Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Première partie. Des acteurs, des figures et des générations successives

Du « surfeur rebelle » au « waterman » : reflet d’une époque ou nouveau type de pratique ?

Sébastien Guiltat

Texte intégral

1Le vocable waterman, inexistant dans la littérature concernant les sports de nature, est pourtant de plus en plus usité dans le monde du surf et des sports côtiers. Cet anglicisme désigne un multipratiquant de sports côtiers, capable d’évoluer dans toutes les dimensions de l’océan, en variant les supports, diversifiant les sources d’énergie, tout en faisant preuve d’un certain sens marin et d’une relation fusionnelle à l’océan. Avec l’idée du waterman, le surfeur redevient marin et laisse apparaître un changement générationnel par rapport à ses prédécesseurs de la « génération glisse ».

2Élitiste à ses débuts (Guibert, 2007, p. 138), le surf s’est en partie marginalisé pendant les années 1970 pour se normaliser durant la dernière partie du siècle dernier. Le surfeur, en particulier compte tenu des représentations qu’il véhicule, est le reflet d’une époque : sport bourgeois à l’image d’un Joël de Rosnay ou étendard de la contre-culture à la fin des années 1960. Le surfeur continue d’évoluer, de se diversifier, en s’adaptant aux exigences de son temps.

3Le surf ne constitue donc pas un univers monochrome. En effet, de nombreuses logiques et modes d’entrée dans l’activité cohabitent. Les mentalités ont évolué depuis les années 70. L’esprit communautaire et antisystème qui dominait chez certains surfeurs, cherchant ainsi à devenir des êtres à part (Maillot, 2006 ; Guibert, 2007), s’est effacé laissant la place à un autre esprit, plus égoïste, conséquence d’une société d’individuation. Dans la lignée des travaux de O. Bessy et G. Lacroix (1994), le surfeur continue d’évoluer, de se diversifier, en s’adaptant aux exigences de son temps. Le waterman, qu’il soit hawaïen, basque ou breton, ne ressemble pas à la figure du rebelle ; c’est une personne en prise avec un territoire, souvent fier de son patrimoine et cherchant à intégrer cet héritage dans ses pratiques quotidiennes ou au sein d’associations culturelles ou écologiques.

4Au travers de cette présentation, nous tenterons d’établir que la figure du waterman, par ses modes de pratiques, incarne une approche transmoderne du surf et de ses dérivés.

5Dans une première partie, nous reviendrons sur l’histoire moderne du surf tout en évoquant la genèse de la notion de waterman. Si le surf et ses dérivés sont passés par différentes phases depuis le début du xxe siècle en fonction du contexte historique, culturel et technique de l’époque, tout au long de cette histoire, les watermen n’ont jamais cessé d’exister en marge du monde du surf.

6Puis nous essaierons de définir le concept de waterman en le reliant au champ du surf et de la glisse, mais aussi en le replaçant dans l’univers des sports de nature et de la postmodernité sportive. En d’autres termes, entre tradition et modernité, la construction de l’identité du waterman moderne se fait dans la transversalité entre loisirs et sociétés.

7Enfin, nous essaierons de montrer comment cette nouvelle figure de sportif, en faisant le lien entre le passé et le présent, construit l’avenir des sports côtiers, en modernisant l’offre de pratique sportive tout en respectant les principes du développement durable.

Une petite histoire du surf moderne

8« Le surf est une expression qui uniformise une réalité hétérogène et complexe » (Guibert, 2006). En effet, de par sa nature, le surf offre des modalités de pratique très variées selon chaque territoire et les spécificités géomorphologiques du littoral. Ces variations sont de fait interindividuelles, mais aussi intra-individuelles et il n’existe pas de portrait-robot du surfeur. Cette catégorisation est d’autant plus difficile à produire que depuis l’avènement du surf en France dans les années 1950, cette pratique a mobilisé plusieurs générations qui aujourd’hui se côtoient sur les spots.

