Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Deuxième partie. Des lieux, des sites, des équipements et des aménagements

Sports de nature, aménagements et développement durable

Le cas du Stade d’Eaux Vives de Pau-Pyrénées

Olivier Bessy et Jean-Christophe Coulom

Texte intégral

Introduction

1Une des évolutions notables de la société française, au cours du demi-siècle dernier, se traduit par une urbanisation croissante qui n’est pas sans poser des problèmes d’habitabilité. La première réponse d’une partie de la population urbaine a été de quitter la ville lors des week-ends et des vacances afin de se ressourcer dans une nature paisible et sauvage. L’aménagement dans les années 1960-1990 des territoires maritimes, montagnards et ruraux (stations balnéaires, stations de montagne et de ski, bases de plein air et de loisirs, stations vélo…) peut être considéré comme la réponse des pouvoirs publics en matière d’offre de loisirs et de tourisme sportif (Bessy et Hillairet, 2002). Ce mouvement se retranscrit dans un processus d’urbanisation de la nature à grande échelle afin de satisfaire les attentes d’une clientèle urbaine en mal de services, de confort et de technologie.

2Si ces migrations entre la ville et la nature existent toujours en réponse à un mal-être urbain persistant, elles cohabitent aujourd’hui avec des formes d’habitabilité urbaine davantage centrées sur une consommation, in situ, de loisirs. Cette nouvelle façon hédonique de vivre la ville dans la proximité se retranscrit par des animations et des aménagements urbains adaptés, de type ponctuels (Paris Plages) ou structurels (quais de Bordeaux), qui intègrent la nature sous des formes variées (chlorophyllisation des espaces, promenades paysagères, voies vertes…). Ce processus en cours de naturalisation de la ville se vérifie aussi particulièrement bien dans la construction d’équipements sportifs intégrant une nature artificialisée et permettant la pratique d’activités autrefois réservées au milieu naturel (Canyon Park, SAE, piscines à vagues, fosses de plongée, stades d’eaux vives…).

3Ces nouveaux usages urbains de la nature ont contribué à modifier l’appellation même des activités référentes. La dénomination « activités physiques de pleine nature » (APPN), qui a occupé le devant de la scène sémantique durant les années 1960-1990 pour caractériser ces pratiques, est aujourd’hui devenu impropre, car ces dernières se déroulent de plus en plus dans l’urbain au sens large, avec des finalités et des modalités qui ont évolué (Bessy, 2007). L’utilisation actuelle du terme « sports de nature » ne relève donc pas d’un simple caprice linguistique mais doit être mise en relation avec des représentations plurielles de la nature liées à un nouveau contexte de pratique et de nouveaux enjeux de société. Si la nature sauvage, pleine et vierge existe toujours, son périmètre se réduit, pour laisser de plus en plus de place à une nature domestiquée, urbanisée et technologisée, davantage recherchée par le plus grand nombre.

4Si hier les sports de nature s’immisçaient principalement dans les interstices de l’urbain, voire au-delà de l’urbain, ils ont aujourd’hui investi la ville, participant à une dynamique spatiale qui déborde le simple phénomène sportif, pour poser la question des aménagements en relation avec les enjeux territoriaux. La réflexion sur les lieux de pratiques en ville est donc aujourd’hui en cours chez les acteurs politiques, afin d’y mettre en scène une nature récréative, susceptible de répondre à une nouvelle demande sociale de loisirs sportifs de proximité.

5En même temps, l’idée de développement durable qui est apparue depuis une trentaine d’années dans la société en vue d’instaurer un état universel de bien-être, en humanisant et en écologisant l’économie, a aussi modifié les façons de penser la ville. En dépit de ses excès rhétoriques et médiatiques, cette notion s’impose aujourd’hui comme le référentiel majeur des politiques publiques territoriales soucieuses d’offrir la meilleure qualité de vie possible aux populations. Elle trouve sa concrétisation dans la loi d’orientation, d’aménagement et de développement durable des territoires de 1999 (LOADDT) qui confirme la prégnance de la question environnementale dans l’aménagement du territoire. En devenant un cadre récurrent de l’action politique, le développement durable doit ainsi permettre d’estomper la frontière érigée entre environnement et aménagement (Mancebo, 2008) et permettre de renouveler la logique de conception et de fonctionnement des équipements en relation avec les nouvelles attentes des usagers et les nouveaux enjeux des territoires (Bessy, 2008).

6Au cœur de cette vaste réflexion, nous souhaitons plus précisément poser la question du rôle joué par les équipements urbains dédiés aux loisirs et aux sports de nature qui apparaissent comme des prismes d’analyses particulièrement féconds. Ils se trouvent être, en effet, un objet de réflexion pour les acteurs locaux soucieux de renforcer l’attractivité de leur territoire tout en préservant sa durabilité.

