Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Deuxième partie. Des lieux, des sites, des équipements et des aménagements

Un grand stade à Bordeaux

Trois générations édilitaires, entre jeunesse et développement durable

Vincent Mourgues

Texte intégral

  • 1 Ancien hippodrome (1883) et ancien stade du Matin (1907-1919).

1« Il a lutté toute sa vie contre l’exploitation mercantile du sport, et ces stades construits, comme le Colisée, pour les spectateurs bien plus que pour le sport » (Meylan, 1941) : si Pierre de Coubertin était défavorable à l’idée de grands stades faits pour accueillir des masses de spectateurs, les constructions du temps allaient à l’encontre de ses vues. Les Jeux olympiques (JO) parisiens de 1900 se déroulent au vélodrome de La Cipale. Le premier grand stade français, Pershing, est édifié à Paris par les soldats américains pour les Jeux interalliés de 1919 (Terret, 2003, p. 89). Le débat sur le grand stade national revient au premier plan pour les JO de 1924. Tandis que le comité d’organisation français souhaite un stade de 100 000 places, c’est le stade de Colombes qui est choisi et porté à 60 000 places, par l’investissement du Racing Club de France1 (Delépine, 2010, p. 15-17). En 1938, pour la Coupe du monde de football, Léo Lagrange s’oppose à la construction d’une enceinte de très grande capacité, pour privilégier les équipements sportifs de proximité.

  • 2 Archives municipales (AM) de Bordeaux, 9812M5 Statuts du parc des sports 1925-1930.

2À Bordeaux, le premier projet de stade à grande capacité est porté par des sportifs et non par l’édilité. Une première société immobilière du Parc des Sports est créée en 1912, avec le rachat d’un terrain pour 1,1 million de francs. Dans l’immédiat entre-deux-guerres, une nouvelle société prend le relais avec un capital de 1,85 million de francs. Les objectifs de cette société et de sa génération de sportifs sont clairs : ils veulent disposer d’installations de qualité proches du centre-ville, permettant la pratique de plusieurs sports, et participant de la création d’une race saine et forte. La municipalité participe à l’effort d’équipement en versant une subvention de 50 000 francs par an. Le projet initial des sportsmen bordelais est ambitieux : en plus d’un vélodrome entourant un terrain de jeu en herbe pour la pratique de divers sports et des tribunes pouvant accueillir 25 000 spectateurs, on envisage une piste cendrée, six courts de tennis, un gymnase, un bowling, une piscine et un cinéma de 1 500 places. Lors de l’inauguration le 30 mars 1924, seuls le terrain, les deux pistes et les courts de tennis sont fonctionnels. La subvention municipale visait notamment la construction de la piscine, avant le 1er janvier 1926, pour que les habitants puissent profiter de ses vertus non contestées par les tenants de l’hygiénisme. À partir du 1er janvier 1924, les installations sont mises à la disposition des scolaires et étudiants en semaine, des ouvriers et employés le samedi, et le dimanche est réservé au sport de compétition, voire de haut niveau. Un service médical est également implanté pour « contrôler et surveiller la santé des jeunes2 ». Le président d’honneur de cette société est le maire de la ville, Fernand Philippart (1919-1925), premier édile bordelais à s’être soucié de l’éducation sportive des jeunes générations, mais aussi du développement local du sport-spectacle.

3Après lui, quatre maires se succèdent dont trois influencent durablement la politique municipale d’équipement sportif : Adrien Marquet (1925-1944), Jacques Chaban-Delmas (1947-1995) et Alain Juppé (1995-2004, et depuis 2006). Partout en France à partir de 1925, avec la poussée de la gauche socialiste aux élections municipales, sont entamés de vastes programmes d’équipement sportif, de gymnases, de stades, de piscines, favorisant la pratique des sports (Callède, 2007, p. 155-182). Un des pionniers fut notamment Édouard Herriot à Lyon dès les années 1910 (Lê-Germain, 2001).

4Ces politiques s’inscrivent dans une démarche de développement forcément durable : il faut développer le caractère sportif de la ville, affirmer la municipalité, constituer une race saine et forte en facilitant l’accès du stade à la jeunesse.

5Le grand stade, emblème de la ville, constitue un fil rouge des politiques sportives et d’aménagement de Bordeaux des années 1930 à nos jours. Il faut voir à travers cet exemple précis d’équipement sportif quelles ont été les grandes tendances dans les débats et dans la construction du grand stade, mais aussi l’incarnation ou non des besoins des différentes générations d’administrés. Le stade représente-t-il réellement, pour les municipalités, un aménagement durable, soucieux de l’efficience économique, du développement social et de l’acceptabilité environnementale ?

