Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Troisième partie. Des activités sportives de pleine nature et des prises de conscience

Des directives générales de préservation du développement durable à leur application concrète : La Médocaine (la randonnée en vélo tout-terrain), un exemple d’éco-responsabilité ?

Bernard Gresser und Christian Dorvillé

Volltext

1Conséquence du développement des loisirs et du tourisme sportif, le nombre d’événements sportifs est en progression constante depuis une vingtaine d’années. À l’échelle de la France, on décompte aujourd’hui environ 100 000 manifestations sportives par an (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), 2007). Outre ce saut quantitatif, se développent surtout ce qu’on appellera les manifestations sportives de masse (Gresser et Bessy, 1999, p. 25-44). Aux événements à caractère compétitif réservés à des experts, à des initiés et organisés par les clubs, se sont ajoutés des événements ouverts au plus grand nombre, centrés sur la recherche du développement personnel, du délassement (bien-être, entretien physique, santé), du divertissement et de la convivialité, voire sur la découverte d’un territoire. Ces manifestations sont gérées par différents types d’organisation (associations sportives, collectivités territoriales, sociétés événementielles).

2En se plaçant du point de vue des organisateurs, cette évolution, des années 1990 à nos jours, peut être caractérisée par quatre étapes. Tout d’abord, il a fallu garantir le bon déroulement de la manifestation. Compte tenu de l’augmentation du nombre de participants, il a fallu aussi assurer la sécurité de ceux-ci. D’ailleurs, des lois et des décrets ont été votés engageant la responsabilité des organisateurs sur le plan juridique. En outre, le marché événementiel sportif se développant, il a été nécessaire d’envisager une stratégie marketing pour valoriser sa propre manifestation, se démarquer d’autres initiatives et faire face à la concurrence. Aujourd’hui, une nouvelle dimension apparaît : celle de l’éco-responsabilité.

3Le développement durable fait l’objet actuellement de nombreux discours et actions dans divers domaines. Aussi, le monde sportif ne peut-il pas être étranger à cette tendance. Mais qu’entend-on par « développement durable » ? La définition proposée par Gro Harlem Brundtland (1987), responsable du rapport de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement, fait aujourd’hui consensus. Le développement durable est considéré comme « un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

4Le développement durable se veut être un processus d’évolution qui concilie l’écologique, l’économique et le social, établissant ainsi un cercle vertueux entre ces trois pôles. C’est un développement économiquement efficace, socialement équitable dans la mesure où il contribue à l’amélioration des conditions de travail, et écologiquement soutenable dans un souci de préservation et de mise en valeur de l’environnement. Sur ce dernier point, cela signifie concrètement que l’homme peut utiliser les éléments naturels qui l’entourent tout en les préservant et en s’assurant de leur renouvellement. « Cette notion fondamentale oblige à s’interroger sur la finalité sociale de nos actes et sur le devenir de la planète. » (Slim, 2004) La modification des comportements et des activités de l’homme, toutes générations confondues, est devenue nécessaire.

5Le fait d’en parler peut avoir une influence sur l’évolution des mentalités de nos populations. Mais est-ce une mode ? Ce concept est-il bien compris ? Cette tendance sera-t-elle suivie d’effets durables dans la réalité ? Est-ce désormais une démarche indispensable pour les organisateurs d’événements sportifs ?

6Le paradoxe d’un événement sportif, c’est qu’il est avant tout ponctuel, éphémère, mais qu’il est aussi nécessaire de le développer, de le pérenniser. Les organisateurs doivent assurer un succès durable de l’événement sur les plans sportif, financier et public.

7Il sera intéressant de s’interroger tout d’abord sur les rapports entre événements sportifs et développement durable en répertoriant les différents outils mis en place ou à venir, en particulier dans les sports de nature qui se pratiquent en milieu naturel, agricole, forestier et terrestre, comme le vélo tout-terrain. Nous tenterons ensuite d’étudier comment le développement durable à l’échelon local est pris en compte dans le cadre de l’organisation d’une manifestation sportive, telle la randonnée en vélo tout-terrain (VTT) : La Médocaine. Quels impacts une telle opération engendre-t-elle ? Quelles sont les mesures prises pour préserver cet espace socio-économique, patrimonial et géographique ? Quelle démarche durable les organisateurs envisagent-ils ? Pour réaliser cette étude empirique, l’observation participante a été combinée avec la passation d’une série d’entretiens semi-dirigés auprès des dirigeants.

Une multitude d’outils régissant les rapports entre événements sportifs et développement durable

Le développement durable s’institutionnalise dans tous les domaines

8Ce concept défini en 1987 va donner naissance lors du troisième Sommet de la Terre, tenu à Rio, en 1992, sous l’égide de l’Organisation des Nations unies, à un plan d’action pour le xxie siècle appelé « Action 21 » ou « Agenda 21 ». Parmi les quarante chapitres élaborés, il en est un, le chapitre vingt-huit, qui s’adresse plus particulièrement aux collectivités territoriales pour participer et coopérer à la mise en place de ce programme à leur échelle. Il est vrai que

  • 1 www.developpement-durable.gouv.fr

ce sont les collectivités locales qui construisent, exploitent et entretiennent les infrastructures économiques, sociales et environnementales, qui surveillent les processus de planification, qui fixent les orientations et la réglementation locales en matière d’environnement et qui apportent leur concours à l’application des politiques de l’environnement adoptées à l’échelon national ou infranational1.

9Par ailleurs, l’instauration d’un dialogue, d’une concertation pour trouver des consensus avec les habitants, les associations et les entreprises locales, permet d’informer, de mobiliser et de partager des points de vue en faveur d’un développement durable. Ainsi naît l’Agenda 21 local.

10En France, des structures comme l’AMF (Association des maires de France fondée en 1907), l’Association 4D (Dossiers et débats pour le développement durable créée en 1993), le Comité 21 (réseau des acteurs du développement durable conçu en 1995) et le ministère en charge du Développement durable relaient ce travail aux différents niveaux territoriaux : régional, départemental, intercommunal et communal. Ils créent en 2006 l’Observatoire national des agendas 21 locaux, permettant de recenser l’ensemble des pratiques territoriales de développement durable, de les confronter et de construire ainsi des référentiels de « bonnes pratiques ».

11Dans de nombreux domaines, des instances se mettent en place et le sport n’est pas en reste.

Le sport participe à ce mouvement

  • 2 Charte olympique, Chapitre 1, point 2, paragraphe 13, en vigueur le 7 juillet 2007.

12En 1996, le mouvement olympique sportif, par l’intermédiaire du CIO (Comité international olympique), s’engage à travers la charte olympique sur la protection de l’environnement. En 1999, il publie son Agenda 21 où il préconise l’application du développement durable à l’ensemble des acteurs sportifs, en reprenant les vingt-sept principes de la déclaration de Rio. Les Jeux olympiques de Sydney (2000) sont les premiers à prendre en compte cette dimension. En 2004, le respect de l’environnement devient officiellement le troisième pilier de l’olympisme, avec le sport et la culture. Le comité d’organisation des Jeux olympiques d’été de Pékin (2008) et surtout celui des Jeux olympiques d’hiver de Vancouver (2010) tendent à répondre au mieux à la Charte olympique en matière de développement durable. « Encourager et soutenir une approche responsable des problèmes d’environnement, promouvoir le développement durable dans le sport et exiger que les Jeux olympiques soient organisés en conséquence2 », telle est l’exigence formulée par le CIO.

