Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Quatrième partie. Des territoires de vie confrontés aux cultures sportives

La pratique du canoë et du kayak pendant les années 1930

Un effet conjugué des transformations de la société et du renouvellement des générations ?

Jean-Paul Callède

Texte intégral

Introduction

1L’affirmation spectaculaire des activités de plein air et de pleine nature, tout au long des années 1930, n’a pas manqué d’attirer l’attention de Maurice Halbwachs. À l’époque, le sociologue aborde leur essor dans la perspective de l’accroissement des « besoins » et il analyse les mécanismes qui sont à l’œuvre dans cette évolution (Halbwachs, 1938a, 1938b, 1933). Halbwachs insiste sur le renouvellement des besoins, dont la dynamique ne saurait être ramenée à la seule offre industrielle, incluant des biens de loisirs et d’équipement sportif. Cependant, une telle offre opère comme un stimulant. « L’évolution des besoins, condition du développement industriel, s’est accomplie dans les milieux urbains, sous l’influence de leur structure et du genre de vie qui en résulte. » Il y a tout un ensemble d’habitudes, d’exigences, d’aspirations nouvelles à considérer. « Des groupes toujours plus nombreux, une partie croissante de la population a pris le goût des beaux horizons, des séjours en des cités pittoresques […], des sports. » Halbwachs s’interroge sur les motivations susceptibles d’éclairer de tels comportements. « Curiosité, amour des arts et de la nature, des exercices et performances physiques, “plaisir d’arriver tard en un sauvage lieu”, goût des voyages ? » (ibid.).

2On peut apprécier la montée des loisirs en considérant deux éditions du Manuel de sociologie publiées par René Hubert à dix ans d’intervalle : 1925 et 1935. Si « tous les modes du travail comportent leur dignité », encore faut-il que « l’éducation professionnelle et la culture morale ne soient pas isolées l’une de l’autre » (1935, p. 294). Les deux remarques figurent déjà, en des termes similaires, dans l’édition de 1925 (p. 285-286). L’édition récente, cependant, insiste sur « l’utilisation des loisirs », « dès l’instant, indique Hubert, que pour beaucoup d’hommes le centre d’intérêt de la vie passe du labeur au loisir (1935, p. 295) : une préoccupation majeure des gouvernements, des milieux industriels, des syndicats ouvriers (ibid.). Le développement du machinisme entraîne une certaine rétrogradation de la division du travail. Plusieurs pages évoquent la crise économique mondiale qui dure « depuis quatre ans au moins » (1935, p. 463 et suivantes). Ses effets sont multiples sans pour autant empêcher l’élévation progressive du niveau de la culture (p. 471). Et c’est « dans le loisir et par le loisir que peut se faire le développement de la personnalité » (p. 472).

3Les analyses de M. Halbwachs peuvent être illustrées par tout un ensemble de témoignages d’époque sur la passion du canoë et du kayak, publiés par quelques sportifs : Charles-Maurice Chenu (1928, 1945), Jean Samazeuilh (1933, 1938, 1953), le docteur Georges Gaubert (1934, 1950), Henry de La Tombelle (1943a, 1943b), etc. Ces divers témoignages, qui mettent en scène des équipages, parfois mixtes, permettent d’identifier l’origine sociale des adeptes de ce type de navigation de loisir, leur propre expérience du sport et le type de rapport que chacun d’eux entretient avec l’eau vive, la nature et l’environnement.

  • 1 Sans oublier, bien sûr, la promotion des loisirs de pleine nature affichée par le Front populaire à (...)

4Un tel intérêt partagé pour la pratique sportive de la descente de rivière résulte de l’effet conjugué de plusieurs facteurs : la transformation de la « morphologie sociale », son incidence directe sur l’évolution des dispositions subjectives de l’individu, conformément aux thèses de Halbwachs, avec des « constructions générationnelles » caractéristiques de différents milieux sociaux. Il importera également d’insister sur certaines des médiations qui ont joué un rôle décisif durant les années 1930 : certes le marché des articles de sport, les messages publicitaires et les catalogues des magasins spécialisés, qui mettent en valeur la femme sportive, mais également le marché de l’édition et la presse spécialisée, le rôle de l’image aussi (photographie, films documentaires), autant de traits qui stimulent un besoin en expansion1.

L’impact de la morphologie sociale sur les « besoins nouveaux ». Éclairage sociologique

  • 2 Professeur de sociologie et de pédagogie à la Faculté des Lettres de Strasbourg de 1919 à 1935, Hal (...)

5Dans plusieurs ouvrages de Maurice Halbwachs2, éminent représentant de l’École française de sociologie, on trouve des éléments pertinents qui mettent en relation le souci du corps, l’hygiène, le sport avec la stratification sociale, ou plus précisément avec les appartenances de classe. Le point mérite d’être souligné car il n’a pas d’équivalent chez d’autres auteurs français de cette époque.

6Déjà, dans l’ouvrage tiré de sa thèse et publié en 1913, Maurice Halbwachs (Halbwachs, 1913) notait avec précision le changement de mentalité et de mode de vie qui caractérise les classes aisées, tandis que les personnes sans grande ressource financière sont soumises à la nécessité et quelque peu écartées de la vie sociale générale. Dans le cas des exercices physiques et de l’intérêt apporté au corps, il insistait sur ce que ce prétendu retour à la « nature » et aux besoins dits naturels a d’éminemment culturel et social. Cependant, il montrait aussi comment les besoins les plus élémentaires (à l’exemple de la nourriture, du vêtement ou du logement) peuvent inclure une dimension plus raffinée lorsque le goût est à même de s’exprimer. Ainsi, le contenu « primitif » de ces besoins s’estompe lorsqu’il s’agit « des groupes où la vie sociale est plus intense, mieux organisée, plus compliquée », notait-il (op. cit., p. 413). Toutefois, Halbwachs affiche un certain optimisme et indique qu’un processus similaire est déjà perceptible dans le comportement des groupes sociaux disposant de ressources plus modestes.

Diversité croissante des produits et services, nouvelles dépenses

7Dans un autre livre, édité en 1933, M. Halbwachs (Halbwachs, 1933) exploite diverses sources statistiques, dont une « enquête allemande par budget de ménages » qu’il considère comme étant « l’application la plus remarquable faite jusqu’à ce jour de la méthode d’observation “intensive” en ce domaine » (avant-propos, p. VI-VII). Des enquêtes américaines (comme la célèbre enquête Ford, à Detroit), belges (et d’autres enquêtes plus anciennes) complètent le corpus de références. Tous ces travaux sont répertoriés dans la bibliographie (p. 153-159). L’objectif du livre n’est pas tant de revenir sur les conditions de travail des classes ouvrières que d’envisager surtout « les variations des salaires et des prix, la diversité croissante des produits et services et, en tous ces facteurs et à travers eux, les conditions nouvelles de la vie sociale » (p. XII). Ainsi, une étude détaillée des types de dépenses permet de caractériser ce que « M. Simiand a proposé d’appeler : train de vie » (p. 13). Dans les enquêtes, on distingue habituellement quatre catégories de dépenses : les dépenses pour la nourriture, pour le vêtement, pour le logement et d’autres dépenses encore, comme celles qui regroupent « santé, distractions, culture » (ibid.).

8On regrettera que l’auteur ne commente pas de façon détaillée ce poste de dépenses, mais certains constats établis méritent d’être rappelés. En faisant référence à l’enquête allemande de 1927-1928, qui compare les pratiques des ouvriers et des employés, Maurice Halbwachs note : « Les employés dépensent un peu plus pour le coiffeur, l’école, les voyages et les sports, les distractions » (p. 45). Il s’agit d’ailleurs d’un point sur lequel les historiens qui étudient cette période s’accordent avec les sociologues lorsqu’il s’agit d’examiner la façon dont les employés conçoivent le « temps libre » et les façons de l’occuper, en opposition aux ouvriers. À vingt ans de distance, certains changements sont significatifs : au niveau de la nourriture, « il est fait une part plus grande […] à telles consommations plus dispendieuses, qui sans doute, flattent le goût, donnent quelque jeu à la fantaisie, et répondent en somme à des besoins nouveaux » (p. 69). Pour la catégorie des « autres dépenses », Halbwachs indique que celle qui porte sur « les soins du corps » a augmenté, de même que pour « les plaisirs et distractions » (p. 70).

9Les résultats enregistrés dans les différentes enquêtes confirment les principales conclusions de la thèse de 1913. Les groupes sociaux qui occupent une position analogue dans les grandes nations industrialisées présentent des similitudes en matière de dépenses et d’expression des besoins. Les tendances auxquelles obéissent ces comportements témoignent d’une certaine plasticité dans le jeu des déterminations. De telle tendances, qui expriment des besoins, sont « nées de la vie sociale et évoluent avec elle, extensibles presque indéfiniment » (p. 152).

  • 3 Bientôt quelques travaux de facture universitaire en apporteront la démonstration. C’est le cas de (...)

10Dans les pages de conclusion du livre, l’auteur revient sur l’évolution des besoins, qui se développe « à travers des phases alternées d’extension et de consolidation » (p. 148), et en particulier sur la situation dans laquelle se trouve placé l’ouvrier. Chaque fois que la condition ouvrière a été en voie de s’améliorer, on a pu craindre que la vie de l’ouvrier ne soit « remplie d’occupations factices, et que [s’éveillent] en lui que des désirs dont la satisfaction signifie, surtout, gaspillage inutile de temps et d’activité » (p. 152). Selon Maurice Halbwachs, il faut avoir « une idée moins étroite de la nature humaine et de toutes les extensions dont elle est capable dans et par la société » (ibid.). Cet optimisme anticipe sur des problématiques – et celles de leurs détracteurs – que suscitera la prise en considération des activités récréatives par le gouvernement de Front populaire (dès l’été 1936) et sur la « civilisation du loisir » (à partir des années 1960). L’occupation du temps libre est susceptible d’élever l’homme dans sa dignité sociale et ne le rabaisse pas au niveau de la satisfaction de besoins primaires3.

