Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Quatrième partie. Des territoires de vie confrontés aux cultures sportives

De la dé-solation au développement soutenable : itinéraire d’un village border-line qui découvre les nécessités de l’empowerment

Gilles Lecocq

Texte intégral

1Au creux de la Haute-Vallée du Toulourenc, nous sommes sur un terroir rural qui, au pied du versant nord-est du mont Ventoux, va devenir, en l’espace de cinquante ans (1960-2010), un système touristique rural où des cultures sportives, des cultures non sportives, des enjeux touristiques et des logiques de santé vont intégrer de façon originale des espaces géographiques, des temps sociaux et des socialités saisonnières (Panyik, Costa et Ratz, 2011). Durant cette période, les habitants de ce territoire qui avaient une vingtaine d’années au début des années soixante se sont trouvés quelquefois dé-solés face à l’évolution de normes, de valeurs et de symboles des cultures auxquels ils se sont trouvés confrontés (Arendt, 1961). En effet, la confrontation de ces cultures peut favoriser la construction de frontières indécises qui amène un territoire et ses habitants à développer des symptômes border-line, dès lors que la volonté de s’ouvrir à l’étranger va côtoyer la peur de perdre une identité patrimoniale. L’émergence d’une tierce culture, avant d’être acceptée, va ainsi être perçue comme une innovation marginale.

2Nous nous intéresserons ainsi à la façon dont un terroir rural va faire du développement soutenable un prétexte à une bataille de territoires, dès lors que des identités locales monoculturelles se métissent à des identités multiculturelles (Beauchard, 2000). La notion de développement durable nécessitant une clarification des doctrines qui souhaitent l’utiliser (Lauriol, 2004), nous nous proposons d’utiliser la notion de développement soutenable dans le sens suivant : un développement qui prend en compte les besoins du temps présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs (Vivien, 2005). Quatre phases vont servir de support à nos réflexions :

  • À travers la phase I (1960-1970) nous nous intéresserons à une période où des pionniers et des copains de la première génération, ceux et celles qui avaient vingt ans dans les années soixante, vont faire de l’écologie, de la découverte d’un patrimoine géographique, des randonnées pédestres et des randonnées cyclistes des prétextes qui vont structurer un vivre-ensemble où les normes, les valeurs et les symboles d’un terroir seront appréciés, idéalisés, valorisés et acceptés. Nous préciserons ainsi en quoi des innovations interculturelles ont permis aux habitants de ce territoire d’être moins dé-solés lorsqu’ils se sentaient soutenus par un développement qui permettait à un trait d’union entre le passé et l’avenir, d’inscrire leur histoire du temps présent dans la continuité de leur enfance.
  • La phase II (1971-1986) voit les érections simultanées d’un village de vacances, d’une piscine et d’un camping qui permettent à des copains de la seconde génération de créer de nouveaux espaces et de nouveaux temps au sein de la saison estivale. Dans le même temps, ceux qui avaient vingt ans dans les années soixante vont accompagner, tant au niveau de leurs réseaux professionnels que de leurs mandats électifs locaux, l’ouverture de la Haute-Vallée à d’autres cultures dans le but de dynamiser leur territoire. Nous préciserons en quoi des innovations intrapreneuriales, issues des « gens restés ici », ont permis aux habitants de ce territoire d’être moins dé-solés lorsqu’ils se sont sentis soutenus par un développement qui permettait à un trait d’union entre le passé et l’avenir d’inscrire leur histoire individuelle dans la durée d’un roman familial transgénérationnel.
  • Lors de la phase III (1987-2001) nous repérerons les conséquences de la construction d’une station thermale sur les nouveaux espaces et les nouveaux temps qui structurent des socialités saisonnières. Celles-ci échappent progressivement à leurs promoteurs indigènes, ceux qui avaient une vingtaine d’années dans les années soixante. Nous nous attacherons ainsi à identifier les nouvelles pratiques corporelles associées à une logique de santé et de bien-être qui se développent alors aux marges de la période estivale et qui envahissent des territoires géographiques et culturels jusqu’alors inexploités. Nous préciserons en quoi des innovations extrapreneuriales ont permis aux habitants de ce territoire d’être à nouveau dé-solés lorsqu’ils se sont sentis dépossédés d’un développement qui remettait en cause une histoire culturelle dont ils pensaient être les auteurs.
  • La phase IV (2002-2010) voit l’arrivée des « copains des curistes » qui oblige les copains historiques des années soixante à laisser leurs places à des touristes d’un nouveau type, les néo-ruraux. Nous nous intéresserons alors aux effets d’un marketing innovant qui a pour fonction de faire de cette Haute-Vallée une destination rêvée pour un tourisme de santé qui intègre des préoccupations associées à celles de loisirs sportifs (Hall, 2011).