13En France, le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) adopte à son tour en 2003 l’Agenda 21 du sport, et le divulgue par l’intermédiaire des fédérations sportives. Parmi les vingt et un objectifs composant ce plan d’action, deux sont à prendre en compte en matière d’organisation d’événements sportifs respectueux de l’environnement. En effet, il est demandé de « gérer les manifestations sportives de manière responsable dans le respect des préconisations du développement durable » et de « s’impliquer dans une gestion respectueuse des sites, des paysages et de la nature ».

14Par ailleurs, la Charte européenne du sport (1992), révisée en 2001, s’engage également dans son article 10 sur ce point, plus particulièrement sur la prise en compte de la pérennité du bien-être des différentes générations et de la conservation de la nature et de l’environnement lors de la pratique des activités physiques et sportives, aussi bien par les organisateurs d’événements que par les participants.

  • 3 http://hub.coe.int/

Assurer et améliorer, d’une génération à l’autre, le bien-être physique, social et mental de la population, exige que les activités physiques, y compris celles pratiquées en milieu urbain, rural ou aquatique, soient adaptées aux ressources limitées de la planète et soient menées en harmonie avec les principes d’un développement durable et d’une gestion équilibrée de l’environnement3.

Un système de management environnemental s’élabore pour les événements : normes et outils

15S’il existe déjà des outils de management environnemental normalisés, telles les normes ISO 14000, d’autres sont en cours d’élaboration, notamment en vue des Jeux olympiques de Londres (2012).

16Il est important de retenir les normes ISO 14001 et 14004 (2004). La première instaure un système de management environnemental permettant plus particulièrement d’identifier et de maîtriser l’impact environnemental des activités d’une organisation de toute taille et de tout type et d’améliorer continuellement sa performance environnementale. La seconde est complémentaire. Elle fournit des lignes directrices et des explications utiles pour l’application de celle évoquée ci-dessus, afin de démontrer une gestion environnementale saine.

17La préparation de la norme ISO 20121, qui devrait être opérationnelle pour les Jeux olympiques de Londres (2012), contribue à cette orientation. En effet, elle vise à donner un cadre aux organisateurs d’événements afin qu’ils prennent en compte les différents aspects du développement durable lors de la conception et de la mise en œuvre d’un événement : le choix du lieu, la gestion de la chaîne logistique, l’approvisionnement, la communication, et le transport, entre autres. Elle peut s’appliquer à tous les types et tailles d’organisations et est adaptable à des situations géographiques, culturelles et sociales diverses. D’autre part, elle requiert que les organisations concernées soient conscientes du poids et de l’impact des relations qu’elles entretiennent avec la société, ainsi que des attentes de cette dernière en matière d’événements.

18La norme ISO 26000, elle aussi en cour d’élaboration, définit les axes directeurs relatifs à la responsabilité sociétale, applicables à tout type d’organisation. Elle vise à améliorer le processus global de fonctionnement d’une organisation et sa réflexion pour aboutir à une amélioration continue de ses performances vis-à-vis des impacts de ses activités sur la société et sur l’environnement, se traduisant par un comportement transparent et éthique.

19Fruit de nombreux échanges, un « collectif pour des événements responsables » composé de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), de l’Association des agences de communication événementielle (ANAé), de la Fondation Nicolas Hulot (FNH), de l’association Meduli Nature, de l’association Mountain Riders et de l’Union française des œuvres laïques d’éducation physique (UFOLEP) a créé en 2009 un outil d’autodiagnostic transversal et transparent pour déterminer les impacts environnementaux d’une manifestation sportive ou culturelle, nommé ADERE (Auto diagnostic environnemental pour les responsables d’événements). L’objectif est de tendre vers des événements plus éco-responsables en se posant les bonnes questions. C’est une démarche d’amélioration continue de l’ensemble de l’organisation lors de la conception ou de la réalisation d’une manifestation.

Les sports de nature se pratiquant sur des espaces naturels sont précurseurs en matière de développement durable

  • 4 Instruction no 04-131 JS du 12 août 2004.
  • 5 Les activités physiques de pleine nature se définissent comme étant « les activités à déplacement à (...)

20Contrairement aux stades, gymnases, piscines, patinoires, etc., les lieux où s’exercent les sports de nature ne sont pas conçus à l’origine pour ces pratiques physiques et sportives. Ils sont généralement utilisés par d’autres activités humaines, productives, résidentielles ou encore font l’objet d’autres objectifs comme la protection de la nature. Pourtant la définition des sports de nature adoptée par le législateur montre un positionnement lié avant tout aux espaces de pratiques et non aux sports de nature. En effet, pour ce dernier, c’est « l’ensemble des activités physiques et sportives qui s’exercent en milieu naturel, agricole et forestier – terrestre, aquatique ou aérien – aménagé ou non4 ». Les sports de nature ne se définissent pas à proprement parler. La nouveauté sociale de ces activités s’est accompagnée d’une absence d’encadrement juridique autre que purement sportif, ce dernier ne concernant en rien les sites locaux de pratique. Malgré cela, « outre les habiletés motrices qu’ils permettent de développer, ils concourent à la sensibilisation à l’environnement, à l’éducation du respect des autres et à la conciliation des usages. Ils favorisent également l’apprentissage du risque, de la solidarité et de l’autonomie » (Maudet, 2007, p. 19-26). Dès 1960, sur le plan de l’Éducation nationale, dans le programme d’EPS, ces sports de nature appelés dans ce contexte activités physiques de pleine nature, prenaient en compte le respect de l’espace traversé et la notion de pratique de loisir5.

  • 6 Loi no 2000-627 du 6 juillet 2000, Titre III, dans JORF du 8 juillet 2000.
  • 7 Loi no 2004-1343 du 9 décembre 2004, Art. 17 dans JORF du 10 décembre 2004.

21Successivement, les différentes lois sur le sport, depuis la loi Avice de 1984 à la création du Code du sport en 2006, prennent en compte les sports de nature. La loi modifiée sur le sport de 20006 appréhende les sports de nature dans une démarche de développement durable, en insistant notamment sur le respect des préoccupations liées aux territoires publics et privés et sur la prise en compte des populations locales. La loi modifiée de 20047 puis le Code du sport en 2006 demandent aux collectivités départementales la mise en place d’un plan de gestion des espaces, sites et itinéraires relatifs aux sports de nature (PDESI) et la constitution d’une instance de concertation : la Commission départementale des espaces sites et itinéraires relatifs aux sports nature (CDESI). Dans le cas de la Gironde, cette dernière a été constituée depuis environ deux ans.

