Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Quatrième partie. Des territoires de vie confrontés aux cultures sportives

La voile traditionnelle à la Martinique : entre développement sportif et préservation des ressources naturelles

Maguy Moravie

Texte intégral

1Depuis le début des années 1990, on assiste à la Martinique, département français d’Amérique, au renouveau de la voile traditionnelle – « gommier » et « yole ronde » – dorénavant structurée sur le modèle sportif et porteuse de nouveaux enjeux d’ordre identitaire, économique et politique. La « sportivisation » (Pruneau, Dumont, Célimène, 2006, p. 519-530) de la yole ronde et du gommier, traits d’union symboliques entre la forêt et la mer, ne sont pas sans soulever de nouvelles interrogations quant à la préservation des ressources naturelles locales.

2Dans le cadre d’une ethno-sociologie du temps présent, il est question de rendre compte des enjeux écologiques inhérents à ces pratiques nautiques traditionnelles, dont le développement sportif récent impacte significativement les ressources naturelles de l’île et cristallise une rupture intergénérationnelle, obstacle à la transmission des « savoirs écologiques traditionnels » martiniquais. Selon Narumon Arunotai, les savoirs écologiques traditionnels sont « un ensemble de connaissances et de croyances développées, expérimentées, sélectionnées et accumulées au fil des générations » (Arunotai, 2006, p. 145-158).

3Des observations participantes et une série d’entretiens ont été effectuées auprès des acteurs de la voile traditionnelle à la Martinique et auprès de ceux qui sont les garants de la protection des richesses naturelles, afin de préciser les enjeux actuels inhérents au développement sportif de ces pratiques et de rendre compte de la concertation mise en place en faveur de la préservation des ressources naturelles.

4Après avoir précisé les origines de la voile traditionnelle à la Martinique, nous mettrons l’accent sur les enjeux actuels de préservation, à la fois des ressources naturelles de l’île, mais aussi des savoirs écologiques traditionnels de construction navale. Il semble également intéressant d’envisager comment les actions engagées en faveur de la protection de l’environnement peuvent impacter le développement sportif et commercial de la voile traditionnelle à la Martinique.

Les origines de la voile traditionnelle à la Martinique

5De par leurs similitudes physiques, la filiation entre le gommier et la yole ronde laisse peu de place au doute, tant ces embarcations sont difficiles à différencier pour l’œil non averti.

  • 1 Un gommier peut mesurer jusqu’à 9,60 mètres et une yole ronde jusqu’à 10,50 mètres.
  • 2 Les voiles d’un gommier peuvent mesurer jusqu’à 60 m² et sont constituées en nylon, tandis que les (...)
  • 3 Les équipages d’un gommier sont généralement mixtes (hommes et femmes) et composés de neuf équipier (...)

6Techniques de navigation similaires et voilure rectangulaire caractéristique, les deux embarcations sont dépourvues de quille et l’équilibre de l’embarcation n’est maintenu que par le poids des équipiers en rappel sur des bwa dressé. Néanmoins, quelques différences subsistent, liées à la taille du gommier, plus petit1 et moins stable, avec des surfaces de voilure réduites2 et ne pouvant embarquer qu’un nombre limité d’équipiers3.

  • 4 « Monoxyle » est un adjectif qui signifie « fait d’une seule pièce de bois ».
  • 5 Héroïque par la place et le rôle que le gommier a joué, à différents moments de l’histoire de la co (...)

7Le gommier est une embarcation de type monoxyle4, faite à partir d’un seul tronc d’arbre creusé (bwa fouyé) qui tire son nom de l’arbre dans lequel il est évidé, le Gommier blanc (Dacryodes excelsa). Embarcation « héroïque5 » par excellence, le gommier est hérité des Amérindiens, les « Caraïbes », peuple autochtone des Antilles exterminé à l’arrivée des premiers colons français en 1635.

Illustration 1 – Gommier et yole ronde : une filiation évidente

Illustration 1 – Gommier et yole ronde : une filiation évidente

Clichés : Maguy Moravie.

