a tué.
– Une des branches de la foi du musulman : le fait d’enlever du chemin ce qui cause du tort.
– Nul d’entre vous ne sera véritablement croyant tant qu’il ne désire pas pour son frère ce qu’il désire pour lui-même.
– Dans cette vie belle et douce, Dieu a fait de vous ses lieutenants48.

45De par cette « lieutenance » provisoire, éphémère et que l’on a tendance à oublier, l’homme se doit donc de conserver son environnement pour le léguer aux générations futures dans un état sain, l’état où il l’a trouvé. C’est loin d’être impossible, pourvu qu’il se donne pour principes : la modération, le juste milieu et le bannissement de tout excès dans sa façon d’agir, de penser et de sentir, de tous les instants. L’éthique musulmane ne demande pas plus !

  • 49 L’invasion des sacs en plastique qui enlaidissent le paysage et menacent la flore et la faune, la (...)
  • 50 « Vous devez incarner le changement que vous souhaitez voir se produire dans le monde ». Plusieurs (...)

46Or, même dans les terres de l’Islam, y compris au Maroc, ces précieuses recommandations n’ont pas l’air d’avoir été suivies. Certes, quelques percées ont été réalisées ; mais le chemin est encore long, semé d’embûches49, et le fossé entre le discours et les actes, entre les intentions et l’engagement est énorme. Pour autant, le changement, l’efficacité, quand il s’agit d’éthique, doit passer par l’acculturation. Peut-être qu’en traduisant mieux les choses dans la langue et avec les références des gens auxquels on s’adresse y arrivera-ton un jour ? À condition que chacun de nous s’approprie cette sublime pensée de Mahatma Gandhi : Be the change you want to see in the world50.

Bibliographie

Bibliographie

Airault Pascal, « Mohammed VI : le roi vert », Jeune Afrique [En ligne], 22 avril 2010. Disponible sur : http://www.jeuneafrique.com/Articles/Dossier/ARTJAJA2570p057.xm10/developpement-maroc-environnement-energiemohammed-vi-le-roi-vert.html. Consulté le 30 avril 2011.

Brunel S., « Les ambiguïtés du développement durable », in « Sauver la planète ? Les enjeux sociaux de l’environnement », Sciences humaines, juillet-août 2005, hors série no 49, p. 84-87.

Chehab Y., « Sauvegarde de l’environnement : le monde doit s’inspirer de l’Islam », la MAP, 10 juin 2010.

« De Monterrey à Johannesbourg : quel développement ? », Dossier de Transversales Science Culture [En ligne], 2002. Disponible sur : http://www.planetecologie.org/JOBOURG/Francais/transversales/sachs.htm

Dufresne J., « Le sport durable », L’Agora, automne 2004, no 57, p. 4-5.

Frank A. G., Le Développement du sous-développement : l’Amérique latine, Paris, François Maspero, 1972.

Jeune Afrique (périodique)

Mancebo Fr., « Le développement durable en question(s) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Épistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 404, mis en ligne le 9 octobre 2007. Disponible sur : http://cybergeo.revues.org/10913.Consulté le 30 avril 2011.

« Le Maroc : vers un développement du tourisme sportif » [En ligne], 10 octobre 2011. Disponible sur : www.maroceco.ma/.

Le Matin (périodique)

Muis A.-S., « Application locale des politiques de développement durable sur le territoire français. Vers une cohérence territoriale ? », Thèse de doctorat en géographie, Université de Cergy-Pontoise, 2008.

Naja Abdellatif, « Les dignitaires du sport marocain. Une autocratie vieillissante aux relents mafieux », Illusio, 2010, no 6-7, p. 377-399.

Sauvé L., « L’équivoque du développement durable », Chemin de Traverse, 2007, no 4, p. 31-47.

Sokunthy K., « Tourisme et développement durable à Marrakech (Maroc), Quelles perspectives pour les populations locales ? », résumé d’un mémoire de fin d’études de Master 2 en tourisme durable, Université de Corse, octobre 2009.

Stengers I., « Le capitalisme, synonyme de développement non durable », Regards, février 2009, no 59.

Zaoual H., « Développement, organisations et territoire : une approche Sud-Nord », Innovations, 2006, vol. 2, no 24, p. 9-40. En ligne. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-innovations-2006-2-p-9.htm. Consulté en septembre 2012.

Notes

1 Présidée par la princesse Lalla Hasna depuis sa création en 2001.

2 Ex. : « Le Maroc fête le 40e anniversaire de la Journée de la Terre du 17 au 24 avril 2010 ».

3 Le Rallye-Raid Trophée Roses des Sables dans le désert du sud du Maroc ; la 8e étape du Championnat mondial de kiteboard (Kiteboard Pro World Tour) à Dakhla ; le Marathon des Sables Marrakech Grand Prix (courses de voitures).