22Au niveau du mouvement sportif Français, le CNOSF a créé en 1998 un conseil national des sports de nature pour promouvoir les pratiques sportives et les loisirs en milieu naturel dans la perspective du développement durable. Des fédérations sportives comme celle de la randonnée pédestre, du canoë-kayak, de la montagne et de l’escalade, des sports sous-marins, ont déjà réfléchi au développement durable et pris des initiatives, par exemple en élaborant des chartes de bon comportement. Il est vrai que les fédérations citées sont plus sensibles à cette thématique dans la mesure où ce sont leurs « terrains de jeux » qui sont exposés. Elles sont quotidiennement confrontées à la mise en cause de l’impact environnemental de leurs pratiques, liée à l’intensité de la fréquentation des lieux, et aux conflits d’usage qu’elles engendrent.

23Actuellement, il y a un véritable engouement pour les sports de nature qui auparavant n’étaient réservés qu’à quelques initiés. Ils participent à un mouvement de « naturalisation » (Pociello, 1995) et d’« écologisation » des pratiques sportives (Chazaud, 2000, p. 9-17). Ces sports s’installent dans la durée. De plus, ils contribuent à enrichir une dynamique spatiale qui va au-delà du sport, des territoires (Augustin et Bonnenfant, 2001, p. 63-72). Ils se développent également sur un plan touristique avec la croissance des loisirs sportifs de nature et du tourisme sportif. Aujourd’hui, près de 65 % des Français, soit deux personnes sur trois âgées de 15 ans et plus, déclarent avoir pratiqué au cours des douze derniers mois une activité physique ou sportive au moins une fois par semaine. 22 % font du vélo de loisir. Environ 8 % font du VTT de loisir (Lefèvre et Thiéry, 2010). Une autre enquête montre que 20 millions de Français font du vélo (Aubel, Lefèvre et Tribou, 2008). Ce développement des sports de nature suppose un aménagement, une gestion intégrée des ressources, une maîtrise des flux, une démarche éco-responsable impliquant tous les acteurs concernés, pour sauvegarder ces territoires très prisés.

24Si l’ensemble de ces dispositions, textes, discours, mesures au demeurant consensuels, participent indéniablement au développement durable, qu’en est-il réellement de l’application de ces directives à l’échelle locale ? Comment ce type de « système d’action concret » (Crozier et Friedberg, 1977) se traduit-il selon le contexte géographique et selon les forces en présence dans le cadre de l’organisation d’un événement sportif de sports de nature ? Nous allons tenter de le voir à partir d’un cas concret : la randonnée VTT La Médocaine. L’étude de cette manifestation accueillant environ 7 000 participants sur une journée peut être un exemple d’éco-responsabilité.

La Médocaine : une randonnée VTT œnotouristique éco-responsable

  • 8 « La Médocaine, c’est avant tout l’histoire d’une bande de bons copains, aimant le sport et le VTT (...)

25Créée il y a une douzaine d’années par l’association Vélo Toutes Vignes8, La Médocaine s’inscrit désormais comme une manifestation ludosportive incontournable à l’image du Marathon du Médoc, événement le plus important de ce territoire.

26Traversant les vignobles du Sud-Médoc et plus particulièrement la Communauté de communes Médoc-Estuaire, avec ses « châteaux » réputés et ses appellations viticoles prestigieuses – Margaux, Haut-Médoc, Moulis, Listrac et Bordeaux supérieur –, La Médocaine a comme objectifs de « privilégier le mariage harmonieux de l’effort sportif et de la fête populaire », d’être accessible au plus grand nombre, toutes générations confondues, et de participer activement au développement de l’œnotourisme.

Carte 1 – La situation géographique de « La Médocaine »

Carte 1 – La situation géographique de « La Médocaine »

Fond de carte IGN : www.cartes-numeriques.ign.fr/

27La carte situe le territoire choisi. Il est composé par la Communauté de communes Médoc-Estuaire, peuplée de 23 000 habitants et présidée par le maire d’Arsac. Celle-ci s’étend sur 174,51 km2 et se caractérise par une façade estuairienne avec ses neuf communes : Cussac, Lamarque, Arcins, Soussans, Margaux, Cantenac, Labarde, Macau, Ludon, soit un terroir viticole prestigieux, et une forêt importante sur deux autres communes qui ne sont pas sur l’estuaire : Le Pian, Arsac. S’adjoignent pour cette aventure humaine deux villages limitrophes : Moulis et Listrac, avec respectivement 1 400 et 1 900 habitants.

28Si la première édition en 1998 comportait 1 100 participants, elle atteint chaque année près de 7 000 concurrents et pourrait en accueillir beaucoup plus si les organisateurs ne limitaient pas le nombre d’inscriptions. Initialement située à Margaux, commune prestigieuse et très connue, devant la montée en puissance des participants, cette manifestation émigra rapidement sur la plaine des sports d’Arsac plus propice et plus adéquate, notamment pour les aires de stationnement des automobiles. Pour répondre à cette arrivée massive sur ce territoire naturel le temps d’une journée, les organisateurs ont mis en place différentes mesures.

Un impact mineur sur l’environnement

La préservation des terrains de jeu

29Le propre d’un événement est d’être éphémère et ponctuel. Pour autant, l’occupation d’un terrain peut être intensive. Une fois par an, une foule de personnes inonde les sentiers de ce site naturel qu’est le Sud Médoc. La programmation de la manifestation fin mai est susceptible de rencontrer des conditions climatiques favorables. De plus, le Sud Médoc est un terrain plat, assez sablonneux. Ayant participé en novembre à une épreuve similaire, la Raisin d’Or, dans le Sauternais, sous la pluie, sur un terrain très vallonné et argilo-calcaire, il est incontestable que les conséquences sur les espaces naturels sont vraiment différentes en fonction des caractéristiques du sol, du relief et de la date choisie.

  • 9 Entretien BD, mars 2011.
  • 10 Ibid.

30Il est également important de considérer La Médocaine avant tout comme une randonnée. Les entretiens le confirment, à l’image du témoignage du président de l’association : « c’est une balade, c’est une randonnée. On ne dérape pas dans les virages. On se promène. Les châteaux sont magnifiques. On vous fait passer par de sentiers que l’on n’a pas l’habitude d’emprunter9 ». « La Médocaine, c’est un vélo qui roule tranquille. » Néanmoins, chaque concurrent met sur son guidon une plaque avec son nom et son numéro où est incrustée une puce qui donne à l’arrivée le temps du parcours. Selon les propos des organisateurs, c’est surtout pour identifier les personnes et non pour la performance. Ils insistent vraiment sur le fait que les participants s’arrêtent tout au long des parcours pour déguster du vin, du chocolat, manger, ou pour se regrouper, la plupart étant membre d’un groupe. « Le vététiste pose son vélo ; il n’y a pas une notion de compétition sur La Médocaine ; il prend le temps10. » Souvent agrémentés d’un orchestre, les lieux de ravitaillement ne sont pas pris d’assaut ; chacun prend son temps, discute, rit, danse… Sur le parcours, il n’y a pas de bousculade, les participants ne doublent pas n’importe comment, chacun empruntant une des deux voies les plus marquées du chemin. Une certaine autodiscipline s’instaure. Ayant participé à trois éditions en qualité de simple pratiquant, les discours que nous avons recueillis auprès des dirigeants correspondent bien aux comportements observés sur le terrain.