7L’objectif est ici de proposer un état de l’art sur cette problématique en analysant dans une double perspective diachronique et synchronique les différents apports des travaux déjà publiés. Dans une première partie nous verrons comment l’enjeu de développement durable a progressivement été intégré dans la conception et la gestion des équipements sportifs, qui sont passés d’un pilotage par l’offre, à un pilotage par la demande, puis à un pilotage par le territoire. Nous illustrerons notre propos dans une seconde partie, en traitant d’un équipement sportif urbain récent et innovant, à savoir le « Stade d’Eaux Vives de Pau-Pyrénées » (SEVPP). Propriété de la Communauté d’agglomération de Pau-Pyrénées (CDAPP), cet équipement se caractérise, selon nous, par une évolution symbolique de son pilotage en intégrant les nouveaux enjeux du territoire et les exigences du développement durable.

Cadre théorique et méthodologique

Cadre théorique

8Le texte présenté ici s’appuie pour une part sur la sociologie des loisirs en général (Urbain, 2002 ; Viard, 2002 ; Yonnet, 1998) et sur la sociologie des loisirs sportifs de nature en particulier (Bessy, 2007 et 2008 ; Bourdeau, Corneloup, Mao, 2004 et 2007) afin d’éclairer le processus de diffusion sociale de ces activités dans la population.

9Il prend comme référence aussi les travaux socio-économiques et sociopolitiques (Bourg et Gouguet, 2003 ; Ducroux, 2003 ; Aubertin et Vivien, 2006), produits sur le développement durable ces dernières années.

10Il repose sur le concept de territoire qui est utilisé tout au long de notre développement sous deux acceptions. La première désigne l’espace limité administrativement, possédant un statut juridique et où s’exerce le pouvoir d’une puissance politique. Il est le lieu de fondement de l’action, le territoire « de référence » (Moquay, 1998), laquelle action ayant un impact pouvant largement s’affranchir des limites dudit territoire. Le territoire désignera donc ici un Établissement public de coopération intercommunale (EPCI), en l’occurrence la CDAPP. La seconde fait référence à la construction sociale du territoire dans le sens où il recouvre les diverses formes de rapport à l’espace que les individus ne cessent de produire et de transformer dans le cadre de leurs relations sociales. Il peut alors être défini comme « les multiples formes d’appropriation de l’espace liées à la diversité des manières contemporaines de faire du territoire, de s’identifier à des lieux et d’y nouer des liens » (Di Méo, 2005). Il apparaît alors comme un espace porteur de sens favorisant la construction des identités.

11Notre cadre de référence théorique s’inspire, enfin, des travaux menés en socio-géographie de l’aménagement afin de comprendre l’évolution des équipements par rapport aux nouvelles attentes sociales et aux nouveaux enjeux territoriaux (Augustin, 1998 ; Bessy et Hillairet, 2002 ; Callède, 1997). En complément, il convient de dire que les équipements sportifs peuvent revêtir trois formes : par destination, c’est-à-dire construits ex nihilo pour la pratique sportive, par adaptation, lorsque l’on détourne un élément naturel pour lui donner une fonctionnalité récréative ou par appropriation, c’est-à-dire utilisé en l’état et approprié par les pratiquants (Vigneau, 1998). Généralement, dans le langage courant, lorsqu’il est utilisé, le terme « équipement » semble désigner la première forme évoquée. C’est notamment le cas du Stade d’Eaux Vives de Pau-Pyrénées.

Méthodologie

12La première partie se base sur une revue de littérature des principaux auteurs ayant produit sur la question de l’évolution des équipements sportifs en prise avec les territoires.

13Pour la seconde partie, nous avons réalisé une analyse de contenu des premiers articles de presse présentant le SEVPP et une dizaine d’entretiens semi-directifs et exploratoires auprès des principaux acteurs concernés par le développement du SEVPP. Le propos à venir s’appuie aussi sur un travail de thèse en cours, qui interroge l’instauration d’une offre sportive de nature en milieu urbain, à dessein de développement durable du territoire, dont le terrain majeur est le SEVPP (Coulom, 2014).

D’un pilotage des équipements sportifs par l’offre et la demande à un pilotage par (et pour) les territoires

14La construction des équipements sportifs possède sa propre histoire. Le point de départ est classiquement attribué au général de Gaulle, président de la République française de 1959 à 1969, qui, au lendemain de l’échec français aux Jeux olympiques de Rome en 1960, a lancé un grand programme de développement d’une offre standardisée et urbaine en équipement sportif (Griffond-Boittier, 1995). C’est le début de ce que nous appelons le « pilotage par l’offre ».

