Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Troisième partie. Des activités sportives de pleine nature et des prises de conscience

Organisation de manifestations sportives « responsables » et rapports des participants au développement durable

Une conscience éco-citoyenne en demi-teinte

Sylvie Moga et Marina Honta

Texte intégral

1La logique de durabilité est devenue une sorte d’éthique posée sur le développement économique, le projet social et la protection de l’environnement. Processus intégrateurs, dynamiques et transversaux, les principes du développement durable agissent comme un filtrage des décisions et actions pour œuvrer dans la recherche d’un équilibre entre la compétitivité d’un territoire et le bien-être de tous les citoyens.

2Cette orientation « idéologique » montante interroge de nombreux secteurs dont celui du sport, reconnu aujourd’hui comme une ressource active dans le développement d’un territoire.

3Une des traductions de ce rapprochement entre le sport et les principes du développement durable est l’organisation d’évènements dits « responsables ». Cette orientation donnée à des manifestations sportives se caractérise notamment par un management environnemental, par une mise en œuvre socio-économique innovante dans les domaines de la communication, des transports, des déchets, et participe également d’une dynamique de valorisation locale.

  • 1 488 678 adhésions à titre provisoire (ATP) sont délivrées en 2006 par les fédérations dites de « sp (...)

4Force du levier environnemental, sensibilité singulière des organisateurs, ou encore nouvelles motivations à pratiquer des sportifs eux-mêmes, les activités de nature1 (ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, 2008) sont actuellement plus enclines à supporter les mises en œuvre d’une éco-conception. Ces récréations sportives nécessitant des décisions, des aménagements et des gestions d’espaces investis semblent plus réceptives à une nouvelle méthodologie organisationnelle qu’est la « manifestation responsable ».

5Les raids nature – pratiques collectives aventureuses, dans un milieu naturel le plus souvent et combinant différentes activités sportives, sur un parcours aux reliefs variés – illustrent cette tendance. Tout autant qu’ils sont les témoins d’une « écologisation » (Pociello, 1999) des pratiques et d’un habillage nouveau de l’aventure, ils deviennent, par le choix des organisateurs, des terrains d’expression du lien construit entre le sport et le développement durable et font cohabiter, sur un même espace et sur un même temps, la performance sportive, les rapports sociaux et le respect de l’environnement.

6Cette démarche ainsi entreprise par les acteurs des sports de nature entretient l’adage selon lequel les participants à ce type de manifestation seraient des cibles potentiellement plus réceptives à ces nouvelles logiques d’action guidées par les principes du développement durable. Mais la réalité s’avère certainement plus complexe et le raccourci quelque peu abusif ou rapide. Peut-on se suffire du seul climat idéologique favorable à l’écologie pour affirmer que les modalités de pratique sportive, les comportements, les consommations et les modes de vie de ces sportifs sont adaptés aux problématiques soulevées par le développement durable ?

7Afin de répondre à ces interrogations, l’étude que nous avons menée a eu pour ambition d’identifier l’authenticité de la « conscience éco-citoyenne » des participants à un raid nature et d’en vérifier le contenu. De fait, si le cadre de la pratique physique a pu constituer un point d’ancrage dans l’analyse, très vite celle-ci a cherché à investir d’autres sphères de la vie sociale du sportif afin d’y trouver des éléments permettant de comprendre comment ces individus prennent la mesure du développement durable tant dans leur activité sportive que dans leur mode de vie.

8L’enjeu de l’analyse, consistant à apprécier les modalités et les motifs de pratique de ces sportifs, à identifier l’usage fait de la scène d’exercice, s’est également porté sur d’autres champs de leur vie sociale afin de déterminer leur niveau de sensibilisation et de connaissance même du développement durable.

9Ainsi, si la circonscription des motivations et des propriétés sociales de ces sportifs a permis de définir l’usage social et personnel fait de cette aventure programmée, minutée et confortable qu’est le raid nature, si l’étude du rapport à la nature a conduit à l’identification de dispositions écologiques à la stabilité encore bien fragile, un troisième volet d’analyse s’est intéressé au niveau de connaissance du concept même de développement durable par les pratiquants et à ses effets sur leurs modes de réception des procédures dites « responsables » engagées par les organisateurs et plus largement par l’ensemble des acteurs de la vie publique et sociale.

