Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Deuxième partie. Des lieux, des sites, des équipements et des aménagements

Sports de nature en bassin minier : enjeux et acteurs d’une mutation territoriale

Guillaume Penel

Texte intégral

  • 1 À titre indicatif, dans le bassin minier du Nord - Pas-de-Calais, on a recensé 4 490 ha de friches (...)

1Le bassin minier du Nord - Pas-de-Calais représente un territoire fortement marqué économiquement, socialement et culturellement1. Il a fait l’objet, depuis de nombreuses années, de différentes politiques publiques de revitalisation dans le cadre notamment de contrats plans État-région. Pourtant, force est de constater que les stigmates environnementaux et l’histoire de la cité minière ont eu des effets néfastes sur l’attractivité territoriale (Barthélémy 1985 ; Fagnoni 2002 ; Janin et Andres 2008). En effet, plus de deux cents ans d’industrialisation minière ont fortement bouleversé les territoires de la région en laissant des empreintes profondes dans le paysage et constitue de fait un contre-exemple du développement durable. Pour lutter contre l’étiquetage négatif du territoire, les acteurs sont très vite confrontés au dilemme qui anime les différentes initiatives après l’arrêt de l’extraction charbonnière, à savoir : faut-il faire table rase du passé ou alors faut-il s’appuyer sur ce patrimoine unique, sur cet héritage commun porteur d’identité ?

  • 2 Après une phase d’aménagements d’infrastructures de grande envergure (par exemple la piste de ski d (...)
  • 3 Le bassin minier fait d’ailleurs l’objet d’une candidature à l’UNESCO dans le but de valoriser son (...)

2Récemment, un nouveau modèle de développement semble être initié par certains acteurs locaux à la fois institutionnels et privés avec pour objectif de produire une prise de conscience renouvelée des atouts du territoire. Ce modèle intègre une stratégie « sports de nature » dont le but est d’accroître l’attractivité par le traitement d’aspects transversaux. Des projets d’aménagements sportifs2, des événements concourent de ce repositionnement stratégique. L’approche sectorielle et les acteurs classiques du « sport » semblent suppléés au profit d’une approche plus globale des différentes actions territoriales menées. Le sport peut alors s’avérer être un levier économique et social pertinent afin d’accroître l’attractivité du bassin minier du Nord - Pas-de-Calais3, un nouveau moyen de développer durablement ce territoire, de préserver une identité locale en s’appuyant sur les ressources et richesses naturelles du territoire (passer d’une identité noire à une identité verte). Nous émettons l’hypothèse que les initiatives locales, associatives orientées « sports de nature » ont un effet direct sur la perception du territoire.

3De manière à mieux appréhender les actions menées par les différents acteurs (collectivités, mouvement sportif, société civile), nous avons investigué plusieurs associations locales, évalué les dispositifs mobilisant les sports de nature ainsi qu’un échantillon représentatif de pratiquants sportifs.

4Dans une première partie, nous aborderons les caractéristiques de ces territoires miniers et les limites des politiques de revalorisation qui ont été menées notamment à destination des friches industrielles. Dans un second temps, nous préciserons les spécificités des sports de nature et la transversalité de leurs actions. Puis nous présenterons deux associations locales qui les mobilisent dans une stratégie de reconquête du territoire. À partir d’entretiens avec les porteurs de projets et de questionnaires auprès de participants, nous tenterons de mettre en évidence les effets escomptés et l’impact réel de la pratique de sports de nature dans la perception du territoire, dans l’appropriation d’un comportement éco-citoyen (pédagogie environnementale) et dans une perspective intergénérationnelle.

Territoire en crise et séquelles du passé : un lourd héritage, un handicap certain

Le bassin minier : l’archétype du territoire en crise

  • 4 Les collectivités peuvent intervenir dans le développement économique local et le conseil régional (...)
  • 5 Nous pouvons citer en exemples Barthélémy, 1985 ; Muniga, 1995 ; Chautard et Olszak, 2000.

