Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Première partie. Des acteurs, des figures et des générations successives

Naissance et affirmation de la conscience environnementale du Comité international olympique (1972-2010)

Cyril Polycarpe

Texte intégral

1« L’Olympisme qui est principalement une culture enracinée dans la nature doit être au premier rang du combat pour préserver notre planète » (Samaranch, 1992).

2C’est donc sous le signe de la coopération que l’environnement s’affirme comme nouveau ressort de la dynamique olympique (Mintzberg, 2005 [1982]), durant la période 1972 à 2010, afin de réduire l’impact de l’Homme sur la nature dans le cadre de l’organisation d’évènementiels sportifs sous la conduite du CIO.

  • 1 « projet pédagogique d’éducation des jeunes élites du monde baptisé plus tard par Pierre de Couber (...)

3Pour comprendre le fonctionnement et le rôle de cette organisation, sans doute faut-il souvent tenir compte de facteurs extérieurs, non seulement des influences exercées par des mouvements et associations tiers, les mouvements écologistes, mais aussi des contraintes imposées par la situation internationale ou la conjoncture économique. C’est dire que l’image de l’olympisme que voudrait promouvoir le CIO peut être « brouillée » par des nécessités indépendantes de sa volonté. C’est pourquoi un décalage peut exister entre la relation croisée « environnement et Jeux olympiques », dans le cadre du projet olympique1, et la perception de ce projet à l’extérieur.

4Ainsi la volonté d’ouverture de l’idée olympique qui se manifeste est-elle liée à une conjoncture de contestation ? Ou témoigne-t-elle d’une volonté d’évolution en faveur des valeurs de son temps ?

5À première vue, l’élément le plus marquant réside dans la très grande diversité d’interprétation de l’organisation, de la structure, de la mission et de l’expression médiatique des Jeux olympiques et du Comité international olympique face au monde qui l’entoure. Ainsi, la relation croisée « environnement et Jeux olympiques » présuppose une prise de conscience de l’appartenance à l’olympisme qui se traduit par un attachement à des valeurs dites olympiques. Mais le CIO devient un instrument qui permet d’approfondir le processus d’unification du mouvement olympique et de renforcer l’identité olympique face à certains obstacles pour démontrer sa capacité à rassembler.

Vers une prise de conscience environnementale du CIO : l’action de nouveaux acteurs.

6Au début des années 1970, le président du CIO Avery Brunge décrit une situation conflictuelle.

Les frais occasionnés ne sont pas seuls sur la sellette ; les amis de la nature ont violemment dénoncé les effets désastreux des jeux sur le paysage, sur la vie sauvage de la faune et de la flore, etc. Aujourd’hui, Denver se heurte aux protestations de ces mêmes personnes. En fait, la majorité des résidents des régions où se dérouleront les épreuves y est violemment opposée. (Brundage, 1972)

7Les discours et prises de positions de chacun des participants aux Sessions olympiques, assemblées annuelles des membres cooptés du CIO, témoignent de la vie du comité. Les débats s’animent entre la volonté de s’inscrire dans l’héritage du rénovateur Pierre de Coubertin et la nécessité de s’ouvrir au monde qui l’entoure qui reste minoritaire : « Si Coubertin avait pu prévoir ce que deviendraient les sports d’hiver, leur commercialisation effrénée impliquant des centaines de millions de dollars de constructions et d’autres centaines de millions de dollars de vêtements et d’équipements, il s’y serait sans doute opposé davantage » (Brundage, 1972). Sur le plan international, de nouveaux acteurs, les mouvements écologistes, agissent comme « groupe de pression » avec une culture et des traditions différentes en s’appuyant sur le retentissement de la première conférence organisée par les Nations-Unies à Stockholm, en juin 1972, qui fait de l’environnement un enjeu mondial.

8Le « conservatisme » (Guttmann, 1984) philosophique de l’olympisme prôné par son président, l’Américain Avery Brundage, est confronté aux réalités internationales au moment de conforter la vitrine olympique. Les Jeux olympiques de Denver, ville désignée pour organiser les Jeux d’hiver de 1976, deviennent le symbole de la lutte de l’enjeu environnemental avec pour objectifs la défense des milieux naturels, la limitation de l’impact de l’Homme sur la nature. En effet, l’augmentation des coûts dus à la croissance des Jeux olympiques engendre un aménagement de plus en plus lourd :