Le pilotage par l’offre (1960-1980)

15Il repose sur le postulat philosophique que la réussite de l’élite passe par une massification de la pratique et ce dès l’école. L’État se lance alors dans une vaste opération de maillage sportif du territoire visant à combler un énorme déficit (lois programme 1960-1975). Les pouvoirs publics imposent durant cette période une logique d’intervention et de rationalisation étatiques (Bessy et Hillairet, 2002). Elle se retranscrit par des équipements normalisés, codifiés, agencés pour la compétition et construits à l’identique, selon des critères quantitatifs, sur l’ensemble du territoire. Cette politique fortement centralisée et basée sur « un modèle d’équité socio-spatiale » (Augustin, 1998), a donné naissance en matière d’offre aux « standards sportifs architecturaux » visibles à travers les gymnases, stades et autres piscines. Ils ont laissé une empreinte forte dans les villes, en même temps qu’un sentiment d’inachevé et d’inadapté par rapport aux publics loisirs. De cette époque est héritée la vision du sportif exerçant dans le cadre d’une fédération et ne pouvant donc être finalement qu’un licencié ou un scolaire. La surdétermination sportive de ces équipements associée à une sensibilité écologique peu développée à l’époque font que les acteurs responsables ne parlent pas encore de développement durable. Même de façon implicite, l’environnement est peu pris en compte, tout comme la logique de rentabilité économique d’ailleurs.

Le pilotage par la demande (1980-2000)

  • 1 Établie en juin 1991, elle se propose de subventionner tout projet visant à cibler les jeunes des b (...)

16Même si le pilotage par l’offre continue de s’exercer par le biais d’une logique centralisée et planificatrice de l’État toujours présente durant cette période, à travers notamment la puissance normative des fédérations en matière d’équipements et la politique des « J-Sports1 » par exemple, c’est bien le pilotage par la demande qui prend le relais. Il est identifiable au niveau des collectivités territoriales et des entreprises marchandes qui, tout en poursuivant des finalités différentes en matière de rentabilité, cherchent à mieux connaître et à mieux s’adapter aux attentes des usagers/clients en partant de la demande. Les collectivités, grâce aux nouveaux pouvoirs confiés par les lois de décentralisation (1982-1984), élaborent des politiques sportives de plus en plus affinées dans le souci de satisfaire le maximum de personnes. La mission de service public évolue alors vers une mission de service de tous les publics. On peut parler de la mise en œuvre d’une logique décentralisée de première génération, responsable d’une dynamique de diversification et d’innovation au niveau des équipements (structures artificielles d’escalade, piscines sports-loisirs, salles polyvalentes, skate parks…). Les entreprises marchandes, grâce à l’élaboration toujours plus fine de stratégies marketing, cherchent à optimiser les flux de proximité et les flux d’affinité par rapport aux équipements. Les salles de mise en forme, les parcours acrobatiques en forêt ou encore les parcs de loisirs en sont de bons exemples. Le « sportif » est de plus en plus un usager auto-organisé ou un client qui consomme des services au sein d’équipements sportifs de plus en plus accessibles et adaptés à sa demande. Les exigences du développement durable commencent à être présentes durant cette période que ce soit sur la dimension environnementale (intégration paysagère, transport, économie d’énergie…), socio-culturelle (accessibilité, intégration, épanouissement…) et économique (économie de proximité, création d’emplois…) mais le plus souvent modestement et de manière insuffisante par rapport aux spécificités du territoire.

Le pilotage par (et pour) les territoires (2000-2012)

17Avant 2000, la question des équipements sportifs était principalement abordée sous l’angle de leurs usages sociaux, c’est-à-dire en tant que lieu d’intégration, d’épanouissement et de distinction sociale (Bessy et Hillairet, 2002). De nouveaux équipements sportifs voient le jour au tournant du xxie siècle, en prenant davantage en compte la diversité des enjeux locaux et en contribuant à la structuration voire à la valorisation des territoires concernés. Ils répondent à une logique décentralisée de « seconde génération » qui les oblige à s’inscrire dans la stratégie politique de développement durable du territoire en participant à l’aménagement harmonieux de l’environnement, en jouant un rôle de levier économique non négligeable, en étant un réel vecteur d’intégration sociale tout en contribuant à la construction identitaire locale. Une nouvelle génération d’équipements sportifs s’instaure alors progressivement par la mise en œuvre d’un processus de « territorialisation » des espaces sportifs qui répond à de nouvelles configurations locales, à de nouveaux enjeux liés le plus souvent à leur caractère communautaire. Le pilotage des équipements sportifs se fait donc de plus en plus en fonction des spécificités et des exigences du territoire en matière de développement durable.

Le stade d’eaux vives Pau-Pyrénées comme vecteur structurant d’un developpement territorial durable

18Nous allons mettre en relief notre propos, en prenant pour objet le Stade d’Eaux Vives de Pau-Pyrénées (SEVPP), équipement intercommunal construit ex nihilo en 2008 sur le territoire de la Communauté d’agglomération de Pau-Pyrénées (CDAPP).

