Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Quatrième partie. Des territoires de vie confrontés aux cultures sportives

La gestion des sports de nature dans les espaces protégés : enrôlement, traduction et controverse

Le cas du parc naturel régional de Chartreuse

Yohann Rech et Jean-Pierre Mounet

Texte intégral

1Les sports de nature ont connu en France ces dernières années un important développement (Truchot, 2002). Ce développement a été à la fois quantitatif, puisque le nombre de pratiquants a fortement augmenté, mais également qualitatif, puisque l’offre sportive s’est densifiée et structurée. Les activités sportives de nature ont connu une forme d’institutionnalisation (développement des clubs, intégration ou création de fédérations sportives, etc.) et parfois de sportivisation (introduction et standardisation des compétitions par exemple). Certaines activités récréatives ont participé à la création d’une offre commerciale sur différents territoires et ont contribué à une certaine forme de développement touristique. La reconnaissance la plus décisive pour ces activités est celle du législateur puisque la Loi sur le sport de 2000 a participé à une reconnaissance de ces activités en tant que phénomène social. La mission conférée aux Conseils généraux d’organiser les sports de nature par la mise en place des Commissions départementales des espaces, sites et itinéraires (CDESI) a contribué à clarifier la place de ces activités récréatives sur le territoire. Cette reconnaissance par les instances publiques a participé à l’institutionnalisation des sports de nature, clarifiant leur organisation et soulignant la nécessaire harmonisation entre tous les acteurs de ces activités.

  • 1 Il faut préciser la généalogie de ce travail qui s’est nourri de certaines préoccupations de terrai (...)

2L’évolution des activités sportives de nature pose la question de leur intégration au sein des espaces de pratique. L’organisation des sites dédiés à ces activités semble être une entrée pertinente puisque l’usage de la nature se révèle souvent problématique. En effet, ces activités s’insèrent sur des espaces qui sont également des lieux de vie et de travail, et produisent des interactions entre des acteurs multiples (individuels, collectifs, institutionnels) (Mounet, 2000). Les usages et les représentations de la nature peuvent en réalité être très différents en fonction des acteurs concernés mais un minimum de coordination est nécessaire pour permettre une utilisation partagée de la ressource. La question de l’organisation des sites se pose donc avec acuité puisque les sportifs ne sont pas les seuls à investir une nature « ordinaire » (Mougenot, 2003) ou une nature gérée. C’est précisément sur cette question de la gestion des activités sportives de nature que nous voulons nous focaliser, pour comprendre le rôle que jouent certains espaces protégés dans l’organisation des loisirs sportifs. Ce mode d’entrée semble pertinent puisque si un territoire est classé pour ses qualités environnementales remarquables et mérite d’être préservé à ce titre, c’est bien souvent pour ces mêmes raisons qu’il devient un support privilégié pour les pratiquants de sports de nature. L’interaction entre cette logique environnementale et cette logique sportive n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes. À partir d’une étude monographique, nous avons tenté de comprendre les liens entre différents modes de gestion des espaces naturels et l’intégration (ou l’exclusion) des pratiques sportives dans ces espaces protégés. Cette enquête repose sur une étude de cas réalisée dans les Alpes et plus particulièrement dans le massif de Chartreuse1.

Une approche organisationnelle élargie aux réseaux

3L’objectif de cette recherche est de comprendre comment les différents individus concernés par l’utilisation d’un même espace interagissent, se coordonnent ou se révèlent en concurrence. La problématique est donc organisationnelle au sens où il s’agit de retracer un système d’acteurs et de comprendre les enjeux de leur coopération. Il s’agit donc de s’intéresser à ce que Laurent Mermet (1994, p. 23) nomme la gestion effective : « l’état d’un système naturel donné répond à des déterminants naturels d’une part, à l’ensemble des actions humaines subies, d’autre part. Cet ensemble doit être considéré comme constituant la gestion de fait du système naturel – on parlera ici de gestion effective ». L’objectif est également de croiser ces analyses avec l’étude de la gestion intentionnelle (Mermet et al., 2005), qui correspond quant à elle aux actions d’un acteur – un gestionnaire – permettant de transformer le milieu naturel (en vue d’atteindre des objectifs spécifiques). Il s’agit donc du rôle direct d’un acteur (ou de plusieurs) sur la gestion de l’environnement, mais aussi des activités sportives de nature.

