Version classiqueVersion mobile

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Deuxième partie. Des lieux, des sites, des équipements et des aménagements

Espaces sportifs et développement durable : générations passées oubliées, génération future sacrifiée ?

François-Emmanuel Vigneau

Texte intégral

1Le développement durable a investi au cours de ces dernières années de nombreux champs de la vie économique et sociale, y compris, récemment, le sport. Or les installations sportives sont souvent très consommatrices d’énergie (éclairage, ventilation, chauffage…), d’eau (arrosage des terrains engazonnés et des golfs, « neige de culture »…), d’espace (terrains, bâtiments, parkings), mais aussi productrices de nuisances (bruit des activités et/ou des spectateurs, encombrements lors des rencontres, « éclairage indésirable » autour des stades en soirée, nuisances olfactives) et de déchets.

2Il convient donc de s’interroger sur les conséquences et les enjeux de cette apparente incompatibilité : les générations futures d’équipements sportifs devront-elles être « sacrifiées » sur l’autel du développement durable ? Comment éviter d’en arriver à cette extrémité ?

3Nous formulons l’hypothèse que, d’une part, la réappropriation de savoirs et savoir-faire des générations passées en matière d’architecture vernaculaire et, d’autre part, le recours à une analyse novatrice des rapports entre sport et espace permettent de renouveler en profondeur, en l’enrichissant, la conception des équipements sportifs, en cohérence avec les objectifs du développement durable.

Le risque d’une « génération sacrifiée » d’équipements sportifs

4Le risque de restriction du nombre et/ou de la fonctionnalité des équipements sportifs peut être liée à l’influence de trois catégories d’acteurs : le « grand public », les collectivités et les nouveaux « experts » ès développement durable.

5La construction de bâtiments dédiés au sport peut soulever l’opposition d’une frange non négligeable (croissante ?) de la population, notamment celle sensible aux préoccupations environnementales et réservée vis-à-vis du sport, en particulier du sport de compétition, qui considère la pratique sportive comme futile et/ou dénonce les dérives du sport professionnel.

6Outre leurs coûts financiers (tant en investissement qu’en fonctionnement), l’impact environnemental des équipements sportifs peut susciter des réticences de la part d’élus de collectivités locales et territoriales, maîtres d’ouvrages de l’essentiel des installations sportives en France.

7Les bureaux d’études, de plus en plus nombreux à exploiter le « créneau porteur » du développement durable, n’ont, bien entendu, pas intérêt à limiter le nombre d’équipements sportifs mis en chantier ou à en restreindre les dimensions. En revanche, la mise en œuvre de préconisations techniques « sectorielles » formulées par certains de ces bureaux d’études, visant à réaliser des économies d’énergie, mais méconnaissant les besoins spécifiques des sportifs, peut causer une régression de la fonctionnalité des équipements sportifs. Un des principaux écueils en matière d’application des dispositions de qualité environnementale aux équipements sportifs concerne l’éclairage naturel. Dans un souci d’économie d’énergie, il convient de chercher à l’accroître. Dans un objectif de lien des usagers avec leur environnement, les ouvertures vers l’extérieur peuvent être multipliées. En revanche, un ensoleillement direct et même un contraste de luminance (effet de « contre-jour ») peut constituer une gêne considérable pour les sportifs (mauvaise visibilité des tracés de jeux, des balles, ballons ou volants…).

8Jusqu’à un passé récent, les principales dispositions règlementaires édictées depuis les premiers chocs pétroliers du milieu des années 1970 en matière d’économies d’énergie et d’environnement dans les équipements sportifs ont été assez adaptées aux contraintes et aux besoins de la pratique sportive, par exemple :

  • arrêté du 25 juillet 1977 relatif à la limitation de la température de chauffage de locaux où s’exercent des activités à caractère scientifique, sportif, artisanal, industriel, commercial ou agricole, qui présente une gradation des températures dans différents locaux sportifs (14 °C dans les salles de sports, sauf celles dans lesquelles s’exercent de la gymnastique au sol : 15 °C et de la gymnastique corrective : 18 °C, 20 °C dans les annexes, 27 °C dans les halles des bassins des piscines, 23 °C dans les vestiaires-douches de celles-ci…) ;
  • décret no 92-1271 du 7 décembre 1992 relatif à certains fluides frigorigènes utilisés dans les équipements frigorifiques et climatiques, qui a notamment interdit l’usage des fluides frigorigènes de la famille des chlorofluorocarbures – CFC qui appauvrissent la couche d’ozone – dans les patinoires).