  • 6 La première yole « Gaby » n’est créée qu’au début des années 1940 par un charpentier de marine mart (...)

8Jusqu’au début des années 1950, le gommier est la principale embarcation utilisée par les pêcheurs martiniquais. Mais l’interdiction, encore de rigueur actuellement, de la coupe de Gommiers blancs devenus trop rares dans les forêts martiniquaises, a poussé les charpentiers de marine à construire une nouvelle embarcation, hybride, « créole », la yole ronde, à mi-chemin entre le gommier des autochtones Caraïbes et la yole européenne. La yole ronde, embarcation constituée d’un assemblage de planches, est le fruit d’une innovation écologique et sociale récente6 face aux contraintes environnementales auxquelles les pêcheurs martiniquais étaient déjà confrontés. Les yoles, plus stables et mieux adaptées à la houle en Atlantique, vont rapidement supplanter le gommier qui va progressivement décliner des côtes martiniquaises.

  • 7 Les îles de la Dominique, au nord, et de Sainte-Lucie, au sud de la Martinique, sont actuellement l (...)

9Grâce à la voile de compétition, les gommiers perdurent encore à la Martinique mais ne sont désormais plus qu’importés des îles voisines7 depuis l’interdiction de la coupe des Gommiers blancs menacés de disparition des forêts martiniquaises. Quelques descendants des autochtones Caraïbes perpétuent, notamment dans l’île de la Dominique, la construction de gommiers et exportent le tronc préalablement creusé selon les rites ancestraux dont ils sont les héritiers depuis des millénaires.

L’abattage à la hache a lieu traditionnellement à l’époque de la nouvelle lune ; il s’agit là d’une croyance très fermement défendue par les pêcheurs créoles qui attachent aux variations de la lunaison beaucoup d’importance [...] On doit noter qu’à La Dominique où le creusage se réalise complètement dans la forêt, le transport du tronc creusé se fait à bras d’homme à travers les ravins et les fourrés. Des trous sont percés dans l’étrave, des lianes sont passées au travers, et le futur gommier commence un premier voyage au son de chants rituels. (Morice, 1958, p. 64-84)

10Ainsi, le gommier est une invention qui témoigne des savoirs autochtones concernant le choix du bois et l’utilisation d’une technologie simple sous sa forme la plus achevée ;

Ce sont des arbres tout entiers qu’ils dollent, creusent et ajustent maintenant avec les haches, les tilles et autres qu’ils achètent aux Européens ; mais avant qu’ils eussent commencé avec eux, ils y consumaient des années entières, abattant les arbres et les brulant par le pied, et les creusant avec des haches à pierre, et avec un petit feu qu’il fallait conduire petit à petit, tout le long de la pirogue jusqu’à ce qu’elle eut atteint la forme qu’ils lui voulaient donner. (Du Tertre, 1667, p. 375)

11Véritables savoirs écologiques traditionnels, ces techniques de construction navale autochtones constituent un ensemble de connaissances et de compétences qui reposent sur la conception et l’utilisation d’une technologie simple respectueuse de l’environnement et ayant initialement peu d’impact sur les ressources naturelles. En effet, les pratiques de gestion des ressources naturelles – leur utilisation et leur protection (Santasombat, 1999, p. 53-75) – sont ancrées et indissociables de ces savoirs autochtones qui mettent l’accent sur le spirituel plutôt que sur le matériel. Dans le système des savoirs autochtones, les mondes humain, social, naturel, spirituel ou surnaturel sont interconnectés et forment un tout, à la différence de la science moderne fondée sur le compartimentage des savoirs dans un vide spirituel (Nakashima et Roué, 2002, p. 314-324).

Gommier et yole ronde : des champs de pratique opposés

  • 8 Groupe « ethnique » dont la définition raciale ne semble pas faire de doute, puisqu’il s’agit de «  (...)

