Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Quatrième partie. Des territoires de vie confrontés aux cultures sportives

Loisirs sportifs de nature et développement durable dans un espace protégé

Le cas du Parc national des Pyrénées1

Tony Robin

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet article prend sa source dans la thèse, en cours de réalisation, en géographie-aménagement de To (...)

1Les parcs nationaux auxquels nous nous intéressons sont considérés à la fois comme des espaces protégés et comme des espaces récréatifs. Ils sont engagés depuis 2006 dans une nouvelle politique concertée de protection et de développement durable, sur la base d’un projet de territoire. Les loisirs sportifs de nature, de par leur essence, renvoient pour partie à la question du développement touristique et des aménagements territoriaux. Dès lors, ces pratiques ont généré des conflits sur la gestion de ces espaces naturels sensibles.

2L’avènement de la société du loisir à partir de la seconde moitié du xxe siècle est une mutation sociale contemporaine majeure (Dumazedier, 1962). Cette « civilisation du loisir » n’est pas sans effet sur le rapport des sociétés au corps, au temps et à l’espace. Le renouvellement de la culture du loisir s’est orienté vers un besoin d’espace, de paysage qui s’exprime à travers le phénomène touristique (Urbain, 2002). Ainsi, la crise de la modernité dessine de nouvelles consommations, et s’actualise dans une ère « post-touristique » qui s’accompagne d’une « mise en loisirs du territoire » (Viard, 2006).

3La multiplication des recherches dans le domaine des loisirs sportifs de nature témoigne d’un intérêt et d’une prégnance des pratiques à l’échelle sociétale (Cahiers espaces, 2004).

4Par les valeurs, les identités, et le rapport à l’altérité qu’ils développent, les loisirs sportifs participent aux constitutions et médiations territoriales (Augustin, 1995), dans un processus de « co-construction de la culture sportive et de l’espace de pratique » (Augustin, Bourdeau et Ravenel, 2008). Dès lors, l’« acculturation » des masses, prolongée par la diffusion territoriale des loisirs sportifs de nature, entraîne des recompositions territoriales (Di Méo, 1998 ; Di Méo et Buléon, 2005).

5Ces éléments théoriques nous conduisent à nous interroger sur la place accordée aux loisirs sportifs de nature dans la valorisation d’un espace sensible, naturel et protégé. Entre interdiction et liberté d’accès à la nature, quel mode de gestion est privilégié pour ces pratiques ? Et quels changements cela implique-t-il dans les stratégies des acteurs ?

6Dans cette contribution nous chercherons à montrer que la gouvernance des loisirs sportifs de nature participe à la redéfinition des contours du développement durable dans les parcs nationaux. Le cas du Parc national des Pyrénées est appréhendé comme une sphère territoriale dont les loisirs sportifs de nature participent à différents degrés au développement durable du territoire en améliorant les conditions de vie des populations locales, en générant une économie viable, et en optimisant la préservation de l’environnement.

La contribution des loisirs sportifs de nature au développement durable des territoires

7Les espaces naturels sont les terrains d’émergence des sports de nature, en particulier les massifs montagneux dont les Pyrénées (Bourdeau et Mao, 2008). Les sports de nature se sont développés sur le modèle de l’autogestion et par une construction collective des lieux de pratique plus que par institutionnalisation d’un cadre réglementaire. Prenant le chemin inverse des sports dits « traditionnels », ces activités ont évolué vers une institutionnalisation et une normalisation (Mao, 2003). Les pratiques récréatives sont structurellement et fonctionnellement liées à une problématique d’aménagement et d’équipement (Augustin, Bourdeau et Ravenel, 2008). Ils participent donc à la création d’une nature normalisée, aseptisée, domestiquée voire technologisée. Cette mise en scène des espaces évoque la naturalisation des villes et la domestication de la nature, médiées par les loisirs sportifs de nature.