5Dès les années 1950, l’État a affiché une volonté d’aménagement équilibré du territoire national. Un des objectifs fut la reconversion des bassins industriels traditionnels confrontés au déclin de l’emploi. Il s’agissait alors de trouver rapidement pour ces territoires de nouvelles activités afin d’éviter un chômage massif. Le principe général de l’attribution de dispositifs fiscaux ou financiers en faveur des entreprises sur des territoires identifiés (décret Plimfin du 30 juin 1955) a permis de maintenir certaines activités économiques. Puis la prime spéciale d’équipement concernant les localités ou les zones qui souffrent de sous-emploi grave et permanent ou d’un développement économique insuffisant va également être mise en place. Les bassins miniers furent le principal secteur d’application. En 1956, les 26 « zones critiques » deviendront les « zones spéciales de conversion ». L’État est donc le maître d’œuvre principal de la conversion mais les lois de décentralisation de 1982 et la mise en place des politiques européennes de développement régional vont susciter l’intervention de nouveaux acteurs4. En 1972, on assista à la création du GIRZOM (Groupement interministériel pour la restructuration des zones minières) dont la mission est de proposer et d’évaluer les projets de « sortie de crise » des territoires (une enveloppe budgétaire y était associée). Signalons néanmoins que celle-ci est jusqu’à aujourd’hui essentiellement allouée à des opérations de traitement et de dépollution des anciens sites industriels. L’Union européenne alloue également d’importantes subventions pour lesquelles les projets de reconversion sont plébiscités. De nombreux travaux de recherche ont été effectués sur la problématique de gestion de la crise dans les anciens bassins miniers5.

6De nombreuses initiatives ont eu pour effet de « gommer » les stigmates environnementaux. Aujourd’hui, nous constatons que certains acteurs notamment issus de la société civile tentent de proposer des initiatives variées afin de promouvoir le patrimoine, la culture et ainsi permettre une transmission intergénérationnelle (musées, événements culturels).

La problématique des friches industrielles : des espaces sinistrés à reconquérir

7La question des friches est une question complexe qui risque de concerner dans l’avenir de nouvelles villes, de nouvelles régions. En effet, l’activité industrielle marque indéniablement le territoire tout autant par ses bâtiments que par ses espaces dédiés à l’exploitation. Selon Édith Fagnoni (2002),

les friches industrielles, conséquences de la désindustrialisation, contribuent à dévaloriser l’image des vieilles zones industrielles et à restreindre leur pouvoir attractif. Cette situation liée à la fin du monolithisme industriel a entraîné une reconversion d’autant plus difficile des zones industrielles sinistrées, dans la mesure où un seul secteur occupait une position hégémonique.

8La crise a laissé des séquelles profondes au niveau des milieux, mettant en cause à la fois l’atteinte du paysage, de l’environnement, du cadre de vie, de l’économie, de la mémoire collective. Elle renvoie à une remise en cause majeure de tout un système économique, social, culturel et spatial devenu obsolète. De la rupture économique aux conséquences socio-spatiales, l’impact de la crise est donc pluriel et la réappropriation des espaces et la requalification des hommes sont au cœur de toute problématique concernant la reconversion. Davy et Neboit (1996) les décrivent d’ailleurs comme « la négation de la nature policée et productive des terroirs cultivés, l’antithèse du décor végétal maîtrisé des parcs et des jardins, la friche est en France un objet de la détestation quasi unanime ». Les travaux menés par Letombe et Zuindeau (2001) sur les externalités environnementales et la dynamique territoriale mettent en évidence l’existence de stigmates environnementaux qui sont de nature à rétroagir négativement sur la dynamique économique. De ce fait, les politiques de conversion ont à prendre en compte les variables environnementales et doivent s’employer à une requalification territoriale afin d’améliorer les conditions d’accueil d’activités nouvelles. La friche industrielle induit par conséquent un préjudice visuel. En tout état de cause, le traitement de friches doit être accompagné de mesures sociales et urbaines devant répondre à une double demande de la part des habitants dans cette situation de crise : une demande de mémoire et une demande urbaine. La qualité biologique d’un grand nombre de terrils est un élément essentiel du patrimoine qui justifie leur préservation. D’autres atouts tels que les qualités paysagères et les potentialités récréatives militent également en faveur d’une valorisation et d’une protection.

Les sports de nature : un levier d’action, une fenêtre d’opportunité ?

  • 6 L’une des friches industrielles reconvertie en équipements sportifs à ce jour la plus réputée reste (...)

9Les pratiques sportives peuvent alors être une opportunité au regard des problématiques communément rencontrées sur ce type de territoire. Selon G. Baslé (1994), les pratiques sportives apparaissaient comme une « bonne opportunité » pour occuper ces espaces de grandes dimensions que sont les friches industrielles6. Ch. Pociello (1999) prétendait quant à lui que se dessinerait bientôt un nouveau modèle : celui de « l’exploitation des gisements naturels et la promotion des sites, à la grande périphérie des agglomérations, qui stimule les initiatives d’aménagements de loisirs sportifs (ou de mise en valeur touristique) ».

10La place accordée aux sports de nature en particulier (et aux loisirs sportifs en général) dans la reconquête et la valorisation du territoire semble à première vue pertinente. Cependant, les actions doivent être coordonnées et répondre à un souci de préservation des écosystèmes, des potentialités de développement et du management de ces nouveaux projets. Le développement touristique constitue également une fenêtre d’opportunité. Cela impose cependant la définition d’un nouveau rapport au territoire (Fagnoni 2001). Il faut alors passer selon Janin et Andres (op. cit.) d’une friche subie à une friche opportunité.