Les Espaces d’Eaux Vives permettent une pratique urbaine d’un sport de nature

19Les Espaces d’Eaux Vives (EEV), ou Stades d’Eaux Vives (SEV), sont aménagés artificiellement afin de donner vie à l’eau dans une perspective sportive, ludique ou touristique (Vignais, 2002). La première rivière artificielle pour la pratique sportive de l’Eau Vive a été édifiée à Vichy (Allier) en 1969. Elle revêt une forme encore primitive, tournée exclusivement vers une pratique sportive de haut niveau. Le SEVPP jouit d’une innovation technique due au procédé omniflots, déposée par EDF. Le premier équipement bénéficiant de cette innovation a vu le jour à Lannion (Côtes-d’Armor), et le procédé a notamment été emprunté pour la construction du bassin ayant accueilli les Jeux olympiques de Sydney en 2000. Sa modularité permet la pratique de tout public, assistée d’une certaine aisance technique dégageant toute contrainte d’usage (remontée de la rivière vers le bassin de départ par tapis roulant, par exemple…). Dans une perspective ludosportive, valorisant le jeu et le plaisir, puisant son essence dans l’attachement au milieu naturel et une libre déambulation, de nouveaux territoires de pratique en milieu urbain ou péri-urbain ont ainsi été créés.

Historique du SEVPP

  • 2 « Du pont d’Espagne », car la Base est située au pied du pont du même nom, qui fait le lien entre P (...)

20L’agglomération paloise a un vécu important concernant la pratique du canoë-kayak. À Jurançon, commune limitrophe de Pau, une première base d’Eaux Vives dite « de Jurançon » ou « du Pont d’Espagne »2 accueillait déjà la pratique, et notamment les sportifs du club local, le Club universitaire palois Pyrénées-Eaux Vives (CUPPEV), auquel la famille Estanguet appartenait. De 2004 à 2008, le pôle Élite France y était implanté, jusqu’à son déménagement pour le SEVPP. Le parcours a été aménagé dans le lit de la rivière et il est bien évidemment soumis au rythme naturel de celle-ci. Il est à noter que, malgré la construction du SEVPP, cette base d’Eaux Vives reste aujourd’hui un site d’entraînement et de compétition très prisé.

  • 3 Décédé en 2006, André Labarrère a été maire de Pau de 1971 à sa mort, ainsi que premier président d (...)

21À la suite de la première médaille d’or remportée par Tony Estanguet, aux Jeux olympiques de Sydney en 2000, André Labarrère3, maire de Pau et Président de la Communauté d’agglomération, réfléchit à l’opportunité de la création d’un nouveau Stade d’Eaux Vives sur le territoire de l’EPCI qu’il préside. Le projet est alors élaboré par les frères Estanguet, qui apportent leur expertise. Un an après les procédures réglementaires, en octobre 2001, ce qui n’était encore que le projet « Base d’Eaux Vives » devient un équipement communautaire au titre de la compétence « Construction, aménagement, entretien et gestion d’équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire ». Cette qualification permettra de réaliser sa création par l’EPCI, afin de faire face aux importants coûts d’investissement. Ainsi, le futur Stade d’Eaux Vives se positionne déjà comme un équipement intercommunal, à la fois par les fonds permettant son investissement, mais aussi par son positionnement à la jonction de trois communes : Bizanos, Gélos et Mazères-Lézons. Entamée en octobre 2006, la construction du parcours d’eaux vives s’est achevée en avril 2008. L’édification du club-house, commencée en juin 2007, a été achevée fin 2008.

22La reconnaissance postérieure de l’opération « Porte des Gaves » comme d’intérêt communautaire viendra renforcer ce statut. Cette opération vise à la reconversion d’une friche industrielle en un éco-quartier « haut de gamme » cumulant des fonctions économiques, ludiques, culturelles et bien entendu d’habitats. En quelque sorte, la construction du futur Stade d’Eaux Vives est la première pierre posée à l’édifice de la « Porte des Gaves ». Après une année de rodage, le parcours a été ouvert au public en juin 2009, à l’occasion de l’organisation de la Coupe du monde de canoë-kayak.

Les caractéristiques de l’équipement

23Le SEVPP est un équipement comportant un bassin de départ (eau plate) de 5 000 m2, un parcours en eaux vives de 300 m de long à 15 m de largeur moyenne et 5 m de dénivellation avec une pente de 2 %, et un bassin d’arrivée de 1 800 m2 relié au bassin de départ grâce à un tapis roulant et permettant, via un canal de 200 m, de rejoindre le gave de Pau. Face au bassin d’arrivée se tiennent des gradins de 1 600 places. Le bâtiment accueille des bureaux, une salle de réunion et quelques équipements destinés au pôle Élite de canoë-kayak, ainsi qu’une salle de musculation. Enfin, se trouve à l’étage un espace de restauration de 150 couverts à destination du public.