4En termes d’ancrage théorique, il s’agissait au départ de la sociologie des organisations (Crozier et Friedberg, 1977 ; Friedberg, 1993) avant d’opérer un recentrement autour de la sociologie de la traduction et la théorie de l’acteur-réseau (Callon, 1986 ; Law, 1994 ; Latour, 2006), après s’être confronté au terrain et avoir affiné la problématique dans une démarche inductive. Ce choix ne signifie pas un usage exclusif de la théorie de l’acteur-réseau puisque des concepts de la sociologie organisationnelle sont encore mobilisés au besoin. La théorie de l’acteur-réseau présente toutefois les outils conceptuels les plus à même d’expliquer les transformations organisationnelles des espaces de loisir sportif. Cette approche permet notamment une vision panoptique de l’organisation des sites (Perrin-Malterre et Mounet, 2009) et s’inscrit pleinement dans les enjeux actuels des sports de nature, marqués ces dernières années par les procédures participatives et la gestion concertée (Mounet, Perrin et Rech, 2012).

5Compte tenu de ces fondements théoriques, certains grands dualismes se sont transformés en monismes. Nous nous sommes ainsi efforcés d’étudier les faits de nature et les faits de société de manière symétrique (Callon, 1986), en déployant les humains et les non-humains concernés par l’organisation des sites de sports de nature. À l’instar de Callon, Lascoumes et Barthe (2001), nous avons également appréhendé notre objet sans dissymétrie apparente entre les experts (les gestionnaires…) et les profanes (les simples pratiquants, les touristes…), engagés communément dans des controverses « touristiques et sportives ».

Méthodologie pour l’analyse d’un site de loisirs sportifs

6Le terrain d’étude a été le site du col du Coq dans le massif de la Chartreuse (France). Il se situe à proximité de Grenoble et Chambéry, à moins d’une demi-heure de voiture des deux agglomérations. Le site se caractérise par une situation à l’aplomb de la Dent de Crolles, sommet prisé des habitants de la région et très parcouru en randonnée pédestre. Mais le site ne se limite pas à la randonnée pédestre puisque l’offre sportive est très variée, l’été comme l’hiver. Les loisirs sportifs pratiqués sont par exemple la luge, la raquette, le ski de randonnée pour l’hiver, et la randonnée, le vélo tout-terrain (VTT), l’escalade, le parapente, la spéléologie l’été. Ces activités se déroulent dans différents cadres : associatif, commercial ou autonome. Par ailleurs, d’autres acteurs exploitent le site et entrent en interaction avec les sportifs comme les activités pastorales, sylvicoles et cynégétiques. Enfin, il existe différents gestionnaires d’espace sur le site puisque outre le parc naturel régional de Chartreuse, deux autres espaces protégés sont présents : la réserve naturelle des Hauts de Chartreuse et un espace naturel sensible (ENS) (Conseil général de l’Isère).

7Le site de la Dent de Crolles présente un maillage particulièrement complexe au sens où se superposent différents gestionnaires, différentes échelles politiques et des activités sportives très variées. Le matériau empirique récolté repose sur vingt-cinq entretiens semi-directifs réalisés avec des acteurs du site (tableau 1). Diverses sources écrites ont également été mobilisées et analysées (brochures, cartes, conventions, plan de gestion, etc.).

Tableau 1 – Liste des acteurs interrogés

Type d’acteurs

Nombre d’acteurs

Gestionnaire (d’espace ou d’activité)

6

Élu

5

Office de tourisme

2

Hébergeur

1

Prestataire sportif

5

Association (sport et loisir)

