Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Troisième partie. Des activités sportives de pleine nature et des prises de conscience

Relâcher le poisson : crise de reproduction et conflits générationnels entre pêcheurs de loisir

Frédéric Roux

Texte intégral

1Cette contribution repose sur les résultats d’un travail de recherche mené à l’occasion d’une thèse de sociologie sur les pêcheurs de loisirs, et plus particulièrement sur des pêcheurs qui revendiquent une pratique « sportive » en eau douce. La pêche à la ligne est une pratique masculine et populaire, on peut même parler de pratique « de masse », comme en atteste les 5,3 millions de pratiquants recensés par l’enquête sur les activités physiques et sportives de 2003, à comparer aux 4,3 millions de pratiquants du football (Cannéva, 2005). Elle est paradoxalement relativement peu étudiée par la sociologie car d’une part souvent associée à la chasse dont elle s’éloigne socialement sur bien des points, notamment par son caractère ouvrier et urbain, et d’autre part du fait d’une image désuète qui la rend peu légitime à figurer dans le « monde des sports ».

Un nouvel ethos « sportif »

2La pêche de loisirs, particulièrement en France, est marquée depuis une trentaine d’années par un recul de l’effectif des pratiquants cachant cependant une transformation profonde du rapport à la pratique d’un bon nombre de pêcheurs qui revendiquent une « pêche sportive », « écologique » ou encore « durable » par opposition à une pêche « cueillette » suspectée d’être « peu respectueuse » du poisson voire synonyme de pillage. Le « no kill », fait de relâcher précautionneusement le poisson et d’utiliser des hameçons sans ardillon pour ne pas le blesser, cristallise cette revendication dans un geste emblématique souvent mis en scène par ces nouveaux pêcheurs. On peut dater l’émergence au sein d’une élite sociale de cette nouvelle « mentalité » à la fin du xixe siècle (de Saint Martin, 1989) qui obéit mutatis mutandis à un mouvement de fond de sportization de certaines activités traditionnelles (Elias, 1994). Une nouvelle éthique se dessine, portée par une élite que l’on peut aussi localiser en Grande-Bretagne. Le poisson est de plus en plus considéré non plus comme une proie mais comme un partenaire de jeu digne de respect et il est recherché pour ses qualités « sportives » : ruse, combativité, « noblesse ». Le paysage halieutique se clive alors. Il est ainsi courant d’opposer en Angleterre le coarse fishing, ensemble de pêches populaires et urbaines, tournées vers la compétition et plutôt statiques, au game fishing plus pratiqué par des membres de la grande bourgeoisie et de l’aristocratie sur des parcours « sauvages », des « eaux pures » peuplés de truites et de saumons (Lowerson, 1988). Le game fishing est lié historiquement à l’émergence d’une posture contemplative et aventurière qui s’est exprimée dans d’autres activités « nobles » comme l’alpinisme. Car cette division des techniques de pêche est aussi une « ligne de partage des eaux », des territoires de pêche, et des poissons qui peuvent même faire l’objet d’un classement social dans la littérature halieutique (de Boisset, 1948). La pêche à la mouche, importée en France à la fin du xixe siècle, en même temps que d’autres sports, par une aristocratie anglophile est représentative de cette pêche ludique et savante. Caractérisée par une gestuelle peu intuitive et un matériel très spécialisé, elle suppose un apprentissage, des connaissances entomologiques et produit cette forme de distinction « distributionnelle » qu’évoque Pierre Bourdieu à propos du golf (Bourdieu, 1987). De fait, la pêche à la mouche a pu cultiver et cultive encore cette image élitiste. Comme pour d’autres pratiques, on a pu assister à ce que Norbert Elias appelle une sportization de la pêche, diffusion de cet ethos qui a eu un impact sur les représentations et sur les usages de la nature. C’est ce processus que nous nous proposons d’interroger.