Avon, dont le plan de construction est prévu, avec ou sans les Jeux. Steambot Springs, qui est le centre de ski de fond du Colorado, et qui bénéficiera des pistes tracées pour ces spécialités […] Nous ne proposons pas un programme industriel, mais des jeux internationaux, bien sûr, à faire connaître, à améliorer et à promouvoir nos stations de sports d’hiver. (« Rapport financier du comité organisateur des XIIe Jeux Olympiques d’hiver de Denver », 1972)

9Cependant, des critiques particulièrement virulentes se focalisent sur les répercussions d’une augmentation de la population et d’une expansion effrénée et ingouvernable représentée par les dépenses dans des canons à neige, la fabrication et la fixation de glace artificielle. L’accusation s’appuie sur différents rapports publiés (Rapport du Comité organisateur des XIIe Jeux Olympiques d’hiver de Denver, 1972) : les installations y compris la piste de vitesse, les tremplins de saut (20 millions de dollars), le fonctionnement : 15 millions de dollars et 5 millions de dollars pour la promotion démontrent qu’ils sont la source de pollution et de gaspillage : usage de pesticides, de chlore, abattage de forêts, compression des sols, érosion accentuée, avalanches…

10La remise en cause des Jeux, au sein de la ville du Colorado, se focalise sur le coût élevé de l’infrastructure du bobsleigh, un million de dollars selon le Comité d’organisation des Jeux de Denver (Brundage, 1972), que doit supporter la population, et les dégâts occasionnés à l’environnement par l’utilisation d’ammoniaque, afin de réfrigérer la glace du tracé. En réponse, les instances olympiques se montrent incapables de remédier au problème et le laissent au bon vouloir des organisateurs des jeux, ainsi qu’à leurs détracteurs pour gérer les points de désaccords. En acceptant le retrait de Denver après le refus par référendum de la population, l’organisation des Jeux d’hiver de 1976, en respect de la règle 50 de la Charte olympique, est confiée à la ville autrichienne d’Innsbruck. En se réfugiant derrière la « loi olympique », la Charte olympique, le CIO se montre dépassé et incapable de répondre aux populations et aux athlètes qui ne contestent ni les Jeux olympiques ni leurs principes, mais les conséquences de leur accroissement.

11Désormais, cette contestation extérieure bouleverse l’organisation des Jeux mais surtout la mission du CIO, par la remise en cause du premier principe de l’olympisme : l’organisation des Jeux olympiques. L’émergence d’une nouvelle génération de membres souhaitant dynamiser l’idée olympique autour d’une relation croisée entre sentiment d’appartenance dû à l’héritage de l’Olympisme du rénovateur Pierre de Coubertin et une ouverture aux valeurs plus modernes, bouleverse l’orientation de la politique du CIO. Ces acteurs se sentent davantage impliqués dans un rôle de précurseurs : ce sont des élites politiques, notamment princières. Les témoignages de vie et les articles de la Revue Olympique, bulletin d’information interne du Mouvement Olympique, sont une source pour l’étude des mentalités au sein de la « famille olympique » (Chappelet, 1991, p. 159). L’exemple d’une personnalité aussi prestigieuse que Nora de Liechtenstein illustre cette vision (« Actualités des Comités Nationaux Olympiques », 1982). Élue à la présidence du Comité national olympique du Liechtenstein en 1981, elle connaît parfaitement les rouages du CIO par sa participation auprès de son père dans le travail olympique, qui fut membre du CIO de 1936 à 1980, et son implication dans le développement du sport national. Elle est cooptée au CIO en 1982 où, après des études en sciences politiques, elle occupe un poste à responsabilités dans un institut pour la protection de l’environnement et de l’aide au développement à Londres.

12Ces acteurs sont issus d’une nouvelle génération arrivée au pouvoir au début des années quatre-vingt. Ils ont été marqués par les nouveaux enjeux de la crise économique de 1973, et, de plus, se présentent avec une culture et des traditions différentes. Ces « nouveaux entrants », issus de différentes élites qui ne s’intéressaient guère jusqu’alors aux questions olympiques, se sentent désormais davantage impliqués. Parce que les enjeux de défense, d’une vision de l’olympisme (Clastres, 2005, p. 279), deviennent de plus en plus fondamentaux. La multiplication de contacts et d’échanges, avec les partenaires du mouvement olympique, permet de développer une « pratique olympique » tout à fait originale. Ces changements contribuent à esquisser un nouvel espace olympique, mais surtout de nouveaux équilibres sont créés face à l’autoritarisme du président (Miege, Lapouble, 2003, p. 242).

  • 2 « le coût des Jeux Olympiques serait passé de 310 millions de dollars, en 1972, à plus de 1,3 mill (...)

