Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Première partie. Des acteurs, des figures et des générations successives

Les éco-développeurs récréatifs : une troisième génération de prestataires sportifs ?

Clémence Perrin-Malterre

Texto completo

Introduction

1Les années 1980-1990 marquent le passage d’un tourisme moderne, dominé par des conceptions industrielles et rationnelles à un tourisme qualifié de postmoderne. Celui-ci se traduit par la montée de nouvelles approches et pratiques sportives et récréatives, marquées par des valeurs de liberté, de plaisir et d’amusement (Corneloup, 2006). Parallèlement à cette évolution culturelle majeure, l’apparition du concept de développement durable, porté par une prise de conscience environnementale et sociale en progression, participe à la remise en cause des modèles de développement touristique moderne, tendant à marchandiser les espaces (Girard, 2009). À l’échelle des territoires de montagne, de nouveaux modes de tourisme apparaissent et/ou se confirment (tourisme « vert », itinérant…), à la fois opérant et découlant d’une redéfinition des valeurs et référentiels culturels. Ces changements se réalisent du côté de la demande, c’est-à-dire du point de vue des pratiquants et touristes, comme en témoigne, par exemple, la tendance à un retour vers des stations de sports d’hiver plus petites, moins chères, souvent plus proches, ayant une « ambiance » particulière que l’on ne retrouve pas dans les conceptions standardisées de certains grands complexes touristiques de montagne (Bourdeau, 2007). Mais ils sont aussi bien observables du côté de l’offre touristique, à l’échelle des acteurs et des prestataires touristiques. Selon Corneloup (2010), on assisterait à l’émergence d’une troisième génération de prestataires sportifs, celle des éco-développeurs récréatifs.

Trois générations de prestataires sportifs

2Nous allons tout d’abord revenir sur les traits caractéristiques des deux premières générations de prestataires sportifs mis en évidence par Corneloup et Bourdeau (2002).

3La première génération de professionnels, celle des techniciens, s’ancre dans la culture moderne. Cette culture s’est affirmée au cours du xxe siècle (à partir des années 1930) avec la sportivisation de l’alpinisme et l’ouverture au métier de guide de haute montagne. Sur le registre des formes d’encadrement, l’aspect engagé de la pratique justifie la mise en place d’une pédagogie directive autour d’un encadrement strict. On est en présence d’une pratique professionnelle qui s’inscrit dans la durée, qui valorise le progrès et qui justifie la présence d’apprentissages longs et fastidieux. En ce qui concerne les espaces de pratique, cette première génération de professionnels s’inscrit prioritairement dans les territoires de la haute montagne, sur les sites majeurs de pratique. Pour eux, il s’agit de limiter au maximum les formes d’aménagement, que ce soit au niveau des balisages des chemins, de la conception de topoguides, des points d’ancrage dans les voies d’escalade ou du style des refuges alpins. En ce qui concerne les formes d’organisation, le modèle dominant est celui de la petite structure de plein air qui fonctionne sous une forme très structurée et pyramidale. Si jusque dans les années 1940, les professionnels de la montagne sont presque exclusivement issus du monde paysan, l’émergence de professionnels d’origine urbaine à la recherche d’une intégration locale dans le monde et la culture montagnarde vont ensuite s’affirmer comme une tendance lourde. Un ancrage territorial est recherché autour d’une identification aux valeurs montagnardes.

4La deuxième génération de professionnels, celle des marketeurs des services sportifs, s’ancre dans la culture postmoderne. Cette culture a émergé au cours des années 1980, et va contribuer à transformer les pratiques sportives en activités commerciales. En ce qui concerne les formes d’encadrement, les logiques pédagogiques évoluent : l’encadrement s’assouplit, les contraintes diminuent et les relations prestataires-clients se personnalisent. L’apprentissage est réduit en durée et doit faciliter la rapidité de la mise en action. La règle d’action définie par l’encadrant s’efface pour laisser la place à une coproduction et un copilotage. Le client devient plus participatif et actif dans la déclinaison de son programme d’action. Les espaces de pratique valorisés se modifient : les nouveaux loisirs sportifs se pratiquent de manière privilégiée dans les fonds de vallée ou à leur proximité immédiate, tout en se rapprochant de l’espace organisé des villages et des stations. Ce mouvement est amplifié par la présence d’une urbanisation et d’aménagements lourds des sites qui vont de pair avec la technologisation forte des pratiques sportives de nature. Les formes d’organisation changent : une gestion entrepreneuriale semble s’imposer. Aujourd’hui les compétences ne sont plus issues d’une culture sportive acquise sur le terrain, mais sont directement liées à des connaissances tirées des sciences de la gestion, du marketing, de la comptabilité analytique… Le style de vie de ces professionnels de la deuxième génération s’urbanise et se normalise. La nature devient un produit et on observe un nomadisme professionnel avec un choix de destination qui va se faire en fonction des opportunités et des chances de réussite.

