Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Première partie. Des acteurs, des figures et des générations successives

Pratiques et représentations du développement durable dans les fédérations sportives françaises

Audrey Chesnay et José Chaboche

Texte intégral

1Médiatisé par le rapport Brundtland remis en 1987 à la Commission mondiale sur l’environnement et le développement (CMED) puis progressivement popularisé auprès du grand public, le développement durable (DD) suppose, selon sa définition la plus courante, un « développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs » (CMED, 1987). Cette définition provient d’une volonté d’amélioration des conditions de vie socioéconomiques des populations tout en protégeant les équilibres écologiques (Claval, 2006). À cette époque, certains faits marquants (crise économique, famines, catastrophe de Tchernobyl, etc.) ont amplifié et accéléré à l’échelle mondiale la prise de conscience des dangers liés à la persistance des inégalités Nord/Sud ou au sein des pays dits développés, aux effets néfastes de la dérégulation économique et à la sévérité des problèmes environnementaux (Bessy, 2008). S’il n’existe aucun modèle universel de développement durable puisque chaque territoire a ses propres particularités, poser les enjeux et atteindre les objectifs de la durabilité nécessite d’articuler problématiques économiques, environnementales et sociales par la participation des populations locales. Une évaluation régulière des actions entreprises est indispensable pour s’assurer de leur caractère juste, éthique, responsable et efficace.

2Devenu le référentiel culturel dominant des sociétés contemporaines (Callède, 2001), le sport apparaît comme un domaine de réflexion et d’application fécond pour le DD compte tenu de l’importance de ses dimensions sociales, économiques et environnementales. Aussi, dans le contexte de la définition d’une Stratégie nationale Sport et Développement Durable par le ministère des Sports en 2011, dans quelle mesure le mouvement sportif répond-il à l’injonction sociopolitique qui lui est faite de participer aux débats relatifs au DD et d’appliquer les principes de ce dernier à ses activités ? Par ce questionnement, nous souhaitons proposer une réflexion sur le caractère durable des activités physiques et sportives à partir de la notion de génération. Cette dernière peut être envisagée dans une double acception processuelle, visant d’une part à comprendre et expliquer les conduites et les pratiques des acteurs sportifs fédéraux, et spatio-temporelle, conduisant d’autre part à évaluer les effets de contexte globaux et locaux sur les représentations que, en l’occurrence, ces acteurs se font du DD. À cette fin, nous nous appuyons sur une enquête menée auprès des fédérations sportives françaises dont les résultats permettent de classifier ces acteurs, d’identifier les moteurs et les freins à leurs actions en la matière et de discuter la question de l’influence du cadre de pratique des activités sportives sur le degré d’implication des fédérations dans le DD.

Méthodologie

La construction et la passation de l’enquête par questionnaire

  • 1 Cette enquête nourrie a été utilisée dans le cadre d’un mémoire de Licence Pro portant sur la plac (...)

3Une enquête a été menée par nos soins en 2010 auprès de 102 fédérations, toutes membres du Comité national olympique et sportif français (CNOSF) à l’exception de la Fédération nationale des offices municipaux du sport (FNOMS) mais qui gère elle aussi des activités sportives. Parmi elles, 77 sont des fédérations unisports délégataires (dont 31 olympiques et 46 sur 57 non olympiques) et 25 sont des fédérations multisports affinitaires. Le but était d’obtenir un premier aperçu de leur stratégie et de leur implication dans des thèmes économiques, sociaux et environnementaux susceptibles de générer du DD. Compte tenu de cet objectif, du nombre de fédérations à contacter, du temps et des moyens relativement limités1 ainsi que des avantages et inconvénients des méthodes existantes (Fenneteau, 2007), l’envoi d’un questionnaire par mail avec relance si nécessaire a été retenu.

4Au regard du faible taux de réponses habituellement obtenu par ce mode de passation, le questionnaire se devait d’être bref tout en restant le plus complet possible. Le nôtre comprenait dix questions (ouvertes, semi-ouvertes et fermées). Les quatre premières visaient à recueillir des données de cadrage et les suivantes concernaient les éventuelles stratégies fédérales de DD : date d’engagement en la matière, « niveau d’implication » dans les trois axes du DD (réflexions, définition d’objectifs, projets en préparation ou réalisés), implication estimée des comités régionaux et départementaux ainsi que des associations, fédérations leaders sur le sujet et positionnement perçu de chaque fédération par rapport aux autres.

