Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Deuxième partie. Des lieux, des sites, des équipements et des aménagements

Introduction

Texte intégral

1Les lieux, les sites de pratique, évoqués en relation avec la problématique de la « nature » et la question d’un développement des espaces à transmettre aux générations futures, mettent en évidence plusieurs cycles d’évolution. Les huit contributions qui suivent sont comme autant de bilans contextualisés et/ou théoriques. Lieux et sites naturels en viennent parfois à être dénaturés à cause d’une surfréquentation locale ou d’une intervention humaine préjudiciable par son impact. La mise en valeur d’un site naturel d’exception jugé sous-exploité peut conduire à des catastrophes environnementales. Les opérations de réhabilitation et la reconquête sportive de pleine nature d’espaces industriels disparus ne sont jamais simples ou faciles à mettre en œuvre… Des phénomènes de basculement, de reconversion s’observent, les uns dommageables à la nature, les autres bénéfiques. Telle est la marque concrète de l’inventivité de l’homme, avec ses ambivalences.

2La découverte et l’aménagement touristique des rivières font partie des missions que le Canoë Club (C.C.) s’est assignées, dès sa création en 1904. Cette « mise en navigation touristique » s’opère en liaison avec le Touring Club de France. Éric Levet-Labry examine ce souci environnemental visant à la mise en valeur des rivières qui va préoccuper les sociétaires du C.C. jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. On retrouve des moteurs psychologiques identifiés dans les autres études relatives à ce sport : « régénération au contact de la nature », « urbanophobie », désir de contact avec « un monde rural » bientôt affecté par la modernisation, etc. L’auteur constate qu’au début de la période considérée, le processus de modernisation (installation d’usines, essor du tourisme, etc.) semblait compatible avec la préservation des sites naturels. L’inventaire méthodique des rivières, les repérages préalables s’accompagnent d’opérations d’entretien et d’aménagement des rives. La fonctionnalité des rivières (et des fleuves), engagée depuis le début du xixe siècle, tend à se transformer. Les nouvelles industries, polluantes, le contrôle des eaux provoquant une « artificialisation de la rivière », marquent la mutation de la rivière cantonnée alors dans « un rôle d’égout ». Initialement, « c’est dans cette relation ambiguë avec le monde moderne que se situe la participation du C. C. à l’aménagement des rivières », souligne l’auteur. Après les désastres de la Grande Guerre, dès 1919, l’activité industrielle, les barrages hydroélectriques sonnent le glas d’un certain type de société, et de son « petit peuple des rivières ». Les moulins, les lavoirs sont abandonnés. Les étrangers, notamment les Anglais, ironisent sur l’état touristique de la France qu’ils jugent très en retard, en particulier pour les conditions d’hébergement offertes… Bientôt les canoéistes vont investir les « hautes rivières » pour renouer avec l’illusion d’un authentique « retour à la nature » et d’une pratique sportive bénéficiant d’un « environnement préservé ».

3Avec l’étude livrée par Olivier Bessy et Jean-Christophe Coulom, on change résolument d’époque. Les auteurs étudient le cas du Stade d’eaux vives de Pau-Pyrénées, un « équipement intercommunal construit ex nihilo en 2008 » sur le territoire d’une communauté d’agglomération. Auparavant, l’étude esquisse un bilan sur la sociologie des loisirs sportifs de nature laquelle se double, ces dernières années, de « travaux socio-économiques et socio-politiques » intégrant la problématique du « développement durable ». Le pilotage des équipements sportifs fait apparaître trois tendances : un pilotage par l’offre, par la demande ou par le(s) territoire(s). Il semble que l’étude de cas proposée (l’infrastructure paloise) soit passée par les trois approches successivement tout en intégrant trois étapes « dans la prise en compte progressive du développement durable » par et pour cet équipement, depuis la conception suivie de la réalisation du « parcours d’eaux vives » (2000-2007) jusqu’à la réalisation définitive de l’ensemble. Dans un premier temps, il faut composer avec l’existence d’un espace sensible au bord du gave, « une zone classée Natura 2000 ». Par la suite, il s’agit de replacer cet équipement sportif au sein d’un vaste projet urbain dit « de la Porte des Gaves » (2008-2010), afin de redynamiser le cœur de l’agglomération tout en donnant « la priorité aux exigences environnementales » (requalification d’une friche industrielle, espaces verts, éco-quartier…). Enfin, dans les années 2010-2012, le Stade d’eaux vives de Pau-Pyrénées est intégré dans le nouveau projet d’aménagement « Parc Naturel Urbain » (350 ha), destiné à structurer durablement un territoire couvrant huit communes, tout le long du gave, à l’échelle de l’agglomération. Si ce programme ambitieux a permis d’expérimenter une réelle gouvernance urbaine, les auteurs s’interrogent cependant sur la « pertinence d’un tel équipement pour demain » dans un contexte de stagnation économique elle-même durable. En outre, ils notent que le « développement durable », en l’occurrence, reste « un objet complexe et ambivalent » pour la plupart des acteurs en présence.