Effet de classe et effet de génération

3L’observation des pratiques de pêche de loisir contemporaine montre une segmentation technique de plus en plus marquée. On peut regrouper en deux familles ces techniques de pêche qui sont inséparablement des postures éthiques et des formes d’engagement corporel dans la pratique. La première regroupe les pêches dites « statiques » ou « au coup », pêches d’attente visant à capturer des poissons plus ou moins imposants. Ce sont les pratiques les plus courantes et les plus accessibles (« la pêche au bouchon »), tant sur le plan technique que sur celui des eaux où on peut les pratiquer. La seconde famille est celle des pêches « actives » aux leurres artificiels qui se sont particulièrement développées après la Deuxième Guerre mondiale autour d’innovations techniques comme l’utilisation de la fibre de verre et la mise au point de moulinets à tambour fixe. La pêche aux leurres ou « pêche au lancer » et la pêche à la mouche constituent les deux composantes essentielles de cette famille de pêche sportive. Il serait commode d’opposer alors les deux figures traditionnelles déjà évoquées du coarse et du game fishing et par un jeu d’homologie structurale de retrouver une opposition de classe entre pratiques populaires et pratiques de classes supérieures, comme le fait une étude serrée des sports de combats (Clément, 1980). Si cette lecture peut fonctionner partiellement, elle ne permet pas de comprendre les transformations récentes de la pêche qui traversent la plupart des techniques ainsi que les conflits entre pêcheurs. Nous avons en effet pu observer une opposition nette entre deux conceptions de la pratique ; cette opposition prend de plus en plus la forme d’un conflit générationnel, parfois violent comme en témoigne l’expression de « viandards » très souvent utilisée pour stigmatiser les pêcheurs traditionnels, old school. Par exemple, au sein de certaines associations agréées pour la pêche et la protection des milieux aquatiques (AAPPMA), des parcours de pêche en no kill ont vu le jour sous la pression de nouvelles générations de pêcheurs porteuses de l’ethos sportif dont nous avons retracé la genèse. Porté par l’image sportive, ce mouvement traverse d’ailleurs des techniques traditionnelles qui incarnaient jusque-là les formes les plus populaires de la pêche. C’est le cas de la pêche de la carpe (Barthélémy, 1999) qui connaît à partir des années 1990 une véritable mutation technique et éthique : artificialisation des appâts (les « bouillettes »), sophistication du matériel de plus en plus orienté vers la recherche de sensations, poissons systématiquement relâchés après avoir été « réanimés ». Ces nouveaux « carpistes » souvent jeunes et plutôt d’origine populaire sont la preuve de cet effet de génération. Un examen de la presse halieutique, des fora de discussion sur internet et une série d’entretiens nous a permis de mettre au jour non seulement des conflits autour des usages et de l’artificialisation des espaces naturels (Roux, 2009) mais aussi une véritable lutte symbolique pour la définition de la pratique légitime orchestrée par des « entrepreneurs de morale » au sens de Howard Becker (Becker, 1985). Cette lutte symbolique, qui peut prendre la forme d’un « militantisme halieutique » (Roux, 2006), est dominée par les plus à même de manipuler les symboles, et de les monopoliser, notamment en usant et abusant de termes anglo-saxons pour codifier les variantes subtiles de leurs pratiques (spinning, casting, street fishing…). Les techniques traditionnelles, et souvent silencieuses bien que majoritaires, se retrouvent stigmatisées voire condamnées car jugées « ringardes ». L’idéologie sportive « moderniste » et contemplative (la « pêche fun », la « quête de sensations », le « respect de la nature ») est aujourd’hui véhiculée et codifiée par les guides de pêche et les « écoles de pêche » qui se sont multipliées ces dernières années pour tenter de freiner la décrue des pêcheurs dans les AAPPMA. On peut sans doute mettre en parallèle ces nouveaux discours et cette nouvelle socialisation avec la montée d’une « sensibilité écologique » dont le récent succès mérite lui aussi d’être interrogé.

Une « génération écologiste » ?

4Dans une étude désormais classique, Karl Mannheim propose d’appréhender sociologiquement la « question des générations » c’est-à-dire de comprendre leur spécificité historique (Mannheim, 1990). Pour cela il rompt avec la conception positiviste qui repose sur une vision linéaire du progrès social et sur la conception romantique du groupe générationnel selon laquelle il existerait une entéléchie de ce groupe, sorte de « destin naturel » commun qui cimenterait son unité. La première conception de la génération est assez répandue. La sensibilité à l’égard de l’environnement ne serait que l’expression d’un « progrès social » continu, les nouvelles générations faisant « la leçon » aux plus anciennes. Une version plus savante consisterait à penser ce mouvement comme la diffusion inexorable d’un « processus de civilisation » au sens de Norbert Elias (Elias, 1975), la pacification des rapports sociaux grâce à la monopolisation de la violence par un État de plus en plus centralisé et dans le même mouvement et sur les mêmes aires géographiques, la montée d’une sensibilité à l’égard de la nature et des animaux (Thomas, 1985). La genèse de cet ethos civilisé, dont il n’échappe d’ailleurs pas à Norbert Elias lui-même qu’il est porté par des groupes et des configurations sociales particuliers, nous montre que cette diffusion n’est ni linéaire, ni la marque d’un quelconque évolutionnisme. La figure romantique d’une nouvelle jeunesse qui serait « naturellement » « fun », « active » et « respectueuse de la nature » peut exister elle aussi dans des représentations spontanées mais elle résiste peu à l’analyse. Selon Karl Mannheim, une génération se fonde dans un événement socialisateur commun, une « situation analogue dans le cours du développement social ». Ces principes structurant des dispositions communes, et parfois s’ils sont suffisamment puissants, une conscience collective, ne sont pas sans rappeler ceux qui fondent la notion d’habitus dans la théorie de Pierre Bourdieu, comme le souligne Gérard Mauger en postface de sa traduction (Mannheim, 1990, p. 82-115). Reste à savoir quels peuvent être ces évènements structurants qui fondent une ou des générations dans un ethos commun, à la fois respectueux, savant et contemplatif.