Du parc des sports au stade municipal dans les années 1930

6En proie à des soucis financiers, la société du Parc des sports de Bordeaux-Lescure se trouve face à un dilemme en début d’année 1930 : détruire les installations, et construire des habitations, ou vendre biens et dettes à la municipalité. Dès le 30 janvier, Félicien Loubière, adjoint délégué aux Affaires militaires et à l’Éducation physique, propose d’utiliser le parc des sports « récemment acquis » pour en faire le stadium voulu par Marquet. La transaction a lieu au mois de mai, après dissolution de la société, pour 3,8 millions de francs, contre une évaluation faite à 4,3 millions de francs. Par cet investissement, la Mairie dispose d’un équipement viable, rentable selon la société et utilisable immédiatement ; de plus, comme cela avait été annoncé dans le projet de 1919, le stade est relié au réseau de tramways, et se situe sur le territoire de la commune.

  • 3 AM Bordeaux, 1827R10, La Petite Gironde du 14 juillet 1937.
  • 4 AM Bordeaux, 9812M15, Le Figaro du 24 juin 1938.

7En 1930, les travaux à effectuer sont estimés à 1,5 million de francs par l’architecte de la ville Jacques d’Welles. Le 1er août, le stade est intégré au programme de grands travaux de la ville et fait l’objet d’un emprunt de 5 millions de francs. Il continue à accueillir des rencontres jusqu’en 1933, date de sa fermeture totale. Trois tranches de travaux sont à ce moment-là envisagées, d’un montant de 11 millions de francs, soit déjà plus du double de ce qui a déjà été dépensé. Une refonte totale du stade est prévue, avec pour seul élément subsistant la piste de cyclisme. Une fois lancés, les travaux connaissent plusieurs freins à leur progression : le conflit entre Raoul Jourde, architecte, Jacques d’Welles et l’entreprise France et Colonies (1935) et la grève des ouvriers du chantier (1936). En juillet 1937, au moment de l’achèvement du gros œuvre, Marquet annonçait qu’il « allait prendre toutes les mesures afin que le chômage atteigne le moins possible les travailleurs consciencieux et dévoués qui ont apporté leur concours à l’édification de ce magnifique ensemble3 ». Le nouveau stade municipal est inauguré pour une rencontre de la Coupe du monde de football 1938, Brésil-Tchécoslovaquie. Si l’édifice semble unanimement reconnu, des contestations se font sentir du côté de l’athlétisme. Un stade multifonctionnel a été promis, ainsi que l’organisation de deux rencontres d’athlétisme (1938 et 1939), mais le stade municipal ne dispose pas de piste d’athlétisme. Jean Dauven, journaliste au Figaro, est un des plus fervents critiques : il compare le nouveau stade à celui de Marseille, construit au même moment, mais à la piste d’athlétisme non homologuée. Pour lui, « le stade municipal de Bordeaux privé d’une piste de course à pied est un stade imparfait4 ». Le stade reste « un éternel monument de l’incompréhension sportive des pouvoirs publics de notre pays ». Un mois auparavant, les athlètes du Club athlétique béglais (CAB) déploraient dans une lettre au secrétaire général du parti néo-socialiste avoir dû se rendre à l’exposition parisienne pour découvrir en maquette les futures installations dont ils disposeraient. En septembre, L’Auto ajoute sa contribution, remarquant que l’ajout d’une piste d’athlétisme entraînerait un surcoût pour la municipalité. Adrien Marquet réplique pour sa part que toutes les critiques n’empêcheraient pas le conseil municipal de mener à bien la tâche qu’il s’est assignée, avec l’approbation de la quasi-unanimité de la population.

8Le stade municipal, par son accessibilité, était un équipement participant du développement social de la ville de Bordeaux. Le sport professionnel restait également accessible à un grand nombre, peut-être trop : Henry Delaunay, pour la Fédération internationale de football association (FIFA), s’étonnant du faible coût des places, demanda une augmentation, celles-ci passant de 30 à 35 francs. En matière économique, lors du discours d’inauguration, Adrien Marquet évoquait un coût total de 14,5 millions de francs. Dans un courrier, un mois plus tard, d’Welles parle de 23 millions de francs, alors que l’estimation finale est de 35 millions de francs, étalés entre 1930 et 1942, soit un coût six à sept fois supérieur au coût de départ.

  • 5 AM Bordeaux, 1827R6, La France du 4 septembre 1935.
  • 6 AM Bordeaux, 1827R6, Correspondance avec le cabinet du maire 1930-1936, lettre du 2 octobre 1933.