9Pourtant, dans l’imaginaire collectif, l’archétype du surfeur existe, avec ses cheveux longs et blonds, délavés par le soleil et l’iode, ne vivant que pour les vagues, en marge de la société. Un beach bum, rebelle et marginal, rejetant la société de consommation pour se consacrer à son art. Mais la réalité sociale est tout autre, et le surfeur, comme le supporteur de football, ne supporte pas qu’on l’enferme dans un stéréotype (Bromberger et al., 1995). Pour s’intéresser au surf, il est nécessaire de travailler à une « échelle multiple » (Bromberger et al., 1992), multiplier les sources, ne pas s’arrêter à un groupe de vans garés sur un parking d’Anglet pour caractériser le surf à l’échelle mondiale.

10Pourtant, la presse spécialisée française, mais aussi nord-américaine, semblent avoir enfermé le surf dans une vision « mythifiée », au sens de R. Barthes (1957), « une reconstruction idéalisée a posteriori » pour faire du surf le roi des sports prenant son origine dans les profondeurs de la mythologie polynésienne. À l’image du baron Pierre de Coubertin (majuscule), la presse surf assimile le surf moderne aux pratiques ancestrales hawaïennes, un peu comme si les Jeux olympiques modernes découlaient naturellement des jeux antiques. Tout se passe comme si la rhétorique surfistique cherchait en permanence à mettre en scène le passé tout en faisant croire à un progrès continu.

11Nous allons donc esquisser une histoire simplifiée du surf moderne depuis le début du xxe siècle à nos jours, en nous attachant à faire apparaître la place et le rôle du waterman tout au long de ces différentes périodes.

12Personne ne peut affirmer savoir où et comment le surf a commencé. L’action qui consiste à utiliser la force d’une vague pour se déplacer a dû apparaître avec les premiers navigateurs. Pour finir de se convaincre, il suffit d’observer des baigneurs sur une plage un jour de houle. Sans jamais avoir entendu parler ni de Mark Cunningham, ni du bodysurf, ils vont naturellement se faire entraîner par l’écume jusqu’à venir s’échouer sur le bord.

13La tradition du surf a perduré dans certaines parties du monde et tout particulièrement dans l’archipel d’Hawaï. Cette pratique ayant survécu à l’évangélisation des populations autochtones a retrouvé une certaine visibilité avec l’essor du tourisme américain et l’action d’un homme, l’écrivain Jack London. Ce dernier comprend immédiatement la matière qu’il peut tirer de cette activité. Devant l’afflux de touristes, des beachboys sont recrutés pour faire découvrir le surf aux résidents de passage avides de sensations exotiques. Le plus célèbre d’entre eux se nomme Duke Kahanamoku. Athlète complet, nageur de haut niveau et surfeur accompli, on s’accorde à reconnaître en lui le père du surf moderne mais aussi un des plus grand watermen.

14Dans les années 1920, le surf est remis au goût du jour pour le plus grand plaisir des Blancs (haloes) de plus en plus nombreux à Hawaï. De nombreuses compétitions sont organisées dans l’archipel et sur le continent nord-américain. Mais ce sont souvent les courses de vitesse (c’est-à-dire de rame) qui sont à l’honneur. En effet, les planches de l’époque ne permettaient pas d’évoluer dans les vagues à l’image du matériel moderne. Jusqu’aux années 1950, les surfeurs célèbres restent des athlètes de la mer, des watermen. Tom Zahn, peut-être un des meilleurs surfeurs de cette période, était sauveteur comme beaucoup de bons nageurs de l’époque, il savait ramer vite et fort. Il remporta de nombreuses courses de rame et, en 1953, franchit les 58 kilomètres qui séparent Molokaï d’Oahu. Au commencement du surf, le waterman, dans l’acception traditionnelle du terme, apparaît comme un élément fort de la culture surf. Les modes de pratiques et le niveau de développement du matériel exigent une condition physique irréprochable et une bonne connaissance de l’océan.

15Après 1950, les innovations technologiques vont se succéder et transformer la pratique du surf. À partir de 1958, on voit apparaître les premières planches en mousse polyuréthane. Plus légères, elles sont également plus faciles à produire en série que les planches en balsa. Concomitamment le film Gidget porte le surf sur le devant de la scène juste au moment où le public américain pouvait se l’approprier grâce au développement de la mousse, des combinaisons, de l’invention du leash et du développement des transports aériens et terrestres. Cette conjonction de facteurs, durant les années 1960, a permis une première massification de la pratique du surf, mais a sonné le glas également de l’image du surfeur waterman.

