Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Troisième partie. Des activités sportives de pleine nature et des prises de conscience

La problématique du développement durable : un centre d’intérêt pour les milieux de l’escalade ?

Mylène Douet-Guérin

Texte intégral

  • 1 Le CNOSF a intégré le développement durable et l’environnement dans sa charte en 1996.
  • 2 La déclaration universelle du droit au sport dans la nature adoptée par le CNOSF en mai 1999 expose (...)

1L’escalade est une activité dite « de pleine nature ». À l’interface de plusieurs modalités de pratiques, l’imaginaire fort auquel elle renvoie favorise un esprit colonisateur des territoires de grimpe où la conquête physique des espaces rocheux n’est pas sans rappeler une « pulsion naturo-centrée », selon l‘expression utilisée par J. Corneloup (Corneloup, 1993). Par ailleurs, depuis une dizaine d’années, la notion de « développement durable » a fait une entrée remarquable dans le monde du sport1 motivant les politiques de communication de nombreuses institutions sportives dont le CNOSF (Comité national olympique du sport français) et la FFME2 (Fédération française de la montagne et de l’escalade, « FFME développement durable », 2011) entre autres. Bien que ce lien entre développement durable et sports de nature semble a priori évident, il révèle des réalités sociales et économiques qui restent à interroger. Il semble alors nécessaire de questionner la viabilité d’un sport « durable ». Au regard des impératifs financiers qui gouvernent le monde sportif, un sport durable (Gouguet, 2000, p. 34) est-il envisageable ?

2Il convient de rendre compte des discours portés par les institutions, d’en mesurer leur portée et de les confronter avec la réalité du pratiquant. Traduisons ces aspects sous une forme interrogative. Dans quelle mesure les fédérations prétendent-elles agir en faveur du développement durable à travers la gestion de la pratique de l’escalade ? Quelles conceptions du développement durable portent-elles ? Les pratiquants de sports de nature sont-ils plus à même d’incliner leurs actions vers le développement durable ?

3En premier lieu nous nous attacherons à définir les notions de « développement durable » et de « sports de nature » qui semblent être, par ailleurs, largement admises. Toutefois, leurs usages recouvrent des réalités souvent disparates, et il convient de les resituer et de les redéfinir par rapport aux discours qui en usent avant d’en mesurer leur portée. Ensuite, face à la diversité institutionnelle constatée au sein même de l’escalade (pas moins de trois fédérations en assurent la promotion), il semble opportun de distinguer les différents discours qui révèlent des positions identiques ou distinctes en ce qui concerne le développement durable. Enfin, nous aborderons l’application empirique de ces politiques fédérales en faveur du développement durable en s’appuyant sur les discours et représentations d’un groupe de grimpeurs qui réalisent une sortie en falaise.

Des définitions à préciser

Le développement durable : une notion à expliciter

4Pour comprendre l’impact de l’usage de cette notion dans les diverses sphères de la société, il est capital d’expliquer en quoi consiste le développement durable et quels en sont les objectifs.

Une conception d’intérêt public

5Apparue en 1987 suite au rapport Brundtland produit par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement, la notion de « développement durable » entend s’interroger sur l’évolution de la planète et apporter une solution quant à la préservation des ressources naturelles pour les générations futures. En s’appuyant sur la terminologie mobilisée, il conviendrait d’opérer une conjugaison croisée des trois piliers que sont la justice sociale, le progrès économique et la protection de l’environnement. Le rapport insiste plus particulièrement sur la protection des besoins. Il s’agit de « répondre aux besoins du présent, sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs » (Brundtland, 1987). Mettre en place un développement véritablement durable servirait à faire en sorte que, dans des domaines variés, les générations à venir puissent profiter des mêmes ressources que celles dont nous bénéficions actuellement.

6Communément, le développement durable est envisagé comme la protection de l’environnement, au détriment des piliers sociaux et économiques. Ainsi, même si ce que l’on est censé entendre par « développement durable » est plus global qu’une aspiration écologique à la protection de la nature, il est le plus souvent considéré comme une défense du milieu naturel. Ce qui, par ailleurs, apporte une caution à son rapprochement avec les sports de nature. En matière de développement durable, les discours des fédérations et des pratiquants l’apréhendent-ils de manière globale ou favorisent-ils un pilier de façon plus spécifique ?

Le développement durable peut-il s’appliquer aux faits sportifs ?

7Appliquer les problématiques du développement durable aux pratiques sportives nécessite d’abord de s’interroger sur la façon de considérer le sport comme un besoin. Au regard des exigences premières qui sont inhérentes à la vie (alimentation, logement, santé, justice, éducation), le droit à la pratique sportive nous semble déjà révélateur d’une exigence de vie que seules nos civilisations occidentales peuvent valoriser. Si nous admettons que pratiquer un sport constitue une nécessité pour la population, nous pouvons surtout reconnaître son influence sur la santé physique et psychique. Cependant, ne perdons pas de vue que la pratique sportive reste un luxe, un loisir auquel de nombreuses personnes n’ont pas accès, y compris dans les pays riches.