4Revenons quelques décennies en arrière. L’équipement sportif de la ville, dans ses trois composantes : le stade, le gymnase, la piscine, est devenu tôt dans l’histoire du pays un marqueur identitaire fort et un signe du dynamisme municipal. La ville de Bordeaux compte au nombre de ces cités acquises au « geste architectural ». Vincent Mourgues montre comment de telles réalisations, caractérisées par des dépassements de coût, engagent la chaîne des générations de maires… Faisant suite au Stade municipal et Parc des sports, livrés du temps d’Adrien Marquet, le rôle de Jacques Chaban-Delmas se limitera plus tard au registre « adaptation, réaménagement et agrandissement » du même stade. Jusque-là, la question environnementale se cantonne à « la gestion des déchets, l’utilisation des eaux de pluie et l’accessibilité en transports en commun ». Avec son successeur, Alain Juppé, sensibilisé aux récentes problématiques du développement durable, il s’agit de construire un nouveau stade, dans le secteur de Bordeaux-Lac, en perspective de l’Euro 2016. Le processus décisionnel est jalonné de débats houleux, en séances du conseil municipal, à l’occasion desquelles les représentants des Verts et de la gauche affirment leur opposition au projet.

5La transition est toute trouvée avec la contribution de François-Emmanuel Vigneau. Ce dernier aborde la question suivante : « Espaces sportifs et développement durable » sous l’angle de l’architecture et de l’environnement local au travers du prisme générationnel. « Générations passées et oubliées, génération future sacrifiée ? » Loin de céder au pessimisme, l’auteur formule deux hypothèses fécondes. « La réappropriation de savoirs et savoir-faire des générations passées en matière d’architecture vernaculaire » doit être développée. Par ailleurs, « une analyse novatrice des rapports entre sport et espace » doit permettre de renouveler en profondeur, et en l’enrichissant, « la conception des équipements sportifs, en cohérence avec les objectifs du développement durable ». L’auteur s’interroge également sur la montée en puissance des « nouveaux experts ès développement durable », souvent autoproclamés, qui opèrent parfois au détriment de la connaissance précise des usages sportifs. Le premier axe d’investigation a été largement exploré par Fr.-E. Vigneau dans différentes publications. L’expérience des générations passées, alliant sens de l’observation et « bon sens », a permis de concevoir, à moindre coût, des bâtiments « bio-climatiques » avant l’heure : « localiser en tenant compte du régime des vents », « implanter en exploitant la topographie », jouer sur la compacité d’un bâtiment pour limiter la déperdition thermique, jouer sur son orientation afin de profiter des apports thermiques « gratuits » du soleil, etc., sans oublier les matériaux locaux utilisés. Quant à l’autre piste explorée par l’auteur, il s’agit de développer de nouvelles méthodes « pour satisfaire les besoins des générations futures ». L’adaptation de l’offre à la demande, dans le souci de « concilier diversité, fonctionnalité et qualité environnementale », au niveau des aménagements sportifs, suppose une maîtrise des coûts incluant « leurs consommations d’espace, d’énergie, d’eau ».

6Serena Hajek et Richard Huitelec ont croisé deux spécialités disciplinaires : le droit à l’environnement et la science sociale appliquée au sport, pour examiner l’équipement du quartier sportif solaire de Bras-Panon, à l’Île de la Réunion. Ce projet local s’inscrit dans un contexte général d’intégration de la problématique énergétique en faveur d’une meilleure protection de l’environnement. La rénovation d’un complexe sportif local a mobilisé les élus qui ont été sensibles aux économies d’énergie et aux retombées en termes d’image pour la commune. Les professionnels du secteur sont parvenus à faire passer l’information en matière de développement durable. En revanche les deux chercheurs ont constaté la quasi-absence « des acteurs du monde sportif ». Il a manqué un véritable « travail d’information » au cours de la réalisation du programme, peut-on lire dans les perspectives qui sont formulées à l’issue du travail d’enquête. Pour autant, ce constat de la faible mobilisation des acteurs sportifs locaux est sans doute à mettre aussi en rapport avec ce que les problématiques de l’environnement et du développement durable peuvent avoir de technique et d’abstrait au regard de ce qu’est le quotidien des sportifs et des sportives, dirigeants d’associations ou simples pratiquants.