13Ces nouveaux acteurs favorisent l’émergence d’une « conscience olympique » en ouvrant l’olympisme aux défis du monde moderne, jusqu’alors réticent ou indifférent par la voix du président. En utilisant l’outillage conceptuel forgé par Michel Crozier, soulignons que les acteurs, inclus dans une situation bureaucratique, peuvent manquer d’efficacité et d’initiative à cause des règles. Cela permet à certains individus, comme Nora de Liechtenstein, de s’imposer comme précurseurs, « de prendre une parcelle de pouvoir, en dehors ou à côté de ce qui est prévu par les règlements » (Crozier, Friedberg, 1981 [1977]). Ce qui est visé, c’est la volonté d’établir une politique olympique commune entre tradition et ouverture dans le seul souci de défendre la vitrine des Jeux et de préserver l’image du CIO ; car les critiques émises sous le terme de « gigantisme2 » dans le journal Le Monde en 1976, pour caractériser les Jeux à crédit de Montréal, dégradent la vision de l’olympisme. Le tournant est significatif, assurant le passage d’une identité culturelle ancienne (Durry, 1992, p. 161) à une identité nouvelle qui ne serait plus un simple sentiment d’appartenance à des valeurs issues d’une civilisation antique, mais la construction d’un mouvement de solidarité et de coopération avec une philosophie répondant au monde moderne. Certes, il s’agit d’une identité plus proclamée que vécue, d’une « volonté d’identité », à construire, que réellement partagée.

14À ce titre, la période de 1972 à 1992 est un temps « d’apprentissage » et d’expérimentation, utile pour l’olympisme et le CIO, afin d’appréhender le critère environnemental qui fait son entrée sur la scène internationale à partir de 1992.

15Les membres olympiques, relais décideurs, ont une place centrale dans la dynamique d’un nouvel espace d’expression. Cela constitue une première étape à l’échelle du processus de construction olympique.

16Une véritable identité de vue permet une politique olympique commune. Le tournant est significatif, assurant le passage d’une identité ancienne, l’identité culturelle, à une identité nouvelle, plus politique. L’identité olympique ne serait plus un simple sentiment d’appartenance à une ère de civilisation, mais devrait construire un espace de solidarité et se transformer en sentiment d’allégeance à une institution sportive qui prend une vocation politique. Dans leur déclaration, ils affirment la nécessité de prendre en considération « le caractère dynamique » de la construction olympique à vocation universelle. Le volontarisme ne suffit pas à entretenir le processus olympique. Il faut que la volonté politique coïncide avec une certaine dynamique au sein de l’olympisme et du CIO, par l’intermédiaire du président et du mot d’ordre voté à la Commission exécutive olympique. Par cette prise de conscience environnementale, une évolution de la structure du CIO est à noter.

17Depuis 1894, l’olympisme cherche, avec plus ou moins de succès, à se constituer en ordre international (Gafner, 1994), soit un ordre fondé sur l’équilibre des puissances. D’où la nécessité de recourir à la problématique complémentaire de la « dynamique olympique » spécifique, générée par la construction olympique elle-même. Or, de ce point de vue, les années quatre-vingt constituent un tournant fondamental. Il en découle une véritable « dynamique », où le CIO doit devenir l’espace sportif de référence. Ainsi un objectif est fixé, une dynamique est lancée. « L’olympisme » contemporain est désormais identifié comme une institution et la philosophie olympique en apparaît comme l’horizon nécessaire.

Le CIO se responsabilise en définissant l’environnement comme nouvelle identité olympique.

Dans la forêt du vaste monde du sport, un arbre avait poussé plus haut que les autres, celui du CIO, et c’était probablement pour ces motifs qu’il essuyait et endurait des rafales de vent d’incompréhension venant de différentes parts. Je peux vous garantir que, grâce au travail déployé par tous nos prédécesseurs et par vous tous ici présents, chers collègues, membres du CIO, notre arbre possède de solides racines. Non seulement il résistera à ces vents mais il continuera de croître. (Samaranch, 1992)

18Cette métaphore présidentielle présente une aspiration à la coopération, voire à l’intégration, de faire naître ou renforcer le sentiment d’appartenance à l’olympisme par l’environnement comme facteur de progrès de l’idée olympique.

19Autrement dit, dans quelle mesure l’environnement devient-il un instrument de la construction olympique pour incarner et promouvoir une nouvelle identité de l’olympisme ?