9L’impact environnemental de l’équipement est très peu perceptible. En juillet 1933, on décide de canaliser le Peugue pour éviter des glissements de terrain au niveau des tribunes. En 1935, Raoul Jourde annonce que « le marécage du Peugue ne sera qu’un souvenir. Finis les moustiques5 ! ». Des problèmes d’insalubrité étaient signalés dès le mois d’octobre 1933 par un spectateur, notant que « la vermine y pullule » et que les détritus s’accumulent6. On décide également d’abattre les arbres situés au niveau de la nouvelle entrée, mais d’en replanter ailleurs.

10Le grand stade voulu par Adrien Marquet voit tant bien que mal le jour au cours des années 1930. Il est inauguré en 1938. Officiellement, sa capacité est de 22 764 places même si une lettre du maire donne le chiffre de 23 000, une lettre de la Ligue du Sud-Ouest 21 361, et le journal La France 50 000 !

Jacques Chaban-Delmas : entre adaptation, réaménagement et agrandissement

11Deux grandes dynamiques sous-tendent la gestion municipale du grand stade bordelais après 1945. D’une part, on s’efforce d’entretenir un stade par diverses rénovations. D’autre part, on tente d’augmenter au maximum la capacité d’accueil des tribunes. La première des dynamiques est liée aux utilisateurs de l’équipement, qui souhaitent disposer du meilleur écrin, tandis que la seconde est le fruit de la collaboration avec les clubs professionnels.

  • 7 AM Bordeaux, 1073W108.

12S’il ne s’agit pas d’en faire une liste exhaustive, les principaux travaux peuvent être dégagés. Ces travaux touchent le parc d’athlétisme d’une part, la piste cycliste d’autre part. Dans les années 1960, la construction d’un second gymnase est souhaitée. Mais pour conserver des rangées d’arbres, un étage est ajouté à celui existant. En 1977, le Peugue doit à nouveau être canalisé. Selon les différents tracés possibles, soit le stade, soit le parc d’athlétisme, qui accueille tout au long de la semaine des scolaires en journée, et des clubs en soirée, devient inutilisable. La deuxième solution est privilégiée pour ne pas mettre à mal la saison de football professionnel. Dans les travaux d’urgence, on retrouve l’aménagement d’un salon de réception. Par ailleurs, des pompes sont installées pour récupérer les eaux de pluie et les utiliser pour l’arrosage automatique de la pelouse. En 1979, ce sont 5 millions de francs qui sont utilisés pour l’entretien et l’aménagement du stade. La piste cycliste est l’autre grand chantier. Sa suppression est envisagée en 1969. Elle est finalement détruite entièrement en 1973 (après 50 années d’utilisation), mais, malgré la reconstruction à neuf, des taches apparaissent rapidement, et la Fédération française de cyclisme relève des problèmes d’étanchéité. Au début des années 1980, ce sont des usagers, des coureurs cyclistes, qui protestent contre la présence des grilles autour de la piste, installées pour répondre aux règlements du football. D’autres cyclistes se plaignent en 1983 de chutes de blocs de béton sur la piste provenant des toits des tribunes. La polyvalence de l’équipement, avec le football professionnel, atteint ses premières limites dès les années 1960 et 19707.

13La question la plus intensément soulevée reste celle de l’accueil d’un maximum de spectateurs. Dès 1950, Duché, au conseil municipal, insiste sur une augmentation nécessaire de 10 000 sièges. Les gradins démontables installés sont obsolètes en 1969, et les résultats des Girondins de Bordeaux ne permettent pas des solutions plus pérennes. Des tribunes enterrées, à la place de la piste cendrée, sont imaginées, mais il existait un risque de toucher les nappes phréatiques. Trois plans d’agrandissement sont proposés, pour des coûts allant de 9,6 millions de francs à 27 millions de francs. En 1983, ce sont des places pour handicapés qui sont ajoutées.

  • 8 Sud-Ouest, 19 février 1980.
  • 9 Sud-Ouest, 9 mai 1984.
  • 10 Affluences étudiées dans mon mémoire de recherche de master 2 : Mourgues, 2011.
  • 11 AM Bordeaux 1073W109, rapport sur le stade municipal, 12 septembre 1985.
  • 12 AM Bordeaux, 525C4, Journal municipal d’information 1986-1988, no 184, mars 1987.

