Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Quatrième partie. Des territoires de vie confrontés aux cultures sportives

Introduction

Testo integrale

1Les territoires de vie, à différents niveaux d’échelle, sont parfois confrontés aux cultures sportives. Ces dernières peuvent être autant des révélateurs du changement social que des mentalités. Sept contributions abordent la question, traitée de façon plus ou moins centrale. En outre, trois d’entre elles montrent ce qu’apporte une analyse rigoureuse décentrée par rapport à la réalité française hexagonale : des territoires d’outre-mer ou encore le vaste continent africain.

2Jean-Paul Callède s’est saisi du prétexte de l’étude de la pratique du canoë, appréhendée à partir d’une série d’ouvrages de témoignages relatifs aux années 1930, pour interroger cette source documentaire en utilisant les grilles d’analyses élaborées par le sociologue Maurice Halbwachs. La passion du canoë, au milieu de l’entre-deux-guerres, s’explique aussi sous l’effet conjugué des transformations de la société et du renouvellement des générations. On sait que selon Maurice Halbwachs l’impact de la morphologie sociale opère sur le renouvellement des goûts et des besoins. Dans « nos sociétés modernes », on réclame des « produits » et des « services » relativement nouveaux. Le fameux sociologue utilise même l’expression « besoin de nature ». Ces aspects ne se réduisent pas au strict nécessaire. Le goût pour le tourisme, les sports de nature, les voyages, etc., est stimulé par le renouvellement de l’offre des industries du loisir. Les témoignages livrés par Jean Samazeuilh, Henry de La Tombelle, Charles-Maurice Chenu, le docteur Georges Gaubert, en particulier, montrent cette articulation entre le substrat de la société et l’ouverture psychologique aux sensations éprouvées au contact direct de l’eau vive. L’introduction d’une perspective internationale (Bavière, Autriche, Tchécoslovaquie…) permet de comprendre que les cultures sportives nationales, et en particulier la place qu’elles accordent aux sports de nature, voire à la place de la « nature » dans les représentations collectives, s’enracinent dans des idéologies structurées aux héritages lointains et solides.

3Gilles Lecocq s’est intéressé à un terroir rural, « au creux de la Haute-Vallée du Toulourenc », au pied du versant nord-est du mont Ventoux, dont il analyse les changements observables à l’échelle d’un demi-siècle (1960-2010) et les incidences sur la population. Sous l’angle d’une géographie humaine, économique et culturelle, l’auteur examine les séquences successives, les étapes par lesquelles le renouvellement des générations associé à l’édification progressive d’infrastructures de sport et de santé ont contribué à « transformer un village borderline, fier de son patrimoine géographique » mais à bout de souffle dans son évolution, « en un village apatride rythmé par des valeurs qui lui sont devenues étrangères ». Tel est le paradoxe du développement local qui, au fur et à mesure qu’il se déploie, peut avoir un effet pervers, celui qui finit par rendre étrangers à eux-mêmes et à leur propre territoire les habitants installés depuis longtemps. Initialement, la rénovation d’un habitat en ruines et la fréquentation de groupes de jeunes amoureux de la nature sont devenues « prétextes à tirer de nouveaux liens interculturels ». Ensuite, l’implantation de nouvelles colonies de vacances, d’une piscine communale, d’un camping municipal et d’un Village de vacances à vocation familiale va accélérer le changement local. Un peu plus tard, l’essor du thermalisme, doté d’un personnel qualifié, affirme la vocation touristique du lieu mais creuse le fossé entre « les gens d’ici » et « les extérieurs ». La complexité croissante de l’offre récréative, amplifiée à chaque étape, s’est faite en dehors de toute logique de « transmission » locale. Désormais, « il appartient aux habitants de cette Haute-Vallée d’accepter de se tenir sur une faille », entre les forces d’un passé révolu mais dont la présence est encore manifeste, et l’avenir déjà là mais partiellement incompréhensible »… Découvrir les nécessités de l’empowerment, c’est, selon l’auteur, enclencher un processus par lequel la « communauté » pourra acquérir ou se réapproprier la maîtrise des événements.

4Tony Robin aborde une question similaire tout en intervertissant les termes de la problématique. Dans l’exemple précédent l’auteur examinait les transformations d’un territoire, doublées d’une « déterritorialisation vécue » par la population locale, du fait de l’offre récréative proposée. Là, au contraire, il s’agit d’envisager l’opportunité que constitue le développement des loisirs sportifs de nature au sein du parc national des Pyrénées. L’effet d’échelle, conséquent, est sans doute générateur de tensions et de conflits mais, potentiellement, ces différends peuvent être dépassés au nom d’« une démarche partenariale et contractuelle » et d’une meilleure prise en considération des intérêts de chacun. Depuis 2006, un nouvel outil a été mis au point, faisant suite à des années de conflits, compte tenu des intérêts spécifiques défendus par des groupes distincts : la « charte », qui devrait être validée en 2013, avec une nouvelle mission d’animateur du développement durable du territoire. C’est dans la mesure où l’offre d’activités sportives de pleine nature contribue « à l’amélioration des conditions de vue des populations locales, à la protection environnementale et à la création d’une économie viable » qu’elle sera fermement soutenue.

