Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Deuxième partie. Des lieux, des sites, des équipements et des aménagements

Le souci environnemental du Canoë Club de 1904 à 1940 : de l’aménagement de la rivière à sa préservation

Éric Levet-Labry

Texte intégral

  • 1 Nous utiliserons l’abréviation CC pour désigner le Canoë Club.

1La découverte et l’aménagement touristique des rivières font partie des missions que s’est assignées le Canoë Club1 (CC) lors de sa création en 1904. Le CC vise, par une exploration systématique des rivières et fleuves, à les cartographier, identifier les obstacles et aménager les cours d’eau pour sécuriser la pratique. Cette pratique de pleine nature permet d’ouvrir de nouveaux espaces de loisir (Corbin, 1995) mettant en avant le tourisme nautique. Ce tourisme particulier prend en compte les phénomènes résultants du voyage (Bertho Lavenir, 1999) et cherche à satisfaire, à travers le nautisme, un besoin culturel (Drouin, 2008) tout en rompant avec la civilisation industrielle du début du xxe siècle (Marchand, 2007 ; Baubérot, Bourillon, 2009). Cette pratique mêlant voyage et découverte culturelle, héritière du Grand Tour de la fin du xixe siècle, relève à la fois de l’exploration nautique et de l’urbaphobie qui poussent les classes aisées à s’éloigner de la ville pour se rapprocher de la nature. Le rejet des miasmes de la cité et la valorisation de la vie au grand air permettent aux urbains de se régénérer au contact de la nature. Ils entrent en contact avec un monde rural dont le modèle économique traditionnel est remis en cause par la modernisation. La deuxième révolution industrielle et le développement du chemin de fer provoquent à la fois un désenclavement des campagnes mais aussi une dégradation des ressources (Gauché, 2010) notamment des cours d’eau.

2Les canoéistes du CC participent à ce mouvement de redécouverte du territoire avec en toile de fond la nostalgie de la ruralité. Ils ouvrent des voies (Boyer, 2002) et compilent des informations pour permettre le développement de l’activité nautique. Ils créent des destinations touristiques, les valorisent en se préoccupant de l’aménagement et de la préservation de la ressource (Pupion, 2010) qu’est la rivière. Ainsi, les portions de rivières délaissées, traces d’une économie fragilisée par l’exode rural, prennent un intérêt patrimonial et paysager (Ardillier-Carras, 1998) pour l’explorateur touristique alors que les villes, concentrant les industries polluantes, nauséabondes et repoussantes, renforcent l’idée d’une détestation de la ville (Bauberot, Bourillon, 2009) au profit des campagnes, d’une certaine nostalgie de la ruralité.

3C’est dans ce contexte que le CC étend son influence en explorant les rivières de France. Il participe à leur mise en navigation touristique avec le Touring Club de France (TCF). Dès la création du club, les canoéistes célèbrent le développement économique et industriel et veillent à la préservation de leur terrain de jeu, la rivière. Dans un premier temps, les membres du club considèrent que la construction et la reconstruction des usines, fabriques et moulins participent à l’entretien des cours d’eau. Ils travaillent à l’aménagement des rives, à l’assainissement des cours d’eau et à la disparition des obstructions à la navigation. Cependant, assez rapidement, émerge un souci de préservation de la rivière qui constitue le support de la pratique, souci mis en avant par les problèmes de régulation des débits d’eau et de pollution. Le travail de repérage effectué par les canoéistes représente une source importante d’informations sur l’état des cours d’eau et sur l’empreinte économique et industrielle qui marque le paysage et l’environnement. Ces informations sur l’environnement de la pratique ont une influence sur les orientations prises par le club. Ainsi, de 1904 à 1940, année à partir de laquelle la pratique devient plus sportive et s’oriente vers l’exploration des hautes rivières (Hajek, 2007), l’action du Canoë Club s’attache au développement du tourisme nautique. Cette action s’articule autour d’une volonté d’entrer dans un monde moderne, économique et industriel, et d’un souci environnemental rendant compte de l’impact de l’industrialisation sur l’environnement.

  • 2 Archives départementales de Créteil (ADC) : fond 152J.

4Les Bulletins du Canoë Club, dont le premier numéro paraît en mars 1906, rendent compte des activités de la société nautique qui se définit comme une société d’encouragement dont le but est la propagation du goût de tourisme nautique et la facilitation de ses conditions de développement (Bulletin du Canoë Club, 1906a). Pour cela, le Bulletin du CC donne des renseignements pratiques sur les excursions et les croisières nautiques. Il reprend en partie les Récits de croisière, comptes rendus d’explorations touristiques2 menées par les membres du club sous l’impulsion du TCF. Ces différentes sources marquent, dans des topoguides, les transformations des cours d’eau et leurs aménagements. Elles donnent aussi des indications sur les problèmes environnementaux rencontrés par les canoéistes et leur souci de participer à la préservation de leur espace de pratique.