14La construction d’une nouvelle enceinte est mise sur le devant de la scène par la municipalité en 1980. Jacques Chaban-Delmas n’est pas défavorable à un nouveau stade : la France a obtenu l’organisation de l’Euro 1984, et doit disposer de stades de plus de 50 000 places. De plus, l’État contribue à l’équipement, avec l’opération « Grands stades ». Pour Jacques Chaban-Delmas, il était alors impossible d’agrandir les installations du stade municipal pour des raisons d’environnement urbain, d’architecture et de circulation. D’autre part, il ne souhaitait pas faire peser sur le contribuable des frais pour un équipement rarement plein. Le quotidien Sud-Ouest s’interrogeait lui aussi sur le bien-fondé d’un stade de 50 000 places, étant donné que seuls quatre matchs dans l’histoire du stade dépassèrent les 30 000 spectateurs, dont trois pour des finales de championnat de rugby à XV8. La candidature bordelaise n’étant pas retenue, le projet est remis à plus tard, soit au mois de mai 1984, au cours duquel les Girondins remportent leur deuxième titre de champion de France. Après cette victoire, la ville, mais aussi le Conseil général et le Conseil régional, qui n’est à ce moment-là qu’un Établissement public régional, présidé également par Philippe Madrelle, sont prêts à « offrir un nouveau stade aux Girondins9 ». L’investissement du Département et de la Région était pour lui un gage de maintien de prix raisonnables, également souhaités par Jacques Chaban-Delmas, et aussi une accessibilité au stade pour tous. La Mairie entre officiellement dans la danse en juillet 1984, ainsi que les Girondins, pendant que plusieurs sites étaient sélectionnés : Bordeaux-Nord, Bordeaux-Lac, rive droite ou place Ravezies. En septembre, la Communauté urbaine de Bordeaux entame les études de faisabilité, avec un coût estimé à 150 millions de francs. Le projet, jugé trop coûteux, est abandonné au début de l’année 1985, mais en mai 1985, après un nouveau titre de champion de France pour l’équipe des Girondins, Chaban-Delmas annonce vouloir donner un stade de 55 000 places au public d’Aquitaine, sans savoir s’il s’agit d’un nouveau stade ou d’un agrandissement du stade municipal, dont la capacité est estimée par Daniel Lawton à 28 000 places. Les candidats ont une certaine liberté, même si une structure démontable est d’abord privilégiée pour ne pas dénaturer le vélodrome originel. Pour des questions de sécurité, la construction de tribunes en béton est finalement obligatoire. De plus, il ne faut pas que les travaux perturbent les saisons sportives 1985-1986 et 1986-1987. Si un candidat propose d’enterrer le terrain par rapport aux tribunes, les trois autres projets vont de 110 millions de francs à 65 millions de francs. Ce dernier, celui de l’architecte Guy Dupuis, est sélectionné. Le stade devait en théorie atteindre 51 460 places. A posteriori, l’architecte en évaluera la capacité réelle à 47 000 places. Au final, le maximum de places mises en vente est de 45 000, et le record d’affluence du stade rénové est d’environ 38 000 personnes10. Le coût final annoncé du stade est de 91 632 344 francs. La presse évoque pour sa part une somme supérieure à 100 millions de francs, soit un coût final se rapprochant du coût d’un stade neuf. Cette possibilité avait été évoquée dès 1985 par l’étude de faisabilité. Un rapport de l’Apave notait que « le coût de cette réparation et de l’entretien à suivre (sur un bâtiment ayant déjà 50 ans) est plus important que pour une construction neuve11 ». Pour justifier le choix de la rénovation, l’architecte de la ville y opposa « la qualité esthétique du stade et la sentimentalité des Bordelais à son égard [qui] doivent également être pris en compte ». Après l’inauguration, en mars 1987, on pouvait lire dans le journal municipal que « la construction d’un nouveau stade dans le quartier du Lac aurait nécessité l’investissement d’une somme deux à trois fois supérieure au coût de la rénovation du Parc Lescure12 ».

  • 13 AM Bordeaux, 525C4, Journal municipal d’information 1986-1988, no 173, juin 1986.

15La question du grand stade a été balbutiante au cours du mandat de Jacques Chaban-Delmas. L’efficience économique de l’édifice est loin d’être prouvée, son coût annuel d’entretien courant étant déjà de 100 000 à 200 000 francs par an dans les années 1970. Les diverses réparations et adaptations, nécessaires ou non, ont fait du stade un véritable gouffre financier. De plus, la rénovation du stade municipal a coûté plus cher que prévu, comme dans les années 1930, et peut-être même plus que la construction d’un nouveau stade. Le stade devient par ailleurs l’antre quasi exclusive des Girondins de Bordeaux. Si Philippe Madrelle et Jacques Chaban-Delmas défendaient des tarifs modestes, dont la moitié des places à 20 francs et moins13, le prix des places est resté à la discrétion du club et des instances du football : le prix d’une place « populaire » est passé de 13,50 francs en 1981 à 24 francs en 1988. Pour de nombreux matchs, aucune place populaire n’était mise en vente, mais de nombreux scolaires étaient invités à la fin des années 1980. Comme dans les années 1930, l’impact environnemental des transformations du stade reste difficilement perceptible : Jacques Chaban-Delmas avait évoqué la question en 1980 lors du premier débat sur un nouveau stade, mais la rénovation du stade, circonscrite, n’a pas mobilisé cette problématique. Si les aménagements faits le sont pour rendre durable le stade, celui-ci connaît une rénovation moins de dix ans après sa mise en service.