Les retours et leurs limites

5Trente-huit retours totalement ou partiellement exploitables ont été obtenus (des questions étant restées sans réponses ou des réponses étant trop vagues pour être exploitables). Douze proviennent des 31 fédérations délégataires unisports olympiques, 20 des 46 fédérations délégataires unisports non olympiques et 6 des 25 multisports affinitaires. Leur analyse nécessite au préalable deux précisions : le taux de réponse de 37 % ne permet pas de dresser un panorama exhaustif et, surtout, l’échantillon de réponses recueilli n’est pas parfaitement représentatif de la population-mère étudiée ; les réponses sont plus ou moins détaillées et reflètent généralement le point de vue d’une seule personne, certes en responsabilité, ce qui oblige à interpréter prudemment nos résultats. Ils fournissent néanmoins un premier aperçu conséquent et relativement fiable de l’implication des fédérations. Précisons que nous ne souhaitions pas classer les fédérations mais bien dresser un premier état des lieux en vue de recherches ultérieures, lesquelles consisteront en des études de cas combinant entretiens libres ou semi-directifs centrés et observations de terrain.

Définitions du développement durable

  • 2 Cf. tableau 1.

6Trente-deux fédérations ont livré une définition du DD. L’analyse des résultats souligne l’inexistence de référentiel partagé mais permet de distinguer cinq approches2.

7Un peu moins d’un cinquième des fédérations évoquent le rapport Brundtland sans rappeler la définition qu’il propose et neuf fédérations expliquent qu’il s’agit d’un développement tenant compte des enjeux économiques, sociaux et environnementaux en se référant parfois au dit Rapport : celle de basketball explique ainsi qu’il s’agit d’un « développement économique efficace, socialement équitable et écologiquement tolérable » ; celle de voile évoque le Rapport et rappelle que le DD « s’articule autour de trois sphères dynamiques : sociale, environnementale et économique ».

Tableau 1 : Approches du DD identifiables parmi 32 définitions fédérales.

Approches

Exemples

Fédérations concernées

Brundtland

Athlétisme, gymnastique, parachutisme, pentathlon moderne, pétanque et jeu
provençal, randonnée pédestre

Générale

« concilier le respect de l’environnement avec les impératifs sociaux et économiques »
Fédération française de karaté

Aéronautique, basketball, handball, danse,
karaté, spéléologie, UFOLEP, voile, vol libre

Basée sur les pratiques

« développement de nos activités en lien avec
la préservation des ressources [...] l’accueil du
public et l’inscription des activités dans le tissu
social local, la capacité à générer de l’économie »
Fédération française d’études et de sports sous-marins

Canoë-kayak, études et sports sous-marins, golf, pêche à la mouche, vol à voile

Systémique

« [...] veiller à ce que les manifestations et
les activités sportives aient des retombées pour les habitants et les territoires »
Fédération française de ski

Boxe, FNOMS, giraviation, ski nautique et wakeboard, sport d’entreprise, sportive
gymnique du travail

Préservation de
l’environnement

« agir pour préserver l’environnement [...] »

Fédération française de taekwondo

Aéromodélisme, football américain, pelote
basque, taekwondo

8Six fédérations, dont celles d’études et de sports sous-marins ou de vol à voile, ont une approche du DD d’abord centrée sur leur pratique. Pour la Fédération de golf par exemple, le DD correspond à une « volonté d’articuler la pratique du golf dans le cadre d’une gestion raisonnée », ainsi qu’elle tente d’ailleurs de le mettre en œuvre dans les domaines de l’eau (objectif de diminuer la consommation d’eau de 30 % de 2006 à 2010) ou de la biodiversité dans le cadre de chartes nationales signées avec l’État mais sans réel caractère contraignant.

9D’autres définitions recèlent un caractère plus systémique. Par exemple, la Fédération de giraviation explique que c’est une « prise en compte des effets nocifs d’une activité, en vue de les réduire ou de les compenser », ce qui correspond effectivement aux pratiques locales qu’elle tente de mettre en œuvre. De même, celle du sport en entreprise estime que c’est une « réponse managériale et innovante permettant d’améliorer l’ensemble des aspects sociétaux, affectant divers domaines tels que l’économie, l’écologie, la santé, le sport, etc. afin de faire progresser notre environnement quotidien sur le long terme », ce qui est conforme aux orientations idéologiques et aux valeurs entrepreneuriales qu’elle promeut.

10Si la seule préservation de l’environnement n’est évoquée que par quatre fédérations, ce thème prédomine néanmoins largement sur les aspects sociaux puis économiques dans le corpus de définitions fédérales recueilli. La prise en compte initiale du DD et la mise en œuvre de processus organisationnels et de dispositifs techniques afférents semblent donc résulter avant tout de considérations d’ordre environnemental.