Morphologie sociale, extension et renouvellement des besoins « sportifs »

11En 1938, Maurice Halbwachs publie un livre intitulé Morphologie sociale (Halbwachs, 1938) dont l’objectif, conformément aux vues d’Émile Durkheim, est d’étudier « la forme matérielle des sociétés », dans un souci d’ordre et d’unité (avant-propos, p. 5). Après avoir abordé « la morphologie sociale au sens large » (les trois premiers chapitres), l’auteur envisage « la morphologie sociale stricto sensu » qui se subdivise en deux sections : « Les conditions spatiales » (trois chapitres), et « Le mouvement naturel de la population » (quatre chapitres). Dans l’ultime chapitre intitulé « La population et les subsistances » (p. 156-179), Halbwachs indique rejoindre ici « une des thèses les plus profondes de Durkheim » (p. 169). « En réalité, la division du travail résulte de l’extension des groupes humains et de l’accroissement de leur densité ». Dans « nos société modernes », on réclame des « produits » et des « services » (« obtenus d’entreprises privées ou d’organisations publiques »), relativement nouveaux, qui ne se réduisent pas au strict nécessaire et qui se distinguent « des subsistances au sens étroit » (p. 171). Halbwachs insiste sur le renouvellement des besoins, dont la dynamique ne saurait être ramenée à la seule offre industrielle. « L’évolution des besoins, condition du développement industriel, s’est accomplie dans les milieux urbains, sous l’influence de leur structure et du genre de vie qui en résulte » (p. 175). Il y a tout un ensemble d’habitudes, d’exigences, d’aspirations nouvelles à considérer. « Des groupes toujours plus nombreux, une partie croissante de la population a pris le goût des beaux horizons, des séjours en des cités pittoresques […], des sports » (p. 173). Le dépaysement et « l’ailleurs » s’imposent.

12Halbwachs s’interroge sur les motivations susceptibles d’éclairer de tels comportements. « Curiosité, amour des arts et de la nature, des exercices et performances physiques, “plaisir d’arriver tard en un sauvage lieu”, goût des voyages ? » (ibid.). Il est vrai que les nouvelles conquêtes industrielles ont stimulé de nouveaux besoins : l’industrie touristique, l’industrie des transports (chemin de fer, automobile…), la presse, la publicité, les « fabricants de canoës, de kayaks, de skis, de tout le matériel et des costumes sportifs », etc. Halbwachs insiste sur la tendance des hommes, en particulier dans la société urbaine contemporaine, « à profiter en commun des résultats de la technique matérielle et sociale la plus avancée » (p. 178). Il laisse cependant sous une forme interrogative la possible « uniformisation croissante » qui résulterait de l’élimination des différences locales, régionales, et aussi sociales… De fait, il existe encore, dans les zones urbaines et en dehors des villes, des « catégories sociales qui n’ont que des revenus insuffisants pour affronter de telles dépenses » (p. 179). Par-delà les « faits et caractères morphologiques relevés dans le cadre des sociologies particulières » (p. 6), l’intention de l’auteur indiquée dès l’avant-propos était d’envisager un « ensemble homogène ».

13En se plaçant du point de vue sociologique, Halbwachs a réussi dans son entreprise. Il a atteint l’objectif annoncé, sachant mettre en lumière, « derrière les faits de population, des facteurs sociaux, qui sont en réalité des facteurs de psychologie collective, mal aperçus jusqu’ici, et sans lesquels, cependant, la plupart de ces faits demeureraient pour nous inexpliqués » (ibid.). La dynamique des besoins est un processus complexe de structuration, de restructuration et d’élargissement des registres du comportement social. Tout en étant liées les unes aux autres, contraintes et préférences opèrent par comparaison intersubjective ou par comparaison de groupe à groupe. Rappelons enfin l’année de parution du livre : 1938, soit une rédaction et une livraison qui ont été faites durant la pleine période d’exercice du gouvernement de Front populaire. Or nous savons que la politique sociale mise en place contribue activement à la popularisation des loisirs, des sports, du tourisme et des vacances, après avoir institué le principe des congés payés. La description que fait l’auteur de l’évolution des goûts et des comportements de loisirs est l’illustration même d’une sociologie en phase avec la réalité sociale du moment.

  • 4 Une présentation de « Maurice Halbwachs » par Georges Friedmann est insérée p. 9-23. L’étude d’Halb (...)

14Une dernière étude d’Halbwachs mérite d’être mentionnée. Il s’agit de son Analyse des mobiles dominants qui orientent l’activité des individus dans la vie sociale qui prendra un tout autre titre dans l’édition suivante posthume. Initialement publiée en 1938 dans une revue universitaire belge4, elle s’inscrit dans le droit fil de la démarche mise en œuvre dans les publications antérieures. Halbwachs rend compte des forces qui règlent la conduite des individus dans la vie sociale. Il prend en considération différents milieux : « la civilisation traditionnelle et les classes paysannes », « les milieux urbains et la civilisation industrielle » (entrepreneurs, bourgeoisie, ouvriers de la grande industrie, classes moyennes). Les faits morphologiques ne sont pas dissociables de la structure économique et des liens internes qu’entretiennent les différents milieux qui composent la société. Ces milieux, ces catégories sociales tendent à constituer de véritables classes sociales. Allons droit à la conclusion (p. 208 et suiv.). Halbwachs souligne deux aspects. « Ainsi les motifs des hommes et leurs tendances nous paraissent être, dans la plus grande quantité des cas, entièrement relatifs aux conditions qu’ils occupent dans la société » (p. 210). Sous cet angle explicatif, l’auteur est proche des thèses de la sociologie marxiste, ainsi que l’indique Georges Friedmann dans sa « Notice sur l’auteur » (p. 17). Pour Halbwachs, le constat établi est indissociable d’un autre processus par lequel chaque « classe » permet l’émergence d’agents qui en sont « ses meilleurs interprètes ». « En même temps elle les stimule et les oblige à se dépasser » (p. 213). On peut penser par exemple à l’élite de la solidarité ouvrière, qui milite dans le syndicalisme et a permis le développement des organismes de protection de l’ouvrier et de sa famille, ou encore aux « conquêtes » sociales, récentes à l’époque et incluant les loisirs. Ainsi, la détermination morpho-structurelle des besoins et des tendances n’empêche pas que se glisse du relatif et du subjectif, voire une intersubjectivité stimulante dans les comportements. Des effets de comparaison et la stimulation du marché, en particulier, contribuent au changement. Chez Halbwachs, cette réalité dynamique s’accorde avec une conception « optimiste » de la croissance économique au sein des sociétés occidentales.

15La sociologie développée par Maurice Halbwachs améliore considérablement l’approche sociologique de la morphologie sociale initiée par Émile Durkheim. Il l’articule avec les aspects essentiels de ce que pourrait être une sociologie des modes de vie et de leur évolution, abordée à partir des logiques de consommation et sur fond de classes sociales. Cette sociologie des modes de vie intègre le domaine d’expression de l’activité physique, de l’entretien de la santé, du sport et des vacances. En ces années 1930, en France, il est encore trop tôt pour que de tels aspects soient repris et systématisés sous la forme d’un programme sociologique s’appuyant sur des recherches empiriques. Pour autant, il s’agit là d’une orientation décisive dans laquelle doit s’engager résolument la sociologie française.

La passion du canoë au milieu de l’entre-deux-guerres : modes d’expression et traits structurants

16Dans les pages qui suivent, nous n’avons pas la prétention d’épuiser le thème annoncé dans le titre. En revanche, la recherche bibliographique opérée nous permet de dégager un cadre de référence à la fois analytique et interprétatif susceptible d’apporter des éléments de réponse à la question posée : l’essor du canoë – et du kayak – comme procédant d’un effet conjugué des transformations de la société et du renouvellement des générations. On fera l’hypothèse que les motivations sportives peuvent varier, selon les individus ou les groupes, au point d’individualiser plusieurs modèles de pratique. En outre, en particulier au niveau international – en nous limitant à quelques pays européens – nous tâcherons de vérifier si le plan de la « morphologie sociale » (l’armature matérielle de la société) ne s’accompagne pas d’un plan idéologique susceptible de jouer comme une variable intermédiaire opérant une dispersion logique des modèles de sports de nature, dont la pratique du canoë et du kayak.

