Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Deuxième partie. Des lieux, des sites, des équipements et des aménagements

La régénération du référentiel d’une politique publique en faveur des sports de nature ?

L’étude de cas du département des Landes

Ludovic Falaix

Texto completo

  • 1 L’exigence intellectuelle induite par la publication scientifique invite à rappeler que les travaux (...)
  • 2 Il convient néanmoins d’appréhender ces chiffres avec précaution dans la mesure où un grand nombre (...)
  • 3 Source : Comité départemental olympique et sportif des Landes.

1Les sports de nature, longtemps apanage de quelques élites sociales, pionnières de l’extrême, adeptes d’une « culture fun » (Lacroix, 19841), tendent à se démocratiser. Dans le département des Landes, les sports de nature connaissent même depuis plusieurs années un véritable engouement populaire. Le caractère essentiellement rural du département, la diversité du patrimoine naturel, la notoriété des vagues auprès des surfeurs, mais aussi la mobilisation du tissu associatif et celle du secteur marchand sont autant d’atouts qui participent à cette forme de démocratisation des sports de nature. Quelques chiffres illustrent cette dynamique2. En 2011, le département des Landes ne compte pas moins de 140 clubs sportifs proposant des activités physiques et sportives de nature, et près de 10 000 licenciés évoluent au sein de ces structures3. Cette démocratisation qui dépasse le cadre landais soulève de nombreux enjeux sportifs, sociaux, économiques, environnementaux et spatiaux. Elle précipite l’émergence d’une politique publique élaborée par l’État au début des années 2000 dont le référentiel, c’est-à-dire « l’espace de sens qui […] délimite des valeurs, des normes et des relations causales qui s’imposent comme cadre cognitif et normatif pour les acteurs » (Muller, 2005, p. 162), préconise d’agir en faveur « d’un développement maîtrisé » des sports de nature.

  • 4 Conformément à la loi no 84-610 du 16 juillet 1984 modifiée le 6 juillet 2000 relative à l’organisa (...)

2Cependant, l’État s’en remet aux Départements, auxquels il en transfère la mise en œuvre opérationnelle4. Cet article envisage donc, à travers l’examen de l’exercice de cette compétence au sein du Conseil général des Landes, la manière dont certaines collectivités locales s’approprient ce cadre cognitif et normatif qui consiste à garantir le développement maîtrisé des sports de nature. Le département des Landes, en invoquant le concept de développement maîtrisé des sports de nature, entend surtout mobiliser ces pratiques sportives comme de véritables vecteurs de développement touristique et territorial. Pour autant, ces orientations stratégiques qui traduisent une volonté d’émancipation des collectivités locales à l’idée de garantir le seul développement maîtrisé des sports de nature sont-elles des « opérations d’imposition de territorialité » (Violier, 1999 : 17), expressions d’une forme de régénération du référentiel de la politique publique conduite en ce domaine, et concourent-elles à l’émergence d’une identité territoriale (Michon, Terret, 2005) ? En examinant les jeux d’acteurs institutionnels et les processus décisionnels, cet article interroge donc la question d’un changement de référentiel de politique publique perceptible à travers les formes de mobilisation des sports de nature par les acteurs locaux.

3En premier lieu, on reviendra sur la construction initiale par l’État du référentiel de politique publique et sur les mutations introduites par la Révision générale des politiques publiques (RGPP) quant à la mise en œuvre opérationnelle du développement maîtrisé des sports de nature au sein des services déconcentrés. Fort de cet examen, on considérera alors que l’appropriation d’une politique publique « sports de nature » par le Conseil général des Landes répond davantage à une stratégie de marketing territorial qui prend corps à travers des outils de planification territoriale, la mise en scène « (géo-)graphique » (Debarbieux, 2003) des territoires et la promotion de manifestations sportives dessinant alors les contours d’un référentiel approprié par une génération d’acteurs locaux davantage enclins à dépasser l’injonction du développement maîtrisé des sports de nature au bénéfice du développement touristique et territorial.

De l’émergence d’une politique publique en faveur des sports de nature au renouvellement des modalités d’engagement de l’État à l’heure de la révision générale des politiques publiques

4Les sports de nature ne « connaissent pas de définition arrêtée. Leur évolution permanente, l’apparition de nouvelles activités, comme la disparition d’autres, rendraient cette définition peu opérationnelle » (Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, 2008, p. 1). Face au caractère aléatoire et évolutif des pratiques sportives de nature, le législateur, plutôt que de s’en remettre à une nomenclature des activités ou disciplines pratiquées, privilégie l’entrée par l’espace géographique et ses aménagements pour déterminer ce que recouvrent les sports de nature. Selon l’article L. 311-1 du code du sport, « les sports de nature s’exercent dans des espaces ou sur des sites et itinéraires qui peuvent comprendre des voies, des terrains et des souterrains du domaine public ou privé des collectivités publiques ou appartenant à des propriétaires privés, ainsi que des cours d’eau domaniaux ou non domaniaux ». Cet article renforce donc l’acception générale qui s’appuie sur la notion « d’environnement spécifique », comme mentionné à l’article 43 de la loi sur le sport de 1984, pour procéder à une classification des activités physiques et sportives qui relèvent des sports de nature. D’autre part, le ministère en charge des Sports définit, dans l’instruction n ° 04-131 JS du 12 août 2004, les sports de nature comme « les activités physiques et sportives dont la pratique s’exerce en milieu naturel, agricole et forestier – terrestre, aquatique ou aérien – aménagé ou non ». Aussi, face à la démocratisation des sports de nature et au regard des enjeux socio-territoriaux qu’ils recouvrent, l’État détermine les objectifs d’une politique publique.