8Ensuite, au regard des trois piliers que le développement durable entend réguler, on peut s’interroger sur le rôle que le sport aurait à jouer pour chacun d’entre eux. Nous reconnaissons l’impact social que le sport est, voire serait censé opérer sur la population (INSERM, 2008). Nous admettons les effets qu’il produit sur notre économie en tant qu’objet marchand de spectacle, concernant le matériel ou les investissements financiers (Andreffet Nys, 2002). Nous pouvons aussi souligner son influence sur notre environnement par rapport aux infrastructures qui lui sont nécessaires. Mais dans quelle mesure le fait sportif peut-il ou pourrait-il apporter un bénéfice aux problématiques du développement durable ?

Les sports de nature, un ensemble hétérogène de pratiques

Un flou sémantique

9L’expression « sports de nature » pour désigner les APS (activités physiques et sportives) se déroulant en milieu naturel n’a pas toujours été la seule pour caractériser ces pratiques. Nous pouvons même souligner l’indétermination qui entoure la catégorie sémantique des sports de nature. On a tour à tour évoqué les sports de plein air, où la portée hygiéniste est importante, et les APPN (activités physiques de pleine nature), où l’apport éducatif et ludique du support naturel est valorisé. L’utilisation actuelle du vocable « sport de nature », assez récente, fait « référence à une représentation de la nature davantage plurielle, partagée et menacée dont on cherche à profiter tout en la protégeant » (Bessy, 2006b, p. 13). Ces différentes façons de nommer ces pratiques sont révélatrices d’une conception variée de la nature, à la fois comme idéal philosophique et comme terrain d’aventure.

La spécificité du milieu

10Les sports de nature s’inscrivent dans un vaste ensemble comprenant les loisirs, le tourisme et l’environnement. Le tourisme sportif de nature répond aux attentes d’individus qui envisagent leur temps de loisirs comme un « retour aux sources » vers un milieu naturel. Le cadre d’exécution, de réalisation et de déplacement semble en effet plus à même de recevoir de l’attention de la part de ses usagers qu’un autre milieu, aménagé, voire aseptisé.

  • 3 Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, 2008, p. 1 : « Entre 2001 et 2006, l (...)

11Les sports de nature sont très hétérogènes en ce qui concerne l’aménagement, l’équipement, le niveau de risque, la technicité ou l’engagement personnel (Mounet, 2007). On leur reconnaît un aspect utilitaire concernant le déplacement en milieu naturel, même si l’incertitude du milieu s’est modifiée au cours du temps. En effet, nous avons assisté à une démocratisation de ces activités qui ont progressivement entraîné une sécurisation des lieux de réalisation et une augmentation massive du nombre de pratiquants3.

  • 4 Comme Philippe Bourdeau ou Éric Boutroy.

12Ainsi, ces sports font preuve d’une empreinte humaine importante concernant l’aménagement des sites ou le matériel utilisé, qui entraîne un impact environnemental conséquent. En fait, la catégorie « sport de nature » relève plus d’une caractérisation sémantique que d’une réelle qualification objective. De nombreux sociologues4 travaillant sur le sujet l’ont révélé. Pour l’anthropologue P. Descola, qui travaille sur la relation entre la nature et la culture, cet antagonisme n’existerait qu’en Occident. Notre conception occidentale de la nature correspond à une cosmologie, une organisation du monde socialement construite et favorisée, qui ne serait qu’une version parmi d’autres possibles sur l’agencement entre les hommes et les autres entités. De la même manière, les sports de nature apparaissent comme une entité générique qui s’appuie sur cette même conception « fantasmée » de la nature comme prétexte à l’affrontement, au défi.

Développement durable et sports de nature, un lien évident ?

13Notre problématique entend s’appuyer sur les pratiques sportives qui semblent plus à même de s’accorder aux questions correspondant au développement durable. Deux questions peuvent être formulées. Des pratiques conviennent-elles mieux au développement durable selon un critère spécifique ? Peut-on trouver, de ce point de vue, une cohérence dans leur milieu d’exécution, leur rapport à la compétition ou encore la relation entre les pairs ?

14De manière ordinaire, si des activités peuvent intervenir dans le développement durable, les sports de nature apparaissent les plus légitimes pour répondre à ces problématiques, eu égard à leur milieu de réalisation. Pourtant, la massification des activités a entraîné différents effets pervers comme une spécialisation accrue du matériel, une augmentation spectaculaire des pratiquants. Selon le modèle des constructions identitaires observables chez les pratiquants de loisir sportif de nature, l’idéal de la découverte est encore présent avec une identité fusionnelle et éco-citoyenne importante, où le corps serait « écologisé » (Bessy, 2005 p. 24). Cependant, toutes ces composantes ne correspondent pas aux attentes du développement durable.