10Pour apprécier cela, l’investigation d’un certain nombre de ressources s’est avérée incontournable. Parallèlement, la prospective appliquée au fait sportif, la dynamique des champs et le multidéterminisme de l’être social ont fait des travaux de Ch. Pociello (1999), de P. Bourdieu (1979), mais aussi de ceux d’un certain nombre de sociologues comme B. Lahire (2001) et Ph. Coulangeon (2004, p. 59-58), le corpus théorique mobilisé pour asseoir la réflexion menée dans cette étude.

11Ces apports sociologiques, comme les « faits porteurs d’avenir » (Pociello, 1999, p. 201) et les « tendances lourdes » (Pociello, 1999, p. 201) identifiés par la prospective et révélés par Ch. Pociello, ont contribué à définir les dispositions psychosociales et sportives des pratiquants de raid nature. D’autres travaux ont été menés sur ces axes et ont rappelé la portée symbolique ainsi que les profits d’une pratique sportive dite « extrême ». Tel a été l’éclairage de la recherche de S. Knobé (2007, p. 401-421), qui à travers l’étude d’ultrafondeurs que sont les concurrents du Marathon des sables, a démontré les motifs d’agir et l’usage fait de ce type d’exercice influençant largement l’ensemble de la vie sociale et familiale de l’individu.

12Si l’étude du rapport aux autres et à soi du pratiquant de raid nature s’est nourrie de ces investigations, l’analyse de la fonction du cadre d’évolution s’est appuyée sur les travaux de Ch. Pociello identifiant la scène d’exercice comme un « espace géré, adapté aux besoins de l’Homme » (Pociello, COFREMCA, 1993) où les « risques de la nature sauvage sont sinon supprimés, du moins maîtrisés » (Pociello, COFREMCA, 1993). « Scène de quête personnelle » (Le Breton, 2000), l’environnement comme « rendez-vous avec soi-même » (Yonnet, 1998, p. 235), doux Robinsons ou nouveaux conquérants, bien des éclairages ont pu être apportés sur l’éventuel usage fonctionnaliste de l’espace investi ainsi que le confirme B. Vignal (2003) dans son étude sur les comportements des pratiquants de loisirs de plein air dans leur rapport à la nature. Ses résultats, s’ils vont dans le sens d’une prise de conscience du phénomène écologique, s’ils placent la nature comme un remède à des maux de citadins, révèlent aussi et surtout le mode consommatoire sur lequel est positionnable la relation de ces pratiquants à leur environnement récréatif.

13Cette recherche, en s’appuyant sur ce socle de connaissances tout en les singularisant au terrain d’étude choisi, a donc voulu dépasser le contexte idéologiquement et socialement favorable à l’expression d’une sensibilité écologique mais aussi rompre avec l’amalgame réduisant le développement durable aux seules préoccupations environnementales. Ce travail, en élargissant le champ d’investigation aux trois piliers de ce dernier, a eu pour ambition de vérifier la capacité de ces sportifs à appréhender différemment leurs responsabilités sociales, économiques et environnementales à travers leurs pratiques sportives mais aussi à travers les autres sphères de leur vie sociale.

  • 2 Cette étude s’inscrit dans le cadre de la réalisation d’un Master 2 recherche (Moga, 2010).
  • 3 Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, Pôle ressources national des sports (...)

14Ainsi, les résultats présentés sont issus d’une recherche2 menée dans le cadre d’un raid nature girondin : « L’Aquitaine, la course couleur nature ». Cette manifestation sportive, organisée par une association de quartier Les Toqués de la Dalle, est étiquetée « tous publics3 », garantissant ainsi une accessibilité en termes de difficulté. Ce raid nature propose à cinquante équipes de quatre concurrents de réaliser des épreuves sportives de course à pied, canoë, bike and run et VTT, sous forme d’étapes sur deux jours, et selon une formule itinérante.

  • 4 Voir tableau 1.

15Pour étudier ce terrain, plusieurs sources de recueils de données ont été construites et utilisées. Elles sont de nature qualitative et quantitative4 :

  • des observations participantes (présence aux réunions d’organisation du raid, présence et participation au raid) ont été possibles et une dizaine d’entretiens semi-directifs ont été réalisés avec les différents acteurs du raid nature « L’Aquitaine, la course couleur nature » (partenaires, organisateurs et concurrents) ;

  • un questionnaire a été élaboré et administré aux concurrents avec une restitution de 60 %. Les thèmes à partir desquels a été construit cet outil concernaient les propriétés sociales des pratiquants et leurs pratiques sportives. Une place importante a également été accordée à leurs modes de vie et de consommation, leurs représentations des actions dont ils sont la cible mais aussi leur définition propre du développement durable.