  • 3 Jeune fille aux mœurs légères, ouvrière, généralement entretenue par un homme d’âge mûr (Desprez, (...)

5Ainsi, parler de l’aménagement des cours d’eau renvoie à la transformation de la zone bordière, surface de contact entre l’eau et la terre, qui constitue un espace polyfonctionnel combinant plusieurs activités (Le Sueur, 1997) qu’elles soient industrielles, commerciales, touristiques ou de loisir. Au travers de ces transformations, les paysages fluviaux se construisent, comme le montrent Philippe Valette et Jean-Michel Carozza (2010), autour d’un système naturel qu’est la rivière et d’un système social réunissant les canotiers et canoéistes, mais aussi le petit peuple des rivières (passeurs, lavandières, pêcheurs, restaurateurs, grisettes3…). La rivière devient à la fois support de pratique (Clary, 1976) et un lieu de rupture utopique par rapport à l’univers urbain (Bourdeau, 2011), « fuite temporaire de la vie urbaine et de ses soucis… valorisant des pratiques touristiques différentes fondées sur une approche plus lente et un contact réel et sensible avec le pays » (Naviner, 2005).

6Le touriste nautique souhaite sortir de la ville industrielle et retrouver l’air pur. Le CC participe à cet élan bourgeois. Il aménage, avec l’aide du TCF, les cours d’eau pour en permettre la conquête, l’exploitation et la maîtrise (Sylvain Rode, 2010) avec une volonté de préservation et d’adaptation au milieu naturel. Il s’agit dans un premier temps de participer à la conquête ou plutôt reconquête des rivières en les rendant à la navigation tout en respectant les aménagements effectués par l’industrialisation de la fin du xixe siècle pour dans un second temps se centrer sur l’évolution de la représentation de la rivière et la nécessité de sa préservation.

Rétablir la navigabilité

7La fonctionnalisation des rivières initiée sous la période napoléonienne pour mettre la France en état de participer à la révolution industrielle, largement engagée en Angleterre, (Guillerme, 1990) transforme les cours d’eau. Les fleuves et les importants cours d’eau sont réservés à la navigation fluviale favorisant le commerce tandis que les petites rivières concentrent les différentes industries. Cette organisation va transformer le paysage, à l’exemple des bords de la Bièvre qui devient une rivière industrielle engendrant une pollution importante (Le Roux, 2010). Les menuisiers, fondeurs, tisserands, meuniers disparaissent peu à peu de ses bords au profit d’industries plus polluantes avec l’installation de blanchisseries au chlore, de féculeries, d’usines textiles et autres activités rejetant les déchets dans les eaux de la rivière. La maîtrise et le contrôle des eaux par les autorités publiques provoque une artificialisation de la rivière, mais aussi des conflits d’usages de l’eau (Ultsch, 2010). Liées à l’expansion des villes, ces transformations marquent le paysage et l’usage de la rivière urbaine qui, d’une rivière de métiers, devient une rivière « canalisation » remplissant pleinement son rôle d’égout (Frioux, 2010). Par voie de conséquence, l’augmentation de la pollution est marquante en aval des villes comme le notent Lacassagne dans son mémoire sur la pollution du Rhône en 1891 ou Gastinel (1894) à propos de la Seine qui ressemble à un égout à ciel ouvert :

Dans les conditions présentes, la Seine offre le plus triste aspect. Au-dessous des collecteurs elle devient un vaste égout à ciel ouvert ; il est impossible de s’y baigner sans en sortir noir. Le titre de l’eau en oxygène étant insuffisant, les poissons n’y vivent pas, on y trouve une quantité énorme de microbes qui s’y développent à loisir ; l’eau devient leur véhicule et peut porter au loin les germes des maladies infectieuses, de la fièvre typhoïde et du choléra, en particulier.

  • 4 AN sous-série F/12, ministère du Commerce : dossiers de proposition pour la Légion d’honneur début (...)

8Cette situation s’amplifie et préoccupe des membres du corps médical, comme le montre le projet de loi sur la conservation et la pollution des eaux4 qu’Émile Allègre, pharmacien, dépose en 1906. Dans le même temps les ingénieurs canalisent le fleuve, le contraignent, remontent les berges (Gérome, 1992) pour en contrôler le débit et limiter les inondations. Cette chenalisation restreint l’espace de liberté de la rivière (Delahaye, 2000), transforme les berges en les industrialisant, et limite l’expansion du tourisme nautique en confrontant le canoéiste à la réglementation tatillonne de l’administration lors du passage des barrages (« Pour le tourisme nautique », 1906). Des permis de navigation (Figure 1) sont à demander auprès des ingénieurs des Ponts et Chaussées pour être autorisé à emprunter les cours d’eau et éventuellement à se faire écluser.

