Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Troisième partie. Des activités sportives de pleine nature et des prises de conscience

Introduction

Full text

1Sous cet intitulé, six contributions ont été réunies. Cet ensemble montre la diversité des sensibilités observables en matière de respect de la nature ou de prise de conscience de l’importance du développement durable. Il ne faut pas sous-estimer les formes d’indifférence qui s’observent en la matière, quand bien même des organisations s’emploient à la combattre. Cependant, des progrès significatifs sont enregistrés.

2Parmi les activités de pleine nature, la pêche de loisir occupe une place singulière car elle suppose des prises de poissons. Se peut-il qu’elle s’éloigne de la chasse (autre pratique de loisir fondée sur l’appropriation de pièces, de gibier en l’occurrence) tout en se rapprochant de l’acte désintéressé du sportif ? Frédéric Roux examine les conflits générationnels qui procèdent d’une « transformation profonde du rapport à la pratique » : d’un côté les pêcheurs qui revendiquent une « pêche sportive », « écologique », « durable », de l’autre des pêcheurs qui « prélèvent » du poisson, dans un acte qui peut tourner parfois au « pillage »… Cette situation s’accorde avec les analyses de Norbert Elias et Eric Dunning sur le « mouvement de fond de sportization de certaines activités traditionnelles. « L’observation des pratiques de pêche de loisir contemporaine montre une segmentation technique de plus en plus marquée. Fr. Roux analyse ce processus comme résultant de l’articulation entre « effet de classe et effet de génération ». Une génération se fonde « sur un événement socialisateur commun », rappelle l’auteur en s’appuyant sur l’analyse fameuse de Karl Mannheim. Et la « génération écologiste » s’affirme, nourrie, selon l’hypothèse avancée par l’auteur, d’un certain type d’investissement dans le temps libre et des effets de la scolarisation (de masse) qui modifient radicalement le rapport à la nature. Cet ethos tend à s’imposer contre une pêche populaire d’antan devenue une hérésie. Or, presque de façon paradoxale, la faune halieutique ne s’en trouve pas pour autant vivifiée et préservée pour les générations futures.

3Plusieurs auteurs analysent l’organisation de manifestations sportives qui intègrent le principe de l’« éco-responsabilité », en relation avec le développement durable, dont la contribution fournie par Sylvie Moga et Marina Honta. Deux constats précèdent leur minutieuse étude de cas relative à un raid nature girondin : « L’Aquitaine, la course couleur nature ». « La logique de “durabilité” est devenue une sorte d’éthique posée sur le développement économique » et cette « orientation “idéologique” montante » interroge de nombreux secteurs dont celui du sport, reconnu aujourd’hui comme une ressource active dans le développement d’un territoire. Les participants au raid nature retenus pour le volet empirique de l’étude témoignent-ils d’une « conscience éco-citoyenne » ? Ces sportifs appréhendent-ils « différemment leurs responsabilités sociales, économiques et environnementales » d’une part au niveau de leurs pratiques sportives, d’autre part au niveau d’autres sphères de leur vie sociale ? Au terme d’une observation participante et de l’exploitation d’un questionnaire, S. Moga et M. Honta concluent que la sensibilisation aux problématiques du développement durable est acquise, bien que parfois simplificatrice, intégrée dans les comportements tout en rappelant le « recrutement social » singulier de ce type d’épreuve, identifiable à l’expression d’une certaine « distinction sociale » au sens où Pierre Bourdieu l’entend.

4Bernard Gresser et Christian Dorvillé ont entrepris une démarche sociologique similaire en s’intéressant à une randonnée en vélo tout-terrain également organisée en Gironde. Il s’agit de « La Médocaine ». L’objectif est de repérer l’importance qu’y tient aujourd’hui la notion d’« éco-responsabilité ». Replacés à l’échelle de deux décennies, les événements sportifs de ce type sont passés par quatre étapes assurant leur pérennisation : garantir le bon déroulement de la manifestation, assurer la sécurité des participants conformément à l’outillage législatif en vigueur, déployer une stratégie marketing efficace dans un contexte concurrentiel et, dernière étape en date, mettre à l’ordre du jour le principe d’éco-responsabilité (ou d’éco-citoyenneté). Les auteurs montrent que les acteurs du sport, en France, par l’intermédiaire du CNOSF, au titre de l’Agenda 21 du sport français, doivent faire en sorte de « gérer les manifestations sportives de manière responsable dans le respect des préconisations du développement durable » et de « s’impliquer dans une gestion respectueuse des sites, des paysages et de la nature ». Limiter les déchets à l’occasion de La Médocaine et permettre de les recycler a constitué une opération réussie. Au terme de leur enquête empirique, les auteurs constatent que l’application du principe d’« éco-responsabilité » et de « démarche éco-citoyenne » repose, selon les mots d’un organisateur, sur « les actes concrets », « les moyens du bord » et le « sens pratique ». Dans cette mobilisation ancrée sur le terrain de l’expérience, le concept de développement durable reste encore assez « flou ».