Tableau 1 – Présentation des propriétés sociales des pratiquants sportifs interrogés au regard des caractéristiques de la population française

Tableau 1 – Présentation des propriétés sociales des pratiquants sportifs interrogés au regard des caractéristiques de la population française

Le raid nature : un rendez-vous d’abord avec soi-même

Le défi physique avant tout

  • 5 Selon l’étude réalisée : près de 35 % des concurrents interrogés font deux raids et plus par an, 65 (...)
  • 6 Selon l’étude réalisée : 41 % vivent leur première expérience sur ce raid, 21 % leur deuxième année (...)

16Si l’étude révèle une grande hétérogénéité du public tant dans l’intensité de pratique des raids5 que dans le niveau d’expertise6, elle rend compte tout autant d’un socle commun à l’ensemble des concurrents. En effet, qu’ils soient novices, adeptes réguliers ou occasionnels, tous valorisent en premier lieu le goût de l’effort et de l’engagement physique. Près de 80 % d’entre eux font des épreuves sportives le premier critère de choix des raids et 60,5 % invoquent le défi physique comme motif d’adhésion à ces manifestations. Si l’aspect compétitif est plus généreusement cité par les pratiquants dits « réguliers » (14,3 %), si la place accordée à la sociabilité amicale ou familiale est plus remarquable pour les concurrents occasionnels (25,7 %), la majorité d’entre eux reste motivée avant tout par une mise à l’épreuve de ses potentialités. Ici, et comme l’a également montré S. Knobé (2007) dans sa recherche consacrée aux concurrents du Marathon des sables, l’individu éprouve son existence par la confrontation à ses limites physiques, tout autant que le « culte de la performance » (Erhenberg, 1991, p. 281) semble être un support d’enjeux à ce type de pratique. Les raids nature sont donc l’occasion de mesurer l’état physique du moment.

L’individualisation et l’intensification de la pratique

17Plus que tout autre sport de nature, le raid, par sa pratique en amont induite, est un instrument au service de l’individualisation. La matérialisation, la sécurisation, le nécessaire cadre d’évolution conventionné, encadré et aménagé propres à certains sports de nature ne constituent pas des incontournables pour l’inscription aux raids nature. Les concurrents souhaitant se mesurer à ce type d’épreuves peuvent aisément échapper dans leur pratique régulière au poids d’une organisation structurelle. Ainsi en témoignent les résultats de l’enquête menée auprès des concurrents de « L’Aquitaine, la course couleur nature » : 31 % des participants interrogés déclarent pratiquer le VTT, 31,4 % la course à pied et 8,8 % la natation, et tout cela en dehors d’une structure associative ou fédérale. Cet élément distinctif rappelle les constats établis récemment dans Sports et sportifs en France (Aubel, 2008) où 28 % des 20 millions de pratiquants de bicyclette et 45 % des 7,4 millions de coureurs à pied sont sur un mode d’exercice solitaire.

Graphique 1 – Les activités sportives licenciées des concurrents

Graphique 1 – Les activités sportives licenciées des concurrents

Graphique 2 – Les activités sportives non licenciées des concurrents

Graphique 2 – Les activités sportives non licenciées des concurrents

Conception : Sylvie Moga et Marina Honta.

18Autre constat enfin : plus de 30 % des concurrents interrogés doublent leur pratique licenciée à un exercice libre.

  • 7 Voir page précédente, graphiques no 1 et no 2.

19L’éventail des pratiques7, la diversité de leur mode d’exercice et de l’intensité consentie, cet ensemble, ramené à la distribution sociale des enquêtés – démontrant une forte représentativité d’individus issus de classes sociales supérieures –, fait de ces pratiquants des sportifs boulimiques répondant au modèle de l’« omnivorité ». Les logiques de cumul et d’éclectisme des investissements ici identifiées renvoient au modèle utilitariste de l’hypothèse « omnivore/univore » défendu par Peterson dès 1992 (Peterson, 2004, p. 145-164). Son raisonnement démontrant la tendance à la maximisation des ressources sous contrainte de rareté applicable aux pratiquants interrogés rend alors le modèle bourdieusien de la construction des goûts et des pratiques légitimes d’une classe par opposition aux autres quelque peu désuet. Ici, la propension à l’éclectisme et au cumul reflétant la recherche de l’efficacité des usages et par là même la grande capacité d’organisation des individus issus de classes sociales supérieures s’impose comme le cadre explicatif pour identifier les comportements de ces pratiquants de raid nature (Coulangeon, 2004).