15Ainsi, les sports de nature apparaissent en contradiction avec certaines caractéristiques des sports contemporains, approuvés par l’institution, surtout à propos des thèmes concernant le rapport à la compétition et à la normalisation. De plus, ces pratiques institutionnelles sont apparues lors de l’avènement des sociétés industrielles. Or ces mêmes sociétés sont considérées comme responsables des maux qui ont abouti à la nécessité d’un développement durable.

L’escalade

16Le rapport entre le sport et le développement durable est donc analysé à travers une pratique précise : l’escalade. Il s’agit ici de mettre au jour les liens susceptibles d’être effectifs entre le développement durable et la pratique de l’escalade. Cette dernière est à l’interface de différentes identités. Ses milieux de réalisation et ses modalités d’exécution sont divers : du bloc (à Fontainebleau) aux structures artificielles (en gymnase ou salles privées) ou aux voies (des falaises). La pratique de l’escalade se situe aux extrémités d’un milieu naturel et sauvage et d’un environnement aseptisé et régulé par l’institution.

17À travers le discours de fédérations dispensant cette activité et celui des grimpeurs, nous allons voir si les pratiquants d’un sport de nature entretiennent un rapport spécifique avec ce milieu naturel. Les déclarations des fédérations proviennent de documents consultables sur Internet et disponibles à leurs sièges ou des revues fédérales. Celles des grimpeurs viennent d’entretiens semi-directifs effectués par nos soins lors de sorties du club en falaise.

Les fédérations en charge de la pratique de l’escalade

Trois fédérations pour une pratique

18Si le mot « fédération » est mis au pluriel, c’est que l’organisation de l’escalade en France est particulière. Il existe une fédération délégataire de l’État : la FFME (Fédération française de la montagne et de l’escalade), fondée en 1945. C’est la seule qui puisse organiser des championnats de France et décerner un titre de champion. À ses côtés se pressent deux fédérations affinitaires : la FFCAM (Fédération française des clubs alpins de montagne), qui joue un rôle important dans les discours autorisés portés sur la montagne depuis de nombreuses années, ainsi que la FSGT (Fédération sportive et gymnique du travail) qui privilégie une pratique pour tous et qui s’est tournée vers l’escalade pour garantir l’autonomie de ses pratiquants. Les grimpeurs se répartissent dans les trois fédérations qui sont toutes porteuses d’un discours sur l’escalade et le développement durable. Il convient de préciser que ces trois fédérations sont conjointement en concurrence pour produire un discours sur leurs propres pratiques. Elles s’opposent entre elles du point de vue politique et ont ainsi des stratégies différentes en matière de discours et d’actions.

Le développement durable, confusion et rapprochement avec la protection de l’environnement

19Comme nous l’avons déjà évoqué, l’amalgame est facile à faire entre « développement durable » et « protection du milieu naturel », et ce, même au sein des fédérations de sports de nature.

Ressources individuelles des adhérents et ressources collectives des fédérations

  • 5 Article 1 charte des Activités Physiques et Sportives de la FSGT.

20La FFME a élaboré une charte fédérale de l’environnement, la FFCAM (anciennement CAF : Club alpin français) a institué une charte de la montagne (dès 1994) et la FSGT a inclus le développement durable comme principe premier de sa charte sur les APS, même si elle reconnaît que « la dimension environnementale est une composante essentielle du développement durable, mais ne se résume pas à cela5 ». De fait, la FSGT paraît avoir une approche plus globale dans son propre discours porté sur le développement durable que les deux autres fédérations.

21Les documents de la FFME, en tant que fédération délégataire, mentionnent la politique générale du ministère et la charte du CNOSF. Ainsi, ces textes prennent en compte les débats existants sur le réchauffement climatique par exemple. Pour leurs adhérents, les cadres se positionnent sur un mode prescriptif à propos du recyclage, de l’achat raisonné des aliments, et la fédération s’oriente sur des actions comme le chiffrage des gaz à effet de serre, le calcul de l’empreinte écologique ou encore la mise en place de manifestations estampillées « développement durable ».

22Depuis 1976, la FFCAM dispose d’une commission de la protection de la montagne agréée par le ministère de l’Environnement au titre de protection de la nature. Bien avant que la notion de « développement durable » prenne l’ampleur médiatique actuelle, le CAF a porté depuis longtemps un discours de protection et de préservation de la montagne.

  • 6 Charte de la montagne adoptée par l’assemblée générale de la FFCAM en janvier 2010.

23Comparé à la FFME, le CAF inscrit davantage ses actions fédérales dans une globalité sans chercher à transmettre des préceptes à suivre, sinon de rendre compte des actions entreprises par la fédération. La charte insiste sur certains points comme « le respect du cadre de vie des populations » ; elle souhaite « privilégier une vision à long terme »6. Les actions entreprises s’inscrivent clairement dans une protection du patrimoine naturel, comme la sauvegarde des espèces protégées ou encore le pointage des menaces pesant sur le milieu montagnard (surfréquentation, excès d’équipement, phénomène d’urbanisation menaçant les espaces naturels…).