9Les éclusiers restent les maîtres de la rivière, l’ouverture des portes se fait en fonction de leur bon vouloir après quelques discussions et pourboires (« Carnet du canoéiste, La Seine de Paris à Rouen par le chemin des écoliers », 1908).

10La transformation urbaine des fleuves et rivières ne correspond pas à l’évolution constatée dans les campagnes. La révolution industrielle transforme l’espace rural. La concurrence du rail met à mal le transport fluvial sur les rivières secondaires aboutissant à un abandon de ces voies de navigation (Kunz, 1992). Les campagnes se vident au profit des villes. Les cours d’eau secondaires sont mal ou plus du tout entretenus. Certains barrages et écluses sont en ruine et abandonnés, les rivières s’ensablent et sont jonchées de troncs d’arbres, leurs biefs remplis d’herbes ralentissent ou empêchent la navigation comme l’indiquent les informations recueillies dans les comptes rendus de croisières du CC, à l’exemple de la descente du Loir en 1910 :

Figure 1. Permis de navigation, Croisière sur la Loire, 1911

Figure 1. Permis de navigation, Croisière sur la Loire, 1911

Source : ADC 152J24.

On conçoit qu’un semblable système de régularisation [les barrages] ait pu être apprécié avant la construction des lignes de chemins de fer dans la région, mais qu’il soit insuffisant à l’heure actuelle pour conserver au Loir un rôle commercial utile. En fait, au cours de notre excursion, nous n’avons vu ouvrir qu’une seule fois une porte marinière, pour laisser passer, à la descente, un train de bois. La navigation de plaisance ne saurait davantage se servir de ces portes ; il faut d’ailleurs ajouter qu’en plusieurs endroits on a laissé le lit de la rivière s’ensabler au-dessous des barrages et que certains biefs sont tellement remplis d’herbes, que la circulation, avec un bateau à hélice, y serait impossible. (« Carnet du canoéiste, Le Loir », 1910)

11Le Canoë Club, soutenu par le Comité Nautique du Touring Club de France (TCF) et par le Yacht Club de France, va participer à l’aménagement des rivières en liant excursionnisme cultivé et nautisme. Les membres du CC, en explorant les rivières, en ouvrant des voies (Boyer, 2002) et en compilant les informations, notent les difficultés rencontrées et proposent des améliorations permettant de rétablir la navigabilité ou, du moins, la faciliter. Le TCF est ensuite sollicité pour financer les aménagements et lever, grâce à son réseau relationnel, les obstacles juridiques et économiques au développement du tourisme nautique.

12Les canoéistes, lors de leurs expéditions, mettent en avant le manque d’entretien des ouvrages mais aussi, plus rarement, la saleté des lieux et la pollution industrielle. Les papeteries, dont les rejets nauséabonds provoquent des désagréments aux navigateurs, sont identifiées, les entreprises de rouissage (« Carnet du canoéiste, Le Loir », 1910), qui dégagent une odeur infecte lorsque le chanvre est entreposé hors de l’eau, sont notées comme le sont les tronçons de rivière sales et pestilentiels (« Carnet du canoéiste, Quelques rivières du Cotentin », 1910).

13Jusqu’à la Grande Guerre, le CC relève les problèmes. Il met très rarement en place les moyens pour y remédier et permettre la préservation du milieu naturel. La volonté de préservation de la ressource qu’est le cours d’eau vient d’autres associations. Le TCF crée en 1904 un Comité des sites et monuments pittoresques et s’attache à travers cette section à la protection, la conservation et l’aménagement des sites. Il va même jusqu’à attribuer son pavillon aux syndicats d’initiatives locaux qui respectent une charte de préservation (Larique, 2006). La pollution des cours d’eau est une de ses préoccupations comme le montrent les articles paraissant dans la revue mensuelle. Par exemple, en février 1907, deux articles paraissent sur le même sujet : l’un d’Onésime Reclus intitulé « Pauvres rivières ! » considère que les ingénieurs, en canalisant, modifient la beauté des rivières, et l’autre de M. Rondet-Saint, qui analyse les rapports entre « Le tourisme nautique et la pollution de la Seine », montre que les égouts de Paris participent grandement à la pollution de la Seine. Dans la même veine, la Ligue Maritime (« La Somme canalisée », 1907, p. 80-81) œuvre pour empêcher le déversement des eaux industrielles et polluées dans les cours d’eau.