« Le développement maîtrisé des sports de nature » ou le référentiel d’une politique publique d’État en faveur des sports de nature

5Au début des années 2000, les sports de nature acquièrent une certaine notoriété avec l’explosion du nombre de pratiquants rendue possible par la « technologisation » des activités. Le rapport établi en 2002 par le Conseil national des activités physiques et sportives (CNAPS), présidé par Edwige Avice, ancien ministre, précise que « les sports de nature, véritables phénomènes des sociétés d’aujourd’hui, représentent une composante essentielle des politiques publiques d’aménagement et de développement des territoires » (CNAPS, 2003). Plus encore, « vecteurs de développement touristique et de valorisation du milieu naturel, les sports de nature représentent en outre un enjeu local important en raison des retombées économiques et de la dimension éducative qu’ils sont susceptibles d’encourager et de générer » (Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, 2008, p. 1). Par conséquent, les pouvoirs publics décident de la mise en œuvre d’une réelle politique publique. En effet, à la demande du chef de l’État, Jean‑François Lamour, alors ministre de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, lance les états généraux du sport (EGS). Réunissant l’ensemble des acteurs du sport français, ces états généraux, lancés le 16 septembre 2002, permettent de définir de grandes orientations stratégiques quant à la promotion et la valorisation du sport en France. Parmi les objectifs déclinés à l’issue d’une large concertation, « permettre une meilleure appréhension de la dimension sports de nature » constitue une priorité (Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative et Comité national olympique français, 2003). En effet, les orientations retenues consistent à mieux encadrer l’offre et la demande des sports de nature. Elles doivent permettre

d’identifier et accompagner les problématiques liées à l’évolution des sports de nature afin de permettre de définir des cadres cohérents de pratiques ; de valoriser un développement durable au sein des territoires par la mise en place de concertations départementales regroupant tous les acteurs concernés par les sports de nature ; et de renforcer la concertation entre le mouvement sportif, les collectivités territoriales, les pratiquants et les pouvoirs publics.

6Ces orientations sont, par ailleurs, établies à l’aune des grands principes avancés dans le Schéma des services collectifs du sports (SSCS) dont la mise en œuvre opérationnelle devient effective avec la promulgation du décret no 2002-560 du 18 avril 2002. Fort de cette reconnaissance parlementaire et afin de renforcer son expertise, l’État se dote en 2003 d’un Pôle ressources national des sports de nature (PRNSN), implanté au Centre régional d’éducation populaire et de sport (CREPS) de Vallon-Pont-d’Arc, haut lieu patrimonial naturel. Ce pôle a vocation à jouer le rôle de « tête de réseau » assurant, ainsi, un lien fonctionnel et opérationnel entre les services déconcentrés de la jeunesse, des sports et de la vie associative, les fédérations sportives, les associations et les collectivités territoriales. En 2007, l’État investit 533 000 euros dévolus au fonctionnement du PRNSN et huit équivalents temps plein (ETP) se consacrent à ces missions (PRNSN, 2007).

7Par ailleurs, une instruction, datée du 12 août 2004, no 04-131, ayant pour objet « l’intervention des services déconcentrés de la jeunesse et des sports dans le domaine des sports de nature » réaffirme l’engagement de l’État en matière « de promotion du développement maîtrisé des sports de nature ».

8L’instruction décline ce que recouvre la notion de développement maîtrisé et précise que l’État doit

favoriser l’accès des individus aux pratiques sportives de nature en sécurité et en améliorant leur compétence aux plans technique et environnemental et en s’appuyant sur des modes de pratiques diversifiés : associative, du secteur éducatif, du secteur marchand et contribuer à l’amélioration de la qualité des activités physiques et sportives qui s’exercent en milieu naturel. Cet objectif nécessite le développement de l’emploi qualifié, rémunéré et déclaré dans ce domaine sur la base d’une meilleure adéquation des qualifications actuelles aux métiers futurs, prenant encore mieux en compte l’évolution de la demande des pratique et l’émergence de nouvelles situations professionnelles.

  • 5 Jacques Donzelot (1994) parle d’un « État animateur » évoquant, par là même, les difficultés des se (...)

9Dans ce contexte, la mise en œuvre par l’État d’une politique publique sectorielle articulée autour de la question des sports de nature répond à une double préoccupation et traduit la place des sports de nature dans la construction d’un rapport au monde (Muller, 2005). La première revêt une dimension sociale. Elle consiste à satisfaire à une demande citoyenne de pratique sportive s’exerçant en milieu naturel. L’enjeu est de renforcer la sécurisation des pratiques sportives de nature en garantissant un encadrement professionnalisé. Les pratiques sportives de nature sont également présentées comme des leviers de socialisation, d’apprentissage des règles de vie collective, d’éducation citoyenne et à l’environnement. La seconde préoccupation est davantage en lien avec la notion de développement territorial durable. En effet, au regard de l’essor spectaculaire des sports de nature, des axes de développement territorial se déclinent tant sur le plan sportif que touristique, qu’environnemental, qu’économique ou social. L’ambition est alors de contenir l’essor spectaculaire et parfois anarchique des sports de nature en garantissant un encadrement des pratiquants et l’intégrité des qualités environnementales des espaces de pratiques. En revanche, l’État, auquel incombe, au-delà de ses prérogatives régaliennes, des fonctions d’incitation, d’impulsion5 est désormais attentif à « faire faire ». Car même si l’action de l’État dispose d’une présomption de légitimité, la délégation de compétence et de mise en œuvre d’une politique publique en faveur du développement maîtrisé des sports de nature est d’autant plus exacerbée avec la rationalisation des effectifs et des budgets induite par la RGPP.

« Faire faire » : néo-paradigme de l’action publique d’État au sein des services déconcentrés ?

  • 6 Pour obtenir la liste exhaustive des missions : consulter le décret no 2009-1540 du 10 décembre 200 (...)
  • 7 Circulaire du Premier ministre du 19 septembre 2008 intitulée « Lancement de la phase de préfigurat (...)
  • 8 La circulaire du Premier ministre du 19 septembre 2008 relative à la création des DRJSCS emploie le (...)

10La RGPP bouleverse la mise en œuvre des politiques publiques par les services déconcentrés dans le champ de la promotion et de la valorisation des sports de nature. La nouvelle organisation des directions interministérielles6 de la cohésion sociale doit « permettre de développer des modes d’intervention nouveaux, mieux adaptés à la diversité des situations à traiter, s’appuyant sur une expertise renforcée7 ». L’ingénierie sociale8 devient même le ressort paradigmatique des politiques publiques dont

l’élaboration consiste d’abord à construire une représentation, une image de la réalité sur laquelle on veut intervenir. C’est en référence à cette image cognitive que les acteurs organisent leur perception du problème, confrontent leurs solutions et définissent leurs propositions d’action : on appellera cette vision du monde le référentiel d’une politique. (Muller [1990], 2003, p. 65)

11L’enjeu relève d’une acuité nouvelle à l’heure où le concept d’ingénierie sociale est mobilisé par les intellectuels chargés d’impulser la RGPP (Falaix, 2010). Les agents sont invités à s’en emparer pour garantir l’efficience des politiques publiques. En effet, la synthèse d’un groupe de travail sur l’ingénierie sociale décline les enjeux liés à l’application de ce concept. Celui-ci est ainsi « fortement relié à l’émergence de la notion de gouvernance, définie comme un nouveau mode d’intervention de l’État, qui fait appel à la coopération des acteurs, à leur interaction pour la co-construction d’actions publiques. Autrement dit, l’État ne doit plus faire mais faire faire ». Néanmoins, à l’heure où le gouvernement demande à ses agents de « faire faire », quel est le positionnement de ceux en charge du développement maîtrisé des sports de nature au sein des services déconcentrés ?