Un petit Lescure et un grand stade du Lac

16Alain Juppé, successeur de Jacques Chaban-Delmas, signe une convention dès le 19 mars 1996 avec le Comité Français d’Organisation : Bordeaux entre ainsi dans le groupe des douze stades choisis pour la coupe du monde 1998, soixante ans après la première Coupe du monde française. Le sexagénaire stade Lescure doit répondre aux exigences du cahier des charges établi par la FIFA : les travaux portent sur l’éclairage de la pelouse, la vidéo-surveillance, l’installation de places assises, de places pour les personnes handicapées, et l’accueil de la presse. Les 51 460 places supposées doivent se transformer en 33 000 places toutes assises pour l’accueil du Mondial. Le financement de toutes les modifications est assuré par différents acteurs : l’État, qui investit massivement dans la rénovation des stades français, la Région, le Département, la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) et la Mairie. En 1992, quand la compétition a été attribuée à la France, la rénovation du stade Lescure était évaluée entre 20 et 30 millions de francs. On parle ensuite de près de 60 millions de francs, dont 16 millions de la part de l’État. Ce sont au final 75 millions de francs qui sont dépensés dans la mise aux normes du stade, qui voit en outre la création d’un centre de presse, transformé en gymnase une fois la compétition terminée. À côté de cela, la CUB a investi 100 millions de francs dans des travaux de voirie. Pour la Coupe du monde, la ville s’insère dans une démarche de propreté. L’usage des transports en commun est favorisé, les fréquences de bus sont augmentées, et le réseau est gratuit les jours de match. Des parkings sont ouverts, d’autres sont gratuits les jours de match. Les agents de nettoyage de la ville ne prennent pas de congés pendant la compétition, le ramassage des déchets a lieu 6 jours par semaine, et douze agents sont constamment mobilisés pour repérer les anomalies. La gestion courante du stade et de ses abords est confiée aux Girondins après cette mobilisation exceptionnelle, avec la mise en place de navettes, l’incitation au covoiturage, et le renforcement des lignes de tramway et de bus les soirs de match.

  • 14 Extrait du registre des délibérations du conseil municipal, séance du 25 janvier 2010.
  • 15 Sud-Ouest, 21 décembre 2010.

17L’obsolescence croissante du stade et la non-conformité aux normes édictées par l’Union européenne des associations de football (UEFA) ont fait resurgir, tant chez les Girondins que du côté de la municipalité, l’éventualité de la construction d’une nouvelle enceinte. Les deux composantes ont profité d’une double aubaine : la candidature française pour l’Euro 2016, et le titre de champion de France des Girondins de Bordeaux en mai 2009. Les débats sont nombreux autour du nouveau stade, qui doit répondre à un cahier des charges strict, à un financement serré et à un scepticisme de la part de la classe politique locale. Contrairement à la situation dans les années 1980, les bons résultats du club et la candidature française ont coïncidé. Dès septembre 2009 a lieu un premier séminaire de travail, évoquant un budget de 230 millions d’euros. Le choix de la localisation a été rapide avec le quartier de Bordeaux-Lac. Le conseil municipal du 23 septembre 2009 s’accorde sur le principe de construction d’un stade, de 45 000 places environ, pour un montant de 165 millions d’euros : 100 millions payés par le club via son actionnaire, 20 millions par l’État, 15 millions par la Région, la même somme pour la Ville et la CUB. Le Conseil général, présidé par Philippe Madrelle, refuse de s’engager dans l’opération, qui n’est pas pour lui une priorité des politiques locales, tout en ajoutant qu’un tiers des spectateurs provient d’autres départements14. Dès le mois de janvier, l’investissement de la CUB est revu à la hausse, pour considérer les aménagements des futures dessertes. L’entretien annuel de l’enceinte est évalué à 2,1 millions d’euros, coût assumé par la Mairie. Au moment du dépôt des dossiers, la Mairie annonçait disposer de « trois projets à fort potentiel, intéressants, originaux et innovants », mais aussi « parfaitement intégrés dans le quartier, respectueux du caractère du site, et aux objectifs environnementaux ambitieux15 ». Le cahier des charges de l’UEFA, précis et contraignant, impose notamment la pérennité de l’enceinte après la compétition, sa viabilité sur un marché en rapide mutation, et son utilisation pendant trente à cinquante ans. De plus, des événements autres que des rencontres de football doivent y être organisés. L’application du programme Green Goal de la FIFA impose d’autres règles : diminuer la consommation en eau potable, réduire la production de déchets, instaurer des zones de collecte spécifiques de grande taille, créer des systèmes à haut rendement énergétique et développer l’utilisation des transports publics.