20Le contexte de la Session olympique de Barcelone en août 1992 fait suite au choc du bilan des Jeux olympiques d’Albertville de février 1992, considérés comme la synthèse des effets néfastes des aménagements sportifs. L’impact de l’Homme sur la nature y est dénoncé, contribuant largement à dégrader l’image des Jeux (Nidegger, 2002, p. 511-521), malgré les succès enregistrés par les Jeux d’Albertville de 1992 (Dailly et al., 1992) et de Barcelone sur les plans économique et populaire. Ainsi, le CIO prend conscience de l’environnement comme valeur promotionnelle et marketing des Jeux olympiques, par sa participation au Sommet de Rio, en 1992. Il fait du sport le partenaire idéal pour la protection de l’environnement et relance la « construction olympique ».

21Le président du CIO, Juan Antonio Samaranch, convaincu de la nécessité de construire un olympisme au plus près des soucis du monde pour sortir de l’impasse dans laquelle se sont engagés les Jeux olympiques, mise sur la réalisation d’un olympisme élargi à la défense de l’environnement. Partisan d’une approche économique prioritaire pour asseoir les recettes du CIO et son rayonnement (« Le temps de la commercialisation », in Chappelet, 1991, p. 203), avec la mise en place du programme TOP (The Olympic Programm) rapportant 170 millions de dollars pour 1989-1992, il souhaite aussi le développement d’une coopération politique, au sein du mouvement olympique, coordonnée par l’action du CIO sur la scène sportive internationale, à condition que les intérêts essentiels du CIO soient préservés.

22Le CIO donne une impression d’ouverture, permettant des avancées sur les questions alors en suspens. La création d’une commission olympique (« Première conférence mondiale sur le sport et l’environnement », 1995), en décembre 1995, pour la gestion d’une politique écologique olympique autonome, favorise la mise en place d’un plan d’action de reconnaissance et, plus globalement, l’élargissement des politiques et d’actions communes en tenant compte de l’insertion du CIO dans un ordre sportif international en mutation.

23Par conséquent, le CIO doit devenir un pont entre l’Olympisme et l’environnement. Ce syncrétisme olympique doit permettre aux Jeux olympiques de poursuivre leur croissance sur le plan culturel, économique et social pour asseoir leur place.

24En application des discours et des prises de position lors de la Session de 1992 à Barcelone, les Jeux d’hiver de Lillehammer, du 12 au 27 février 1994, se proclament « premiers jeux verts » (Chappelet, 1998, p. 96). Au prix de nombreuses concessions avec les mouvements écologiques, la piste de Bobsleigh a été enterrée, et construite loin de toute habitation pour éviter les nuisances de l’ammoniaque ; on utilise des matériaux recyclés pour la construction ; une loi sur l’abattage abusif d’arbres est adoptée (le Comité d’organisation devait payer 8 000 francs de plus par arbre abattu). Cependant, tout n’était pas parfait, et de loin, à l’exemple des tremplins de saut à ski, construits dans une zone où les atteintes à la nature abondent telles que l’abattage des forêts.

25Ainsi, le caractère utilitaire de l’environnement procure une valeur autonome au sein de l’Olympisme, lors des Jeux de Lillehammer, et donne un tournant capital à l’idée olympique du futur.

26Le congrès olympique de Paris, au mois de juin 1994, réunit l’ensemble des représentants du mouvement olympique, CIO, FIS, CNO, COJO, sur le thème de l’unité. Le communiqué final du Congrès « réaffirmait leur foi dans les finalités du mouvement olympique pour permettre à l’olympisme de jouer son rôle dans la défense des valeurs olympiques, l’équilibre du monde, la protection de la paix et de la terre » (« Rapport final du Comité du centenaire », 1994) confiant la mission au CIO d’entreprendre une éducation olympique.

27Le Congrès de Paris atteste cette volonté de poursuivre la construction olympique par des décisions adaptées, dont la principale est la mise en place d’une reconnaissance de l’environnement comme pilier olympique : par une inscription dans la charte olympique de la valeur environnementale ; la création d’une commission olympique spécifique dans la protection de l’environnement avec un budget alloué ; et, l’adoption d’un questionnaire pour permettre aux futures villes olympiques la maîtrise de leur budget dans un souci de protection de l’environnement et des coûts d’organisation des jeux olympiques.

28Une nouvelle politique commune, basée sur une plus grande convergence des politiques sur le modèle défini par le CIO, constitue une relance du chantier olympique, selon des modalités à préciser.