Implication des fédérations sportives dans le développement durable

Une implication récente

  • 3 Cf. figure 1.

11Parmi vingt-huit fédérations ayant daté avec une précision exploitable le moment de leur implication dans le DD, vingt-et-une (75 %) déclarent s’être impliquées en 2005 ou après3.

Figure 1 – Date d’implication de 28 fédérations sportives françaises dans le développement durable du sport

Figure 1 – Date d’implication de 28 fédérations sportives françaises dans le développement durable du sport

Conception : Audrey Chesnay et José Chaboche.

12Au premier abord, le DD semble donc être une préoccupation récente. La parution de l’Agenda 21 du sport français par le CNOSF a sans doute été un levier même si de nombreux autres paramètres sont à considérer (voir infra). Trois fédérations (sport d’entreprise, vol à voile et UFOLEP) disent s’être impliquées entre 2000 et 2004 et quatre avant 2000. Ces dernières (Études et Sports sous-marins, Montagne et Escalade, Pêche à la mouche et au lancer, Randonnée pédestre) proposent toutes des activités en milieu naturel et ajoutent s’être engagées initialement à partir de l’axe environnemental. Le cadre de pratique des activités d’une fédération est donc un autre élément déclencheur dans l’implication des fédérations.

Réflexions, projets et actions

  • 4 Adere : outil d’Autodiagnostic environnemental pour les responsables d’événements. Élaboré par un (...)

13Les préoccupations environnementales semblent au cœur des réflexions, projets et actions décrits par les fédérations. Celles de basketball, de cyclisme ou encore de boxe évoquent notamment la maîtrise des déplacements. D’autres disent s’appliquer à réduire diverses nuisances (ex. : bruits, gaz à effet de serre) et à préserver la biodiversité, la ressource en eau ou la qualité de l’air. La Fédération de la randonnée pédestre a ainsi réalisé un bilan carbone de ses activités et la Fédération aéronautique aide ses clubs à acquérir des silencieux. Des manifestations sportives dites éco-responsables sont aussi organisées ou soutenues. La FNOMS, par exemple, propose un guide aux organisateurs et l’UFOLEP cherche à systématiser l’utilisation du logiciel de calcul d’impact environnemental ADERE4 sur ses événements.

14Dans le domaine social, des fédérations évoquent des projets en faveur de l’accessibilité des pratiques (ex. : pentathlon moderne, ski nautique), de la citoyenneté (ex : Fédération sportive et gymnique du travail) ou du lien intergénérationnel (ex. : randonnée pédestre). Cet axe reste malgré tout discret alors que, dans les faits, les fédérations sont souvent très impliquées dans ce domaine, et ceci dès leur origine en vertu de leur mission de service public. Plusieurs hypothèses pourraient expliquer ce constat. Tout d’abord, le DD est associé à la préservation de l’environnement. Par conséquent, des actions menées dans le domaine social (et économique) ne sont pas perçues comme faisant partie intégrante d’un développement durable. Ensuite, certains acteurs ne souhaitent pas employer ce terme relativement récent pour désigner des actions menées bien avant son apparition. Enfin, d’autres estiment que le terme de DD n’est pas approprié à leurs projets puisqu’il s’agirait, selon eux, d’un effet de mode alors qu’ils disent vouloir inscrire leurs actions dans la durée.

15Associés à la formation des dirigeants et des bénévoles (ex : athlétisme, UFOLEP), à l’essor du tourisme sportif (ex. : randonnée pédestre), à la pérennisation des emplois (ex. : voile) ou à la gestion d’infrastructures (ex. : giraviation), les volets économie et gouvernance partagée restent anecdotiques bien qu’ils participent du DD. Ce phénomène peut s’expliquer par les trois hypothèses évoquées précédemment mais aussi par la difficulté des fédérations à faire valoir leur utilité économique ou leur influence auprès des collectivités et du secteur marchand.

16Peu de fédérations décrivent des actions sur chaque axe du DD et certains enjeux pourtant d’actualité, comme la gouvernance (Bayle, 2010), la santé, la prévention du dopage et des violences sont discrets voire inexistants dans les réponses obtenues. Globalement, les différences de contexte entre fédérations expliquent que leur prise en compte des différents axes du DD n’ait lieu ni simultanément, ni à la même vitesse et ni de la même façon.

