Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Première partie. Des acteurs, des figures et des générations successives

Approche historique et culturelle du partage du territoire et des conflits d’usage : l’exemple du vélo tout-terrain de 1970 à 1990, de part et d’autre de l’Atlantique

Frédéric Savre

Texte intégral

1La question du partage du territoire relève d’un point de vue général de la relation entre les sportifs et les autres usagers de la nature mais aussi entre les pratiquants des sports de pleine nature entre eux (Jacob, Schreyer, 1980, p. 368-380). Cette problématique peut se décliner dans le temps (approche générationnelle et/ou historique) mais aussi dans l’espace, par exemple dans deux pays aux configurations géographiques et culturelles différentes. Dans ce cadre, l’étude comparative de l’impact de l’arrivée d’un sport nouveau tel le mountain bike aux États-Unis et en France (vélo tout-terrain ou VTT) permet d’interroger la notion d’aménagement sportif et de développement durable sous un nouvel angle, celui d’une approche historique et culturelle du territoire et des conflits d’usage.

2Comment la naissance d’un nouveau sport de pleine nature modifie-t-elle les rapports entre les acteurs sur un territoire ? Quelles réponses sont apportées aux États-Unis et en France lors de l’émergence du VTT et des premiers conflits d’usage consécutifs ? Les approches et solutions diffèrent-elles selon les contextes géographiques et culturels ?

3L’éclosion du mountain bike aux États-Unis permet dans un premier temps d’appréhender l’impact (Wilson, Seney, 1994, p. 77-88) de l’arrivée des nouveaux sports sur un espace naturel déjà utilisé par d’autres acteurs. La diffusion progressive du VTT en France à partir 1983 sur un territoire déjà historiquement sillonné tant sur le plan du pastoralisme que sportif modifie en partie les rapports à la nature mais aussi à autrui. Dans une démarche comparative, les perspectives et les conséquences concrètes en termes de conflit d’usage de l’arrivée de ce sport sur deux pays permettront de conclure sur les solutions, les permanences et les ruptures sur ce sujet de part et d’autre de l’Atlantique.

Les premières pratiques pionnières du mountain bike aux États-Unis : le temps de la liberté (1976-1983)

De l’insouciance à la prise de conscience

4De 1970 à 1976, les premières pratiques pionnières identifiées du mountain bike émergent en Californie ; puis de 1976 à 1983, la diffusion massive de ce sport sur le territoire de l’Amérique du Nord entraîne l’émergence des premiers conflits d’usage (Savre, Saint-Martin, Terret, 2010, p. 1942-1967).

  • 1 Entretien avec Steeve Graventies, 2005 : « Quand on a commencé à rouler tous les chemins était lég (...)
  • 2 Entretien avec Joe Breeze, 2005. « En 1979, les singletracks ont été officiellement interdits aux (...)

5Dès le début des années 1980, la question de la cohabitation entre les divers usagers des chemins et les pratiquants de mountain bike se pose rapidement sur le terrain mais aussi sur le plan législatif. Avant cette période, la pratique se fait sans véritable restriction1. A posteriori, le sentiment des pionniers du mountain bike reste de ne pas avoir eu le temps de s’organiser face aux différents opposants, en particulier le Sierra Club, lobby influant en Californie qui fait reconnaître immédiatement le mountain bike comme engin mécanique, lui interdisant ainsi rapidement l’accès à bon nombre de territoires et de chemins. Dépassés par le succès de ce nouveau mode de déplacement dans les collines de Marin County, les pionniers californiens n’anticipent pas ce type de problème, la nature étant au départ pour eux un grand terrain de jeu2.

6L’une des raisons de la création du premier magazine de VTT (Fat Tire Flyer) en août 1980 demeure la protection de la pratique. De même, la création du Marin County Wilderness Wheelers ; l’association a pour objet premier de défendre des zones d’accès en se confrontant aux organisations tels les Local Parks et Water District qui s’opposent déjà au mountain bike (« Editorial », 1980, p. 1). Deux problèmes bientôt majeurs émergent donc rapidement : la cohabitation du mountain bike avec les autres pratiques de pleine nature et la détérioration de certains chemins par le passage parfois agressif des pneus crantés.

  • 3 Par contre après cette date (début de l’ère de la production industrielle sur le territoire améric (...)

7Concernant les obstacles à la pratique et la perception par le public de ces nouveaux cyclistes, on trouve, presque logiquement, très peu de documents antérieurs à 1982. Le nombre de pratiquants rapporté à l’espace disponible est faible, les conflits peu nombreux3. Le comportement des pionniers reste à ce sujet difficile à cerner ou tout au moins ambigu. Joe Breeze, concepteur du premier cadre spécifique en 1977, indique qu’il était courtois alors que dans le même temps Gary Fisher, autre illustre pionnier, avoue certains comportements : « Je regrette les conflits. Nous étions un peu fous. » (Entretien avec Gary Fisher, 2006.) Les principaux protagonistes sur le plan des utilisateurs se retrouvent au niveau des riverains, des marcheurs défendus par le Sierra Club, des cavaliers et des « nouveaux arrivants » sur ces espaces, les mountain bikers, représentés par le Bicycle Trail Council et la Marin County Velodrome Association. Concernant les institutions gestionnaires des différents sites utilisés, on retiendra principalement le Marin Municipal Water District (MMWD), le Golden Gate National Recreation Area (GGNRA), le California State Park et Marin County Open Space District. La législation change selon les territoires, les Comtés ou les États avec des logiques de protection de l’environnement différentes selon les cas.