12Compte tenu des injonctions gouvernementales, « les référents sports de nature » des services déconcentrés ne peuvent plus faire l’économie d’un travail partenarial avec les collectivités territoriales d’autant plus que celles-ci disposent de compétences légales en matière de développement des sports de nature. En effet, la loi no 84-610 du juillet 1984, dite « loi Avice », du nom du ministre de l’époque, modifiée le 6 juillet 2000, relative à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives, confie la responsabilité aux Départements de mettre en place une commission et un plan départemental des espaces, sites et itinéraires relatifs aux sports de nature. La loi précise que

le département favorise le développement maîtrisé des sports de nature. À cette fin, il élabore un plan départemental des espaces, sites et itinéraires relatif aux sports de nature… Il est institué une commission départementale des espaces, sites et itinéraires relatifs aux sports de nature, placée auprès du président du conseil général. Cette commission propose le plan départemental des espaces, sites et itinéraires relatifs aux sports de nature et concourt à son élaboration ; propose les conventions relatives au plan ; est consultée sur toute modification du plan ainsi que sur tout projet d’aménagement ou mesure de protection des espaces naturels susceptibles d’avoir une incidence sur l’exercice des sports de nature dans les espaces, sites et itinéraires inscrits à ce plan. La composition et les modalités de fonctionnement de la commission sont fixées par délibération de l’assemblée départementale.

  • 9 Entretiens réalisés en mars/avril 2010 à la DDCSPP des Landes.

13Se dessinent là les contours d’une injonction paradoxale à laquelle se confrontent les cadres de la fonction publique d’État exerçant au cœur des services déconcentrés. En effet, d’une part, l’État souhaite impulser une politique nationale de développement maîtrisé des sports de nature, mais, d’autre part, l’exercice opérationnel de cette compétence incombe exclusivement aux conseils généraux, seuls aptes à entériner la mise en œuvre du Plan départemental des espaces, sites et itinéraires (PDESI) et à embrasser cette volonté étatique d’agir en faveur du développement maîtrisé. Plusieurs entretiens réalisés auprès du correspondant départemental des sports de nature à la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) des Landes, permettent de corroborer cette analyse. Celui-ci reconnaît volontiers que « l’État ne peut être qu’un incitateur dans le cadre de la mise en œuvre du PDESI9 ». D’autre part, ce professeur de sport admet que « l’État ne dispose d’aucun levier financier pour impulser une quelconque politique en faveur du développement maîtrisé des sports de nature ». La lecture des objectifs fixés, en 2011, dans le cadre des budgets opérationnels de programmes (BOP) et des indicateurs de performance dans les champs des sports est sans appel : ceux consacrés au développement maîtrisé des sports de nature sont portion congrue (Ministère du Budget, 2011, p. 85). En effet, dans le Programme 219 – Sports de 2011, jamais le développement maîtrisé des sports de nature n’est mentionné parmi les objectifs. Ainsi, l’État se recentre sur ses prérogatives régaliennes et s’éloigne quelque peu de son dessein de promouvoir, en qualité d’acteur et, en y consacrant une part importante de ses crédits, une politique publique en faveur du développement maîtrisé des sports de nature. Certains évoquent alors l’idée que l’État se retire des territoires et gouverne désormais à distance. Ils précisent que les réformes administratives transforment le mode de conception et de mise en œuvre des politiques de l’État « en donnant au parlement et aux administrations centrales un rôle prépondérant dans la définition des programmes de l’État, avec pour effet corollaire la restriction des capacités d’adaptation des objectifs et des mesures dont disposaient jusque-là les services déconcentrés » (Epstein, 2005, p. 108). Par conséquent, si l’État impulse et clarifie les grandes orientations stratégiques en matière de développement maîtrisé des sports de nature, force est de constater qu’il appartient avant tout aux départements de proposer une déclinaison opérationnelle d’une politique publique en faveur du développement maîtrisé des sports de nature.

La promotion des « sports de nature » au Conseil général des Landes : vers la régénération du référentiel de politique publique

  • 10 Extrait de la délibération no H6 du 31 janvier 2005. Objet : les sports, 10 p.
  • 11 À l’heure où le Conseil général des Landes institue sa propre CDESI, un bilan de l’état d’avancemen (...)

14En 2005, l’assemblée délibérante du Conseil général des Landes statue en faveur de la création d’une Commission départementale des espaces, sites et itinéraires (CDESI) « destinée à recenser les sites afin de développer la pratique des sports de pleine nature10 ». La CDESI se réunit pour la première fois le 21 juin 200611 à l’Hôtel du Département. Par une procédure d’appel d’offres, elle confie à un prestataire la charge d’établir une étude-diagnostic sur les sports de nature dans les Landes, afin d’affiner les résultats d’une enquête conduite en 2006 par le Comité départemental du tourisme (CDT) des Landes sur la question des activités sportives et de loisirs. Les objectifs de cette enquête visent à connaître, en premier lieu, le volume de fréquentation touristique de ces activités (nombre d’individus reçus, type de clientèle, dates d’ouvertures) et, en second lieu, le poids économique de ces activités. Les résultats de l’étude sont sans appel. Près de 1,3 million de personnes sont reçues auprès de ces prestataires d’offre en termes d’activités sportives et de loisirs. Le chiffre d’affaires de ces structures représente plus de 15 millions d’euros. Plus de 1 000 emplois concernent ce secteur d’activité au sein duquel le surf occupe une place privilégiée. En 2006, près de 50 000 stagiaires sont accueillis au sein des 48 écoles de surf interrogées dans le cadre de l’enquête. Près de 3,5 millions d’euros sont générés par la seule activité surf. Par ailleurs, les résultats de l’enquête mettent en exergue la nécessité de renforcer la communication institutionnelle sur le patrimoine naturel landais comme support de pratique sportive de nature, d’améliorer les aménagements pour permettre la densification des pratiques sportives et récréatives, d’élargir les temps d’interventions de ces prestataires au-delà de la période estivale (« Les activités sportives et de loisirs passées à la loupe », 2006) et d’accompagner le développement de certaine filière sportive, notamment la filière surf (Comité départemental du tourisme des Landes, 2006).