5Selon Corneloup (2010), on serait en train d’assister à l’émergence d’une troisième génération de prestataires sportifs, celle des éco-développeurs récréatifs, qui s’inscrirait dans la culture transmoderne. La transmodernité (Dussel, 2002 ; Grosfoguel, 2006 ; Luyckx-Ghisi, 2001 ; Rodriguez Magda, 2004) peut se saisir comme un mouvement qui souhaite dépasser les limites de la modernité en proposant un nouveau modèle de société que l’on pourrait qualifier de durable. Une logique de la complexité s’inscrit au cœur de cette approche pour aborder d’une manière transversale les questions, les pratiques et les problèmes à résoudre. Selon les auteurs, on assisterait chez les acteurs à l’émergence de valeurs liées à la solidarité entre les hommes et les peuples, à la décroissance, à l’écologie et au respect. La déconstruction progressive du modèle hiérarchique pyramidal laisse place à un modèle d’organisation horizontal intégrateur. Ces changements sont également observables dans le domaine touristique et sportif, avec la montée progressive depuis les années 1990-2000 de pratiques qui s’inscrivent dans une démarche alternative. Dans cette perspective, les rapports au corps, à la nature, et à ce qui est autre, changent pour devenir plus soft, plus réfléchis et également plus basés sur l’écoute et le partage. On observe une recherche de rupture temporelle et de changement de rythme par rapport à une société de la vitesse et de l’instantanéité : il s’agit de prendre son temps, de privilégier un déplacement lent. Enfin, une culture du lien social semble s’imposer, opérant un recentrage des pratiquants sur des valeurs essentielles, profondes et non plus superficielles, relevant plus de la sensibilité émotionnelle que du strict sensationnel.

6En même temps que le marché des pratiques récréatives se restructure, la mobilisation de nouveaux référentiels culturels chez les pratiquants et les touristes nécessite une adaptation de la part des professionnels. S’agit-il pour autant d’une question de génération dans le sens où ce renouvellement des pratiques professionnelles dans le domaine des sports de nature ne serait que le fait des jeunes prestataires ? De plus, le développement d’éco-pratiques récréatives n’est-il pas seulement un argument marketing permettant de surfer sur la vague de prise de conscience écologique ? C’est ce que nous allons voir maintenant avec l’exemple des acteurs de l’offre touristique des sports de nature dans le département du Puy-de-Dôme.

Méthodologie

7Un premier contact a été pris avec la chargée de mission « sports de nature » du parc naturel régional des Volcans d’Auvergne pour une mise en relation avec des prestataires touristiques proposant des éco-pratiques. Les premiers prestataires rencontrés nous ont ensuite mis en rapport avec d’autres ayant la même démarche que la leur. Ainsi, huit prestataires sportifs âgés de 25 à 52 ans et implantés dans le massif du Sancy et de la chaîne des Puys ont été interrogés : trois accompagnateurs en moyenne montagne (AMM), deux accompagnatrices de tourisme équestre, deux moniteurs de parapente et une monitrice de ski.

8Le guide d’entretien portait sur trois aspects :

  • la situation et l’activité professionnelle ;
  • la trajectoire personnelle et professionnelle ;
  • l’avenir de l’activité et les évolutions envisagées.