La presse locale et nationale relaie les conflits en cours

8Un inventaire des titres durant cette période permet de retracer l’état d’esprit concernant la perception de cette nouvelle activité. Dana Krohn décrit la situation avec l’engouement nouveau pour cette nouvelle pratique et pose le problème : « Pour les vététistes la question n’est pas seulement de savoir où pratiquer, mais aussi, comment rouler. » (« Rules of the off roads », 1982) Malgré l’espace naturel considérable de Marin County situé au nord de San Francisco, la question des modalités, des modes de pratique et des relations entre les usagers des chemins semble rapidement posée et restera un sujet de controverses et de débats durant les années suivantes. Un an plus tard, la polémique pointe effectivement au grand jour dans la presse :

Les vélos à gros pneus, lourds et encombrants, que nous utilisions difficilement lorsque nous étions enfants ont vraiment changé depuis quelques années. Les nouveaux vélos vont maintenant dans des zones où seuls se rendaient auparavant les marcheurs. Les responsables du territoire interpellés d’un côté par les mountain bikers en nombre croissant d’un côté et de l’autre par les marcheurs et les cavaliers qui s’opposent, préparent des règles pour l’usage du vélo. […] Appelé le centre du monde pour la technologie de ces nouveaux vélos, Marin est aussi le point de départ de changements dans l’utilisation du territoire. […] Les States Park ont été créés pour profiter de la nature et non pour se divertir. (Ryan, 1984)

9Sont abordés ensuite les problèmes du comportement de certains pratiquants, de l’érosion, des différentes juridictions selon les territoires et de la sécurité (personnes âgées, enfants, chevaux).

10De nombreux autres articles confirment les relations parfois conflictuelles entre les protagonistes. Les titres sont évocateurs et le contenu des articles tout autant :

Marcheurs, vététistes et cavaliers partagent à Marin County le même amour de la nature sauvage […] Mais les gens de Marin sont aussi individualistes […] Cette multiplication d’usagers durant ces deux dernières années a donné lieu à bon nombre de conflits concernant le droit d’utiliser et de passer sur les chemins et les routes forestières. (« Mountain-bikes, hikers and horse people work out solutions », 1984)

  • 4 Cette course est la première course organisée dans le monde du VTT en novembre 1976.

11Cette période de conflits d’usages qui surviennent rapidement pour une discipline encore peu structurée marque une prise de conscience un peu tardive chez les pratiquants. La première perception de cette activité pour le grand public reste la notion de vitesse, de prise de risques via notamment la descente comme la fameuse Repack Race4 (arrêtée pour des raisons de sécurité en 1983). Les régions montagneuses et de grands espaces tels le Colorado et l’Utah semblent alors se destiner à être les endroits privilégiés pour le développement de ce sport aux États-Unis.

Vers la sauvegarde de l’accès à la pratique (1983-1990)

La création de la National Off Road Bicycle Association (NORBA)

  • 5 Le mountain bike est considéré comme un engin mécanique par ses détracteurs et comme un engin à pr (...)
  • 6 Fat Tire Flyer, 1984, p. 4. « Back in the good old days, when the number of off-riders could be co (...)
  • 7 Ces interdictions de plus en plus nombreuses sont mises en place par certaines municipalités, « Wa (...)

12Avec l’augmentation exponentielle de la pratique compétitive et de loisir, et le flou réglementaire5 qui l’entoure, les enjeux ne sont donc plus seulement locaux mais atteignent maintenant l’échelle du territoire américain6. Quelles sont les zones naturelles ou les chemins autorisés à la pratique du mountain bike ? Les interdictions7 et les conflits de plus en plus fréquents vont-ils mettre un terme à une pratique en plein essor et lucrative pour certaines zones montagneuses (Fix, Loomis, 1997, p. 342-352) ?

  • 8 La page 4 du Wilderness Act de 1964 (PL88-577) stipule précisement « prohibits the use of motor ve (...)
  • 9 Fat Tire Flyer, 1984, p. 5. Le responsable du magasin de vélo de Point Reyes écrit : « Ceci est un (...)

13Dès 1983, United States Forest Service (USFS) commence à interdire les vélos dans les Wilderness Area près de Crested Butte au Colorado. Dans le Montana, par exemple, un pratiquant est arrêté alors qu’il roule en pleine nature sur une route forestière (Fat Tire Flyer, 1983, p. 18). Le sportif indique qu’il a vu un panneau indiquant « No motorcycle or motorized vehicule » et qu’il s’est engagé en toute bonne foi. Le ranger lui répond que bien que la pancarte ne spécifie pas « bicycles8 », il ne peut s’engager. Il se confirme que l’interprétation de cette loi peut conduire à des interdictions. Assez rapidement, le Department of Interior informe tous les parcs nationaux sur le statut des vélos dans les zones sauvages. Il est décidé d’inclure les vélos dans les formes d’engins mécaniques qui sont interdits dans ces espaces. En réaction, la communauté des pratiquants décide de réagir alors que des activités telles que le ski et le canoë restent autorisées dans ces zones9. Concernant la question et l’argument des dommages causés par les chevaux par rapport aux vélos, les défenseurs du mountain bike à l’instar de Fat Tire Flyer restent conscients que l’espoir est nul de voir l’animal banni compte tenu de son côté symbolique dans la culture de l’Ouest américain : « Les chevaux qui font aussi des dommages sont une tradition dans l’Ouest et jamais on ne sera capable de les évincer. » (Fat Tire Flyer, 1984, p. 13.)