16C’est à partir des années 1960 que le surf commence à devenir un symbole de la Beat Generation et plus tard, dans les années 1970 du Flower Power. Les années 1960-1970 vont sceller le destin du surf et figer la réputation des surfeurs autour de valeurs anticonformistes, d’habitudes de vie marginales et de la consommation de stupéfiants. Le surf way of life s’oppose alors à l’American way of life (Maillot, 2010). Pourtant, au même moment, la compétition commence à se structurer et s’organiser véritablement en profitant de la rivalité entre Américains et Australiens. À la différence des États-Unis, où le surf apparaît davantage comme un fait culturel se construisant en opposition à l’American way of life, l’Australie prépare dans un quasi-anonymat celui qui deviendra en 1964 le premier champion du monde amateur, Midget Farrely, suivi par Nat Young deux ans plus tard, illustrant ainsi une approche différente de l’océan, plus proche de l’idée de waterman.

17La fin des années 1970 voit l’explosion des sports de glisse, mais également l’avènement du surf business. Le surf devient une mode qui quitte les plages pour investir les villes (Guibert, 2006). En deux décennies, l’industrie du surf a créé des milliers d’emplois directs et indirects et généré plusieurs milliards de dollars de bénéfice. Le surf professionnel s’est imposé et ses champions comme Kelly Slater sont devenus des stars planétaires. En outre, le surf, « sport des rois », est devenu en un siècle une activité de loisir comme beaucoup d’autres, intégrant les programmes de l’UCPA et devenant un produit touristique incontournable de certaines destinations. Dès lors, le surf n’est peut-être pas le moteur de cette révolution culturelle (Loret, 1995) que l’on nous promettait. C’est une activité sportive, un sport de nature aux différents modes de pratique hétérogènes, complexes et regroupant aujourd’hui deux, voire trois générations de pratiquants. Dans cette histoire qui se prolonge, plane toujours l’esprit du surf way of life, mais avec le recul cette période 1970-1980 apparaît comme une parenthèse dans l’histoire moderne du surf, un simple moment d’histoire. Si les pionniers du surf moderne, à l’image de Duke Kahanamoku, étaient considérés comme des watermen, de nombreux surfeurs, tout au long de cette période, revendiquent également cette appartenance. Les évolutions de la société et des pratiques sportives permettent aujourd’hui au waterman de retrouver sa place du début du siècle. Si les premiers surfeurs du xxe siècle étaient d’excellents watermen, le plus mythique restant Duke Kanahamoku, petit à petit, avec l’avènement du surf, ils se sont mués exclusivement en surfeurs. La compétition, le développement du shortboard (petite planche) et les voyages vont alimenter des générations de surfeurs, de par le monde, et les couper peu à peu de leurs glorieux aînés. De plus, dans une période socialement marquée par la contre-culture (Loret, 1995), difficile pour ces jeunes surfeurs de s’identifier à des personnes plus âgées, en lien avec le monde compétitif. On retrouve cette dualité de manière exacerbée dans les relations qu’ont pu entretenir pendant de longues années surfeurs et sauveteurs côtiers en Australie (Booth, 2002, p. 7-14 ; Jaggard, 2002, p. 15-24). Aujourd’hui et depuis une vingtaine d’années, les Hawaïens ont repris leurs droits et se placent comme les pionniers du renouveau des watermen. Il aura fallu attendre la fin du xxe siècle pour que ces derniers soient de nouveau les ambassadeurs de leurs racines de marins polynésiens.

D’une contre-culture à une nouvelle culture : le « waterman »

18Le surfeur enfermé par trois décennies de marketing, faisant de lui un rebelle à la marge de la société, essaie de sortir de ce carcan. Autour de la glisse et la satisfaction de son plaisir immédiat, il s’ouvre à la société, au territoire qui l’entoure, il essaie de « redonner de la valeur à ces itinérances des profondeurs en nature dans une relation moins spectaculaire et “glissante” mais plus transversale pour ne pas couper le monde du loisir des autres dimensions sociétales » (Berthelot et Corneloup, 2008). L’identité du waterman se construit dans la transversalité : différents supports de glisse, différentes sources d’énergie, une infinité de conditions de mer, mais aussi une manière originale de territorialité.