La construction d’une génération

5L’accès aux loisirs s’est diffusé massivement à l’ensemble des groupes sociaux après la Seconde Guerre mondiale, si bien que l’on a pu parler d’une « civilisation des loisirs » (Dumazedier, 1962). La distribution des gains de productivité aux salariés, alors centrale dans la politique économique dite « fordiste », a permis d’une part de voir le pouvoir d’achat des classes populaires augmenter. Ce fait est décisif quand on pense par exemple à la diffusion de l’usage de l’automobile qui a permis la conquête de nouveaux espaces, vécue comme une « invasion » par les classes élevées jusque-là seules à jouir de ces territoires. Elle a aussi autorisé une diminution du temps de travail. Cet accès au temps libre est décisif dans la formation de générations qui s’approprient un luxe jusque-là réservé à une élite, avec sans doute moins de culpabilité au fil du temps, comme le montre l’exemple des jeunes génération d’agriculteurs qui prennent des vacances. S’inscrivant dans une nouvelle temporalité sociale (le « week-end », les « congés »), les espaces « de jeu » sont appréhendés autrement. Jean-Louis Fabiani (Fabiani, 1982) l’a ainsi très bien montré dans une étude menée sur une association de chasseurs des années 1970. Une nouvelle génération de jeunes salariés entretient un nouveau rapport aux espaces à la fois plus contemplatif mais aussi plus rationalisé, plus « gestionnaire », que celui des générations précédentes composées essentiellement d’agriculteurs chassant « chez eux », dans un cadre temporel moins cloisonné. Cette « nouvelle vague » de chasseurs revendique la « chasse sportive », avec les profits symboliques qui lui sont associés.

6Un autre événement structurant, plus difficile à saisir, mérite enfin d’être interrogé même de façon incomplète. Il s’agit des conséquences de la massification scolaire. Celle-ci a fait l’objet d’interrogations récentes sur ces effets économiques (Maurin, 2007) mais aussi culturels (Coulangeon, 2011). On peut faire l’hypothèse que si cette massification n’a pas été une véritable démocratisation comme le démontre la sociologie de l’éducation depuis les années 1960, si elle a aussi contribué à transformer la culture légitime en la diffusant au sein de populations jusque-là exclues du système scolaire, elle n’en a pas moins eu des effets culturels sur les nouvelles générations scolarisées. Celles-ci se trouvent dotées de plus de compétences symboliques et linguistiques qui peuvent transformer les pratiques ou tout au moins le rapport à la pratique en le rendant plus « bavard », plus « codifié » mais aussi plus légitime et déclassant pour celui des générations précédentes. Cette « scolarisation culturelle » pourrait expliquer la diffusion d’une posture éthique « puriste » dans le sport et sa diffusion différentielle dans la société à travers des effets de génération. Nous sommes conscient du caractère hypothétique de ces assertions qui mériteraient d’être vérifiées par un travail empirique et pourquoi pas des comparaisons internationales.

Les limites sociales d’une « pêche durable »

7Le succès actuel de la notion de développement durable, couramment réduit à sa dimension environnementale au détriment de ses dimensions économiques et sociales (Brunel, 2004), ne doit pas cacher la diversité des aspirations des agents sociaux et les conflits que peuvent faire naître des usages de la nature concurrentiels. Car s’ils sont divisés sur la question de la gestion de la ressource et de la conception de la pratique, les pêcheurs sont aussi en concurrence avec d’autres usagers des espaces aquatiques. C’est le cas par exemple des kayakistes dont la fédération a signé en 1991 une convention avec EDF pour réguler les lâchers d’eau en tenant compte de leurs exigences spécifiques. La lutte pour les usages légitimes, c’est-à-dire aujourd’hui écologiquement légitimes, de l’eau voit s’opposer des conceptions diverses qui se parent de plus en plus d’un discours environnemental voire scientifique. La communication actuelle des producteurs d’électricité et de certaines associations de protection de la nature en faveur de l’hydro-électricité, présentée comme une source d’énergie renouvelable, va ainsi elle aussi contre les intérêts des pêcheurs. Les barrages modifient en effet le biotope des rivières et entravent la circulation des poissons. Ces conflits et ces contradictions rappellent que la nature est avant tout un objet d’appropriation culturelle. Nous avons pu mesurer dans notre recherche l’artificialisation que produit la gestion halieutique des milieux naturels (entretien des rivières, création de lacs, introduction et importation de poissons exogènes, spécialisation de certains plans d’eau, importance de la pisciculture). La nature « sauvage » dont rêve les « puristes » est souvent une illusion, un mensonge que l’on se fait à soi-même qui cache mal son anthropisation et les multiples interventions, parfois contradictoires, qu’elle subit (Dalla Bernardina, 1996). Le geste emblématique du catch and release, s’il peut sembler nécessaire pour sauver des parcours d’un dépeuplement certain, n’en est pas moins insuffisant et peut même générer des effets pervers sur certains poissons qui deviennent très méfiants voire malades. Il pourrait renvoyer à une idéologie individualiste des « petits gestes vertueux » dont se pare trop souvent la communication sur le développement durable, laquelle n’est pas sans contribuer à une dépolitisation préjudiciable de la nature (Latour, 1999). De ce point de vue, la nouvelle génération de pêcheurs « respectueux » a encore une légitimité à bâtir pour imposer socialement sa conception ludique de la nature.