7Guillaume Penel a examiné les enjeux et la mise en pratique d’une mutation territoriale indispensable dans l’ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Les stigmates environnementaux, au terme de plus de deux cents ans d’industrialisation minière (4 500 hectares de friches liées à cette activité et pas moins de 210 terrils qui coupent l’horizon…), sont autant d’espaces sinistrés à reconquérir. Le développement touristique, la promotion des activités de pleine nature sont des opportunités à saisir, à condition de contrôler la conversion des friches « subies » en friches « opportunité ». L’auteur montre comme ces effets d’aubaine révèlent peu à peu toute leur potentialité en s’appuyant sur un travail concerté, à l’échelle de la proximité. Reconstitutives d’identité collective et de nouveaux territoires d’activité, ces pratiques concertées questionnent les frontières entre « politiques sectorielles » et « nouveaux modes d’action publique ». Pour autant, dans le contexte économique ambiant, l’auteur ne cache pas que ces innovations, pour décisives qu’elles soient dans le contexte étudié, et d’autres potentialités liées aux activités sportives de pleine nature n’en sont pas moins fragiles. Elles dépendent de l’attractivité de ces nouveaux territoires et de la solvabilité des publics et pratiquants qui les fréquentent.

8C’est sous l’angle de la sociologie et de la science politique que Ludovic Falaix appréhende la « régénération du référentiel d’une politique publique en faveur des sports de nature ». Au plan de l’État, les sports de nature s’imposent sur l’ensemble du territoire national et vont être considérés comme un atout, « une composante essentielle des politiques publiques d’aménagement et de développement des territoires ». Le rapport présenté en 2002 par le CNAPS insiste sur ces aspects, de même que le ministère et le CNOSF à l’issue des États généraux du Sport (2003). Cependant, la mise en œuvre concrète des programmes de développement est du ressort des collectivités territoriales. La loi Buffet (juillet 2000) confie aux Départements la mise en place d’une Commission pour l’élaboration d’un Plan départemental des espaces, sites et itinéraires relatifs aux sports de nature. L’auteur étudie cette opération au niveau du Conseil général des Landes. Elle débute en 2005. Plusieurs chantiers et initiatives voient le jour : PDESI, PDIPR, schéma départemental du tourisme et du thermalisme, promotion de la filière surf, mais également soutien à des manifestations spécifiques comme le « Raid XL » (« un raid nature et d’aventure pour tous » (dès 2010) ou le Printemps des Landes, qui fait la part belle aux sports de nature. L. Falaix en tire une conclusion forte : le département des Landes a su exploiter les sports de nature comme « une véritable ressource territoriale » dont le dessein politique « dépasse largement le cadre cognitif et normatif assigné par l’État ». Aux générations d’acteurs locaux de saisir cette opportunité pour donner du sens aux territoires de proximité et une cohérence à l’échelle d’un département.

9Avec l’étude de Virginie Rippinger, tirée d’une récente thèse de géographie soutenue à l’ENS de Lyon, on découvre une facette de la Grande-Bretagne, « pays précurseur en Europe dans l’intérêt qu’elle accorde aux fonctions et aux demandes relatives aux espaces forestiers ». L’étude se limite ici au « Seven Stanes » (Écosse), un ensemble géographique, un territoire d’action dédié à la pratique sportive du vélo. Le Seven Stanes est un exemple d’approche territoriale appliquée. Le développement économique, initialement soutenu grâce à une aide des fonds européens d’aide (Feder), tient en partie à l’attractivité d’un territoire assez exceptionnel. Une quarantaine de structures publiques ou privées a été réunie autour du projet d’aménagement des pistes de VTT (aujourd’hui plus de 400 kilomètres). L’aménagement des sites a permis d’améliorer les conditions d’accueil des usagers et visiteurs. L’auteur montre enfin l’importance de la fréquentation des forêts, qui bénéficie d’un soutien national outre-Manche, puisque des études scientifiques confirment l’évolution du bien-être et de la santé en lien avec la pratique d’activités de loisir en site forestier. Un chapitre important du développement durable est en train de s’écrire dans cette contrée de l’Écosse.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540