Un groupe de sportifs bordelais

17Le Bordelais Jean Samazeuilh (1891-1965) s’intéresse aux sports d’eau. Déjà, en 1926, à l’occasion du premier Salon nautique de Paris, il signe un article d’une page dans lequel il veut faire partager au lecteur son goût de la pratique du canoë en eau vive (Samazeuilh, 1926, p. 322). En 1933, il publie un ouvrage intitulé Nos croisières en canoë kayak. Il s’agit d’une série de récits d’expéditions nautiques, réalisées au mois de juin 1930 et pendant l’été de cette année-là, puis durant les deux saisons estivales suivantes, qui constituent autant de chapitres (la Dordogne, la Vézère, l’Ardèche, etc., et même la côte méditerranéenne catalane). Chaque chronique est dédicacée à tel ou tel ami, compagne ou compagnon de sport. Le livre est préfacé par Charles-Maurice Chenu (Samazeuilh, 1933). Ce dernier rappelle que l’auteur du livre est un grand sportif très connu, doublé d’un journaliste de sport (J. et B. Guérin, 1957, p. 629-630). « Jean Samazeuilh, as du lawn-tennis, tout le monde le savait. Jean Samazeuilh, licencié de philosophie, quelques-uns pouvaient l’ignorer : la presse est plus discrète sur ces mérites-là. » Le public connaît bien l’auteur du livre, poursuit-il. « Je n’ai pas besoin de vous présenter à lui. La Petite Gironde et le Miroir des Sports se sont chargés de le faire pour leur honneur et pour le vôtre. » « Nous avons maintenant un Jean Samazeuilh, champion de canoë »… (op. cit., p. 15). Sur le point de redonner la parole aux rapides… et à Samazeuilh, le préfacier souligne quelques traits caractéristiques de cette passion du canoë qui anime Samazeuilh. Il s’agit d’une manière d’affronter la nature qui est comme « un écho assourdi et lointain de la lutte ancestrale que l’homme de la Préhistoire dut soutenir à l’aube de ses jours contre les puissances naturelles hostiles », selon une formule empruntée à Samazeuilh lui-même. Il y a également cette complicité secrète avec une nature qui est femme. « Vous êtes surpris de trouver en vous “cet étrange désir d’être possédé et de dominer”. » Le préfacier note aussi une certaine égalité de conditions qui se retrouve dans la façon de pratiquer ce sport, où hommes et femmes se côtoient, comme ce jour, « sur la belle Dordogne », où « [ils étaient] huit pagayeurs – dont quatre pagayeuses (et qui avaient passé, mon cher Samazeuilh, le barrage de Gluges » (p. 7). À cela s’ajoute une pointe d’épicurisme, avec « ces repas “bien gagnés” que connaissent les piroguiers, et qu’assaisonnent les souvenirs, les récits de la journée, et les chansons reprises en chœur » (ibid.).

18La correspondance échangée entre l’auteur et André Allement (de septembre 1928, pour la première lettre, à mars 1932 pour la dernière (voir p. 197-236)) présente des aspects intéressants. Pour le rédacteur à l’Athlète Moderne, ces « flâneries aquatiques » n’offrent pas assez de « chances de s’enfuir », de marquer une rupture nette avec le quotidien. Dès lors, « elles laissent trop de loisirs pour se souvenir que le Temps, au fond de son tragique sablier, nous guette comme une proie » (lettre de septembre 1928, p. 199). Naturellement Samazeuilh s’oppose amicalement à cette façon de raisonner. Contre l’artifice des mots, il met en avant ce qu’apporte cette expérience directe de la nature, du torrent, « la griserie d’une manière infiniment plus totale puisqu’il [le piroguier] est lui-même le moteur de son véhicule, et qu’à chaque tournant de la rivière, pour lui aussi le paysage change et l’inconnu se dévoile » (p. 201). Il invite son contradicteur à lire « le livre de Maurice Chenu », ou encore « cette descente folle des rapides de l’Ozu-Gawa parue dans les “Annales”, sous la signature de Jean Suliac » (lettre de septembre 1928, p. 202). Pour Allement, il semble que les fleuves et les rivières n’aient rien à raconter que leur domestication par la société des hommes. « Du battoir des lavandières à l’acier des forges, la rivière est serve ! » (p. 204). Samazeuilh, par chacun de ses récits relatant des descentes sportives, des sauts acrobatiques, voire la réalisation de « premières » en ce domaine, considère tout autrement ces rivières : en outre, « un grand nombre d’entre elles ignorent le battoir des lavandières et le bruit des forges » (p. 207). Dans l’échange qui suit, les deux débateurs font porter la discussion sur l’attrait de la montagne chez les alpinistes ; activité inutile pour l’un, authentique expérience individuelle pour l’autre. On pourrait en dire tout autant du canoë. Évoquons un dernier aspect, largement abordé dans un échange épistolaire suivant. Si Allement admet l’authenticité de cette expérience de confrontation à l’eau vive que favorise la pratique du canoë, il met aussitôt Samazeuilh en garde contre ce que risque d’être l’avenir de cette activité, cernant là des mécanismes à la fois sociologiques et psychologiques bien identifiés. Deux types de « déliquescences » sont à redouter. Premier risque majeur, « les contingences de l’eau et de la navigation, la vulgarisation des ébats et de leur rite et la publicité qui leur sera faite, les précisions toujours plus grandes du Canoë-Club, réduisant d’année en année la part du mystère et d’inconnu, tout concourra à ruiner la part de mystère et d’inconnu ». Soit une antinomie entre l’expérience rare et la pratique de masse, lorsque la popularisation de l’activité ne peut que dénaturer celle-ci… Autre risque majeur : ce qu’on pourrait appeler la colonisation de la nature par la culture sportive. « L’avenir des voyages sur l’eau m’apparaît rétréci ou, plutôt, je lis dans l’horoscope qu’au stade des déambulations artistiques que vous avez inaugurées, succèdera bientôt celui des courses insensées, avec le processus des éliminations, des “poules” et des championnats. » (p. 221). Là aussi, la culture sportive normative dénaturera l’activité initiale. À ces deux objections majeures, Samazeuilh argumente en insistant sur le fait qu’il existe une diversité de motivations et d’objectifs dans la façon d’envisager la pratique du canoë, et que « l’horizon des voyages sur l’eau est infiniment vaste » (p. 223-224). Soit une conception élargie de l’activité limitée cependant, pour lui-même, à un modèle spécifique.

19Dans un autre ouvrage, intitulé En marge d’une vie sportive, publié en 1938, Jean Samazeuilh évoque la rencontre faite à Londres de « M. Alfred Rouan, le vice-président du Canoë-Club de France, et M. Henri Woltner », venus faire une série de conférences au Crystal Palace sur “le canot canadien et les rivières françaises” » (op. cit., p. 138). Partis à Londres pour assister au tournoi de tennis de Wimbledon, Samazeuilh et ses amis retournent à Paris « avec des préoccupations essentiellement différentes » (p. 148). Au cours de leur visite des installations du CCF, ils sont conquis et prennent aussitôt leur carte de sociétaire (p. 152). Cette rencontre décisive est à l’origine des descentes de rivières relatées de façon détaillée dans l’ouvrage précédent. Dans celui-ci, l’auteur se contente d’évoquer la première d’entre elles (p. 161-173).

20En 1953, Jean Samazeuilh publie un troisième et dernier livre intitulé Champions et voyages qui rassemble plusieurs chroniques déjà anciennes, dont deux se rapportant au sport nautique. Le livre fournit deux ou trois clés pour comprendre ce goût indéfectible pour le sport qui anime Samazeuilh. Sa participation en double au Tournoi international de tennis de Saint-Sébastien (Espagne, septembre 1934) l’amène à méditer sur l’image utilisée par Gabriel Hanot : « rouler sur le toboggan », en parlant du « vieillissement de l’athlète, du champion ou du sportif qui n’est plus ou ne peut plus être dans le coup ». C’est sans doute en fonction de ces dispositions d’esprit qu’il faut comprendre les commentaires que développe l’auteur dans le chapitre qui suit, intitulé « La croisière du rire » (mai 1935). « À vrai dire, je n’ai jamais été un fervent des croisières en groupe et de ces déplacements massifs que le Canoë Club de France et certaines de ses sections organisent lors des jours de fêtes traditionnels du calendrier » (p. 65). Pour autant, il admet fort bien que, dans le cadre d’un groupe élargi, « pour créer l’atmosphère, il vaut mieux se trouver sur une rivière qui permet aux pagayeurs de se “détendre” plutôt que de se concentrer »… (p. 67). Désormais, c’est plutôt vers le canoë de détente et d’excursion (chapitre VI, « En canoë sur les côtes occidentales de la Corse) que s’oriente l’auteur, avant d’engager une autre expérience de reconversion sportive, cycliste celle-là, avec des randonnées en tandem ou en triplette (entre février 1936 et août 1942).

21Pour compléter ce portrait, on peut avancer deux idées. D’une part Jean Samazeuilh s’engage dans une seconde carrière sportive en s’adonnant aux émotions du canoë et de la descente de rivière. En effet, Le champion de France de tennis (1921, 1923), seize fois international de 1911 à 1929, « pendant dix-huit années consécutives champion et capitaine de Primrose », opère une reconversion qui lui ouvre ainsi de nouvelles perspectives sportives (découverte d’un apprentissage technique, nécessité d’un entraînement méthodique, expérimentation d’un registre de sensations et d’émotions vécues et partagées face au défi de la nature, niveau d’excellence objectivé par des prouesses). Pour autant, la pratique du canoë ne saurait se concevoir en solitaire. Les expéditions sportives relatées dans l’ouvrage de 1933 mettent en scène une poignée d’amis et d’amies liés par la même passion exigeante du sport, dans laquelle prime la dimension technique et spécifiquement sportive de l’activité.

22Maurice Roussillon, cité par l’auteur dans son dernier livre, spécialiste de kayak, est un ancien athlète, sprinteur d’excellent niveau, licencié au Stade Bordelais U.C. Avec son frère cadet, il dirige un important magasin de matériel de camping et de plein air, rue Saint-Rémi, à Bordeaux. Il a apporté toute sa compétence technique pour la publication d’un manuel de bonne facture (de La Tombelle et al., 1934).

  • 5 L’auteur a publié quelques semaines auparavant un autre roman, dans la veine humoristique. De La To (...)
  • 6 Le paragraphe qui suit est éloquent. « Voici qu’en travers de telle ou telle rivière hissée par nou (...)

23Il est indispensable d’évoquer la figure d’Henry de La Tombelle (1881-1970). Celui-ci a une longue expérience de « piroguier ». Il est impliqué dans différentes descentes de rivières, dont certaines sont narrées par Samazeuilh. Il consacre aux lettres la plus grande partie de sa carrière. Outre la publication de plusieurs ouvrages, il collabore à de nombreux journaux dont Le Courrier du Centre, L’Auto, Camping, Le Cycliste, la Petite Gironde, la Vie Bordelaise, le Chasseur français (J. et B. Guérin, 1957b, p. 668-669). Dans ses Souvenirs d’un piroguier, un ouvrage illustré publié en 1943, H. de La Tombelle relate ce que fut son expérience de canoétiste5. Les adeptes de ce type d’embarcation légère ont bouleversé la « vieille géographie fluviale ». De petites bourgades, des courants et des rapides, des lieux-dits inconnus « se sont vu brusquement cités par toute une génération » composée des adeptes « de la coque d’acajou ou de la peau en caoutchouc entoilé » (p. 12). Il déplore que parfois « le Progrès s’amuse avec une affreuse cruauté à démolir notre œuvre… comme s’il entendait être seul à innover » (ibid.)6.