3

Pastoralisme

1

Militant de l’environnement

1

Autre

1

Total

25

Des gestions différentes du sport et de la nature

Une politique excluant les activités sportives

8S’il n’est pas possible de revenir en détails sur l’instauration de l’espace naturel sensible par le Conseil général de l’Isère (et donc sur la manière dont la nature ordinaire devient remarquable), il semble néanmoins nécessaire d’en retracer les grandes lignes. En effet, le site du col du Coq a été une petite station de ski jusqu’en 1995, disposant de quelques téléskis. À partir de 2000, le site a été mis en vente et le Conseil général a saisi cette opportunité pour l’acheter, sur deux budgets distincts : une partie est achetée au titre du tourisme et l’autre sur le budget des ENS. La mise en place de l’ENS ne s’est pas faite sans heurt puisque chaque acteur a défendu ses intérêts et poursuivi des objectifs différents. Cependant, l’instauration de l’ENS ne s’est pas faite de manière autoritaire et soudaine, mais a fait l’objet d’une concertation et d’un comité de pilotage. Ce comité de pilotage était composé des acteurs du site, des institutions et des gestionnaires déjà présents. Comme l’explique un responsable du service environnement du Conseil général, la liste du comité de site est large : « on a fait pas mal de réunion […]. Après on n’invite pas tous les particuliers, on invite les représentants, les associations, les élus, l’office du tourisme, en comité de site il y a énormément de gens qui sont conviés » [service environnement du Conseil général]. Pour les gestionnaires et les élus, tout s’est passé dans la concertation. Cependant, cette phase de concertation n’a pas inclus dans la composition du comité de site des acteurs représentant les différentes activités sportives. Malgré la large palette d’activités sportives présentes, les acteurs du monde sportif n’ont pas été intégrés au comité de pilotage, ni plus tard au comité de site. Aucun prestataire d’activité sportive et aucune fédération sportive ne figure dans cette liste. Aussi la mise à l’écart de cette catégorie d’acteurs engendre-t-elle un certain nombre d’incompréhensions quant à la gestion de l’ENS par le Conseil général. Mais cette exclusion des acteurs sportifs n’est pas une stratégie délibérée de la part du gestionnaire. Ce dernier conçoit davantage les activités sportives comme une contrainte supplémentaire dans la gestion de l’environnement. Les acteurs sportifs ne trouvent pas leur place dans ce mode de gestion, qui ne se veut pas autoritaire mais demeure mal compris, notamment des professionnels de ces activités. Il est possible d’illustrer les problèmes concrets que pose cette gestion environnementale du site. L’une des priorités des gestionnaires est la protection du tétras-lyre, un oiseau menacé sur l’ensemble des Préalpes. Pour ce faire, une zone de mise en défens a été instaurée qui bloque l’accès à un sommet particulièrement prisé des raquettistes et des randonneurs à ski. Certains accompagnateurs se plaignent du peu de concertation et du manque d’informations dans la mise en place de la zone de mise en défens : « Je vois comme l’an dernier j’y suis monté en raquette, […] quand tu n’es pas informé de ça et que tu arrives avec des clients… […]. C’est vrai que… manque d’information… on pourrait être informé au moins. » Ainsi, les professionnels ne se plaignent pas de la protection du tétras-lyre, qui leur paraît légitime, mais du manque de débat autour de ces mesures. D’un côté, le gestionnaire est persuadé de mettre en œuvre une concertation alors que de l’autre, certains acteurs sportifs découvrent les démarches de gestion de l’espace directement sur le terrain. Ainsi, la concertation a bien eu lieu mais n’a pas inclus tous les acteurs du site qui n’ont pas même bénéficié d’une simple information, ce qui produit des incompréhensions sur la finalité des mesures de protection de certaines espèces.

9En termes de moyens d’action, les ENS ne disposent pas de moyens réglementaires permettant de contraindre les acteurs. Sur le site étudié, les modalités de gestion de l’ENS se confondent parfois avec celles d’un espace protégé disposant de prérogatives plus fortes : « effectivement il y a des interdictions dans la Réserve que nous, on a essayé de reprendre, si ce n’est que ce ne sont pas des interdictions aussi réglementaires que dans une Réserve, ce qui fait que l’on a beaucoup moins d’aptitude pour la faire respecter [service environnement du Conseil général] ». Afin de faire respecter le règlement de l’ENS et les mesures de protection, une convention de surveillance (notamment sur les zones de mise en défens pour le tétras-lyre) a été signée avec l’Office national des forêts (ONF). En mobilisant des acteurs disposant de pouvoirs de police comme les agents de l’ONF, le mode de gestion paraît plus autoritaire que le statut de l’espace ne le laisse présager.