9En ce qui concerne les piscines, l’obligation faite de reprendre la couche superficielle d’eau des bassins pour au moins 50 % des débits de recyclage (décret no 81-324 du 7 avril 1981) et de renouveler l’eau à raison de 0,03 m3 (30 litres) par baigneur ayant fréquenté l’installation au cours de la journée (arrêté du 7 avril 1981 fixant les dispositions techniques applicables aux piscines remplaçant l’arrêté du 13 juin 1969 qui fixait à 5 % du volume des bassins le renouvellement d’eau journalier) a permis à la fois d’améliorer l’hygiène des bassins et de réduire le volume d’eau neuve devant être chauffé.

10En revanche, actuellement, dans le domaine du bâtiment, les préconisations en matière de développement durable se résument trop souvent au recours à des dispositifs techniques et technologiques sophistiqués dont la compréhension, et donc la maîtrise, échappent à la plupart des non-spécialistes. En outre, les équipements sportifs constituent de moins en moins souvent une exception aux dispositifs communs.

11Le risque est donc une « confiscation » des préconisations en matière d’équipements sportifs par des « experts » au bénéfice de bureaux d’études ainsi que des industriels et au détriment de la satisfaction des besoins des usagers : mouvement sportif, scolaires et grand public.

Redécouvrir les principes de construction des générations passées

12La référence aux principes de l’architecture vernaculaire — voire au « bon sens paysan » — des générations précédentes permet de concevoir, à moindre coût, des bâtiments que l’on a, un temps, qualifiés de « bio-climatiques ». Générant d’importantes économies d’énergies, ces bâtiments sont respectueux de l’environnement, tout en tirant le meilleur parti de celui-ci.

Tirer le meilleur parti du site

Localiser en tenant compte du régime des vents

13Les générations passées ont généralement veillé à localiser les bâtiments dans des sites abrités des vents les plus froids et les plus violents. Cette protection peut être procurée par le relief (localisation à l’abri d’une colline, dans un talweg…) et/ou par la végétation (abri d’une forêt ou, au moins, de rideaux d’arbres de haute futaie).

Implanter en exploitant la topographie

14La plupart des espaces sportifs requièrent la planéité (pistes d’athlétisme, terrains de sports collectifs…). Un site ne nécessitant que peu de travaux de terrassements sera donc recherché. En revanche, pour les tribunes, le relief naturel peut utilement être exploité. Ainsi, depuis l’Antiquité, les vallons ou les flancs de montagne ont servi d’appui aux gradins des stades grecs, puis des premiers amphithéâtres romains (stade d’Olympie ou arènes de Saintes dans un talweg, piste du stade de Delphes perpendiculaire à la pente d’une montagne…). Plus récemment, des tribunes de stades ont été appuyées sur un relief naturel (stade de Saintes, stade de Braga au Portugal, gymnase à Créteil) ou sur des buttes de terre (stade de Nîmes). Cette disposition permet de réaliser des économies de structure. Elle facilite également la séparation des circulations entre sportifs (accès « bas », au niveau du terrain) et spectateurs (accès « haut », par le sommet des tribunes). Cette double desserte « naturelle » peut notamment favoriser l’accès aux personnes à mobilité réduite.