L’implication des fédérations : modalités et intensité

Essai de classification

17Bien que le cadre de pratique ne soit pas le seul élément induisant l’implication d’une fédération dans le DD, une classification a été établie. Le degré d’implication se décompose en quatre stades : non impliquée, en phase initiale (i.e. réflexions engagées), en phase de progression (i.e. actions débutées) et en phase de développement (i.e. projets accomplis). Chaque fédération était classée dans l’une des quatre catégories suivantes : « de pleine nature », « stigmatisée en matière environnementale », « nécessitant des infrastructures » (comme les stades ou les piscines) et « multisports ». Certes, il faut relativiser la portée heuristique de cette typologie car, faute de temps et de moyens, la méthodologie employée ne permet pas d’identifier précisément le degré d’implication des fédérations, les catégories définies par le cadre de pratique pouvant se recouper. Par exemple, la Fédération de montagne et d’escalade pourrait être classée dans la catégorie « de pleine nature » ou « nécessitant des infrastructures » suivant l’activité observée (ex. : mur d’escalade artificiel ou paroi naturelle avec ou sans via ferrata). Enfin, en partant du principe que les volets du DD ne se compensent pas entre eux, il est difficile de comparer une fédération très impliquée dans l’un d’eux à une autre impliquée moyennement dans tous.

18Néanmoins, cette analyse révèle plusieurs points importants. Elle confirme l’origine multifactorielle et l’hétérogénéité de l’implication des fédérations. Elle semble indiquer une indépendance entre l’implication des fédérations et le nombre de clubs affiliés ou de licenciés même s’il faudrait vérifier statistiquement cette observation. Elle permet de constater que cinq à six très petites fédérations se disent inactives sur le sujet (aéromodélisme, billard, football américain, pelote basque et squash), que 75 % de la population étudiée révèle avoir engagé des réflexions et des actions sans pour autant afficher de véritable stratégie de DD et qu’au moins cinq fédérations semblent leaders en la matière. Il convient donc d’aborder plus spécifiquement ces dernières en vue de déterminer par la suite s’il existe des effets de génération comme facteurs explicatifs à leur investissement.

Des fédérations leaders

19La Fédération de basketball dit s’impliquer au niveau de l’ensemble des axes du DD après l’avoir initialement abordé sous l’angle environnemental. Elle a notamment commandité avec le soutien financier du ministère des Sports un logiciel d’optimisation des déplacements ayant vocation à être utilisé par d’autres fédérations pour diminuer l’empreinte écologique de ses compétitions et réduire les frais des clubs, élaboré un Agenda 21 fédéral – l’un des seuls actuellement reconnus par le CNOSF – et institué une éco-charte interne. Dans ce contexte, elle estime à juste titre être « en avance, pilote [et] peut-être l’une des fédérations “traditionnelles” les plus avancées » sur le sujet. Partenariat et mise en synergie des problématiques sportives et sociétales sont en effet indispensables pour répondre aux enjeux d’innovation qu’induit le DD.

20Dans cet esprit, la Fédération de voile tire bénéfice de sa démarche de certification lancée il y a près de 15 ans avec le label France Station Nautique. Elle dit s’investir également dans les autres volets du DD que ce soit à travers des actions socioéducatives envers les scolaires issus de zones urbaines sensibles (ZUS), la récupération des matériels usagés ou l’inscription du thème de l’environnement dans les plans de formation des directeurs de clubs, vus comme de futurs « éco-gestionnaires ».

21Pour sa part, excepté quelques réflexions engagées dans le domaine social ou économique (ex. : « adapter les activités à toutes les catégories sociales », « tout mettre en œuvre pour que l’activité plongée puisse occuper toute sa place dans l’économie du tourisme »), la Fédération d’études et sports sous-marins consacre ses efforts avant tout à la protection de l’environnement, inscrite à ses statuts dès sa création en 1948. Elle participe ainsi aux Comités opérationnels du Grenelle de la Mer, au groupe de travail Natura 2000 sur les espaces marins remarquables, au Comité national pour les récifs coralliens (IFRECOR) ou au Conseil national des sports de nature et a développé des partenariats avec l’Agence de l’eau Corse-Méditerranée ainsi qu’avec l’Agence des aires marines protégées. L’ensemble s’inscrit dans sa récente démarche de demande d’agrément national pour la protection de l’environnement. La promotion de la dimension éco-citoyenne des activités sportives se retrouve dans la démarche de la Fédération de la randonnée pédestre, soucieuse de renforcer le lien intergénérationnel à travers ses pratiques mais aussi de contribuer à la valorisation socioéconomique des territoires locaux, notamment par la forte implication de ses comités dans les Commissions départementales des espaces, sites et itinéraires (CDESI) dont près des trois quarts ont désormais adopté leur Plan départemental du même nom (PDESI).

  • 5 La Ligue de l’enseignement est un mouvement laïc d’éducation populaire engagé dans le développemen (...)