La gestion concertée des sports de nature dans la réserve de Chartreuse

10Le col du Coq est une porte d’entrée directe sur le réserve naturelle des Hauts de Chartreuse, notamment par la Dent de Crolles. La forte fréquentation de cette montagne par des activités diverses ne laisse pas indifférents les gestionnaires et l’on peut retracer empiriquement les concaténations d’acteurs/actants qui se forment autour d’eux. Les activités cynégétiques et pastorales sont évidemment concernées par les réglementations de cet espace protégé. Les activités sportives de nature sont elles aussi touchées par la Réserve naturelle. Chaque sport fait l’objet d’un suivi et une problématique spécifique est établie en fonction de son impact sur l’environnement et de sa popularité. Ainsi, le vol libre, l’escalade, la randonnée pédestre et la spéléologie sont concernés par la gestion de l’espace. Mais d’autres entités font également du lien. C’est le cas des espèces que la Réserve tente de protéger, des cartes définissant les espaces sensibles, de la politique de balisage dispersant ou concentrant les individus, de la réglementation, etc. Tous ces éléments sont autant de médiateurs (Latour, 2006) qui poussent les acteurs à trouver les moyens de vivre ensemble sur un même espace avec des objectifs différents vis-à-vis de la nature : la gérer, l’aménager pour sécuriser une activité sportive, en tirer un profit, etc.

11Pour chaque activité sportive présente dans la Réserve, un groupe de travail a été instauré pour discuter des enjeux en fonction des caractéristiques de l’activité et des priorités environnementales. Un garde de la Réserve explique ainsi la réflexion et les actions menées concernant les activités sportives :

on pourrait dire les plans de circulation, parce que pour l’instant ça concerne l’escalade, le vol libre, la randonnée pédestre estivale, la spéléo on est en train en sachant que c’est particulier. La démarche globale, ça a été de dire, nous, quelles données on a, quelle problématique on a ciblé sur les activités, et qu’est-ce qu’on peut proposer ? Donc la démarche, ça a été à chaque fois des groupes de travail de concertation. [garde Réserve]

12Ces groupes de travail ont rassemblé non seulement des acteurs sportifs organisant l’activité (clubs, comités départementaux, groupements de professionnels, etc.), mais également des acteurs extra-sportifs concernés par ces sports de nature (alpagistes, éleveurs, environnementalistes, etc.). L’objectif était de trouver un compromis entre tous ces acteurs et d’établir un plan de circulation, activité par activité, qui formalise l’usage de l’espace par les pratiquants de sports de nature. Nous pouvons retracer l’avancement de ces discussions en illustrant avec trois activités sportives : la randonnée pédestre, le vol libre et la spéléologie.

La randonnée pédestre : un compromis entre préservation de l’environnement et commercialisation de l’activité