3En repérant la façon dont en l’espace de cinquante ans, sport, santé, tourisme et culture se sont métissés de façon originale au sein d’un même terroir, nous préciserons les processus qui ont conduit une niche éco-logique à se structurer en niche éco-nomique pour transformer un village borderline fier de son patrimoine géographique en un village apatride rythmé par des valeurs qui lui sont devenues étrangères.

Aux marges du plateau d’Albion, des pionniers découvrent un territoire dé-solé (1960-1970)

4À la fin ses années cinquante, le monde rural qui se niche sur le versant nord-est du mont Ventoux ne profite pas des Trente Glorieuses qui, non loin de là, du côté des vallées du Rhône et de la Durance, transforment des espaces agricoles en sites industriels. À travers de nouveaux moyens de communication, l’industrialisation de ces territoires s’accompagne également d’une nouvelle temporalité consacrée à une nouvelle civilisation des loisirs. L’arrière-pays n’est accessible à celle-ci que par quelques pionniers qui empruntent des chemins de traverse pour prendre le temps de découvrir d’autres façons de vivre en participant à la reconstruction d’édifices publics et privés en ruine durant des chantiers estivaux de jeunes.

Entre dé-solation et ruines : la rénovation de l’habitat devient le prétexte à tisser de nouveaux liens interculturels

5Chaque été au moment des vacances, une double émotion esthétique relie les membres de ces cultures : celle des jeunes indigènes adultes, « ceux restés ici », et celle des jeunes touristes adultes, « ceux venus d’ailleurs ». Tandis qu’une vision enchanteresse d’un fragment de paradis saisit les personnes qui s’autorisent à la flânerie sociale, les « indigènes » redécouvrent dans le regard des autres la beauté de leurs propres habitats et la mémoire de ce qui a présidé à l’acquisition ou à la construction de leur maison (Ollivier-Elliott, 2007). La rencontre de deux « jeunesses », qui a priori, n’ont rien à échanger, fait apparaître des rapports au patrimoine révélateurs de manières de penser positivement les différences. Pour les premiers, ceux qui ont toujours vécu et travaillé sur place, l’habitat est un élément d’un plus vaste ensemble et sa possession rappelle tout à la fois qu’on est ici et qu’on y est enraciné non seulement par une appartenance à une lignée mais par le travail qu’on y a effectué. La valorisation de son propre patrimoine rend ainsi possible l’élaboration de relations humaines authentiques entre des personnes qui n’avaient rien de commun pour communiquer entre elles. La rencontre avec le regard de l’étranger remet en cause provisoirement, durant le temps de l’été, le sentiment d’être dé-solé et favorise une revalorisation d’un patrimoine vivant. Pour les seconds, « ceux venus d’ailleurs », l’habitat en ruine et ses abords immédiats constituent un territoire historique et mystérieux qui permet de laisser l’empreinte d’une autre histoire venue d’ailleurs (Augé, 1992). Ce qui est alors associé à un habitat restauré fonctionne comme le cadre d’un tableau et est perçu spontanément comme un paysage à contempler. Cependant, l’identification à un habitat restauré n’est pas suffisante pour asseoir une identité intégrée à un lieu chargé d’une histoire qui n’est pas la sienne. En permettant à une ruine de retrouver ses fondations et de s’ancrer dans le sol, « ceux venus d’ailleurs » permettent alors à « ceux restés ici » de reconnaître que la dé-solation n’est pas la seule issue aux routines de leurs vies sociales.