18La construction d’un stade dans le quartier du Lac doit s’accompagner d’aménagements majeurs pour l’agglomération : extension des réseaux de transport en commun, adaptation de la rocade, souvent asphyxiée dans cette zone, aménagement de parkings. Le parking du parc des expositions est déjà présent, mais sa capacité est limitée et les divers salons le remplissent fréquemment dans l’année. Le sol de la zone choisie doit être adapté. Pour la construction de l’écoquartier Ginko, 30 millions d’euros ont été nécessaires pour stabiliser le sol. Pour amortir les coûts du stade, plusieurs solutions ont été envisagées comme le naming et la création de nouvelles zones commerciales. Certains élus, comme Pierre Hurmic (Europe Écologie Les Verts), dénonçaient la trop grande concentration en centres commerciaux de l’agglomération et la proximité de celui de Bordeaux-Lac tout comme, de façon environnementale, la richesse écologique de la zone (marais de Bruges et bois de Bordeaux). Au final, seuls une boutique et un restaurant, en plus d’espaces réceptifs, sont prévus. L’élu Modem Fabien Robert insistait, lui, sur une vision au long terme, avec panneaux photovoltaïques et systèmes de récupération des eaux de pluie. Pour les élus Verts, la grande question restait le recyclage du stade Chaban-Delmas, et l’existence d’un schéma directeur dans la politique sportive de la ville. Le grand stade ne répond pas à la conjoncture sportive de la ville, en matière d’équipements de proximité et de salles de haut niveau pour le basket-ball et le handball. Au mois de février 2010, l’élu socialiste Matthieu Rouveyre dépose un recours auprès du tribunal administratif de Bordeaux, estimant que l’argent public ne pouvait servir au sport-spectacle en temps de crise ; ce recours a été rejeté le 22 mars suivant. Il est vrai que la question de service public de ce stade est soulevée : par la procédure choisie, le PPP (partenariat public-privé), le stade n’appartient à la collectivité qu’après la durée du contrat, qui est de 20 à 30 ans habituellement. Un amendement avait été proposé pour que 15 % du temps d’utilisation soit dévolu à des activités de service public. L’accessibilité au plus grand nombre a été également mise en cause par la possible augmentation du prix des places, alors que Bordeaux est actuellement un des clubs à la politique tarifaire la plus basse. L’opinion publique était partagée sur la construction d’un grand stade : si 61 % des habitants de la CUB jugeaient utile une telle construction en novembre 2009, ils n’étaient plus que 49 % en janvier 2010. Malgré les incertitudes, le projet bordelais est choisi parmi les villes hôtes le 20 mai 2011. Les doutes et interrogations soulevés par la question du grand stade ne sauraient être définitivement écartés qu’après le résultat de l’appel d’offre et la désignation du lauréat pour la construction du futur stade le 18 juillet 2011, et à l’ouverture finale de celui-ci, prévue en 2015.

Conclusion

19La politique des différents édiles bordelais en matière d’installation sportive majeure s’est faite sur deux registres. D’une part, il s’agit de réponses à des situations urgentes. Tant pour les aménagements mineurs que majeurs, il fallait répondre à des préoccupations à court terme : Coupe du monde, championnat d’Europe, titres, réfections diverses, réponse aux règlements. D’autre part, le stade constitue un emblème pour la ville, pour chaque génération de maire. Adrien Marquet, voulant un équipement polyvalent d’envergure nationale et internationale, transforma le parc des sports en stade municipal ; Jacques Chaban-Delmas, profitant des résultats des Girondins, entreprit l’extension des tribunes ; Alain Juppé, entre Coupe du monde et championnat d’Europe, fit mettre aux normes le stade Lescure avant d’initier la construction d’un nouveau stade. Si les ministères des Sports, de l’Éducation physique, ont toujours pris part aux débats, la question des stades est passée des affaires militaires (avec l’exemple de l’adjoint Félicien Loubière) au tourisme, avec l’intégration des stades dans la Loi sur le tourisme dite loi Novelli de 2009. Au fur et à mesure, les acteurs se sont faits plus nombreux : si la Ville était seule à prendre en charge les demandes et le financement en 1938, les Girondins de Bordeaux, la Région, le Département, la CUB se CUB sont investis sur les différentes réalisations. Une des grandes questions est celle de la durabilité de l’équipement. En agissant sur le court terme, des enjeux primordiaux ne sont pas pris en compte. L’efficience économique du stade est loin d’être prouvée, le stade municipal étant un véritable tonneau des Danaïdes financier. Pour chaque aménagement, la facture a été plus élevée que ce qui était prévu, et des aménagements imprévus, des rénovations intermédiaires, ont grevé les budgets.

