Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Deuxième partie. Des lieux, des sites, des équipements et des aménagements

Le quartier sportif solaire de Bras-Panon : une réponse à la problématique « sport et développement durable » ?

Serena Hajek et Richard Huitelec

Texte intégral

1L’île de La Réunion a reçu en 2009 le prix européen d’innovation régionale dans la catégorie « adaptation au changement climatique ou atténuation de ses effets » pour sa centrale électrique solaire ; elle a également vu une partie de son territoire classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Et bien qu’aucune réglementation spécifique d’aménagement du territoire ne soit obligatoire sur l’île, elle tente de préserver durablement son environnement naturel tout en favorisant le développement de ses activités économiques. O. Bessy (2005) a montré comment le développement contrôlé des pratiques sportives de pleine nature s’inscrit dans cette dynamique écologique-économique. Mais qu’en est-il des autres sports, de ceux qui nécessitent des équipements spécifiques, consommateurs d’énergie et d’espace ?

2Dans la politique de stratégie « Climat et Énergie » de la commune de Bras-Panon, la question de la rénovation des complexes sportifs s’est posée et notamment celle de leur capacité à s’inscrire dans une politique de développement durable des territoires. Nous avons alors suivi le projet de rénovation du « quartier sportif solaire » avec attention depuis 2008, de sa conception à sa réalisation. Les quartiers sportifs réunissent dans un même espace divers équipements sportifs liés notamment aux pratiques du football, du tennis, de la natation, de l’escalade et des sports en salle (gymnase). Celui de Bras-Panon est l’un des premiers à s’inscrire dans une logique de développement durable et se pose en expérience innovante, voire en exemple.

3Un ancrage pluridisciplinaire a orienté nos recherches et notre questionnement. Nous avons croisé deux spécialités, celle du droit de l’environnement et celle des sciences sociales s’intéressant à l’objet sport (Gasparini, 2003 ; Bernoux, 2009 [1985] ; Crozier, Friedberg, 1977). Plusieurs questions jalonnent donc cette recherche : dans quel cadre législatif et urbanistique ce projet s’inscrit-il ? Quelle est la spécificité de ce quartier sportif en termes d’équipements sportifs innovants ? Quels sont les acteurs impliqués dans ce projet ? Dans quelle mesure s’inscrit-il dans un projet plus global de développement durable et de respect de l’environnement ?

4Notre étude s’organise alors en deux parties. Pour plus de clarté, nous avons fait le choix de séparer la partie exposant le cadre législatif dans lequel les innovations en termes d’équipements sportifs écologiques peuvent se développer de la partie qui s’intéresse plus précisément au complexe sportif de Bras-Panon.

5Nous allons montrer que la rénovation de ce dispositif original – le quartier sportif solaire – est le fruit d’enjeux croisés mêlant différents acteurs : des enjeux à la fois d’ordre économique, politique et législatif rendant compte de la vision institutionnelle des élus locaux et des enjeux liés à une réelle prise de conscience d’une démarche éco-citoyenne apportée par une génération nouvelle de professionnels travaillant sur la maîtrise de l’énergie.

Un contexte général favorable à l’énergie

6La démarche relative à la mise en place du complexe sportif solaire sur le territoire de la commune de Bras-Panon se situe dans un contexte général fortement favorable à la prise en compte de l’énergie. L’intégration de la problématique énergétique en faveur d’une meilleure protection de l’environnement est aujourd’hui une préoccupation majeure des objectifs européens, nationaux et régionaux.

Contexte international et européen

7Sans détailler l’ensemble des textes relatifs à la question énergétique et climatique au niveau international, il est important de rappeler que depuis les années 1990 la protection de l’environnement s’est notamment tournée vers la question des changements climatiques. La Convention-cadre des Nations Unies relative aux changements climatiques (1990) puis le protocole de Kyoto (1997) ont fait émerger une conscience collective internationale sur l’évolution du climat et la responsabilité des activités humaines dans ce processus naturel.

8Malgré des divergences scientifiques sur la réalité et l’ampleur de la dégradation de notre climat et en dépit de désaccords sur les modalités de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), il n’en demeure pas moins acquis que l’enjeu mondial pour les questions climatiques réside principalement dans notre manière d’aborder la problématique énergétique. En d’autres termes, comment favoriser une démarche de maîtrise de nos consommations d’énergie et une production d’énergie moins émettrice en GES ?

9Dans ce cadre, les pays ont engagé des actions favorisant l’utilisation des énergies renouvelables pour une meilleure efficacité énergétique mais également une démarche de réduction de nos consommations d’énergie.