  • 10 Début septembre 1984, « Point Reyes National Seashore » a annoncé que tous les chemins des zones s (...)
  • 11 Copie de la lettre dans Fat Tire Flyer, 1984, p. 17.

14Durant la « Fat Tire Week » organisée au Colorado, à Crested Butte, en septembre 1984, un symposium a même lieu sur le sujet entre les membres des parcs naturels et les représentants de la NORBA afin de débattre du problème, sans résultats immédiats. Dans ce contexte de dialogue mais de fermeté10, le 29 septembre, munis de mille deux cents signatures, cinquante mountain bikers se rendent à la réunion de la National seashore citizens advisory committee (NSCAC) et confirment qu’il serait discriminant de ne pas inclure le vélo dans la catégorie human powered alors que le ski, le raft, le canoë, les kayaks y sont admis. La commission, NSCAC réagit favorablement et décide unanimement d’envoyer une lettre11 au directeur du « National Park Service ».

  • 12 Fat Tire Flyer, 1984, p. 8. « While riding on public lands remember that others are using the are f (...)
  • 13 Fat Tire Flyer, 1984, p. 4. « The wilderness is a shared activity. The future of off-road cycling (...)

15En complément des premières actions menées à ce sujet par la NORBA, le magazine Fat Tire Flyer continue dans ses colonnes à sensibiliser son lectorat sur cette question de l’accès au territoire en rappelant les règles de bonne conduite à tenir12. Dans un éditorial, Richard Cunningham, patron de la marque Mantis, rappelle la nécessité de se comporter correctement pour préserver l’activité13.

  • 14 Fat Tire Flyer, 1984, p. 5. Odell indique qu’il a arrêté la course pour éviter plus de dommages.
  • 15 Effectivement, avec des pneus plus larges et des freinages plus agressifs et marqués qui peuvent a (...)

16Durant l’automne 1983, Glenn Odell, le président de la jeune NORBA, interrompt même le premier championnat des États-Unis de mountain bike pour des raisons écologiques, indiquant par ce geste aux autorités sa sensibilité sur le sujet14. En 1984, une des plus anciennes courses, le Central Coast Clunker Classic, est également annulée au dernier moment parce que le parcours emprunte une zone protégée. Ce sujet implique aussi des conséquences sur la politique à mener au niveau du développement de la descente, valorisée par les médias ; cette pratique plus agressive fournit des arguments aux opposants du mountain bike sur les dangers pour les autres usagers de la nature et sur l’impact sur l’environnement15. Odell tente de réguler la descente (Fat Tire Flyer, 1986, p. 12) et émet même l’idée d’en organiser uniquement s’il existe un événement moins radical en parallèle. Sur le plan sportif, il prend l’exemple d’une course avec descente et cross-country organisée à Whistler au Canada (Colombie-Britannique) où les organisateurs additionnent les temps des concurrents en pondérant de manière moins importante la descente, de manière à ne pas favoriser les descendeurs.

17En 1986, le National Forest Service rédige dans cette dynamique des directives concernant les chemins à emprunter, marquant ainsi un premier début d’avancée dans le domaine de la reconnaissance du mountain bike. Au mois de décembre 1986, Alan Armstrong crée la Mount Wilson Bicycle Association et commence à travailler sur l’entretien des chemins utilisés par les mountain bikers. Les pratiquants prennent en charge cette problématique et essaient de protéger leur activité ; mais les zones interdites où les panneaux « No bicycle » figurent déjà en grand nombre sur le territoire américain.

  • 16 « Mr Bike », 1987. Cet article explique les conflits d’usages et l’action en cours du « Bicycle Tr (...)

18Le mountain bike, symbole de liberté et d’évasion dans la nature, a perdu en moins de cinq années de nombreuses zones d’évolution (dans les zones péri-urbaines mais aussi dans les zones sauvages), victime de son succès, de son manque de structures représentatives, de son image de sport dangereux (Foote, 1987) et de l’imprudence de certains16. Depuis quelques années, des sociétés locales de défense existent en Californie et essaient localement de défendre la pratique. Pour avoir plus de poids sur le plan national, elles se rassemblent et créent une association nationale tournée vers la défense du mountain bike.

L’International Mountain Bike Association (IMBA) : vers une protection pérenne

  • 17 Salon international du cycle qui se déroule chaque année à Las Vegas.
  • 18 Sigle de l’IMBA.
  • 19 Slogan diffusé aussi par la firme Specialized qui finance en partie l’association.