Le terril 11/19 de Loos-en-Gohelle

Le terril 11/19 de Loos-en-Gohelle

Photographie : Vincent Cohez, CPIE Chaîne des Terrils.

Méthodologie

11De manière à mieux saisir la mobilisation des sports de nature dans les projets associatifs locaux, nous avons dans un premier temps analysé les initiatives de deux associations locales qui mobilisent les sports de nature (Mission Bassin minier ; Chaîne des terrils). Puis nous avons identifié les différents sites de pratique en fonction de leurs potentialités, de la structuration de l’offre locale (clubs sportifs, associations, prestataires privés). Enfin, de manière à saisir la portée de ces actions, il nous a semblé nécessaire de connaître les ressentis des pratiquants au regard des différentes initiatives menées.

Les nouvelles structures associatives et partenariales et les sports de nature

La Mission bassin minier : une structure-relais de l’action territoriale

  • 7 Cette création a fait suite au Livre Blanc de la Conférence Permanente du Bassin Minier (CPBM), qui (...)

12La Mission Bassin Minier Nord - Pas-de-Calais est une association loi 1901 créée en 2000 dans le cadre du Contrat de Plan État-Région 2000-2006 suite à une décision interministérielle, pour appuyer la mise en œuvre d’un programme global de restructuration urbaine, sociale, économique et écologique du bassin minier7. Elle intègre des représentants des différentes structures qui contribuent à son fonctionnement (État, Région, Départements, structures intercommunales, association des communes minières du Nord) et des membres associés (Caisse des dépôts et consignations, Parc naturel régional Scarpe-Escaut). Elle est considérée comme un outil d’ingénierie de développement et d’aménagement du territoire. Elle tend à affirmer l’unité du bassin minier en travaillant sur des problématiques communes et sur des champs aussi divers que l’économie, l’environnement, le tourisme, la culture. Cet outil technique est placé en articulation étroite avec les structures d’agglomération et notamment les sept intercommunalités du bassin pour lesquelles elle apporte son concours au montage de grands projets structurants, à l’aménagement urbain durable du territoire, au développement et à la valorisation du patrimoine minier bâti, naturel et culturel. L’assistance technique de la Mission Bassin Minier s’inscrit dans trois phases d’intervention (études - prospective, programmation - partenariats, développement opérationnel). Enfin, dans le cadre de la démarche d’inscription du bassin minier sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, la mission élabore le Plan de gestion patrimonial, élément central du dossier déposé.

  • 8 Pour informations, le Grenelle de l’environnement, initié par l’État en 2007, place l’élaboration d (...)

13Au regard de notre problématique, il convient de s’intéresser plus particulièrement à son projet de Trame verte8 et bleue. Cette initiative poursuit deux axes majeurs que sont la reconquête environnementale et l’excellence qui visent à faire évoluer les comportements des individus et des acteurs économiques. Le schéma de la Trame verte s’inscrit comme une exigence de développement durable par la protection et la valorisation des espaces naturels et des espaces dégradés dans un triple souci de valorisation écologique et paysagère, de pédagogie environnementale et de développement des loisirs. Depuis 2003, la Trame verte du bassin minier laisse une place plus importante à l’écosystème aquatique et elle est devenue la Trame verte et bleue. Outil incontournable pour les acteurs de l’aménagement du territoire à toutes les échelles, il ambitionne une meilleure structuration de l’urbanisation contribuant à l’attractivité et à la compétitivité du territoire notamment par la valorisation des espaces naturels et le développement des loisirs et du tourisme nature. La Trame verte et bleue différencie les espaces de nature d’intérêt écologique majeur, où des espèces animales et végétales remarquables mutent, des espaces de nature à vocation mixte où évoluent une faune et une flore plus banale. Les sites fortement marqués par les activités de loisirs mais conservant un équilibre entre le loisir et l’environnement sont identifiés en pôles structurants de la Trame verte et bleue. Depuis 2009, la mission Bassin Minier et le Parc naturel régional (PNR) Scarpe-Escaut ont contractualisé leur partenariat par la signature d’une convention. 45 communes du bassin minier (toutes adhérentes ou associées au PNR) sont concernées par les projets communs. Échanges de méthodologie, partage des connaissances, transferts d’expériences et volonté de rendre les politiques communes plus cohérentes dans des domaines aussi divers que la biodiversité, les paysages, l’aménagement des anciens corons, la restauration de maisons minières, la sensibilisation des jeunes à leur environnement ou la réalisation de circuits de randonnée (deux projets de circuit sont en cours de réalisation : l’itinéraire de grande randonnée de pays (GRP) du bassin minier, projet récemment labellisé par la Fédération française de randonnée pédestre (FFRP), et le GRP Tour de ch’Parc (118 kilomètres proposés).