10Ces orientations englobent les trois composantes que recouvre l’expression développement durable : l’environnement, l’économique et le social. Mais surtout, cette prise de conscience internationale amène à la conclusion que la lutte contre les changements climatiques relève d’une lutte globale par le biais d’actions locales.

Contexte national

11La question énergétique est apparue progressivement dans le contexte national français. Elle ressort de deux constats principaux : le premier est celui d’une dépendance de la France au regard des énergies fossiles et nucléaires. Le second est celui de la dégradation de notre environnement par l’utilisation de ces énergies et la recherche d’une meilleure protection de l’environnement.

  • 1 Loi no 2001-153 du 19 février 2001 tendant à conférer à la lutte contre l’effet de serre et à la pr (...)
  • 2 Loi no 2005-781 du 13 juillet 2005 de programme fixant les orientations de la politique énergétique (...)
  • 3 Loi no 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’enviro (...)
  • 4 Loi no 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement, JORF, no 0160 (...)

12Depuis la loi du 19 février 20011, la France a donné à la lutte contre l’intensification de l’effet de serre et la prévention des risques liés au réchauffement climatique la qualité de « priorité nationale » (art. 1). Ses ambitions dans le domaine de l’énergie, affichées dans la loi du 13 juillet 20052, impliquent que « […] la lutte contre le changement climatique est une priorité de la politique énergétique qui vise à diminuer de 3 % par an en moyenne les émissions de gaz à effet de serre de la France […] » (article 2). Enfin la mise en place du Grenelle de l’environnement en fin d’année 2007 a abouti à la loi « Grenelle 1 » du 3 août 20093 qui indique que « la lutte contre le changement climatique est placée au premier rang des priorités ». La loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement4 (ou « Grenelle 2 ») est venue confirmer l’opérationnalité des objectifs affichés. Pour répondre à ces objectifs, la France confie aux collectivités locales un rôle important et des outils juridiques de planification.

Contexte régional : le territoire de La Réunion

13L’île de La Réunion bénéficie d’une situation énergétique exceptionnelle et donc spécifique. En effet, autonome pour la production de son électricité dans les années 1980, elle n’assure désormais plus que 15 % de son approvisionnement énergétique (électricité et transports) à partir des énergies renouvelables. Toutefois dans le domaine de la production électrique seule, la part des énergies renouvelables est plus importante puisqu’elle représente près de 35 %.

14La Réunion est dans une zone non interconnectée au réseau électrique métropolitain (c’est-à-dire non reliée physiquement à celui-ci), elle ne peut compter que sur ses ressources locales d’énergie et son approvisionnement extérieur. Toutefois l’île est dotée de ressources renouvelables importantes et diversifiées qu’elle tente d’exploiter et de développer.

  • 5 Loi no 2000-1207 du 13 décembre 2000 d’orientation pour l’outre-mer, JORF no 289 du 14 décembre 200 (...)

15Dans le domaine de l’énergie et du climat, la situation de La Réunion, comme celle des autres collectivités d’outre-mer, a toujours connu un statut particulier. Depuis l’article 50 de la loi no 2000-1207 du 13 décembre 20005 (LOOM), l’article L. 4433-18 du Code général des collectivités territoriales, « chaque région de Guadeloupe, Guyane, Martinique et de La Réunion élabore, adopte et met en œuvre […] un plan énergétique régional pluriannuel de prospection et d’exploitation des énergies renouvelables et d’utilisation rationnelle de l’énergie ».

  • 6 Plan Région des Énergies Renouvelables et d’Utilisation Rationnelle de l’Énergie – PRERURE.
  • 7 Cet acronyme se lit de deux façons : « Green Energy Revolution : Reunion Island » ou « Grenelle de (...)

16Depuis 2000, la Région Réunion a élaboré et adopté son PRERURE6 avec une ambition d’autonomie énergétique de La Réunion à l’horizon 2025 (électricité) et 2050 (toutes énergies). La Région Réunion a également organisé avec l’ensemble des acteurs la création de l’Agence régionale énergie Réunion (ARER) pour la promotion de la maîtrise de l’énergie et des énergies renouvelables dans une perspective de développement durable et de lutte contre les changements climatiques. Les services déconcentrés de l’État ont en 2008 organisé l’élaboration du programme « GERRI7 – Réunion 2030 » qui a abouti en 2011 à la mise en place d’un GIP sur le territoire de La Réunion pour les objectifs suivants :

  • la maîtrise des consommations, la production et le stockage d’énergie ;

  • les déplacements en modes propres, collectifs et individuels ;

  • les quartiers et villes durables, économes en déplacements et en consommations énergétiques ;

  • la construction Haute Qualité Environnementale/Haute Performance Énergétique ;

  • le tourisme durable.