Les fédérations font le pari de « l’écocitoyenneté » de leurs adhérents

24Sans chercher à se montrer uniquement prescriptives dans leurs propositions, les fédérations font le pari que leurs adhérents sont volontairement attirés par le développement durable, du moins par la protection des espaces naturels. Selon le directeur technique national de la FFCAM,

  • 7 Entretien réalisé le 5 mai 2011 avec le DTN du FFCAM.

le club alpin ne fait pas du développement durable pour du développement durable ; on dit simplement, et on l’a toujours pensé, que quand on fait des sports nature, eh bien, du coup on a des comportements différents par rapport à la nature qui se sont créés parce qu’on a un lien plus direct7.

  • 8 Entretien réalisé le 20 mai 2011 avec le responsable développement durable de la FFME.

25Le responsable du développement durable à la FFME reconnaît quant à lui que « la fédération peut déployer de multiples plans d’actions, c’est vrai, mais sans l’adhésion de tous, au quotidien, la pratique éco-responsable et durable restera un vœu pieu8 ». C’est à travers la prévention et la formation que les adhérents peuvent évoluer en faveur du développement durable. Selon le responsable du développement durable à la FFME, la fédération a alors une part importante de responsabilités pour orienter les pratiquants sur ces problématiques.

  • 9 Entretien réalisé le 24 mai 2011 avec une personne du comité des sports de nature FSGT.

26A contrario, pour un des membres du comité des sports de nature de la FSGT, les grimpeurs sont « peu sur le défi écologiste qui est souvent perçu par les pratiquants de sports de nature comme un risque de réduction de la pratique… même s’ils la trouvent magnifique, d’ailleurs9… »

27Pour autant, le pari consiste à penser que les grimpeurs ont tous une inclination pour la protection du milieu dans lequel ils évoluent, avec des degrés dans leur implication. Ne perdons pas de vue que, malgré toutes ces bonnes volontés, la grimpe en falaise a un impact certain sur le milieu, par rapport aux équipements ou aux passages répétés des grimpeurs (sur les chemins d’accès à la falaise). Nombreux sont d’ailleurs les topos d’escalade qui incitent le grimpeur à préserver la faune et la flore lors de son passage sur ces sites.

Une légitimité différente par rapport aux discours mis en valeur

28Si les fédérations évoquent le développement durable, elles ont toutes une légitimité distincte pour le faire.

29La FFME, en tant que fédération délégataire, doit suivre la politique de communication du mouvement sportif. Elle est directement concernée par certains points (notamment en matière d’équipement) car elle gère les conventions sur les partages territoriaux concernant les falaises d’escalade.

30La FFCAM jouit du prestige historique dont le CAF a profité au niveau de l’alpinisme et se doit de poursuivre un discours en faveur de la protection de la nature. En outre, c’est la fédération qui s’occupe des refuges en montagne (au nombre d’environ 130 en France) et elle entend gérer ces infrastructures de manière durable. L’exemple du refuge du Goûter, au mont Blanc, va dans ce sens en privilégiant une « gestion des ressources et énergies pour une totale autonomie », avec une volonté d’« agir local pour penser global », comme l’affirme la plaquette.

31La FSGT entend poursuivre ses engagements en faveur d’un sport pour tous, en privilégiant l’accès à l’autonomie de ses pratiquants. En fait, on se rend compte que dans le discours, la FSGT favorise plus le volet social du développement durable que l’aspect environnemental. Ainsi, en refusant une pratique ultra compétitive qui privilégie le professionnalisme, la fédération a toujours pris en compte les impératifs sociaux en favorisant des valeurs humanistes, notamment à travers son mode d’organisation qui insiste sur une gouvernance partagée.

La spécificité de la pratique sportive : l’escalade

32L’escalade est née de la rupture avec l’alpinisme jugé trop aristocratique. Cette discipline a pris son essor tout au long du processus de massification des activités de pleine nature et a dû composer avec des impératifs tels que la sécurisation de ses sites. Ainsi, tout ce qui concerne le matériel et les équipements des falaises est primordial et joue un rôle conséquent sur le développement durable. Les entreprises de matériel l’ont bien compris en insistant, elles aussi, sur un discours environnemental à propos de l’utilisation et de la pérennisation du matériel.

33La FFME reconnaît que celui-ci est très « énergivore » et recommande de « vérifier que l’entreprise fabricante est active dans les domaines de l’environnement et du social » (Viens, 2009, p. 17). Un des membres du comité « sports de nature » de la FSGT reconnaît que la pratique de l’escalade peut être en contradiction avec les valeurs du développement durable. En effet, le matériel nécessaire se spécialise et il incite à en acheter davantage ou bien s’oriente vers le confort du grimpeur, au détriment d’une longévité plus importante de l’équipement. La réduction de la durée de vie du matériel semble relever d’un intérêt commercial pour augmenter les ventes.