8Le décloisonnement des pratiques de sports de nature, hors du caractère compétitif, explique la position originale des loisirs sportifs de nature à l’interface du sport, du tourisme, des loisirs, et de l’environnement. Les loisirs sportifs de nature créent une demande et une offre en termes d’aménagement et d’évènements, et génèrent des enjeux structurants et déstructurants pour les territoires (Bessy, 2008). Dans un contexte de crise, le développement durable est le dénominateur commun des politiques publiques. Cependant, face à de multiples critiques, ce concept, apparu dans les années 1980, s’opérationnalise dans une dynamique territoriale. L’analyse de ses composantes sociale, environnementale et économique nous semble pertinente pour le développement des territoires et des loisirs sportifs de nature.

9La crise du tourisme annonciatrice de l’ère post touristique (Bourdeau et Berthelot, 2008) soulève des enjeux dans les parcs nationaux en termes de gestion des pratiques récréatives. La contribution des loisirs sportifs de nature dans la diversification de l’offre d’activités est particulièrement féconde comme par exemple dans les stations de montagne (Francois et Marcelpoil, 2007 ; Augustin, Bourdeau et Ravenel, 2008).

10La légitimité économique des sports de nature dans l’offre commerciale d’une destination touristique est une idée largement admise (Mounet, 1997). Ce potentiel économique touristique confère aux loisirs sportifs de nature un rôle de catalyseur des enjeux de cette mise en marché du patrimoine naturel.

11Cependant certains auteurs soulignent les limites de la vision instrumentale économique largement relayée dans le développement touristique. L’analyse en termes d’économie socioculturelle des sports de nature propose une lecture des lieux touristiques avant tout comme des lieux culturels (Corneloup, Bourdeau et Mao, 2007). Mais si les retombées économiques sont importantes, elles restent néanmoins diffuses du fait notamment de la pratique autogérée. En outre, la légitimité économique des loisirs sportifs de nature est en perpétuelle tension avec une culpabilité environnementale dans les espaces protégés. Cette culpabilité repose sur des impacts potentiels des sports de nature, elle n’est pas fondée sur des arguments scientifiques car la démarche nécessite de définir un seuil : la capacité de charge biologique, très difficile à déterminer (Mounet, 2007b). Mais elle est basée sur une capacité de charge sociale et d’accueil qui renvoie aux intérêts et valeurs de chacun (Mounet, 2000). Les parcs définissent les pratiques légitimes à partir d’impacts potentiels. En effet, l’objectif de protection des parcs nationaux donne une primauté aux impacts biologiques. Les valeurs égocentriques et les considérations techniques prévalent chez les pratiquants de sports de nature, pour qui l’espace protégé est parfois un terrain de jeu. Les conceptions de la nature s’opposent entre la protection du milieu et la consommation de sports de nature. Ainsi, la vision anthropocentrique des pratiquants est souvent dénoncée et la valeur environnementale prédomine dans les projets notamment de sports de nature (Mounet, 2007a ; Pigeassou, Vanreusel, Miranda et Monserrat, 1999). L’analyse des impacts des sports de nature est donc intimement liée à un projet de territoire (Mounet, Nicollet et Rocheblave, 2000 ; Brusson, Rocheblave et Mounet, 2000). L’impact des sports de nature renvoie bien à des représentations et des valeurs associées dans un projet de territoire. L’incertitude scientifique liée aux impacts de sports de nature contribue à alimenter la controverse et les conflits, et en particulier la stigmatisation des parties (entre sportifs et protecteurs). Ainsi, « l’évaluation de l’impact environnemental des sports de nature conduit à une incertitude scientifique qui renvoie donc fondamentalement aux intérêts et aux valeurs de chacun des protagonistes en présence » (Mounet, 2007b). Les impacts renvoient à la question des enjeux environnementaux partagés où la concertation doit permettre une définition commune des enjeux entre les parties. Les parcs nationaux en tant que « médiateurs forts » ont la capacité de contribuer à apaiser et à anticiper les conflits naissants (Mounet, 2000). La médiation ininterrompue, gage de réelle concertation, et d’équilibre entre les acteurs, est un prérequis fondamental du développement durable et souligne ainsi sa dimension utopique.