La chaîne des terrils : avenir et reconquête

  • 9 Label issu d’une réflexion conjointe des ministères de l’Environnement, de l’Agriculture, de l’Éduc (...)

14Association créée en 1989, la chaîne des terrils est un collectif qui regroupe des membres bénévoles c’est-à-dire associations et individuels constituant un collège associatif mais également les maires de communes signataires de la Charte de la Chaîne des Terrils et les représentants des autres collectivités territoriales, syndicats ou autres formes de groupements de communes. L’association prône une vision d’avenir et de reconquête et bénéficie aujourd’hui du label « CPIE9 » (Centre permanent d’initiatives pour l’environnement).

15La valorisation et l’animation se matérialisent par des actions visant à :

  • aider à la découverte des richesses des terrils ;

  • promouvoir la diversité des sites et des paysages et faire apprécier la qualité biologique ; organiser l’accueil et promouvoir un développement du tourisme, des activités de loisirs et de détente ; mettre en valeur les éléments de la mémoire collective et les références historiques ; favoriser la découverte pédagogique notamment en direction du monde scolaire ; participer à la revalorisation des sites en aidant à des opérations de requalification et d’aménagement, voire des réalisations expérimentales et innovantes. L’offre d’activités de cette association est composée de programmes de sorties individuelles et en groupe, de formations et de projets événementiels.

Analyse des résultats : des potentialités multiples, des coordinations à trouver

Les espaces de pratique : la nature comme terrain de jeux

16Les sites de pratique repérés dans le bassin minier et identifiés par les différents acteurs rencontrés présentent des niveaux d’aménagement et de structuration de l’offre hétérogènes. Cela renvoie pour une large part au type de positionnement de ces collectivités sur la thématique « sports de nature ». Pour plusieurs d’entre eux, il s’agit surtout de sites « multi-usages » qui s’avèrent également pertinents pour la pratique des sports de nature. La dimension « base de loisirs » est très largement présente sur le territoire, favorisant une approche sportive « douce » voire essentiellement de détente ou promenade ou bien une approche spécialisée (sur les activités nautiques par exemple). Certains sites de pratique sont aujourd’hui fortement aménagés et présentent une offre de service structurée. C’est le cas principalement du parc d’Olhain, du terril de Nœux-les-Mines, de la base de Wingles, aménagés sous l’impulsion des acteurs locaux soit pour répondre à un besoin de « nature » des métropolitains, soit pour répondre à un objectif conjugué de revalorisation des terrils, héritage de l’histoire locale, et de diversification de l’offre de loisirs sportifs pour les habitants. Les sites comme Olhain ou Wingles semblent avoir fait leurs preuves en termes de fréquentation et de réponse à la demande. La base Loisinord de Noeux-les-Mines et plus particulièrement la station de ski n’ont pas rencontré le succès escompté (Penel 2005, 2006). Le parc d’Olhain connaît quant à lui une extension régulière à la fois de son offre de service et de sa fréquentation. L’existence d’une gestion dédiée a probablement largement favorisé cette expansion. À ce stade se pose également la problématique de la gestion publique de ces équipements (Chazaud et Penel 2005).

17D’autres sites présentent des points d’intérêt pour la pratique des sports de nature et sont effectivement fréquentés par les sportifs sans pour autant présenter des aménagements spécifiques ou alors très légers. C’est le cas de plusieurs bases de loisirs et/ou terrils, comme Raisme ou Rieulay. Ces sites présentent peu ou pas d’offres de services permanentes en matière de sports de nature. Ils constituent par contre des espaces prisés par les coureurs ou vététistes locaux. La présence de plans d’eau permet également la pratique en version loisir ou découverte de certaines disciplines nautiques en particulier le canoë-kayak, voire le pédalo, la nage. Dans ces cas, la notion de « sport » est parfois relative, et l’on a surtout affaire à des pratiques récréatives de plein air. Ces lieux constituent des espaces fortement sollicités pour l’organisation de manifestations sportives de pleine nature. À proximité généralement des centres urbains, ils sont très bien connus et repérés par les habitants. Certains usagers en revanche regrettent la faiblesse de l’information disponible sur ces lieux en particulier sur les pratiques autorisées ou non.

La nouvelle configuration de la piste artificielle de Nœux-les-Mines (62)

La nouvelle configuration de la piste artificielle de Nœux-les-Mines (62)

Source : Raid Bassin Minier, 2012.
Crédit photo : Mission Bassin Minier Nord - Pas-de-calais.