22Enfin, l’UFOLEP, branche sportive de la Ligue de l’enseignement5, s’est positionnée dès l’origine sur le social. Depuis une décennie, sa volonté d’articuler systématiquement sport et enjeux de société (santé, discriminations, nouveaux territoires de développement local durable, etc.) lors d’opérations (expositions, guides « Manifestations sportives et développement durable » et « Gestion de l’eau et maîtrise de l’énergie », manifestations éco-responsables) appuyées par des partenaires experts du DD (i.e. ADEME) lui ont procuré crédibilité, notoriété et valeur d’exemplarité.

23Compte tenu de leurs réponses et de l’examen de leur site Internet respectif, ces cinq fédérations apparaissent particulièrement actives sur le DD. Toutefois, il est sûr que d’autres fédérations sont tout aussi impliquées. Ainsi, les éléments fournis par celle de canoë-kayak ne reflètent manifestement pas l’ampleur de son investissement réel.

La diffusion du développement durable dans les fédérations : une question de génération ?

L’importance des générations dans l’intégration du développement durable

24Si l’enjeu de préservation du cadre de pratique constitue souvent un élément déclencheur des actions des fédérations en matière de DD, le degré et la nature de l’implication de ces organisations dépendent avant tout de la place de cette problématique dans l’agenda politique fédéral et de la capacité de leurs acteurs efficients (élus et personnel en particulier) à s’en emparer. L’UFOLEP, par exemple, s’est engagée au début des années 2000 sous l’impulsion d’un élu chevronné et d’un jeune salarié à la fibre sociale et écologiste, considérés à cette époque « comme des rêveurs » par leurs instances. La reconnaissance interne et externe de la qualité du travail de ce duo conjuguée à l’émergence quasi concomitante du DD comme nouveau paradigme structurant le champ sportif a infusé la culture organisationnelle de l’UFOLEP, celle-ci bénéficiant désormais d’un leadership en la matière selon certaines de ses consœurs.

25Il est vrai que l’engagement des fédérations sur le sujet passe souvent après la gestion des affaires courantes, perçues comme très prenantes, et que la raison d’être de ces organisations – proposer une pratique sportive au plus grand nombre en vue de dégager une élite compétitive à l’international – n’entre pas forcément en résonance avec les principes du DD. Certes, des fédérations l’ont inscrit à leurs statuts (ex. : pentathlon moderne) et certaines sont motivées par essence : la Fédération d’études et de sports sous-marins dit « participer à la découverte et à la protection du milieu subaquatique » et l’UFOLEP s’engage à « contribuer à la formation d’un citoyen éclairé engagé et solidaire ». D’autres, en revanche, estiment « manquer de temps » (ex. : pelote basque), « manquer de moyens » (ex. : aéromodélisme) avoir « d’autres problèmes à régler » (squash) ou manquer de personnel qualifié (pétanque) pour prendre à bras-le-corps la question de la durabilité de leur(s) activité(s). Tout cela peut surprendre compte tenu, d’une part, de l’importance que prend ladite durabilité dans l’attribution puis l’organisation de manifestations ou d’évènements sportifs et, d’autre part, de la complexité croissante des réglementations sociales, économiques et environnementales dans le secteur sportif. C’est ainsi que l’UFOLEP ou ses comités départementaux disent avoir été contactés par des collectivités, des CDOS ou des associations affiliées à d’autres fédérations en vue de participer à divers travaux ou de fournir du conseil. La demande de transfert de « bonnes pratiques » existe donc dans le champ sportif même si penser et agir « DD » implique un changement processuel et culturel générant parfois en retour de légitimes réticences et crispations. De nombreuses fédérations luttent ponctuellement pour contrer des effets négatifs qu’induisent, directement ou non, leurs activités en vue d’accroître leur capital sympathie. Toutefois, avant d’être inscrite au « code génétique » du mouvement sportif, la diffusion du DD passera probablement, de la part de l’État et des collectivités notamment, par des obligations règlementaires nouvelles et par un conséquent encouragement financier aux comportements vertueux.

26Entre alors en jeu la capacité des acteurs fédéraux à s’adapter à l’innovation que constitue le DD. Si l’on s’en tient aux réponses obtenues à notre enquête, la réceptivité à cette innovation semble bien moins être affaire d’âge, ce qui annihile le cliché que les jeunes générations seraient mieux disposées envers le DD, qu’une question de sensibilité personnelle, de culture sportive et de compétence professionnelle. Ce qui est sûr, c’est que toute innovation – ce que forment en soi les valeurs, principes et applications du DD – produit une réaction dans les foyers récepteurs afin d’en dégager contraintes et opportunités pour s’y adapter et, éventuellement, en profiter. À cet égard, les thèmes des congrès, journées d’étude ou séminaires de formation qu’organisent les fédérations ainsi que les groupes de travail qu’elles initient ou auxquels elles participent sont de précieux indicateurs de la nature, de la temporalité et de l’intensité des questions qui se posent à elles.