12Les courses de voile traditionnelles actuelles sont la transposition d’une activité professionnelle – la pêche – en une activité ludique – les défis, tiraj en créole – que se lançaient les pêcheurs au retour de pêche. Les défis entre pêcheurs existant en gommiers se sont prolongés par la suite en yoles. D’une popularité toujours plus croissante, notamment par l’implication du groupe Béké8 trouvant l’occasion de parier des sommes importantes lors de défis opposant deux yoles de communes limitrophes, les « kous kanot arété ». Il est intéressant de noter l’occultation (Moravie, 2011) quasi systématique dans la mémoire collective des Martiniquais du rôle historique joué par les Békés dans la structuration de la pratique.

13Les « kous kanot arété » trouvent leur prolongement, dans les années 1960, dans le cadre des différentes fêtes patronales de l’île, jusqu’à la structuration effective des pratiques avec la création de la Société des Yoles et Gommiers de la Martinique en 1972, scindée par la suite en 1981 – à la faveur de quelques conflits – en deux associations loi 1901 : la Société des Yoles Rondes de Martinique (SYRM) et le Club des Gommiers à Voile de Compétition Martiniquais (CGVCM).

14Aussi, paradoxalement à leur filiation commune, la yole ronde et le gommier recouvrent sur le même territoire des champs de pratique opposés ; l’une perméable à l’innovation, résolument sportive mais identifiée comme traditionnelle et bénéficiant d’un soutien politique, médiatique et économique fort ; l’autre plus « authentique », attachée à la « tradition » mais qui reste essentiellement confidentielle faute d’un soutien médiatique et économique conséquent.

  • 9 Propos tenus par M. Almont A., Maire de la ville de Schoelcher, au cours d’un entretien réalisé en  (...)

15Fleuron de l’identité martiniquaise, la yole ronde a connu un développement sportif et commercial spectaculaire, au point qu’aujourd’hui le « Tour des yoles rondes de Martinique » est devenu selon certains politiciens locaux « l’événement majeur de la vie culturelle, politique et sociale »9 de l’île. Il est une véritable fête collective aux élans de manifestation identitaire qui laisse à penser que cette parenthèse sociale marque l’abolition des différences socioethniques (Moravie, 2011, p. 106-114). La pratique actuelle de la yole présente paradoxalement à sa coloration « traditionnelle » tous les attributs d’un sport « spectacle » moderne. Les campagnes médiatiques tapageuses, les directs télévisés également diffusés sur Internet, le sponsoring et la publicité à outrance, font de ce sport traditionnel la source de nouveaux enjeux économiques, touristiques, médiatiques et politiques. À l’inverse de l’effervescence que suscite la yole, les courses de gommier se déroulent dans un certain anonymat. Par son « authenticité » préservée, le gommier constitue un contre-modèle culturel par rapport à la yole, mais beaucoup moins attractif pour les acteurs économiques et politiques locaux.

16On comprend donc que les enjeux de préservation des ressources naturelles sont bien plus prégnants et concernent essentiellement la yole ronde, dont le développement sportif et commercial font de celle-ci une forte consommatrice de bois, et dont les caractéristiques festives donnent lieu à la dégradation de sites naturels exceptionnels.

Le « pillage » des ressources forestières à la Martinique

17Si l’on tient compte des effets actuels du défrichement en faveur de l’urbanisation et, dans une moindre mesure, du développement de l’agriculture, l’état des ressources forestières de la Martinique est préoccupant. Les cartes suivantes illustrent l’étendue de la déforestation à la Martinique.

Illustration 2 – Évolution de la forêt à la Martinique des origines (xviie s.) à nos jours

Illustration 2 – Évolution de la forêt à la Martinique des origines (xviie s.) à nos jours

Conception : Philippe Joseph, Université des Antilles et de la Guyane.

  • 10 Cette forêt est dense et moyennement humide, intermédiaire entre la forêt xérophile et la forêt hyg (...)

18Si auparavant, il y avait une plus grande partie de forêt mésophile10, dense et moyennement humide, celle-ci a été remplacée par des zones urbanisées et des domaines cultivés. La forêt sèche, la forêt xérophile, a également diminué et une partie de la mangrove a totalement disparu. Seules les forêts d’altitude et les forêts humides, plus difficiles d’accès, ont été préservées et se trouvent pour la plupart concentrées dans le nord de l’île. Aussi, les forêts mésophiles qui subsistent sont souvent dégradées, où de nombreuses essences de bois se sont raréfiées quand elles n’ont pas, par endroits, totalement disparu.