18Enfin, il existe des sites de projet. Certains d’entre eux font aujourd’hui l’objet de projets d’aménagement plus ou moins importants. L’enjeu « sports de nature » semble avoir été repéré par un certain nombre de collectivités qui organisent la réflexion sur le devenir et les capacités de développement de ces sites plus ou moins emblématiques de l’histoire locale et aujourd’hui sous-exploités. Parmi les sites de projet actuels, on trouve la base de Rieulay, le parc des Îles à Drocourt, le projet de base ultra-légère de Bajus (Artois Comm). Ces projets témoignent d’une dynamique réelle dans le bassin minier, même si elle n’en est encore qu’au stade des prémices.

19Globalement, on remarque que les sites les plus « emblématiques » du bassin minier se situent plutôt dans la catégorie des sites à potentiel ou en projet à l’exception du site de Nœux-les-Mines. Les pratiques liées aux « itinéraires » (randonnée pédestre, cyclisme, pratiques équestres) semblent avoir investi plus tôt et plus « naturellement » les lieux de l’histoire minière.

Les pratiquants informels/libres

20De manière à avoir une vision plus claire de la perception des pratiquants sur l’offre locale et au regard des spécificités de notre étude, nous avons interrogé près d’une centaine de pratiquants (86 entretiens exploitables) sur différents sites de pratique. Dans un premier temps, on constate que 42 % de l’échantillon est composé de sportifs affiliés. Un grand nombre est composé de sportifs réguliers (44 sur 86 pratiquent une activité sportive plusieurs fois par semaine). Les sports les plus plébiscités par ce public sont par ordre d’importance le cyclisme (notamment VTT), le jogging, la natation et la randonnée pédestre. Nous remarquons aussi que la population interrogée est assez jeune puisque plus de 56 % déclarent avoir moins de 26 ans. On peut distinguer deux types de pratiquants : les pratiquants amateurs « loisir » ou « détente » et les pratiquants « sportifs réguliers ».

La perception de la nature par les pratiquants

21Que ce soit des pratiquants dit « amateurs » (« occasionnels ») ou « réguliers », leur perception vis-à-vis de la nature reste la même. En effet, la majorité déclare avoir remarqué un changement du « paysage naturel » au cours de ces dernières années avec la mise en place de nouveaux équipements et 30 % d’entre eux considèrent que cela est un plus pour l’environnement. En outre, 68 individus sur les 86 interrogés indiquent qu’il serait intéressant de proposer une plus importante activité de découverte de l’environnement lors de ces sorties. On peut également ajouter que 89 % d’entre eux pensent que la fréquentation régulière d’un site naturel est un plus pour celui-ci. 36 % pensent que c’est un atout pour l’identité culturelle d’une commune et 40 % pensent que cela permet de mettre en valeur ces espaces laissés à l’abandon. Enfin, on constate que 58 des 86 sondés pensent que le sport peut permettre ou favoriser la reconversion d’espaces laissés à l’abandon et 68 d’entre eux disent être sensibles aux différentes actions menées pour développer les sports de nature.

22Pour conclure, nous observons que les principaux besoins des individus sondés sont la recherche de nouvelles pistes cyclables, de sentiers de randonnées ainsi que l’augmentation de personnels spécialisés pour les informer ou proposer des activités. La demande est donc bien présente et l’espace naturel constitue de ce fait un lieu privilégié et un élément pertinent dans l’appropriation du territoire.

L’offre événementielle

Une offre importante mais peu coordonnée

23Les investigations menées sur l’offre événementielle « sports de nature » sur ce territoire auprès de représentants associatifs, de sportifs, sur les sites web révèlent un caractère pléthorique mais peu coordonné. Les projets se déroulent la plupart du temps sur une journée. Les offres sont concentrées sur quelques pratiques comme la randonnée pédestre (et plus récemment le trail), le cyclotourisme et enfin les raids multisports. La grande majorité de ces évènements sont des évènements de proximité, accessibles à un large public et généralement destinés aux publics locaux (le plus souvent familiaux). Cette profusion d’évènements est révélatrice de la vitalité de la vie associative locale en matière de sports de façon générale et de sports de nature en particulier et démontre une nouvelle fois la diversité des acteurs de l’offre. Leur apparition mais surtout leur maintien démontrent l’ampleur de la demande en particulier en matière de randonnée pédestre où le nombre d’associations comme le nombre de propositions de sorties est constamment croissant au cours de ces dernières années. Cependant, cette offre amène chez la plupart des acteurs rencontrés le constat d’une carence importante en communication et coordination. Fréquemment plusieurs manifestations du même type se déroulent le même jour, sur des territoires voisins entraînant une dispersion des publics et des énergies sur de petites manifestations rassemblant peu de participants.