24Trois modes de fonctionnement différents peuvent être utilisés sur le stade d’eaux vives :

  • un fonctionnement gravitaire, par alimentation directe par l’eau du gave et restitution intégrale de l’eau au milieu naturel,

  • un fonctionnement mixte, avec recirculation partielle de l’eau,

  • un fonctionnement en circuit fermé. Dans ce cas, le parcours est parfaitement autonome, l’eau étant véhiculée par un système de pompes.

Le SEVPP : un outil au service du développement durable du territoire ?

25On peut distinguer trois étapes dans la prise en compte progressive du développement durable par cet équipement.

De la Base d’Eaux Vives au Stade d’Eaux Vives : une démarche de développement durable limitée oublieuse du territoire (2000-2007)

26La première phase est celle prévalant à la création de l’enceinte. À la lumière des réflexions ayant conduit à l’élaboration du parcours, il est évident que cet équipement a été pensé au départ pour le haut niveau (résidence du pôle élite de la FFCK) et pour jouer le rôle de symbole emblématique du renouveau de la ville de Pau. Il est alors considéré comme un équipement unique en Europe au regard de son implantation en milieu urbain. Selon l’expression consacrée par Patrick Bayeux et Jean-Claude Cranga (2002), cet équipement a été réfléchi comme une « cathédrale du sport », car même s’il n’accepte pas en simultané des publics à finalité de pratiques différentes, il est pensé comme un équipement haut de gamme, un équipement vitrine qui s’inscrit dans une logique d’intercommunalité afin de symboliser la puissance de la collectivité.

27Le pilotage à ce stade du projet se fait essentiellement par l’offre et a minima par le territoire. L’intégration des exigences du développement durable est limitée. La dimension environnementale n’est alors perceptible que dans les normes de construction (architecture, matériaux, etc.) et dans l’intégration paysagère (cf. photo). Les efforts fournis par Eiffage, maître d’œuvre, ont permis de garantir la création d’un parcours artificiel assimilable à un parcours naturel. Mais les liens avec la ville et son environnement proche n’ont pas été réfléchis, d’autant plus que son positionnement dans un espace sensible au bord du gave, dans une zone classée Natura 2000, pose problème et apparaît comme antinomique à toute sensibilité environnementale. L’image d’un équipement bétonné au cœur d’un espace naturel s’impose ici aux yeux du public.

28De même, la prise en compte des dimensions sociale et économique ne viendra que dans un second temps, lorsque la CDAPP chargera l’UCPA de l’exploitation de l’équipement. Cependant, il est important de préciser que la modularité du parcours est inhérente au procédé de sa conception, permettant ainsi d’envisager une adaptabilité de la descente à tous les publics.

Le SEVPP s’inscrit dans une démarche de développement durable plus affirmée (2008-2010)

29En relation avec la nouvelle présidence de la CDAPP, survenue en 2008, qui prône une politique plus sociale et environnementale, l’objectif de la collectivité est de proposer un équipement sport-loisir accessible au plus grand nombre et susceptible d’être la tête de pont du projet urbain de la Porte des Gaves qui ambitionne de dynamiser le territoire local.

30La dimension socio-culturelle est affirmée à travers les aménagements réalisés à cette époque par la collectivité qui révèlent que le SEVPP ne veut plus être seulement un équipement sportif réservé aux kayakistes de haut niveau mais un espace sport-loisir accessible au plus grand nombre. Elle contribue à remettre en état un camping devenu communautaire et investi dans la transformation du club-house en un espace restauration, dont l’animation est confiée à un prestataire. La volonté politique est de faire du SEVPP un équipement éducatif, récréatif et identitaire. Il s’agit de permettre aux scolaires d’y venir, de favoriser la pratique de loisir afin de mieux vivre la ville au quotidien mais aussi de renforcer le pouvoir symbolique de la structure vis-à-vis de la population. De surcroît, les formes innovantes que prend cet équipement permettent de répondre au besoin de spectacularisation des pratiques et des pratiquants, tout en garantissant de bien voir et d’être bien vu.

31Cette évolution est confirmée quand la CDAPP décide, suite à un appel d’offre, de confier l’animation et la gestion du Stade d’Eaux Vives, dans le cadre d’un marché d’exploitation, à l’UCPA. Le choix de ce prestataire n’est pas anodin. Le plus important dans cette délégation est de pouvoir s’appuyer sur un prestataire reconnu et expérimenté en matière d’accès aux pratiques sportives de nature, pour le plus grand nombre. À sa charge de garantir l’accès de chacun au site et d’assurer un certain équilibre financier, essentiellement par sa mise en loisir et en tourisme. Ainsi, d’un équipement brut, n’apportant que ce qu’il a à offrir, la prise en main par l’UCPA permet, non plus de piloter le marché par l’offre, mais plutôt par la demande. Certes, la modularité du parcours permet déjà quelques adaptations, mais le savoir-faire du prestataire permet d’anticiper et de satisfaire la diversité de la demande. Ainsi, l’attribution de la gestion à l’UCPA répond aux objectifs sociaux et économiques sur lesquels s’appuie le développement durable. Cette organisation a intégré l’équipement à l’occasion de la Coupe du monde de canoë-kayak en 2009.