  • 6 Cf. figure 2 page suivante.

27S’intéressant au temps vécu et conçu comme une succession d’évènements par des acteurs, donc comme un processus générateur, on affirme que les représentations des fédérations concernant le DD évoluent selon deux temporalités complémentaires : la première est de nature globale et affecte chaque fédération ; la seconde procède de la première, est produite par chaque fédération, prend autant de formes qu’il y a de fédérations et a pour objet d’influencer leurs mandants locaux (ligues, comités, clubs). L’observation compréhensive du processus d’élaboration par chaque fédération de sa doctrine relative au DD et aux modalités de sa diffusion auprès de ses relais locaux et de ses partenaires permet de modéliser ces deux temporalités6.

28La première des deux temporalités correspond au temps de la captation d’informations, de leur interprétation et de la maturation des esprits à leur sujet. Plusieurs traits caractérisent cette temporalité :

  • l’unicité puisque chaque fédération s’y inscrit concomitamment aux autres ;
  • la continuité car ces organisations sont dans un processus constant de réflexion-action ;
  • l’équilibre instable car les événements qui rythment cette temporalité sont autant de « mini-catastrophes » (mise en place de groupes d’experts, colloques, textes règlementaires ou législatifs…), certes liées à des dynamiques structurelles, dont l’accumulation modifie la nature et le rythme de cette temporalité ;
  • la globalité, enfin, puisque les variations de nature et de rythme indiquées influent sur les stratégies de chaque organisation.

Figure 2 – Modèle d’évolution des conceptions politico-idéologiques des fédérations et de leurs structures locales vis-à-vis du développement durable.

Figure 2 – Modèle d’évolution des conceptions politico-idéologiques des fédérations et de leurs structures locales vis-à-vis du développement durable.

Conception : Audrey Chesnay et José Chaboche.

29La seconde temporalité procède de la première, mais avec un décalage temporel variable selon les organisations. Elle correspond au temps de la diffusion plus ou moins ponctuelle et partielle de l’information traitée par l’élite politique et administrative de chaque fédération auprès de ses relais locaux. Cette seconde temporalité produite et maîtrisée par cette élite mais aussi influencée par les remontées à partir de la « base » se caractérise par son évolution lente et discontinue, suivie d’à-coups, ainsi que par la variété de ses déclinaisons possibles car, cette fois-ci, elle se révèle propre à chaque fédération. En d’autres termes, cette seconde temporalité évolue de manière chaotique. Les pôles centraux régulent son rythme mais subissent des effets de retour de la part de leurs mandants, ce qui les oblige à être vigilants quant aux positions qu’ils adoptent et quant à la force avec laquelle ils les expriment. Cette temporalité gagne néanmoins en continuité au fur et à mesure que la réceptivité au DD progresse dans le champ sportif.

Quelle place pour le DD sur l’agenda politique des fédérations ?

30Pour saisir, chez ces organisations, les mécanismes d’évolution des représentations dominantes concernant le DD, il faut connaître l’état initial de ces représentations, observer leur évolution et prévoir leurs trajectoires. Il importe surtout de bien analyser la phase de transition durant laquelle on passe d’un état à un autre. Pour la plupart des fédérations, cette phase de transition a sans doute débuté au début des années 2000. Elle est rythmée d’événements accélérant le processus de réceptivité à l’innovation « DD » : érection du thème de l’environnement comme troisième pilier de l’olympisme en 1994, formalisation en 2003 de l’Agenda 21 du CNOSF, acceptation globale des principes et valeurs du DD par l’opinion publique.

31Antérieurement à la phase de transition, i.e. avant les années 2000, le degré de réceptivité à l’idée de DD est faible ou négatif chez de nombreux pôles d’organisations et de structures locales. La période postérieure marque au contraire une réceptivité de plus en plus forte à cette idée chez un nombre croissant d’entités cherchant alors à la mettre en actes. Entre-temps, la question du DD a été inscrite à l’agenda politique du mouvement sportif. On distingue quatre phases entre l’inscription d’un problème sur l’agenda politique et l’élaboration d’une politique publique le concernant.