Un projet mobilisateur : le Raid du bassin minier10

  • 10 Le site web de l’événement est le suivant : www.raidbassinminier.com
  • 11 Trois formules sont proposées pour les participants : élite, extrême et découverte.

24Considéré comme l’événement majeur sur le territoire et impulsé par la Mission bassin minier et ses partenaires, le Raid bassin minier (franco-belge) a été créé en 2006. Il constitue aujourd’hui l’un des plus grands raids nature au nord de Paris. Cette épreuve multisports (VTT, course d’orientation, natation, canoë, trail,…) se déroule sur deux jours, en équipe (mixte) de trois personnes : deux équipiers au minimum en course et un assistant-remplaçant permettant de transporter le matériel d’une épreuve à l’autre11.

25L’événement est sans aucun doute porteur d’image pour le territoire. Il utilise comme terrain de jeu de grands espaces et sites d’origine minière ayant fait l’objet, par les collectivités, de nombreux efforts de reconquête : renaturation profonde du territoire, revalorisation de fonciers dégradés, qualification d’éléments de patrimoine. Cette réussite est assurée par la mobilisation d’un large partenariat public et privé. Le Raid Bassin Minier se doit de respecter certains engagements. L’organisation a donc décidé de mettre en place une charte « éco-responsable » afin de sensibiliser les concurrents et le public sur des problématiques environnementales et de santé et ainsi limiter son impact sur les espaces empruntés.

L’offre marchande

26On remarque un très faible nombre de structures marchandes sur le territoire. La faiblesse de cette offre privée de services « sports de nature » est directement liée à la faiblesse de l’offre touristique globale sur le territoire combinée à une faible visibilité des potentiels de pratiques de sports de nature sur le territoire. Selon les acteurs rencontrés, le faible développement de ce type d’activités sur le territoire est dû en partie à l’incertitude de la viabilité de ce type de structure, à la méconnaissance de la demande et de doutes sur la capacité réelle voire la volonté des publics à payer pour ce type de services. Il est également dû à la difficulté de recruter des encadrants diplômés notamment en raison de la nécessité de disposer d’un brevet d’État pour tout encadrement d’activité sportive à but lucratif. Tout souhait de développement d’une offre de services structurée, marchande en matière de sports de nature, devra s’accompagner d’un travail de levée de ces incertitudes et facteurs bloquants.

Discussions et perspectives

  • 12 Un diagnostic territorial approfondi (DTA) a été mené en 2010 et qui a reconnu qu’il y a une identi (...)

27Au travers de nos différentes investigations et au regard des problématiques du territoire minier, l’offre de sports de nature semble conséquente mais peu structurée12. On assiste à une institutionnalisation de la co-gestion du sport local (Honta, 2010) notamment au regard de la transversalité des enjeux d’une pratique sport nature sur un territoire. Les deux associations investiguées mobilisent les sports de nature dans une logique de projet de territoire qui semble sous-tendue à quatre grands principes d’action que sont : une réflexion partagée ; un ancrage territorial, un décloisonnement et une transversalité et enfin une communication et une information plus abondante. Il apparaît évident que l’outillage et la sensibilisation des différents acteurs de l’offre doit permettre de construire une stratégie commune qui permettra en particulier de traiter de façon harmonisée la question des espaces miniers à reconquérir (friches, terrils…). Ces associations n’ont donc pas vocation à suppléer le mouvement sportif et la DDJS pour proposer une politique sportive sur les sports de nature mais davantage d’accompagner les collectivités sur les projets. Elles apparaissent donc comme de véritables partenaires qui s’inscrivent en support.

  • 13 En particulier, les conditions d’accès et d’usage des terrils sont globalement mal connues.

28Enfin, nous pouvons avancer que le principal problème, au-delà de la coordination des différentes initiatives, reste le déficit communicationnel sur le territoire tant au niveau des sites de pratique que des pratiques elles-mêmes. Si les associations et clubs sont généralement organisés pour trouver ces informations, les pratiquants « informels » ont eux plus de difficultés à accéder à l’information ce qui peut entraîner soit un renoncement à la pratique (ponctuellement ou durablement), soit une pratique méconnaissant les restrictions d’accès, potentiellement dangereuse pour l’environnement ou pour la sécurité des personnes13. Néanmoins, le territoire présente un potentiel réel mais mal connu par le grand public. Les responsables fédéraux se sentent souvent démunis devant ce type d’enjeux, et sont demandeurs d’un accompagnement ou d’une mutualisation de moyens en matière de communication.

Conclusion

  • 14 Une récente étude préconise la création d’une charte Bassin minier et un accompagnement des acteurs (...)