19D’autant plus que les forêts mésophiles, plus accessibles, sont celles qui offrent la plus grande diversité d’essences « précieuses » de bois, telles que le bois-côte (Tapura Latifolia), utiles à la construction des mâts de yoles rondes. Les qualités techniques remarquables de cette essence assurent à la fois résistance et élasticité au futur mât amené à supporter une voilure importante.

20En conséquence, l’essence bois-côte fait l’objet d’une forte demande de la part des associations de voile traditionnelle, à raison d’une centaine de tiges par an. Les enjeux sont d’autant plus prégnants que les bois-côte sont les essences principales des formations naturelles dans les forêts mésophiles, qui jouent un rôle majeur dans l’équilibre de l’écosystème.

Illustration 3 – Bois-côte (Tapura Latifolia)

Illustration 3 – Bois-côte (Tapura Latifolia)

Source : ONF.

  • 11 Propos tenus par M. Schneider J.-B., Ingénieur forestier de l’ONF, avril 2011.

21L’Office national des forêts (ONF), établissement public à caractère industriel et commercial qui assure la gestion et la protection des forêts publiques, fait aujourd’hui état de « véritables pillages11 » orchestrés par les associations de yoles rondes suivant deux logiques. Pour leurs qualités techniques intrinsèques, les associations recherchent essentiellement des jeunes arbres dominants, seuls capables d’assurer le renouvellement de l’essence Tapura Latifolia au sein des forêts humides. De plus, les prélèvements se font de manière localisée et systématique, toujours aux mêmes endroits – les plus accessibles –, autour des « grands massifs ».

22La pression sportive aidant, la demande en bois-côte des associations de yoles rondes ne cesse de croître au fil des années. Aussi remarque-t-on une tendance à la « surconsommation » de bois-côte – couper plus de tiges que nécessaires – soit pour disposer de davantage de matériel en cas de « casse » accidentelle, soit à cause d’erreurs d’appréciation quant à la qualité intrinsèque de l’arbre sélectionné (longueur, diamètre, élasticité, résistance, etc.). Fréquemment, ce sont donc de nombreux arbres qui sont abattus et destinés à pourrir sur place. En effet, une fois l’acquisition de la ressource effectuée auprès des services de l’État, les associations de voile traditionnelle deviennent les seules responsables de l’abattage et du prélèvement de la ressource. Dès lors en possession du cahier des charges précisant les clauses environnementales à respecter, les associations se présentent comme les véritables garants de la forêt. Avec uniquement huit agents pour 14 000 ha de forêt publique, les missions de police de l’ONF restent limitées au constat a posteriori des dégâts occasionnés.

Une rupture intergénérationnelle ?

  • 12 Ces savoirs traditionnels oraux ont un caractère secret et ne sont révélés qu’aux « apprentis » de (...)

23Cette tendance à la consommation massive de bois est significative d’une rupture dans la transmission des savoirs autochtones hérités des Caraïbes et mis en pratique depuis des siècles. Aussi, bien que créolisés et exclusivement transmis aux « initiés12 », ces savoirs ancestraux perdurent aujourd’hui encore, auprès des plus anciens charpentiers de marine martiniquais, et ce malgré la longue période de colonisation subie par la société.

24Les savoirs traditionnels interviennent à chaque stade de la construction d’une yole, dans le choix de l’arbre – déterminer le type de bois approprié, la surface et la longueur voulues – la coupe du bois, l’évidement, le débitage en planches, la finesse de la coque, etc. De même, différents rituels de protection et de bénédiction de l’embarcation, qui pourraient être jugés « déraisonnables » par la plupart des Martiniquais, sont encore d’usage par les pionniers de la charpente maritime martiniquaise. Ainsi, la construction des yoles rondes modernes reste encore liée à plusieurs croyances traditionnelles, concernant le choix du bois, les offrandes aux esprits, l’utilisation des outils et le placement d’objets « sacrés ». À l’instar des autochtones Caraïbes, il est nécessaire avant tout abattage de s’assurer de l’accord et du soutien des forces spirituelles en présence.