20L’étude révèle donc un sportif régulier, aux expériences multiples, étant le propre gestionnaire de sa pratique. Elle donne à voir un pratiquant omnivore mais organisé, faisant du raid nature « un rendez-vous avec soi-même » (Yonnet, 1998, p. 235), expérience parfaitement dosée et adaptée. Ainsi, bien qu’il s’agisse ici de s’engager dans une aventure « collective », les résultats témoignent davantage du processus d’individualisation des pratiques. Ce constat ajouté à celui de la diversification, de la délocalisation des investissements mais aussi et surtout à celui des logiques de particularismes largement privilégiées, permettent de remettre en question le raccourci trop vite réalisé entre ces sportifs et les fondements mêmes du projet porté par le développement durable, sans pour autant les opposer. Autrement dit, l’identification ici révélée ne jette pas les bases d’une relation si souvent prétendument évidente. Peut-être faut-il alors s’attarder sur un autre élément, la relation à la nature qu’entretiennent ces pratiquants, pour établir une préconnexion entre ces deux objets.

Le cadre d’évolution : une préoccupation écologique à construire

La fonction utilitariste du terrain de jeu

21Il s’agit ici de comprendre si cette « nouvelle territorialisation sportive » (Augustin, 1985), dont les raids nature sont des témoins, traduit une sensibilité et des convictions écologiques capables d’orienter le choix de pratiques physiques ou si elle se réalise plutôt dans une totale passivité vis-à-vis du lieu d’évolution.

22Sur un premier niveau d’analyse, centré sur le lieu de la pratique sportive, les résultats vont dans le sens d’un rapport utilitariste de l’environnement comme le soulignent les conclusions de B. Vignal (Vignal, 2003). En effet, 77,9 % des concurrents interrogés choisissent leurs courses en fonction des épreuves sportives proposées et seuls 7 % ont un critère de choix « environnemental ». Le lieu s’efface devant la teneur du défiphysique, l’exploration géographique laisse place à l’aventure sportive avant tout. Un sentiment protecteur vis-à-vis du cadre d’évolution ne constitue pas le socle de motivations de ces sportifs pour devenir des pratiquants de raid nature, la recherche du défisupplantant celle de la purification écologique.

Le raid nature éco-conçu : un terrain de conciliation

  • 8 Selon l’enquête réalisée : 94,3 % des concurrents déclarent effectuer le « tri des déchets » et 53, (...)
  • 9 Selon l’enquête réalisée : 85,8 % déclarent consommer « souvent à très souvent » l’eau du robinet e (...)
  • 10 Selon l’enquête réalisée : 56,1 % des concurrents sondés déclarent intégrer des critères environnem (...)

23Pour autant, en éloignant l’analyse du terrain de jeu de ces pratiquants et en investissant d’autres sphères de leur vie sociale, le constat semble devoir être nuancé. Les résultats démontrent non seulement une prise de conscience de l’impact écologique de certains gestes du quotidien mais aussi de comportements porteurs d’une amélioration sinon d’une meilleure préservation du capital vivant. Qu’il soit guidé par des politiques publiques dynamiques dans certains domaines8, ou issu d’une démarche personnelle9, le quotidien de ces sportifs est rattrapé par des actes protecteurs. Des comportements d’achat traduisent une sensibilité à une consommation reterritorialisée tout autant que responsable10.

24Globalement, à travers l’étude de ce que les pratiquants déclarent être leurs gestes au quotidien, mais aussi par l’identification de certaines conduites révélées notamment par l’analyse du questionnaire, il est possible de noter une tendance à l’écologisation des comportements. Pour autant, les disparités dans les modes d’action et de consommation constatées entre ces sportifs issus de professions et catégories sociales (PCS) différentes rendent le bilan bien moins homogène. En effet, un fort capital économique ne paraît pas être une condition nécessaire et indispensable pour construire des dispositions écologiques. Ainsi, au regard de l’intégration de critères environnementaux dans l’acte d’achat, en considérant l’attention portée à la durabilité et la provenance du produit, on constate qu’une consommation dite « réfléchie » ne croît pas de façon exponentielle avec la PCS. Les résultats démontrent qu’une consommation responsable relève davantage d’une prise de conscience et d’une sensibilité plus forte vis-à-vis des problématiques évoquées. Ici, les fonctions humaines, environnementales et sociales priment sur la forme, tout autant que le nécessaire reprend des rangs à l’accessoire. Le prisme de classe semble donc guider bien des réflexes consommatoires et bon nombre de conduites.