14En ce début de xxe siècle, le CC est peu présent dans les actions de préservation ; il situe son activité dans l’observation des difficultés de navigation liées au manque d’entretien des ouvrages d’art ou au manque de signalisation des dangers. Il participe à l’aménagement fluvial avec l’aide du TCF. Des plans inclinés et des passe-canots sont construits pour permettre aux embarcations lourdement chargées de passer les barrages ; des pontons sont positionnés le long des rivières pour faciliter l’embarquement et le débarquement de canoéistes. Pour les membres du CC, il s’agit bien de rétablir dans un premier temps une navigabilité et d’aménager l’espace pour faire venir ces touristes cultivés (Clary, 1976) et les randonneurs nautiques. Les comptes rendus de croisières nautiques font peu état des inconvénients liés à l’industrialisation. Ils sont avant tout un hymne à la nature et au progrès. Les descentes de rivières mettent en avant les barrages et autres aménagements liés au développement industriel. Les barrages hydroélectriques sont considérés comme un progrès car ils participent à l’entretien de la rivière. Ils la régulent et réduisent les conséquences des crues à l’opposé des barrages naturels constitués d’arbres tombés (« Carnet du canoéiste, L’Ept », 1911), des anciens barrages et retenues, la plupart du temps ruinés ou éventrés. Tout semble montrer que les aménagements reflètent la modernisation de la société et représentent la conquête de l’homme sur l’eau (Backouche, 1997), sur la nature.

15Ainsi, les explorations nautiques constituent une opportunité pour découvrir des contrées prospères et connaître la multitude d’industries alimentées par la houille blanche. En fait le cours d’eau est considéré par les membres du CC comme un producteur de richesses et d’activités (« Assemblée générale », 1911). C’est dans cette relation ambiguë avec le monde moderne que se situe la participation des membres du CC à l’aménagement des rivières : d’une part, ils regrettent que les rivières ne soient pas entretenues pour leur permettre de pratiquer en toute sérénité, et d’autre part, rendent grâce au progrès qui, en accélérant le temps des déplacements, leur permet de s’échapper de la ville pour renouer avec la nature (Sirost, 2009) et de pratiquer leur activité. En fait ils construisent une nature pour des citadins en mal de campagne, qui est à la fois un lieu bucolique et un espace de jeu entretenu, rendant prévisible l’imprévisible en identifiant les risques, en aménageant et sécurisant les cours d’eau (Levet-Labry, 2011). Parallèlement, le canoéiste met en scène le péril pour que la randonnée puisse rester une aventure singulière.

16Ainsi, jusqu’aux années 1920, le souci de préservation du cours d’eau n’est pas une priorité pour le CC même s’il constate la pollution des rivières liée aux activités humaines et industrielles. Les topoguides de descente de rivières sont d’une grande précision quant aux structures industrielles et commerciales bordant les cours d’eau. La construction des barrages et usines hydroélectriques prend une importance particulière étant donné que ces infrastructures ont une influence déterminante sur la navigabilité des rivières. Le canoéiste milite pour un aménagement de son espace de jeu qui permette de développer le tourisme nautique et de découvrir des parcours éloignés des villes polluées.

Nostalgie et préservation

17La Première Guerre mondiale a donné un coup d’arrêt aux activités du CC. Néanmoins, ses membres continuent à prendre des notes sur les rivières pour qu’elles puissent être descendues après la guerre (« Le Canoë Club et la guerre », 1915). Le paysage fluvial, entendu comme l’organisation matérielle de l’espace autour de la rivière (Dupuis-Tate, 1998), se transforme.

  • 5 Charles de Freycinet, ministre des Travaux Publics de 1877 à 1979, lance une loi programme de mode (...)

18Les ravages de la guerre marquent la rivière. Le progrès apparaît comme destructeur du paysage fluvial. Les vieux ponts pittoresques ont vu leurs arches gothiques disparaître pour laisser passer les convois de ravitaillement ou sous la pression de l’administration qui souhaite rénover les voies de navigation et en poursuivre la modernisation en étendant le gabarit Freycinet5 à l’ensemble des cours d’eau navigables. Les canoéistes prennent conscience de ces transformations et cela transparaît dans les articles du Bulletin du CC. Les berges, en étant bétonnées, se dénudent, le paysage en perd de son attrait. « On ne peut que regretter les grands arbres abattus en bordure de Marne, les berges relevées en quai et le petit bras du Moulin-Brûlé en voie d’obstruction. » (« Au fil de l’eau », 1919.) La mise en œuvre des constructions modernes transforme les bords de rivière. Canalisations, digues, barrages sont autant de contraintes à l’écoulement de l’eau et engendrent inquiétude et appréhension quant aux transformations visant à dompter un élément naturel : l’eau. Ainsi, la canalisation de la Durance laisse à craindre une inondation de la ville d’Avignon en cas de grandes eaux (« En canoë au pays des cigales », 1921) :

La Durance a un lit plus large encore que celui du Rhône et délimité par de puissantes digues. Quand cette rivière, presque à sec en général, déborde, c’est un nouveau Rhône qui coule tout d’un coup. La situation de la ville d’Avignon est alors des plus critiques, prise qu’elle est entre les deux inondations, et elle ne doit son salut qu’à ses remparts qu’on conserve dans ce but, et dont on ferme les portes en les étayant par de solides barrages.