19Pour les fondateurs de la société Watermansport, pionnière dans la distribution en Europe de matériel orienté vers ces pratiques, le waterman peut se définir de cette manière :

Être un waterman signifie pratiquer plusieurs disciplines. Un homme ne trouve son bien-être et son équilibre qu’à travers ces différentes pratiques.
Surf, bodyboard, bodysurf, pirogue, surflife saving, paddle board, kite surf, stand up paddle,... Pourquoi se cantonner à une seule activité alors que le terrain de jeu qu’est l’océan nous propose une multitude de possibilités ?

20La plupart des disciplines que pratiquent ces sportifs ne sont pas des innovations, mais bien les résurgences et les recompositions de pratiques plus anciennes, signe, sans nul doute, d’une volonté de revenir à l’essentiel.

21Ainsi, le bodysurf est la discipline la plus épurée des sports de glisse et sans doute la plus ancienne. En effet, elle se pratique sans l’intermédiaire d’un support, à l’aide ou non, aujourd’hui, d’une paire de palmes, et trouve son origine dans les jeux des anciens Polynésiens. Compte tenu des exigences de cette discipline, les surfeurs du renouveau (Duke Kahanamoku, Tom Blake,…) et contemporains (Tom Curren, Kelly Slater,…) sont nombreux à pratiquer le bodysurf et à l’inclure dans leurs entraînements. Mais pendant longtemps cette activité est restée une activité annexe, presque anecdotique. Or, depuis une vingtaine d’années, cette discipline, faisant partie jusque-là des disciplines associées au surf au sein de la Fédération française de surf, commence à s’imposer comme une discipline à part entière, avec ses techniques, ses types de vagues, son exigence physique. Ce mouvement n’est pas spécifique à la France et à l’Europe, il se retrouve dans tous les foyers de diffusion du surf. En Australie, E. Jaggard nous explique que si le bodysurf est partie intégrante de la culture australienne au côté du sauvetage côtier, cette pratique a été délaissée pendant de nombreuses années au profit du shortboard qui s’est imposé à toute la planète surf. D’ailleurs pour cet auteur : « the silence about bodysurfing is curious, because its early history known : books, chapters and articles have been written explaining its techniques, and before the 1960s… ».

22Dans le « portefeuille de pratiques » des watermen, on retrouve une autre discipline nautique issue d’une culture ancestrale et tournée vers l’océan : la pirogue polynésienne.

23Embarcation traditionnelle s’il en est, la pirogue a su traverser le temps en gardant toute son authenticité. Originaire des îles polynésiennes, elle a depuis quelques années traversé les océans pour s’implanter d’abord en Australie, puis aux États-Unis, en Afrique du Sud pour aujourd’hui arriver en Europe. Elle est connue dans les pays anglo-saxons sous le nom d’outrigger tandis que les Français préfèrent conserver le plus traditionnel Vaa’a. L’outrigger canoë est une pirogue polynésienne avec un balancier à gauche, et, à la différence du traditionnel Vaa’a, elle est munie d’un palonnier et d’un safran. Embarcation ancestrale, elle a été redessinée, modernisée, améliorée. « L’outrigger, né dans les années 1980, dispose d’un gouvernail actionné par un palonnier. À Hawaï, il n’y a pas de lagon. C’est tout de suite le grand large. Ces pirogues sont mieux adaptées à la haute mer. Pour nous, c’est l’idéal », détaille Ludovic Dulou dans un supplément loisir du journal Sud-Ouest.

24La liste des activités inventées ou redécouvertes autour du surf est longue et en constante évolution. L’idée n’est pas de faire un catalogue exhaustif, mais de montrer l’originalité de cette démarche où l’on hybride différentes pratiques de glisse ou plus énergétique autour de l’océan. Il existe une discipline qui fait le lien entre sport de glisse et sport énergétique après avoir été longtemps mise à part. Le paddle board tient une place importante dans la culture surf contemporaine. Au début du xxe siècle, alors que le surf était souvent perçu comme une discipline ludique voire folklorique pratiquée par quelques jeunes Hawaiiens en mal d’identité, le paddle board avait déjà trouvé une vraie place dans l’équipement des sauveteurs en mer.