29Pour conclure, nous pouvons avancer que la revalorisation et la redynamisation de ce type de territoire passe par la mobilisation de facteurs clés de succès comme une politique d’aménagement respectueuse, une politique événementielle structurée et une véritable pédagogie environnementale. Les budgets consentis sont cependant assez faibles, les compétences peu ou pas réparties14. C’est le cas par exemple pour l’association Chaîne des Terrils qui, suite à des difficultés financières, a dû supprimer certains événements sportifs qu’elle organise depuis de nombreuses années comme « Le Défi du 11/19 » (course multisports sur les terrils) ou encore « Le Festivol » (festival du cerf-volant à Loos-en-Gohelle). Enfin, la rétribution du personnel de ces associations est fragile notamment du fait d’une extrême dépendance au financement public (notamment les contrats-plans État-Région).

30Tout ceci démontre une nouvelle fois le caractère hybride de l’action publique sportive et plus spécifiquement autour des sports de nature. La revitalisation du territoire minier par les sports de nature doit se traduire par un véritable projet combinant différents aspects urbanistiques, économiques, sociaux et culturels. Le sport et plus particulièrement les sports de nature apparaissent donc comme un terrain d’expression pertinent sur ce type de territoire. Ils semblent constituer un processus différenciateur d’ajustement des identités locales (Haschar Noé, 2006). Le développement durable et la perspective intergénérationnelle constituent un prisme unificateur pour les différentes catégories d’acteurs en présence. D’abord centrés sur la requalification des espaces sinistrés, on voit émerger une approche plus écologique avec la valorisation de l’environnement et du patrimoine minier, la préservation des équilibres et des ressources naturelles, signe fort d’une solidarité entre les générations. Les aménagements, pour bon nombre plus légers, laissent entrevoir une possible réversibilité des choix d’équipements et d’aménagements sportifs des lieux et des espaces. Plus que jamais, ces pratiques questionnent les frontières entre politiques sectorielles (sportive, aménagement urbain, protection des espaces naturels, touristiques, sociaux) et leur cohérence pour penser de nouveaux modes d’action publique afin de réduire les tensions rupture et/ou continuité des identités territoriales et entre collaboration et/ou conflit dans les relations contractuelles entre « partenaires » publics et privés.

Bibliographie

Bibliographie

Avril B., Renaissance urbaine en Europe, la reconquête des villes dans les vieilles régions industrielles, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1984.

Barthélémy J.-R., La Reconversion économique des villes minières (d’après les cas de Carmaux et Condé sur Escaut), Thèse de Géographie, Toulouse 2, 1985.

Baslé G., Contribution à l’analyse prospective des politiques sportives locales. Nouveaux enjeux, nouvelles approches, thèse de doctorat en Sciences et techniques des activités physiques et sportives, Paris Sud Orsay, 1994, non publiée.

Chautard D. et Olszak E., « Développement durable et territoires en reconversion : l’exemple des zones minières du Nord – Pas-de-Calais », in Zuindeau B., Développement durable et territoire, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2000, p. 205-237.

Chazaud P. et Penel G., « Crise et management public », Cahiers Espaces, 2005, no 85, p. 24-29.

———, « La place du sport dans les stratégies marketing locales », Pouvoirs locaux, 2001, no 49, p. 58-66.

Davy L. et Neboit R. (coordonné par), Les Français dans leur environnement, Paris, Nathan, Comité national Français de Géographie, 1996.

Fagnoni E., « La mise en tourisme et en loisirs des friches industrielles en Lorraine : une triple problématique », in Sacareau I. et Vacher L. (dir.), La Mise en tourisme et en loisirs des lieux et des espaces, processus, périodisations et variations régionales, Actes des XXVIIe Journées de la Commission Nationale de Géographie du Tourisme et des Loisirs de La Rochelle, LET-OTELO, 2001, p. 143-153.

———, « Les friches industrielles, un lieu de questionnement. Du handicap des friches industrielles à leur valorisation touristique : le cas lorrain », in 127e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, « Le travail et les hommes », thème 5 : Travail et paysages, Reconversion et réaménagement des espaces industriels, Nancy, 2002.

Honta M., Gouverner le sport. Action publique et territoires, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2010.

Haschar Noé N., « Les politiques sportives locales et leur management en France : état des connaissances et des recherches », in Bouchet P. et Pigeassou C. (dir), Management du sport : actualités, développements et orientations de la recherche, Montpellier, Éditions AFRAPS, 2006, p. 227-273.

Janin Cl. et Andres L., « Les friches : espaces en marge ou marges de manœuvre pour l’aménagement des territoires ? », Annales de géographie, 2008, no 663, p. 62-81.

Lascoumes P. et Le Bouhris J.-P., L’Environnement ou l’administration des possibles. La création des Directions Régionales de l’Environnement, Paris, L’Harmattan, 1997.