La sensibilisation au développement durable des pratiquants conditionnée au prisme de classe et aux logiques de guidage

Une définition incomplète et différente

  • 11 Institut LH2, mars 2007 : 54 % des Français « ont entendu parler du développement durable » mais ép (...)
  • 12 Selon l’étude réalisée une définition complète correspondait à un nouveau mode de pensée globalisan (...)

25Si le développement durable entre progressivement dans le champ lexical des acteurs politiques, économiques et des citoyens eux-mêmes, son contenu semble encore mal cerné. Les concurrents de « L’Aquitaine, la course couleur nature », à l’image de la majorité des Français11, semblent plongés dans l’amalgame fréquent : « Le développement durable, c’est l’écologie. » Ainsi, selon l’étude réalisée, 70 % des pratiquants interrogés le cloisonnent au seul pilier environnemental. Les sphères sociales et économiques parviennent difficilement à entrer dans le contenu définitionnel du développement durable. Les résultats sont toutefois différenciés selon la position du pratiquant sur l’échelle sociale : plus on monte dans la hiérarchie sociale (jusqu’à la catégorie des « professions intellectuelles, cadres supérieurs »), plus les pratiquants restituent une définition complète12 (de 36,4 % cumulés pour les catégories ouvriers, employés, chômeurs et étudiants à 58,8 % pour les « professions intellectuelles et cadres supérieures »). Au-delà, en l’occurrence dans la catégorie des « professions libérales, artisans, commerçants », 80 % des personnes interrogées ont une vision exclusivement écologique du développement durable.

26Autre point : 64 % des pratiquants interrogés se sentent « suffisamment sensibilisés aux principes du développement durable ». Si plus de la moitié est interpellée par ce type de communication, des distinctions, là aussi, s’établissent en fonction des PCS. Les « commerçants, artisans et chefs entreprise » sont ceux qui éprouvent la plus faible sensibilisation vis-à-vis du développement durable (50 %), alors que la catégorie regroupant « chômeurs et étudiants » est la « plus informée » avec 81,6 %.

27Ainsi, le fait se confirme : la sensibilité au développement durable ne croît pas de façon exponentielle avec la PCS, bien au contraire. Si une homogénéité des réponses est à convenir sur les autres catégories (excepté celle des « agriculteurs », composée d’un seul agent et donc non représentatif), la forte poussée sur la classe des « chômeurs et étudiants » conforte l’idée selon laquelle l’information sur le développement durable serait d’autant mieux reçue que la distance capital social est importante.

28Enfin, parmi ceux qui ne semblent pas investis dans une démarche « développement durable », 63,2 % restituent une définition du concept fondée uniquement sur le socle environnemental quand 53,6 % des personnes se déclarant investies dans ce processus en donnent une définition complète. La relation entre l’information et l’engagement est donc établie : une connaissance juste et globale faciliterait l’investissement de l’individu et sa responsabilisation. Une information trop segmentée et partielle semblerait alors limiter les possibles actions de certains pratiquants de raid nature et par là même cloisonnerait leur réflexion.

29Ainsi pouvons-nous déjà affirmer qu’appuyé par des conditions conjoncturelles moroses (avec un polymorphisme de la crise), le développement durable semble trouver un écho soit auprès d’une population fragilisée d’un point de vue socio-économique – il s’agirait d’un écho « forcé par le destin » – soit auprès d’individus interpellés par certains désordres sociétaux – il s’agirait d’une attention choisie. Le développement durable, ambitionnant de fédérer les individus autour d’un projet sociétal unifié et libéré de tout prisme de classe, ne semble donc pas pouvoir échapper à un marquage sociologique.

L’éco-conception : une réception favorable

  • 13 Selon l’étude réalisée, 66 % des concurrents interrogés s’inscrivent à ce type de manifestation pou (...)
  • 14 Selon l’étude réalisée, 63,2 % des concurrents interrogés retiennent la « convivialité » de la mani (...)

30Pourtant, la sensibilité au développement durable, vue à travers le mode de réception des actions engagées par les promoteurs de « L’Aquitaine, la course couleur nature », démontre que la mise en œuvre de nouveaux principes organisationnels attentifs aux trois piliers du développement durable remporte une adhésion massive. Même si l’impact d’une éco-conception est difficilement quantifiable puisque se prolongeant sur un temps social plus long et plus vaste, l’examen du ressenti de la course, mis en parallèle avec les intérêts dominants à l’inscription13, traduit le primat du lien humain sur l’autoréalisation et sur le levier environnemental14.