Au-delà de l’habitat restauré, la nature devient un lieu d’utilité publique

6Depuis la fin des années 1950, le foisonnement de créations institutionnelles conjugue une forte expansion techno-économique et des ambitions importantes en matière d’aménagement du territoire. Les instruments d’une politique de la nature se mettent en place avec le développement des Parcs nationaux, la restructuration du ministère de l’Agriculture, la constitution de l’Office national des forêts, la mise en place des parcs naturels régionaux, et l’institutionnalisation en 1971 du ministère de l’Environnement. Ces institutions reflètent l’expression d’une souveraineté nationale et ne s’appuient pas toujours sur des savoir-faire éprouvés localement. Autour de l’habitat, la nature prend une signification nouvelle. Le fossé entre nature et société est remis en question et de nouveaux cadres de représentations sont à prendre en compte (Charles et Kalaora, 2007). La remise en cause du clivage entre nature et culture conçoit ainsi une valorisation des politiques de protection du patrimoine naturel. Au sein de la Haute-Vallée, une problématique géoculturelle se double alors d’une problématique interculturelle afin identifier les façons dont de nouveaux territoires, jusqu’alors inexploités, vont devenir de nouveaux lieux symboliques pour des pratiques corporelles de loisirs (Bourdeau et Mao, 2002).

7L’utilité publique de la nature provoque néanmoins une autre forme de dé-solation chez les « gens restés ici ». Elle les met face à un milieu naturel qui n’est plus le leur, puisqu’il dépasse les intérêts locaux au nom d’une légitimité nationale. Ce sentiment de dé-solation s’accentue lorsqu’une dynamique de valorisation patrimoniale exclut des particularismes locaux et prend en compte des intérêts perçus comme inadaptés au devenir des habitants de la Haute-Vallée du Toulourenc. Entre consommation choisie et commercialisation subie, le développement des activités sportives dans cette vallée ne peut s’affranchir de nouvelles valeurs associées au bien-être et à des activités physiques à finalités ludiques et écologiques (Bouchet et Lebrun, 2009). Néanmoins, la multiplicité de dispositifs nationaux et l’interprétation qui en est faite localement reflètent le caractère segmenté et improvisé des initiatives empreintes d’un regard urbain sur des contextes ruraux en déprise. Face à une administration centralisée, des initiatives locales émergent. Des interprétations redonnent à « ceux d’ici » un nouveau sol qui prend de la valeur au regard de « ceux qui viennent d’ailleurs ».

Vers la reconnaissance d’une innovation interculturelle localisée

8En se réappropriant les valeurs associées à la protection du patrimoine, les acteurs locaux, ceux qui avaient vingt ans dans les années soixante, développent des initiatives locales favorisant l’émergence d’une large gamme de pratiques de loisirs associées à des pratiques corporelles écologiques. La nature apparaît comme un cadre privilégié, pas pour ce qu’elle est mais pour ce qu’elle permet et ouvre comme possibilités. Trois paramètres sont ainsi constamment à l’œuvre pour permettre à ce territoire rural en déprise de s’imaginer un autre destin et d’éviter qu’une monoculture patrimoniale n’appauvrisse les sols et ne dé-sole une nouvelle fois les personnes qui revendiquent le droit de ce sol (Fagnoni, 2004) :

  • la recherche d’un équilibre entre des logiques culturelles différentes afin qu’une culture issue de la ruralité ne soit pas amenée à s’ethniciser par rapport à celle venue d’ailleurs, selon une perspective téléonomique ;
  • une reconnaissance des différences culturelles qui annulent les comparaisons, aux risques, dans une perspective téléotopique, de provoquer une auto-ethnicisation de la culture issue de la ruralité ;
  • l’acceptation de la prise en compte de l’altérité dans les échanges interculturels et de l’hétéronomie des cultures.

9À l’orée des années soixante-dix, l’arrivée sur le plateau d’Albion, proche de la vallée du Toulourenc, d’une force de frappe militaro-industrielle va permettre, grâce à une infrastructure routière démesurée, à de nouveaux pionniers de découvrir cette vallée loin de tout.

L’implantation de nouvelles colonies favorise l’implantation de « Nouveaux Autres » sur un territoire de moins en moins dé-solé (1971-1986)

10À l’aube des années soixante-dix, alors qu’une station thermale à l’abandon (Penez, 2004) est réhabilitée en colonie de vacances pour permettre à des enfants envoyés par des comités d’entreprise d’apprécier la vie au grand air, le territoire de la Haute-Vallée va être transfiguré par la construction de trois espaces emblématiques : une piscine communale, un camping communal et un village de vacances à vocation familiale. Ainsi de nouvelles formes de colonisation vont s’implanter dans ce territoire non concerné jusqu’alors par un tourisme familial organisé et des pratiques aquatiques domestiquées.