29Deux grands axes se constituent : une commission qui traite essentiellement des problèmes environnementaux et des répercussions sur les politiques à mettre en œuvre par le CIO et applicables au mouvement olympique, puis un comité pour la mise en place d’un olympisme des citoyens, mettant en avant les actes de protection de l’environnement par les athlètes, les jeunes, associations et fédérations sportives dans le cadre de l’Académie internationale olympique.

  • 3 « Après le congrès olympique pour en reprendre pour cent ans ? », Congrès olympique du Centenaire, (...)

30Le Congrès du centenaire insiste sur la nécessité de parvenir rapidement à la mise en route d’une action intérieure commune, logique et cohérente, afin de « renforcer l’identité et l’image du CIO auprès des citoyens du monde3 » autour de quatre thèmes :

  • la mise en place d’un système des valeurs communes porteur des quatre libertés : éducation, culture, sport pour tous et sport de haut niveau ;
  • une politique environnementale dynamique, s’appuyant sur l’existence des jeux olympiques à l’image valorisante et à renforcer ;
  • la constitution d’une communauté du progrès, condition d’un développement sportif de type moderne ;
  • la promotion de valeurs communes, notamment culturelles, à travers une démarche de préservation du patrimoine, la mise en chantier d’un « espace social » et d’un espace « juridique » (J.R. et M.M. Gold, 2007).

31En 1999, le CIO cherche à sortir d’une situation de crise (Benhamou, 1999), après la révélation de la corruption de membres du CIO, par une nouvelle relance du processus d’intégration environnementale, à défaut de pouvoir faire un olympisme politique. Il faut sortir d’une approche gestionnaire du chantier olympique, largement défensive, au profit d’une approche d’intégration progressive, constructive. Par ailleurs, il est admis qu’il convient de « faire l’olympisme » en considération des attentes de la société, et qu’il faut sortir de « l’olympisme des affaires » (Jennings, 2000) pour privilégier un olympisme des citoyens. Le phénomène est accentué et par la demande en vue d’une insertion et par une participation active au fonctionnement des institutions qui contribuent à « construire l’olympisme ». Des réalisations majeures, une politique d’incitation à la préservation de l’environnement par l’élaboration de l’Agenda 21 et la mise en place d’une autre commission olympique du développement durable, prônent l’action citoyenne. C’est dans ce contexte d’évolution rapide de l’organisation de l’olympisme et du CIO que se déploie une nouvelle problématique de la construction olympique dont les contours sont multiples et de plus en plus imbriqués. Le CIO combine l’approche communautaire du mouvement olympique à celle d’un espace où les Jeux olympiques seraient un laboratoire pour l’épanouissement des valeurs olympiques.

32Une politique de cohésion économique et sociale se crée. Elle est destinée à faciliter, comme le prévoit le congrès de 1994, un développement harmonieux de l’olympisme pour en améliorer l’image.

La coopération environnement et CIO, nouveau ressort de la dynamique olympique

33La Règle 2, sur le rôle du Comité international olympique, de la Charte olympique de 1996, rappelle les enjeux de l’environnement de l’Olympisme contemporain.

Le Comité International Olympique veille à ce que les Jeux Olympiques se déroulent dans des conditions qui prennent en compte, d’une manière responsable, les problèmes d’environnement et encourage le mouvement olympique à se préoccuper de ces problèmes, à traduire les préoccupations dans toutes ses activités et à sensibiliser toutes les personnes qui lui sont liées à l’importance d’un développement durable.

34Cette « loi olympique » montre que le CIO envisage les problèmes liés à l’écologie comme multiples, interdépendants et de dimension globale. Il est donc nécessaire et essentiel que les actions entreprises au niveau de chaque entité du mouvement olympique s’intègrent dans un contexte global et que se fixe une mission à plusieurs niveaux. Ainsi, le CIO souhaite élargir sa mission à l’ensemble des composants du mouvement olympique pour que toute manifestation sportive fasse non seulement un bon usage des ressources existantes, mais protège aussi les milieux naturels et participe à leur sauvegarde.