19Ces inquiétudes deviennent fréquentes. Les barrages hydroélectriques mutilent la rivière comme c’est le cas sur l’Orne où les « courants vifs » deviennent des étangs (« L’Orne mutilé », 1924). En amont, ces retenues d’eau transforment les charmes des cañons sauvages ponctués de rapides en de vastes étendues d’eau calme (« Carnet du canoéiste, L’Ardèche », 1921). En aval des barrages, le lit de la rivière devient à peine plus gros qu’un ruisseau où il est difficile de naviguer. Parfois, le cours d’eau disparaît complètement lorsque le débit total de la rivière est détourné vers le canal d’alimentation des turbines de l’usine hydroélectrique (« En canoë sur l’Ain », 1922). La figure 2 montre les dérivations du cours d’eau envisagées sur l’Isère, lors de la construction d’une usine hydroélectrique.

Figure 2. Construction de l’usine hydroélectrique de Beaumont Monteux, 1920

Figure 2. Construction de l’usine hydroélectrique de Beaumont Monteux, 1920

Source : Canoë Club de France, ADC 152J26.

20Mais ce qui marque les esprits, ce sont les conséquences de ces barrages hydroélectriques sur l’environnement (« Carnet du canoéiste, L’Hérault », 1935). Ils ne permettent pas un écoulement normal de l’eau. Le débit de la rivière, lié à la production électrique, devient irrégulier et ne tient pas compte de son écologie ni de sa navigabilité. Les canoéistes regrettent qu’il faille régler la descente des rivières en fonction des lâchers d’eau des barrages (« La Sioule », 1929) pour ne pas se retrouver dans des lits à sec ou dans de la boue, comme c’est le cas lors de la descente du Fier (« Notes sur le Fier », 1937) :

Nous recommandons aux camarades que cette croisière tenterait, de calculer leurs étapes de façon à faire le portage du Barrage de Vallières dans la matinée ou au début de l’après-midi. Dans la soirée l’usine donne à plein rendement et le niveau du lac de retenue baisse assez rapidement, découvrant une berge boueuse absolument impraticable. Nous atteignîmes le barrage vers six heures du soir et nous trouvâmes une différence de trois mètres avec le niveau normal. Le portage qui fut de ce fait d’une difficulté invraisemblable, ne put se faire qu’après avoir dégagé un escalier dont les marches disparaissaient sous 50 centimètres de boue noirâtre et nauséabonde.

21Mais, plus encore que les transformations liées au modernisme, c’est la disparition des activités traditionnelles des bords de rivière qui frappe le canoéiste. Les moulins, les lavoirs sont peu à peu abandonnés au fur et à mesure que les barrages industriels se mettent en place. C’est toute une façon de vivre au contact de la nature qui disparaît. Le petit peuple des rivières anime de moins en moins les rives et laisse derrière lui des bâtiments abandonnés. À proximité des grandes villes, les usines qui, avant la guerre, étaient synonymes de progrès, de modernisation, marquent, dès 1919, la fin d’une époque. Les canoéistes, après les avoir célébrées, se les représentent comme des carcasses menaçantes (« Au fil de l’eau », 1919) dont les fumées et déchets sont nauséabonds (« Carnet du canoéiste, Les rivières de Sologne », 1921).

22Ainsi, dans l’immédiat après-guerre, les membres du CC prennent conscience des transformations liées à la modernisation et à l’industrialisation, notamment en ce qui concerne la pollution des eaux qui risque de corrompre leur terrain de jeu. Ils identifient les portions de rivière qui sont souillées. Les pollutions en aval des villes sont notées comme c’est le cas à Chôlet (« Carnet du canoéiste, La Moine », 1933) ou au Puy-en-Velay (« Carnet du canoéiste, La Loire », 1936) qui infecte la Borne dont les eaux servent d’égout à la ville. Les rejets industriels participent aussi à cette pollution. Les papeteries (« Carnet du canoéiste, L’Aa », 1936), qui utilisent le kaolin, argile blanche, pour blanchir certains papiers, et les usines de sucre et d’alcool (« Pour la santé des rivières », 1925), dégradent, par leurs rejets, la qualité de l’eau.