Des innovations intrapreneuriales peuvent-elle être l’avenir d’un territoire dé-solé ?

11L’irruption massive de nouveaux touristes, adeptes de nouvelles pratiques corporelles où la compétition devient une valeur secondaire, s’accompagne d’une volonté partagée par plusieurs acteurs locaux de faire renaître le thermalisme dans la vallée (Boyer, 2005). Les lois de décentralisation, en permettant le transfert de compétences politiques à des compétences intrapreneuriales non encore valorisées, favorisent l’émergence d’une créativité territoriale (Carrier, 1997). Celle-ci devient visible lorsque des projets locaux accompagnent la revendication d’une identité collective localisée (Bourret, 2008). C’est ce qui va permettre à la valeur économique d’une innovation de croître principalement grâce aux rôles que jouent les interactions de proximité. Celles-ci favorisent en effet le soutien accordé à une gouvernance locale (Bertrand et Moquay, 2004). En acceptant de partager des compétences, des acteurs territoriaux marquent l’avènement d’une intelligence économique d’utilité publique qui permet à chacun de se sentir concerné par le réenchantement d’un patrimoine. Cette double intelligence, créative et économique, se développe d’autant plus lorsqu’elle repose sur des médiations culturelles qui relient différentes trajectoires d’acteurs concernés par l’avenir de la Haute-Vallée. Cette double intelligence que nous associerons à celle d’intrapreneuriat n’a cependant de sens que si des personnes extérieures à la vallée sont sensibles aux innovations localisées. L’essor du thermalisme dans la vallée a un prix : celui de s’ouvrir à la sensibilité de personnes venant d’autres territoires géographiquement proches et d’autres cultures géographiquement lointaines. Cependant, la valeur économique associée à l’eau thermale nécessite-t-elle un développement interterritorial qui profiterait à ceux qui ne possèdent pas cette ressource patrimoniale ?

Le ré-enchantement de l’eau thermale a-t-il une valeur économique soutenable ?

12Le développement soutenable de la station thermale va s’enraciner dans une représentation partagée d’un exotisme qui constitue une invitation au voyage vers l’Autre et l’Ailleurs (Staszak, 2008). L’engouement pour les sites et les lieux associés aux notions de bien-être et de santé va prendre appui sur les bienfaits supposés de l’eau, du soleil et du vent. Le rapport marchand du thermalisme est détourné vers un rapport interculturel d’où émerge un enchantement (Réau et Poupeau, 2007). Celui-ci relie le touriste à un lieu exotique en mettant en scène les apparences d’authenticité et de transparence, en laissant de côté la réalité économique de cette mobilité et la dissimulation de l’envers du décor (Winkin, 2002). Le touriste devenu alors curiste accepte de se laisser guider par des valeurs qui stimulent son imaginaire, même si une forme de supercherie est entrevue à travers un marketing quelquefois maladroit.

13Cependant lorsqu’une station thermale est sur le point de renaître dans la Haute-Vallée, deux processus vont bousculer les auteurs de ces innovations intrapreneuriales : la sérendipité (Ascher, 2007) soit ce processus qui émerge à la suite d’un concours de circonstances inédit et qui permet de trouver quelque chose que l’on ne cherchait pas, et la catachrèse (Clot et Gori, 2003) qui est ce processus qui consiste à détourner un objet de sa fonction prévue par les concepteurs. En laissant la place à des logiques extrapreneuriales, les habitants de la Haute-Vallée vont ressentir les plaisirs liés à l’essor de leur territoire et dans le même temps s’apercevoir que les dividendes de cet essor les concerneront peu.

La sérendipité favorise l’émergence d’une catachrèse touristique (1987-2001)

14L’ouverture d’une station thermale achève un cycle d’innovations qui avait pour centre de gravité des acteurs de la Haute-Vallée. Un autre cycle s’ouvre, celui où il s’agit d’assumer l’héritage des innovations précédentes, de favoriser leur essor et d’amortir les chocs culturels occasionnés par celui-ci. Alors que dans les années soixante, un choc culturel se vivait dans une relation de proximité entre plusieurs individus, les années quatre-vingt-dix voient l’avènement de dialogues interculturels où la sérendipité et la catachrèse orchestrent des innovations qui vont devenir insoutenables par la population autochtone.