35L’agenda 21 fait office de document ou de manuel pratique pour mieux appréhender la relation olympisme et environnement à la suite de son inscription à la Charte olympique. Mais ce nouveau pilier de l’Olympisme, depuis 1996 et renforcé en 1999, stigmatise la fracture entre les nations riches et développées capables de répondre à des critères très coûteux pour obtenir l’organisation des Jeux par rapport à des nations en développement moins regardantes sur la manière d’obtenir une valorisation internationale. Pékin, par exemple, pour les Jeux d’été de 2008 (Nivelle, 2007), fut figée entraînant le ralentissement de son économie pendant la durée des Jeux pour répondre aux critères écologiques olympiques jusqu’au départ des officiels après les Jeux. Il est donc très important de souligner que l’environnement devient une « limite » pour l’unité olympique. Si l’héritage culturel de l’Olympisme de Coubertin a tout de même permis au CIO d’étendre son influence dans l’ensemble des régions du monde, sans atteindre l’universalité tant affirmée (Chamerois, 2002), une acculturation de l’idée olympique à des valeurs plus contemporaines telles que l’environnement contribue à sensibiliser une nouvelle génération : membres, athlètes, spectateurs qui se réclament de l’héritage de Coubertin. La faiblesse du traité de 1999 réside dans le fait qu’il introduit des possibilités de dérogation en faveur de certains États peu enclins à une implication plus étroite. C’est la mise en place de la stratégie de l’olympisme « à la carte ».

  • 4 Huit objectifs sont définis dont « Proposer une introduction unique et forte à l’Olympisme ; Innov (...)

36Mais le volontarisme ne suffit pas à entretenir ce processus. Ainsi, il faut que cette volonté dirigeante coïncide avec une certaine dynamique des « jeunes générations », selon l’expression employée par le nouveau président du CIO, le Belge Jacques Rogge, en juillet 2001 lors de son élection à Moscou : « Moment historique pour le mouvement olympique. Nous devons cela à la jeunesse du monde entier. » (Rogge, 2007) La confiance en la jeune génération est un sentiment partagé par les décideurs, les acteurs et les observateurs (Attali et al., 2009) de la famille olympique : elle incarne un avenir qui dépasse les sentiments nationaux. L’idée reçue selon laquelle les jeunes seraient plus acquis à l’olympisme que leurs aînés s’est donc imposée dans la presse quoique partiellement infirmée par les enquêtes d’opinion mises en place par le Comité international olympique lui-même sur son support Internet (CIO, Site officiel du Mouvement Olympique). Pour la jeunesse, l’olympisme ne représente pas un univers politique, mais plutôt une construction centrée sur les Jeux olympiques et le CIO. Cette actualité paradoxale, entre la vision dirigeante et ce groupe cible, invite à confronter les jeunes à l’idée de construction du « citoyen olympien4 », dont le but est d’inciter les jeunes à adopter un esprit olympique aux athlètes de 14 à 18 ans. Conscient de l’élitisme de la dynamique olympique et soucieux de nouer une relation étroite avec les populations, le CIO, par la voix de son nouveau président, souhaite un mouvement appartenant aux olympiens.

37La jeunesse occupe une place privilégiée dans les projets olympiques car désormais considérée comme l’avenir de l’olympisme. Un effort de formation est entrepris avec la mise en place de programmes spécifiques, qui permettent de percevoir les citoyens olympiens susceptibles de diffuser l’idée olympique à l’ensemble de la société civile. Cette campagne olympique envers la jeunesse, lancée par le Comité international olympique, a pour but « d’intéresser [celle-ci]… à la construction de l’olympisme ». Or les jeunes olympiens semblent avoir une représentation ouverte, généreuse mais non institutionnelle de l’olympisme qui s’oppose à la conception raisonnée et politique de leurs aînés.

38Les Jeux olympiques de la Jeunesse ont donc pour but avoué d’enrayer le déclin de la pratique sportive chez la jeune génération, et de donner une éducation reposant sur les valeurs olympiques : la fraternité, les mode de vie, l’environnement, la révolution des médias et la nutrition. Compétition sportive d’une part et campagne d’éducation d’autre part où des séminaires et des forums sont organisés à l’occasion desquels sont abordées des questions sociétales tout en plaçant l’olympisme au cœur de cet événement sportif mondial. Les jeunes sont perçus comme des citoyens olympiens susceptibles de diffuser l’idée olympique en les dotant d’un sentiment de responsabilité. Ainsi le CIO s’attache à informer la jeunesse, à la mobiliser et à l’éduquer au « patriotisme olympique » afin de créer une conscience de solidarité, mais la représentation médiatique reste limitée : 3 600 athlètes à Singapour contre 10 500 à Pékin pour les Jeux d’été pour 205 CNO reconnus ; 1 768 pour les médias contre 22 000 pour Pékin 2008 (Rapport sur les Jeux olympiques de la Jeunesse d’été, Singapour, 2010).