  • 7 Nous connaissons une autre « croisière-camping » de ce type, qui a fait l’objet d’une publication i (...)
  • 8 L’auteur relate la naissance de cette vocation, mal engagée au départ du fait d’un article pour l’o (...)
  • 9 Henry de La Tombelle publie « Les peines et les joies des hardis adeptes du canoë », Le Miroir des (...)
  • 10 « Et moi, je l’évoquerai maintes fois au cours des conférences que je donnerai quelques années plus (...)

24Les chapitres qui composent le livre égrènent les étapes de la montée en maîtrise de l’auteur dans l’art de la navigation, depuis une date historique, le 21 août 1929, avec une descente de la Dordogne depuis Spontour, en amont d’Argentat, jusqu’à Castillon-la-Bataille, mobilisant une trentaine de piroguiers et piroguières qui utilisent, entre autres, quelques canoës admirables, « des Chauvières, des Peterborough, des similis aussi, des simili-Lakefield »… Le tout est narré dans un style épique et humoristique7. L’auteur donne bientôt deux articles relatant cette course, l’un destiné à la Petite Gironde, l’autre à la revue du Touring Club de France. C’est ainsi qu’il débute une carrière d’« écrivain sportif » (p. 36)8. Repéré alors par Samazeuilh, il manifeste son souhait de rencontrer le Bordelais qui va le recevoir à la Société Nautique, au milieu de ses amis9. Un an plus tard, il prend part à la fameuse descente rassemblant plusieurs équipages, relatée par Samazeuilh dans son livre de 193310. Il s’agit désormais d’une série d’épreuves sportives autrement exigeantes. Au fil du livre, le lecteur a la confirmation que l’auteur est sensible aux possibilités qu’offre le Sud-Ouest. « Gave de Pau, Gave d’Aspe, Gave d’Oloron, Nive ; voilà des rivières comme nous les aimons. Elles sont dignes de l’Ardèche et de la Haute-Dordogne, d’avant l’électrification » (p. 74).

25Tout au long des pages, l’auteur évoque diverses descentes et itinéraires, avant de proposer un chapitre IX intitulé « En guise de conclusion ». Il insiste sur le risque de voir disparaître ces espaces sensationnels de confrontation à l’eau.

Espérons en des temps meilleurs – nous sommes alors au mois de janvier 1943, peut-être au pire de l’Occupation allemande – souhaitons que l’électrification des rivières torrentueuses telles que la Haute-Dordogne, le Tarn, la Truyère et cent autres n’ait pas d’ici-là rendu impossible ce merveilleux sport nautique du canoë, cher à nous tous. (p. 91)

  • 11 « L’un est bijoutier, l’autre médecin ; celui-ci fabrique des harnais, cet autre... des articles de (...)

26Le livre offre un autre intérêt. Il fournit plusieurs informations utiles sur l’origine socio-professionnelle des « piroguiers ». Citant par exemple le métier des Bordelais qui composent la fameuse expédition en Haute-Dordogne, il considère que « leurs carrières sont très diverses » et que c’est le plein air et le sport qui les réunit « sous la grande tente de l’Amitié » (p. 42)11.

27À la fin de l’année 1943, Henry de La Tombelle publie L’Homme à la pirogue. Il s’agit d’un roman nourri de nombreux éléments autobiographiques qui lui permettent de camper Yvon Mareuil, le personnage principal (de La Tombelle, 1943). L’auteur ne manque pas de rendre à nouveau un hommage appuyé à une poignée de pionniers, experts dans l’art du canoë, dont les Bordelais mis en scène par Jean Samazeuilh. Le livre peut être lu également comme un document mettant fort bien l’accent sur la révolution psychologique stimulée par le marché du loisir et rendue possible par l’amélioration des moyens de déplacement (rapidité, confort…).

Or, la société civilisée ne pouvant évoluer que de façon massive, par brusques et énormes « déplacements de tendances », il s’ensuivit que le « sauvagisme » devint très vite une mode, que les vitrines des grands magasins s’encombrèrent de pagaies, de couteaux, de cordes, de toiles de tentes, de pics, de pioches, et que nos campeurs-piroguiers, nos pseudo-hurons, nos ingénus ardents et musclés firent marcher le commerce,

28tandis que « des trains spéciaux » étaient conçus pour transporter « cette foule d’aventuriers » vers « des rivières rapides et dangereuses » (p. 29). De ce point de vue, l’auteur identifie bien le lien entre les transformations de la société et le besoin de « nature » et d’aventure déjà notés par Maurice Halbwachs.

29Signalons aussi de belles pages sur ce que l’auteur appelle « l’affranchissement de la jeune fille », sachant nager, pratiquant « de son plein gré, honnêtement et sportivement, la camaraderie masculine » (p. 56-57), comme Odette, l’héroïne du roman, fille d’un administrateur d’une compagnie de chemins de fer et dont la famille possède une propriété dans le Limousin.

  • 12 L’auteur évoque ce que fut jadis « la descente de la Haute-Dordogne de Bort à Vernéjoux ». Un passé (...)

30De l’avis du journaliste-écrivain, une sorte de menace double pèse sur la descente en eaux vives. L’une est objective. Il s’agit de l’aménagement des barrages, qui se multiplient, et de l’usage de l’eau que font certaines usines12. L’autre est plus subjective. Elle est exprimée au travers des impressions que l’auteur prête au personnage principal du roman. La joie que procure le sport, et que redouble l’idée que seule une poignée d’initiés la partage. « Ce sport, comme tous, comme toutes choses, a donc perdu de son éclat ce qu’il a gagné en vulgarisation » (p. 134). « Yvon, cependant, sent que l’envahissement des rivières et des berges par les canoëtistes et campeurs, se dessine » (ibid.).

  • 13 H. de La Tombelle appartient à une famille issue de la noblesse. Son épouse est Alice de Maleville (...)

31H. de La Tombelle a deux points communs avec Samazeuilh. Il appartient à une famille très aisée13 et c’est sans doute au grand étonnement de celle-ci qu’il s’est engagé dans une carrière de journaliste et écrivain sportifs. Ils ont publié ensemble un guide touristique qui permet de découvrir le patrimoine de nature du Sud-Ouest (de La Tombelle, 1938). En revanche, chez lui, la réalité conviviale, festive, du canoë l’emporte sur le seul intérêt technique et sportif. De même, il se montre très attentif aux contraintes et à l’impact qu’exerce la production d’électricité sur des sites de nature exceptionnels. À l’opposé, Samazeuilh possède essentiellement le profil psychologique caractéristique d’un sportif de haut niveau.

D’autres témoignages relatifs à la France

32Il n’est pas question, dans les limites de cet article, de chercher à répertorier tout un « ensemble » de témoignages sur les débuts et la diffusion du canoë. En revanche, tentons de dégager la conception que se font de ce sport soit des personnes citées par nos « Bordelais », dont Jean Samazeuilh, soit quelques adeptes de ce sport, qui ont exploré, à leur façon, la région du Sud-Ouest.

33Charles-Maurice Chenu publie en 1928 un livre intitulé : En canoë, dédicacé à ses camarades du Canoë-Club. Dans son avant-propos, l’auteur, en quelques traits impressionnistes, indique en quoi cette expérience du canoë est fondamentale : complicité avec les créatures qui peuple l’eau vive (« Je suis des vôtres, en ces bras perdus des rivières où les humains ne fréquentent pas », p. 7), utilité indispensable du progrès technique (le train et le chemin de fer qui se déclinent jusqu’à la plus élémentaire échelle de la localité : « les wagons minuscules du chemin de fer d’intérêt local », p. 8), le service du public assuré jusque dans les endroits les plus reculés : « une gare synthétique : une porte, deux fenêtres, un employé piqué d’un fanion », les « Messageries », qui ont permis d’acheminer le canoë (ibid.)… Une certaine ambivalence dans le propos, donc, puisque c’est le progrès technique, porté par la société industrielle qui permet à l’auteur de clamer haut et fort :

Fuir ! Nécessité moderne ! Fuir la ville et les moteurs ! Fuir une existence où bras et jambes sont devenus des bielles, coudes et genoux des vilebrequins. Fuir les rues étroites où le soleil, parfumeur des champs, ne trouve à distiller – le pauvre – que des senteurs d’essence et de goudron ! […] Fuir la foire de Neuilly ; celle du Palais-Bourbon ! Fuir la vie !... ou peut-être, plutôt, commencer de vivre. (p. 9-10)

34« Parmi vous, nous allons oublier la roue, pour retrouver cette joie de notre enfance : la glissade », annonce l’auteur (p. 11).

  • 14 D’après nos investigations l’auteur est avocat de profession, domicilié à Paris.
  • 15 Par la suite, dans le livre, on en sait plus sur Tommy Harrisson, que l’auteur a connu pendant la g (...)
  • 16 Le génie technique, constructeur de barrages, introduit une modification radicale, irréversible du (...)