32Autre évolution notable, le SEVPP est envisagé comme le premier élément structurant du projet de la Porte des Gaves qui est le projet urbain phare de la CDAPP dans le but de redynamiser le cœur de l’agglomération en donnant la priorité aux exigences environnementales. Il comprend brièvement des espaces verts, un éco-quartier, un transport en site propre et une zone commerciale. Le premier objectif visé à travers ce projet est de créer une continuité urbaine entre la ville haute et la ville basse ainsi qu’entre les deux rives du gave. La construction d’une passerelle comme symbole d’une communauté de destin des habitants est alors prévue. Le deuxième cherche à rééquilibrer le sud de l’agglomération par rapport au nord qui est suréquipé (hippodrome, Palais des sports, Zénith…). Le troisième objectif correspond à la requalification d’une friche industrielle qui est vécue comme une sorte de no man’s land, au sud de la ville. La construction d’une offre de loisirs et de tourisme sportif de nature apparaît comme la solution de la dernière chance. En effet, elle permet d’intégrer des marges territoriales et de valoriser des positions et des atouts autres que ceux exploités par l’activité dominante du siècle dans les centres historiques (Violier, 2008).

33À partir de l’année 2008, le pilotage par la demande et par le territoire se substitue au pilotage par l’offre. La prise en compte des attentes de la demande est bien affirmée à travers le choix de l’UCPA comme organisme gestionnaire. L’intégration dans le territoire mais aussi la valorisation voire la construction d’un nouveau territoire à partir du SEVPP est en cours.

Le SEVPP au cœur d’une démarche de développement durable plus ambitieuse (2010-2012)

34Depuis 2010, le SEVPP est intégré dans le nouveau projet d’aménagement « parc naturel urbain » (350 ha) qui veut structurer durablement le territoire sud de l’agglomération, d’est en ouest (8 communes), tout le long du gave de Pau. L’idée est de protéger les écosystèmes existants, de valoriser la rivière et ses berges grâce à des aménagements paysagers mais aussi d’en permettre la réappropriation par les citadins en développant notamment des sports de nature (voies bleue et verte…), afin de mieux intégrer cet espace à l’urbain. La « voie bleue », par exemple, qui permet de naviguer, de manière sécurisée, entre les deux Stades d’Eaux Vives, invente un regard nouveau sur la ville, depuis l’espace de nature composé du gave et de ses berges (Marsac, 2007).

35Pour reprendre à notre compte les termes de Philippe Pelletier et Martin Vanier (1997), le gave de Pau, jusqu’alors perçu comme une « coupure » pour le territoire, va désormais être considéré comme une « couture » structurante de ce même territoire, recréant du lien entre les communes et devenant un réel objet d’intérêt communautaire. En outre, et c’est le second aspect, il est support de trois sentiers nautiques, sur les dix-neuf qui structurent le gave de Pau, au sein du projet « Pau Station d’Eaux Vives ». Il s’agit de divers parcours d’interprétation et d’éducation à l’environnement, ouverts à tous.

Photo 1 – Club-house J, bâtiment d’accueil du SEVPP

Photo 1 – Club-house J, bâtiment d’accueil du SEVPP

Cliché : Jean-Christophe Coulom.

Photo 2 – Bassin d’arrivée du SEVPP

Photo 2 – Bassin d’arrivée du SEVPP

Cliché : Jean-Christophe Coulom.

36Simultanément, l’offre de services du SEVPP se diversifie pour répondre à une demande de loisirs urbains toujours plus large en cohérence avec des usagers qui s’apparentent à des « butineurs de loisirs » (Origet du Cluzeau, 2000). Des parcours de randonnée et de course à pied, de course d’orientation et de VTT ainsi qu’une piscine naturelle sont aujourd’hui en place ou en projet avec comme point de fixation le Stade d’Eaux Vives.

37Situé au cœur du PNU, le SEVPP est en train de devenir aujourd’hui un espace urbain innovant car il intègre des exigences environnementales et socioculturelles. L’innovation ne se situe plus uniquement dans la technologie et la multifonctionnalité récréative mais dans un espace de découverte de l’eau vive et d’éducation à l’environnement dont l’objectif est de répondre aux exigences du développement durable tout en contribuant au renouveau du territoire concerné. À ce titre, il est devenu un des outils majeurs de la politique sportive de l’agglomération mais aussi plus largement un vecteur de rayonnement touristique.