Illustration 1 – Une randonnée VTT à travers les vignes

Illustration 1 – Une randonnée VTT à travers les vignes

Auteur : Bernard Gresser

31Les parcours sont différenciés afin de répondre aux goûts, aux niveaux de pratique et aux âges de tous, mais également pour éviter que tous les concurrents passent par les mêmes sentiers. Deux circuits sont assez longs (60 km pour le marron et 80 km pour le rouge) et sont généralement prisés par les sportifs compétitifs. Le circuit jaune propose des distances de 20, 25, 30 et 35 km au choix. L’ensemble de ces parcours est orienté vers un esprit « détente » et « convivialité ». C’est l’idéal pour partager un moment sympathique avec des amis ou en famille et pour satisfaire les attentes de chacun.

32Trois circuits médians de 50 km, avec un parcours différent pour chacun d’entre eux, demandent un effort physique un peu plus intense et permettent de découvrir des paysages plus variés (vignes, forêts, plaines, bords de l’estuaire de la Gironde) et de visiter plus de châteaux. L’ensemble des tracés de ces circuits est différent et seules quelques portions de terrain, inévitables pour le bon fonctionnement de l’organisation, sont systématiquement sillonnées par tous les concurrents. C’est notamment le cas de la plaine des sports d’Arsac et ses alentours, où se déroulent l’arrivée et le départ de l’ensemble des épreuves. En outre, chaque itinéraire a une capacité d’accueil déterminée de 800 à 1 000 participants selon les parcours. Lorsque cette dernière est atteinte, le site internet, seul outil gérant l’inscription des concurrents, se bloque et il n’est plus possible d’entrer ses coordonnées. Aussi, malgré l’engouement croissant, cette manifestation limite systématiquement le nombre de pratiquants. Enfin, le fait d’échelonner le départ des participants toutes les quinze minutes par vagues successives, au nombre d’une vingtaine, soit environ 300 participants à chaque fois, concourt au respect du site.

Carte 2 – Les différents parcours

Carte 2 – Les différents parcours

www.medocainevtt.com

  • 11 Entretien JCR, mars 2011.
  • 12 Entretien DP, mai 2011.
  • 13 Ibid.

33L’ensemble de ces parcours permet à chacun, quel que soit son âge, de s’exprimer. Il participe également à la gestion des flux et, par là même, à la préservation de ces espaces naturels. Les parcours sont aménagés : « On ne casse rien. On met des passerelles dans les endroits un peu difficiles. On cherche à faciliter le passage tout en préservant le terrain11. » « On utilise un patrimoine naturel, ce serait bien d’être vigilant sur l’espace que vous utilisez et de le laisser propre12. » Cette propreté est un gage de participation des acteurs du territoire. « Lorsque vous demandez de traverser un château, vous dites au propriétaire, il n’y aura pas de problèmes. S’il arrive le lendemain et que le sol est jonché de gobelets, de papiers, etc., vous êtes à peu près sûr que l’année suivante, il ne sera pas partant13. » Faire attention au territoire qu’on utilise et garantir la propreté des lieux à ceux qui autorisent le passage sur leurs terres sont des mesures indispensables à la pérennité de l’événement.

La gestion des déchets

  • 14 Ibid.

34La Médocaine génère environ trente tonnes de déchets sur dix-neuf points de ravitaillement, qu’elle se doit de gérer. Pour cela, trois opérations nommées par un14 des organisateurs « les trois R » : « Réduire les déchets », « Réutiliser des objets d’une année sur l’autre » et « Recycler le reste avec un tri sélectif », sont à mettre en place.

  • 15 « 170 000 gobelets à 6 g représentent une tonne de déchets ».

35En 2009, la proposition de distribuer un gobelet unique réutilisable à base de polypropylène totalement recyclable s’accrochant sur le guidon du VTT, s’est concrétisée en remplacement des 170 000 gobelets15 utilisés et jetés en 2008, ce qui a permis de supprimer ce déchet.

  • 16 Entretien DP, mai 2011.
  • 17 Peu de concurrents sont venus rapporter le gobelet et récupérer la caution.

36De plus, le paiement par chaque participant d’une caution d’un euro par gobelet se voulait une action caractéristique de sensibilisation et de prise de conscience de la préservation de l’environnement. « C’était un acte fort quelque part pour moi de dire aux gens : vous avez ce gobelet, ça veut dire : vigilance, engagement, approche, sensibilisation16. » Si cette mesure était significative, incitative et intéressante en elle-même, elle a rencontré des freins. La première année, elle a nécessité une mise en place spécifique à l’accueil pour distribuer le gobelet et pour percevoir et redonner17 l’euro symbolique.

  • 18 Entretien DP, mai 2011.

37Dès l’année suivante, les organisateurs ont décidé d’intégrer ce gobelet dans la dotation de départ éco-conditionnée, ainsi que le prix de ce dernier dans le montant de l’inscription. Si le fonctionnement s’en est trouvé amélioré, le geste concret, symbolique et mobilisateur a disparu. « Maintenant, le gobelet, on le prend plus pour un cadeau que comme un objet respectueux de la nature18. » L’opération de sensibilisation à l’environnement a perdu son sens. Par ailleurs, les bénévoles préposés aux ravitaillements ont manifesté de prime abord des réticences vis-à-vis de cette mesure. Ils n’en percevaient pas l’intérêt et surtout ils devaient changer leurs habitudes. « Pourquoi changer, quand cela fonctionne bien ? », rétorquaient-ils. Leurs premières impressions se traduisaient comme une perte de pouvoir et une dévalorisation de leur engagement. Cette résistance au changement est humaine. En outre, cette situation peut s’expliquer grâce aux travaux de Schelling (1980) qui tente de reconstituer la complexité des composants des comportements collectifs, suite aux petites décisions prises par des individus ou des petits groupes en référence à d’autres groupes. Selon le contexte social et institutionnel, ces ajustements au demeurant secondaires créent parfois des effets inattendus, voire contraires à ceux envisagés par les décideurs. Des décisions d’apparence mineure peuvent avoir des conséquences d’une grande importance sociale, chaque sujet ou groupe social n’ayant ni la même voie ni des intentions identiques.

38La mise en place d’un site internet en 2007 pour régir les inscriptions est un progrès considérable. Non seulement il participe à une réduction de la consommation de papier assez importante, mais il se traduit également par un gain de temps et de personnel non négligeable dans la gestion des dossiers, avec des frais postaux quasi inexistants.

  • 19 Enquête de terrain faîte en 2007 par des étudiants de l’école de management de Bordeaux.

39Partant du principe que le déchet le moins polluant est celui qui n’est pas produit, la communication de cet événement se fait surtout par le bouche à oreille (80 %) et par les médias (magazines spécialisés, quotidien Sud-Ouest,…)19.

  • 20 Entretien DP, mai 2011.
  • 21 Ces poches ne sont plus des emballages plastiques, mais des papiers recyclables.

40Organisateurs et partenaires, à l’exemple de l’entreprise Lu, ont adopté une démarche d’éco-responsabilité, par exemple dans l’emballage des barres de céréales. « Ces dernières étaient dans un carton, rangées par paquets de 6 regroupés par 4. Maintenant, elles sont livrées en vrac. » Cette opération a réduit les déchets d’une manière non négligeable : « on est ainsi passé d’une benne de cartons de 7 m3 à trois containers de 750 litres20 ». En outre, elle a facilité le travail de manutention des bénévoles lors du remplissage des poches21 données aux concurrents à l’arrivée.