39Ainsi, le CIO offre des moyens d’identification et des signes de reconnaissance par des valeurs et des références qui marquent à la fois une appartenance à la société dans laquelle il s’inscrit, et contribue à renforcer l’identité historique de l’Olympisme si l’on admet que celle-ci n’est pas seulement une « vocation » mais aussi un apprentissage qui transforme un héritage en « conscience ».

40Ce groupe cible doit renforcer une entité olympique latente mais ne signifie pas citoyenneté réfléchie. Pour la jeune génération, l’olympisme se présente comme un idéal universaliste ou comme un acquis, mais n’est pas source d’implication.

41Plus qu’aucun autre, la jeunesse constitue un segment de l’opinion profonde auprès duquel les partisans de l’intégration, de l’olympisme dans la société civile comme ordre international, entendent procéder à une opération de propagande. De plus, c’est aussi l’un des rares cas où cette orientation ne reste pas un vœux pieux, sans doute parce que cette éducation concourt à la formation des futures élites.

42Chargé d’une triple mission de coordination, de documentation et de formation, le CIO ambitionne de « faire des jeunes olympiens, conscients de leur solidarité » (Rapport sur les Jeux olympiques de la Jeunesse d’été, Singapour, 2010), en agissant sur les vecteurs collectifs que sont le sport et les valeurs que celui-ci véhicule, qu’on lui agrémente. Une campagne d’éducation civique olympique au cours de stages d’une semaine qui présente également les différentes matières sous un angle olympique, diffuse cette approche auprès des athlètes en proposant des diapositives et des documentaires sur les expériences vécues.

43Les symboles jouent donc un rôle primordial dans le processus de socialisation : quiconque les accepte est considéré comme citoyen au sein d’une « collectivité olympique ». Les instances olympiques sont donc en quête de « mesures concrètes susceptibles de rendre directement sensible à l’opinion publique » leur réalité. Toute une offre de moyens d’identification et de signes de reconnaissance pour la jeunesse. L’acquisition de valeurs et de références marquent pour l’individu son appartenance identitaire.

44Ces changements contribuent à esquisser une nouvelle dynamique olympique. Mais surtout, avec l’entrée de l’environnement comme nouveau pilier olympique, de nouveaux équilibres sont créés.

Conclusion

45Le phénomène environnemental n’était pas – et n’est pas – destiné à transformer le CIO en une entité impérialiste. Le CIO assume son rôle de chef de file du mouvement olympique par son histoire et son action qui fait son « identité » – une « identité » qui reconnaît les « valeurs » du monde qui l’entoure dans le cadre d’une relance du processus de construction olympique. Mais l’action du CIO favorise l’olympisation du monde sportif et reste assimilée au pouvoir de l’argent et non à la réduction de l’action de l’Homme sur la nature à plus long terme comme le prouvent les Jeux de Pékin de 2008 ou la construction ex nihilo de la station de ski de Sotchi en Russie pour accueillir les Jeux d’hiver de 2014.

46Les nouvelles dynamiques créées ont évidemment leurs limites, les mêmes, à bien des égards, que celles qui caractérisent l’olympisme d’aujourd’hui. Néanmoins, pendant ces années, le CIO s’est imposé comme principale source d’innovation de l’olympisme tout en renforçant la philosophie olympique. L’intérêt porté à l’environnement a prouvé que les Jeux olympiques n’étaient plus seulement une compétition sportive ou une affaire économique. Ce pilier de l’olympisme contemporain devient une nouvelle identité politique, certes encore fragile, mais fixe des enjeux qui nourrissent encore les préoccupations de notre temps présent et de notre proche avenir.

Bibliographie

Bibliographie

« Actualités des Comités Nationaux Olympiques », Revue Olympique, avril 1982, no 174.

Attali M., Saint-Martin J., Leveque S., Brunetti L., Bizet J. (Textes réunis par), Les Valeurs de l’Olympisme : un modèle éducatif en débat, Paris, L’Harmattan, coll. Espaces et Temps du Sport, 2009.

Benhamou G., « L’olympisme en flammes », L’Express, 11 mars 1999.

Brundage A., « Discours lors de la cérémonie solennelle d’inauguration de la 72e session du Comité international olympique », Revue Olympique, janvier 1972, no 52.

Chamerois N., La Mondialisation des Jeux Olympiques – de Séoul (1988) à Sydney (2000), thèse de géographie sous la direction de Jean Praicheux, Université de Franche-Comté, CERSO, Besançon, 2002.

Chappelet J.-L., Le Système olympique, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1991.