25Cependant, les abus récents des associations de yoles, qui s’adressent dorénavant à des organismes privés d’abattages d’arbres, témoignent très clairement d’une perte des savoirs écologiques traditionnels. Ils sont également le signe d’une transmission intergénérationnelle moins efficiente, voire en phase de rupture. À terme, on peut s’interroger quant à la capacité de survivance de ces savoirs autochtones qui jusque-là ont résisté – tant que possible – au tourbillon de la modernité. Le risque étant l’oubli et la perte de savoirs qui constituent intrinsèquement un système de « gestion » et de « conservation » des ressources naturelles.

Une concertation entre acteurs accrue

26Pour pallier la menace de disparition totale de l’essence bois-côte, l’ONF a récemment accru sa vigilance. L’ONF lance les premiers avertissements d’épuisement de la ressource de bois-côte au début des années 2000. Mais ce n’est qu’à partir de 2003 que l’organisme alerte formellement le Conseil général de Martinique de l’urgence de la situation, provoquant ainsi la concertation des principaux acteurs impliqués : collectivités locales, associations de yoles rondes, ONF, parc naturel régional de Martinique.

27Les premiers dispositifs sont mis en place en 2008 et se traduisent actuellement par une étude commanditée fin 2009 par le Conseil général. Il s’agit à la fois d’évaluer précisément la déforestation de l’essence de bois concernée, mais aussi de proposer des solutions en cas de raréfaction avérée. Au moment de notre enquête, les premiers résultats de l’étude faisaient état du déséquilibre naturel de la forêt mésophile publique et de la disparition quasi totale de l’essence bois-côte.

28Face à ce constat préoccupant, l’ONF n’exclut aucune solution. Le reboisement de l’espèce est la solution actuellement privilégiée, puisque deux essais de production spécifique de bois-côte sont lancés en forêt départementale et/ou clairières. Si plusieurs centaines de jeunes plans sont aujourd’hui prêts à être replantés, ceci demeure un projet de long terme, puisqu’il faut compter au mieux – en cas de forte production – quinze à vingt ans afin d’apprécier les premiers résultats.

29Aussi, d’autres alternatives sont suggérées par l’ONF, beaucoup plus controversées puisqu’elles s’attachent au caractère « sacré » de la pratique, à son authenticité préservée. Il s’agit de limiter considérablement les besoins en matière première des associations, quitte à pallier l’usage du bois par le recours systématique aux nouvelles technologies (produits synthétiques, traitements de bois, carbone, yole en plastique etc.), ce qui remettrait irrémédiablement en question la construction traditionnelle et artisanale de la yole ronde. On comprend bien que ces alternatives impactent fortement l’avenir de la pratique, d’autant plus que les refus d’autorisation de prélèvement des ressources sont de plus en plus fréquents, contraignant dorénavant les associations de yoles à solliciter les propriétaires privés de forêt martiniquaise.

30Pour contourner ces nouvelles contraintes, les associations de yole ont mis progressivement en place, depuis 2005, une autre stratégie qui semble se démocratiser. À l’image de ce qui se fait depuis « presque toujours » dans le gommier, l’importation massive d’essences de bois-côte provenant des îles voisines, notamment de la Dominique et de la Guadeloupe, mieux dotées en ressources forestières. La tendance semble prendre de l’ampleur, puisqu’en 2011, l’un des constructeurs de yoles les plus réputés s’est déplacé pour initier les Guadeloupéens à la sélection, à l’abattage, mais aussi aux rituels de coupe de bois-côte, et ainsi limiter les déplacements nécessaires à la récupération de tiges de bonne qualité.

Les enjeux de protection du littoral maritime

31Si, comme on le voit, les enjeux de préservation des ressources forestières sont prégnants dans le développement de la voile traditionnelle à la Martinique, la popularité accrue du « Tour des yoles rondes » n’est pas sans générer de nouveaux enjeux de protection du littoral maritime martiniquais.