Concevoir les bâtiments avec « bon sens »

15Plusieurs principes de conception, dont certains très anciens, permettent, à moindre coût, sans recourir à des dispositifs technologiques sophistiqués, de réaliser des économies d’énergie substantielles, notamment :

  • orienter les bâtiments de manière à offrir le moins de prise au vent ;
  • concevoir des bâtiments de forme compacte afin de minimiser les surfaces de déperdition thermique. En outre, les façades, en particulier celles orientées au Nord ou vers des vents violents peuvent être partiellement enfouies, notamment en tirant parti du relief naturel comme évoqué plus haut ;
  • disposer en façade nord des bâtiments (dans l’hémisphère) des locaux pas ou peu chauffés (locaux de rangement du matériel par exemple), constituant ainsi des « espaces tampons » qui contribuent à « l’isolation » des espaces plus chauffés par rapport à l’extérieur ;
  • implanter en façades sud et ouest (dans l’hémisphère nord) les espaces de vie, utilisés en journée et qui peuvent recevoir un ensoleillement direct sans occasionner de gêne pour les sportifs (en particulier halls d’accueil, locaux associatifs, « clubs house »…) de manière à profiter des apports thermiques « gratuits » du soleil ;
  • disposer et dimensionner les ouvertures selon la fonction de locaux, elle-même en cohérence avec l’orientation (parois opaques des « espaces tampons » au Nord, ouvertures sur les lieux de vie au Sud) ;
  • utiliser des parois massives disposées au Sud ou à l’Ouest comme volant d’inertie thermique qui vont emmagasiner la chaleur du soleil pendant la journée et la restituer en partie le soir ;
  • protéger les espaces ensoleillés de la surchauffe par différents dispositifs : auvents, brise-soleil, stores et, particulièrement, arbres à feuilles caduques qui laissent passer la lumière en hiver et arrêtent ou filtrent les rayons du soleil en été quand la chaleur est la plus forte ;
  • peindre les parois internes de couleurs claires (mais néanmoins mâtes pour éviter les reflets et l’éblouissement notamment pour les sports dans lesquels la vision d’un petit objet ou projectile est importante) afin d’optimiser la lumière à l’intérieur des locaux ;
  • faire transiter l’air neuf par de longs tuyaux enterrés afin de profiter de la température clémente du sous-sol pour préchauffer l’air en hiver ou le rafraîchir en été (principe du « puits provençal » ou « puits canadien »).

Exploiter les ressources locales

16L’analyse de l’architecture vernaculaire fournit des enseignements qui peuvent se révéler précieux quant aux méthodes traditionnelles de construction et aux matériaux locaux. Le recours à ceux-ci (si possible pour la structure, les parois, la couverture et les revêtements…) limite, sinon les coûts, du moins les consommations d’énergies fossiles pour leur acheminement depuis leur lieu de production jusqu’au chantier.

Développer de nouvelles méthodes pour satisfaire les besoins des générations futures

17Une réflexion fine sur, d’une part, l’évolution des pratiques et des politiques sportives et, d’autre part, les rapports entre sport et espace permet d’optimiser la fonctionnalité des aménagements sportifs tout en minimisant leurs coûts tant en investissement qu’en fonctionnement ainsi que leurs consommations d’espace, d’énergie, d’eau.

Une méthode : analyser finement la demande et non pas dupliquer l’offre

18La définition de la fonction et le dimensionnement des équipements sportifs ont longtemps été dictés, notamment sous la pression du mouvement sportif, par l’adage : « qui peut le plus, peut le moins ». Réaliser un terrain ou une salle dont les dimensions de l’espace sportif, les tribunes et les locaux annexes permettent d’accueillir de nombreux sports en compétition paraissait alors un gage de bonne utilisation de l’argent public. Or ce qui était vrai en période d’énergie peu chère et de recours à des procédés de construction économiques en investissement, ne l’est plus si l’on a le souci de la limitation de la consommation d’énergies et de la pérennité des équipements. En effet, est-il rationnel de concevoir essentiellement de « grands » équipements multisports et destinés à un niveau élevé de compétition alors que la totalité de leur superficie, de leur volume et de la capacité d’accueil de leurs tribunes n’est que très rarement utilisée ? Ce qui paraissait un gage d’économie se révèle un facteur de dépenses considérables d’énergie (pour ventiler et chauffer de grands volumes, éclairer de vastes espaces), d’eau (pour arroser ou nettoyer de grandes étendues), de produits chimiques (pour l’entretien)… Plutôt que chaque installation permette — du moins en théorie — de nombreuses utilisations, il est beaucoup plus judicieux de veiller, à l’échelle d’un territoire, à la complémentarité d’espaces sportifs diversifiés, adaptés aux besoins réels de la population locale.