12Enfin, l’objectif de la concertation dans les parcs nationaux est d’encadrer les activités qui ont un impact potentiel. La concertation engagée révèle l’utilisation stratégique de l’autorité légale pour ne pas avoir à mettre en œuvre une régulation réglementaire, comme c’est le cas dans le cœur du parc. Cette réglementation est un échec à long terme (Mounet, 2007a). La tendance est alors à privilégier des partenariats à base de somme positive plutôt que des prérogatives réglementaires, et tel est le but du projet de territoire.

Un nouveau modèle de développement territorial pour les parcs nationaux

13Les parcs nationaux sont des outils de l’aménagement du territoire, un modèle d’appropriation de la nature visant à sa protection (Héritier et Laslaz, 2008 ; Héritier, 2007). De fait, ils contribuent à la dénaturalisation et à la domestication de la nature. La fréquentation touristique a été une des motivations de la création des parcs nationaux, et demeure une activité essentielle pour la plupart des espaces protégés. Ainsi, depuis leur origine, le défi des parcs nationaux est de gérer les valeurs de protection de l’environnement et en même temps les impacts du tourisme (Bushell et Eagles, 2007). L’attractivité touristique des parcs nationaux est façonnée par les aménités naturelles, culturelles, et paysagères, et renforcée par la dimension symbolique du statut attractif de « l’ailleurs » conféré par les propriétés d’altérité (Mao, 2003). L’accessibilité des sites est une composante centrale de la mise en tourisme puisqu’elle concourt à son caractère attractif ou répulsif. La mise en compétition des territoires organise le jeu concurrentiel basé sur une quête d’attractivité. L’accès aux espaces publics naturels protégés pose des interrogations éthiques pour les gestionnaires entre surfréquentation, retombées économiques et développement du territoire. L. Laslaz caractérise ce dilemme par un jeu bipolaire qui consiste à diaboliser le tourisme mais aussi à en tirer parti (Laslaz, 2008a). Les conflits relatifs à l’aménagement touristique et à la protection dans les parcs nationaux sont un thème récurrent dans l’analyse de ces derniers. L’attractivité touristique pour les parcs nationaux paraît paradoxale puisqu’elle doit s’effectuer dans un cadre de protection.

14L’amorce d’un renouvellement par un tourisme durable, dans le cadre d’un développement local durable dans les parcs nationaux français, est insufflé par la loi de 2006. Cette loi fait suite à la publication du rapport au Premier ministre Les parcs nationaux une référence pour la France, une chance pour ses territoires (Giran, 2003) qui présente un état des lieux de la situation des parcs nationaux en France ainsi que des recommandations en vue d’une modernisation. Les conclusions de ce rapport reflètent une volonté de l’atténuation d’un modèle top-down dans la gestion. Une perte de centralité de l’état en reconsidérant les prises de décision du haut vers le bas. La loi de 2006 impose un modèle de développement territorial : la « charte des territoires ». Ce projet de territoire, inscrit dans la loi, est construit sur la base d’une solidarité écologique entre cœur et aire optimale d’adhésion, en privilégiant une prise en compte des enjeux du développement durable. Le tourisme durable est défini par une utilisation optimale des ressources de l’environnement, un respect socioculturel, et un développement économique viable sur le long terme avec des avantages économiques pour toutes les parties prenantes (Harribey, 1998). Dans cette approche adoptée par les parcs nationaux français, le système de pilotage des territoires touristiques est basé sur la concertation des parties prenantes (Desvignes, 2000).

15Toutefois certains auteurs (Laslaz, 2008c) tendent à relativiser le recours au développement durable, qui ne favoriserait pas la clarté des objectifs et des missions assignés aux parcs nationaux. Ce concept de développement durable formerait un consensus fédérateur, car chacun peut y mettre ce qu’il veut. Le développement durable serait alors un nouveau masque puisqu’il tend à cristalliser les positions dans la gestion des conflits, et relèverait d’une intention institutionnelle ou politique vers un protectionnisme.