35Tout est dit, dans ces remarques qui esquissent les contours d’une philosophie de la vie. « Alors, devenus infiniment simples, nous deviendrons infiniment bons : et nous aimerons mieux les hommes, en les voyant moins… » (ibid., p. 11). Une philosophie quelque peu paradoxale puisque les moyens techniques qui permettent d’accéder à une enfance retrouvée sont aussi ceux qui conditionnent et polluent la vie collective… Avec la présentation que Chenu14 fait de ses coéquipiers, on comprend que la complicité dans le sport prime sur le reste : un Polytechnicien passionné de pêche à la ligne, un autre qui dit s’intéresser à la photographie et qui « gaspille sa jeunesse », un passionné de littérature qui « méprise les sports », un Anglais », mentionné sans plus de précision15. Sans oublier l’Alibi, le canoë canadien de 4 mètres 37 de long, à « la grâce de gazelle ». Les chapitres, non répertoriés dans une table des matières, égrènent les prouesses accomplies avec l’Alibi, depuis sa mise à l’eau à Condé-sur-Noireau jusqu’à sa quasi-réforme. À deux reprises, l’auteur insiste longuement sur l’impact des centrales hydrauliques qui modifient radicalement l’environnement, de façon irréversible (le barrage d’Eguzon, p. 116, ou encore les trois usines hydro-électriques, avec leurs immenses bassins de retenues, « où la Sioule s’est noyée elle-même », p. 278)16, tout comme cette déviation de courant, capturant par une digue les eaux de la Creuse au bénéfice d’une usine, avant de les rejeter plus loin (p. 109-110).

36En la personne de Ch.-M. Chenu, c’est l’un des pionniers du canoë, façon touriste nautique, probablement doublé d’un amateur de tennis, que Samazeuilh sollicite pour la préface de son livre publié cinq ans plus tard.

37Évoquons une autre figure marquante, originaire du grand Sud-Ouest. En 1934, un Toulousain qui compte de nombreux camarades bordelais, le docteur G. Gaubert, publie Un canoë passe…, à la librairie Stock (Gaubert, 1934). Avant d’examiner quelques aspects abordés dans le livre, il n’est pas inutile de noter deux ou trois points évoqués par le préfacier. En cherchant à accroître la vitesse de ses déplacements, l’homme y a ajouté le bruit : le ronflement des automobiles, la grande rumeur aérienne des avions et des dirigeables, le halètement bref des canots à moteur, la pétarade de la motocyclette »… Deux sportifs seulement jouent avec la nature sans l’affecter : le canoétiste et le skieur. On pourrait ajouter : deux adeptes de sports de glisse. Dans son texte daté du 15 avril 1934, le préfacier parle de « glissade ». « L’un et l’autre restent en contact intime avec la nature, baignent dans sa sérénité, et jouissent de retrouver en eux-mêmes l’instinct de la vieille humanité, lorsqu’elle s’avançait, furtive, sur les fleuves ou à travers la forêt » (p. 7-8). Jacques Delamain indique que l’auteur a pratiqué « beaucoup de rivières de l’Amérique du Nord » (p. 8). « Contrairement à tant de sportifs qui ne voient dans leurs exercices qu’une fin en eux-mêmes […] il a aussi élargi sa vision et sa compréhension de la nature » (p. 10).

  • 17 « Voilà tout au plus un quart de siècle que le nu ose paraître sur les plages et les terrains de sp (...)
  • 18 « C’est un culte qui s’organise, avec ses pontifes et ses prêtresses, ses dévots et ses profiteurs, (...)

38Venons-en au texte du docteur Gaubert. Tout jeune, le futur médecin est admis au sein de l’Émulation nautique de Toulouse, le club d’aviron local. Il se montre bientôt insatisfait car les règlements, « souvent enfreints » précise-t-il, ne permettent que de brèves escapades sur le matériel de la Société. Lui et quelques-uns de ses camarades se lancent dans la construction de périssoires afin d’affronter les rivières autour de Toulouse (op. cit., p. 17). Le 2 août 1914, la guerre éclate et avec elle la mobilisation de l’auteur. Son livre est à la fois un assemblage de témoignages personnels, de considérations naturalistes ou bien poétiques, y compris dans la langue occitane, et un manuel destiné à susciter des vocations. Le dernier chapitre s’intitule « Adieux au lecteur » (p. 213-214), qui est une invitation à prendre la pagaie. Il évoque sa recherche de « places désertes », de « déserts » « sur notre vieille terre de France parcourue et remuée par tant de générations laborieuses » (p. 71). Le canoë, le kayak permettent cette expérience, quelquefois au plus près de la vie urbaine. « De la ville proche, nul bruit ne parvient. Là-bas pourtant, que d’agitations dérisoires ! » (p. 72). Le contact avec la nature, ce « frisson nouveau » qu’est « l’amour de la nature », se réalise jusque dans la nudité17. Plus loin dans le livre, il développe quelques considérations critiques autour du « nudisme intégral » (op. cit., p. 156-158). Il déplore la tournure grégaire prise par cette pratique qui se radicalise et tourne à l’héliolâtrie18.

  • 19 La très sérieuse Revue forestière française, par exemple, publie une note du docteur G. Gaubert, ph (...)

39Au mois de mai 1950, le docteur Gaubert publie Canoë quand même ! (Gaubert, 1950). Le titre s’explique par les difficultés rencontrées dans l’immédiat après-guerre pour s’adonner à ce sport : « cherté actuelle des bateaux et des transports », en particulier (introduction, p. 7). C’est pour l’auteur l’occasion de se remémorer toute une série de ses expériences de canoétiste, qui sont comme autant de jalons dans sa propre vie sportive. La première des deux parties du livre rassemble des chroniques de périples antérieurs à la seconde guerre. Alternant prouesses techniques et explorations d’un site, avec des amis ou en famille, il accorde beaucoup d’importance à la fréquentation des courants et étangs landais, toujours attentif aux curiosités qu’offrent la flore et la faune locales19.

40Avec le témoignage du docteur Gaubert, on peut identifier un modèle de pratique du canoë qui combine de façon équilibrée la maîtrise technique honorable avec la curiosité – savante parfois – pour la nature, sans oublier la sociabilité amicale ou familiale qui se déploie autour d’une activité nautique commune.

Ébauche de comparaisons à l’échelle de l’Europe

  • 20 Préface de Henning Eichberg : « Heinz Risse et la pensée allemande » (p. 5-16) (108 p.). Le sociolo (...)

41La première comparaison qui s’impose est celle qui prend en considération l’Allemagne. Dès lors, quelles sont les dimensions qui permettent d’éclairer cet attrait pour un sport de pleine nature comme le canoë kayak ? La sociologie développée par Maurice Halbwachs nous a été d’une grande utilité pour aborder cette expression sociale que favorisent les sports de nature dans le contexte de la France. Or une problématique sociologique a été clairement formulée en Allemagne par Heinz Risse, dès 1921, avec sa Sociologie des Sports20. La problématique sociologique du sport participe de la critique sociale, tantôt sur fond de néo-romantisme (un rapport à la nature perdue), tantôt sur fond d’aliénation de l’homme par la machine, le capitalisme industriel et la ville (comme négation de la nature), qui fera les beaux jours de l’École de Francfort. Le second aspect est largement développé par l’auteur.

  • 21 L’auteur a fait paraître un autre livre, que nous n’avons pas pu consulter. Chenu, 1949.
  • 22 L’auteur perce les pensées de l’architecte Kroener : « devant ses yeux chargés de regrets passent d (...)

42En 1945, Charles-Maurice Chenu publie un autre volume de récits de longs périples en canoë – mais aussi en kayak démontable – intitulé Voyages du « Pile ou face »21. Ces expéditions en kayak sont antérieures à la Seconde Guerre mondiale. C’est l’occasion pour l’auteur de relater quelques périples, à l’échelle de l’Europe (Bavière, Autriche, Espagne, Tchécoslovaquie), sans oublier la France (avec l’Allier et la Dordogne). Le premier chapitre, intitulé « Strom Heil ! » (p. 11-59) a pour théâtre des opérations la Bavière et l’Autriche, avec l’Inn. L’un des membres de la petite équipe n’est autre que Josef Kroener, de père allemand et de mère lorraine. L’auteur a découvert ce futur compagnon de voyage dans une annonce de la revue Kanusport. « Josef Kroener, architecte, fabrique par surcroît de ces canots pliants, nés du génie allemand – ou de sa longue patience » (p. 17-18). Alors que le groupe est momentanément immobilisé à Rattenberg, à cause de la forte pluie et d’une crue soudaine de l’Inn, prendre son mal en patience conduit à « reconstruire la société », s’amuse l’auteur. Avec « quelques lieux communs nécessaires », ajoute-t-il, « pour nous mettre en train » (p. 29)22.

43La pratique du kayak est déjà populaire, en cette contrée. « Tous les villages du Tyrol ont, pour les piroguiers, les « “Faltbootfahrer” un petit port abrité, de quelques mètres carrés, nécessaire en raison de la violence du courant » (p. 31). À Wasserbourg, la fête bat son plein, avec des illuminations nocturnes, en musique. « Des uniformes et des croix gammées circulent dans la foule » (p. 38). Jeannine, qui fait partie de cette équipée sportive, considère que l’Allemagne est bien le pays de Wagner, de Wotan, des Walkyries, du Walhalla… À quoi un autre membre de l’équipe rétorque que ce panthéon est suédois (p. 38-39). Wagner n’a fait que le naturaliser, à l’avantage des Allemands. Soudain, des fusées partent des deux rives de l’Inn et l’auteur ne peut s’empêcher de superposer la vision des combats des tranchées… Le sérieux de la foule impressionne l’auteur. « Mon Dieu, que donnerais-je pour voir rire l’Allemagne ! Mais non ! Elle n’aime de la vie que son côté tragique. » À Passau, ville située au confluent de l’Inn et du Danube, le Kayak Club possède également un coquet pavillon de bois et un garage aux faltboots. À Linz, terme de la croisière, c’est le directeur de l’O.K.V. (Osterreichischer Kanu-Verband) en personne qui accueille le petit groupe. Ce sport qui se pratique en eaux vives développe une réelle solidarité entre adeptes de ce sport de pleine nature. Les localités traversées ont conservé quelque chose d’une vie traditionnelle, y compris dans les danses et la musique. Peut-être l’industrialisation de l’Allemagne a-t-elle fait perdre le sens de cette réalité-là ou, ce qui n’est pas la même chose, fait naître l’idée d’une pareille suppression… Sous cet angle de vue, la quête de nature, d’un contact intime avec l’eau tumultueuse, renouant avec les bribes d’une mythologie oubliée, n’est jamais éloignée d’une dimension tragique. Tandis que certains peuples nordiques n’ont connu l’essor industriel que plus tardivement, peut-être ont-ils mieux préservé un authentique rapport à la nature. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce point.