  • 8 STratégie d’Autosuffisance énergétique pour la Relance et la Transition de l’Économie Réunionnaise (...)

17De plus, en août 2009, l’Assemblée plénière de la Région Réunion a adopté son programme STARTER8, véritable feuille de route pour l’autonomie énergétique des Réunionnais en 2025. Elle précise deux objectifs et les moyens utilisables pour les atteindre :

[…] Dans le domaine de l’énergie : parvenir à l’autonomie énergétique, en atteignant, dès 2020, un objectif de 50 % au minimum d’énergies renouvelables dans la consommation finale […].
[…] Pour atteindre ces objectifs, l’État pourra adapter les dispositions réglementaires, fiscales ou incitatives dans leur application aux départements et aux régions d’outre-mer, conformément au premier alinéa de l’article 73 de la Constitution. Ces collectivités pourront adapter ces dispositions dans les conditions fixées par le deuxième alinéa du même article […].

18Depuis 2010, la nouvelle mandature régionale s’inscrit dans cette démarche et veut faire de La Réunion un territoire d’excellence dans le domaine de l’énergie. Cette ambition « Réunion, île solaire » poursuit la recherche d’une meilleure intégration des énergies renouvelables dans le cadre de la maîtrise de l’énergie (MDE) et de la production décentralisée de l’énergie (PDE). Il s’agit alors non seulement de soutenir et développer des projets technologiques innovants et ambitieux pour l’ensemble du territoire de La Réunion mais également d’associer encore plus fortement la population réunionnaise aux décisions et aux actions dans le domaine de l’énergie.

Pourquoi un quartier sportif solaire à Bras-Panon ?

19La commune de Bras-Panon est une petite commune de l’est de l’île de La Réunion de près de 12 000 habitants. Elle fait partie de la Communauté d’agglomération de l’est de la Réunion qui comprend cinq autres communes. Elle adhère à l’ARER en 2007 et s’engage dans une démarche de protection et de valorisation de l’environnement en mobilisant à la fois son territoire et sa population. Cela lui a valu en 2010 l’obtention de la décoration des « Rubans du développement durable ». Cette décoration est à la fois une reconnaissance du travail accompli et un souhait de voir d’autres actions se développer.

20Le point de départ du projet de réaménagement du quartier sportif de cette commune émane de revendications des utilisateurs sportifs évoquant une situation d’inconfort dans l’utilisation de ces locaux sportifs. La commune décide alors de profiter de ces travaux de rénovation pour valoriser sa toiture pour la production d’électricité. Un projet qui au fil des années évoluera vers une démarche environnementale plus globale.

21Issue d’une volonté clairement exprimée par le maire de la commune, la démarche sur le complexe sportif de Bras-Panon est à la fois une démarche globale sur un ensemble d’activités sportives et une démarche d’exemplarité dans les actions relatives au domaine de l’énergie. Pour autant, aussi réussie soit-elle sur le plan technique, l’action révèle néanmoins une carence fondamentale dans la concertation avec les principaux usagers et acteurs du monde sportif. La démarche de développement durable n’est alors pour l’instant que réduite à son aspect de « protection de l’environnement ».

Une démarche technique en faveur de la protection de l’environnement

22Centrée uniquement sur la valorisation énergétique de la toiture du gymnase, la commune pense alors répondre aux différentes exigences du PREPURE, être un exemple de développement durable pour les autres communes et profiter des retombées économiques des panneaux photovoltaïques installés. Toutefois les différents partenaires liés à ce projet et notamment les membres de l’ARER, spécialistes des questions énergétiques, ont permis aux élus locaux de prendre conscience de l’importance d’un tel projet en terme d’impact sur l’environnement et non plus seulement comme vitrine politique. La rencontre avec les différents membres de ces deux organisations publiques – l’ARER et les responsables du développement de la commune – répond sans doute à la question du poids des générations dans l’avancement d’un tel projet lié au développement durable. Des élus locaux sont présents depuis très longtemps face à une équipe de jeunes ingénieurs, chercheurs et juristes largement sensibilisée aux causes et conséquences d’une mauvaise gestion des ressources naturelles. Le projet s’est alors orienté vers une démarche prenant en compte l’ensemble des activités sportives installées sur le site et l’ensemble des éléments à rénover pour avoir une démarche plus globale telle que la consommation en eau, en climatisation et en électricité, la gestion et l’entretien des espaces verts, des espaces couverts et des pistes cyclables.