19En outre, la construction d’installations communes pour des sports différents sur la seule base des dimensions que chacun requiert peut s’avérer défavorable à la pratique de chacun de ces sports. Ainsi, depuis plusieurs années, des structures artificielles d’escalade sont implantées dans des salles de sports collectifs. Or le bruit de rebond des ballons ou les cris des joueurs et des entraîneurs ne sont guère propices à la concentration des grimpeurs et, à l’inverse, la magnésie utilisée par ceux-ci, en suspension dans l’air, peut être irritante pour les voies respiratoires des joueurs dans leurs courses sur le terrain.

Des outils : de nouvelles typologies de pratiques et d’espaces pour adapter l’offre à la demande

20Une des principales difficultés en matière d’aménagement sportif des territoires et de conception des espaces sportifs consiste à concilier diversité, fonctionnalité et qualité environnementale.

21Afin de faciliter la recherche de mutualisations pertinentes d’espaces sportifs, nous avons proposé de nouvelles classifications des activités physiques et sportives ainsi que des fonctions pouvant être assignées aux équipements sportifs. En outre, nous avons développé les notions de polyvalence sportive horizontale et/ou verticale.

Nouvelle classification des activités physiques et sportives

22À partir d’une analyse des rapports du sport à l’espace, nous avons montré qu’il est fonctionnellement pertinent de classer les sports selon l’objectif essentiel qu’ils visent symboliquement, à savoir :

  • conquérir un espace disputé à un adversaire (sports duels et collectifs de balles, de ballons, de volants, de palets…, parmi lesquels on peut encore distinguer les sports d’en-buts, de buts, de filet, de fronton ou de murs, de course entre guichets ou entre buts) ;
  • mettre hors de combat un adversaire dans un espace délimité (sports de combats et arts martiaux, parmi lesquels les duels de corps à corps, de percussions ou avec armes) ;
  • « s’affranchir » de l’espace en franchissant une distance et les éventuels obstacles qui la jalonnent (sports de courses) ;
  • « s’affranchir » de la pesanteur (sports de sauts, de lancers, de soulever de charges) ;
  • « s’affranchir » de l’espace et de la pesanteur en faisant preuve de précision (sports d’adresse) ;
  • « défier » la pesanteur en franchisant un espace en faisant preuve de virtuosité et de grâce dans la maîtrise d’un mode de locomotion (sports acrobatiques et artistiques).

Nouvelle classification des fonctions des équipements sportifs

23La demande de pratiques sportives ne peut plus être analysée seulement selon les sports pratiqués. Il est désormais nécessaire de prendre également en compte les objectifs, les motivations des pratiquants. Ainsi, un élu chargé des sports dans une commune ne doit plus seulement se demander : « comment satisfaire les demandes des clubs de football, de basket-ball, de judo, etc. ? ». Il doit aussi se poser la question suivante : « comment satisfaire les aspirations de la population en matière de sport-spectacle, de d’accès au sport de performance, de sport-santé, de sport-loisir, de sport-nature, etc. ? ». De la même manière, dans le domaine des automobiles, la marque et la puissance ne sont plus les seuls critères de choix. Depuis plusieurs années, les constructeurs ont développé des gammes de modèles spécifiquement adaptés aux usages principaux des véhicules : citadines, familiales (berlines ou monospaces), routières, tout terrain (4 X 4), sportives, utilitaires…

24Afin de caractériser les équipements sportifs plus finement, en complément des traditionnelles nomenclatures fondées sur les sports que l’on peut y pratiquer, nous avons proposé une nouvelle typologie fondée sur la fonction des installations :

  • représentation du sport-spectacle,
  • réalisation sportive (compétitions et entraînements de niveau local à régional),
  • préparation physique, technique, tactique et mentale (en vue de performances),
  • formation physique et sportive (EPS à l’école et apprentissage dans les clubs),
  • mise en condition physique (« sport-santé » des adultes et des « seniors »),
  • récréation sportive (pratiques à caractère ludique),
  • excursion (pratiques visant essentiellement à être en contact avec la nature),
  • recherche de sensations.