19Presque dans l’urgence au printemps 1988, le Bicycle Trails Council of Marin, le Bicycle Club of the East Bay, le Sacramento Rough Riders, le Concerned Off-Road, Bicyclists Association de Los Angeles et le Responsible Organized Mountain Pedalers de San Jose, fondent donc l’International Mountain Bike Association (IMBA). L’association prend en charge la partie protection (advocacy), le côté compétition restant à charge de la NORBA. Dès l’automne, les Six Rules of the Trail sont rédigées et diffusées au moyen de panneaux et de brochures en direction des pratiquants et des Land Managers : « Ride on open trail only, Leave no trace, Control your bicycle, Always yield trail, Never scare animals, Plan ahead. » Ces règles, déjà en cours de manière implicite et automatique chez certains pratiquants, permettent de communiquer sur une pratique plus responsable du mountain bike à l’opposé des images de vitesse et de danger qui fleurissent dans les nouveaux magazines. Lors de l’Interbike17 de 1989, la nouvelle association se fait aussi connaître18 au niveau de l’industrie du cycle avec des intérêts communs et un slogan repris à l’unisson : « No trails, No sales19. » Sur ce sujet, l’industrie du cycle réagit rapidement et procure des moyens humains et financiers à l’IMBA, craignant de voir le marché péricliter si les zones d’évolution se réduisent pour les vélos produits. Une lettre diffusée au sein de ce salon du cycle mentionne : « The future of mountain biking will depend on responsible riding, volunteer trailwork by mountain bikers, and political clout. » Ashley Korenblat, présidente des cycles en titane Merlin depuis 1989, Linda Du Priest de Specialized et Tim Blumenthal de Une Magazine rejoignent le bureau exécutif de l’IMBA, lui donnant ainsi une assise économique et médiatique plus importante.

20Alors que le conflit notamment avec le Sierra Club (Feldman, 1988, p. 25-28) reste encore vivace, la création d’une telle structure, soutenue par des pratiquants motivés pour conserver un « terrain de jeu » et des fabricants inquiets de cette menace sur leurs ventes dans un marché alors en pleine expansion, répond à un besoin urgent de défense de l’activité et intervient à point nommé. Une newsletter appelée Land Access Alert est publiée régulièrement par Don Douglas, renforçant ainsi la communication en externe sur la défense et la création d’espaces de pratique en relation avec les autorités locales et nationales concernées par les problèmes environnementaux.

21En 1989, la situation sur ce sujet demeure malgré tout complexe et les conflits ou les sanctions restent parfois très sévères. La pratique du contrôle de vitesse au moyen de radars utilisés pour la première fois sur les pentes du mont Tamalpais (« NMWD official proposes limiting bicyclists on Mt Tam », 1989), terre de naissance du phénomène, témoigne de l’ampleur du conflit. À l’endroit même où il a été inventé, le mountain bike ne peut plus être pratiqué ! Des rangers munis de radars verbalisent les pratiquants qui dépassent la vitesse de 25 miles/heure. Le quotidien national The Wall Street Journal titre même en première page : « A New Menace Lurks in the Wilds : Supersonic Cyclists. » La perception par le public, les médias et les pouvoirs publics du mountain bike reste à ce moment encore diversifiée, voire ambivalente, à savoir une activité de découverte mais aussi une activité de vitesse qui peut être dangereuse.

  • 20 Lorsque ce sujet est abordé dans les entretiens, il ressort toujours l’idée qu’une minorité d’inco (...)

22Le mountain bike paie chèrement les excès et les imprudences initiales d’une minorité de pratiquants, appelés « le club des 1 %, 2 % ou 10 % » dans les entretiens menés sur ce sujet20. Rapidement, les autorités ont pris des décisions qui limitent les zones d’accès. Sur le front de l’organisation des compétitions et de la défense de la pratique (Chavez, Winter, Baas, 1993, p. 29-36), la NORBA, entre autres, tente de limiter ce problème et de sensibiliser les autorités sur les aspects positifs des usages du mountain bike. Avec une politique d’information, d’éducation, de préservation et de construction de chemins ou d’équipements spécifiques (Chavez, 1996, p. 21-35), l’IMBA contribue progressivement à redonner davantage d’espaces d’évolution (Augustin, 1995) aux pratiquants des années 1990.

L’exemple français : une prise en compte rapide des spécificités

Le « conflit de Fontainebleau » en 1989 : la pratique déjà menacée ?

23De 1983 à 1987, contrairement à l’explosion américaine, la pratique reste assez confidentielle avec très peu d’engins disponibles sur le marché européen. Cyclistes, skieurs nordiques, triathlètes, amateurs de sports de montagne s’approprient peu à peu avec enthousiasme ce nouvel engin. Souvent pratiquants d’autres sports de pleine nature (canoë, ski, alpinisme, course à pied), les nouveaux adeptes respectent en général la nature et les autres usagers et peu de conflits voient le jour.

  • 21 Une interdiction est déjà en cours durant cette période dans le Parc national de la Vanoise.
  • 22 Une photo illustre cet article. On peut y voir deux paisibles vététistes et un randonneur sur un m (...)