  • 10 Charte de la montagne adoptée par l’assemblée générale de la FFCAM en janvier 2010.

34Le CAF, sur cette question, semble plutôt se positionner contre la FFME qui, en tant que fédération délégataire, doit apporter certaines garanties dans la pratique, notamment au niveau sécurité. La charte de la montagne stipule que « l’équipement des sommets et de leurs différents itinéraires d’accès doit échapper à tout plan d’équipement et à toute “gestion” normative sous prétexte de sécurité10 ». Cela leur permet de dénoncer l’organisation mercantile des loisirs qui transforme les paysages montagnards.

Les fédérations et leur argumentaire

35En premier lieu, on peut souligner l’hétérogénéité des discours apportés par les trois fédérations.

36La FFME répond aux attentes exprimées par le mouvement sportif, ce qui peut paraître en contradiction, par ailleurs, avec la notion de « développement durable ». Elle privilégie ainsi les compétitions de vitesse au grand dam de certains de ses adhérents qui estiment la pratique… dénaturée. Pour autant, la FFME dénonce certaines interdictions abusives à motifs sécuritaires ou d’origine naturaliste. Elle se doit donc de chercher au maintien du dialogue avec les parties concernées.

37La FFCAM, quant à elle, cherche à conserver son prestige tout en maintenant une visibilité institutionnelle. Au niveau du développement durable, elle a juste actualisé un discours qu’elle tenait déjà auparavant sous l’étiquette de la protection de la nature.

38Entre ces deux sensibilités, la FSGT tente de maintenir un fonctionnement basé sur l’autonomie des grimpeurs sans pour autant privilégier des annonces de discours porteurs sur le développement durable.

39Le pilier environnemental est principalement abordé par la FFME et la FFCAM. La FSGT s’inscrit davantage dans un pilier social, avons-nous noté, comme son rapport historique au sport le laisse entendre. Le pilier économique est abordé en termes de budget des pratiquants, pour évoquer le matériel nécessaire ou les achats de la vie quotidienne des groupes de grimpeurs.

40La contradiction qui anime ces fédérations est la suivante : il faut obligatoirement qu’elles vantent les pratiques dont elles assurent le développement pour être reconnues au niveau institutionnel, tout en considérant que la montagne et la nature appartiennent au grand public. Conjointement, elles sont confrontées à la nécessité de restreindre les effets que ce public provoque sur ces milieux naturels tant il est vrai que la surfréquentation d’un site finit par avoir un impact dommageable.

Les représentations des pratiquants et observations in situ

41Notre étude s’est poursuivie à travers une observation participante et des entretiens semi-directifs menés au sein du club d’escalade dont nous sommes sociétaire. Ce club est fédéré par la FSGT et se situe à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis. La pratique régulière se déroule dans le gymnase, sur structures artificielles. Il est ouvert trois fois par semaine et organise des sorties en falaise cinq fois par an, principalement en Bourgogne (de par la proximité géographique), parfois dans le sud de la France, ou alors à Fontainebleau aux beaux jours. Nous allons d’abord nous arrêter sur le déroulement des sorties avant d’évoquer le discours des grimpeurs sur le « développement durable ».

Les sorties en falaises (extrait du journal de bord)

Nous partons pour le refuge du CAF de Vauchignon pour aller escalader sur les falaises de Cormot le grand. Comme d’habitude, le départ se fait de la mairie de Saint-Ouen. Nous sommes douze pour cette sortie et prenons donc trois voitures. Les frais d’essence sont pris en charge par le club. Il peut être compliqué de se déplacer en train lors des sorties du club, la voiture est souvent nécessaire pour aller jusqu’à la falaise. De plus, le lieu du gîte et le site de grimpe sont bien souvent éloignés.
Quand nous arrivons au gîte, il faut organiser et rendre vie au gîte qui n’est pas toujours habité : remettre le gaz, allumer le frigo, ranger les courses que nous avons préalablement faites en centre commercial en région parisienne. Le gîte de Vauchignon comporte plusieurs affiches nous incitant à faire le tri sélectif des déchets dans les poubelles correspondantes. Nous pouvons trier les déchets communs et les emballages, le verre se situant dans un container à l’entrée de Cormot. Cette sortie est prévue pour trois jours et deux nuits. Nous devons donc prévoir deux petits-déjeuners pour douze, un pique-nique pour douze (le premier pique-nique du jour d’arrivée restant à notre charge), un repas du soir pour douze. Généralement nous faisons des pique-niques à la falaise le midi et cuisinons le soir au gîte, tout le confort étant à notre disposition (frigo, four, eau chaude pour la vaisselle…). Nous faisons également un repas au restaurant dans les environs du gîte. Quand nous partons sur la falaise, nous nous assurons d’emporter notre matériel personnel pour pouvoir grimper, nos pique-niques, de l’eau dans des bouteilles en plastique ou des gourdes et un sac plastique pour récupérer nos déchets. De manière personnelle, j’emporte toujours avec moi un cendrier de poche, étant fumeuse à l’occasion. Quand nous arrivons au petit village de Vauchignon, nous ne rencontrons que peu de monde, ou seulement d’autres grimpeurs sur la falaise. Le voisin direct du gîte s’occupait de l’accueil des arrivants auparavant, mais depuis quelques années, il est possible d’accéder au gîte avec un code pour ouvrir la porte. Nous croisons donc très rarement des habitants du village. Au niveau de la consommation locale que le club peut avoir, nous achetons juste du pain ou les produits qui nous manquent. Nous ne privilégions pas trop l’achat local. En même temps, sur des sorties de deux ou trois jours, nous n’avons pas tellement le temps. Cela se passe différemment lors des sorties d’une semaine aux beaux jours comme pour l’achat des melons sur la route quand nous sommes allés grimper dans les Alpilles.