25Pendant la Seconde Guerre mondiale, à part en Australie où la discipline est intégrée à la « Surf Life Saving Association » (sauvetage côtier), le paddle board est largement supplanté par le surf classique. Il faudra attendre le début des années 1980 et le retour de la culture waterman pour que le paddle ressorte de l’ombre. Aux États-Unis ainsi qu’à Hawaï, la production de planches spécifiques et l’organisation de rassemblements permettent à la discipline de reprendre une place bien méritée à côté du surf, du body surf et de la pirogue.

26Depuis une dizaine d’années, le monde de la beach culture, en Europe, découvre ou redécouvre un ensemble de nouvelles activités, bodysurf, pirogue, stand up paddle, paddle board, kitesurf… Mais ces dernières sont peu présentes dans la littérature, au contraire du surf. Elles n’ont pas été étudiées comme ont pu l’être de nombreuses pratiques de montagne à l’exemple de l’escalade, la raquette à neige, l’alpinisme, le snowboard… Pourtant cette approche des sports côtiers par la figure du waterman n’est pas sans rappeler celle du montagnard. Sportif complet, il pratique la marche sous toutes ses formes, le ski, maîtrise les techniques de corde et l’escalade avec en toile de fond la figure du guide de haute montagne. Dans une interview accordée au journal Sud Ouest, Ludovic Dulou, waterman reconnu poursuit la comparaison de cette manière :

Quand je rame entre Hendaye et Boucau down wind (vent dans le dos) avec une houle de nord-nord-ouest, des vents de 30 nœuds de sud-sud-ouest et une houle de 3 mètres, les conditions que je préfère, c’est comme si je faisais du ski hors-piste ou de la randonnée dans un paysage magnifique de haute montagne. Je me sens tout petit, je suis grisé. Il m’arrive de faire des pointes de 30 km/h.

27Avec l’idée du waterman, le surfeur est redevenu marin, revendique une approche du milieu marin plus complète et un retour à des formes de glisse très variées. Loin de toute pratique ésotérique, ce mouvement est porté par les lifeguards (maîtres nageurs sauveteurs ou MNS) et autres anonymes surfeurs parfois rejoints par quelques icônes médiatiques. Dans l’imaginaire marin, le sauveteur côtier pourrait rejoindre le guide de haute montagne comme trait d’union entre culture (de marin ou de montagnard) et modernité sportive.

28Aujourd’hui, tout comme le surf s’est diffusé (Augustin, 1994) à partir des échanges entre la Californie et Hawaï, le mode de vie des watermen suit le même chemin et se diffuse du Pacifique à l’Atlantique et au reste du monde.

Figure 1 – Du waterman classique au waterman moderne

Figure 1 – Du waterman classique au waterman moderne

Conception : Sébastien Guiltat.

29Entre agôn et ilinx (Caillois, 1958), le waterman explore l’ensemble des possibilités offertes par les pratiques physiques. O. Bessy et G. Lacroix, dans le cadre du programme de recherche « Surf Atlantique » (1994) dirigé par J.-P. Augustin, montrent que si les surfeurs symbolisent par excellence l’idéal ludique, ilinx, en harmonie avec la philosophie de contre-culture sportive des sports de glisse (Loret, 1995), ces derniers ne sont pas tous, loin s’en faut, des rebelles de la performance sportive et de la compétition désirant s’affranchir de la société de consommation. Le waterman ne refuse pas la compétition, mais ne l’estime pas non plus nécessaire. Il peut s’adonner à chacune des disciplines qui constituent ainsi son « portefeuille de pratiques » (Duret et al., 2008) par différentes entrées, l’essentiel restant le lien créé avec l’océan. Pour Peyo Lizarazu, célèbre waterman de la côte basque, ces pratiques sont indissociables d’une certaine spiritualité. Mais, il confie volontiers : « j’ai réfléchi à l’aspect spirituel de ces activités : ce n’est pas difficile à concevoir, mais ça l’est à l’exprimer ». Ce phénomène, s’il en est, revendique une approche du milieu marin plus complète et un retour à des formes de glisse très variées. Sans mysticisme, ce mouvement ne s’appuie pas sur une idéologie forte à l’image de celle décrite par A. Loret (1995).