31Les actions menées par les organisateurs tentant de rééquilibrer les objectifs de ce rendez-vous sportif en valorisant le patrimoine humain, environnemental et local reçoivent un écho plus que favorable auprès des participants. Quels que soient les motifs d’agir initiaux, quelle que soit l’intensité consentie à ce type de pratique ou encore l’expertise du concurrent, le constat est celui d’une coexistence pacifique entre les logiques de particularismes révélées précédemment et des stratégies d’ensemble redonnant un sens collectif et responsable à l’aventure sportive. L’examen du ressenti des concurrents, tout autant que les perspectives de réinscription (74,6 % envisagent une éventuelle participation à l’édition prochaine), montrent que l’épreuve sportive peut ainsi se défaire de l’exclusivité du « culte de la performance » (Erhenberg, 1991, p. 281) permettant alors de revisiter les responsabilités économiques, sociales et environnementales de la pratique.

32Cette expérience montre que pour influencer durablement et transversalement les comportements de ces pratiquants, et d’autres d’ailleurs certainement, un accompagnement et des sollicitations nombreuses et plurielles sont indispensables. Cette logique de guidage identifiée par B. Vignal et P. Chazaud (2001) est une étape incontournable pour provoquer un changement plus global, plus durable. L’étude ici menée l’atteste : la diffusion d’une nouvelle hiérarchie de valeurs portée par le développement durable, l’essaimage de « bonnes pratiques » (Bergey, délégué régional de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, 2009) passent par des sollicitations nombreuses, répétées, coordonnées, étoffées d’une approche pédagogique et explicative, seules capables de conduire à la généralisation de ces principes éco-responsables dans le montage d’évènements sportifs ou autres et de rétablir un contrôle interne pour chaque acte individuel. C’est une dynamique institutionnelle globale dont l’éco-conception fait partie.

33Les acteurs cherchant à articuler promotion du sport et principes du développement durable ont certainement à œuvrer en termes de communication, de méthodologie, de concertation, pour faire des activités de nature des médias réellement porteurs, au service d’un nouveau rapport du sportif à soi, aux autres, et à son environnement.

Conclusion

34Les particularismes étudiés à travers les modes de pratique et les motifs d’agir de ces sportifs montrent que la relation si souvent affichée entre les activités de nature et le développement durable est loin de s’imposer comme une évidence. Le précepte selon lequel le pratiquant de raid nature serait potentiellement plus réceptif à ces nouveaux modes d’actions est, dans une première analyse, un raccourci quelque peu rapide. Plusieurs éléments en attestent : la libéralisation et l’individualisation des modalités de pratique, la recherche de sensations sur mesure, une distance vis-à-vis de la participation sociale, la fonction utilitariste de l’environnement naturel.

35Mais un élargissement de l’étude aux modes de vie déclarés par les questionnés, aux comportements d’achat et au niveau de connaissance et d’appropriation du développement durable fait apparaître un passage à l’acte progressif. La logique de durabilité s’installe dans les réflexions et les consommations.

36Le niveau de sensibilisation aux problématiques du développement durable semble ainsi avoir passé le cap des balbutiements. Le raccourci quasi systématisé entre les pratiquants de raids nature et le développement durable ne peut donc être qualifié d’abusif.

37Pour autant, certains indicateurs permettent de relativiser cet enthousiasme affiché et surtout de tracer des perspectives de réflexion et d’action :

    • 15 De la traduction « sustainable development » (Commission mondiale sur l’environnement et le dévelop (...)

    les grilles de perception d’un « sport durable » (Observatoire Sport et Développement durable, Sport durable [En ligne]) et plus généralement d’une société durable au développement soutenable15 sont actuellement et incontestablement marquées socialement. Les modes de réception et de réflexion, l’engagement différencié dans cette voie, démontrent leur conditionnement à la position sociale occupée. Ici, le « le modèle de la distinction » (Bourdieu, 1979, p. 194) semble avoir trouvé un terrain de démonstration ;

  • le lien entre la connaissance du concept de développement durable et le niveau de sensibilisation, de responsabilisation des pratiquants de raids nature démontre les insuffisances de la communication faite autour du premier objet. La diffusion d’une information plus juste, plus complète c’est-à-dire non exclusivement centrée sur les problématiques environnementales pourrait, au regard du rapport clairement identifié, servir une nouvelle lisibilité des enjeux du développement durable, et, de fait, aider à un engagement plus soutenu et plus massif.