  • 23 Chenu indique que la France ne présente aucun compétiteur. Dans la mesure où le groupe auquel appar (...)
  • 24 Ces éléments sont à mettre en relation avec la situation très inconfortable de la Tchécoslovaquie v (...)

44Ch.-M. Chenu consacre également un long chapitre intitulé « Tchécoslovaquie » (p. 189-246). Lui et ses compagnons sont venus sur invitation tchèque pour descendre la Vah, considérée comme « la plus belle et la plus rapide de rivières slovaques » (p. 190). Ils arrivent à Prague la veille de l’ouverture des championnats d’Europe de kayaks et de canadiens qui vont se disputer sur la Vltava. Ils sont même conviés à représenter la France au niveau des manifestations officielles qui se déroulent au siège du Cesky-Yacht-Club. La Tchécoslovaquie, « qui aime l’eau », possède des champions et championnes de niveau international23. Le pays attend beaucoup de cette compétition internationale. Dans ces courses en ligne, Tchèques et Allemands fournissent la plupart des finalistes, note l’auteur. La population locale feint de ne pas comprendre l’allemand ou bien répond en tchèque, souci d’uniformisation linguistique oblige… (p. 199)24. Le chapitre s’achève sur la description du long périple cosmopolite, effectué sur la Vah jusqu’à la ville d’eau de Pistiany, où, parvenus au but, équipages tchèques, autrichiens, danois et français fraternisent en chantant.

45Non seulement Charles-Maurice Chenu est un des pionniers de la navigation sportive, membre du Canoë-Club, mais c’est un excellent observateur de la société, évoquée à l’échelle des contacts européens et des tensions internationales du moment.

  • 25 Durant les années 1930, l’auteur réalise quelques films en 16 mm sur le camping, le canoë et la vie (...)
  • 26 D’après Constantin-Weyer, 1946 [1935]. Voir le chapitre « Rencontres », dans lequel l’auteur évoque (...)

46Dans son petit Manuel du Kayak, initialement publié en 1938, Albert Mahuzier (1907-1980) décrit fort bien le processus de diffusion du kayak. Le canoë démontable a connu une vogue surprenante. « Il révéla le tourisme nautique à toute l’Europe centrale, Allemagne, Autriche, Tchécoslovaquie puis de là déferla vers les pays voisins, France, Italie, Pologne, Suède. Il commence maintenant à conquérir l’Angleterre et les États-Unis25 » (p. 5-6). Un autre témoignage mentionne la Finlande, fréquentée massivement par la jeunesse allemande. « Les kayaks, en toile caoutchoutée, portent des couples d’hommes, ou d’amoureux. Ils parcourent ainsi les lacs, descendent les rapides et semblent s’amuser énormément26. »

47Si ce sport de pleine nature – canoë ou kayak – correspond à un renouvellement dans les modèles sportifs, avec une demande sociale (d’extension du domaine des pratiques sportives, de contact avec la nature, de dépaysement, de liberté, de mixité entre hommes et femmes, etc.) en phase avec des innovations décisives (conception des canots, renouvellement des matériaux, etc.), il est non moins évident que les substrats culturels nationaux introduisent des spécificités significatives, en particulier dans la façon d’appréhender et de vivre la relation avec la nature. Un effet conjugué des transformations de la société et du renouvellement des générations qui, à l’échelle comparée européenne, produit des situations contrastées : continuité ou discontinuité dans l’évolution de la société (réelle ou vécue comme telle), lien immédiat à la nature ou lien artificiellement restauré avec la nature.

Conclusion

48Proposons quelques points de conclusion, en relation directe avec la problématique du colloque.

  • 27 Procédant d’une enquête engagée en 1935 et dont la rédaction est achevée en 1939, l’ouvrage n’est p (...)
  • 28 Une étude publiée par Henri Morsel fournit un tableau précis des centrales hydroélectriques mises e (...)
  • 29 « Mais c’est quand même un cri d’alarme que je veux lancer, car je suis persuadé qu’il n’est nullem (...)

49Le premier, qui correspond à un avis récurrent, se traduit par le regret exprimé de voir disparaître des sites exceptionnels de pratique du canoë ou du kayak, à peine découverts, au profit de « barrages gigantesques », selon l’expression de Robert Matheron (1946)27. « Aussi bien pour notre sport que pour la beauté de notre pays, la rivière sous sa forme torrentielle doit être sauvegardée partout où on le peut » (p. 133). La pratique du canoë s’accompagne de tout un travail de recension des sites, d’homologation des niveaux de difficulté, de mise en fiches et en brochures, etc. Or les décisions liées à la production d’électricité et à l’industrie risquent de faire disparaître bien des sites28. L’auteur est conscient du dommage encouru29. En toute logique, les adeptes du canoë qui ont publié des témoignages s’insurgent contre le préjudice fait à la nature par la construction de barrages et de centrales hydro-électriques. Pour autant, Matheron admet qu’il serait possible d’augmenter l’attrait de certaines croisières : « corriger les passages dangereux en leur laissant une valeur sportive » (ibid.)… Certains puristes pourraient rétorquer qu’on ne peut modifier la nature sans l’effacer en tant que telle.

50Un autre élément important se rapporte à la sociabilité nouvelle que structure la pratique de la descente de rivière en eaux vives. Petits groupes qui se font et se défont en fonction des périples programmés, équipages souvent mixtes, compte tenu de l’âge des adeptes et du budget dont il convient de disposer (déplacement sur les lieux de pratique, acquisition et acheminement du matériel, périples de plusieurs jours…) font que ces sportifs et sportives disposent d’une certaine aisance socio-économique. Une bonne moitié d’entre ceux dont il est questions dans ces récits sont sociétaires du Canoë Club.

  • 30 Ces « explorateurs sportifs » appartiennent à la « seconde génération » de pratiquants bien identif (...)
  • 31 Renvoyons à ce propos au livre de Lauwick, 1938. L’auteur consacre un excellent chapitre au canoë e (...)
  • 32 Notre analyse, en s’appuyant sur l’examen d’une certaine production littéraire, tend peut-être à pr (...)

51En termes de « génération(s) » de sportifs30, ceux qui envisagent de maîtriser un nouveau sport, comme Jean Samazeuilh et certains de ses amis (un deuxième âge du sport dans l’itinéraire personnel !), côtoient des pratiquants sensiblement du même âge, venus directement aux activités de plein air et de pleine nature (Henry de La Tombelle, par exemple, qui fera beaucoup pour les rendre populaires), ou plus jeunes, nés avec le siècle ou à ses débuts31. Quant à l’appartenance socio-professionnelle, les récits étudiés font référence aux professions libérales (médecin, avocat, publiciste…), aux enseignants (professeur…), aux patrons et commerçants, à de rares officiers et autres militaires, tandis que certains jeunes semblent être encore étudiants. Quelques pratiquants sont férus de photographie, de cinéma et d’écriture32. Les femmes sont parfois les épouses de canoéistes ou des jeunes femmes sportives ayant accompli ou entrepris des études supérieures. Cette autre est modiste, une autre fait carrière dans le cinéma…

  • 33 La Première Guerre mondiale a entraîné des innovations techniques que l’industrie, la Paix étant ré (...)
  • 34 Une « imagerie » archaïsante de l’aliénation se reflète dans ces nouvelles pratiques et les aspirat (...)
  • 35 Nous n’avons pas eu accès à des publications étrangères mais le livre de Charles-Maurice Chenu publ (...)
  • 36 Deux thèses peuvent nous aider à dessiner cette Europe de la « nature ». Outre celle de S. Villaret (...)
  • 37 On trouvera également des éléments forts pertinents dans les Essays in Sociological Theory de Talco (...)

52Le rapport à la nature, qu’il soit ou non inscrit dans une idéologie générale affirmée, est caractéristique du début du xxe siècle, à la fois différé du fait de l’interruption de la Première Guerre mondiale, et indirectement facilité par des progrès techniques liés à l’amélioration du matériel militaire33. En France, le « besoin de nature », pour reprendre une formule de Maurice Halbwachs, relève d’un renouvellement des besoins, y compris dans l’enchaînement des modèles de pratiques sportives. Deux tendances culturelles s’imposent si l’on envisage d’élargir le cadre. En Allemagne, il s’agit d’un rapport à la nature vécu sur un mode dramatique, utopique, comme atténuation des effets d’une rupture majeure avec le passé, du fait de l’industrialisation rapide et massive34. Au contraire, ce rapport à la nature semble assumé dans la continuité culturelle dans d’autres pays, comme la Tchécoslovaquie, sans doute35 et des pays voisins (la Hongrie), ou encore les pays de l’Europe du Nord (Suède, Danemark…)36. Le croisement des sources sociologiques est utile. Dans un livre connu, Six manières d’être européen, dirigé par Dominique Schnapper et Henri Mendras, le chapitre consacré aux Suédois est particulièrement parlant (1990, p. 67-92). Pierre Guillet de Monthoux évoque l’industrialisation tardive qui n’a transformé la Suède en pays industriel qu’après la Seconde Guerre mondiale (p. 71). Sa population est installée au sud d’une immense étendue de forêts. « Les sports de plein air ont beaucoup de succès, non parce qu’ils expriment une compétition entre plusieurs êtres humains, mais parce qu’ils expriment une rencontre avec la nature » (p. 72) » La littérature suédoise et la poésie, en particulier, regorgent « d’hommages à la nature ». Selon l’auteur, professeur de sciences sociales et économiques à l’Université de Stockholm, les Suédois donnent l’impression d’entretenir « un dialogue incessant avec la nature », un lien chamanique (ibid.). En Allemagne, l’industrialisation, la puissance de l’État, l’incidence de l’une et de l’autre sur l’organisation sociétale ne peuvent qu’engendrer, par réaction, le retour à un paradis perdu. Un peuple « métaphysique », selon la formule du sociologue Werner Sombart (trad. française 1938)37.