41Un effort a été également fait dans l’achat de la signalétique, afin de pouvoir réutiliser les mêmes panneaux au moins trois années consécutives. Ce type de matériel est généralement coûteux, et pour un événement de cette envergure quant au nombre de concurrents et quant à la superficie du terrain d’évolution, un balisage important est indispensable. Par exemple, la date doit être amovible. Par ailleurs, les puces sont récupérées à l’arrivée et sont réutilisées l’année suivante.

42Enfin, il est impératif de trier les déchets. Un tri sélectif est effectué dans chacun des dix-neuf points de ravitaillement et à la plaine des sports d’Arsac. Un partenariat avec Veolia Environnement, sous forme de prêt de matériel : bacs à verre, bacs à carton, grandes bennes, facilite grandement cette opération de récupération et d’évacuation des déchets.

43Pour permettre aux participants de laver leur vélo à l’issue de l’épreuve, un stand est mis à disposition sur des palettes au-dessus d’un fossé. Ainsi, l’eau reste dans la nature. De plus, ce dispositif comporte une quarantaine de robinets à poussoir, plus économiques que des robinets manuels, alimentés par l’eau de la ville.

44Il est difficile de gérer les transports vu le site de l’événement. Les horaires des trains de la gare de Margaux ne sont pas compatibles. Proposer un système de navettes en autocar entre Bordeaux et Arsac serait peut-être une solution. Cependant, un point paraît acquis. La plupart des 300 personnes inscrites en individuel habitent aux alentours d’Arsac, ce qui laisse à penser que la plupart des concurrents, étant en groupes, viennent ainsi à deux ou trois par auto. Des aires de stationnement sur la plaine des sports d’Arsac et ses abords sont prévues à cet effet sans nuire à la vie de la population locale, comme ce fut le cas dans les premières éditions à Margaux où le village était envahi par les participants.

  • 22 Entretien DP, mai 2011.

45Sur une telle manifestation, il est important que chacun se prenne en charge et fasse preuve de civisme, afin que les sites traversés (forêts, vignes, cours de châteaux) ne soient pas dégradés et soient remis propres aux différents propriétaires à l’issue de la manifestation. Le système du gobelet recyclable y a particulièrement contribué. De plus, par cette action, les organisateurs ont sensibilisé les participants. Il est vrai que le vététiste randonneur avec son sac à dos recherche avant tout la pratique de loisir et la convivialité. Il ne peut pas être comparé à un marathonien. « Lors d’un ravitaillement, le vététiste s’arrête, se pose, le marathonien se sert, boit la moitié de sa bouteille d’eau, s’asperge et la jette22. » Ce dernier déclenche ainsi un triple effet négatif : d’abord le geste de jeter dans la nature la bouteille, ensuite gaspiller l’eau et enfin donner un surcroît de travail considérable pour les organisateurs bénévoles pour récupérer les bouteilles. Si les vététistes ne sont pas exempts de tout reproche, ils sont plus respectueux que les marathoniens, à l’image de ceux observés sur le marathon du Médoc, qui sont a priori dans une pratique purement consommatoire où le client a pris la place du sportif.

Une mobilisation sociale élargie

46Les organisateurs ont comme ambition que ce soit un moment festif pour tous : pratiquants et autochtones.

47À l’image du Marathon du Médoc, les participants peuvent se déguiser et actuellement, très peu de concurrents n’adoptent pas ce comportement. Pour accentuer cette orientation, les organisateurs ont primé ces déguisements. Dix-neuf orchestres égaient les ravitaillements et les personnes n’hésitent pas à danser, à « s’éclater ». Les dégustations dans les différents châteaux traversés participent incontestablement à cette ambiance conviviale et à l’originalité de cette manifestation. Un repas dansant d’environ 2 500 personnes, servi après la manifestation, clôture la journée.

Illustration 2 - Un départ dans la bonne humeur

Illustration 2 - Un départ dans la bonne humeur

Auteur : Bernard Gresser

Illustration 3 – Des déguisements originaux et sophistiqués

Illustration 3 – Des déguisements originaux et sophistiqués

Auteur : Bernard Gresser

  • 23 L’ensemble de ces chiffres a été obtenu par le logiciel gérant les inscriptions.
  • 24 Cependant, comme pour toute manifestation sportive ouverte à tous, il est demandé un certificat méd (...)
  • 25 Enquête de terrain, 2007, op. cit.

48Les différents parcours permettent à chacun de s’exprimer selon son niveau de pratique, son âge, ses motivations et ses goûts. La plupart des concurrents ne sont pas licenciés. Sur les 6 680 participants de l’édition 201123, seuls 367 hommes et 40 femmes possèdent une licence à la Fédération française de cyclisme ou à la Fédération française de triathlon24. C’est une manifestation à dominante masculine (72,46 % d’hommes, 27,54 % de femmes). Les organisateurs exigent un âge minimum pour s’engager sur un parcours. Le circuit jaune évolutif est ouvert aux treize ans et plus, les circuits médians aux quinze ans et plus, les circuits longs aux dix-sept ans et plus. Les trois tracés de 50 km empruntés par 57,44 % des concurrents traversent des châteaux différents, plus ou moins célèbres, ce qui a une importance pour les dégustations et les goûts des participants. Par exemple, en 2011, la capacité d’accueil du circuit orange a été atteinte le soir même de l’ouverture des inscriptions. Ces parcours auxquels on peut ajouter celui de 60 km sont les plus fréquentés (73,65 %). Ils correspondent à l’état d’esprit recherché par les organisateurs : une balade en groupe sur un terrain sans grandes difficultés permettant de passer une excellente journée et d’apprécier la patrimoine local. Le tracé de 80 km à caractère plus compétitif est parcouru par très peu de personnes (4,55 %). 21,80 % font le circuit jaune, évolutif selon la forme physique du groupe. Les chiffres concernant les raisons de participer corroborent également les objectifs des organisateurs : l’originalité de la course (80 %) et la fête (60 %) sont le plus souvent cités ; viennent ensuite les dégustations (40 %), la visite de la région et des châteaux (40 %) et enfin la passion pour le VTT (30 %)25.

  • 26 Entretien DP, mai 2011.

49700 bénévoles issus de la population locale participent à l’encadrement de cette manifestation avec beaucoup de joie et de plaisir. Quel que soit leur poste (sécurité, ravitaillements, dégustations), ils sont très accueillants et souriants. Pour eux aussi, c’est un moment de réjouissances, de partage et de convivialité. Il existe un réel échange entre bénévoles et pratiquants au niveau des stands de ravitaillement, notamment lié au gobelet réutilisable. « Le participant ne prend pas un verre déjà rempli sur la table, va le boire plus loin et le jette. Servi par le bénévole, une discussion s’instaure26. »

50Quant aux autochtones, ils sont répartis tout au long des parcours et applaudissent les concurrents. C’est un spectacle et une distraction de voir autant de monde en une seule journée, qui plus est déguisé et de bonne humeur.