5Le cas du parc naturel régional de Chartreuse (France) est abordé par Yohann Rech et Jean-Pierre Mounet. En s’appuyant sur une sociologie des formes d’organisation (selon Michel Crozier et Erhard Friedberg) élargie aux réseaux, plus précisément à la « théorie de l’acteur-réseau » (selon Michel Callon et Bruno Latour), les auteurs ont concentré leur attention sur le site du col du Coq, dans le massif de Chartreuse, en réalisant une enquête par entretiens. Le site permet la pratique d’une grande variété d’activités sportives, l’hiver comme l’été, posant ainsi « la question de leur intégration au sein des espaces de pratique » dans la mesure où il s’agit de lieux de vie et de travail (activités pastorales, sylvicoles et cynégétiques). Outre les gestionnaires d’activité, des gestionnaires d’espace interviennent dans la mesure où le site relève simultanément de plusieurs « espaces protégés ». Au terme de cette enquête, Y. Rech et J.-P. Mounet établissent les deux constats suivants. Les gestionnaires disposant de prérogatives limitées tendent à proposer un mode de gestion plutôt autoritaire, cristallisant les positions de chacun, contrairement à l’attitude adoptée par les gestionnaires opérant sur la base de prérogatives fortes mais élargies. Le constat trouve son explication en considérant la variable générationnelle. « On assiste peut-être à la fin d’une génération de gestionnaires “biocentrés” » alors que les « nouveaux gestionnaires », du fait de l’évolution des formations, « sont beaucoup plus enclins à l’idée de participation et de concertation ».

6Dans le prolongement d’une thèse soutenue récemment, Maguy Moravie s’est intéressée à une forme de voile traditionnelle de l’Île de la Martinique, qui se dispute à bord des yoles ou des gommiers. Ces derniers tirent leur nom de l’arbre évidé dans lequel est confectionnée la coque : le gommien blanc (Dacryodes excelsa). Cette espèce étant menacée de disparition des forêts martiniquaises, les arbres sont prélevés dans l’Île de la Dominique par les descendants des autochtones caraïbes, selon des rites ancestraux dont ils sont les héritiers depuis des millénaires. L’auteur a croisé des témoignages anciens avec ses propres observations. Son étude lui donne également matière à s’interroger sur le « pillage » des ressources forestières de la Martinique. L’autre type d’embarcation à voile, la yole, nécessite l’utilisation d’une essence précieuse elle aussi, le « bois côte » (Tapura Latifolia), recherché pour sa solidité et son élasticité. Cruel constat que celui de l’étiolement progressif des savoirs écologiques anciens et traditionnels, alors même que l’essor des pratiques identitaires de la voile entend préserver l’intégrité d’un territoire exceptionnel et fragile, soumis à bien des convoitises.

7Abdellatif Naja a examiné avec minutie la problématique sport et développement durable au Maroc. Les autorités marocaines sont impliquées depuis la participation au Sommet de la Terre tenu à Rio de Janeiro en 1992. Cette volonté de bien faire, de « jouer le jeu » à l’échelle internationale, ne saurait masquer l’unanimité trompeuse qui entoure le concept de développement durable. Avec son impératif de profits économiques, le tourisme de masse s’accorde mal avec l’exigence de développement durable, y compris dans sa thématique sportive. Les mots d’ordre du Mouvement olympique international peuvent-ils y changer grand-chose ? « L’éducation à l’environnement ne se décrète pas », souligne A. Naja. Il s’agit d’un long processus d’apprentissage et d’appropriations « propres à la cosmologie de l’acteur social et en consonance avec le milieu dans lequel il évolue ». C’est son « site symbolique », selon une théorisation élaborée par Hassan Zaoual, alors que le « déficit éthique du néo-libéralisme » conduit à des stratégies de diversion et, pour emprunter une expression à Edgar Morin, à « de redoutables pouvoirs de manipulation ». La démesure, même contrôlée, n’est jamais le sens véritable de la mesure. Lorsque la médiation d’authentiques valeurs et principes d’action font défaut, la rhétorique du discours occupe la place, de façon naïve ou trompeuse. L’auteur le souligne. On retrouve ici, sur ce point, un fil d’analyse également démêlé par d’autres contributions.

8L’analyse développée par Émile-Jules Abalot, Pascal Dakpo et Abdou W. Kane envisage une autre perspective. Les trois universitaires africains obligent à un examen de la problématique « activités sportives et développement durable » en dehors de l’écologisation des pratiques qui gagne les sportifs des pays riches, bien étudiée par exemple par Christian Pociello. Ils ne s’en laissent pas compter de l’hégémonie de certains modèles sociaux ou culturels. Leur démarche ambitionne de repenser l’articulation du développement durable « autour du progrès économique, de la mixité sociale et du respect de l’environnement ». Ils forgent l’expression de « Sociétés sans technique complexe d’utilisation du corps » à faible impact sur l’environnement naturel. En Afrique, « la greffe de l’Olympisme », par exemple, n’a pas de prise sur la diversité des cultures physiques et autres formes de culture corporelle qui restent « vivaces dans les sociétés locales » et entretenues par des liens intergénérationnels. Or les formes traditionnelles et ludiques d’exercices physiques sont en adéquation avec l’environnement et la chronologie de l’année. Les travaux de l’anthropologue David Le Breton, par exemple, éclairent cette perspective. La force visible de la communauté, intégrant la nature, se double d’énergies invisibles. Impossible donc de concevoir l’univers du jeu et des défis physiques indépendamment d’une cosmogonie partagée. Face à la « délocalisation » qu’opère le sport dit moderne, les auteurs montrent, témoignages et preuves à l’appui, la capacité créatrice et recréatrice des sociétés africaines à produire « des moments et/ou des lieux de contournement des normes et des valeurs sportives dites universelles ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540