4 « Ces organismes produisent à profusion des règles de “bonnes pratiques’’, édictées en dehors de tout débat, au gré des intérêts des uns ou des autres. » (Mancebo, 2007)

5 « Mis à toutes les sauces (et surtout les sauces écologiques), il [le développement durable] sert aujourd’hui de cheval de Troie à une recolonisation insidieuse des pays du Sud par ceux du Nord. » (Brunel, 2005)

6 Voir par exemple l’écodéveloppement initié par Maurice Strong qui le définit comme « des styles de développement écologiquement convenables ». Le concept sera par la suite repris par Ignacy Sachs qui l’élargit à trois volets visant à « articuler le social, l’écologique et l’économique : les objectifs sont sociaux et éthique avec une contrainte environnementale, l’économique n’ayant qu’un rôle instrumental » (Muis, 2008, p. 76).

7 « Le développement durable s’inscrit sous la bannière de la “nouveauté”, mais devient en réalité une entreprise de récupération, tant philosophique, stratégique que pédagogique : on n’y trouve pas de synthèse inédite ; il n’y a de neuf que sa propre visée (selon la fameuse trilogie). » (Sauvé, 2007)

8 Du nom de la Première ministre de la Norvège, madame Gro Harlem Brundtland.

9 Sport durable, tourisme durable, consommation durable, activités culturelles durables… à ce propos L. Sauvé cite l’exemple d’une étudiante en doctorat qui lui a écrit pour lui demander comment inscrire son projet de valorisation du corps de l’adolescent dans la production artistique, dans la perspective du développement durable. Subvention oblige !

10 On appelle oxymore une figure de rhétorique consistant à juxtaposer deux mots contradictoires, comme « l’obscure clarté ».

11 Proposée par la Commission mondiale pour l’environnement et le développement (CMED), dans son rapport final « Notre avenir à tous », rédigé en 1987.

12 La dégradation de l’environnement coûte annuellement au Maroc quelque 13 milliards de dirhams soit 3,7 % de son produit intérieur brut, Le Matin du 12 février 2011.

13 Discours de l’ambassadeur Mohamed Loulichki, lors de la 2e commission des Nations Unies à New York, le mardi 2 novembre 2010, in Le Matin du 3 novembre 2010.

14 Exemple : la création dès 1992 d’un département ministériel en charge de l’environnement.

15 « Après avoir incarne tour à tour le roi des pauvres et le roi des femmes, Mohammed VI vient d’endosser les habits du roi vert. » titre le magazine Jeune Afrique (Airault, 22 avril 2010).

16 Avant même de devenir Roi du Maroc, Sidi Mohammed, fils de Hassan II, était déjà présent en 1992 au Sommet de la Terre à Rio et son discours à la tribune révélait son engagement en faveur de l’environnement ; il a également participé au Sommet mondial sur le développement durable à Johannesburg en 2002, et a ratifié, la même année, le protocole de Kyoto.

17 Selon le ministre du Tourisme M. Bousaid, « la Vision 2010 a permis de placer le tourisme au cœur des priorités du gouvernement, en l’érigeant en secteur phare du développement économique et social du pays », MAP (Agence Marocaine de Presse), 31 septembre 2009.

18 La cérémonie du lancement s’est déroulée dans le cadre hautement symbolique de l’UNESCO qui reconnaît et protège les lieux dignes d’appartenir au patrimoine mondial de l’Humanité.

19 Op. cit., MAP, 31 septembre 2009.

20 Ibidem.

21 De 25 millions en 1950, le nombre de touristes internationaux a augmenté à environ 1 milliard en 2010 (Sokunthy, 2009).

22 Invité pour la première fois à la table du gotha des décideurs du monde touristique, l’Institut Royal de Formation des Cadres du ministère de la Jeunesse et des Sports (IRFC/JS), n’a pas manqué de souligner la nécessité et l’urgence quant à la création d’une filière professionnelle en la matière pour accompagner cette nouvelle dynamique.

23 Cette association est connue pour son soutien matériel et humain aux enfants les plus démunis dans les contrées reculées du désert marocain.

24 Membre fondateur et promoteur de ce championnat, in « Le Maroc : vers un développement du tourisme sportif », 10 octobre 2011.

25 À l’échelle nationale, Marrakech représente plus de 40 % des flux engendrés par le tourisme, la cité participe à hauteur de 2 % au PIB national. Depuis le lancement de la politique Vision 2010, chaque année le nombre de touristes augmente entre 3 et 6 %. Le tourisme à Marrakech représente plus de 60 % des recettes nationales (5 967 millions d’euros).