23La prise de conscience de la pollution et de la nécessaire conservation de la propreté des rivières est renforcée par l’image que les étrangers, notamment anglais, nous renvoient de notre pays. Ils considèrent le manque de confort des infrastructures touristiques françaises et leur aspect primitif et insalubre. Alors que « les grands voyages prennent une part importante de la vie moderne » (« The touring camping coach », 1937), l’environnement que la France offre doit répondre aux exigences des mœurs, du rapport à la nature et à la culture des autres peuples. Il en va de l’attractivité touristique du pays.

24Cette sensibilisation à la préservation de l’environnement et sa mise en œuvre apparaît, chez les canoéistes, dès 1922 alors que le camping se développe. Plusieurs articles du Bulletin du CC donnent des conseils pour conserver un environnement propre (« Le camping », 1922) tout en utilisant le camping comme moyen d’hébergement bon marché. Il est demandé aux campeurs de brûler ou d’enterrer leurs détritus pour conserver la place propre et éviter d’être importuné par les insectes et autres animaux. Quelques années plus tard, le TCF lance une grande campagne contre les papiers gras qui souillent nos campagnes. Cette campagne est initiée dès octobre 1937 par Léon Auscher, vice-président du TCF, et reprise dans les colonnes de la revue en décembre 1937 et février 1938 par Edmond Chaix, le président du TCF. Il met en place un Comité national pour la lutte contre les papiers gras et organise des Assises nationales concernant ce problème en juin 1938.

25Le CC apporte son patronage à cette cause (« Comité national pour la lutte contre les papiers gras », 1938) qui finalement rejoint ses préoccupations environnementales.

26Cependant, l’action de préservation des rivières va au-delà de simples conseils. Dès 1925, le CC lance dans les colonnes du Bulletin un appel à se coaliser pour faire cesser la pollution des rivières (« Pour la santé des rivières », 1925). Il intervient régulièrement sur ce thème, et, en particulier, lors d’une réunion des usagers des rivières (« Réglementation des rivières », 1930), organisée en avril 1930 par le TCF. Il défend la mise en place d’une réglementation pour les cours d’eau et proteste contre la pollution des rivières. Il travaille en étroite collaboration avec le TCF qui, par l’intermédiaire de son Comité d’hygiène général et d’urbanisme, fait des propositions concrètes aux communes rurales pour éviter la pollution des eaux par leurs rejets domestiques.

Conclusion

27De 1904 à 1940, la sensibilisation à la préservation de l’environnement évolue lentement. Avant la Première Guerre mondiale, il s’agit d’explorer les rivières et de rendre compte, au travers des explorations, des transformations apportées par le progrès industriel. Il s’agit avant tout d’aménager les cours d’eau pour les rendre accessibles aux touristes nautiques. À partir de 1919, l’approche est différente. Les membres du CC prennent conscience de la nécessité de préserver l’environnement pour développer le tourisme nautique et participer à l’utopie d’un retour à la nature.

28La transformation du paysage fluvial induit une nouvelle approche de la pratique. Les canaux et basses rivières sont explorés et parcourus régulièrement depuis le début du siècle. Urbanisées, industrialisées, polluées, ces parties de rivières ne répondent plus aux souhaits des canoéistes de se rapprocher de la nature. Ces derniers s’orientent vers un nouveau terrain de jeu qui se situe en amont, vers les hautes rivières. Les canoës canadiens deviennent le moyen le plus sûr pour descendre ces portions parfois difficiles et excentrées. Cette pratique plus aventureuse, plus sportive impose le camping comme moyen alternatif d’hébergement. En étendant le terrain de jeu à l’ensemble du cours d’eau, il devient nécessaire de le préserver pour conserver un accès au désir de nature. Ainsi, les soucis environnementaux des canoéistes, précurseurs en la matière, se centrent sur la préservation de leur terrain de jeu, la rivière, loin de tout calcul écologique ou éthique. Il s’agit avant tout de pouvoir pratiquer dans un environnement préservé pour se donner l’illusion d’un retour à la nature.

Bibliographie

Bibliographie

AN sous-série F/12, Ministère du Commerce : dossiers de proposition pour la Légion d’honneur début xixe siècle - env. 1939.

Archives départementales de Créteil (ADC) : fond 152J.

Ardillier-Carras Françoise, « Les paysages de rivière : une valeur refuge », Revue de géographie de Lyon, 1998, vol. 73, no 4, p. 309-319.

« Assemblée générale », Bulletin du Canoë Club, no 59, janvier 1911.

« Au fil de l’eau », Bulletin du Canoë Club, no 107, octobre 1919.

Backouche Isabelle, « Conclusion », Hypothèses, 1997, no 1, p. 115-120.