  • 16 Entretien réalisé avec un référent « sports de nature » de la Direction régionale de la jeunesse, d (...)

38À travers les acteurs d’un raid nature, des liens entre le sport et le développement durable sont mis en évidence. « L’idéologie du xxie siècle » (Zaccaï, 2009, p. 31), en quelque sorte, est traduite en actes dans le domaine du sport et plus spécifiquement dans le cadre d’activités de nature. Parce que détentrices d’un capital écologique important, elles présentent des contours favorables pour mener l’expérimentation des manifestations responsables. Les conclusions de ces essayages montrent les nouveaux schémas à emprunter pour œuvrer dans le sens du plein exercice de la responsabilité sociale, économique et environnementale de tous les acteurs du sport, à chaque échelle. Elles révèlent les perfections possibles, tout autant qu’elles ouvrent des perspectives en termes d’espace d’intervention. En effet, celles-ci pourraient consister, entre autres, à élargir le champ d’étude à d’autres pratiques sportives où le levier environnemental ne peut être utilisé comme point d’appui. Car actuellement, « seulement certaines associations, seulement certaines activités physiques et sportives demeurent plus sensibilisées que d’autres aux problématiques évoquées par le développement durable16 ». Autres lieux, autres organisateurs, autres pratiquants, autres aspirations, autres modes de sociabilité, autres types d’investissement corporel, les perspectives peuvent alors conduire à vérifier la mise en œuvre de cette nouvelle méthodologie organisationnelle dans un champ d’activités sportives différent et de situer le mode de réception, de sensibilisation et d’engagement du pratiquant lui-même.

Bibliographie

Bibliographie

Aubel O., « Analyse comparative des 25 pratiques préférées des français. Les sociabilités sportives », in Aubel O., Lefèvre Br., Tribou G., Sports et sportifs en France. Points de repères issus de l’Observatoire du sport FPS/IPSOS 2007, Paris, FPS, mars 2008.

Augustin J.-P., Travaux et recherches, décembre 1985, no 8, Paris, INSEP.

Bergey J.-L., « Éditorial », in Conseil général de la Gironde, Guide pour des manifestations responsables, mars 2009, p. 2-4.

Bouffin S., Foirien R., Richard P., avec la collaboration du Pôle ressources national des sports de nature, « Les Sports de nature en France en 2006 », STAT-INFO, Bulletin de statistiques et d’études, avril 2008, no 08-01.

Bourdieu P., « L’habitus et l’espace des styles de vie », La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. 189-248.

Brunel S., À qui profite le développement durable ?, Paris, Larousse, Coll. À dire vrai, 2008.

Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’ONU, Notre avenir à tous, rapport Brundtland, Oxford, Oxford University Press, avril 1987.

Coulangeon Ph., « Classes sociales, pratiques culturelles et styles de vie. Le modèle de la distinction est-il (vraiment) obsolète ? », Sociologie et sociétés, 2004, vol. 36, no 1, p. 59-85.

Enquête auprès des structures liées aux raids multisports de nature, MSJSVA en partenariat avec le CNOSF, 2007.

Erhenberg A., Le Culte de la performance, Paris, Hachette, Coll. Pluriel, 1991.

Huart J.-M., Croissance et développement, Paris, Bréal, Coll. Thèmes & débats, 2003.

Knobé S., « Éléments pour une analyse sociologique de l’entrée dans l’ultrafond. L’exemple du marathon des sables », Loisir et société, 2007, vol. 29, no 2, p. 401-421.

Lahire B., L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 2001.

Le Breton D., Passions du risque, Paris, Métailié, Coll. Sciences humaines, 2000.

Moga S., Modes d’appropriation du développement durable par les financeurs, organisateurs et pratiquants d’un raid nature, sous la direction de Honta M., Université Bordeaux Segalen, Faculté des sciences du sport et de l’éducation physique, 2010.

Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, Pôle ressources national des sports de nature, en partenariat avec le CNOSF, Enquête auprès des structures liées aux raids multisports de nature, 2007.

———, Stat-Info, Bulletin de statistiques et d’études, « Les sports de nature en France en 2006 », no 08-01, avril 2008.

Peterson R.A., « Le passage à des goûts omnivores : notions, faits et perspectives », in « Goûts, pratiques culturelles et inégalités sociales : branchés et exclus », Sociologie et sociétés, printemps 2004, vol. 36, no 1, p. 145-164.

Pociello Ch., Sports et sciences sociales. Histoire, sociologie et prospective, Paris, Vigot, Coll. Repères en éducation physique et en sport, 1999.