Notion de polyvalence sportive horizontale et/ou verticale

25Pour favoriser la conception d’espaces conciliant utilité sociale, fonctionnalité et qualité environnementale, nous avons proposé, par analogie avec la notion économique de concentration horizontale ou verticale, la notion de polyvalence sportive horizontale et/ou verticale. La polyvalence sportive horizontale, ou multisports, qualifie la capacité d’un équipement à permettre, pour un même niveau ou un même objectif, la pratique de sports différents. La polyvalence sportive verticale, ou multifonctionnalité, qualifie la capacité à permettre, pour une même discipline, des niveaux ou des objectifs de pratique différents. Bien entendu, les fonctionnalités horizontales et verticales peuvent se combiner.

Des espaces innovants pour concilier qualité environnementale, utilité sociale et fonctionnalité sportive

26Les outils méthodologiques précédents, issus de réflexions à caractère théorique, ouvrent de larges perspectives d’applications opérationnelles. Ils permettent notamment des concevoir des équipements conciliant fonctionnalité et développement durable tels que les « salles semi-spécialisées », les « petits terrains de grands jeux » et des « espaces de formation et de préparation athlétiques ».

Exemple de polyvalence sportive horizontale : les « salles semi-spécialisées »

27En France, le modèle des salles multisports a été conçu à la fin des années 1950, au début des années 1960, dans une période de pénurie d’équipements sportifs couverts, mais d’abondance en ressources énergétiques. Les salles multisports ont été dimensionnées pour accueillir les principaux sports collectifs en salle : basket-ball, handball, volley-ball. Aujourd’hui, elles sont également utilisées pour pratiquer le badminton ou le futsal, mais très souvent aussi pour de nombreuses autres activités qui ne nécessitent ni une superficie de 1 000 m2, ni une hauteur libre de 7 ou 9 m (tennis de table, culture physique, yoga, etc.). Ces salles sont destinées à un trop grand nombre de sports pour être adaptées à chacun d’entre eux. En particulier, la superposition d’un grand nombre de tracés au sol nuit à leur lisibilité. En outre, le volume à ventiler et à chauffer ou à rafraîchir est surdimensionné pour plusieurs sports. Donc, lorsque le planning d’utilisation d’une salle multisports est saturée, plutôt que d’en construire une autre de dimensions identiques, il serait plus fonctionnel et plus écologique de construire des salles « semi-spécialisées » dont les dimensions sont adaptées à une « famille » de sports cohérente. Ainsi, avons-nous proposé de distinguer :

  • les salles pour les « sports de buts » (basket-ball, futsal, handball, hockey, rink-hockey…) qui nécessitent une grande longueur, mais une hauteur libre maximale de 7 m,
  • les salles pour les « sports de filets » (badminton, tennis, volleyball…), moins longues, mais plus hautes (9 ou 12,5 m),
  • les salles pour les « activités de condition et d’expression physique » (culture physique, fitness, yoga, danse, capoeira…), de superficie et de hauteur moyennes.

28Pour chacun de ces types de salles semi-spécialisées, le nombre réduit de sports et leurs similitudes, permettent des dimensions et une conception plus adaptées. La diversité, la fonctionnalité et la qualité environnementale sont donc conciliées.

Exemple de polyvalence sportive horizontale et verticale : les « petits terrains de grands jeux »

29L’observation d’entraînements de football et de rugby montre que l’essentiel des exercices est effectué soit à l’approche du but ou de la ligne d’en-but, soit en travers du terrain sur une superficie équivalente à un tiers environ de celui-ci. Un terrain de 68 m de long (égal à la largeur d’un terrain de compétition) et de 44 m de large (soit un rapport longueur/largeur équivalent à celui d’un terrain de compétition) permet donc la plupart des situations d’entraînement. Il est également plus adapté aux méthodes pédagogiques pour l’enseignement de ces sports, ainsi qu’à la pratique de loisir. Un gazon synthétique permet une utilisation intensive. Un tel terrain offre des conditions optimales pour plusieurs fonctions (préparation, formation, récréation) et pour plusieurs sports (football, rugby à XIII, rugby à XV) et ce, au moindre coût (grâce à ses dimensions adaptées aux besoins réels). Ces « petits terrains de grands jeux » concilient donc également diversité, fonctionnalité, sociabilité et utilité sociale.