23Des aménagements sont alors envisagés afin d’accueillir de nouvelles activités de plein air mais également de mieux organiser le site sportif. La rénovation du site s’est donc étoffée, passant par la prise en compte de l’ensemble des activités et pas seulement la toiture du gymnase, leurs besoins en énergie et en eau, leurs impacts sur l’environnement par le tri des déchets et l’accès au site par un réseau efficace de pistes cyclables.

24Ainsi, la collaboration des membres de l’ARER et des services techniques de la commune de Bras-Panon a permis de faire évoluer ce projet de quartier sportif : d’un gymnase à équiper en énergie photovoltaïque pour la production d’électricité, le projet s’inscrit dans une démarche globale de développement durable favorisant la prise en compte d’une meilleure maîtrise des consommations énergétiques et de valorisation des potentiels d’énergies renouvelables existants.

25Les entretiens révèlent par ailleurs que la démarche préconisée par les spécialistes en maîtrise de l’énergie a été suivie mais surtout a servi de point d’appui dans la campagne de valorisation des actions menées auprès des utilisateurs et futurs utilisateurs du site. La commune met en exergue deux avantages, justifiant un projet sur le long terme et provoquant dans l’immédiat des désagréments : le premier est de démontrer à la population, et ici principalement aux acteurs sportifs, l’existence et la pertinence de l’utilisation de ces technologies sans la diminution de leur confort, bien au contraire. Le second avantage est de faire diminuer les consommations d’énergie et de fait les factures énergétiques de la commune.

26Il faut rappeler que le coût global de la consommation énergétique des villes et communes s’élève à 2 000 millions d’euros dont 75 % pour la seule consommation des bâtiments. Les éléments détaillés ci-après rendent compte de l’importance des bâtiments et équipements sportifs dans la consommation énergétique d’une commune.

Le monde sportif, le grand absent

27La première partie de cette étude qui a suivi la réalisation du projet et tenté de comprendre le cadre législatif dans lequel il s’inscrivait à montrer une chose : ce projet de quartier sportif solaire résulte d’une volonté purement unilatérale de la commune. En dépit des objectifs régionaux, aucune obligation règlementaire ne pesait sur la commune pour la mise en place de telles actions. En effet, tant du côté du droit de la construction que du droit de l’urbanisme, rien n’existait afin d’imposer une telle démarche.

Consommation en kwh/m2

Consommation en kwh/m2

Dépenses en ₤/m2

Dépenses en ₤/m2

Structure de la consommation et de la dépense d’énergie par type de bâtiment

Structure de la consommation et de la dépense d’énergie par type de bâtiment

Conception des graphiques : Richard Huitelec

28Concernant le droit de la construction, la performance énergétique minimale des bâtiments définie au sein du Code de la construction n’a pas pu ici servir d’obligation. Il faut rappeler qu’alors que la réglementation thermique est applicable depuis 2000 dans l’Hexagone, elle ne l’est que depuis le 1er mai 2010 à La Réunion. De plus, cette réglementation ne s’applique qu’aux bâtiments neufs et pour des logements. Rien n’est donc prévu pour les bâtiments du secteur tertiaire et a fortiori pour les équipements sportifs. Du côté du droit de l’urbanisme, peu d’éléments ont pu servir à rendre obligatoire une telle démarche sur le quartier sportif solaire. D’une part, ce n’est que tardivement (loi « Grenelle 1 ») que la prise en compte de l’énergie est devenue un motif d’urbanisme susceptible d’engendrer une réglementation d’urbanisme s’imposant à tous les constructeurs. D’autre part, les procédures de modification et/ou de révision et leurs durées s’accommodaient mal avec la nécessité de progresser vite dans les travaux programmés et actions prévues.

29Toutefois nous avons poussé notre étude plus en avant afin de mettre en exergue les différents acteurs en présence, leur volonté propre, leur représentation et leur poids dans les décisions. Les entretiens sont en cours et la première analyse de ceux déjà réalisés rend compte d’un fait inattendu : ce projet a largement occulté la participation du monde sportif et des utilisateurs du complexe. Les actions menées sur la partie énergétique et environnementale du quartier ont été concertées uniquement avec les services techniques et le service des sports de la mairie. En effet, la commune étant propriétaire de l’ensemble des bâtiments présents sur le complexe, elle a assuré la complète maîtrise d’ouvrage des actions.