———, COFREMCA, Pour un repositionnement de l’offre de loisir des Alpes françaises, Mission Développement Prospective Savoie, Chambéry, 1993.

Smouts M.-Cl. (dir.), Le Développement durable. Les termes du débat, Paris, Armand Colin, 2003.

Vignal B., « Observer la relation à la nature dans les pratiques de baignade en plein air et en eau douce », Revue européenne de management du sport [en ligne], décembre 2003, no 10.

———, Chazaud P., « Vers une prise en compte des rapports à la nature dans l’organisation des pratiques de plein air », Science & motricité, 2001, no 43-44, CRIS Univ. Lyon 1.

Yonnet P., « L’extrême de masse », Systèmes des sports, Paris, Gallimard, NRF, 1998, p. 235-239.

Zaccaï E., « Développement durable : l’idéologie du xxie siècle », in « Idéologies, le retour de flamme », Les Grands Dossiers des Sciences humaines, mars-avril-mai 2009, no 14, p. 31.

Sources internet

Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. [En ligne]. Disponible sur : http://www.ademe.fr.

Institut LH2, ConsoGlobe [En ligne]. Mars 2007. Disponible sur : http://www.consoglobe.com/francais-developpement-durable-environnement-2329-cg

Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative, Site du Ministère des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative. [En ligne]. Disponible sur : http://www.sports.gouv.fr/.

Observatoire Sport et Développement durable (OSDD), Sport durable [En ligne]. Disponible sur : http://www.sport-durable.com.

Notes

1 488 678 adhésions à titre provisoire (ATP) sont délivrées en 2006 par les fédérations dites de « sports de nature », ce qui représente une variation entre 2006 et 2001 de plus de 20,5 % avec une évolution annuelle moyenne sur la même période de 3,8 %.

2 Cette étude s’inscrit dans le cadre de la réalisation d’un Master 2 recherche (Moga, 2010).

3 Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, Pôle ressources national des sports de nature, en partenariat avec le CNOSF, 2007 : 48 % des structures organisatrices de raids nature ayant participé à l’enquête étiquettent leur manifestation « tous publics ».

4 Voir tableau 1.

5 Selon l’étude réalisée : près de 35 % des concurrents interrogés font deux raids et plus par an, 65 % d’entre eux ne s’engagent que sur un seul évènement de ce type par an.

6 Selon l’étude réalisée : 41 % vivent leur première expérience sur ce raid, 21 % leur deuxième année d’expérience et 38 % ont plus de deux années d’expérience dans ce type de pratique.

7 Voir page précédente, graphiques no 1 et no 2.

8 Selon l’enquête réalisée : 94,3 % des concurrents déclarent effectuer le « tri des déchets » et 53,09 % se déplacent sur leur lieu de travail en utilisant des « moyens de locomotion collectifs ou non impactant ».

9 Selon l’enquête réalisée : 85,8 % déclarent consommer « souvent à très souvent » l’eau du robinet et 92,4 % déclarent éteindre « souvent à très souvent » les appareils électriques domestiques plutôt que de les laisser en état de veille.

10 Selon l’enquête réalisée : 56,1 % des concurrents sondés déclarent intégrer des critères environnementaux dans leurs consommations.

11 Institut LH2, mars 2007 : 54 % des Français « ont entendu parler du développement durable » mais éprouvent, au regard des éléments restitués, une « difficulté à le définir véritablement ».

12 Selon l’étude réalisée une définition complète correspondait à un nouveau mode de pensée globalisant « l’environnement, le social et l’économie ».

13 Selon l’étude réalisée, 66 % des concurrents interrogés s’inscrivent à ce type de manifestation pour le « défi physique et la compétition ».

14 Selon l’étude réalisée, 63,2 % des concurrents interrogés retiennent la « convivialité » de la manifestation. Et parmi ceux qui avaient comme motif d’inscription « le défi physique et la compétition », 57,3 % retiennent la « convivialité », 20 % « l’éco-conception » et 18,7 % « l’originalité et la beauté des sites d’évolution ».

15 De la traduction « sustainable development » (Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’ONU, 1987).

16 Entretien réalisé avec un référent « sports de nature » de la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, le 14 novembre 2009.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Présentation des propriétés sociales des pratiquants sportifs interrogés au regard des caractéristiques de la population française
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Graphique 1 – Les activités sportives licenciées des concurrents
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3523/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique 2 – Les activités sportives non licenciées des concurrents
Légende Conception : Sylvie Moga et Marina Honta.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3523/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540