15Fort des résultats de l’enquête quant au potentiel en termes de développement territorial que recouvrent les sports de nature, le Conseil général des Landes, sur proposition de la CDESI, lance donc un appel d’offres sur la réalisation d’une étude prospective dont les résultats doivent permettre d’établir un diagnostic et des préconisations à l’endroit des sports de nature. Cette étude doit mettre en lumière les perspectives de développement par filière dans le respect des principes sous-jacents au concept de développement durable et proposer des actions opérationnelles permettant de témoigner de l’engagement du Département des Landes pour les sports de nature. Par ailleurs, l’étude entend parfaire

une connaissance de l’offre et de la demande des clientèles et des pratiquants et par une analyse des pratiques existantes, de mesurer et d’analyser les retombées économiques directes et indirectes générées par les activités à travers les impacts engendrés par une activité, une filière ou un évènement sur le territoire ainsi que l’impact des sports de nature sur l’attractivité du territoire. (Conseil général des Landes, 2006)

16Par conséquent, le projet politique est sans ambiguïté. On est loin d’agir en faveur du seul développement maîtrisé des sports de nature. Il consiste à mobiliser les sports de nature comme support d’une attractivité territoriale. Incontestablement les sports de nature sont présentés comme « un atout pour les territoires » (Bigot, 2008, p. 34-36). Ainsi, s’appuyant sur l’étude-diagnostic et à l’issue des travaux de concertation, les membres de la CDESI proposent à l’assemblée délibérante du Conseil général des Landes l’adoption d’un PDESI, véritable outil de planification territoriale, dont les objectifs opérationnels témoignent de la manière dont cette génération d’acteurs locaux s’approprie la commande de l’État consistant à favoriser le développement maîtrisé des sports de nature. Une régénération du référentiel de politique publique en faveur des sports de nature s’opère.

Les outils de planification territoriale axés sur la valorisation des sports de nature

Une inscription d’Espaces, Sites et Itinéraires (ESI) structurants dont l’initiative revient aux acteurs locaux

17Outil de planification, le PDESI des Landes s’articule autour de plusieurs objectifs au sein desquels figure en premier lieu « le renforcement de l’offre en termes de pratique sportive » (Conseil général des Landes, 2011b). Néanmoins, le PDESI doit également permettre « d’inscrire de nouveaux Espaces, Sites et Itinéraires afin de pérenniser les pratiques existantes, de développer de nouvelles pratiques en garantissant une gestion concertée des espaces ainsi qu’une valorisation environnementale et une accessibilité des lieux et des pratiques pour tous ».

18Ainsi, l’intérêt du PDESI est décliné en cinq axes. À travers ce plan, le Conseil général des Landes entend

constituer pour le département un patrimoine et une vitrine de sites de pratiques et garantir à l’usager leur accessibilité, leur entretien, leur sécurité ; valoriser et préserver son patrimoine naturel et de sensibiliser à l’environnement en y associant ses schémas départementaux des Espaces Naturels Sensibles et de Gestion et de Valorisation des cours d’eau ; définir ses propres interventions, pour ce qui concerne l’acquisition, l’aménagement, l’entretien, la gestion et de façon plus générale la promotion des ESI landais ; promouvoir et développer la pratique des sports de nature en favorisant tout autant l’accès aux différents espaces et sites existants et la conciliation des usages, afin de privilégier une attractivité équitable sur le territoire qui permettra de renforcer l’offre touristique landaise.

19Pas une fois n’est décliné le développement maîtrisé des sports de nature au sein des cinq axes qui structurent le PDESI. Il est plutôt un outil au service du développement local et de l’attractivité territoriale. Les Espaces, Sites et Itinéraires à inscrire au PDESI relèvent d’une hiérarchisation en fonction du niveau de l’échelle territoriale de l’emprise foncière. L’ensemble des acteurs locaux issus de la sphère publique peuvent solliciter l’inscription d’un ESI au PDESI des Landes. Ainsi, le PDESI des Landes distingue plusieurs niveaux :

  • ESI de niveau III : ESI d’intérêt départemental dans la mesure où les activités pratiquées sur ces lieux sont supports à une politique de promotion et de mise en marché des activités sportives et présentent des incidences sportives et touristiques fortes auprès d’un large panel d’usagers.

  • – ESI de niveau II : ESI d’intérêt départemental de rang inférieur puisque seul le volet sportif est prépondérant. ESI qui supporte des pratiques sportives relevant d’un environnement spécifique et qui jouit d’une grande notoriété auprès des publics initiés.

  • ESI de niveau I : ESI d’intérêt local où s’observe une pratique sportive affirmée et régulière mais dont l’attractivité ne dépasse par l’échelon local. (Rapport du Président, 2011b, p. 895-939)

  • 12 Le Département des Landes mobilise la Taxe départementale des espaces naturels sensibles (TDENS). L (...)

20Seule l’inscription d’un ESI de niveau III fait l’objet d’un accompagnement financier du Conseil général des Landes12, afin de garantir un entretien, une gestion, un aménagement et une promotion de ces lieux. Cependant, force est de constater que l’initiative des inscriptions des ESI appartient aux acteurs locaux qu’ils soient structure associative, collectivité territoriale ou établissement public. Par conséquent, la mise en œuvre du PDESI des Landes, qualifié de « sélectif », dépend étroitement du degré d’implication des acteurs locaux dans l’appropriation du projet politique. D’autre part, le PDESI est mobilisé comme un outil de planification territoriale qui privilégie les aménagements sur les seuls ESI de niveau III. Incombent, au demeurant, aux collectivités locales d’adapter leurs propres outils de planification territoriale (SCOT, PLU) afin de reconnaître localement la classification de ces espaces consacrés aux sports de nature.