Baubérot Arnaud et Bourillon Florence (dir.), Urbaphobie, la détestation de la ville aux xixe et xxe siècles, Pompignac, Bière, 2009, 352 p.

Bertho Lavenir Catherine, La Roue et le Stylo, Paris, Odile Jacob, 1999, 438 p.

Bourdeau Philippe et al., « Les sports de nature comme médiateurs du “pas de deux” ville-montagne. Une habitabilité en devenir ? », Annales de géographie, 2011, vol. 4, no 680, p. 449-460.

Boyer Marc, « Comment étudier le tourisme ? », Ethnologie française, 2002, vol. 32, no 3, p. 393-404.

Bulletin du Canoë Club, no 1, 1906a.

Bulletin du Canoë Club, no 2, avril 1906b.

« Le camping », Bulletin du Canoë Club, no 134, juin juillet 1922.

« Le Canoë Club et la guerre », Bulletin du Canoë Club, no 104, janvier-mars 1915.

« Carnet du canoéiste, La Seine de Paris à Rouen par le chemin des écoliers », Bulletin du Canoë Club, no 27-28, mai-juin 1908.

« Carnet du canoéiste, Quelques rivières du Cotentin », Bulletin du Canoë Club no 49, mars 1910.

« Carnet du canoéiste, Le Loir », Bulletin du Canoë Club, no 55, septembre 1910.

« Carnet du canoéiste, L’Epte », Bulletin du Canoë Club, no 61, mars 1911.

« Carnet du canoéiste, Les rivières de Sologne », Bulletin du Canoë Club, no 120, avril 1921.

« Carnet du canoéiste, L’Ardèche », Bulletin du Canoë Club, no 127, novembre 1921.

« Carnet du canoéiste, La Moine », Bulletin du Canoë Club, no 253, juillet 1933.

« Carnet du canoéiste, L’Hérault », Bulletin du Canoë Club, no 275, mars 1935.

« Carnet du canoéiste, L’Aa », Bulletin du Canoë Club, no 279, février 1936.

« Carnet du canoéiste, La Loire », Bulletin du Canoë Club, no 280, mars 1936.

Clary Daniel, « Tourisme et aménagement régional », Annales de Géographie, 1976, vol. 85, no 468, p. 129-154.

« Comité national pour la lutte contre les papiers gras », Bulletin du Canoë Club, no 303, juin 1938.

« Comment camper vite et bien », Bulletin du Canoë Club, no 168, mai 1925.

Corbin Alain, L’Avènement des loisirs 1850-1960, Paris, Flammarion, 1995, 412 p.

Delahaye Emmanuelle, « Les impacts physiques et sociétaux de l’aménagement et des grands travaux sur un espace fluvial : le cas de la basse Durance », Géocarrefour, 2000, vol. 75, no 4, p. 275-282.

Delaive Frédéric, « De la promenade en bateau au canotage, à Paris et ses environs (xviiie-xixe siècles) », Hypothèses, 1997, no 1, p. 89-96.

Desprez Ernest, « Les grisettes à Paris », in Paris ou Le livre des cent-et-un, Paris, Ladvocat, 1832, p. 211-235.

Dupuis-Tate Marie-France, « Le paysage fluvial des paysagistes d’aménagement », Revue de géographie de Lyon, 1998, vol. 73, no 4, p. 285-292.

« En canoë au pays des cigales », Bulletin du Canoë Club, no 117, janvier 1921.

« En canoë sur l’Ain », Bulletin du Canoë Club, no 133, mai 1922.

Frioux Stéphane, « Fléau, ressource, exutoire : visions et usages des rivières urbaines (xviiie-xxie siècles) », Géocarrefour [en ligne], 2010, vol. 85, no 3, p. 188-192.

Gastinel Adrien, Les Égouts de Paris : étude d’hygiène urbaine, Paris, Jouve, 1894, 101 p.

Gauché Évelyne, « Le désenclavement des territoires ruraux marginalisés du Nord du Maroc : les conséquences de la nouvelle route côtière méditerranéenne dans le Rif oriental (territoire des Beni Saïd) », Norois [en ligne], 2010, no 214, p. 67-84.

Gérôme Noëlle, « Une emprise industrielle hégémonique : le SNECMA », in Fourcaut A. (dir.), La Ville divisée. Les ségrégations urbaines en question. France, xviiie-xxe siècles, Grâne, Créaphis, 1996, p. 122-135.

Guillerme André, « Le testament de la Seine », Revue de Géographie de Lyon, 1990, vol. 65, no 4, p. 240-250.

Hajek Serena, Histoire culturelle d’une société nautique : le Canoë Kayak Club de France 1904-2004, Thèse de 3e cycle, Université Paris V, 2007.