26 Allusion à la première muraille ocre qui ceinturait la médina depuis des siècles.

27 À l’époque les gens se déplaçaient par corporations de métiers pour se retrouver entre eux, dans la nature, autour d’un « méchoui » ou de « tanjia » : un des mets préférés de la région.

28 Plus de 10 000 Français sont installés à Marrakech au cours du premier semestre 2006.

29 « Un touriste engloutit à lui seul 200 à 850 litres d’eau par jour pendant l’été, sans compter les autres “facilités” touristiques : piscines, pelouses verdoyantes ».

30 Un green de 50 à 150 hectares a besoin de 1 million de m3 d’eau par an, soit l’équivalent de la consommation d’une ville de 12 000 habitants. Or, il est prévu depuis 2009 le lancement de cinq golfs de 18 trous.

31 En raison de son important parc de loisirs aquarium, Oasiria, le plus connu et luxueux de la ville, qui offre tout un panel d’attractions aquatiques (grandes piscines à vagues, bateau pirate, etc.).

32 L’attentat terroriste du café Argana à la place Jamâa Elfna qui a fait 15 morts dont 6 Français.

33 Il s’agit de la règle 2, paragraphe 13 : « le CIO veille à ce que les Jeux Olympiques se déroulent dans des conditions qui prennent en compte d’une manière responsable les problèmes d’environnement et encourage le mouvement olympique à se préoccuper de ses problèmes, à traduire cette préoccupation dans toutes ses activités et à sensibiliser toutes les personnes qui lui sont liées à l’importance d’un développement durable ».

34 Dans cette optique la FIFA a signé en 2005 un accord avec le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). Elle intègre ainsi pour la première fois des considérations environnementales dans ses objectifs. Le plan d’action baptisé « Green Goal » (littéralement : but vert) en est la première illustration.

35 À l’exception de quelques manifestations de circonstances par exemple : la projection du film La Terre au club du C.O.C. Tennis de Casablanca.

36 Cet agenda comporte quatre grands chapitres : 1. Le développement durable, une nouvelle approche des politiques sportives 2 ; La solidarité sportive au service du développement durable ; 3. Une gestion et une organisation du sport respectueuses de l’environnement ; 4. Une économie sportive au service du développement durable.

37 Le même oubli s’applique également aux deux grands stades tout nouveaux, de Marrakech et Tanger, que le ministère vient d’inaugurer cette année avec beaucoup de bruit !

38 Pourtant à l’époque le ministère de la Jeunesse et des Sports était dirigé par un membre influent du CIO : l’ancienne championne olympique et médaillée d’or des jeux de Los Angeles, Madame Nawal El Moutawakil.

39 La théorie des sites fondée par cet auteur cherche à mettre en évidence l’importance que joue le rôle des croyances et des cultures dans le processus de développement.

40 Ex-ministre au Mali.

41 Une politique de l’humanité à l’échelle planétaire, in « De Monterrey à Johannesbourg : quel développement ? », 2002.

42 « Tout ce qui est sur elle [la terre] doit disparaître. [Seule] subsistera La Face [Wajh] de ton seigneur, plein de majesté et de noblesse », Sourate Ar-Rahman, verset 26 et 27.

43 Sourate Al A’raf, verset 56.

44 « Nous avons créé toute chose avec mesure », Sourate La lune, verset 49.

45 Ibidem, verset 31.

46 Ibid., verset 85.

47 Sourate Al Qasas, verset 77.

48 Dans la conception islamique l’homme est maître dans le monde et non pas maître du monde comme le présente souvent la pensée occidentale.

49 L’invasion des sacs en plastique qui enlaidissent le paysage et menacent la flore et la faune, la prolifération des décharges sauvages – puisque selon Le Matin du 30 mai 2011 : « à peine 30 % de déchets ménagers sont éliminés dans des décharges contrôlées » – sont quelques-uns des fléaux qu’il faut d’abord éradiquer !

50 « Vous devez incarner le changement que vous souhaitez voir se produire dans le monde ». Plusieurs associations de jeunes ont sans doute compris ce message en lançant tout récemment, par le biais de Facebook, ce qu’ils appellent une « révolution verte marocaine ». Cette mobilisation a porté sur les deux dernières catastrophes de cet été, celles de Safi et de Moulouya. (Voir sur internet la page « Tous contre la pollution à Safi » et « SOS Moulouya ».)

Auteur

Docteur en sociologie, Université de Bordeaux 2. Directeur des études à l’Institut royal de formation des cadres (IRFC/JS), Rabat, Maroc.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540