24Mais à partir de 1988, la montée en puissance du nombre de pratiquants dans les espaces naturels en montagne pour la descente, à la campagne ou dans les forêts publiques pour la randonnée, sans réelle législation spécifique, commence à faire réagir les pouvoirs publics. Presque dix années après les premiers conflits de ce type à Marin County (zone de nature proche d’une grande zone de population), le scénario se reproduit cette fois en France à Fontainebleau, la plus grande forêt proche de Paris21. Début septembre 1989, sans concertation préalable avec les principaux intéressés, le service départemental de l’Office national des forêts (ONF) annonce à la presse locale qu’il est désormais interdit de pratiquer le VTT sur les sentiers de randonnée de Fontainebleau sous peine d’une amende de 450 francs. « La nouvelle est tombée sans crier gare et fait l’effet d’une douche froide22 » dans le monde des pratiquants (« Fontainebleau : des bâtons dans les roues », 1989, p. 31). Cette mesure crée un précédent de taille car l’ONF envisage de généraliser cette politique à toutes les zones de la région parisienne. Une réunion a pourtant eu lieu au printemps précédent en présence de Stéphane Hauvette, président de la Commission nationale de vélo tout terrain (CNVTT), de représentants de la Fédération de la randonnée pédestre, des Amis de la forêt de Fontainebleau et de M. Girard, chef du service départemental de l’ONF. Suite à cette réunion, Hauvette indique que « cette rencontre était amicale, [nous] étions d’accord sur le fait d’interdire les zones très sensibles à l’érosion mais pas les chemins piétonniers et [nous] étions convenus d’organiser une autre réunion pour aborder les problèmes du balisage » (« Fontainebleau : des bâtons dans les roues », 1989, p. 31). Malgré cette entente apparente, le représentant de l’ONF précise que ces propositions engendrent des problèmes insolubles d’information, d’accès et de fléchage. Il affirme que le VTT peut créer deux types de dangers, vis-à-vis des autres usagers et pour le milieu végétal.

  • 23 « Fontainebleau : des bâtons dans les roues », 1989, p. 31 : « M. Girard conclut en expliquant que (...)

25Le même argumentaire développé outre-Atlantique durant la décennie précédente réapparaît ici. L’interdiction se justifie pour des problèmes de sécurité entre usagers mais aussi pour des raisons d’impact sur l’environnement. Le côté agressif ou fun, véhiculé par les quelques médias qui couvrent médiatiquement le VTT, dessert ici les pratiquants car le grand public conserve surtout une représentation de ce sport liée à la vitesse et l’acrobatie. Stéphane Hauvette indique qu’« il faut éviter de faire de la forêt de Fontainebleau un ghetto23 » et l’article se conclut par le souhait d’une mobilisation des 150 000 vététistes passionnés.

Vélo Vert : une presse spécialisée rassembleuse et éducative

26Vélo Vert magazine, dont le premier numéro paraît durant cette période caractérisée à la fois par une croissance rapide du nombre de pratiquants mais aussi par des vides juridiques sur les espaces d’évolution, met en œuvre à ce moment-là une approche plus pragmatique du problème. Son créateur et rédacteur en chef, Didier Coste, rappelle sa manière de traiter ce sujet de l’accès et des conflits ; il se place sur une approche plus éducative du lecteur : « On a essayé de se rapprocher de l’ONF mais cela n’est pas facile. […] On s’est dit plus on en parle, plus on va se faire de mal ! On n’a pas relancé la polémique et finalement peu parlé de l’arrêté qui interdit le VTT sur les chemins inférieurs à 2,50 m » (Entretien avec Didier Coste, 2007). La couverture du premier numéro de cette revue spécialisée (Vélo Vert, 1989) à l’aspect plutôt apaisante (une prairie alpestre, une jument et son poulain et deux VTT, sagement rangés au premier plan) donne la tonalité du magazine. La ligne éditoriale centrée sur la promotion valorise une pratique résolument tournée vers la nature ou l’itinérance, sans exposition excessive des aspects « vitesse et acrobaties » ou autres pratiques agressives qui pourraient nuire au développement en cours de ce sport. Confirmant cette volonté, le journaliste poursuit :

Nous avions un rôle par rapport à tout cela. Sur l’environnement, les relations avec les autres usagers. […] Un savoir-être à mettre en avant comme lorsque nous avons publié la charte du biker (Vélo Vert, 1992) que nous avons créée par nous-mêmes. Après, on a fait le rando book en papier recyclé. […] Transmettre la base line : « Vert : plus qu’une couleur, un état d’esprit. » Je ne voulais pas me cantonner à vendre du papier. On a une responsabilité éducative. […] Faites attention avec votre intégrité physique, aux autres et à la nature ! (Entretien avec Didier Coste, 2007)

  • 24 « Quand aux habitudes, il faut davantage parler d’une évolution des comportements. Le cyclotourism (...)

27Le premier éditorial de Vélo Vert (1989, p. 3) consacré à l’interview du secrétaire d’État chargé de la Jeunesse et des Sports, Roger Bambuck, confirme cette ligne éditoriale illustrée par un titre évocateur : « Il faut avant tout respecter la nature, et respecter les autres24. » Le ministre explique que sur les 2 249 317 kilomètres de chemins (34 912 kilomètres de voies goudronnées), il est possible de découvrir la France. L’ancien champion du 100 mètres poursuit ensuite sur le thème des rapports entre les différents usagers : « Il faut respecter les différents types de randonneurs, à pied ou à cheval. Il doit y avoir une excellente cohabitation entre tous les amoureux de la nature. » (Vélo Vert, 1989). Concernant cette question de l’accès à la pratique, les premières interdictions marquent une transition dans la notion d’espaces accessibles et de cohabitation entre les différents usagers de la nature.