  • 13 On estime entre 40 000 et 80 000 le nombre de spectateurs qui assistent au départ et à l’arrivée de (...)

32Spectacle haut en couleur et en exhibition, il s’agit d’effectuer le tour de l’île en une semaine – première semaine du mois d’août – et l’épreuve se décompose en sept étapes précédées d’un prologue. Les yoles sont équipées d’une grande voile qui peut mesurer jusqu’à 70 m² de surface et sont susceptibles d’embarquer jusqu’à quatorze équipiers. C’est une foule impressionnante13 qui prend possession et rend méconnaissable le littoral martiniquais ; les plages sont saturées par l’effervescence et la liesse populaire, quand la mer est envahie par des milliers de bateaux, du plus moderne au plus traditionnel. Le littoral maritime se révèle alors comme un espace festif, un espace d’« exhibition sociale » où il est primordial d’être vu et reconnu.

33Aussi, l’affluence générée chaque année par le « Tour des yoles » entraîne un accroissement de la pollution du littoral maritime martiniquais. Il devient de plus en plus nécessaire de réguler les comportements des milliers de spectateurs, fortement alcoolisés, qui suivent l’événement sur la mer et qui contribuent à polluer – déchets divers, bouteilles, plastique, gasoil, etc. – des sites naturels exceptionnels, notamment quand ils vont se beacher pour faire la fête sur des îlets inaccessibles par la terre.

34De manière générale, la question ne semble pas primordiale pour les autorités en charge de la protection du littoral maritime qui estiment que les dégâts restent « mineurs » et ne nécessitent pas la mise en place de dispositifs spécifiques. Paradoxalement, les dommages occasionnés semblent suffisants pour motiver des initiatives privées de sensibilisation, à l’instar de l’opération « La yole qui recycle ».

35Si progressivement les initiatives municipales en faveur du nettoyage des plages semblent se démocratiser, celles pour pallier la pollution maritime restent marginales si l’on excepte les interventions annuelles de l’Unité territoriale sud de l’ONF. Elle est chargée d’assurer la protection des quatre îlets du sud de l’île – les îlets de Sainte-Anne – classés « réserve ornithologique naturelle ». Ce statut de protection particulier interdit toute présence humaine ; on ne peut pas y approcher à moins de cent mètres ni mouiller à moins de trois cents mètres.

36Chaque année, le parcours du « Tour des yoles » passe systématiquement aux abords de la réserve durant la période de nidification des espèces d’oiseaux protégées. D’autant plus que la tentation est grande pour les spectateurs d’accoster sur ces îlets qui présentent des atouts indéniables tels que des plages naturelles ou des « fonds blancs » peu profonds.

  • 14 Par les chaînes de télévision ou par d’autres services de l’État comme la sécurité civile.

37Aussi, pour assurer la protection de cette réserve naturelle, les agents de l’ONF effectuent donc régulièrement des sorties en bateaux pour réaliser des missions de contrôle et de police afin d’empêcher l’accès aux îlets. Par moments, la protection de cette réserve ornithologique peut s’avérer plus complexe, notamment quand il est question du survol14 de la réserve en hélicoptères et dont les effets sont encore plus dévastateurs que la seule présence humaine.

Conclusion

38La sportivisation et la popularité accrue de la voile traditionnelle à la Martinique ne sont pas sans générer de nouvelles interrogations quant à la préservation des ressources naturelles. Qu’il s’agisse des normes et rituels d’abattage d’arbres nécessaires à la construction des canots de courses, de la nécessité de recourir aux ressources forestières des îles avoisinantes, ou encore de l’impératif de réguler les comportements des spectateurs du « Tour des yoles », tels sont les enjeux auxquels les différents acteurs – politiques et associatifs – sont confrontés. La concertation est engagée entre les différents acteurs institutionnels, politiques et privés, pour concilier l’urgence de la préservation d’un équilibre naturel et la satisfaction des besoins « sportifs » et « traditionnels » des associations.

  • 15 Le danger majeur quant à l’utilisation du carbone dans la construction des yoles rondes est que son (...)