De nouvelles formes de socialités saisonnières sont à construire… Mais par qui ?

15Avec l’ouverture de la station thermale, le printemps et l’automne deviennent des saisons qu’il convient de valoriser, maintenant que les gens d’ailleurs sont présents. Cette valorisation passe par un changement des mentalités indigènes et la nécessité de développer de nouveaux produits touristiques adaptés à de nouvelles formes de socialités saisonnières. Les innovations associées à cette phase du développement ne s’enracinent plus dans des initiatives qui font appel à l’histoire du terroir. C’est cette histoire qui va devenir un prétexte pour justifier une nouvelle économie de la santé qui détourne les valeurs patrimoniales de la Haute-Vallée au profit d’un marketing qui vante des produits venus d’ailleurs. Pour leur part, les professions associées aux secteurs du tourisme thermal ne vont pas trouver sur la vallée une main-d’œuvre adaptée à leurs besoins et ce sont des « gens venus d’ailleurs » qui seront recrutés (Fournier, 2005).

16De nouvelles relations, de nouveaux espaces et de nouveaux temps structurent des socialités saisonnières qui échappent progressivement à leurs promoteurs indigènes. Le développement soutenable est alors fragilisé par des antagonismes qui se réveillent au sein d’un arrière-pays qui se voit exclu de ce qu’il avait initié et qui ne contient plus les ferments créatifs propices à des décisions prises par les « gens restés ici ». En déléguant à d’autres le soin de développer un tourisme de santé, un transfert de compétences prive la Haute-Vallée de ces capacités d’initiatives. La créativité des acteurs locaux n’est alors plus perçue comme une liberté mais comme un enfermement dans des rôles qui ne concernent que des activités ancrées dans la nostalgie d’un passé révolu tandis que les professionnels qui développent de nouveaux produits de santé s’orientent vers un avenir dont les contours n’appartiennent plus à « ceux d’ici ».

Un lieu existe-t-il sans lien ?

17Dé-solée des innovations qui vont avoir pour origine le développement de la station thermale, la sur-vie des habitants de la Haute-Vallée passe par leur capacité à penser localement la culture comme centrale dans la définition de la valeur des lieux qui composent leur territoire. Le changement soutenable favorise alors une dynamique territoriale qui privilégie des liens continus et proches du milieu naturel qui assure l’exceptionnalité de ce territoire. Le noyau central d’un paradis touristique relationnel est constitué d’un imaginaire qui prend corps à travers des notions telles que l’authenticité, la reconnaissance, l’autonomie et le sentiment d’appartenance à un îlot perçu comme protecteur. Une forme de marketing à visée non lucrative se met au service des causes sociales, éducatives ou interculturelles en ne se servant plus d’une culture qui ne lui appartient pas mais en se mettant au service de communautés humaines imprégnées de l’histoire de ces cultures.

Lorsque l’empowerment structure un développement soutenable, une intelligence territoriale se révèle dans l’acceptation d’une tierce culture (2002-2012)

18Du vieillissement de sa population, à l’exode vers la ville, la désertion des fermes, la raréfaction des services de proximité, la fermeture ou les regroupements d’écoles offrent un paysage dé-solé de ne pouvoir conserver un patrimoine, pourtant plusieurs fois rénové (Uhl, 2011). Confronté à la reconversion d’un espace agricole devenu un patrimoine du bien-être, orienté vers de nouvelles fonctions socio-économiques, il subit aussi la mutation de son tissu social et se pose la question de sa recomposition identitaire face à l’arrivée massive et visible d’un nouveau type d’habitants, les néo-ruraux. Cette catégorie inédite regroupe à la fois des nouveaux habitants venus d’une ville où ils continuent de travailler et de consommer, des occupants occasionnels de résidences secondaires qui deviendront résidences principales à l’heure de la retraite, et des « gens venus d’ailleurs » reconvertis dans les métiers de la santé, du tourisme et des loisirs.