16Ces « territoires d’exception », élevés au rang de patrimoine naturel national, sont des emblèmes de la protection de la nature. Ces territoires où la gestion de la protection de l’environnement est exacerbée sont aménagés à partir d’une segmentation spatiale délimitée par un dedans (le cœur) et un dehors (l’aire optimale d’adhésion). Cette distinction renseigne sur un zonage à tendance protectionniste, qui se traduit dans le cœur par des interdictions. La tendance actuelle dans la gestion des espaces naturels est marquée par le courant intégrateur. Elle s’exprime par une diffusion de la participation des populations locales et plus largement des parties prenantes dans la gestion (Depraz, 2008 ; Aubertin et Rodary, 2008). Cette conception intégratrice est un indicateur de l’adaptation des politiques de développement des territoires. Une approche amenant à repenser les modes de gouvernance, avec des parcs envisagés comme des territoires, valorise la participation des acteurs dans une stratégie de développement territoriale. Les formes de gouvernance et la place économique de ces territoires sont les fondements de la conception intégratrice des parcs nationaux dont les lignes doivent être inscrites dans la nouvelle charte des territoires. Cependant, cet idéal théorique est souvent éloigné de la situation vécue par les acteurs souvent exclus de la gestion. Les populations locales ont souvent vu leurs espoirs de développement local déçus, des avantages absents, tout en subissant les contraintes et les interdictions. Dans les parcs, le régime d’attribution de subventions a créé une économie de dépendance vis-à-vis de l’institution pour les populations locales. Aussi le développement local n’est-il pas synonyme de maîtrise locale du développement dont les populations locales se voient dépossédées. Les conflits relèvent d’une stratégie d’acteurs, et d’un mode normal d’évolution de la territorialité d’un espace protégé (Laslaz, 2008b). Ces conflits s’inscrivent dans une trajectoire territoriale orientée vers un but : celui de la régulation du conflit.

17Les régulations consensuelles des conflits sont l’illustration de la tendance à la participation des acteurs à la gestion du développement local (Héritier, 2007). Les acteurs du territoire constituent alors la ressource territoriale. L’ancrage territorial issu de la dynamique territoriale (avec ces multiples acteurs) est une ressource fondamentale dans la construction de l’attractivité. Le construit social est donc une ressource qui est facteur de développement dans cette approche territoriale (Gumuchian et Pecqueur, 2007). Ce processus est caractérisé par une complexité d’acteurs multifacettes, qui jouent sur différentes échelles territoriales (Vanier, 2008). Les jeux d’acteurs et la complexité des acteurs sont à la base de cette construction et du développement des territoires (Crozier et Friedberg, 1977 ; Friedberg, 1993). L’activation de ces facteurs endogènes revêt une dimension centrale dans le développement territorial et amène à repenser les relations et la gouvernance des parcs nationaux. Ainsi, la gouvernance s’exprime par deux nouveaux modes de pensée et d’action qui se traduisent par l’idée de projet et par la multiplication d’outils chartes.

18L’instauration de la charte des territoires par la loi de 2006 confère un rôle d’animateur territorial aux parcs nationaux. Leur rôle est alors de faire émerger des intentions latentes dans une démarche territoriale (Gumuchian, Grasset, Lajarge et Roux, 2003). Une volonté institutionnelle et politique réaffirmée, visant à placer les acteurs et la population locale au centre de la gestion du parc (Giran, 2003). La gestion des conflits est aussi un indicateur d’adaptation des missions des parcs en tant qu’« animateur(s) de démarches territoriales durables » (Lahaye, 2006). Cette opération traduit aussi le changement dans la mission du parc vers les enjeux de développement durable plutôt que de conservation dans la zone optimale d’adhésion, et du changement sur le mode de gouvernance vers une participation locale (Lahaye, 2009).