Bibliographie

Bibliographie

Barthélémy Carole, « Le Rhône, masculin, populaire et “lieu de nature” ? Le fleuve à l’épreuve des pratiques de pêche amateur : la pêche des aloses et la pêche de la carpe au No-Kill », in Vincent André (dir.), Le Rhône. Un fleuve et des hommes. Le Monde alpin et rhodanien, Grenoble, Centre Alpin et Rhodanien d’Ethnologie, 1999, no 1-3, p. 141-158.

Becker Howard S., Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 [1963].

Boisset Léonce de, Poissons des rivières de France, Histoire naturelle pour les pêcheurs, Paris, Librairie des Champs-Élysées, 1948.

Bourdieu Pierre, « Programme pour une sociologie du sport », in Choses dites, Paris, Éditions de Minuit, 1987, p. 203-216.

Brunel Sylvie, Le Développement durable, Paris, PUF, collection Que Sais-Je ?, 2004.

Cannéva Hervé (dir.), La Pratique des activités physiques et sportives en France. Résultats de l’enquête menée en 2003 dans le cadre d’un partenariat entre le ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, le ministère de la Culture et de la Communication et l’INSEE, Paris, Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative et INSEP, 2005.

Clément Jean-Paul, Étude comparative de trois arts martiaux : lutte, judo et aïkido, Mémoire pour le diplôme de l’Institut national du sport et de l’éducation physique, Paris, INSEP, 1980.

Coulangeon Philippe, Les Métamorphoses de la distinction. Inégalités culturelles dans la France d’aujourd’hui, Paris, Bernard Grasset, 2011.

Dalla Bernardina Sergio, L’Utopie de la nature. Chasseurs, écologistes et touristes, Paris, Imago, 1996.

Dumazedier Joffre, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Le Seuil, 1962.

Elias Norbert, La Dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975.

———, Dunning Eric, Quest for Excitment. Sport and Leisure in the Civilizing Process, Londres, Basil Blackwell, 1986. Traduction française : Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994.

Fabiani Jean-Louis, « Quand la chasse populaire devient un sport. La redéfinition sociale d’un loisir traditionnel », Études rurales, juillet-décembre 1982, no 87-88, p. 309-323.

Latour Bruno, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte, 1999.

Lowerson John, « Brothers of the Angle : Coarse Fishing and English Working Class Culture, 1850-1914 », in J. A. Mangan (ed.), Pleasure, Profit and Proselytism. British Culture and Sport at Home and Abroad, 1700-1914, London, F. Cass, 1988, p. 105-127.

Mannheim Karl, Le Problème des générations, traduit de l’allemand par Gérard Mauger et Nia Perivolaropoulou, Paris, Nathan, 1990.

Maurin Éric, La Nouvelle Question scolaire. Les bénéfices de la démocratisation, Paris, Le Seuil, 2007.

Picon Bernard, « Chasse, pêche, cueillette : un même objet support d’attitudes et de pratiques sociales différenciées », Sociétés Contemporaines, 1991, no 8, p. 87-100.

Roux Frédéric, « “Penser comme une rivière”. Quelques remarques sur le militantisme halieutique. », in Le Louarn Patrick (dir.), L’Eau sous le regard des sciences humaines et sociales, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 41-52.

———, « La pêche sportive. Pratiques nouvelles et conflits sur les usages de la nature », in Guibert Christophe, Loirand Gildas et Slimani Hassen, Le Sport entre public et privé : frontières et porosités, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 75-88.

Saint-Martin Monique de, « La noblesse et les “sports” nobles », Actes de la recherche en sciences sociales, novembre 1989, no 80, p. 22-32.

Thomas Keith, Dans le jardin de la nature. La mutation des sensibilités en Angleterre à l’époque moderne (1500-1800), traduit de l’anglais par Catherine Malamoud, Paris, Gallimard, 1985.

Auteur

Professeur de sociologie (PRAG), ESPé d’Aquitaine.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540