39Cependant, d’autres problématiques liées à la protection de l’environnement semblent émerger. « Le carbone ne brûle pas ! » titrait le France-Antilles en août 2010, en dénonçant à demi-mot les abus de ces associations de yoles qui produisent jusqu’à deux yoles neuves par saison, et dorénavant partiellement constituées de carbone15. Les yoles « usagées » et moins performantes sont destinées à pourrir, comme les précédentes, sur les plages et/ou sur l’eau, lâchant ainsi durablement toujours plus de produits polluants.

  • 16 Événement uniquement festif entièrement dédié aux moteurs de bateaux « Mercury » suite à l’interven (...)

40De même, les enjeux de protection du littoral maritime martiniquais restent probablement encore sous-estimés compte tenu des excès festifs – pollution de l’eau et débordements – suscités par le « Tour des yoles ». D’autant plus que les autres îlets de la Martinique ne bénéficient pas du niveau de protection exceptionnel des îlets de Sainte-Anne. Il faut noter à cet égard les points de vue opposés adoptés par la Martinique et la Guadeloupe, puisque les autorités guadeloupéennes ont interdit, pour des raisons de protection du littoral maritime, l’organisation du « Mercury-day16 », événement nautique festif dont les attributs et l’ambiance ne sont pas sans rappeler celle du Tour des yoles rondes de Martinique.

41La modernité agissante transforme le rapport à la nature des charpentiers de marine martiniquais et on assiste actuellement à l’étiolement progressif des savoirs écologiques traditionnels dont ils sont les uniques héritiers. La perte de ces savoirs autochtones semble inéluctable, d’autant plus que l’on assiste à l’émergence d’un marché « caribéen du bois » qui cependant reste le seul marché d’échanges intra-caribéen de matières premières auquel les Antilles françaises prennent part.

Bibliographie

Bibliographie

Arunotai N., « Les savoirs traditionnels des Moken : une forme non reconnue de gestion et de préservation des ressources naturelles », Revue internationale des sciences sociales, 2006, vol. 1, no 187, p. 145-158.

Du Tertre J.-B., Histoire générale des Antilles habitées par les Français, tome II, Paris, 1667.

Moravie M., « La yole ronde à la Martinique, entre “silence” et “trop-plein” de mémoire dans les médias », in « Migrations et sport : des mémoires en “mouvements” », Migrations Sociétés, septembre-octobre 2011, vol. 23, no 137.

———, « La yole ronde, entre ethnicité et autochtonie : une tentative anthropologique de dépassement de l’Histoire », in Hommes & Migrations, 2011, no 1289, p. 106-114.

Morice J., « Les gommiers », Revue des Travaux de l’Institut des Pêches Maritimes (ISTPM), 1958, vol. 22, no 1, p. 64-84.

Nakashima D., Roué M., « Indigenous Knowledge, Peoples and Sustainable Practice », Encyclopedia of Global Environnemental Change, 2002, p. 314-324.

Pruneau J., Dumont J., Célimène N., « Voiles traditionnelles aux Antilles françaises : “sportivisation” et patrimonialisation », Ethnologie française, 2006, vol. 36, no 3, p. 519-530.

Santasombat Y., « Biodiversité et savoirs locaux », Regional Center for Social Science and Sustainable Development, Chiang Mai University, Thailand, 1999, p. 53-75.

Notes

1 Un gommier peut mesurer jusqu’à 9,60 mètres et une yole ronde jusqu’à 10,50 mètres.

2 Les voiles d’un gommier peuvent mesurer jusqu’à 60 m² et sont constituées en nylon, tandis que les voiles d’une yole ronde peuvent totaliser jusqu’à 100 m² de surface.

3 Les équipages d’un gommier sont généralement mixtes (hommes et femmes) et composés de neuf équipiers ; une yole peut embarquer jusqu’à quinze équipiers, des hommes en majorité.

4 « Monoxyle » est un adjectif qui signifie « fait d’une seule pièce de bois ».