51À chaque édition, les organisateurs font un don financier à une association caritative ou autre. Par exemple, en 2009, l’argent provenant de la caution perçue pour le gobelet et non récupérée par les participants, soit environ 6 500 euros, a été distribué à une association de sylviculteurs locaux, afin qu’ils replantent des pins suite à la dernière tempête. En 2010, c’est le groupe 3V (Vouloir, Vaincre, Vivre) qui a été choisi. Constitué de personnel travaillant à l’Institut Bergonié (centre régional de lutte contre le cancer de Bordeaux), il a pour principal objectif d’accompagner les patients du centre autrement dans leur combat pour la vie, de leur donner la volonté de se dépasser, afin qu’ils prennent conscience que malgré la maladie, on peut vivre comme avant.

  • 27 Entretien BD, mars 2011.

52Le coût de l’inscription, de l’ordre de 38 euros, n’est peut-être pas accessible à tous, mais comme le rappelle le Président, « une telle organisation comporte de nombreuses charges ; les participants partent avec des cadeaux ; de plus, tant que la demande est plus forte que l’offre, il n’y a pas à se poser la question27 ».

53Cette ambiance, cet enthousiasme et cette convivialité partagés participent activement à la réussite de l’événement et d’une année sur l’autre. Le bouche à oreille fonctionne très bien. La soirée organisée après la manifestation perpétue cet état d’esprit.

Un rayonnement économique local

  • 28 Entretien PC, avril 2011.

54Les organisateurs tendent à faire travailler les entreprises locales dans la mesure du possible. En effet, lorsqu’il faut commander 5 000 baguettes de pain, le boulanger local ne peut pas satisfaire une telle demande28. On doit faire appel aux grandes surfaces qui dans le Sud Médoc sont quasi inexistantes. Les 6 500 sacs en papier recyclables fournis aux concurrents sont offerts par le groupe Smurffit et sont fabriqués en Aquitaine.

55Par ailleurs, cet événement contribue à la promotion du patrimoine local : viticole, forestier et estuairien. Il permet d’améliorer l’attractivité et la dynamique de la destination Sud Médoc. Si 3 300 concurrents sont originaires de Gironde ou des départements limitrophes, 504 provenant de la Charente-Maritime et 388 de Charente, on compte 300 étrangers venus de Belgique, d’Allemagne et d’Angleterre, ainsi que la présence de personnes issues de 80 départements français.

  • 29 Ces châteaux vendent leur production à l’étranger ou au négoce, mais pas aux particuliers.
  • 30 Entretien CG, avril 2011.
  • 31 Entretien CA, avril 2011.
  • 32 C’est une suite de mini défis à faire par équipes en VTT à chaque ravitaillement.

56Partenaires très importants de l’épreuve, les 56 châteaux sont présents pour diverses raisons. Si quelques-uns collaborent pour communiquer sur leurs produits, la plupart, de notoriété internationale29, veulent simplement soutenir la fête de ce territoire. « La Médocaine fait partie des incontournables. J’entends par là que le château a également un rôle à jouer dans la vie associative et sportive locale et régionale30. » « C’est un geste naturel. Cela fait partie des traditions ou des mœurs de la région de pouvoir participer à son développement, que ce soit par le biais de diverses manifestations touristiques et divertissantes ou par le biais d’autres actions (économiques, politiques, etc.)31. » D’autres y voient une façon d’améliorer les liens, la cohésion et l’efficacité de leur personnel à travers le challenge « Vinathlon32 », spécialement conçu pour les entreprises partenaires. Cependant, globalement, c’est tout un système qui va permettre, non pas aux châteaux de façon directe, mais plutôt à tout un territoire viticole qu’est le Sud Médoc, d’en tirer de véritables profits et intérêts. Cela renforce considérablement le développement d’une image positive des châteaux partenaires. Les partenaires institutionnels (Conseil régional, Conseil général, Communauté de communes du Sud-Estuaire) sont également présents.

57Enfin, l’association Vélo Toutes Vignes, développant notamment des produits à l’effigie de la manifestation, est assujettie à l’impôt sur les sociétés et à la contribution économique territoriale. Son budget est d’environ 400 000 euros hors taxes.

Une gouvernance en équilibre

58La Médocaine se déploie sur un territoire, le Sud Médoc, qu’elle met en valeur indéniablement d’un point de vue touristique sur les plans économique, viticole, culturel et sportif, en créant des synergies avec un certain nombre d’acteurs, condition sine qua non pour son succès. C’est donc une forme de gouvernance (Moreau Defarges, 2011, p. 53) qui s’instaure entre les différents acteurs et/ou agents de ce territoire. Pour éviter les conflits d’usage, il est important de les faire coexister par des accords, des conventions, des contrats (Boltanski et Thévenot, 1991). La Médocaine doit être considérée comme un bien commun entre tous les acteurs inscrits dans une configuration en réseau (Latour, 2006) qui tend à s’optimiser d’année en année. Ces relations s’établissent par une opération de « traduction » ou des chaînes de traductions (transformations successives) par lesquelles les acteurs (individuels ou collectifs) se posent en porte-parole et traduisent la volonté de collectifs, tentant également d’enrôler de nouveaux acteurs. L’objectif est de tendre vers une coopération active, une construction de questions partagées et la « recherche d’un monde commun » (Callon, Lascoumes et Barthe, 2001, p. 191-207).

  • 33 La moyenne d’âge est d’environ 50 ans.

59Au fil des éditions, l’association Toutes Vignes a développé un dispositif qui fonctionne désormais de façon structurée, ordonnée, avec des systèmes organisationnels qui ont fait leurs preuves et permettent à cet événement de se dérouler efficacement de manière rentable. « Nous sommes des perfectionnistes et nous mettons tous les atouts de notre côté et dans tous les domaines, afin que la réussite soit au rendez-vous. Et que tous les participants soient heureux ! », déclare le Président de l’association (Césaire, 2010). Cette organisation, composée avant tout de personnes très intégrées dans le tissu local, permet un véritable maillage du territoire. Si le comité de pilotage est solide, compétent, expérimenté, il peut s’appuyer le jour J sur un nombre suffisant de bénévoles locaux dotés d’une certaine expérience et indispensables au succès de l’événement. Cependant, ces derniers commencent à vieillir33 et se renouvellent peu.

Schéma 1 – L’acteur collectif réseau

Schéma 1 – L’acteur collectif réseau

60La Médocaine ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui sans la participation financière de nombreux partenaires. Ils sont essentiels pour l’existence et la pérennité de l’événement. 90 entreprises y contribuent, soit par des échanges de marchandises et services, soit par des apports financiers. La plupart sont des petites et moyennes entreprises (PME) du Médoc. Leur engagement est avant tout une histoire d’amitié avec les organisateurs. On trouve également Décathlon, Veolia, Ricard, Lancia, des banques comme la Société Générale ou le Crédit Agricole. Par ailleurs, 56 châteaux ouvrent leurs portes et leurs chais pour cette manifestation. Ils offrent leur vin aux participants et créent ainsi une ambiance originale. Les partenaires institutionnels : la Communauté de communes Médoc-Estuaire et ses onze communes, Listrac, Moulis, le syndicat viticole de Margaux sont eux aussi tout à fait intéressés pour améliorer l’attractivité et le dynamisme de ce territoire et participer à son développement. Le Conseil général de la Gironde et le Conseil régional d’Aquitaine subventionnent également cette manifestation. La Médocaine fait désormais partie du patrimoine du Sud Médoc et est devenue a priori incontournable pour ses habitants.