13La randonnée pédestre fait l’objet d’un groupe de travail qui réunit les professionnels de la montagne, les associations de randonnée pédestre et les différentes associations de protection de l’environnement. Compte tenu de la forte fréquentation de la Réserve par les randonneurs, un plan de circulation a été établi de manière concertée. Il a ainsi fallu choisir parmi les nombreux sentiers existants les plus pertinents pour en assurer le balisage et l’entretien. Ainsi, deux types de sentiers ont été déterminés et validés par un premier document du groupe de travail. D’une part, les sentiers les plus intéressants sont considérés comme des « sentiers balisés », c’est-à-dire qu’ils apparaissent en rouge sur la carte IGN et qu’ils font l’objet d’un classement au Plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnée (PDIPR). Si la pratique du « hors sentier » n’est pas interdite (mais fortement déconseillée) dans la Réserve, le balisage de ces sentiers est un bon moyen de limiter la divagation des randonneurs. D’autre part, d’autres sentiers plus confidentiels sont considérés comme des « sentiers d’aventure ». Ils ne font pas l’objet de balisage mais apparaissent en noir sur la carte IGN, ce qui oblige les pratiquants à avoir des connaissances en cartographie. Un gestionnaire explique son action sur ce type de sentiers : « ces sentes-là ce qu’on essaie de faire c’est de les gérer. On ne parle pas d’entretien ou de balisage, mais on essaie de les gérer, c’est-à-dire qu’il n’y ait pas trop de diverticules » [garde Réserve]. Ces sentiers sont également considérés par les gestionnaires de la Réserve comme des produits adaptés aux Accompagnateurs en moyenne montagne (AMM). Conserver ces sentes non balisées est donc non seulement un gage de tranquillité pour la faune, mais aussi un moyen d’enrôler les AMM soucieux de conserver des espaces en « terrain d’aventure » afin de pouvoir emmener leurs clients en dehors des sentiers très fréquentés. Un AMM raconte la démarche de la Réserve et l’objectif du groupe de travail : « c’était un peu réfléchir à quels chemins on laissait balisés, quelles zones on pouvait éviter, en fait c’était plus des réunions de concertation entre tous les acteurs pour que ça se passe le mieux possible » [AMM 2]. Cette gestion concertée a donc permis de faire converger les acteurs (et notamment les prestataires sportifs) autour d’un objectif commun : gérer les sentiers en canalisant le public pour limiter l’impact sur l’environnement, tout en laissant des espaces disponibles (et non balisés) pour les randonnées commerciales.

Un échange d’espaces de pratique autour du vol libre

14Le vol libre est une activité « historique » dans le massif de la Chartreuse, et notamment à Saint-Hilaire-du-Touvet où se déroule depuis 38 ans la coupe Icare, une célèbre rencontre internationale de vol libre. Cette activité sportive est une véritable institution et la réglementation des activités de vol libre n’a pu être que compréhensive. L’un des gestionnaires de la Réserve explique ainsi que « vu l’importance de Saint-Hilaire ça paraît difficile de dire aux gens vous ne survolez plus la Réserve. Ca paraît inapplicable, parce que c’est bien beau de faire une réglementation mais après il faut qu’elle soit suivie d’effet » [garde Réserve]. Différents enjeux ont pourtant été identifiés et une concertation spécifique à l’activité a été mise en place : « pour le vol libre, même démarche, on a pris les sites de nidification. Alors le vol libre ce sont surtout les grands rapaces qui sont concernés, enfin aigle royal et faucon pèlerin. Il y a aussi tout ce qui est dérangement sur le chamois etc. Bon le principe n’a pas été de tout interdire » [garde Réserve]. Deux problèmes spécifiques se sont posés : le premier concernait le décollage dans le cirque de Saint-Même et le second relevait davantage des survols en cross de la Réserve. Une convention a été signée avec l’ensemble des acteurs et le décollage depuis le site de Saint-Même a été interdit. Si cet espace ne se situe pas dans le contexte d’action étudié, sa réglementation concerne pourtant notre terrain d’étude. En effet, cette interdiction du site de Saint-Même offre en contrepartie une quasi-liberté de survol du reste de la Réserve. Ainsi, alors que le sommet de la Dent de Crolles est le plus gros décollage de parapentes de l’ensemble de la Réserve, la réglementation n’est pas contraignante : « l’espace Réserve qui est là, on n’a jamais eu le moindre problème, parce qu’il y a des centaines de gens qui décollent par an à la Dent, depuis le pas de l’Oeille, donc aucun souci… » [BE parapente]. L’accord auquel sont parvenus les acteurs quant à la réglementation de l’espace de pratique a donc été négocié et l’organisation du site semble satisfaire les différentes parties.