Le Plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnée non motorisée (PDIPR) et le renforcement de l’offre touristique locale

21La loi du 22 juillet 1983 relative à la répartition de compétences entre les Communes, les Départements, les Régions et l’État confie aux Départements la mise en œuvre d’un Plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnée non motorisée (PDIPR). À cet égard, les services de la direction de l’environnement du Conseil général des Landes, en lien étroit avec le Comité départemental du tourisme, engagent, dans le cadre du PDIPR, une politique de développement des itinéraires pour la randonnée et le cyclable. En effet, en 2011, la direction de l’environnement propose une aide à la création et la restauration d’itinéraires de promenades thématiques afin de diversifier l’offre existante en complétant les itinéraires inscrits dans le PDIPR qui représentent aujourd’hui près de 3 000 km de circuits balisés à l’attention des randonneurs pédestres, équestres et cyclistes. Cette aide à la création de boucles de promenades a essentiellement pour but de développer une offre locale avec l’identification d’un départ des itinéraires situé au cœur des centres-bourgs et dont les temps de parcours ne doivent pas excéder deux heures de marche. D’autre part, l’aide est susceptible d’être octroyée pour les opérations visant à la création et la restauration d’itinéraires de promenade thématique ciblés pour un public familial. Ces parcours thématiques, support d’une découverte du territoire local, doivent être en lien avec le patrimoine naturel et/ou culturel et des espaces didactiques et pédagogiques doivent jalonner les parcours. Ils privilégient le cheminement sur des espaces fonciers publics ou, à défaut, empruntent des parcelles privées pour lesquelles une convention d’autorisation de passage doit être co-signée entre la commune ou l’ONF et le propriétaire. Ainsi, la création de ces nouveaux espaces de randonnées relève donc à la fois d’une volonté de promouvoir la pratique sportive de nature et d’une politique de valorisation touristique. Ces espaces, même s’ils peuvent être supports à la pratique sportive, sont donc davantage des outils de découverte patrimoniale exercée en dilettante dans un cadre familial. Ainsi, de nouveaux espaces de randonnées pédestres, équestres et cyclables sont appelés à voir le jour et viendront renforcer l’offre sportive et touristique existante. À cet égard, l’État, à travers le Centre national pour le développement du sport (CNDS), conscient des enjeux sportifs et touristiques que revêtent les sentiers de randonnée dans les Landes, a octroyé en 2009 au Département une enveloppe de 325 000 euros, afin de procéder à la remise en état des itinéraires endommagés à l’issue du passage de la tempête Klaus (CNDS-DSE-DS, 28 juillet 2009).

Le Schéma départemental du tourisme et du thermalisme et la promotion de la filière surf

22Henri Emmanuelli, président du Conseil général des Landes, souligne que le « tourisme landais trouvera un nouveau souffle [s’il concourt à appréhender] le foncier comme une chance ; pour son attrait, bien sûr, mais aussi pour la capacité qu’il procure d’accueillir de nouveaux projets et de mobiliser des partenaires exogènes » (Conseil général des Landes, 2010b, p. 2). Ainsi, parmi les conditions qui autoriseraient l’émergence de ce nouveau souffle, la valorisation des grands espaces de nature constitue un moyen d’y parvenir. Trois axes déterminent les orientations stratégiques et se déclinent en autant « d’objectifs de taille XL pour devenir une vraie destination touristique ». Si l’axe un consiste à enclencher un nouveau cycle d’investissements à travers notamment la réalisation d’aménagements d’une station de nouvelle génération à Port d’Albret, la création d’un complexe résidentiel et touristique sportif à dominante golfique d’envergure internationale fonctionnant à l’année, c’est davantage l’axe deux du schéma qui retient l’attention. En effet, ce deuxième axe, intitulé « valoriser la pluralité des filières », propose de renforcer l’offre de tourisme de nature en valorisant le potentiel du tourisme vert et en renforçant la filière surf entendue comme un vecteur de « positionnement concurrentiel différenciateur ». L’affiche promotionnelle sur laquelle figure un surfeur sur une plage landaise, située dans le hall d’accueil de l’Hôtel du Département, témoigne de la mobilisation du surf pour affirmer la grandeur et le « caractère nature » du département et jouer sur le processus de différenciation territoriale. Elle témoigne de la mise en scène « (géo-) graphique de projet et de prospective de territoire » (Debarbieux, 2003). Quant au troisième et dernier axe, il consiste à « s’adapter à l’e-tourisme et fédérer les acteurs ». À ce sujet, la constitution de clubs de promotion participe de la déclinaison opérationnelle du troisième axe. En effet, « les clubs sont constitués par filières entre offices de tourisme, prestataires d’activités et hébergeurs. Ils sont animés par le CDT et élaborent en pleine concertation les plans d’action, de promotion et de communication annuels. Ils sont financés à parts égales par le CDT et les partenaires ». En 2011, le « club surf » voit le jour et la valorisation de la pratique du surf sous-tend donc un objectif qui dépasse le champ sportif. Philippe Jacquemain, président de la Chambre de commerce et d’industrie des Landes, qualifie les enjeux liés à l’accompagnement du surf et des filières économiques qu’il entraîne dans son sillage :

Les activités liées aux sports de glisse ont généré la création d’une véritable filière économique qui s’est développée sur le territoire aquitain représentant un milliard et demi d’euros de chiffre d’affaires. Cette économie constitue un atout indéniable pour l’Aquitaine qui bénéficie des retombées des principaux spots et pôles économiques pour accentuer leur notoriété internationale. L’organisation de compétitions mondiales de surf, qui se déroulent chaque année sur notre côte, engendre des retombées économiques indirectes sur l’offre touristique, et constitue un formidable vecteur d’image véhiculant modernité, sport et nature. (Jacquemain Philippe, 2011)

23La mise en œuvre du schéma départemental du tourisme et du thermalisme s’inscrit également en résonance avec les procédures de labellisation encouragées par la direction du Tourisme du Conseil général des Landes qui accompagne financièrement les porteurs de projets. Ainsi, la Fédération française de surf, « dont la présence dans les Landes représente un atout en termes d’images et de dynamisme pour le territoire » (Rapport du Président, 2011, p. 891), est accréditée du label « Qualité Tourisme ». Initié lors du Comité interministériel sur le tourisme du 9 septembre 2003, ce label entend développer les emplois et créer de la richesse. Ainsi, au-delà du seul développement maîtrisé des sports de nature, la promotion du surf comme pratique sportive soulève des enjeux d’ordre économique et permet d’affirmer une identité territoriale locale.