  • 11 Entretien réalisé le 10 mai 2011 au club d’escalade de Saint-Ouen, Seine Saint-Denis.

42Abordons uniquement les points qui concernent le trait environnemental du développement durable, et ce pour deux raisons. La première est que la réalité de la vie quotidienne d’un groupe de grimpeurs sur une sortie de deux ou trois jours se passant en majorité à la falaise permet difficilement de repérer quelles actions peuvent être entreprises sur place et quels impacts elles pourraient potentiellement avoir sur le plan économique, social et environnemental. La deuxième se rapporte aux discours des personnes présentes en sortie : il semblerait qu’à travers le milieu de réalisation de notre pratique, la falaise, les grimpeurs n’évoquent que le pilier environnemental. Tout se passe comme si les pratiquants de sports dits de nature voulaient orienter leurs actions vers une protection de celle-ci. En d’autres termes, ils auraient un rapport particulier avec elle, de par le cadre d’exécution de leur pratique sportive. Comme le revendique Vivien, grimpeur du club et professeur d’EPS (il s’occupe de l’association sportive « escalade » au sein de son collège) : « T’entretiens un rapport pas simplement de respect avec la nature mais vraiment, presque de fusion, quoi, et ça, à mon avis, ça dépasse le simple respect ou une préservation, c’est que là, y’a quelque chose qui nous dépasse, on fait corps, on se nourrit vraiment de la nature11… » De ce point de vue, la nature à protéger peut se faire également protectrice. Cette expérience fusionnelle ne s’accorde pas forcément, dans l’immédiat, avec une démarche rationnelle.

Quelles actions possibles pour un groupe de grimpeurs en sortie ?

43De même, lors de la passation des entretiens, sur le thème des actions possibles à promouvoir pour le développement durable, la plupart des réactions s’orientent vers des actions de type « protection de la nature » avec par exemple des réponses comme : « on doit respecter notre environnement naturel », « il ne faut pas laisser de déchets sur place » ou encore « il faut respecter l’environnement et la propreté du site ». Par moments, les piliers sociaux et économiques sont abordés mais de manière très succincte comme l’évoque un avis mettant en avant l’obligation d’« éviter de créer des parkings au pied du site ». Ceci témoigne de la considération que les grimpeurs doivent avoir pour les populations locales ou encore vis-à-vis du site, par le fait d’« utiliser du matériel de marques ayant une politique de développement durable ».

  • 12 Professeur en économie de l’environnement à l’Université Paris-X. Gilles Rotillon est l’auteur de p (...)

44Lorsque nous proposons de formuler une définition du développement durable, de nombreux termes proches de la définition du rapport Brundtland cités en introduction sont abordés : « on doit penser aux prochaines générations », « il faut avoir un comportement qui ne considère pas que l’instant présent » ou encore « c’est un développement économique qui permet la préservation des ressources écologiques et énergétiques pour le développement des générations futures ». Il apparaît qu’il existe une différenciation entre les actions individuelles et les ressources collectives que peut mettre en place une fédération. Les seules démarches individuelles sont celles que Gilles Rotillon12 dénonce comme « la stratégie des 1 000 gestes », qui est notamment valorisée dans l’éducation au développement durable ; mais il est rarement fait mention des actions que les politiques doivent mener en ce sens.

45Car concrètement, si l’on souhaite s’intéresser au développement durable et l’appliquer à notre pratique de l’escalade, la question qui s’impose concerne la durabilité de notre activité. La pratique de l’escalade sur falaise est-elle durable ? Notre pratique d’aujourd’hui permettra-t-elle aux générations futures de grimper ? Rien n’est moins sûr lorsque l’on constate l’état d’usure de certaines voies de falaises (notamment dans les niveaux débutants) où la roche est particulièrement patinée. Il faudrait que l’on puisse évaluer l’impact de notre activité sur l’usure de la roche et à ce moment-là, on pourrait peut-être privilégier une attitude qui corresponde réellement à l’association entre développement durable et escalade. Par exemple, il existe une convention de l’escalade durable entre la FFME, la FFCAM, la FSGT et l’ONF (Office national des forêts) en ce qui concerne la forêt de Fontainebleau où la pratique de blocs est importante. Ce massif forestier jouit d’une flore spécifique que les différentes institutions entendent protéger tout en permettant à leurs adhérents de poursuivre leurs activités de grimpe. Quant aux problèmes des voies patinées, les gestionnaires des sites évoquent des solutions à base de scellement granuleux ou autres. Mais l’escalade est une pratique qui repose sur une éthique spécifique sans cesse redéfinie par ses pratiquants. Cette éthique sert de présupposés normatifs à l’exécution d’une véritable escalade sur parois naturelles (clous pour la progression, utilisation parcimonieuse de la magnésie, etc.).