19Les enjeux de développement des loisirs sportifs de nature auxquels sont confrontés les parcs nationaux conduisent à une convergence des problématiques de participation des acteurs, vers une recherche de la consensualité dans les partenariats. Le cas du parc national des Pyrénées confronté à une complexité des relations entre acteurs et territoires est notre terrain d’analyse.

Le cas du Parc national des Pyrénées

20Le diagnostic territorial commandé en 2008 par le Parc national des Pyrénées précise que l’économie repose sur une grande valeur de l’économie touristique (MTP propective, EDATER, 2008). Il ajoute que le marché des loisirs sportifs de nature est un marché porteur de diversification d’un secteur touristique en cours de restructuration. Depuis 2009, le Parc national des Pyrénées est engagé dans la création d’un projet concerté de territoire par la charte. Pilotée par le Conseil d’administration, elle comprend sept groupes de travail thématiques qui ont mené des réflexions sur différents enjeux. L’ambition de la charte est de donner une cohérence globale aux politiques locales de protection, d’aménagement et de développement durable.

21Le projet de la charte a été validé par le Conseil d’administration à la fin de l’année 2011. Il est actuellement soumis à une enquête publique avant le décret du Conseil d’État prévu en 2012 puis la délibération dans les communes pour l’adhésion prévue pour l’année 2013. La validité de ce document est de quinze ans, puis une révision par une évaluation finale doit être effectuée douze ans après son approbation.

22La charte possède un caractère réglementaire dans le cœur et un caractère contractuel dans l’aire concernée par l’adhésion des communes. Dans l’aire d’adhésion, il n’existe pas de mesures réglementaires donc le droit commun s’applique. La prise en compte des loisirs sportifs de nature s’est inscrite dans les réunions du groupe de travail sur le « Tourisme durable ». Les enjeux touristiques sont présentés dans la première partie de la charte. Parmi lesquels le développement économique par un tourisme dit de « quatre saisons », l’accueil de qualité pour tous les publics en limitant les nuisances liées à l’usage de l’automobile et les nuisances liées à la fréquentation. La diversification pour le maintien d’une économie de montagne est une priorité, mais prolonge la dualité d’un accueil pour tous et d’une maîtrise de la fréquentation. Les axes stratégiques et les orientations offrent quelques éléments de précision.

23Le cœur des mesures relatives aux loisirs sportifs de nature sont formulées dans un objectif de protection. Elles sont précisées dans l’objectif 3 « améliorer l’accueil et gérer la fréquentation ». Les réglementations indiquées par les modalités 38 et 40 concernent le vélo tout-terrain et l’interdiction de survol. Des partenariats contractuels sont prévus pour des mesures liées aux structures d’accueil, à la qualification de l’offre et à la gestion de la fréquentation. Aussi, l’objectif de protection du patrimoine culturel et l’objectif 17 « faire vivre l’esprit du pyrénéisme » sont intéressants dans la perspective de développement d’activités de randonnées thématiques, avec un caractère hybride car culturelles et sportives. Enfin, dans la zone du cœur du parc, les mesures expriment principalement une volonté de maîtriser les pratiques.

24Les loisirs sportifs de nature sont historiquement, dans l’aire optimale d’adhésion, basés sur une liberté d’accès. Les concertations ont abouti à la rédaction de l’axe stratégique no 4 « développer, valoriser une économie locale respectueuse des patrimoines ». Cet axe stratégique comprend l’orientation 21 qui stipule « accompagner le développement durable des sports et loisirs de nature ». Cette orientation concerne directement l’aménagement des loisirs sportifs de nature. Des mesures contractuelles sont relatives à l’offre touristique. Par exemple, l’organisation et la valorisation d’une pratique durable des sports et loisirs de nature respectueuse de l’environnement, la qualification des itinéraires de randonnée. Et, d’autre part, des mesures contractuelles relatives à la préservation du patrimoine paysager avec par exemple l’obligation de veiller à l’intégration paysagère des aménagements. La contribution des communes est attendue comme la principale mais d’autres partenaires seront mobilisés comme le Comité départemental de tourisme des Pyrénées-Atlantiques, les Comités régionaux de tourisme, les offices de tourisme, les collectivités territoriales et les associations. Les mesures contractuelles qui engagent l’établissement public du parc national et des acteurs locaux peuvent se concrétiser par des conventions d’application avec les collectivités territoriales et/ou par des contrats de partenariats avec les partenaires de droit privé.