  • 25 On peut citer pour exemples les conflits d’usage entre les kayakistes et les pécheurs, le problème (...)

Les réponses, récurrentes dans beaucoup de pratiques sportives de pleine nature25 (Mounet, 1996, p. 4-20), se situent effectivement dans le respect entre usagers et une réglementation adaptée et appliqué (Guerin, Hozotte, 1993). Pierre Chazaud indique à ce sujet que pour cela il est nécessaire de mieux prendre en compte le positionnement des équipements, de repenser l’aménagement des sites naturels et d’assurer une protection efficace des lieux de pratiques, qui deviennent de plus en plus saturés. Cela suppose notamment d’adapter le montage des produits aux projets de territoire à long terme. (Chazaud, 2004, p. 2)

28Suite à ce premier frein spatial au développement de la pratique de ce sport de pleine nature encore jeune, les institutions et les acteurs concernés s’organisent pour préserver leur pratique tout en respectant l’environnement, la nature et ses usagers. L’année suivante, la création de sites « VTT FFC », impulsés et coordonnés par la Fédération française de cyclisme dès 1990, favorise une structuration et une canalisation de la pratique sur des territoires identifiés.

Conclusion

29Le cas des États-Unis, davantage développé pour des raisons historiques sur cette période de diffusion première du VTT, met en exergue l’essentiel des questions développées par la suite à travers le monde dans les rapports du partage à l’espace pour ce sport. Néanmoins, des particularismes nationaux et culturels apparaissent de part et d’autre de l’Atlantique sur ce sujet. Sur le plan géographique tout d’abord, les grands espaces (Utah-Colorado) symbolisés par les notions de « wild » et d’« outdoor » (Decamp, 1995) deviennent de nouveaux espaces de pratique avec la création et l’aménagement de sentiers spécifiques sous forme de sentiers monotraces spécifiques à la pratique du mountain bike (séparation des pratiques). Médiatiquement, le mountain bike est représenté dans ce pays comme une activité fun et de vitesse. Sur le territoire français, la présence ancestrale du pastoralisme et l’existence puis la restauration de petits chemins séculaires favorise un maillage historiquement conséquent de l’espace de pratique. La culture du « plein air » (Bessy, 2007, p. 21-32) favorise une mixité et la cohabitation des approches sportives. Contrairement aux États-Unis, le VTT est davantage perçu comme un sport d’effort et de technicité dans un pays à la « culture vélo » est déjà ancienne.

30De part et d’autre de l’Atlantique, on observe néanmoins certaines similitudes par rapport à cette problématique. Les zones de conflits se situent majoritairement près de zones urbanisées (Marin County près de San Francisco et Fontainebleau à proximité de Paris). L’organisation institutionnelle (NORBA-IMBA ou CNVTT) a lieu bien souvent après un conflit majeur, sans stratégie anticipatrice, avec une représentation du grand public et des usagers du type : VTT est synonyme de danger et descente. Enfin, les règles de priorité entre usagers et l’interdiction de pratiquer dans les parcs nationaux et zones naturelles identifiées restent une constante et permettent de résoudre bon nombre de conflits d’usage à travers le monde (Marion, Wimpey, 2007).

31Sur le plan des ruptures d’approche, l’approche américaine reste orientée sur une gestion privée (accès payants parfois) alors que le système français de type fédéral et/ou territorial (site et centre VTT-FFC) reste la référence institutionnelle de la pratique. Les spots de pratique restent géographiquement bien identifiés aux États-Unis, pays de culture cycliste récente, alors que la pratique du VTT en France, terre historique de cyclisme, est généralisée sur l’ensemble du territoire. Les réponses apportées sur la période (éducation, formation, réglementation, concertations, adaptation, aménagements) sont spécifiques aux territoires, à savoir : interdiction et création de sentiers spécifiques pour les États-Unis et concertation, aménagement et restauration d’anciens chemins en France.

32Au-delà de la remise en perspective selon les contextes géographiques ou culturels, l’approche historique favorise aussi une étude comparative avec d’autres sports de pleine nature tels le ski alpin ou nordique, les sport d’eau vive, l’alpinisme ou l’escalade. Mais les valeurs originelles du VTT, toujours inchangées (liberté, nature, sensation, convivialité) (Savre, 2010, p. 138-140) restent confrontées aux principes de réalité d’évolution de ce sport. En ce sens, le développement et la segmentation des nouvelles pratiques émergentes (freeride, enduro, descente en station, bike park, northshore, four cross), après 1990, complexifient ensuite un peu plus cette problématique à l’heure où les Alpes et les territoires de montagne mettent en scène les paysages (Bätzing, 2009, p. 5-7).

Bibliographie

Bibliographie

Augustin J.-P., Sport, géographie et aménagement, Paris, Nathan Université, 1995.

Bätzing W., « Pourquoi les Alpes doivent-elles constamment être mises en scène ? », dans « Mount Disney. Comment l’humanité se met en scène sur fond de montagne », Alpenscène, no 91, juin 2009, p. 5-7.