46En fait, comme l’ont souligné les responsables des fédérations rencontrés, les grimpeurs sont des personnes qui ont un rapport relativement respectueux avec la nature du point de vue environnemental, c’est-à-dire qu’ils l’apprécient et cherchent à la protéger à travers des gestes simples et à portée de tous, comme le fait de ramener ses déchets de la falaise. Ensuite, en sortie, chaque personne, en fonction de sa personnalité, propose sa conception de la vie en groupe et la manière de la gérer. Le fait de vivre les uns sur les autres pendant plusieurs jours engendre aussi des concessions sur des façons de faire (d’éplucher les légumes, de faire la vaisselle, de faire le tri, d’utiliser l’eau…) qui sont symptomatique d’un « vivre ensemble » et d’une confrontation pacifique des générations.

47Le fait d’évoquer le développement durable lors d’une sortie en falaise avec notre club a provoqué de nombreuses discussions. Des opinions contraires y ont été défendues. Martin (52 ans) évoque son exaspération face aux injonctions politiques qui poussent le citoyen à agir de manière individuelle ; par contestation il préfère… ne pas faire le tri. Ces échanges prouvent également que de nombreux fantasmes circulent à propos de certains points : « Ils nous disent de faire le tri, mais après ils emmènent tout au même endroit alors cela ne sert à rien ! » Toutes ces discussions, nous pourrions multiplier les illustrations, ont montré que les grimpeurs ont une certaine sensibilité envers le thème du développement durable. Ils veulent avant tout que leur pratique actuelle n’ait pas un impact trop conséquent sur la nature. Ils se sentent surtout démunis d’avoir pour seule ressource des gestes individuels sans que les pouvoirs publics n’agissent plus en profondeur. Comme le dénonce Vivien :

J’arrive jamais à me situer et c’est évident que c’est au citoyen de prendre conscience du truc pour que le politique suive, pour que le politique sente que, d’un point de vue électoral, que ça a pénétré la population et que maintenant, ça s’inscrit dans des mœurs, dans des actes, et en même temps, les politiques, ils ont le beau jeu de justement s’arrêter à ce stade là, c’est-à-dire, c’est avec les petits gestes, faites ci, faites ça et tout ira bien, alors que non, si moi, je bouge à mon échelle, c’est pour que les politiques prennent leurs responsabilités mais véritablement !

48Ensuite, il faut souligner que si les grimpeurs ont une attirance certaine pour la protection de la nature, s’ils n’ont pas inscrit les problématiques du développement durable dans une véritable volonté politique d’organisation de leur vie, notamment en matière d’achats et de consommation personnelle (alimentation, matériels divers…), ils n’ont que peu de ressources pour avoir une action véritable sur le pôle économique et social.

Conclusion

49Concernant le rapport que les sportifs entretiennent avec la problématique du développement durable, il ne semble pas y avoir de lien avéré. Si les grimpeurs apprécient l’espace naturel dans lequel ils évoluent, ils sont tentés d’en prendre soin. Mais tant que le développement durable sera synonyme de protection de l’environnement, les grimpeurs n’auront que peu de ressources à déployer en sa faveur. Les piliers économiques et sociaux sont minimisés et ce n’est pas parce que nous ramenons nos détritus de la falaise que nous agissons au nom du principe du développement durable. Il existe un véritable mésusage du terme « développement durable » qui reste employé par un grand nombre de structures sans que sa définition ne soit effective.

50Ajoutons que la représentation qui nous oriente à la fin de cette étude repose sur le fait que le développement durable n’est qu’un thème favorable à la bonne image que les institutions veulent donner d’elles-mêmes. Au niveau des institutions sportives, nous avons davantage l’impression d’être sur des déclarations d’intentions et des stratégies de communication que sur de réelles actions en faveur du développement durable. Ensuite, à l’échelle individuelle ou collective d’un club d’escalade, les gestes possibles sont restreints et témoignent d’une volonté d’action en faveur de la préservation d’un milieu dont les grimpeurs entendent profiter pour pouvoir réaliser leur sport. En fait, les sports de nature et leurs fédérations attitrées semblent légitimes pour se préoccuper du développement durable tout autant que les fondations de grands clubs de football dans une logique de responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) apportent des projets en faveur de l’intégration de la jeunesse à travers la pratique sportive. Les uns sont mieux reconnus pour agir en faveur de l’environnement ; les autres s’orientent vers des préoccupations d’ordre social ; et finalement tous agissent pour le développement durable.