L’empowerment : une voie pour redessiner les contours d’une nouvelle mosaïque territoriale

19La succession d’innovations interculturelles, intrepreneuriales et extrapreneuriales a, en l’espace d’une cinquantaine d’années, redessiné les contours d’un territoire culturel et géographique qui se caractérise aujourd’hui par un ensemble de micro-cultures ayant des frontières poreuses entre elles. Cette porosité permet de mettre en exergue des manières contrastées de vivre la ruralité avec un maximum d’urbanité (Thomsin, 2001). Deux systèmes de représentations du bien-être se confrontent alors, selon qu’une identité patrimoniale est pensée comme relevant d’une pure attitude individuelle ou que cette identité est un construit relationnel et un fait de culture (Halfacree, 2004). Afin de permettre à cette confrontation de se transformer en coopération, l’empowerment est une démarche qui semble donner de l’espace à des initiatives locales.

20Deux conditions sont cependant nécessaires pour que celles-ci se réalisent (Jouve, 2006). La première suppose que ces initiatives soient portées par des acteurs concernés par l’avenir de leurs territoires individuels. La seconde condition nécessite, de la part de ces acteurs, qu’ils inscrivent leurs actions au sein d’un collectif reconnu et identifié, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du territoire sur lequel ils revendiquent leur appartenance. Une innovation devient alors soutenable lorsqu’une collectivité humaine peut se projeter avec confiance dans l’avenir. Il convient pour cela que cette collectivité ne trouve pas sa sécurité dans une autarcie monoculturelle illusoire mais cherche un soutien dans sa capacité à concevoir le territoire sur lequel elle vit comme une multitude de zones interterritorriales. L’irruption d’innovations extrapreneuriales devient alors un processus propice à l’émergence de nouvelles formes d’interactions personnelles.

Les interactions personnelles ont-elles une valeur économique ?

21La pression touristique et immobilière, qui a touché le versant sud du mont Ventoux, il y a déjà de nombreuses années, atteint aujourd’hui la Haute-Vallée. Les prix de l’habitat ne correspondent plus au potentiel économique de celle-ci. La marchandisation d’un patrimoine touristique met en suspens une réalité perçue par les « gens venus d’ailleurs » comme exceptionnelle et n’ayant pas de prix. Pourtant, cette dénégation de l’économique participait à la valorisation d’un produit touristique authentique en mettant en avant l’économie des singularités (Karpik, 2007). En y mettant le prix, la restauration de ruines laisse la place à la construction de styles d’habitats venus d’ailleurs.

22Les logiques d’empowerment associées à celles du développement soutenable ont la vertu de questionner l’ensemble des catégories de l’économie associée à celles de la santé, du tourisme et des loisirs. En effet, le territoire devient une variable légitime en économie s’il apparaît comme le produit d’un processus endogène et indigène (Martin et Sunley, 2005). L’apport des sciences économiques à la définition d’une identité territoriale articulée à une patrimonalisation d’actifs territorialisés pourrait être d’insister sur la valeur des interactions personnelles (Schmidt, 2006). La reconnaissance d’une identité patrimoniale peut alors apparaître comme un préalable à la construction d’une ressource valorisable (Nieddu, 2007). Encore faut-il qu’un territoire accepte de s’ouvrir aux logiques de l’interterritorialité.

L’héritage de la Haute-Vallée n’étant précédé d’aucun testament, pourquoi ne pas dire OUI à l’interterritorialité ?

23En 2012, la Haute-Vallée se trouve devant un nouveau défi à relever : celui d’accepter de s’inscrire résolument dans un processus d’interterritorialité qui s’accompagne de la mise en scène d’un réseau d’opportunités sans cesse en recomposition (Vanier, 2008). Alors une co-construction de l’acceptable et du soutenable interviendra lorsqu’une assimilation sociale respectera la singularité de chaque génération et la spécificité de chaque endroit du territoire. Le tourisme de santé constitue un puissant moteur de révolution sociale en tant qu’instrument d’acculturation. Cependant une créativité tourbillonnaire et rhizomique est nécessaire pour que des loisirs sportifs de nature s’ancrent aux nouveaux marchés économiques associés à la santé (Corneloup, 2010). Dans un climat concurrentiel, cette Haute-Vallée, loin de tout, a une attractivité différentielle à révéler (Bouinot, 2002). La troisième révolution industrielle et l’ère coopérative qu’elle fait naître sont des occasions pour cette vallée de participer à l’élaboration de ces tiers-espaces qui mettent en scène ces « gens restés ici » et ces « gens venus d’ailleurs » (Rifkin, 2012). Afin d’avoir une vision de ce qui constitue ces tiers-espaces, grimpons sur la montagne qui nous permet de voir dans sa globalité cette Haute-Vallée.