Le développement d’éco-pratiques récréatives

Caractéristiques des éco-développeurs récréatifs

9Pour l’ensemble des prestataires interrogés, l’accueil et l’échange avec les clients est un aspect primordial de la prestation : « Pour moi, l’accueil c’est primordial. Après la disponibilité. Moi je crois que la disponibilité, les clients adorent. » Selon un AMM, « prendre le temps d’être à l’écoute des gens, c’est une qualité essentielle dans le tourisme aujourd’hui, et qui se démarque complètement des grosses structures ». Dans la même perspective, un des moniteurs de parapente souhaite développer des stages sur plusieurs jours car selon lui « l’enseignement en stage, c’est des rapports qui s’installent dans la durée. Humainement, c’est plus riche ». Il s’agit d’une volonté de réhumanisation de la relation prestataire client qui se traduit par de l’écoute, de l’échange, et de l’attention portée au client. Cela se manifeste aussi par l’adaptation au rythme du client : « On prend son temps, il n’y a pas d’échéance dans la journée, on évolue selon les envies des gens. Ce qui est important, c’est plutôt le bien-être, la découverte du milieu. » Pour la monitrice de ski : « Ici, ce n’est pas l’usine comme dans les grandes stations. Si le cours dure un quart de plus, ce n’est pas grave. On n’est pas là pour enchaîner ». Ainsi, la coproduction et le copilotage des pratiques déjà présents dans la culture postmoderne se renforcent. On observe une volonté d’impliquer et de faire participer le client à être pleinement acteur de ce qu’il vient vivre. C’est le cas d’un des AMM qui souhaite pleinement impliquer le visiteur dans l’expérience vécue : « Je cherche à faire quelque chose qui soit ludique, mais qui demande un peu d’investissement personnel ; aller chercher au fond de soi qui l’on est… »

10Le moment d’échange avec le client lors de la prestation est également un moment de transmission qui sert à faire passer des messages autour de la notion de développement durable. Ainsi, les prestataires n’hésitent pas à sensibiliser voire à éduquer leur client à la dimension écologique et à la solidarité. Selon une accompagnatrice de tourisme équestre : « Moi, j’aime transmettre le côté amoureux de cette nature qui est préservée ; le respect de la nature dans laquelle j’évolue au quotidien. Le respect des gens aussi. » Un des AMM nous explique que « le passage ici doit permettre de faire en sorte que les gens fassent attention après. Il faut réussir à faire évoluer le comportement des uns et des autres, puis le changement se fera au fur et à mesure ».

11Par ailleurs, les valeurs de l’effort et de la rigueur de la culture moderne, ainsi que le traitement entrepreneurial des pratiques qui valorisent l’émotion et les sensations dans la culture postmoderne laissent la place à des pratiques plus douces axées sur la découverte de l’environnement proche. L’accompagnateur de tourisme équestre nous explique que « la balade de deux heures, même si on n’est pas trop gaillard à cheval, on se met la tête à l’envers car on a l’impression de partir super loin et en fait, on est juste à côté. Donc, tout de suite, on est en contact de la nature. Et il y a une variété de paysages : on est en montagne et après on bascule dans une forêt de hêtres ». Ainsi, ces accompagnateurs privilégient les activités de proximité. Il s’agit avant tout de découvrir l’environnement local et le patrimoine. C’est le cas pour les AMM qui axent leurs séjours sur la découverte du patrimoine naturel et culturel des monts d’Auvergne, de lacs en cascade et des montagnes aux volcans. « Je vais expliquer les fleurs, le paysage. S’il y a un paysan à côté, on s’arrête, on va bla-blater avec lui. » L’un d’entre eux, passionné de volcanologie, a développé un séjour sur la découverte des phénomènes volcaniques du passé, pour les mettre en relation avec les volcans actifs de la planète. Un des moniteurs de parapente « se sent comme une sorte d’agent touristique ». Il explique ainsi à ses clients ce qu’ils peuvent visiter dans la région.

12On observe par ailleurs un rejet de la culture d’inspiration libérale et marketing des prestataires postmodernes qui perçoivent la nature comme une ressource externe permettant de réaliser du profit. Les prestataires de la troisième génération font le choix d’un développement modeste et limité par peur de perdre leurs valeurs et leur personnalité du fait de l’augmentation du nombre de clients. Ainsi, l’ensemble des prestataires interrogés ne souhaitent pas développer leur activité davantage : « Pour ma part, c’est bien comme ça. Je ne suis pas sûre que si je développais à fond, ce serait aussi bien. » On constate une réelle volonté de ne pas rentrer dans un système mercantile où l’argent serait une fin en soi. C’est le cas d’un des moniteurs de parapente qui a quitté son emploi de fonctionnaire : « Ma carrière professionnelle de parapente, moi, c’était pour mieux vivre, pour me sentir mieux dans ma tête ; même avoir moins de fric, puisque quand j’ai débuté, j’avais quatre fois moins de fric que quand j’avais ma paye de fonctionnaire. » Ainsi, l’argent n’est pas la finalité, mais c’est la qualité de vie qui prime.