Bessy O., « Du plein air aux sports de nature. Nouvelles pratiques, nouveaux enjeux », dans Corneloup J., Sciences sociales et loisirs sportifs de nature, L’Argentière-la-Bessée, Éditions du Fournel, 2007, p. 21-32.

Chavez D.J., « Mountain biking : direct, indirect, and bridge building management styles », Journal of Park and Recreation Administration, hiver 1996, vol. 14, no 4, p. 21-35.

Chavez D.J., Winter P.L., Baas J.M., « Recreational mountain biking : a management perspective », Journal of Park and Recreation Administration, automne 1993, vol. 11, no 3, p. 29-36.

Chazaud P., Management du tourisme et des loisirs de pleine nature, Voiron, PUS, 2004.

Decamp E., « L’outdoor se cherche une traduction française », Libération, 30 mars 1995.

« Editorial », Fat Tire Flyer, 1980, no 1.

Fat Tire Flyer (périodique).

Fat Tire Flyer, 1983, vol. 3, no 13.

Fat Tire Flyer, 1984, vol. 4, no 18.

Fat Tire Flyer, 1984, vol. 4, no 20.

Fat Tire Flyer, 1984, vol. 4, no 21.

Feldman B., «Hikers Vs Bikers: The Sierra Club revises its mountain-bike policy», Mountain Bike For the Adventure Magazine, October 1988, p. 25-28.

Fix P., Loomis J., «The economic benefits of mountain biking at one of its meccas: an application of the travel cost method to mountain biking in Moab, Utah», Journal of Leisure Research, 1997, vol. 29, no 3, p. 342-352.

« Fontainebleau : des bâtons dans les roues », VTT magazine, no 11, novembre-décembre 1989.

Foote Jennifer, « Two-Wheel Terrors », Newsweek, 28 septembre 1987.

Guérin J.-P., Hozotte J.-P., « Comment gérer et organiser la pratique du vélo tout-terrain dans les parcs », Montpellier, Atelier technique des espaces naturels, 1993.

Jacob G., Schreyer R., «Conflict in outdoor recreation: a theorical perspective», Journal of Leisure Sciences, 1980, vol. 12, no 4, p. 368-380.

Marin Independent Journal (périodique)

Marion J., Wimpey J., «Environmental impacts of mountain biking: Science review and best practices», Managing Mountain Biking: IMBA’s Guide to Providing Great Riding, IMBA, 2007.

Mounet J.-P., « Sports d’eau vive et pêche en rivière : un conflit asymétrique », STAPS, 1996, no 40, p. 4-20.

« Mountain-bikes, hikers and horse people work out solutions », Ross Valley Republican, 26 septembre 1984.

« Mr Bike », Pacific Sun, 28 avril 1987.

Newsweek (périodique)

Pacific Sun (périodique)

Ross Valley Republican (périodique)

« Rules of the off roads : Locals bikees are writing the etiquette », Ross Valley Republican, 9 février 1982.

Ryan Pat, « Clunker bikes and county trails », Pacific Sun, 25-31 mai 1984.

Savre Fr., « Définition VTT », dans Attali M., Saint-Martin J. (dir.), Dictionnaire culturel du sport, Paris, Armand Colin, 2010, p. 138-140.

———, Saint-Martin J., Terret Th., « From Marin County’s seventies Clunker to World Championship in Durango 1990. A History of Mountain Biking in USA », International Journal of the History of Sport, août 2010, vol. 27, no 11, p. 1942-1967.

Thurman M., « Mount Tam Bicycle patrols to be rangers’ “eyes and ears” », Marin Independent Journal, 20 janvier 1989.

———, « NMWD official proposes limiting bicyclists on Mt Tam », Marin Independent Journal, 9 avril 1989.

Vélo Vert (périodique)

Vélo Vert, no 1, décembre 1989.

Vélo Vert, no 26, juin 1992.

VTT magazine (périodique)

Wilson J.P., Seney J.P., «Erosional impact of hikers, horses, motorcycles, and off-road bicycles on mountain trails in Montana», Mountain Research and Development, 1994, vol. 14, no 1, p. 77-88.

Notes

1 Entretien avec Steeve Graventies, 2005 : « Quand on a commencé à rouler tous les chemins était légaux et l’on pouvait aller partout. Dans l’ordre, d’abord cela a été un choc, les gens ne comprenaient pas ce qui se passait. Ensuite, c’est un problème de mentalité et on ne veut pas partager […] les promeneurs et les cavaliers indiquent qu’ils étaient là les premiers et ne veulent pas partager “leurs” chemins […]. Ensuite, rapidement dans notre dos sans nous consulter, on a fait des lois contre la pratique du mountain bike sur certaines zones et les lois étant plus faciles à changer qu’à créer maintenant même si cela va mieux sur le plan des relations, c’est trop tard. »

2 Entretien avec Joe Breeze, 2005. « En 1979, les singletracks ont été officiellement interdits aux mountain bikes. Par contre après cette date, les conflits d’usage augmentent rapidement. […] Le Sierra Club a tout fait pour qu’en 1980 il soit considéré comme engin mécanique. Le dommage était fait. Ce fut malheureux, maintenant, il est très difficile de revenir en arrière. […] En 1983, on a créé la NORBA pour deux raisons : organisation des courses et préservation de l’accès au mountainbike. L’IMBA, prenant le relais sur ce second volet en 1988. »

3 Par contre après cette date (début de l’ère de la production industrielle sur le territoire américain), les conflits d’usage augmentent rapidement.