61C’est donc tout un réseau d’acteurs qui va tenter d’agir en synergie pour faire en sorte d’obtenir des résultats positifs pour tous. Cette gestion concertée est malgré tout fragile, car elle repose aujourd’hui beaucoup trop sur les liens affectifs et sur des hommes qui ont un tissu relationnel très développé grâce à leurs engagements professionnel, politique, associatif. Aussi, il faut s’interroger à moyen terme sur l’évolution et la pérennité de cette manifestation. Certes, actuellement, les organisateurs sont encore des passionnés et il n’y a pas réellement d’opposants mais demain…

62Ce diagnostic montre bien que les responsables de La Médocaine ont pris en compte le développement durable. Cependant, quel est le degré d’importance de cette orientation vis-à-vis des enjeux sécuritaires de plus en plus pointus, des enjeux financiers et économiques cruciaux pour la réussite d’un événement pour des personnes bénévoles qui ont un temps disponible limité ? De plus, le développement durable doit faire face à des freins. Ce dernier a un coût humain et financier. Il n’est pas toujours bien compris par l’ensemble des organisateurs. Si le volet environnemental est bien cerné, il existe un certain flou pour décliner les volets sociaux et économiques. Devant la poussée des pouvoirs publics et du mouvement olympique sportif français, il est perçu parfois comme une contrainte supplémentaire.

Conclusion

63La mise en place d’un événement sportif, quelle que soit sa nature, a des impacts environnementaux locaux et globaux, mais aussi sociaux et économiques. Comment prendre en compte l’ensemble de ces dimensions pour les transformer en un cercle vertueux ? Si les sports de nature, tel le VTT, valorisent les espaces naturels et participent à la sensibilisation du public pour la préservation du patrimoine naturel et de sa biodiversité, ils peuvent aussi conduire à la dégradation de ces sites en cas de fréquentation trop importante, mener à des conflits d’intérêts, etc.

64Dans quelle mesure peut-on mettre en évidence une articulation significative entre les directives générales disponibles, relayées par les supports de l’information et/ou de la communication, et la maîtrise concrète, progressive sans doute, que nous avons relevée dans le cadre de l’événement La Médocaine ?

  • 34 Entretien BD, mars 2011.

65À travers cette manifestation sportive, ludique, festive, touristique et culturelle, les organisateurs tendent à répondre au développement durable avant tout avec pragmatisme et bon sens. Ils cherchent à développer cette nouvelle dimension malgré son coût financier34. Ils l’ont pris en compte sur le terrain, plus particulièrement depuis 2009 avec une mesure symbolique le gobelet réutilisable, et d’année en année, l’améliorent et l’enrichissent en collaboration avec tous les partenaires. Leur objectif est de créer une synergie entre les différents acteurs pour contribuer à cette transformation des pratiques, des attitudes et des comportements et concourir ainsi à la préservation des futures générations. Cette démarche volontaire éco-citoyenne est jugée indispensable pour répondre aux évolutions de la société contemporaine et pour développer et pérenniser cet événement. Si les dirigeants ont une certaine connaissance des directives générales, ils fonctionnent, comme le dit le Président, « avec les moyens du bord et à l’épreuve du terrain », selon une logique ascendante. Cependant, le concept de développement durable reste en partie flou pour de nombreuses personnes ; seul le domaine écologique est souvent mis en avant.

  • 35 Lors de la déclaration d’un événement sportif quelle que soit son envergure sur le territoire de la (...)

66Si l’éco-responsabilité n’est pas encore normalisée dans les manifestations sportives, elle va bientôt le devenir35. Il vaut donc mieux anticiper et agir que subir. C’est un nouveau défi à relever pour chaque catégorie d’acteurs, chacun à son niveau (Flipo, 2011 [2007], p. 95-118). Remettre en cause ses acquis et ses habitudes et transformer son mode de vie, de fonctionnement, de consommation sont nécessaires, car le monde de demain pour les générations futures sera celui que feront les générations d’aujourd’hui. « Le développement durable est l’idée majeure du siècle, une valeur montante, une valeur fédératrice, une valeur ajoutée » (Nocher, 2002, p. 230). Il est donc essentiel que les organisateurs de la Médocaine prennent en compte d’ores et déjà le développement durable, car « il y a trois sortes d’entreprises, celles qui contemplent les événements, celles qui cherchent à les comprendre et celles qui les provoquent » (Kotler, 1989 [1972], p. 45). S’ils veulent répondre à court, moyen et long terme à l’évolution de notre société, il est important qu’ils agissent en conséquence avec conviction et bon sens en faisant preuve d’initiatives pour préserver cet espace naturel sensible qu’est le terroir du Sud Médoc. Le développement durable ne doit-il pas être considéré aujourd’hui comme un facteur de progrès et d’innovation et non comme une contrainte par tous les acteurs ? N’est-il pas devenu un facteur clé de la vie quotidienne en vue d’assurer une vie meilleure à nos générations futures ?

Literaturverzeichnis

Bibliographie

Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), Le Guide de l’éco-communication, Éd. d’Organisation, 2007.

Aubel Olivier, Lefèvre Brice, Tribou Gary, Sports et sportifs en France. Points de repères issus de l’Observatoire du sport FPS/IPSOS 2007, Paris, Éditions FPS, 2008, 80 p.

Augustin Jean-Pierre et Bonnenfant Roger, « Cultures sportives, territoires et prospectives », Territoires 2020, décembre 2001, no 4, DATAR, La Documentation Française, p. 63-72.

Boltanski Luc et Thévenot Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991, 483 p.

Callon Michel, Lascoumes Pierre, Barthe Yannick, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil, 2001, 358 p.

Césaire Georges, « Le peloton des bénévoles s’active », Sud-Ouest, 28 mai 2010.

Chazaud Pierre, « Les nouvelles consommations de loisirs dans une société en mutation », in « Loisirs sportifs, Nouvelles pratiques, Nouveaux enjeux », Cahier Espaces, septembre 2000, no 6, p. 9-17.

Crozier Michel et Friedberg Ehrard, L’Acteur et le Système, Paris, Le Seuil, 1977, 445 p.

Flipo Fabrice, Le Développement durable, Paris, Bréal, 2e édition, 2011 [2007], 128 p.

Gresser Bernard et Bessy Olivier, « Le management d’un événement sportif », dans Lacroix Gisèle, Waser Anne-Marie (coord.), Le Management du sport. 15 études de cas corrigées, Paris, Éditions d’Organisation, 1999, 431 p., p. 25-44.

Kotler Philip et Dubois Bernard, Marketing, Management, Paris, Publi-Union, 6e édition, 1989 [1972], 726 p.

Latour Bruno, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006, 380 p.

Lefèvre Brice et Thiéry Patrick, « Les premiers résultats de l’enquête 2010 sur les pratiques physiques et sportives en France », STAT-INFO, décembre 2010, no 10-01, Paris, Ministère des Sports.