25Les travaux menés pour l’élaboration de cette charte témoignent d’une approche multidimensionnelle des pratiques récréatives. La volonté de l’établissement public du parc est de gérer et de maîtriser les sports de nature par une contractualisation avec des acteurs pluriels dans l’aire d’adhésion. Les contractualisations seront effectives après l’adhésion des communes à ce projet de territoire. Il s’agit donc d’une démarche incitative des gestionnaires pour l’opérationnalisation de cette charte. Dans cette zone d’adhésion, la charte s’inscrit dans une conception participative du développement durable et de la protection de l’environnement. Cette évolution dans la gestion de ces espaces marque le dépassement d’une conception des pratiques dans un cadre restrictif et réglementaire vers une conception intégrée avec un partage des enjeux.

26Dans le cas des loisirs sportifs de nature et de la multiplicité des acteurs territoriaux concernés, des stratégies parfois divergentes vont s’exprimer dans cette démarche participative.

Conclusion

27Après des années de conflits, le Parc national des Pyrénées construit, depuis 2006, un nouvel outil : la charte, avec une nouvelle mission, celle d’animateur du développement durable du territoire. Ainsi, l’institution semble pouvoir dépasser les situations conflictuelles dans une démarche partenariale et contractuelle. Il s’agit d’une transformation profonde des missions du parc national que l’on peut définir comme une entité socio-spatiale en construction permanente au regard de ses enjeux spatiaux, sociaux, écologiques, économiques. Le projet de charte présente des orientations relatives au développement des loisirs sportifs de nature et précise ainsi la prise en compte de ces pratiques dans la valorisation du territoire. L’engouement des pratiques et les consommations qu’elles engendrent en font un enjeu de développement pour les espaces naturels protégés. Même si pour les acteurs des interprétations divergentes persistent pour des pratiques souvent dénoncées pour leurs impacts sur les milieux. Il apparaît clairement que la contribution des loisirs sportifs de nature est une réalité dans l’aménagement des parcs nationaux. Le cas du Parc national des Pyrénées est appréhendé comme une sphère territoriale dont les loisirs sportifs de nature participent à différents degrés au développement durable du territoire, à l’amélioration des conditions de vie des populations locales, à la protection environnementale et à la création d’une économie viable. Nous avons donné quelques pistes de réflexion. Afin de compléter cette ébauche de recherche, une analyse des stratégies des acteurs du territoire est en cours de réalisation.

Bibliographie

Bibliographie

Aubertin C., Rodary E. (éd.), Aires protégées, espaces durables ?, Marseille, IRD Éditions, 2008.

Augustin J.-P., Sport, géographie et aménagement, Paris, Nathan, coll. Fac. géographie, 1995.

———, Bourdeau P., Ravenel L., Géographie des sports en France, Paris, Vuibert, 2008.

Bessy O., Sport, loisir, tourisme et développement durable des territoires, Voiron, Presses Universitaires du Sport, 2008.

———, Naria O., « Sports de nature et développement durable à la Réunion. Des stratégies politiques à affirmer », in « Sports de nature. Des territoires et des hommes », Cahier Espaces, juillet 2004, no 82, p. 84-92.

Bourdeau Ph., Berthelot L., « Tourisme et décroissance : de la critique à l’utopie », Actes de la Première Conférence Internationale sur la Décroissance Économique pour la Soutenabilité et l’Équité Sociale, Paris, F. Flipo & F. Schneider Éditions, 2008, p. 78-86.