Un échange d’informations avec les spéléologues

15Depuis 2005, un groupe de travail spécifique à la spéléologie a été mis en place. Son principe est différent des autres groupes précédemment étudiés puisqu’il n’est pas simplement basé sur de la concertation. La démarche dépasse ce cadre et s’inscrit dans un échange de connaissances. En effet, la spéléologie n’a pas simplement une vocation touristique et commerciale, mais comprend également une part d’exploration à vocation scientifique (Schut, 2007). Le gestionnaire de la Réserve explique qu’« avec les spéléos on travaille avec eux parce qu’ils nous amènent des données sur les chiroptères, et puis sur la carto, l’hydrographie etc. Donc le groupe de travail il est vraiment basé sur de l’échange, sur la Dent de Crolles on sait que c’est vraiment une activité non négligeable » [garde Réserve]. Ainsi, le contexte n’est pas basé sur une négociation de l’espace ou de la réglementation, mais bien sur un échange d’informations que la Réserve ne pourrait obtenir sans l’aide des spéléologues. Par ailleurs, l’activité commerciale est très fortement développée sur le site, avec plusieurs prestataires exploitant les souterrains de la Dent de Crolles. Cependant, le gestionnaire de la Réserve a intégré ces activités.

16La concertation que la Réserve naturelle propose débouche sur une formalisation du contexte d’action autour des activités sportives de nature. Cette formalisation, parce qu’elle est discutée en amont avec les différentes parties prenantes, est acceptée et paraît légitime. Chaque groupe de travail a permis de réaliser un bilan de l’activité avec les acteurs concernés et de produire un accord qui prend la forme d’un texte (ou d’une convention). En réalité, il s’agit bien d’une forme d’« enrôlement » (Callon, 1986) qui est mise en œuvre, où le gestionnaire « traduit » les intérêts de chacun et intègre dans un réseau les acteurs. Plus impliqués, ils comprennent aussi mieux les enjeux de gestion et cela se traduit par un partage de l’espace, des échanges d’informations ou une entente sur les aménagements à réaliser. Le collectif qui se forme s’étend petit à petit à de nouveaux acteurs et les accords sont formalisés par des textes qui permettent de les relier. Ces textes sont ainsi des non-humains qui non seulement connectent les individus/opérateurs, mais les engagent dans une action commune.

Conclusion

17Les activités sportives de nature présentent sur le site du col du Coq sont gérées d’une manière complexe puisque différents acteurs ont en charge cet espace. La superposition des espaces protégés ne facilite pas la cohérence d’ensemble qui permettrait une gestion globale des sports de nature. On note une inversion entre les prérogatives des acteurs et les modes de gouvernance utilisés. En effet, l’enquête révèle qu’un responsable d’espace protégé à prérogatives fortes (la Réserve naturelle) agit dans un souci de concertation avec l’ensemble des acteurs concernés alors qu’un autre gestionnaire, disposant de prérogatives plus limitées, propose un mode de gestion plus autoritaire qui cristallise les positions de chacun. Notre dessein n’est cependant pas d’opposer dos à dos des types de gestion en les hiérarchisant de manière normative. Au contraire, notre souci est plutôt de comprendre pourquoi, sur un même espace, des gestionnaires intègrent ou excluent les activités sportives. Quelques éléments explicatifs peuvent éclairer ce constat.

18D’une part, les différents styles de gestion rencontrés relèvent d’une représentation différente de la nature par les gestionnaires. En effet, leur sensibilité à la nature renvoie à des éthiques environnementales différentes (Larrère, 1997), qui n’accordent pas la même place à l’homme dans la nature. Il en découle donc des manières différentes de concevoir la place que peuvent occuper les activités sportives dans la nature et leur légitimité à utiliser les espaces naturels. Par ailleurs, ce sont aussi des conceptions distinctes de l’action publique que l’on retrouve, où la place accordée à la discussion et à la délibération est plus ou moins grande en fonction des acteurs. Mais le fait le plus saillant est la remise en cause de ce que Latour (1999) nomme le grand partage et qui séparerait dans des sphères autonomes la nature et la politique. On voit bien que l’action des gestionnaires concerne tout autant les affaires humaines que non humaines et qu’il est difficile de les traiter comme deux entités séparées.