Du haut de cette montagne, on regarde vivre le monde, on surveille le soleil derrière les grandes Alpes, on s’extasie en voyant les brumes se dissiper et révéler ainsi les horizons lointains. Les lumières s’éteignent et les dernières à le faire sont à vos pieds, au bout de vos chaussures. Le soleil va arriver dans la Vallée du Toulourenc. (Corréard, 2011, p. 25)

24Ce territoire, à la frontière de deux départements, de deux régions, de deux parcs naturels régionaux en gestation est un véritable château d’eau et en cela la station thermale a les ressources pour assurer à la vallée un développement durable. Mais ce château est aussi une sorte de forteresse insoutenable parce que celle-ci est fragile et constituée d’un patchwork de ruines, sans cesse reconstruite et sans cesse détruite. Au-delà de ces nouvelles formes d’urbanisation, qui excluent progressivement les indigènes de la possession d’un habitat sur leur territoire, la gentrification, ce processus qui désigne les modes de renouvellement social et de transformation du bâti existant, est un objet de recherches à valoriser pour comprendre les dynamiques qui (dé)structurent un territoire (Authier et Bidou-Zachariasen, 2008). Si les maisons sont restaurées et les villages plus jolis, combien de temps seront-ils encore vivants ? Pour répondre à cette question, il appartient aux habitants de cette Haute-Vallée d’accepter de se tenir sur une faille, entre les forces d’un passé révolu mais encore présent et l’avenir déjà là mais incompréhensible. Leur héritage n’est en effet précédé d’aucun testament (Arendt 1972). C’est dans ce manque de transmission que d’autres innovations venant des habitants de la vallée, qui ont une vingtaine d’années en 2012, permettront à celle-ci de développer de manière soutenable un éco-tourisme de santé constamment à reconstruire (Honey, 2008). Mais pour s’ouvrir à l’interterritorialité, suffit-il d’avoir vingt ans en 2012 ?

Bibliographie

Bibliographie

Arendt Hannah, Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy, 1961, p. 406.

———, La Crise de la culture, Paris, Gallimard, 1972, p. 380.

Ascher François, Essai clinique. Journal d’un hypermoderne, La Tour d’aigues, Éditions de l’Aube, 2007, 215 p.

Augé Marc, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la sur-modernité, Paris, Le Seuil, 1992, 149 p.

Authier Jean-Yves et Bidou-Zachariasen Catherine, « La question de la gentrification urbaine », Espaces et Sociétés, 2008, no 132-133, p. 13-21.

Beauchard Jacques, La Bataille du territoire. Mutation spatiale et aménagement du territoire, Paris, L’Harmattan, 2000, 144 p.

Bertrand Nathalie et Moquay Patrick, « La gouvernance locale, un retour à la proximité », Économie Rurale, no 280, 2004, p. 77-95.

Bouchet Patrick et Lebrun Anne-Marie, Management du tourisme sportif. De la consommation à la commercialisation, Rennes, PUR, 2009, 354 p.

Bouinot Jean, La Ville compétitive, Paris, Economica, 2002, 180 p.

Bourdeau Philippe et Mao Pascal, « Nouvelles pratiques sportives de nature, nouveaux espaces… nouveaux territoires ? Une problématique géoculturelle de l’accès aux espaces naturels », in Mermet Laurent et Moquay Patrick, Accès du public aux espaces naturels et forestiers, Paris, Hermès-Lavoisier, 2002, p. 345-364.

Bourret Christian, « Éléments pour une approche de l’intelligence territoriale comme synergie de projets locaux pour développer une identité collective, Projectique, 2008, no 0, p. 79-92.

Boyer Marc, Le Thermalisme dans le Grand Sud-Est de la France, Grenoble, PUG, 2005, 420 p.

Carrier Camille, De la créativité à l’intrapreneuriat, Québec, Presses de l’Université du Québec, 1997, 140 p.

Charles Lionel et Kalaro Bernard, « De la protection de la nature au développement durable : vers un nouveau cadre de savoir et d’action », Espaces et sociétés, 2007, no 130, p. 121-133.