Martinez Christophe, « L’action du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative en faveur du développement maîtrisé des sports de nature : rôle, missions et actions du Pôle ressources national des sports de nature », dans Lehénaff Didier (coord.), « Sport, environnement, développement durable », Les Cahiers de l’INSEP, no 37, Paris, INSEP, 2007, 372 p., p. 145-164.

Maudet Thierry, « Sport, environnement, développement durable : éclairage sur les sports de nature », dans Lehénaff Didier, (coord.), « Sport, environnement, développement durable », Les Cahiers de l’INSEP, no 37, Paris, INSEP, 2007, 372 p., p. 19-22.

Moreau Defarges Philippe, La Gouvernance, Paris, PUF, 2011, 128 p.

Pociello Christian, Les Cultures sportives, Paris, PUF, 1995, 287 p.

Nocher Danielle, « Des hommes et des femmes d’avenir », dans Ducroux Anne-Marie, Les Nouveaux Utopistes du développement durable, Paris, Autrement, 2002, 342 p.

Schelling Thomas C. (traduit de l’américain par Rivière Anne), La Tyrannie des petites décisions, Paris, PUF, 1980, 248 p.

Slim Assen, Le Développement durable, Paris, Le Cavalier Bleu, Coll. Idées reçues, 2004, 128 p.

Sitographie

Association du Vélo Toutes Vignes, Site de la randonnée La Médocaine [En ligne]. http://www.medocainevtt.com.Consulté le 13 septembre 2010.

Conseil de l’Europe, Site du Conseil de l’Europe [En ligne]. hub.coe.int/.Consulté le 13 septembre 2010.

Institut national de l’information géographique et forestière, « Cartes numériques » [En ligne], in Site de l’Institut national de l’information géographique et forestière [En ligne]. www.cartes-numeriques.ign.fr. Consulté le 10 septembre 2011.

Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Site du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie [En ligne]. www.developpementdurable.gouv.fr. Consulté le 13 septembre 2010.

Secrétariat général du Gouvernement français, Site Légifrance. www.legifrance.gouv.fr/. Consulté le 13 septembre 2010.

Anmerkungen

1 www.developpement-durable.gouv.fr

2 Charte olympique, Chapitre 1, point 2, paragraphe 13, en vigueur le 7 juillet 2007.

3 http://hub.coe.int/

4 Instruction no 04-131 JS du 12 août 2004.

5 Les activités physiques de pleine nature se définissent comme étant « les activités à déplacement à caractère sportif en pleine nature, mettant en jeu les seules forces musculaires ou les forces naturelles, associant l’effort physique sans compétition, la découverte et la compréhension de la région traversée ». Martinez, 2007, p. 145-164.

6 Loi no 2000-627 du 6 juillet 2000, Titre III, dans JORF du 8 juillet 2000.

7 Loi no 2004-1343 du 9 décembre 2004, Art. 17 dans JORF du 10 décembre 2004.

8 « La Médocaine, c’est avant tout l’histoire d’une bande de bons copains, aimant le sport et le VTT en particulier, amoureux du Médoc pour ses paysages, ses Médocains et son vin. Comme beaucoup d’aventures, elle commence on ne sait où, et on ne sait jamais où cette idée folle lancée comme un défi vous mènera ! La Médocaine respecte ces règles. Tout a commencé une soirée de septembre 96, un soir de repas mille-pâtes du Marathon du Médoc au château Rauzan Ségla à Margaux, entre un verre de Margaux et un ou plusieurs verres de Rauzan Ségla, millésime 90 très certainement. L’un d’entre nous lance ensuite : “Et pourquoi ne pas organiser un deuxième Marathon du Médoc, non pas un clone, mais un petit frère ou une petite sœur de notre grand marathon ?”. Puis tout s’enchaîna très vite avec la création de l’association (Vélo Toutes Vignes), le nom de la course La Médocaine avec le logo, la mascotte et la date de la 1re édition, en mai 1997. Mais face à une forte demande dépassant les espérances, la course fut reportée à l’année suivante. Et le 16 mai 1998, plus de 1 100 participants s’élancent de Margaux pour découvrir ce merveilleux vignoble médocain et son patrimoine méconnu. À l’arrivée, tout le monde est enchanté et n’a qu’une envie : revenir pour la prochaine édition. Pari gagné pour l’organisation et maintenant, le plus dur reste à faire : conforter ce premier succès en vue de le pérenniser. » Entretien BD, mars 2011.

9 Entretien BD, mars 2011.

10 Ibid.

11 Entretien JCR, mars 2011.

12 Entretien DP, mai 2011.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 « 170 000 gobelets à 6 g représentent une tonne de déchets ».

16 Entretien DP, mai 2011.

17 Peu de concurrents sont venus rapporter le gobelet et récupérer la caution.

18 Entretien DP, mai 2011.

19 Enquête de terrain faîte en 2007 par des étudiants de l’école de management de Bordeaux.

20 Entretien DP, mai 2011.

21 Ces poches ne sont plus des emballages plastiques, mais des papiers recyclables.

22 Entretien DP, mai 2011.

23 L’ensemble de ces chiffres a été obtenu par le logiciel gérant les inscriptions.

24 Cependant, comme pour toute manifestation sportive ouverte à tous, il est demandé un certificat médical obligatoire autorisant la pratique du VTT en randonnée.

25 Enquête de terrain, 2007, op. cit.

26 Entretien DP, mai 2011.

27 Entretien BD, mars 2011.

28 Entretien PC, avril 2011.

29 Ces châteaux vendent leur production à l’étranger ou au négoce, mais pas aux particuliers.

30 Entretien CG, avril 2011.

31 Entretien CA, avril 2011.

32 C’est une suite de mini défis à faire par équipes en VTT à chaque ravitaillement.

33 La moyenne d’âge est d’environ 50 ans.

34 Entretien BD, mars 2011.

35 Lors de la déclaration d’un événement sportif quelle que soit son envergure sur le territoire de la ville de Bordeaux, un cahier des charges mentionnant la dimension « développement durable » est à respecter.

Abbildungsverzeichnis

Titel Carte 1 – La situation géographique de « La Médocaine »
Bildunterschrift Fond de carte IGN : www.cartes-numeriques.ign.fr/
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3529/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 528k
Titel Illustration 1 – Une randonnée VTT à travers les vignes
Bildunterschrift Auteur : Bernard Gresser
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3529/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 300k
Titel Carte 2 – Les différents parcours
Bildunterschrift www.medocainevtt.com
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3529/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 276k
Titel Illustration 2 - Un départ dans la bonne humeur
Bildunterschrift Auteur : Bernard Gresser
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3529/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 252k
Titel Illustration 3 – Des déguisements originaux et sophistiqués
Bildunterschrift Auteur : Bernard Gresser
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3529/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 340k
Titel Schéma 1 – L’acteur collectif réseau
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3529/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 118k

Autoren

Vice-doyen, Directeur des études de la Faculté des Sciences du Sport, Université Victor Segalen-Bordeaux 2, Laboratoire Cultures, Éducation, Sociétés (EA 4140).

Maître de conférences en STAPS à la Faculté des Sciences du Sport et de l’Éducation Physique, Laboratoire ER3S, Université Lille 2, Droit Santé Gestion Sport.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540