———, Corneloup J., « Les sports de nature. Entre pratiques libres, territoires, marchés et logiques institutionnelles », in « Sports de nature. Évolutions de l’offre et de la demande », Cahier Espaces, mai 2004, no 81, p. 117-124.

———, Mao P., « Les lieux de pratiques des sports de nature en France : une géographie différenciée », M @ ppemonde, janvier 2008, no 89. En ligne. Disponible sur : http://mappemonde.mgm.fr/num17/articles/art08101.html. Consulté le 15 mai 2011.

Brusson C., Rocheblave M., Mounet J.-P., « Le canyoning dans le Vercors. Stratégies de développement et conflits d’usage », Cahier Espaces, novembre 2000, no 67, p. 226-234.

Bushell R., Eagles P. (ed.), Tourism and Protected Areas : Benefits Beyond Boundaries - The Vth IUCN World Parks Congress, IUCN, UK, CAB International, 2007.

Collectif, Cahiers espaces, no 82 et no 83, 2004.

Corneloup J., Bourdeau P., Mao P., « Le système culturel localisé », in Corneloup J. (dir.), Sciences sociales et loisirs sportifs de nature, L’Argentière-la-Bessée, Éditions du Fournel, 2007, p. 323-348.

Crozier M., Friedberg E., L’Acteur et le Système, Paris, Éditions du Seuil, 1977.

Depraz S., Géographie des espaces naturels protégés. Genèse, principes et enjeux territoriaux, Paris, Armand Colin, 2008.

Desvignes C., « Tourisme durable », Cahier Espaces, novembre 2000, no 67, p. 209-215.

Di Méo G., Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan, 1998.

———, Buléon P., L’Espace social. Lecture géographique des sociétés, Paris, Armand Colin, 2005.

Dumazedier J., Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Éditions du Seuil, 1962.

Francois H., Marcelpoil E., « Approche par le système touristique localisé », in Corneloup J. (dir.), Sciences sociales et loisirs sportifs de nature, L’Agentière-la-Bessée, Éditions du Fournel, 2007, p. 305-322.

Friedberg E., Le Pouvoir et la Règle. Dynamiques de l’action organisée, Paris, Éditions du Seuil, 1993.

Giran J.-P., Rapport au Premier Ministre : Les parcs nationaux une référence pour la France, une chance pour ses territoires, Paris, La Documentation française, 2003.

Glon E., « Protéger la nature, est-ce protéger la société ? », Géographie et culture, 2009, no 69, p. 3-7.

Gumuchian H., Pecqueur B. (dir.), La Ressource territoriale, Paris, Economica, 2007.

———, Grasset É., Lajarge R., Roux E., Les Acteurs, ces oubliés du territoire, Paris, Economica, 2003.

Harribey J.-M., Le Développement soutenable, Paris, Economica, 1998.

Héritier S., « Les parcs nationaux entre conservation durable et développement local », Géocarrefour, 2007, vol. 82, p. 171.

———, Mottin S. (dir.), Nature et patrimoine au service de la gestion durable des territoires, Saint-Étienne, Publications Mission ressources et compétences technologiques, 2009.

———, Laslaz L. (coord.), Les Parcs nationaux dans le monde. Protection, gestion et développement durable, Paris, Ellipses, 2008.

Lahaye N., « Les Sports de nature dans le Parc national de la Guadeloupe : des conflits potentiels au potentiel de coopération », Études caribéennes [en ligne], avril 2009, 12. Mis en ligne le 4 septembre 2009. Disponible sur : http://etudescaribeennes.revues.org/3608. Consulté en mars 2011.

———, « Lorsque conservation et tourisme se confrontent. Le cas du Parc national des Pyrénées et ses conflits d’usages », in Gagnon Ch., Gagnon S. (dir.), L’Écotourisme entre l’arbre et l’écorce. De la conservation au développement viable des territoires, Québec, Presses de l’Université du Québec, 2006, p. 172-209.