13Enfin, on constate un ancrage dans le territoire où se déroule leur activité professionnelle. Tous les prestataires interrogés habitent dans le massif du Sancy ou la chaîne des Puys et manifestent un attachement pour leur massif. Un moniteur de parapente déclare : « Je suis fier de ma région. J’aime bien travailler ici : le puy de Dôme avec son antenne ; quand on arrive de Thiers et qu’on le voit, on se sent chez soi. » Pour la monitrice de ski, « c’est une imprégnation du paysage, du village, du clocher. L’attachement, il est viscéral ». Ces prestataires ne sont pas pour autant retirés du monde. Ils sont inscrits dans des réseaux d’acteurs touristiques et participent parfois à la vie locale. Ainsi, trois d’entre eux sont élus dans leur commune, dont la monitrice de ski qui est également élue à la communauté de communes du Sancy : « La communauté de communes du Sancy, c’est une grosse communauté qui va de l’avant. Les autres communes, elles te tirent vers le haut ; t’es obligé de suivre. De bosser sur des projets avec eux, je trouve ça génial. »

14Ainsi, ces prestataires souhaitent redonner du sens et de la valeur à l’accueil et à l’échange avec le client, tout en prenant leur temps. Ils favorisent les pratiques de proximité à la découverte d’un environnement riche et varié. Leur objectif est de faire prendre conscience au client qu’ils accompagnent de la beauté et de la fragilité d’une nature qui nécessite d’être respectée. Ils ont fait le choix d’un développement limité pour rester en accord avec leurs valeurs et conserver la richesse de l’échange. Enfin, ils font preuve d’un fort attachement au lieu qui se traduit parfois par une implication dans la vie locale.

Le développement d’écopratiques : une question de génération ?

15Il apparaît que nous sommes en présence d’un renouvellement des pratiques professionnelles dans les métiers de l’encadrement des sports de nature avec l’émergence de prestataires qui souhaitent s’engager dans l’éco-développement récréatif. Les formes pédagogiques et relationnelles, les pratiques proposées, la gestion et le management des équipes professionnelles ainsi que la relation avec le local, le lieu et la nature s’inscrivent dans un autre projet professionnel que les techniciens du sport et les marketeurs de services sportifs. Pour autant, ces prestataires restent avant tout des techniciens de l’activité sportive et sont des spécialistes de l’aspect sécuritaire de leur activité, aspect qui reste au cœur de leur formation. De plus, peut-on parler d’une troisième génération de prestataires sportifs alors même que certains sont âgés (52 ans pour un moniteur de parapente qui est en reconversion professionnelle) et installés dans le monde professionnel depuis une vingtaine d’années ? En effet, comme a pu le montrer une étude sur le parapente dans le Puy-de-Dôme (Perrin-Malterre, 2008), certains prestataires marketeurs qui appartiendraient à la deuxième génération selon les critères de Corneloup et Bourdeau (2002) sont plus jeunes que les acteurs interrogés. Il s’agit donc moins d’un renouvellement des générations que d’un positionnement d’acteurs sur un territoire avec des logiques d’action et des cultures professionnelles différentes qui cohabitent.

16On peut alors se demander si le développement d’éco-pratiques récréatives par les acteurs n’est pas uniquement un argument marketing pour surfer sur la vague de la prise de conscience écologique et se distinguer ainsi de la concurrence. Pour les acteurs interrogés, l’offre nouvelle qu’ils proposent s’inscrit dans la culture transmoderne et s’appuie sur des valeurs personnelles qu’ils transposent dans leur activité professionnelle, même si cela mériterait d’être vérifié par des observations participantes. Quoi qu’il en soit, ils se distinguent des « indépendants passionnés » étudiés par Bouahouala et Chifflet (2001). En effet, si ces derniers sont passionnés par leur métier, et sont, eux aussi, à la recherche de compromis et d’harmonisation entre leur action professionnelle et leur vision personnelle, il semble que leur logique soit essentiellement basée sur l’idée hédoniste d’un épanouissement personnel. Autrement dit, ils témoignent d’une logique plutôt individualiste, et sont moins sensibles aux questions de société plus globales, ou du moins, ils ne cherchent pas à les inclure d’une manière ou d’une autre dans leur profession. Au contraire, pour les éco-développeurs touristiques, le plaisir ne vient pas seulement du fait de pouvoir pratiquer un métier passionnant et de transmettre simplement des compétences liées à celui-ci, mais aussi de sensibiliser les visiteurs à d’autres thématiques beaucoup plus larges et variées. De fait, les « indépendants passionnés » font preuve d’une approche très centrée sur leur passion, et paraissent moins enclins à la créativité, à la transversalité et à l’hybridation des registres pour renouveler leur offre, contrairement aux éco-développeurs sportifs. De plus, ces derniers, à la faveur d’une implication locale marquée par leur participation à des activités sociales, politiques, ou associatives contribuent à s’ancrer territorialement, sans pour autant observer un repli sur le local, comme c’est un peu le cas chez les prestataires (Bouhaouala et Chifflet, 2001).