———, « L’évolution des Jeux Olympiques d’hiver depuis 1980 », Revue juridique et économique du sport, no 47, Paris, Lamy, juin 1998.

CIO, Site officiel du Mouvement Olympique [En ligne]. http://www.olympic.org.Consulté le 4 mai 2011.

Clastres P., « La refondation des Jeux Olympiques au Congrès de Paris (1894) : initiative privée, transnationalisme sportif, diplomatie des États », Relations Internationales, 2002, no 111, tome 1, p. 327-345.

———, « Inventer une élite : Pierre de Coubertin et la “chevalerie sportive” », dans « Les idées élitistes en 1900 », Revue française d’Histoire des Idées politiques, 2005, no 22, p. 51-71.

Crozier Michel, Friedberg Erhard, L’Acteur et le Système : Les contraintes de l’action collective, Éditions du Seuil, 1981 [1977, coll. « Sociologie politique »].

Dailly Danielle, Kukawka Pierre, Préau Pierre, Servoin François et Vivian Robert, Albertville 92 : l’empreinte olympique, Presses Universitaires de Grenoble, Collection Montagnes, 1992.

Durry Jean, « Une gestation de quarante mois », in Hubscher Ronald (dir.), L’Histoire en mouvements : le sport dans la société française (xixe-xxe siècle), Armand Colin, Paris, 1992.

Gafner Raymond, Un siècle du Comité International Olympique 1894-1994 : l’idée, les présidents, l’œuvre, Lausanne, Comité International Olympique, 3 vol., 1994.

Gold J. R. et Gold M. M., Olympic Cities. City Agendas, Planning, and the World’s Games, 1896-2016, Londres, Routledge, 2007.

Guttmann A., The Games Must Go On. Avery Brundage and the Olympic Movement, New York, Columbia University Press, 1984.

Jennings A., La Face cachée des Jeux Olympiques (trad. de Jean-Christope Audray), Paris, L’Archipel, 2000.

Miege C., Lapouble J.-Ch., Sport et organisation internationales, Paris, Economica, 2003.

Mintzberg H., Structure et dynamique des organisations (trad. P. de Romelaer), Paris, Les Éd. d’Organisations, 2005 [1982].

Nidegger Jean-Blaise, « Olympisme et environnement », Relations Internationales, no 112, hiver 2002.

Nivelle Pascale, « Pour soigner ses jeux, Pékin fait un grand ménage », Libération, 26 mai 2007.

« Première conférence mondiale sur le sport et l’environnement », Revue Olympique, volume XXV, no 4, août-septembre 1995.

« Rapport du Comité organisateur des XIIe Jeux Olympiques d’hiver de Denver », Revue Olympique, no 55, avril 1972.

« Rapport final du Comité du centenaire », Revue Olympique, no 322, octobre 1994.

« Rapport financier du comité organisateur des XIIe Jeux Olympiques d’hiver de Denver », Le Monde, 12 avril 1972.

« Rapport sur les Jeux olympiques de la Jeunesse d’été – Singapour », Site officiel du Mouvement Olympique [En ligne], 2010. Disponible sur : http://www.olympic.org/fr/jeux-olympiques-de-la-jeunesse/documents-rapports-etudes-publications.Consulté le 20 avril 2011.

Rogge J., « Discours d’ouverture du président du CIO de la 119e session du CIO », 5 juillet 2007 (Guatemala City, 119e Session du CIO).

Samaranch J. A., « Discours d’ouverture de la 99e session olympique de Barcelone, 1992 », Bulletin de la Revue olympique, septembre 1992, no 299.

Notes

1 « projet pédagogique d’éducation des jeunes élites du monde baptisé plus tard par Pierre de Coubertin “idée olympique” […] une structure organisationnelle transnationale s’incarnant, dès juillet 1894, dans le Comité International Olympique ». (Clastres, 2002, p. 327)

2 « le coût des Jeux Olympiques serait passé de 310 millions de dollars, en 1972, à plus de 1,3 milliard de dollars », in Le Monde, 16 juillet 1976.

3 « Après le congrès olympique pour en reprendre pour cent ans ? », Congrès olympique du Centenaire, Rapport final, Atlanta, juillet 1996, 627 p.

4 Huit objectifs sont définis dont « Proposer une introduction unique et forte à l’Olympisme ; Innover en éduquant et en débattant des valeurs olympiques ainsi que des défis de la société (Rapport sur les Jeux olympiques de la Jeunesse d’été, Singapour, 2010).

Auteur

ATER à l’U-Sports de Besançon, Université de Franche-Comté.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540