30L’absence du monde sportif et des usagers est flagrante tout au long du processus de réalisation des actions opérationnelles et techniques sur le complexe. D’une part, il n’y a pas eu de concertation préalablement aux actions et travaux définis : les usagers et le monde sportif n’ont pas eu leur mot à dire non seulement sur l’opportunité de telle ou telle action mais aussi sur leurs besoins ressentis dans le cadre de leurs activités. D’autre part, il n’y a pas eu de concertation durant les travaux : les usagers et le monde sportif n’ont pas été tenus informés des choix effectués par la commune, des travaux et de leur contenu. Aucune explication, ni visite de chantier n’a été effectuée avec les représentants du monde sportif. Et enfin, jusqu’à présent, il n’y a pas eu de concertation à la fin des actions menées jusqu’à présent : aucune information précise et détaillée n’a été fournie aux usagers sur les travaux effectués ne facilitant pas l’appropriation par les sportifs des travaux et réalisations engagées.

Conclusion

31Ainsi, cette première approche – centrée sur l’étude de la rénovation d’un complexe sportif depuis sa conception jusqu’à sa réalisation – met en avant trois éléments intéressants : un projet initial porté par les élus, limité en termes de perspective écologique et centré uniquement sur les retombées financières en termes d’image pour la commune. Un projet final qui a évolué vers une meilleure compréhension de l’expression « développement durable » avec la participation de professionnels de ce secteur. Mais on ne peut que constater une absence quasi permanente des acteurs du monde sportif dans le processus décisionnel de ce projet mêlant pourtant sport et développement durable.

32Si aujourd’hui la prise de conscience est mondiale et que chaque nation pose un cadre législatif pour aider les collectivités locales à innover dans ce domaine, il ne faut pas oublier que ce sont les usagers qui vont permettre à ces projets de vivre et de se multiplier. Il reste donc ici à déterminer pourquoi les usagers et les professionnels du monde sportif n’ont pas été pris en compte dans ce projet et quel sera finalement l’impact d’un tel projet au niveau de la commune, des autres communes, de la Région Réunion, de la métropole voire plus, et se voulant innovant et exemplaire.

Bibliographie

Bibliographie

Bernoux Philippe, La Sociologie des organisations, Paris, Le Seuil, 2009 [1985], 373 p.

Bessy Olivier, Sports, loisirs et société. De la diffusion sociale à la construction identitaire. De l’innovation marketing au développement durable des territoires, 2005, HDR.

Crozier Michel et Friedberg Erhard, L’Acteur et le Système, Paris, Le Seuil, 1977, 504 p.

Gasparini William, Sociologie de l’organisation sportive, Paris, La Découverte, coll. Repères, 2000, 130 p.

——— (dir.), L’Organisation sportive, Paris, éditions Revue EP& S, 2003, 128 p.

Notes

1 Loi no 2001-153 du 19 février 2001 tendant à conférer à la lutte contre l’effet de serre et à la prévention des risques liés au réchauffement climatique la qualité de priorité nationale et portant création d’un Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique en France métropolitaine et dans les départements et territoires d’outre-mer, JORF, no 43 du 20 février 2001, page 2 783.

2 Loi no 2005-781 du 13 juillet 2005 de programme fixant les orientations de la politique énergétique, JORF, no 163 du 14 juillet 2005 page 1 1570.

3 Loi no 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement, JORF, no 0179 du 5 août 2009, page 13 031.

4 Loi no 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement, JORF, no 0160 du 13 juillet 2010, page 12 905.

5 Loi no 2000-1207 du 13 décembre 2000 d’orientation pour l’outre-mer, JORF no 289 du 14 décembre 2000 page 19 760.

6 Plan Région des Énergies Renouvelables et d’Utilisation Rationnelle de l’Énergie – PRERURE.

7 Cet acronyme se lit de deux façons : « Green Energy Revolution : Reunion Island » ou « Grenelle de l’Environnement à la Réunion : Réussir l’Innovation ».

8 STratégie d’Autosuffisance énergétique pour la Relance et la Transition de l’Économie Réunionnaise – STARTER.

Table des illustrations

Titre Consommation en kwh/m2
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Dépenses en ₤/m2
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Structure de la consommation et de la dépense d’énergie par type de bâtiment
Légende Conception des graphiques : Richard Huitelec
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3487/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

Auteurs

Docteur en droit, chercheur associé au CERDARE/Université Montesquieu Bordeaux IV. Directeur de l’Agence Régionale Énergie Réunion (ARER).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540