Letombe G. et Zuindeau B., « Externalités environnementales et dynamique territoriale : l’exemple du bassin minier du Nord – Pas-de-Calais », The Third Congress on Proximity « New Growth and Territories », Paris, 2001.

Muniga J., De l’aménagement assisté à l’aménagement concerté : les bassins houillers Français en quête d’une reconversion économique, thèse de géographie, aménagement, urbanisme, Lyon 2, 1995.

Penel G., « Le sport comme moyen de réactiver un territoire en crise. L’exemple de la station de ski de Nœux-les-Mines », Revue européenne de management du sport, juin 2005, no 13, p. 57-76.

———, La Gestion territoriale des équipements sportifs postmodernes. Entre logiques de marché, exigences de service public et enjeux de développement local, Thèse de doctorat non publiée, Université Claude Bernard Lyon 1, 2006.

———, « L’équipement sportif public innovant comme vecteur de (re)création identitaire du lien social », in Boudreault P.W. et Jeffrey D. (dir.), Identités en errance. Multiidentités, territoire impermanent et être social, Québec, Presses universitaires de Laval, 2007, p. 169-186.

———, « Équipements de loisirs sportifs et développement durable. Éléments de réflexion autour de l’exemple de Loisinord », in Bessy O. et Augustin J.-P. (dir.), Sport, loisirs, tourisme et développement durable des territoires, Voiron, Presses universitaires du sport, 2008, p. 123-133.

Pociello Ch., Sport et sciences sociales. Histoire, sociologie et prospective, Paris, Éditions Vigot, 1999.

Notes

1 À titre indicatif, dans le bassin minier du Nord - Pas-de-Calais, on a recensé 4 490 ha de friches d’origine minière auxquelles s’ajoutent les 210 terrils, les cavaliers des voies ferrées, les chevalements, les lavoirs, les bacs à schlam mais aussi les 2 200 ha de friches industrielles autres que minières

2 Après une phase d’aménagements d’infrastructures de grande envergure (par exemple la piste de ski de Nœux-les-Mines, le parc d’Olhain, la base de Loisirs de Wingles), on assiste à une prise de conscience en faveur de dispositifs plus minimalistes mais tout aussi porteurs.

3 Le bassin minier fait d’ailleurs l’objet d’une candidature à l’UNESCO dans le but de valoriser son patrimoine (terrils, chevalets…).

4 Les collectivités peuvent intervenir dans le développement économique local et le conseil régional se voit attribuer une compétence générale d’aménagement du territoire régional.

5 Nous pouvons citer en exemples Barthélémy, 1985 ; Muniga, 1995 ; Chautard et Olszak, 2000.

6 L’une des friches industrielles reconvertie en équipements sportifs à ce jour la plus réputée reste celle de Homebush Bay en Australie. Elle constituait le site principal des Jeux olympiques de Sydney 2000 et s’étendait sur une friche industrielle polluée réhabilitée.

7 Cette création a fait suite au Livre Blanc de la Conférence Permanente du Bassin Minier (CPBM), qui avait mobilisé près de 1 000 décideurs, acteurs politiques, économiques, universitaires et associatifs de la région.

8 Pour informations, le Grenelle de l’environnement, initié par l’État en 2007, place l’élaboration d’une Trame verte et bleue nationale au cœur de ses réflexions.

9 Label issu d’une réflexion conjointe des ministères de l’Environnement, de l’Agriculture, de l’Éducation nationale et des Sports.

10 Le site web de l’événement est le suivant : www.raidbassinminier.com

11 Trois formules sont proposées pour les participants : élite, extrême et découverte.

12 Un diagnostic territorial approfondi (DTA) a été mené en 2010 et qui a reconnu qu’il y a une identité sport de nature spécifique au bassin minier par rapport à ses caractéristiques paysagères (terrils, carreaux de fosses, cavaliers miniers...). Ce DTA a été présenté à toutes les collectivités d’agglomération, département et la région.

13 En particulier, les conditions d’accès et d’usage des terrils sont globalement mal connues.

14 Une récente étude préconise la création d’une charte Bassin minier et un accompagnement des acteurs locaux démunis en termes de compétences.

Table des illustrations

Titre Le terril 11/19 de Loos-en-Gohelle
Légende Photographie : Vincent Cohez, CPIE Chaîne des Terrils.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre La nouvelle configuration de la piste artificielle de Nœux-les-Mines (62)
Légende Source : Raid Bassin Minier, 2012.Crédit photo : Mission Bassin Minier Nord - Pas-de-calais.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3493/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 432k

Auteur

Doyen de la Faculté des sciences du sport et de l’EP – Université Lille 2 Droit Santé Gestion Sport. Équipe d’accueil 4110, PRES Lille Nord de France.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540