Les sports de nature au service du marketing touristique et du renforcement du lien social

Le Raid XL : « Un raid nature et d’aventure pour tous »

24En 2010, le département des Landes lance la première édition d’un raid sportif et d’aventure dont les retombées doivent permettre de renforcer l’attractivité et de jouer sur le processus de différenciation territoriale. Les enjeux de cette épreuve sportive sont multiples. En effet, non seulement cette manifestation sportive doit encourager une découverte du patrimoine littoral landais mais elle doit aussi renforcer l’adhésion du mouvement sportif au projet politique visant à optimiser l’attractivité territoriale et touristique à travers la promotion des sports de nature. En avril 2010, la première édition du Raid XL voit le jour. Raid sportif organisé sur trois jours, cette manifestation sportive dédiée aux sports de nature est également un support pour la découverte des Landes. En effet, même si cette épreuve sportive poursuit l’objectif de promouvoir la pratique sportive de nature, le Raid XL a également vocation à promouvoir la « valorisation de l’offre touristique des Landes, à travers notamment la découverte de sites présentant un intérêt environnemental » (Conseil général des Landes, 2010, p. 6). Organisé en partenariat avec le mouvement sportif et les communes du littoral, le Conseil général des Landes entend d’une part développer une synergie dans le domaine sportif et répondre aux besoins des nombreux pratiquants landais et d’autre part valoriser le potentiel de développement touristique sur le littoral. Par ailleurs, le Raid XL n’est pas exclusivement consacré au déroulement des épreuves sportives. En effet, de nombreuses initiations au surf sont proposées sous le parrainage d’Antoine Delpero, sacré champion du monde de longboard en 2009, censé véhiculer une image de réussite sportive. Enfin, cette manifestation doit également permettre une valorisation des acteurs locaux issus du monde des sports. En effet, à travers ce raid, le Conseil général et ses partenaires du mouvement fédéral surf entendent « mettre en avant le travail effectué par les clubs landais » dans la mesure où

  • 13 « L’environnement des surfeurs, l’océan, est un milieu très fragile. Surfeurs, vous avez tout intér (...)

ces derniers fonctionnent toute l’année et assument pleinement leur rôle éducatif en direction des plus jeunes de leur territoire : découverte et apprentissage du surf évidemment, mais également sensibilisation aux comportements éco-responsables dans le cadre des projets EcoSurf13 véhiculés par la Fédération Française de Surf et le Comité Départemental de Surf des Landes (Conseil général des Landes, 2010a, p. 8).

25Le Raid XL est également mobiliser afin de renforcer le lien social. Cet objectif est assigné dans le PDESI des Landes dans la mesure où le plan départemental entend

renforcer la cohésion sociale [puisque] toute activité s’inscrivant dans un cadre de rencontre de relations humaines développe des facteurs de lien social […] et favorise l’affirmation de la personnalité, l’épanouissement, la santé, le respect et la convivialité. En cela, les activités physiques de pleine nature sont fédératrices et génératrices de ce lien social. (Conseil général des Landes, 2011d, p. 20)

26Sans doute est-ce la raison pour laquelle on peut également lire que « les amateurs de sports de glisse ou nautiques trouvent sur la côte, les lacs et les rivières, des vagues, du vent, mais aussi une offre citoyenne » (Conseil général des Landes, 2011). Par conséquent, force est de constater que les sports de nature sont mobilisés par le Conseil général des Landes à des fins de renforcement du lien social, du vivre ensemble, de l’acquisition d’une conscience citoyenne.

Quand le Printemps des Landes fait la part belle aux sports de nature

27Ce raid s’inscrit également au cœur d’une manifestation d’envergure départementale, intitulée le Printemps des Landes, dont l’initiative revient au Comité départemental du tourisme des Landes. Le surf et les activités physiques de pleine nature y ont la part belle, et sont identifiés comme une opportunité pour ceux qui s’y adonnent d’acquérir « l’étoffe d’un héros » (Comité départemental du tourisme des Landes, 2011). le Printemps des Landes permet la mise en réseau des animations proposées à l’échelle locale. L’ensemble des offices de tourisme participent à la manifestation et constituent les relais locaux pour le développement des projets. À cet égard, Hervé Bouyrie, maire de Messanges et conseiller général, rappelle que

l’objectif principal est d’étendre la saisonnalité, centrée généralement sur les mois de juillet et août. Les Landes peuvent également être un département attractif en période printanière. Ces manifestations sont l’occasion de prouver que les touristes peuvent y venir en période « hors saison ». Elles attirent des Landais, des personnes des départements voisins mais aussi en provenance de région plus lointaine, comme l’Île-de-France. (Bouyrie, 2011b)

28En 2010, la thématique retenue s’articule autour des animations sur l’eau. À titre d’exemple, des événements de nature différente sont mis en place autour du surf, des lacs, de la plongée. Cette thématique, assène l’élu local, « [nous] permet de faire découvrir le patrimoine environnemental landais à travers ses filières d’excellence ». Manifestement, le surf compte donc parmi les filières d’excellence qu’il convient de valoriser. En 2011, l’opération est reconduite du 9 au 25 avril. Fondée sur la promotion du territoire à travers l’e-tourisme, cette manifestation recense l’intégralité des animations proposées à l’échelle locale. Ainsi, sur le site Internet du CDT des Landes, est évoqué le fait que « pour une escapade improvisée dans les Landes, les vacances de Pâques sont la période rêvée ». À en croire l’offre touristique, il y en aurait pour tous les goûts ; que l’on soit en famille, en couple ou friand d’activités physiques et sportives. Plus encore, on nous invite à nous interroger en ces termes : « Pourquoi ne pas profiter de ces offres pour vous initier au surf ? Un week-end pour commencer et vous reviendrez cet été, en véritable champion peaufiner votre technique ! » En guise de conclusion, une certitude se fait jour : « C’est certain, le Printemps des Landes vous offre l’étoffe d’un héros… printanier. À la sortie de l’hiver vous rêviez de vous ressourcer, de bons plans sympas… le Printemps des Landes l’a imaginé pour vous ! » (Comité départemental du tourisme des Landes, 2011.) Par conséquent, cette stratégie renforce l’offre touristique et participe de l’animation des territoires hors des périodes estivales. L’idée se concrétise et le Printemps des Landes a vocation à étendre la période touristique au-delà de la saison estivale, afin « de passer d’un tourisme de cueillette à un tourisme de conquête » (Hervé Bouyrie, conseiller général, président de la Commission tourisme, in XLandes magazine, 2011a, p. 18).

Conclusion

  • 14 L’objectif intitulé « mettre le potentiel du sport au service de l’inclusion sociale, de l’intégrat (...)