38En dépassant le simple objectif de satisfaction de la demande, le pilotage est devenu complètement territorial. Intégré dans des projets d’envergure, objet rééquilibrant les équipements structurants de la collectivité, point de départ d’une offre diversifiée de loisirs, le SEVPP possède des fonctions et des vertus qui en font un outil réel de structuration et de développement du territoire. Ensuite, l’équipement concourt à un aménagement ne fonctionnant plus sur des espaces isolés mais sur les liaisons entre eux, avec notamment la création de continuités urbaines entre la ville, le gave et les autres communes afin de donner du sens au territoire.

39Enfin, il est en train de favoriser la mise en œuvre d’une nouvelle gouvernance partenariale en provoquant des synergies entre les différents acteurs concernés par le SEVPP et le projet Porte des Gaves dans le but de renforcer l’attractivité de ce territoire tout en maintenant sa durabilité.

40Reste que le rôle joué par le SEVPP dans le développement durable du territoire local doit composer aujourd’hui avec deux handicaps. Le premier est que le quartier censé le rattacher à l’urbain se fait attendre. Le second est qu’il véhicule encore, aux yeux de la population, une image élitiste. Le fait d’y organiser des compétitions de haut niveau et d’avoir lancé son existence aux yeux du public par une Coupe du monde dont le spectacle était gratuit à destination d’un public populaire l’a certes fait connaître de tous, mais entretiendrait vicieusement ce rapport.

Conclusion

41L’exemple du SEVPP révèle comment un équipement, que l’on pourrait presque qualifier de lieu « impensé » au départ, ou de « lieu en devenir » (Bigando, Bercovitz, Tesson, 2011), tant son évolution après sa conception est marquante, peut devenir un vecteur clé du développement durable du territoire.

42Il montre aussi que le pilotage par le territoire est devenu aujourd’hui incontournable pour un équipement qui se veut structurant car c’est la seule façon de résoudre la tension existante entre attractivité et durabilité observable dans tous les projets d’aménagement. De surcroît, il permet de créer une gouvernance nouvelle, plus respectueuse des postures de chacun. Une perspective comparative aurait pu donner davantage de poids à notre propos et révéler ce que nous pensons, c’est-à-dire que chaque territoire a son modèle de gouvernance, car il a ses propres ressources, puisant dans les potentialités du milieu, son histoire, son identité et l’intentionnalité des acteurs, etc. (Gumuchian et Pecqueur (dir.), 2007).

43Chaque société construit ses états de nature (Mancebo 2008), d’autant plus en ville où elle manque et est donc représentée, comme intégrée, dans un espace pouvant apparaître comme naturel (Ritchot, 1998).

44En outre, nos expériences de recherche montrent que le développement durable reste un objet complexe et ambivalent pour la plupart des acteurs, car ne reposant sur aucun consensus scientifique, économique ou politique (Bessy, 2008), ce qui, bien souvent, limite sa portée à de simples incantations. Ici, l’équipement est finalement un outil au service de l’écologisation de la cité. Il concrétise en outre l’esprit innovant et high-tech dans la ville (Vignais, 2002). Ce qui toutefois est moins visible, mais observable pour un public averti, c’est que le SEVPP, en produisant des images et en véhiculant des discours, concourt à la définition d’un nouveau modèle territorial.

45Reste pour finir que la pertinence d’un tel équipement pour demain dans un contexte de croissance limitée se trouve posée, au regard de son coût financier en investissement comme en fonctionnement.

Bibliographie

Bibliographie

Aubertin Catherine et Vivien Franck-Dominique (dir.), Le Développement durable. Enjeux politiques, économiques et sociaux, Paris, La Documentation française, 2006, 143 p.

Augustin Jean-Pierre, Géographie du sport. Spatialités contemporaines et mondialisation, Paris, Armand Colin, 2007, 224 p.

———, Bourdeau Philippe, Ravenel Loïc, Géographie des sports en France, Paris, Vuibert, coll. Sciences, corps, mouvements, 2008, 178 p.

Bayeux Patrick et Cranga Jean-Claude, « Les “cathédrales” du sport », in Bessy Olivier et Hillairet Dieter (dir.), L’Innovation dans les équipements, tome 1, Les Espaces sportifs innovants, Voiron, PUS, 2002, p. 319-345, 345 p.

Bessy Olivier (dir.), Sport, loisir, tourisme et développement durable des territoires, Voiron, PUS, 2008, 175 p.

———, « Du plein air aux sports de nature, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux », in Corneloup Jean (dir.), Sciences sociales et loisirs sportifs de nature, L’Argentière-la-Bessée, Éditions du Fournel, coll. Sportsnature.org, 2007, p. 21-32, 380 p.

———, Hillairet Dieter, « Espaces sportifs en mutation et innovation », in Bessy Olivier et Hillairet Dieter (dir.), L’Innovation dans les équipements, tome 1, Les Espaces sportifs innovants, Voiron, PUS, 2002, p. 19-111, 345 p.