  • 16 AM Bordeaux, 525C3, Journal municipal d’information, no 143, novembre 1984.

20Sur le plan du développement social, les installations du début du siècle visaient tous les pratiquants et les spectateurs d’un grand nombre de sports, ainsi que scolaires, étudiants, ouvriers, employés. Le spectre s’est réduit aux sportifs professionnels et spectateurs, sans forcément assurer un prix raisonnable pour l’accès aux manifestations. Les jeunes générations d’administrés sont passées au cours du siècle d’usagers libres des installations à spectateurs payants. L’administration municipale, sous couvert de répondre aux demandes d’une majorité d’administrés, s’impose comme un partenaire durable du sport professionnel. Aucune politique sportive claire ne se dégage. Le stadium vélodrome de Bordeaux-Lac est construit à la suite de la suppression de la piste du stade municipal. Il n’y a pas de projet bordelais de mise aux normes des stades de l’Union Bordeaux-Bègles jouant en TOP14 de rugby en 2011-2012, ni de projet de salles dédiées au sport de haut niveau. Les trois générations édilitaires ont réduit le panel d’administrés à satisfaire. Cependant, au cours des mandats de Chaban-Delmas, une politique d’équipement de proximité et d’ouverture de la pratique se met en place. Outre l’opération « Stades pour tous » lancée en 197916, sa politique rééquilibre les installations sportives de la ville. Sous Marquet, deux piscines, une maison communale d’éducation et de rééducation physique, un petit stade d’athlétisme avaient été construits en plus du stade municipal. Sous Chaban-Delmas, on inaugure le golf de Bordeaux-Lac, quatre piscines, une patinoire, le Palais des sports, les antennes du Lac, une quinzaine de stades et de salles.

21La question environnementale s’est longtemps cantonnée à la gestion des déchets, l’utilisation des eaux de pluie et l’accessibilité en transports en commun. Ces trois points sont les seuls pris en compte dans la construction de 1938 et la rénovation de 1986. Les préoccupations environnementales prennent une place plus importante en 1998, et plus encore dans le cahier des charges des stades pour l’Euro 2016. Cependant, le stade étant dans une zone fortement anthropisée dès les années 1920, l’impact direct sur l’environnement n’a pas une grande place dans les problématiques architecturales. De plus, le stade n’est pas en lui-même un équipement protecteur de l’environnement : c’est une construction artificielle, utilisant parfois même des pelouses artificielles. Enfin, l’avenir du stade Chaban-Delmas reste en suspens, alors qu’il fait l’objet d’un programme de rénovation actuellement. L’absence de réutilisation ne s’inscrirait ni dans une démarche cohérente pour le sport girondin, ni pour le développement durable.

22Un mois après la tenue de notre colloque, la Mairie a sélectionné le projet porté par les architectes Herzog et de Meuron, concepteurs du stade olympique de Pékin, et le constructeur Vinci. Le coût final est estimé à 168 millions d’euros, dont 15 millions affectés au naming. Concernant le futur du stade Chaban-Delmas, Alain Juppé a annoncé vouloir lancer un concours d’idées pour sa réhabilitation car, étant seulement classé Patrimoine du xxe siècle, il peut être remanié.

Bibliographie

Bibliographie

Alfred-Duprat Cyprien, Pourcin-Tournefeuille Roger, Bordeaux... Un jour !, Bordeaux, Marcel Mounastre-Picamilh éditeur, 1929.

Archives municipales (AM) de Bordeaux, 9812M5, Statuts du parc des sports 1925-1930.

———, 525C3, Journal municipal d’information, no 143, novembre 1984.

———, 1073W108.

———,1073W109, rapport sur le stade municipal, 12 septembre 1985.

———, 525C4, Journal municipal d’information 1986-1988, no 173, juin 1986.

———, 525C4, Journal municipal d’information 1986-1988, no 184, mars 1987.

———, 1827R6, La France du 4 septembre 1935.

———, 1827R6, Correspondance avec le cabinet du maire 1930-1936, lettre du 2 octobre 1933.