Clot Yves et Gori Roland, Catachrèse. Éloge du détournement, Nancy, PUN, 2003, 128 p.

Corneloup Jean, « Les sentiers de l’imaginaire, une créativité tourbillonnaire », in Corneloup Jean et Mao Patrick, Innovation et créativité dans les loisirs sportifs de nature, L’Argentière-la-Bessée, Éditions du Fournel, 2010, p. 353-368.

Corréard Jean-Claude, « La Vallée du Toulourenc », Les Carnets du Ventoux, 2008, no 60, p. 22-83.

Fagnoni Édith, « Amnéville, de la cité industrielle à la cité touristique : quel devenir pour les territoires urbains en déprise ? », Mondes en développement, 2004, no 125, p. 51-66.

Fournier Pierre, « Une industrie nouvelle en zone rurale : de la fabrique d’une main d’œuvre à la fabrique de destins sociaux territorialisés ? », Cahiers d’économie et de sociologie rurales, 2005, no 76, p. 72-92.

Halfacree Keith, “Rethinking “rurality”, in Champion Tony et Hugo Graeme, New Forms of Urbanization. Beyond the Urban-Rural Dichotomy, Ashgate, Aldershot, 2004, p. 285-304.

Hall Michael, “Health and medical tourism : a kill or cure for global public health”, Tourism Review, 2011, no 66, p. 4-15.

Honey Martha, Ecotourism and Sustainable Development : Who Own paradise ?, Washington DC, Island Press, 2008, 512 p.

Jouve Bernard, « L’empowerment : entre mythe et réalités, entre espoir et désenchantement », Géographie, économie, société, 2006, no 8, p. 5-15.

Karpik Lucien, L’Économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007, 373 p.

Lauriol Jacques, « Le développement durable à la recherche d’un corps de doctrine, Revue Française de Gestion, 2004, no 152, p. 137-150.

Martin Ron et Sunley Peter, « Une convergence lente ? La nouvelle théorie de la croissance endogène et le développement régional », Géographie, économie, société, no 7, p. 129-154.

Nieddu Martino, « Le patrimoine comme relation économique », Économie Appliquée, 2005, 2007, no 3, p. 31-56.

Ollivier-Elliott Patrick, Les Baronnies. Mode d’emploi d’un fragment de paradis, Aix-en-Provence, Edisud, 2007, 286 p.

Panyik Emese, Costa Carlos et Ratz Tamara, “Implementing integrated rural tourism : An event-based approach”, Tourism Management, 2011, no 32, p. 1352-1363.

Penez Jérôme, Histoire du thermalisme en France au xixe siècle. Eau, médecine et loisirs, Paris, Economica, 2004, 334 p.

Reau Bertrand et Poupeau Franck, « L’enchantement du monde touristique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 2007, no 170, p. 4-13.

Rifkin Jérémy, La Troisième Révolution industrielle, Paris, LLL, 2012, 414 p.

Schmidt Christian, « Quelques points de rencontre entre économistes et psychologues », Revue économique, 2006, no 57, p. 243-258.

Staszak Jean-François, « Qu’est-ce que l’exotisme ? », Le Globe, 2008, no 148, p. 7-28.

Thomsin Laurence, « Un concept pour le décrire : l’espace rurbanisé », Ruralia, 2001, no 39, p. 13-26.

Uhl Jean-Louis, « La Vallée du Toulourenc à la croisée des chemins », Ventoux Magazine, 2011, no 14, p. 16-21.

Vanier Martin, Le Pouvoir des territoires. Essai sur l’interterritorialité, Paris, Economica, 2008, 200 p.

Vivien Franck-Dominique, 2005, Le Développement soutenable, Paris, La Découverte, 122 p.

Winkin Yves, « Propositions pour une anthropologie de l’enchantement », in Rasse Paul, Unité-Diversité. Les identités culturelles dans le jeu de la mondialisation, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 177-186.

Auteur

Docteur en psychologie (HDR), Enseignant-chercheur à l’ILEPS-École supérieure des métiers du sport, Cergy-Pontoise, Chercheur associé au Laboratoire de Psychologie Appliquée de l’Université de Reims Champagne Ardennes et de l’Université de Picardie Jules Vernes (EA 4298).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540