4 Cette course est la première course organisée dans le monde du VTT en novembre 1976.

5 Le mountain bike est considéré comme un engin mécanique par ses détracteurs et comme un engin à propulsion humaine par ses défenseurs.

6 Fat Tire Flyer, 1984, p. 4. « Back in the good old days, when the number of off-riders could be counted on one set of fingers and toes, things were hunky-dory. We could go anywhere we wanted, any time, and nobody said boo. As the sport has grown, so have the problems, and witch literally hundreds of thousands of us in United States alone, we are now faced with limitations of access to certain roads and trails as well as entire areas of federal land and state. »

7 Ces interdictions de plus en plus nombreuses sont mises en place par certaines municipalités, « Water district », Comté ou zones naturelles identifiées.

8 La page 4 du Wilderness Act de 1964 (PL88-577) stipule précisement « prohibits the use of motor vehicles and [...] other forms of mechanical transport (bicycles, hand-gliders) ».

9 Fat Tire Flyer, 1984, p. 5. Le responsable du magasin de vélo de Point Reyes écrit : « Ceci est une interprétation d’une partie de « Wilderness Act de 1964 (section 4c) […] écrite avant l’existence du mountain bike. […] Cette directive affectera tous les chemins des zones sauvages à l’intérieur des parcs. Tous les cyclistes concernés devraient écrire au congrès et au gouvernement fédéral. »

10 Début septembre 1984, « Point Reyes National Seashore » a annoncé que tous les chemins des zones sauvages seraient fermés aux vélos. L’ordre vient de National Park Services de Washington DC.

11 Copie de la lettre dans Fat Tire Flyer, 1984, p. 17.

12 Fat Tire Flyer, 1984, p. 8. « While riding on public lands remember that others are using the are for recreation too, and bicycles are still an unexpected occurance on the trail. » YIELD, PASSING, HORSES, EROSION, SPEED, STAY ON TRAIL, LITTER. » Ces grandes règles appelées « Trail etiquette » seront la base des règles de l’IMBA en 1988 et seront reprises ensuite au niveau international comme les règles de bonne conduite du vététiste ».

13 Fat Tire Flyer, 1984, p. 4. « The wilderness is a shared activity. The future of off-road cycling will be assured if all of us display an attitude of cooperation toward the non-cyclists we encounter on the trail, and develop an awareness of the laws governing the areas where we ride. [...] We want the off-road cyclist to be considered in the public eye a responsible part of the wilderness experience, no just one more threat to its existence. »

14 Fat Tire Flyer, 1984, p. 5. Odell indique qu’il a arrêté la course pour éviter plus de dommages.

15 Effectivement, avec des pneus plus larges et des freinages plus agressifs et marqués qui peuvent accélérer le ruissellement, la descente impacte davantage le milieu naturel que la randonnée par exemple.

16 « Mr Bike », 1987. Cet article explique les conflits d’usages et l’action en cours du « Bicycle Trails Council de Marin County » pour tenter de régler ces problèmes.

17 Salon international du cycle qui se déroule chaque année à Las Vegas.

18 Sigle de l’IMBA.

19 Slogan diffusé aussi par la firme Specialized qui finance en partie l’association.

20 Lorsque ce sujet est abordé dans les entretiens, il ressort toujours l’idée qu’une minorité d’inconscient (nommé souvent « le club des 1 %, 2 % ou 10 % ») contribue à donner dans une certaine mesure une mauvaise image de ce sport et cause du tort aux 98 % autres pratiquants.

21 Une interdiction est déjà en cours durant cette période dans le Parc national de la Vanoise.

22 Une photo illustre cet article. On peut y voir deux paisibles vététistes et un randonneur sur un même chemin figure sous ce titre avec comme légende : « Randonneurs et vététistes : de la place pour tous. »

23 « Fontainebleau : des bâtons dans les roues », 1989, p. 31 : « M. Girard conclut en expliquant que la pratique acrobatique et sauvage du VTT n’est pas souhaitable et en autorisant cette pratique sur les seules pistes forestières. »

24 « Quand aux habitudes, il faut davantage parler d’une évolution des comportements. Le cyclotourisme, qui se pratique pour l’instant sur des circuits goudronnés, peut tout aussi bien trouver un prolongement dans des itinéraires tout-terrain, avec des vélos adaptés. »

25 On peut citer pour exemples les conflits d’usage entre les kayakistes et les pécheurs, le problème des grimpeurs avec la perturbation de la nidification de certaines espèces sur les falaises, les conflits entre les véliplanchistes et les baigneurs avant l’instauration de zones spécifiques, les pratiquants de la moto verte et les chasseurs, le skieur de randonnée qui peut perturber le tétras-lyre, les randonneurs qui dérangent les troupeaux dans les alpages ou les alpinistes qui polluent le sommet du toit de l’Europe.

Auteur

Enseignant chercheur à la Faculté des sciences du sport, Pôle universitaire de Gap, Aix Marseille Université, Unité de recherche « Sport, management et gouvernance » (EA 4670).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540