Exemple de polyvalence sportive horizontale et verticale : les « espaces de formation et de préparation athlétiques »

30L’analyse des besoins des pratiquants qui cherchent à entretenir leur endurance et leur tonus musculaire, comme des joueurs qui effectuent leur préparation physique ou des sportifs à l’entraînement au cours des premières années de pratique de l’athlétisme nous a montré qu’un stade avec une piste de 400 m en matériau synthétique n’est pas toujours indispensable et peut même occasionner des microtraumatismes tendineux et articulaires si l’on y court longtemps. Nous avons donc proposé, pour la préparation athlétique, la conception de sites intermédiaires entre les « parcours de santé » (circuits de jogging parsemés d’agrès pour le renforcement musculaire), tels qu’en France ils ont été développés au milieu des années 1970 et les stades d’athlétisme dont peu de bourgs ruraux ou de quartiers urbains peuvent s’équiper.

31Des boucles de différentes longueurs et de différents profils dont le revêtement est composé de matériaux naturels et souples sur le modèle des « pistes finlandaises » (mélange de sable et d’écorces de bois) permettent le développement des qualités cardio-respiratoires. Des lignes droites de différents revêtements (en particulier synthétiques), dont certaines en montée ou en descente, sont destinées au travail des qualités neuro-musculaires de vitesse et de résistance. Enfin, des agrès regroupés en une « salle de musculation en plein air » permettent le renforcement musculaire et les étirements. Ces « espaces de formation et de préparation athlétiques » peuvent donc intéresser des individus de tous âges et de tous niveaux, pratiquants de nombreux sports. Le coût de ces espaces est bien moindre que celui d’un stade d’athlétisme. Ainsi diversité, fonctionnalité, sociabilité et utilité sociale sont-elles conciliées.

32Ces différents exemples montrent que l’utilisation d’outils d’analyse adaptés permet d’optimiser l’adéquation de l’offre à la demande et de contribuer à la satisfaction de la diversité des aspirations des individus dans le domaine des pratiques sportives, à la cohésion sociale de la population, à l’utilité sociale des équipements et au développement durable. Pour ces raisons, on peut qualifier ces installations d’« équipements sportifs locaux d’intérêt général ».

Conclusion

33La réappropriation des savoirs éprouvés des anciennes générations et le développement, par les nouvelles générations, de recherches dans le domaine, encore peu exploré, des rapports du sport à l’espace peuvent contribuer à renouveler la conception des espaces sportifs en optimisant concomitamment la qualité environnementale et la capacité de ceux-ci à satisfaire les attentes des sportifs d’aujourd’hui et de demain.

Bibliographie

Bibliographie

Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) et Association des ingénieurs en climatique, ventilation et froid (AICVF), Sports : programmer, concevoir, gérer les bâtiments à hautes performances énergétiques, Ivry-sur-Seine, Pyc Édition, 1995, 293 p.

Amouroux Dominique et Sarramon Christian, De pierre et de brique. Villes, villages et maisons en Midi-Pyrénées, éd. DS - Conseil régional de l’Ordre des Architectes de Midi-Pyrénées, 1982, 159 p.

Bonnenfant Roger, « Une nouvelle approche des équipements sportifs », in Pouvoirs locaux, les cahiers de la décentralisation, juin 2001, no 49, p. 47-52.

Callède Jean-Paul, « Repenser l’équipement sportif ? Perspectives sociologiques », in Sport dans la Cité, 2e trimestre 1995, no 143, Paris, p. 12-18.

Gauzin-Müller Dominique, L’Architecture écologique. 29 exemples européens, Paris, Éditions du Moniteur, 2001, 288 p.

Haumont Antoine, « Les loisirs sportifs, entre pratiques de proximité et grands équipements », in « Loisirs urbains », Urbanisme, juillet-août 2001, no 319, p. 58-61.

John Geraint, Sheard Rod, Vickery Ben, Stadia. A Design and Development Guide, Oxford, Architectural Press, 4e édition 2007 [1re édition 1994], 306 p.