19D’autre part, il faut également aborder la question générationnelle. Dans cette étude de cas, nous avons montré comment sur un même espace des gestionnaires pouvaient agir de manière très différente et choisir d’inclure ou d’exclure les acteurs du sport. Cette question est peut-être avant tout générationnelle. En effet, les différentes formations ont évolué et les nouveaux gestionnaires sont beaucoup plus enclins à l’idée de participation et de concertation. En quelque sorte, on assiste peut-être à la fin d’une génération de gestionnaires fortement biocentrés, où l’activité humaine (et notamment sportive) n’est pas légitime dans la nature, pour voir éclore une jeune génération de gestionnaires plus écocentrés que leurs aînés. En effet, l’écocentrisme se caractérise par une double préoccupation qui met en lien nature et société en acceptant de hiérarchiser les divers enjeux en présence. L’Homme est dorénavant perçu comme faisant partie d’une nature qui doit être gérée. La question du renouvellement des générations de gestionnaires en charge de la nature et du sport semble donc une piste d’investigation intéressante, pour dépasser ce simple constat local.

Bibliographie

Bibliographie

Callon Michel, « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, 1986, no 36, p. 169-208.

———, Lascoumes Pierre et Barthe Yannick, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Éditions du Seuil, 2001, 358 p.

Crozier Michel et Friedberg Erhard, L’Acteur et le Système. Les contraintes de l’action collective, Paris, Éditions du Seuil, 1977, 437 p.

Friedberg Erhard, Le Pouvoir et la Règle. Dynamiques de l’action organisée, Paris, Éditions du Seuil, 1993, 423 p.

Larrère Catherine, Les Philosophies de l’environnement, Paris, Presses Universitaires de France, 1997, 128 p.

Latour Bruno, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, Éditions La Découverte, 2004, 383 p.

———, Changer de société - Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006, 401 p.

Law John, Organizing Modernity, Oxford, Blackwell Publishers, 1993, 219 p.

Mermet Laurent, La Gestion de l’environnement comme problématique de recherche, Paris, Diplôme pour l’Habilitation à diriger les recherches en sciences de gestion, Université Paris-Dauphine, 1994, 66 p.

———, Billé Raphaël, Leroy Maya, Narcy Jean-Baptiste, Poux Xavier, « L’analyse stratégique de la gestion environnementale : un cadre théorique pour penser l’efficacité en matière d’environnement », Natures Sciences Sociétés, 2005, vol. 13, no 2, p. 127-137.

Mounet Jean-Pierre, Les Activités sportives de nature en France : contraintes globales, flou organisationnel et stratégies d’acteurs, Grenoble, diplôme pour l’Habilitation à diriger les recherches en STAPS, Université Joseph Fourier, Grenoble I, 2000, 198 p.

———, Perrin-Malterre Clémence et Rech Yohann, « Analyser les sports de nature : de l’ordre local au réseau », in Quidu Matthieu, Les Sciences du sport face au mouvement, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 231-242.

Mougenot Catherine, Prendre soin de la nature ordinaire, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2003, 230 p.

Perrin-Malterre Clémence et Mounet Jean-Pierre, « Canyoning et gestion de l’espace naturel. Les exemples du Vercors et du massif des Bauges », Espaces Temps.net [en ligne], Travaux, 14 septembre 2009, http://espacestemps.net/document7874.html.

Rech Yohann, Les Cosmopolitiques des sports de nature. Réseaux, controverses et démocratie participative dans les espaces de loisirs sportifs : contribution à une sociologie des collectifs. Études de cas dans les massifs de Chartreuse et de Belledonne, thèse de doctorat en STAPS, Université Joseph Fourier-Grenoble 1, 2010 (453 p.).

Schut Pierre-Olaf, L’Exploration souterraine. Une histoire culturelle de la spéléologie, Paris, L’Harmattan, 2007, 400 p.

Truchot Guy, « Les activités sportives de nature », in MJS/INSEP, Les Pratiques sportives en France. Enquête 2000, Paris, Ministère des Sports et INSEP, 2002, p. 69-73.

Notes

1 Il faut préciser la généalogie de ce travail qui s’est nourri de certaines préoccupations de terrain, notamment par un dialogue avec des gestionnaires d’espaces protégés, sans toutefois se détacher d’ambitions plus théoriques. Cette volonté de collaborer avec des acteurs de terrain s’est traduite par un contrat de recherche avec le Parc naturel régional de Chartreuse.

Auteurs

Docteur en STAPS, Maître de conférences à l’Université de Rennes 2, Chercheur associé au Laboratoire Sport et Environnement Social (SENS) (EA 3742), Université Joseph Fourier Grenoble.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540