5Christophe Guibert et Sylvine Pickel-Chevalier ont étudié les exploitations différenciées de la thématique du « développement durable » en comparant deux activités sportives qui s’inscrivent dans un cadre de nature : le tourisme équestre en Pays de la Loire et le surf en Aquitaine. L’objectif de cette double enquête était de vérifier l’articulation entre ces activités et des préoccupations formulées en termes de développement durable, chez leurs adeptes respectifs. Le tourisme équestre, la pratique du cheval en extérieur, en randonnée de pleine nature, est une tendance minoritaire encore qu’elle tende actuellement à progresser. Quant au surf, si son image « nature » est forte, les auteurs rappellent que la fabrication du matériel (planches, combinaisons isothermes…) mobilise des industries très polluantes. Il apparaît que les pratiquants sont peu sensibles aux questions de « développement durable », et ce, toutes générations confondues. En revanche, les entreprises, les institutions sportives concernées et les collectivités locales sont plus à même de promouvoir un lien entre une activité de nature et le souci du développement durable, et souvent par opportunisme. Outre une certaine indifférence des pratiquants vis-à-vis de cette thématique, dont il conviendrait d’approfondir les raisons, ces activités (l’impact du passage répété des chevaux sur des sols fragiles, les hydrocarbures à l’origine de l’élaboration des équipements « fun » du surf) n’ont sans doute pas résolu, à ce jour, des dissonances cognitives majeures.

6Mylène Douet-Guérin se pose une question assez semblable. La problématique du développement durable constitue-t-elle un véritable centre d’intérêt dans les milieux de l’escalade ? L’étude est structurée autour de deux opérations. La première vise à mettre en relation trois aspects : la nécessité de pouvoir disposer de « définitions précises », en particulier sur le « développement durable », le constat que les sports de nature constituent « un ensemble hétérogènes de pratiques » qui a des répercussions lorsqu’il s’agit d’examiner le caractère évident ou non d’un « lien » entre développement durable et sports de nature. La seconde opération, qui correspond au versant empirique de l’étude, vise à considérer la pratique de l’escalade appréhendée à travers trois fédérations en charge de cette activité. Le « statut » de chacune des trois fédérations sur la scène nationale infléchit sa conception. La Fédération française de la montagne et de l’escalade (FFME) est une fédération délégataire de l’État, seule habilitée à décerner les titres de champions. Elle mentionne la politique du ministère et la charte du CNOSF. La Fédération française des clubs alpins de montagne (FFCAM), en tant qu’émanation d’un CAF plus que centenaire, porte depuis longtemps un discours de protection et de préservation de la montagne soutenue d’ailleurs dans son effort par le ministère de l’Environnement. La Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) tend à articuler le « défiécologique », qui risque d’être vécu « comme un risque de réduction de la pratique », avec la construction de « l’autonomie du pratiquant ». Pour autant, un prolongement d’investigation empirique au niveau de quelques espaces de pratique montre, à propos du développement durable, la dispersion des opinions et leur réalité lacunaire. Au mieux, parfois, il s’agit simplement d’accorder le vocabulaire ambiant, qui met en avant la nécessité du développement durable, avec de petits actes vertueux.

7La dernière contribution de cet ensemble de contributions s’appuie sur une recherche bibliographique particulièrement détaillée. Elle ambitionne de définir « trois moments dans l’évolution des dynamiques sportives de nature » dans la France des années 1970-2010. André Suchet et John Tuppen font correspondre trois ensembles d’activités à ces séquences chronologiques : les « pratiques fun », les « aventures sportives » et les « sports de nature ». Le premier ensemble de pratiques s’inscrit plutôt dans l’esprit d’une « contestation de l’intérêt général et de l’ordre public ». Ces minoritaires actifs sont ceux du « surf way of life », par exemple. Ensuite, de la fin des années 1980 et tout au long des années 1990, c’est le registre compétition/raid nature/aventure qui s’impose. « À la différence de la période antérieure, ces aventures sportives entendent devenir un faire-valoir du développement local » sauf quand il s’agit d’événements exotiques qui utilisent les pays en développement comme une cour de récréation. Enfin, la décennie des années 2000 impose le vaste ensemble des « sports de nature », sur fond de massification des pratiques, qui peut être déchiffré comme une co-construction impliquant la puissance publique, différents types d’usagers de l’espace, et un arsenal réglementaire destiné à prévenir les conflits et autres problèmes potentiels. Cette montée en responsabilité s’accorde, de l’avis formulé par les auteurs, avec la prise en considération du « développement durable ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Terms of use: http://www.openedition.org/6540