La phase initiale correspond à l’émergence d’un problème : celui-ci est reconnu en tant que tel mais sa formulation demeure générale. Des événements plus ou moins inattendus, accentuent l’évidence de ce problème. [...] Dès lors, le débat qui s’ensuit entraîne un mouvement de spécification du problème avec la naissance de projets plus ou moins rivaux. [...] Ces premières séquences précèdent ou accompagnent la diffusion du problème dans les publics [en l’occurrence les ligues, comités et clubs]. La dernière phase de la carrière d’un problème est l’entrée dans le système formel de décision politique. (Padioleau, 1982)

32La thématique du DD a succédé au début des années 2000 à celle des « nouveaux territoires », liée à l’émergence des intercommunalités et des pays, sur l’agenda politique des décideurs du sport. Cette thématique du DD est désormais elle aussi invoquée sur le mode de l’incantation, sans que l’on sache toujours très bien ce qu’elle désigne tant elle paraît touffue, au point de recouvrir, pour ses parties prenantes, des significations diverses. Dévoilée en mai 2011 après 18 mois de concertations à l’échelle interrégionale entre ceux qu’il est convenu d’appeler les « Acteurs du Sport » (État, collectivités, opérateurs associatifs ou marchands), la Stratégie nationale sport et DD (SNSDD) est structurée autour de neuf défis et douze priorités donnant lieu à quelque 200 indicateurs ! Ce lancement officiel de la SNSDD 2011-2014 a constitué le point d’orgue de la première étape de la phase de spécification du problème « Sport et Développement durable ». La seconde étape débute par l’installation de « groupes d’experts » (GE) en octobre 2011 dans le cadre d’un engagement volontaire, payant pour les entreprises, sous l’égide du ministère des Sports et de l’Association française de normalisation (AFNOR). Ces GE sont chargés d’opérationnaliser la SNSDD dans les domaines « Gestion d’équipements », « Vie sportive », « Organisation d’évènements sportifs » sous forme d’un Guide d’application destiné aux grandes fédérations comme aux petits clubs. Les potentialités de Green Business semblent fortes, entreprises et consultants du secteur sportif étant plus nombreux à s’être impliqués dans ces GE que les fédérations elles-mêmes. Même si le CNOSF est une partie prenante de premier plan dans ce mouvement, les fédérations devront participer à la définition des orientations de mise en œuvre de la SNSDD sous peine de les voir leur échapper, voire de les subir.

Conclusion

33Le DD émerge comme facteur de structuration du champ sportif contemporain, du mondial au local. Les fédérations sportives sont poussées par les pouvoirs publics à optimiser la durabilité de leurs activités, notamment par application de la norme ISO 26 000 relative à la responsabilité sociétale. Beaucoup d’entre elles oscillent encore néanmoins entre hermétisme, scepticisme ou impuissance relative face à cet enjeu, quand certaines s’en saisissent avec conviction et efficacité en vue de conduire un changement qui, en aucun cas, ne peut être décrété. Globalement, peu de fédérations énoncent des actions sur chaque pilier du DD. L’environnement constitue l’entrée privilégiée car visible et rapide à initier. La plupart paraissent également manquer de visibilité sur les initiatives de leurs propres organes déconcentrés (ligues, comités, clubs) et, a fortiori, sur celles de leurs consœurs. Dans ce contexte, l’opérationnalisation des principes et valeurs du DD semble dépendre de leur clarification préalable ainsi que de l’affirmation de dynamiques interterritoriales (Vanier, 2008) et interinstitutionnelles encore bien ténues. De nouveaux éléments amènent des évolutions. C’est le cas du déploiement programmé de l’ISO 26 000 dans les fédérations, prévu en double liaison avec la Commission de normalisation (CN) RSDD (Responsabilité sociétale et Développement durable) et avec la CN OEDD (Organisation d’évènements et DD) en charge du suivi et de la participation française aux travaux d’élaboration de l’ISO 20121 « Système de management responsable des évènements », lequel système devrait être appliqué aux JO 2012 de Londres.