29Les sports de nature sont donc mobilisés dans les Landes comme une véritable ressource territoriale (Gumuchian, Pecqueur, 2007) et le dessein politique dépasse largement le cadre cognitif et normatif assigné par l’État qui entendait que les conseils généraux favorisent et garantissent exclusivement leur développement maîtrisé. Au regard des liens que tissent les sports de nature avec les thématiques propres au développement économique et touristique, avec les enjeux liés à l’aménagement du territoire (CNOSF et AMNYOS, 2003), à l’éducation, l’insertion et/ou l’inclusion sociale par le sport14, la mise en œuvre dans les Landes d’une politique publique volontariste en faveur des sports de nature traduit des intentions qui dépassent la volonté d’en assurer le seul développement maîtrisé au bénéfice d’une construction territoriale. À l’heure où l’inscription des territoires dans une économie et une géographie de l’organisation (Veltz, 1996) s’impose comme une absolue nécessité pour conserver une forme de compétitivité dans le cadre de la mondialisation, il appartient aux acteurs locaux d’agir en faveur d’une différenciation territoriale. Sans doute est-ce la raison pour laquelle « dans les Landes, les sports de pleine nature constituent à la fois un atout pour les habitants du département et le tourisme » (Conseil général des Landes, 2011). Cette forme de régénération du référentiel traduit alors des intentions politiques et une évolution dans la manière dont les problématiques et/ou potentialités liées aux sports de nature sont appréhendées.

30En mobilisant le concept de référentiel « forgé pour rendre compte des politiques publiques comme production intellectuelle d’images sur la société » (Faure, Pollet, Warin, 1995, p. 10), une analyse cognitive des politiques publique en faveur des sports de nature permet donc d’appréhender « la médiation », c’est-à-dire « l’ensemble de ce processus de construction d’un rapport au monde » (Muller, 1995). Les choix arrêtés par le Conseil général des Landes témoignent alors d’un réel projet territorial qui « n’est pas que le résultat, [qui] est le fondement de l’action publique, une empreinte réelle des pratiques sociales dans l’espace » (Vlès, 2001, p. 19). On voit donc, à travers l’exemple des sports de nature dans les Landes, comment les collectivités territoriales s’affranchissent parfois des préconisations étatiques dans l’exercice de leurs compétences transférées et se réapproprient de façon dynamique le référentiel. Si l’État définit le référentiel des politiques publiques, celui-ci, recentré sur ces fonctions régaliennes, laisse alors aux générations d’acteurs locaux l’opportunité de s’approprier les dogmes et le rapport au monde que sous-tend le référentiel. Peut-être est-ce la raison pour laquelle, en matière de sports de nature, le législateur privilégie une entrée laissant le champ suffisamment vaste aux interprétations afin que les acteurs locaux puissent s’approprier la notion de développement maîtrisé. N’en va-t-il pas là de l’efficience de la décentralisation dont l’ambition est de réhabiliter le local comme échelle d’intervention privilégiée dans le processus de développement touristique et territorial ?

Bibliografía

Bibliographie

« Les activités sportives et de loisirs passées à la loupe », Sud-Ouest, 16 décembre 2006.

Bigot Laurent, « Sports de nature, un atout pour les territoires », La Gazette des communes, décembre 2008, no 1960, p. 34-36.

Bouyrie Hervé, « Entretien – Passer d’un tourisme de cueillette à un tourisme de conquête », in XLandes magazine, no 16, avril-mai 2011a, p. 18.

———, in Site du Conseil général des Landes [En ligne]. Disponible sur : http://www.cg40.fr/1-28045-Detail-d-une-actualite.php?id_actualite=265. Consulté le 22 mars 2011b.

Comité départemental du tourisme des Landes, Résultats de l’enquête 2006. Activités sportives & de loisirs, 2006, 8 p.

———, « Les Landes font le plein de promos au printemps » [En ligne], Site du Comité départemental du Tourisme des Landes, 2011. Disponible sur : http://www.tourismelandes.com/fr/1244/pages/d/actualites-developpement/les-landes-font-leplein-de-promos-au-printemps/page/0. Consulté le 22 mars 2011.

Commission européenne, Livre blanc sur le sport, 2007, 21 p.

Conseil général des Landes, Cahier des clauses particulières – CCP, « Étude-diganostic Sports de Nature dans le département des Landes », 2006, 7 p.

———, « Sports de nature et surf à l’honneur dans les Landes », dossier de presse, 2010a, p. 6.

———, « Schéma départemental du tourisme et du thermalisme. Vers un nouveau souffle », édito, juin 2010b, p. 2.

——— [En ligne], http://www.cg40.fr/1-28836-Les-sports-de-nature.php. Consulté le 8 mars 2011a.

———, Plan départemental des Espaces, Sites et Itinéraires dans les Landes. « Développement maîtrisé des sports de nature pour favoriser la pratique sportive des Landais et contribuer à l’attractivité touristique du territoire tout en préservant et valorisant les qualités environnementales du département. » [En ligne], avril 2011b, 32 p. Disponible sur : http://www.cg40.fr/files/cg40/vivre-ensemble/sport/Plan-departemental-PDESI.pdf. Consulté le 8 mars 2011.

———, « Sportifs et citoyens », « Dossier Sports de Nature », XLandes magazine, no 16, avril-mai 2011c, p. 15.

———, Plan départemental des Espaces Sites et Itinéraires, 2011d.

CNAPS, « Les sports de nature pour un développement durable », Rapport au ministre des Sports portant sur le bilan et les perspectives de développement des sports de nature, 2003, 122 p.

CNDS-DSE-DS, Décision no 2166 (SES no 6958), 28 juillet 2009, 3 p.

CNOSF et AMNYOS, « Le sport, acteur incontournable de l’aménagement du territoire : enjeux, expérimentation, outils, perspectives », 2003, 89 p.

Debarbieux Bernard, « Neuf enjeux de l’iconographie de projet et de prospective de territoire », in Debarbieux Bernard et Lardon Sylvie (dir.), Les Figures du projet territorial, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2003, p. 13-36, 272 p.

Délibération H6, 31 janvier 2005. Objet : les sports, 10 p.

Donzelot Jacques (avec Estèbe Philippe), L’État animateur. Essai sur la politique de la ville, Paris, Éditions Esprit, 1994, 239 p.

Epstein Renaud, « Gouverner à distance. Quant l’État se retire des territoires », Esprit, novembre 2005, no 319, p. 96-111.

Falaix Ludovic, « L’ingénierie sociale et territoriale dans les directions interministérielles de la cohésion sociale : vers une co-construction des politiques publiques entre cadres d’État et habitants », Carnets de géographes, 2010, no 1, 14 p.

———, Des vagues et des hommes. La glisse au cœur des résistances et contestations face à l’institutionnalisation des territoires du surf en Aquitaine, thèse pour le doctorat en Géographie/Aménagement, Université de Pau et des Pays de l’Adour, sous la direction du professeur Vincent Vlès, soutenue le 6 juin 2012.