Conclusion

17En conclusion, nous pouvons affirmer que des changements culturels, qui traversent la société et qui sont marqués par la montée en puissance de la transmodernité, se traduisent dans le domaine du tourisme sportif et des sports de nature par des pratiques professionnelles renouvelées se distinguant de celles de la modernité et de la postmodernité. Cependant, ces changements ne sont pas portés uniquement par la jeune génération, mais semblent être le fait d’individus ayant des trajectoires professionnelles particulières (avec notamment des reconversion). Quoi qu’il en soit, il s’agit bien d’un mouvement de fond qui sera sans doute amené à s’amplifier.

18Pour terminer, il est intéressant de se pencher sur les compétences nécessaires pour ces prestataires. En effet, même si la compétence technique et sécuritaire reste au cœur de leur pratique professionnelle, il s’agit pour eux de développer de nouvelles compétences, et plus précisément :

  • une compétence écologique, et notamment la connaissance des milieux et des éco-systèmes permettant de sensibiliser la clientèle ;
  • des compétences humaines et relationnelles en favorisant l’échange, la communication, et l’empathie avec le client ;
  • des compétences pour monter des projets collectifs et participer au développement du territoire ;
  • et enfin une compétence créative pour produire des innovations récréatives.

Bibliografía

Bibliographie

Bouhaouala Malek et Chifflet Pierre, « Logique d’action des moniteurs des sports de nature : entre passion et profession », STAPS, 2001, no 56, p. 61-74.

Bourdeau Philippe (dir.), Les Sports d’hiver en mutation : crise ou révolution géoculturelle ?, Paris, Hermes Science publications, Lavoisier, 2007, 250 p.

Corneloup Jean, « Innover par la forme transmoderne », in Corneloup J., Mao Pascal (dir.), Créativité et innovation dans les loisirs sportifs de nature. Un autre monde en émergence, L’Argentière-la-Bessée, Éditions du Fournel, 2010, p. 72-98, 415 p.

———, « Les cultures sportives de la montagne d’aujourd’hui et de demain », in Bourdeau Ph. (dir.), La Montagne, terrain de jeu et d’enjeux. Débats pour l’avenir de l’alpinisme et des sports de nature, L’Argentière-la-Bessée, Éditions du Fournel, 2006, p. 59-90.

——— et Bourdeau Philippe, « Culture professionnelle et métiers du tourisme sportif de montagne », Theoros, vol. 20, no 3, 2002, p. 32-44.

Dussel Enrique, L’Éthique de la libération. À l’ère de la mondialisation et de l’exclusion, Paris, L’Harmattan, 1992.

Girard Alain, « Faut-il raccorder une théorie à moyenne portée de la post-touristicité à une théorie générale de la post-modernité ? », in François Hugues, Bourdeau Philippe, Perrin-Bensahel Liliane (dir.), Fin ( ?) et confins du tourisme. Interroger le statut et les pratiques de la récréation contemporaine, Paris, L’Hamattan, 2013, p. 43-52.

Grosfoguel Ramón, « Les implications des altérités épistémiques dans la redéfinition du capitalisme global », Multitudes, 2006, vol. 3, no 26, p. 51-74.

Luyckx Ghisi Marc, Au-delà de la modernité, du patriarcat et du capitalisme. La société réenchantée ?, Paris, L’Harmattan, 2001.

Perrin-Malterre Clémence, « Le parapente au sommet du Puy de Dôme. Analyse d’un territoire touristique et sportif », Loisir et Société, vol. 30, no 2, p. 443-464.

Rodríguez Magda Rosa María, Transmodernidad, Barcelona, Anthropos, 2004.

Autor

Maître de conférences, Département STAPS, UFR CISM (Centre interdisciplinaire scientifique de la montagne), Laboratoire EDYTEM, Université de Savoie.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540