Bibliographie

Bibliographie

Andreff Wl., Nys J.-Fr., Économie du sport, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2002.

Bessy O., « Loisirs sportifs de nature et développement touristique durable à la Réunion, synthèse des recherches (1996-2006) » in Bessy O., Loisirs sportifs de nature, nouvelles technologies et développement touristique durable à la Réunion, La Réunion, CURAPS, 2006.

———, « Du plein air aux sports de nature. Nouvelles pratiques, nouveaux enjeux in Corneloup J. (dir.), Sciences sociales et loisirs sportifs de nature, L’Argentière-la-Bessée, Éditions Fournel, collection « Sportsnature.org », p. 21-32.

Bourdeau Ph., « Les sports de nature : invitation à une géographie de l’entre-deux », dans Corneloup J. (dir.), Sciences sociales et loisirs sportifs de nature, L’Argentière-la-Bessée, Éd. Du Fournel, 2007, p. 51-63.

Boutroy É., « Insaisissable nature des APPN. Quelques réflexions d’un ethnologue » in Corneloup J. (dir.), Sciences sociales et loisirs sportif de nature, L’Argentière-la-Bessée, Éd. du Fournel, 2007, p. 65-76.

Corneloup J., Logique sportive et image de la nature en escalade 1993, document en ligne : http://www.sportsnature.org/telechargement/articles/Logiques_sportives_images_nature_escalade.pdf.

Douet Guérin Mylène, Pratiques sportives, normes et socialisation. Représentations sociales de la norme en basket-ball, escalade et paintball, thèse pour le doctorat de l’Université Paris-Descartes (mention STAPS, Sciences sociales), 2013.

« FFME développement durable », site de la Fédération française de la montagne et de l’escalade, 2011. Disponible sur : http://www.ffme.fr/developpement-durable/page/developpement-durable.html. Consulté en septembre 2011.

Gouguet J.-J., « Sport : logique économique et environnement : logique écologique », in Université de Limoges, Centre de Droit et d’Économie du Sport, Centre de Recherches Interdisciplinaires en Droit de l’Environnement, de l’Aménagement et de l’Urbanisme, Sports de pleine nature et protection de l’environnement, Limoges, PULIM, 2000, p. 352.

INSERM (Expertise collective), Activité physique. Contextes et effets sur la santé, Paris, éd. de l’INSERM, 2008.

Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, « Les sports de nature en France en 2006 », Stat-Info, Bulletin de statistiques et d’études, no 08-01, avril 2008.

Mounet J.-P., « La gestion environnementale des sports de nature : entre laisser-faire, autorité et concertation », Développement durable et territoires [En ligne], Varia, mis en ligne le 11 juin 2007. Disponible sur : http://developpementdurable.revues.org/3817. Consulté le 27 juin 2011.

Rotillon G., Faut-il croire au développement durable ?, Paris, L’Harmattan, 2008.

Documents consultés

Brundtland G.H., Notre avenir à tous, Rapport de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’ONU, 1987.

Charte fédérale de l’environnement, FFME, août 2002.

Charte de la montagne, adoptée par l’assemblée générale de la FFCAM, janvier 2010.

Charte fédérale pour l’organisation des activités physiques et sportives, FSGT, août 2009.

Viens S., « Développement durable : derrière les mots, les actes », Direct Cimes, octobre 2009, no 47.

Notes

1 Le CNOSF a intégré le développement durable et l’environnement dans sa charte en 1996.

2 La déclaration universelle du droit au sport dans la nature adoptée par le CNOSF en mai 1999 expose les droits et devoirs des pratiquants.

3 Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, 2008, p. 1 : « Entre 2001 et 2006, les adhésions ont augmentés de 20,5 % dans les fédérations sportives de nature. »

4 Comme Philippe Bourdeau ou Éric Boutroy.

5 Article 1 charte des Activités Physiques et Sportives de la FSGT.

6 Charte de la montagne adoptée par l’assemblée générale de la FFCAM en janvier 2010.

7 Entretien réalisé le 5 mai 2011 avec le DTN du FFCAM.

8 Entretien réalisé le 20 mai 2011 avec le responsable développement durable de la FFME.

9 Entretien réalisé le 24 mai 2011 avec une personne du comité des sports de nature FSGT.

10 Charte de la montagne adoptée par l’assemblée générale de la FFCAM en janvier 2010.

11 Entretien réalisé le 10 mai 2011 au club d’escalade de Saint-Ouen, Seine Saint-Denis.

12 Professeur en économie de l’environnement à l’Université Paris-X. Gilles Rotillon est l’auteur de plusieurs analyses et publications sur l’escalade.

Auteur

ATER FSMS Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis, Docteur de l’Université Paris-Descartes, mention STAPS, Sciences sociales, GEPECS (EA 3625).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540