53En France, compte tenu de l’histoire de l’implantation et de la diffusion des sports, l’intérêt pour les disciplines de pleine nature comme le canoë ou le kayak s’inscrit dans le cadre défini par Maurice Halbwachs, sous l’effet conjugué des transformations socio-économiques et de la différenciation des classes d’âge. À l’échelle de l’Europe, le rapport à la nature qui se noue grâce aux sports nautiques montre toutefois différentes sensibilités nationales.

Bibliographie

Bibliographie

Bloch-Lainé François, L’Emploi des loisirs ouvriers et l’éducation populaire, Préface de Roger Picard, professeur à la Faculté de Droit de Paris et à l’Institut d’Urbanisme, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1936, 300 p.

Chazel François, « Considérations sur la nature de l’anomie », Revue Française de Sociologie, 1976, vol. VIII, p. 151-168.

Chenu Charles-Maurice, En canoë (roman), Paris, La Nouvelle Société d’Édition, 1928 (302 p.). Rééd. Les Éditions J. Susse, 1944, 231 p.

———, Voyages du « Pile ou face », Paris, Les Éditions J. Susse, 1945, 246 p.

———, La Rivière chante (Tarn, Gave d’Oloron, Rhône, Ourthe, Ardèche…) (préface de Claude Farrère), Julliard (coll. La Croix du Sud), 1949 (217 p.).

Constantin-Weyer Maurice, Le Flâneur sous la tente, Paris, Librairie Stock, coll. « Les livres de nature », 3e rééd. 1946 [1935], 221 p.

Gaubert Dr G., Un canoë passe…, Préface de Jacques Delamain (p. 7-11), Paris, Librairie Stock (coll. « Les livres de nature »), 1934 (216 p., ill.).

Gaubert Dr G., Canoé quand même ! (préface de Norbert Casteret), Toulouse, Havas éd., 1950 (141 p.).

Guérin Jean et Bernard, Des hommes et des activités autour d’un demi-siècle, Bordeaux, Éditions B.E.B., 1957a, « Samazeuilh (Jean) », p. 629-630.

———, op. cit., « Tombelle (Henry de La) », 1957b, p. 668-669.

Guillet de Monthoux Pierre, « Le modèle suédois », in Schnapper Dominique, Mendras Henri (essais réunis par), Six manières d’être européen, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des sciences humaines, 1990, 290 p., p. 67-92.

Halbwachs Maurice, La Classe ouvrière et les Niveaux de vie. Recherches sur la hiérarchie des besoins dans les sociétés industrielles contemporaines, Paris, Félix Alcan, 1913.

———, L’Évolution des besoins dans la classe ouvrière, Paris, Félix Alcan, 1933 (XII-163 p.).

———, Morphologie sociale, Paris, Librairie Armand Colin, 1938, 208 p.

———, Esquisse d’une psychologie des classes sociales (1938), Paris, M. Rivière et Cie, 1955 (239 p.).

Hubert René, Manuel élémentaire de sociologie, Paris, Delalain éd., 1925 (XIV-440 p.) et 1935 (5e éd., revue, augmentée et mise à jour) (XIV-533 p.).

Lacoste Henry (croisière racontée par), Bergerac-Castillon-sur-Dordogne-Libourne-Bordeaux, juin 1931, Bordeaux, éd. Sport Nautique de la Gironde, 1931 (n. p., ill.).

Lascaud Maïté, La Carte, la Boussole et l’Itinéraire. Légitimités et conflits dans l’implantation et la diffusion de la course d’orientation en France (fin xixe siècle - début des années 1970, thèse de doctorat en Staps, Université Claude Bernard – Lyon 1, 2004 (2 tomes).

La Tombelle Henry de, « Les peines et les joies des hardis adeptes du canoë », Le Miroir des sports, no 653, 31 mai 1932, p. 342-343.

———, Castaing L. N., Soudois, Roussillon M. et Bardiaux M., membres du Kayak Club de France, Le Kayak ou initiation aux joies nautiques, Paris, Les éd. de la revue « Camping », 1934 (151 p. ill.).

———, Souvenirs d’un piroguier (illustrations de Cas Boré), Paris, Les éditions J. Susse (Revue Camping), 1943 (91 p., ill.).

———, L’Homme à la pirogue (Roman), Paris, Les éditions J. Susse, 1943, 239 p.

———, La Descente de la Boulbouche (Roman), illustrations de Lep, Paris, Les éditions Susse, 1944 (110 p., ill.).

———, Samazeuilh Jean, Guide Touristique Sud-Ouest. Cyclotourisme – Canoë – Camping, Bordeaux, Éditions Delmas, 1938 (69 p., ill., c.).

Lauwick Hervé, La Jeunesse en plein air (coll. La France vivante), Paris, J. de Gigord éd., s. d. (1938) (206 p., ill.).

Mahuzier Albert, Manuel du kayak, Paris, Coll. de la revue Camping, 1943 (rééd.), 112 pages.

Mathéron Robert, L’Enchantement des rapides, Paris, Les éditions Susse, 1946 (137 p., photos h. t.).

Morsel Henri, « L’électricité en France dans la première moitié du xxe siècle », dans Cardot Fabienne (textes réunis et édités par), 1880-1980. Un siècle d’électricité dans le monde, Paris, PUF, 1987, 444 p., p. 85-117.

Parsons Talcott, « Democracy and the social structure of Pre-Nazi Germany » [1942], in id., Essays in Sociological Theory, revisited edition, The Free Press, Glencoe, Ill, 1954a, p. 104-123.

———, « Some sociological aspects of the fascist movement », in id., Essays in Sociological Theory, revisited edition, The Free Press, Glencoe, Ill, 1954b, p. 124-141.

Risse Heinz, Sociologie du sport (trad. franç. de Soziologie des Sports, 1921), Rennes, Presses de l’Université de Rennes 2 – Revue STAPS, 1991 (108 p.).

Samazeuilh Jean, « Plaidoyer en faveur du passionnant tourisme nautique », Le Miroir des sports, no 342, 2 novembre 1926, p. 322.

———, Nos croisières en canoë canadien (préface de Charles M. Chenu). Suivies d’une correspondance échangée entre l’auteur et André Allemant rédacteur à L’Athlète Moderne, Bordeaux, Librairie Raymond Picquot, 1933, 237 p.

———, En marge d’une vie sportive. Figures et souvenirs, Bordeaux, Éditions Delmas, 1938, 195 p.

———, Champions et voyages, Pau, Éditions de l’Indépendant, 1953 (247, 1 phot.). Préface de François Aussaresses, p. 5-6.

Sombart Werner, Le Socialisme allemand, une théorie nouvelle de la société, Paris, Payot (avant-propos et trad. de G. Welter), 1938.

Villaret Sylvain, L’Évolution du naturisme et de l’éducation physique : les influences réciproques (xixe siècle-milieu du xxe siècle), thèse pour le doctorat de l’Université de Lyon 1 (mention STAPS), 2001 (3 tomes).

Notes

1 Sans oublier, bien sûr, la promotion des loisirs de pleine nature affichée par le Front populaire à partir de l’été 1936, mais, s’agissant de la France, ce serait une erreur que de subordonner l’essor des loisirs de pleine nature à la politique volontariste du Front populaire.

2 Professeur de sociologie et de pédagogie à la Faculté des Lettres de Strasbourg de 1919 à 1935, Halbwachs entre ensuite à la Sorbonne, où il n’est titularisé qu’en 1937, avant d’être accueilli au Collège de France le 10 mai 1944.

3 Bientôt quelques travaux de facture universitaire en apporteront la démonstration. C’est le cas de la thèse soutenue par François Bloch-Lainé. Elle s’appuie sur une comparaison internationale et l’auteur souligne l’absence en France d’une véritable politique en ce domaine. Bloch-Lainé, 1936.

4 Une présentation de « Maurice Halbwachs » par Georges Friedmann est insérée p. 9-23. L’étude d’Halbwachs a d’abord paru sous le titre : « Analyse des mobiles dominants qui orientent l’activité des individus dans la vie sociale » dans les « Enquêtes sociologiques » de l’Université libre de Bruxelles (Institut de sociologie Solvay), en 1938.

5 L’auteur a publié quelques semaines auparavant un autre roman, dans la veine humoristique. De La Tombelle, 1944.

6 Le paragraphe qui suit est éloquent. « Voici qu’en travers de telle ou telle rivière hissée par nous sur le pavois de la gloire, le Progrès édifie un monstrueux barrage, capte le merveilleux torrent en “conduite forcée”, transforme notre fluide coureuse en lac d’une part, en lit desséché d’autre part, supprime totalement de la carte de France les merveilles liquides d’une gorge profonde, y campe une horrible usine avec prière aux amateurs de canoë d’aller se faire pendre ailleurs » (p. 12).

7 Nous connaissons une autre « croisière-camping » de ce type, qui a fait l’objet d’une publication illustrée. Lacoste, 1931.