34L’enjeu sous-jacent de qualité totale peut, à bien des égards, apparaître comme légitime et rationnel au sens managérial le plus étroit. Or cet enjeu conduit aussi à une véritable bifurcation du système sportif fédéral et associatif, un des derniers domaines sociaux où don de soi, gratuité et humanisme semblent prévaloir sur l’idée de « culture du résultat ». Il appelle également un renouvellement générationnel chez les dirigeants sportifs locaux comme nationaux en ce sens que l’engagement bénévole classique, certes pas toujours fondé sur des compétences attestées mais où chacun peut potentiellement s’épanouir au bénéfice de tous, est condamné à s’effacer – même dans les petits clubs – au profit de la figure du « bénévole-manager » prophétisée il y a vingt ans déjà (Chifflet, 1993). L’ensemble creusera davantage encore les différenciations au profit des détenteurs de ces nouveaux capitaux que sont l’accès et la maîtrise des informations, réseaux, savoirs et savoir-faire. Restent à envisager les effets sociaux des dynamiques de normalisation tous azimuts et de recherche effrénée de gains de performance organisationnelle et territoriale que portent en germe les préceptes et applications du DD au secteur sportif. Tel le novlangue d’Orwell, l’actuel débat d’idées sur le DD semble se résumer à une pensée quasi unique saturée, notamment, d’éléments de langage louant l’esprit de responsabilité individuelle et sociétale aux fins de « bonne gouvernance ». On assiste en outre à la généralisation de logiques contractuelles asymétriques par lesquelles le mouvement sportif, prétendument autonome, exécute en réalité sous un strict contrôle sociopolitique des opérations standardisées de « développement » (Deffontaines et al., 2001). Aussi, et contre toute attente, les formes actuelles de diffusion et de mise en œuvre du DD ne précipiteraient-elles pas d’ores et déjà l’émergence d’une génération « 2.0 » d’acteurs sociaux sportifs donc, à l’image des utilisateurs du Web 2.0, dotés de peu de connaissances techniques et de faibles ressources stratégiques – compte tenu de la complexité de leur écosystème – mais croyant malgré tout piloter eux-mêmes leurs propres projets ?

Bibliographie

Bibliographie

Bayle E., « La gouvernance des fédérations d’associations chargées d’une mission de service public : le cas des fédérations sportives françaises », Politiques et management public, 2010, vol. 27, no 1, p. 121-142.

Bessy O., 2008, Sport, loisir, tourisme et développement durable des territoires, Voiron, Presses Universitaires du sport, 175 p.

Callède J.-P., « Destins du “modèle français” du sport », Pouvoirs locaux. Les cahiers de la décentralisation, juin 2001, vol. 49, p. 72-77.

Chifflet P., « Associations de sportifs ou entreprises du sport », in Loret A. (dir), Sport et Management : de l’éthique à la pratique, Paris, Dunod, 1993, p. 33-44.

Claval P., « Le développement durable : stratégies descendantes et stratégies ascendantes », Géographie Économie Société, 2006/4, vol. 8, p. 415-445.

CMED, Notre avenir à tous, Oxford, Oxford University Press, 1987, 318 p.

Deffontaines J.P., Marcelpoil E. et Moquay P., « Le développement territorial : une diversité d’interprétations », in Lardon S., Maurel P., Piveteau V. (dir.), Représentations spatiales et développement territorial, Paris, Hermès, 2001, p. 39-56.

Fenneteau H., « Enquête : entretien et questionnaire », in Blanchet Alain and Gotman Anne, sous la dir. de Singly François, L’Entretien, Paris, Colin, 2007, 128 p.

Padioleau J.-G., L’État au concret, Paris, PUF, 1982, 222 p.

Vanier M., Le Pouvoir des territoires : essai sur l’inter-territorialité, Paris, Economica, 2008, 159 p.

Notes

1 Cette enquête nourrie a été utilisée dans le cadre d’un mémoire de Licence Pro portant sur la place de l’Union française des œuvres laïques d’éducation physique (UFOLEP) dans le DD du sport.

2 Cf. tableau 1.

3 Cf. figure 1.

4 Adere : outil d’Autodiagnostic environnemental pour les responsables d’événements. Élaboré par un collectif comprenant l’Ademe, l’Association des agences de communication événementielle (ANAé), la Fondation Nicolas Hulot (FNH), l’association Meduli Nature, l’association Mountain Riders et l’UFOLEP.

5 La Ligue de l’enseignement est un mouvement laïc d’éducation populaire engagé dans le développement d’activités éducatives, sociales, sportives, civiques, culturelles et de loisirs grâce à son réseau associatif national.

6 Cf. figure 2 page suivante.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Date d’implication de 28 fédérations sportives françaises dans le développement durable du sport
Légende Conception : Audrey Chesnay et José Chaboche.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3442/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Figure 2 – Modèle d’évolution des conceptions politico-idéologiques des fédérations et de leurs structures locales vis-à-vis du développement durable.
Légende Conception : Audrey Chesnay et José Chaboche.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3442/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

Auteurs

Master « Sports et Développement durable », UFR STAPS, Université d’Orléans.

Maître de conférences en Géographie, Aménagement de l’espace, CEDETE (EA 1210), UFR STAPS - Université d’Orléans.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540