———, 1827R10, La Petite Gironde du 14 juillet 1937.

AM Bordeaux, 9812M15, Le Figaro du 24 juin 1938.

Callède Jean-Paul, « Les constructions sportives publiques dans les années 1920 et 1930 : logiques d’innovation, enjeux et conflits », dans Bouneau Christophe, Lung Yannick (dir.), Les Territoires de l’innovation, espaces de conflits, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2006, p. 117-137.

———, « Maires et ministres entreprenants : l’invention des politiques publiques du sport (1919-1939) », dans Tétart Philippe, Histoire du sport en France, tome 1, Du Second empire au régime de Vichy, Paris, Musée national du sport/Vuibert, 2007, p. 155-182.

Chaix Pierre (dir.), Les Grands Stades. Au cœur des enjeux économiques et sociaux entre collectivités publiques et clubs professionnels, Paris, L’Harmattan, 2011.

Coustet Robert, Saboya Marc, Bordeaux, la conquête de la modernité. Architecture et urbanisme à Bordeaux et dans l’agglomération de 1920 à 2003, Bordeaux, Mollat, 2005.

Delépine Michaël, Les Stades du football français, Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton, 2010.

Dupuis Guy, Stade Lescure Jacques Chaban-Delmas, Bordeaux, Les Dossiers d’Aquitaine, 2008.

FIFA, Guide officiel – Coupe du monde France 98, 1998.

Harté Yves, Béguerie Alain, Le Parc Lescure, Bordeaux, Confluences, 1998.

Lê-Germain E., La Politique sportive de la ville de Lyon au temps d’Édouard Herriot, 1905-1957, Thèse de doctorat en STAPS, Université Lyon I, 2001.

Meylan Louis, L’Humanisme intégral de Pierre de Coubertin, Lausanne, br., 1941.

Mourgues V., Le Monde des tribunes des années 1970 à nos jours. Pratiques et différenciations des communautés latines (Bordeaux, Marseille, Toulouse), sous la direction de Bouneau Christophe et Callède Jean-Paul, Université Bordeaux 3, 2011.

Robène Luc, « Jacques Chaban-Delmas. Au cœur du sport... », dans Lachaise Bernard (dir.), Chaban et Bordeaux, Paris, Confluences, 2010, p. 239-256.

Sabbah Catherine, Vigneau François, Les Équipements sportifs, Paris, Éditions Le Moniteur, 2006.

Séguin Philippe, Rapport de la commission grands stades Euro 2016, 2008.

« Le stade municipal et le parc d’athlétisme de Bordeaux », Techniques et Architectures, septembre-octobre 1941, p. 44-45.

Sud-Ouest, 19 février 1980.

Sud-Ouest, 9 mai 1984.

Sud-Ouest, 21 décembre 2010.

Terret T., Les Jeux interalliés de 1919. Sport, guerre et relations internationales, Paris, L’Harmattan, 2003.

Vaillat Léandre, « L’œuvre édilitaire d’une grande ville de province. Bordeaux », L’Illustration, 13 août 1938, no 4 980, p. 485-492.

Vigneau François, Les Espaces du sport, Paris, PUF, 1998.

Notes

1 Ancien hippodrome (1883) et ancien stade du Matin (1907-1919).

2 Archives municipales (AM) de Bordeaux, 9812M5 Statuts du parc des sports 1925-1930.

3 AM Bordeaux, 1827R10, La Petite Gironde du 14 juillet 1937.

4 AM Bordeaux, 9812M15, Le Figaro du 24 juin 1938.

5 AM Bordeaux, 1827R6, La France du 4 septembre 1935.

6 AM Bordeaux, 1827R6, Correspondance avec le cabinet du maire 1930-1936, lettre du 2 octobre 1933.

7 AM Bordeaux, 1073W108.

8 Sud-Ouest, 19 février 1980.

9 Sud-Ouest, 9 mai 1984.

10 Affluences étudiées dans mon mémoire de recherche de master 2 : Mourgues, 2011.

11 AM Bordeaux 1073W109, rapport sur le stade municipal, 12 septembre 1985.

12 AM Bordeaux, 525C4, Journal municipal d’information 1986-1988, no 184, mars 1987.

13 AM Bordeaux, 525C4, Journal municipal d’information 1986-1988, no 173, juin 1986.

14 Extrait du registre des délibérations du conseil municipal, séance du 25 janvier 2010.

15 Sud-Ouest, 21 décembre 2010.

16 AM Bordeaux, 525C3, Journal municipal d’information, no 143, novembre 1984.

Auteur

Doctorant en histoire contemporaine, CEMMC (EA 2958), Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540