8 L’auteur relate la naissance de cette vocation, mal engagée au départ du fait d’un article pour l’organe du TCF fort mal apprécié des lecteurs « car le tourisme nautique est pour eux un apostolat qu’il ne convient pas d’assaisonner de plaisanteries » (p. 36). Cependant, ce sont « ces pontifes de la pagaie » qui font faire de l’auteur un « une écrivain sportif ». Et d’ajouter avec une pointe d’humour, « condamné pour le reste de ses jours à ce genre de littérature qui permet de sincères échappées poétiques mais n’est pas extensible à l’infini » (ibid.).

9 Henry de La Tombelle publie « Les peines et les joies des hardis adeptes du canoë », Le Miroir des sports, 1932, p. 342-343. Il s’agit de « la descente très sportive d’un des affluents de la Garonne ». Le reportage est introduit par J. Samazeuilh.

10 « Et moi, je l’évoquerai maintes fois au cours des conférences que je donnerai quelques années plus tard dans les nouveaux locaux de la Société Nautique Bordelaise qui sera pendant dix ans ma meilleure halte d’amitié. » (p. 42)

11 « L’un est bijoutier, l’autre médecin ; celui-ci fabrique des harnais, cet autre... des articles de journaux et ce dernier est industriel » (p. 42). Voir surtout p. 68-69 et aussi p. 52. Le journaliste, qui n’est autre que Samazeuilh, appartient en fait à une dynastie de banquiers bordelais.

12 L’auteur évoque ce que fut jadis « la descente de la Haute-Dordogne de Bort à Vernéjoux ». Un passé à jamais révolu depuis que, « désormais s’élèvent de monstrueux barrages et que croît toute une forêt de pylônes. Il ne reste rien de l’histoire sportive de la romantique Haute-Dordogne, que le souvenir, celui-ci même déchiqueté, broyé par les dents des engrenages utilitaires qui tournent et ronflent en ces lieux » (p. 69-70).

13 H. de La Tombelle appartient à une famille issue de la noblesse. Son épouse est Alice de Maleville (1894-1989), poétesse à ses heures. Son propre père, le baron Fouant de La Tombelle (1854-1928), était organiste et compositeur.

14 D’après nos investigations l’auteur est avocat de profession, domicilié à Paris.

15 Par la suite, dans le livre, on en sait plus sur Tommy Harrisson, que l’auteur a connu pendant la guerre de 1914-1918. Originaire de Liverpool, à 22 ans, le jeune Anglais a débuté au combat comme capitaine d’artillerie.

16 Le génie technique, constructeur de barrages, introduit une modification radicale, irréversible du site originel. « Un mur brutal a noyé tout cela. Plus de génies des eaux, de nymphes et de naïades. La vie a cessé d’habiter la rivière : la Sioule est morte, étouffée sous ses propres eaux » (p. 279). « Pourtant de cette mort naît une autre vie. De la rivière étouffée jaillit tous les soirs, pointillant les campagnes et les fenêtres de villes, la féérie électrique » (p. 280).

17 « Voilà tout au plus un quart de siècle que le nu ose paraître sur les plages et les terrains de sport ; et l’on peut dire que ses audaces remontent à peine à six ou sept ans » (Visions d’art », p. 124-126).

18 « C’est un culte qui s’organise, avec ses pontifes et ses prêtresses, ses dévots et ses profiteurs, ses chapelles et ses cathédrales où la forêt des colonnes (celles des édifices religieux) est retournée à la forêt des troncs d’arbres. Il y a des rites, tels les exercices de culture physique et les danses rythmiques, des prohibitions alimentaires portant sur les viandes ; on rencontre déjà des non conformistes. Et des excommunications sont lancées contre les nudistes non intégraux » (p. 156).

19 La très sérieuse Revue forestière française, par exemple, publie une note du docteur G. Gaubert, photo à l’appui, qui a noté la présence d’un hibiscus à belle fleur rose (hibiscus roseus), un sous-arbrisseau pérenne, en descendant le courant d’Huchet (Landes), une indication confirmée par P. Chimits, Ingénieur Principal des Eaux et Forêts à Pau.

20 Préface de Henning Eichberg : « Heinz Risse et la pensée allemande » (p. 5-16) (108 p.). Le sociologue allemand prend pour point de départ l’empoisonnement qu’opère la grande ville et l’enfermement de l’individu sportif dans la quantification, l’accomplissement forcené, le record. « Le domaine d’action du sport est la grande ville (…). Là seulement existent la rationalisation la plus poussée, la mécanisation, la taxamétrisation (Sombart), dont l’ensemble du sport est d’une manière aussi radicale l’émanation » (op. cit., p. 37). C’est la réconciliation avec les activités de nature qui permettra la mise à distance de ce modèle calqué sur la machine et la rationalisation du travail.

21 L’auteur a fait paraître un autre livre, que nous n’avons pas pu consulter. Chenu, 1949.

22 L’auteur perce les pensées de l’architecte Kroener : « devant ses yeux chargés de regrets passent des visions d’aciers polis, de rouages huilés, d’expositions mécaniques où triomphait la grande Allemagne du temps où Progrès et Machinisme étaient synonymes, du temps où l’on croyait qu’il suffisait de supprimer des bras pour assurer le bonheur sur terre » (p. 29)... Lieux communs ? Clichés idéologiques ? Observation raisonnée ? En fait, ces images ont un impact qui n’a pas échappé à des sociologues de l’époque.

23 Chenu indique que la France ne présente aucun compétiteur. Dans la mesure où le groupe auquel appartient l’auteur est considéré comme pouvant représenter officiellement la France, ce témoignage est antérieur à l’année 1933, date à laquelle se constitue une Fédération française de canoë dont les dirigeants font acte de présence dans les grands rendez-vous internationaux.

24 Ces éléments sont à mettre en relation avec la situation très inconfortable de la Tchécoslovaquie vis-à-vis de l’Allemagne hitlérienne poursuivant ses objectifs pangermanistes. D’ailleurs ce souci de renforcer l’unité nationale n’empêchera pas le Reich allemand de se faire céder en septembre 1938 une partie de la Bohême et de la Moravie (devenues l’Allemagne des Sudètes). En 1939, l’Allemagne occupera le reste de ces deux régions.

25 Durant les années 1930, l’auteur réalise quelques films en 16 mm sur le camping, le canoë et la vie de plein air, et en 1936 Jeunesse en liberté, premier film professionnel, en 35 mm, sur le camping et le canoë. Par la suite, il sera l’un des conférenciers animateurs de « Connaisance du monde ».

26 D’après Constantin-Weyer, 1946 [1935]. Voir le chapitre « Rencontres », dans lequel l’auteur évoque la mobilité et le goût des voyages de la jeunesse européenne. Cit. p. 114. Maurice Constantin-Weyer (1881-1964) a vécu dix ans dans l’ouest du Canada, entre 1904 et 1914.

27 Procédant d’une enquête engagée en 1935 et dont la rédaction est achevée en 1939, l’ouvrage n’est publié qu’après la guerre.

28 Une étude publiée par Henri Morsel fournit un tableau précis des centrales hydroélectriques mises en service durant cette période. Morsel, 1987, p. 85-117.

29 « Mais c’est quand même un cri d’alarme que je veux lancer, car je suis persuadé qu’il n’est nullement nécessaire de défigurer toutes les rivières pour produire l’énergie électrique dont nous avons besoin », souligne l’auteur (p. 123).

30 Ces « explorateurs sportifs » appartiennent à la « seconde génération » de pratiquants bien identifiée par Serena Hajek et Antoine Marsac dans leur étude. Ils en constituent un groupe spécifique. Voir p. 91-104, dans le présent ouvrage. Voir également la contribution d’Éric Levet-Labry, p. 183-196.

31 Renvoyons à ce propos au livre de Lauwick, 1938. L’auteur consacre un excellent chapitre au canoë et au kayak, p. 56-77.

32 Notre analyse, en s’appuyant sur l’examen d’une certaine production littéraire, tend peut-être à privilégier une source qui introduit une focalisation sur un niveau social et culturel relativement précis.

33 La Première Guerre mondiale a entraîné des innovations techniques que l’industrie, la Paix étant rétablie, va transférer dans d’autres domaines. Nous avons analysé cet aspect dans une autre étude, à paraître. (Peter Lang ed., 2014).

34 Une « imagerie » archaïsante de l’aliénation se reflète dans ces nouvelles pratiques et les aspirations qui les accompagnent. Elle se compose autour des axes suivants : l’idée d’un âge d’or, durant lequel l’homme vivait en harmonie avec la nature, puis une déchéance et un paradis perdu ; l’image d’une société préindustrielle dans laquelle l’individu est à la mesure de ses outils et de ses productions ; des visions idéalisées qui se substituent à une réalité de la société négativement appréhendée doublée de conduites visant à retrouver cette immédiateté originelle et ce temps primordial. Une telle imagerie, qui s’accorde avec certaines techniques du corps et/ou du sport, est associée de façon significative aux « théories » de la société de masse. François Chazel a développé ces aspects dans un article connu (Chazel, 1976).

35 Nous n’avons pas eu accès à des publications étrangères mais le livre de Charles-Maurice Chenu publié en 1945 fournit des éléments intéressants relatifs à l’Allemagne et à la Tchécoslovaquie des années 1930.

36 Deux thèses peuvent nous aider à dessiner cette Europe de la « nature ». Outre celle de S. Villaret (2001), il s’agit de la thèse de M. Lascaud, 2004. Deux vastes zones géographiques apparaissent, comme lieux de prédilection de la course d’orientation, séparées par un espace intermédiaire : l’Allemagne (un temps composée des deux Allemagnes).

37 On trouvera également des éléments forts pertinents dans les Essays in Sociological Theory de Talcott Parsons, qui ont été commentés et exploités par François Chazel. Parsons, 1954a et 1954b. Voir encore l’article suivant : Chazel, 1976, p. 151-168.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540