Laslaz L., « L’escroquerie des “éco-taxes” : analyse critique des dispositifs de restriction et de contingentement de la fréquentation touristique dans les Parcs nationaux alpins français », Tourismes et territoires – Actes des 6e Rencontres de Mâcon, Mâcon, 2008a.

———, « Les parcs nationaux alpins français ou les rattrapages de l’acceptation perdue », in Héritier S., Laslaz L., Les Parcs nationaux dans le monde. Protection, gestion et développement durable, Paris, Ellipses, 2008b, p. 243-265.

———, « Les parcs nationaux alpins français, opérateurs du développement… “durable” : où se cache la protection ? », in Da Lage A., Amat J.-P., Frérot A.-M., Guichard-Anguis S., Julien-Laferrière B., Wicherek S.-P., L’Après développement durable. Espaces, Nature, Culture, et Qualité, Paris, Ellipses, 2008c, p. 183-191.

Mao P., Les Lieux de pratiques sportives de nature dans les espaces ruraux et montagnards : contribution à l’analyse de l’espace géographique des sports, Thèse de doctorat de géographie, Grenoble, Université Joseph-Fournier, 2003.

Martinez C., Petit J.-M., Barthod C., Niel C., Les Parcs nationaux à la française : modèle original de l’importance des enjeux de gouvernance au sein de la catégorie II UICN, IUCN.

Mounet J.-P., « Les activités physiques et sportives dans l’offre touristique. De la nécessité d’une mise en réseau et d’une labellisation », Cahier Espaces, 1997, no 52, p. 102-110.

———, « L’impact des loisirs de nature sur le milieu humain », in « Tourisme durable », Cahier Espaces, 2000a, no 67, p. 216-225.

———, Nicollet J.-P., Rocheblave M., « L’impact des activités sportives de nature sur l’environnement naturel », Montagnes Méditerranéennes, 2000b, no 11, p. 67-76.

———, « La Gestion environnementale des sports de nature : entre laisser faire, autorité et concertation », Développement durable des territoires [en ligne]. Mis en ligne le 11 juin 2007a. Disponible sur : http://developpementdurable.revues.org/3817. Consulté le 16 mars 2011.

———, « Sports de nature, développement durable et controverse environnementale », Natures Sciences Sociétés, 2007b, vol. 15, no 2, p. 162-166.

MTP propective, EDATER, Diagnostic stratégique du Parc national des Pyrénées, Parc national des Pyrénées, 2008.

Pigeassou Ch., Vanreusel B., Miranda J., Monserrat S., « Les conflits entre tourisme sportif et environnement dans quelques pays européens. Une situation préoccupante », Cahier Espaces, octobre 1999, no 62, p. 12-20.

Rech Y., Mounet J.-P., Harvey J., « La démocratie participative à l’épreuve des faits. La place des pratiquants auto-organisés dans les sports de nature », in Lemasson J.-P., Violier Ph. (dir.), Destinations et territoires, vol. 1, Coprésence à l’œuvre, Montréal-Québec, Éditions TÉOROS-Presses de l’Université du Québec, 2009, p. 45-54.

Urbain J.-D., L’Idiot du voyage. Histoires de touristes, Paris, Éditions Payot & Rivages, 2002.

Vanier M., Le Pouvoir des territoires, Paris, Economica, 2008.

Viard J., Éloge de la mobilité. Essai sur le capital temps libre et la valeur travail, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2006.

Viel A., Nivart A., « Parcs sous tension », in Chaumier Serge (dir.), « Du musée au parc d’attractions : ambivalence des formes de l’exposition », Culture & Musées, no 5, 2005, p. 135-156.

Vivien F.-D., Le Développement soutenable, Paris, La Découverte, 2005.

Notes

1 Cet article prend sa source dans la thèse, en cours de réalisation, en géographie-aménagement de Tony Robin. Cette recherche est dirigée par Olivier Bessy, Professeur des Universités, laboratoire Société Environnement Territoire, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Auteur

Chargé de mission en développement touristique, Titulaire d’un Master 2 Société, Aménagement, Territoire, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540