Kunz Andreas, « Voies navigables et développement économique », Histoire, économie et société, 1992, vol. 11, no 1, p. 13-17.

Lacassagne Alexandre, L’Hygiène à Lyon : comptes-rendus des travaux du conseil d’hygiène publique et de salubrité du département du Rhône, Masson, 1891, 486 p.

Larique Bertrand, L’Économie du tourisme en France des années 1890 à la veille de la Seconde Guerre mondiale : organisation et développement d’un secteur socio-économique, Thèse de doctorat d’histoire, Université Bordeaux 3, 2006.

Le Roux Thomas, « Une rivière industrielle avant l’industrialisation : la Bièvre et le fardeau de la prédestination, 1670-1830 », Géocarrefour [en ligne], 2010, vol. 85, no 3, p. 193-207.

Le Sueur Bernard, « La voie d’eau, une machine hydraulique », Annales de Géographie, 1997, vol. 106, no 593-594, p. 195-204.

Levet-Labry Éric, « Aménager les rivières et réduire les risques pour développer le tourisme nautique en France (1904-1924) », VertigO – La revue électronique en sciences de l’environnement [en ligne], décembre 2011, hors-série 10. Disponible sur : http://vertigo.revues.org/11396.Consulté en septembre 2013.

Naviner Brigitte, « La découverte de la Provence par le Touring-Club de France », in Tissot Laurent (dir.) L’Attrait d’ailleurs, images, usages et espaces du voyage à l’époque contemporaine, Paris, Éd. du CTHS, 2010, p. 49-60.

« Notes sur le Fier », Bulletin du Canoë Club, no 295, septembre octobre 1937.

« L’Orne mutilé », Bulletin du Canoë Club, no 155, avril 1924.

« Pour la santé des rivières », Bulletin du Canoë Club, no 169, juin 1925.

Pupion Pierre Charles, « Tourisme durable et valorisation de l’environnement du littoral aquitain : diversité et stratégies des acteurs », Revue Management & Avenir, 2010, no 34, p. 289-305.

« Réglementation des rivières », Bulletin du Canoë Club, no 218, avril 1930.

Revue du TCF, no 515, octobre 1937.

Revue du TCF, no 517, décembre 1937.

Revue du TCF, no 519, février 1938.

Rode Sylvain, « De l’aménagement au ménagement des cours d’eau : le bassin de la Loire, miroir de l’évolution des rapports entre aménagement fluvial et environnement », Cybergeo – European Jounral of Geography [en ligne], 2010. Disponible sur : http://cybergeo.revues.org/23253.Consulté en septembre 2013.

« La Sioule », Bulletin du Canoë Club, no 206, mars 1929.

Sirost Olivier, « Du champêtre au plein air. Les débuts du camping en France », in Baubérot A. et Bourillon Fl. (dir.), Urbaphobie, la détestation de la ville aux xixe et xxe siècles, Pompignac, Bière, 2009, p. 211-226.

« La Somme canalisée », Revue de la Ligue Maritime, juillet 1907, p. 80-81.

« The touring camping coach », Bulletin du Canoë Club no 296, novembre 1937.

Ultsch Justine, « Les temporalités de l’interface ville-rivière à travers le cas de Saint-Étienne et du Furan », Géocarrefour [en ligne], 2010, vol. 85, no 3, p. 209-219.

Valette Philippe et Carozza Jean-Michel, « Mise en œuvre d’une démarche géohistorique pour la connaissance de l’évolution des paysages fluviaux : l’exemple de la moyenne vallée de la Garonne », Géocarrefour [en ligne], 2010, vol. 85, no 1, p. 17-27.

Notes

1 Nous utiliserons l’abréviation CC pour désigner le Canoë Club.

2 Archives départementales de Créteil (ADC) : fond 152J.

3 Jeune fille aux mœurs légères, ouvrière, généralement entretenue par un homme d’âge mûr (Desprez, 1832).

4 AN sous-série F/12, ministère du Commerce : dossiers de proposition pour la Légion d’honneur début xixe siècle - env. 1939.

5 Charles de Freycinet, ministre des Travaux Publics de 1877 à 1979, lance une loi programme de modernisation des voies fluviales en 1879. Elles devront pouvoir recevoir des péniches de 38,5 mètres de long et de 5,05 mètres de large, appelé gabarit Freycinet.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Permis de navigation, Croisière sur la Loire, 1911
Légende Source : ADC 152J24.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3463/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Figure 2. Construction de l’usine hydroélectrique de Beaumont Monteux, 1920
Légende Source : Canoë Club de France, ADC 152J26.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3463/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 223k

Auteur

Maître de conférences, Université Paris-Est, Analyse Comparée des Pouvoirs (ACP) (EA 3350).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540