Faure Alain, Pollet Gilles, Warin Philippe (dir.), La Construction du sens dans les politiques publiques : débats autour de la notion de référentiel, Paris, L’Harmattan, 1995, 192 p.

Fédération française de surf, « EcoSurf » [En ligne]. Disponible sur : http://www.surfingfrance.com/commissions/eco-surf.Consulté le 12 avril 2011.

Gumuchian Hervé, Pecqueur Bernard (dir.), La Ressource territoriale, Paris, Anthropos, 2007, 254 p.

Jacquemain Philippe, « L’œil de l’expert », in PNRSN, La Lettre du réseau national des sports de nature, no 68, juin 2011, p. 1.

Lacroix Gisèle, Les Activités de pleine nature et le thème de « la glisse ». Enjeux institutionnels, économiques et culturels : l’exemple de la planche à voile, Thèse de 3e cycle en Sociologie générale, Université de Paris VII, 1984, 374 p.

Michon Bernard, Terret Thierry (dir.), Pratiques sportives et identités locales, Paris, L’Harmattan, 2005, 431 p.

Ministère du Budget, Rapport sur l’évolution de l’économie nationale et sur les orientations des finances publiques, tome 2, juin 2011.

Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, et Comité national olympique français, La Mise en œuvre des mesures pour le développement du sport à l’issue des états généraux du sport, 2003, 40 p.

Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, « Les sports de nature en France en 2006 », Stat-Info, Bulletin de statistiques et d’études, no 08-01, avril 2008, 8 p.

Muller Pierre, Les Politiques publiques, Paris, PUF, 2003 [1990], 128 p.

———, « Esquisse d’une théorie du changement dans l’action publique. Structures, acteurs et cadres cognitifs », Revue française de science politique, 2005, vol. 55, no 1, p. 155-187.

Pôle ressources national des sports de nature (PRNSN), Rapport d’activité, année 2007, 6 p.

« La pratique hors-club : danger ou opportunité ? », La Lettre de l’économie du sport, décembre 2008, no 912, 8 p.

Rapport du Président du Conseil général des Landes, « Budget primitif 2011, Examen public des dossiers les 14-15 avril 2011, Volume 2 », Délibération H5 – Direction de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports – Favoriser la pratique des sports, 2011a.

———, « Budget primitif 2011. Examen public des dossiers les 14-15 avril 2011, Volume 2 ». Délibération H6 – Direction de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, Sports de nature, adoption PDESI, 2011b, p. 895-939.

« Sports de nature, un atout pour les territoires », La Gazette des communes, décembre 2008, no 46/1960, p. 34-36.

Veltz Pierre, Mondialisation, villes et territoires, Paris, PUF, 1996, 288 p.

Violier Philippe (dir.), L’Espace local et les acteurs du tourisme, Rennes, PUR, 1999, 177 p.

Vlès Vincent, Service public touristique local et aménagement du territoire, Paris, L’Harmattan, 2001, 222 p.

Notas

1 L’exigence intellectuelle induite par la publication scientifique invite à rappeler que les travaux de Gisèle Lacroix, construits autour du concept de « fun » pour caractériser l’esthétique et l’éthique sportive des populations glisse, sont antérieurs au succès éditorial sur la question d’Alain Loret.

2 Il convient néanmoins d’appréhender ces chiffres avec précaution dans la mesure où un grand nombre de pratiquants ne sont pas affiliés auprès des instances fédérales. « La pratique hors-club : danger ou opportunité ? », 2008.

3 Source : Comité départemental olympique et sportif des Landes.

4 Conformément à la loi no 84-610 du 16 juillet 1984 modifiée le 6 juillet 2000 relative à l’organisation et à la promotion des activités physiques et sportives, les Départements sont compétents pour intervenir sur le segment des sports de nature en favorisant leur développement maîtrisé.

5 Jacques Donzelot (1994) parle d’un « État animateur » évoquant, par là même, les difficultés des services déconcentrés à mettre en œuvre de manière pragmatique les politiques publiques que les administrations centrales impulsent.

6 Pour obtenir la liste exhaustive des missions : consulter le décret no 2009-1540 du 10 décembre 2009 relatif à l’organisation et aux missions des directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, ainsi que le décret no 2009-1484 du 3 décembre 2009 relatif aux directions départementales interministérielles.

7 Circulaire du Premier ministre du 19 septembre 2008 intitulée « Lancement de la phase de préfiguration des nouvelles Directions Régionales de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale (DRJSCS) ».

8 La circulaire du Premier ministre du 19 septembre 2008 relative à la création des DRJSCS emploie le terme d’ingénierie sociale pour désigner le champ des missions de ces nouvelles directions régionales.

9 Entretiens réalisés en mars/avril 2010 à la DDCSPP des Landes.

10 Extrait de la délibération no H6 du 31 janvier 2005. Objet : les sports, 10 p.

11 À l’heure où le Conseil général des Landes institue sa propre CDESI, un bilan de l’état d’avancement des travaux sur les sports de nature dans les autres départements fait apparaître que 54 ont une CDESI initiée, 14 ont une CDESI instituée, 39 ont réalisé un état des lieux quant aux pratiques sportives de pleine nature, 3 disposent d’un PDESI opérationnel et 35 ne se sont pas encore emparés de la question. (Source : PRNSN).

12 Le Département des Landes mobilise la Taxe départementale des espaces naturels sensibles (TDENS). La TDENS est instituée depuis le 1er avril 1991 (Délibération no F4 du 31 janvier 1991) et s’applique à hauteur d’un taux établi à 2 %. La loi du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux précise que la TDENS peut être mobilisée « pour des opérations d’acquisition, d’aménagements et de gestion des espaces, sites et itinéraires figurant au PDESI relatif aux sports de nature, sous réserve que l’aménagement ou la gestion envisagés maintiennent ou améliorent la qualité des sites, des paysages et des milieux naturels ».

13 « L’environnement des surfeurs, l’océan, est un milieu très fragile. Surfeurs, vous avez tout intérêt à montrer l’exemple si vous espérez pouvoir rider vos jolies vagues dans quelques années ! Vous apprendre à mieux connaître votre terrain de sport, pour mieux le protéger, telle est la mission d’EcoSurf. » Fédération française de surf, 2011.

14 L’objectif intitulé « mettre le potentiel du sport au service de l’inclusion sociale, de l’intégration et de l’égalité des chances » est assigné dans le livre blanc sur le sport présenté par la commission européenne. Voir Commission européenne, 2007.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540