Bigando Eva, Bercovitz Rémi et Tesson Frédéric, Regards d’habitants sur les paysages du Gave de Pau au sein de l’agglomération Paloise, Pau, UPPA/CDAPP, 2010, 38 p.

Bourg Jean-François et Gouguet Jean-Jacques, Économie du sport, Paris, La Découverte, coll. Repères, 2003, 121 p.

Coulom Jean-Christophe, La dynamique structurante des sports de nature pour les territoires urbains. Le cas Palois, thèse sous la direction d’Olivier Bessy, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2014.

Di Méo Guy, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan Université, coll. Fac géographie, 1998, 320 p.

———, Buléon Pascal, L’Espace social. Lecture géographique des sociétés, Paris, Armand Colin, 2005, 304 p.

Ducroux Anne-Marie, Les Nouveaux Utopistes du développement durable, Paris, Les Éditions Autrement, 2002, 342 p.

Griffond-Boitier Anne, « L’apparition des équipements sportifs sur le territoire national : l’identification des facteurs structurants et leurs effets », in Augustin Jean-Pierre et Callède Jean-Paul (dir.), Sport, relations sociales et action collective, Talence, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Actes du colloque de Bordeaux, 1995, p. 465-476, 760 p.

Gumuchian Hervé et Pecqueur Bernard (dir.), La Ressource territoriale, Paris, Anthropos, coll. Economica, 2007, 252 p.

Mancebo François, Développement durable, Paris, Armand Colin, coll. 128, 2008, 124 p.

Marsac Antoine, « Les usages des parcours individuels d’eau vive en canoë-kayak : de l’accès à l’eau à la diffusion urbaine de la pratique », in Corneloup Jean (dir.), Sciences sociales et loisirs sportifs de nature, L’Argentière-la-Bessée, Éditions du Fournel, coll. Sportsnature.org, 2007, p. 237-251, 380 p.

Moquay Patrick, Coopération intercommunale et société locale, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques Politiques, 1998, 304 p.

Origet Du Cluzeau Claude, « Les loisirs, casse-tête et emblèmes des destinations touristiques », in Leenhardt-Salvan Mylène (dir.), « Loisirs sportifs : nouvelles pratiques, nouveaux enjeux », Les Cahiers Espaces, Paris, Éditions touristiques européennes, 2000, no 66, p. 58-62, 166 p.

Pelletier Philippe et Vanier Martin, « Les ciseaux du géographe : coupures et coutures du territoire », Revue de Géographie de Lyon, 1997, vol. 72, p. 163-165.

Ritchot Gilles, « La ville en quête de valeur et le fantasme de la nature », in Bethemont Jacques et Mercier Guy (dir.), La Ville en quête de nature, Sillery, Septentrion, 1998, p. 65-73, 256 p.

Urbain Jean-Didier, L’Idiot du voyage. Histoires de touristes, Paris, Payot & Rivages, 2002, 368 p.

Viard Jean, Le Sacre du temps libre. La société des 35 heures, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2002, 210 p.

Vignais Ludovic, « L’innovation structurante des Espaces Eaux Vives », in Bessy Olivier et Hillairet Dieter (dir.), L’Innovation dans les équipements, tome 1, Les Espaces sportifs innovants, Voiron, PUS, 2002, p. 263-294, 345 p.

Vigneau François, Les Espaces du sport, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 1998, 127 p.

Violier Philippe, Tourisme et développement local, Paris, Belin, coll. Tourisme, 2008, 192 p.

Yonnet Paul, Système des sports, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des sciences humaines, 1998, 254 p.

Notes

1 Établie en juin 1991, elle se propose de subventionner tout projet visant à cibler les jeunes des banlieues difficiles qui s’adonnent au sport en dehors des cadres fédéraux ou municipaux. Si l’idée initiale est pertinente et louable, les conditions techniques et politiques de leurs mises en place débouchent sur une standardisation néfaste ne prenant pas suffisamment en compte les caractéristiques et les aspirations des populations sensibles ciblées.

2 « Du pont d’Espagne », car la Base est située au pied du pont du même nom, qui fait le lien entre Pau et Jurançon.

3 Décédé en 2006, André Labarrère a été maire de Pau de 1971 à sa mort, ainsi que premier président de la Communauté d’agglomération de Pau-Pyrénées. Il fut aussi député, sénateur et ministre des Relations avec le Parlement de 1981 à 1986.

Table des illustrations

Titre Photo 1 – Club-house J, bâtiment d’accueil du SEVPP
Légende Cliché : Jean-Christophe Coulom.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3469/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Photo 2 – Bassin d’arrivée du SEVPP
Légende Cliché : Jean-Christophe Coulom.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3469/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 580k

Auteurs

Doctorant en Géographie-Aménagement. Laboratoire SET « Société, Environnement, Territoire » (UMR CNRS 5603), UPPA.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540