5 Héroïque par la place et le rôle que le gommier a joué, à différents moments de l’histoire de la colonisation : marronnage (fuite des « nègres marrons ») vers les îles anglophones, premier apport en nature des anciens esclaves (la pêche), moyen d’évasion des « Dissidents » martiniquais des années 1940 pour rejoindre les Forces Françaises Libres.

6 La première yole « Gaby » n’est créée qu’au début des années 1940 par un charpentier de marine martiniquais.

7 Les îles de la Dominique, au nord, et de Sainte-Lucie, au sud de la Martinique, sont actuellement les seules îles où le gommier constitue encore la grande majorité des embarcations de pêche.

8 Groupe « ethnique » dont la définition raciale ne semble pas faire de doute, puisqu’il s’agit de « Blancs » descendants des premiers colons de l’île, qui au nom d’une « pureté » à préserver, se sont enfermés dans une stricte endogamie, articulée à un fort contrôle généalogique, qui a permis au groupe de rester identique à lui-même de génération en génération et surtout, de garder intacte jusqu’à aujourd’hui sa suprématie foncière et économique.

9 Propos tenus par M. Almont A., Maire de la ville de Schoelcher, au cours d’un entretien réalisé en 2004.

10 Cette forêt est dense et moyennement humide, intermédiaire entre la forêt xérophile et la forêt hygrophile. Elle a été très appauvrie par l’exploitation traditionnelle et a été en grande partie défrichée.

11 Propos tenus par M. Schneider J.-B., Ingénieur forestier de l’ONF, avril 2011.

12 Ces savoirs traditionnels oraux ont un caractère secret et ne sont révélés qu’aux « apprentis » de confiance. Cela a fortement limité nos enquêtes de terrain. Il faut noter que ces questions sont sources de malaise pour les personnes interrogées irrémédiablement confrontées à une « dualité identitaire » : à mi-chemin entre croyances traditionnelles et rationalité moderne.

13 On estime entre 40 000 et 80 000 le nombre de spectateurs qui assistent au départ et à l’arrivée de chaque étape, ce qui représente près du quart de la population de l’île.

14 Par les chaînes de télévision ou par d’autres services de l’État comme la sécurité civile.

15 Le danger majeur quant à l’utilisation du carbone dans la construction des yoles rondes est que son utilisation reste artisanale sans l’application des règles de sécurité de rigueur.

16 Événement uniquement festif entièrement dédié aux moteurs de bateaux « Mercury » suite à l’intervention du collectif LKP (« Liyannaj Kont Pwofitasyon ») adressée au Préfet et aux Maires de la Guadeloupe en juillet 2010 : « […] Mieux encore, les organisateurs prétendent défendre l’environnement tout en alliant “mixité sociale et raciale”. Les Guadeloupéens ont encore en mémoire la fameuse édition 2007 où pas moins de 500 hors bords et plus de 3 000 personnes, sous l’emprise d’alcool et autres addictions pour la plupart, ont pris d’assaut cet îlet de 200 m² du Grand Cul de Sac Marin, espace naturel protégé. Même un véhicule 4 X 4 y avait été transporté. Rappelons aussi les innombrables interventions des sauveteurs et des pompiers portant secours en mer et à la Marina du Gosier aux nombreux participants saouls et pétés. » Le LKP est un collectif d’organisations syndicales, associatives, politiques et culturelles de Guadeloupe à l’origine du mouvement de grève générale de février 2009 qui a concerné l’ensemble des départements d’Outre-mer français.

Table des illustrations

Titre Illustration 1 – Gommier et yole ronde : une filiation évidente
Légende Clichés : Maguy Moravie.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3592/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3592/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Illustration 2 – Évolution de la forêt à la Martinique des origines (xviie s.) à nos jours
Légende Conception : Philippe Joseph, Université des Antilles et de la Guyane.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3592/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Illustration 3 – Bois-côte (Tapura Latifolia)
Légende Source : ONF.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3592/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

Auteur

Chargée de mission à la mise en place de la politique sportive de la Région Martinique Conseiller territorial des Activités Physiques et Sportives, Docteur en STAPS, Université Bordeaux 2-Segalen, membre du LACES (EA 4140).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540