Le Bas Antoine, Architectures du sport, 1870-1940, Val-de-Marne, Hauts-de-Seine, Paris, Éditions Connivences, Cahiers de l’inventaire no 23, 1991, 127 p.

Ministère de la jeunesse et des sports, Piscines publiques, Revue Piscines Magazine, octobre 1998, numéro hors-série, 80 p.

Ministère de l’environnement et du cadre de vie, Construire avec le climat, Ministère de l’environnement et du cadre de vie, octobre 1979, non paginé.

Ministère du temps libre, ministère délégué à la jeunesse et aux sports et Agence française pour la maîtrise de l’énergie, Guide pour la maîtrise de l’énergie dans les équipements temps libre/jeunesse et sport existants, Ministère du temps libre, ministère délégué à la jeunesse et aux sports et Agence française pour la maîtrise de l’énergie, Paris, octobre 1982, 120 p.

Ordre des architectes, Développement durable et architecture responsible, Paris, Ordre des architectes, 2007, 63 p.

Pousse Jean-François, « Histoires de stades », in Techniques et Architecture, décembre 1990-janvier 1991, no 393, p. 36-39.

Secrétariat d’État auprès du Premier ministre chargé de la jeunesse et des sports et Agence française pour la maîtrise de l’énergie, Maîtrise de l’énergie dans les équipements sportifs et socio-éducatifs, Secrétariat d’État auprès du Premier ministre chargé de la jeunesse et des sports et Agence française pour la maîtrise de l’énergie, Paris, juin 1986, 70 p.

Syndicat national de l’éducation physique de l’enseignement public, Les Espaces d’athlétisme et de sports collectifs de grands terrains pour l’EPS, Paris, SNEP, novembre 2010, supplément au no 845, 68 p.

———, Les Salles spécialisées et semi-spécialisées pour l’éducation physique et sportive, Paris, SNEP, juin 2006, supplément au no 756, 52 p.

———, Les Piscines pour l’éducation physique et sportive, Paris, SNEP, septembre 2003, supplément au no 698, 44 p.

———, Les Grandes Salles pour l’éducation physique et sportive, Paris, SNEP, février 2001, supplément au no 633, 48 p.

Vigneau François, « Espaces de formation et de préparation athlétiques », in Complément technique, octobre-novembre 2011, no 22, Paris, Éditions Le Moniteur, p. 6-21.

———, « Le “sens” du sport : conquête de l’espace, quête du plaisir », in Annales de Géographie, juillet-août 2008, no 662, Paris, p. 3-19.

———, « Quels espaces pour le sport et l’EPS ? », in Revue EP&S, septembre-octobre 2007, no 327, p. 5-8.

———, « De la polyvalence à la fonctionnalité multisports : le cas des gymnases », in Fiches pratiques sportives, octobre 2004, no 62, Voiron, fiche 04/61.

———, « Pour des équipements sportifs locaux d’intérêt général : exemple de conception de “sites de préparation athlétique” », in Bessy Olivier et Hillairet Dieter (dir.), Les Espaces sportifs innovants, tome 1, L’Innovation dans les équipements, Voiron, Presses universitaires du sport, 2002, p. 239-261.

———, « [Les piscines sport-loisirs] Un concept impulsé par l’État », in « Les Complexes aquatiques sport et loisir », Revue Espaces, juin 2002, no 194, p. 36-37.

———, Les Espaces du sport, Paris, Presses universitaires de France, coll. Que sais-je ?, 1998, 128 p.

———, « Équipements sportifs : quels référents architecturaux ? pour quelle fonction ? », in Augustin J.-P., Callède J.-P. (dir.), Sport, relations sociales et action collective, actes du colloque des 14 et 15 octobre 1993 à Bordeaux, Talence, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995, p. 455-463.

———, Sabbah Catherine, Les Équipements sportifs, Paris, Éditions Le Moniteur, 2006, 249 p.

Auteur

Diplômé en architecture, docteur en géographie et aménagement du territoire. Attaché principal d’administration au bureau des équipements sportifs du ministère des Sports Maître de conférences associé à l’Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines UMR LISST-Cieu Université de Toulouse 2 – Le Mirail.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search