30D’ailleurs, la presse spécialisée (Surfer’s journal, Surf session) et l’industrie du surf (Quicksilver et les courses océaniques, Oxbow avec Laird Hamilton et le film Watermen), conscients de ce changement, s’intéressent de plus en plus à la figure du waterman. Leur objectif peut être différent : les médias attachés au surf mythique peuvent au travers des sports côtiers se refaire une nouvelle virginité dans une perspective de distinction vis-à-vis de la masse de surfeurs ou pour le secteur marchand diversifier ses ventes (Guibert, 2006 ; Al Azzawi, 2009). Si ces motivations ne peuvent être écartées, le phénomène n’en est pas moins présent. Pour la rédaction de surf session, « c’est le même amour de la mer, mais élevé au stade de religion qui pousse également nos watermen à se lancer d’autres défis : des traversées marathon en paddleboard, du surf foil sur les plus grosses houles du Pacifique ou tout simplement une balade en pirogue ». Il existe un lien entre l’homme et le territoire où il vit, le littoral proche et l’océan en arrière-plan. « Sportif accompli, un waterman ne passe pas une journée sans aller à l’eau. L’océan rythme ses journées et il utilise tous les supports existants pour profiter de ce terrain de jeu et développer sa passion. »

31Le waterman, sans que cette appellation soit effective, existe sur les plages depuis l’avènement des sports côtiers. Le waterman moderne est le fruit de cette histoire, mais aussi des idées qui traversent notre société aujourd’hui et à l’évidence d’une promotion par les médias spécialisés.

Le waterman, entre tradition et modernité, nouvelle figure transmoderne des sports de nature

32À l’image d’autres activités comme la course à pied, le surf est bien engagé dans un double processus de massification et de diversification. Pour T. Al Azzawi, ce processus de ramification répond tout autant à l’évolution de la demande qu’à une envie de se distinguer de certains pratiquants. Ce discours de distinction est également repris par C. Guibert voyant dans l’essor de cette forme de multi-pratiques l’expression d’un besoin de reconnaissance pour une frange des pratiquants se sentant dépossédés face à la normalisation du surf. Pour autant, cette analyse ne recouvre pas l’ensemble de la réalité du waterman. En effet, le waterman n’est pas une figure unique, son approche de l’océan et des sports côtiers est le fruit de son histoire et sa maritimité est une construction qui lui est propre. Certain seront surfeurs, « voileux » et pêcheurs alors que d’autres s’approprieront l’ensemble des dérivés du surf. Il n’y a pas de portrait type du waterman et d’ailleurs il semblerait qu’on ne se décrète pas waterman mais qu’on le devienne par la reconnaissance de ses pairs. Il n’existe pas de diplôme ou de certificat attestant d’une compétence de waterman. Ainsi, lorsque Mark Cunningham lui-même, lifeguard et bodysurfeur émérite, reçut le trophée Aikau du meilleur waterman à Hawaï, il fut tenté de le refuser, précisant qu’il ne savait ni pêcher ni naviguer, et qu’il avait le mal de mer.

33Le désir de distinction est certainement présent, même de manière inconsciente, mais ce mode de vie reflète également une profonde attache à l’océan, un territoire et à la défense de celui-ci. Les motivations qui poussent les pratiquants dans cette direction sont multiples, à l’image de Laurent, moniteur de surf et MNS à La Réunion : « Je surfe de moins en moins. Quand je rame au large, personne ne m’emmerde. Le surf, oui, dès que c’est gros, dès qu’il y a un petit peu de taille, il n’y a plus personne et là ça m’intéresse. » Pour Dave Kalama, partenaire d’entraînement de Laird Hamilton, « être waterman englobe bien plus qu’être seulement surfeur », et de rajouter : « c’est être amoureux de l’océan et s’en servir de toutes les façons possibles… C’est juste vouloir jouer avec les vagues et l’océan en général, par quelque façon que ce soit ». Ce mode de vie trouve ses origines dans les origines du surf moderne avec une première génération qui a vécu sur la côte, en surfant, pêchant et en pratiquant le métier de lifeguard, seul moyen de travailler à proximité de l’océan. Le sauvetage côtier apparaît comme le lien qui, tout au long du xxe siècle, a permis aux watermen de continuer à exister. Les Australiens ont joué un rôle primordial dans le maintien de cette approche de l’océan avec le développement du surf life saving qui a fêté en 2007 le centenaire de sa fédération (Jaggard, 2006). Cette opposition est aujourd’hui en partie révolue notamment avec des ambassadeurs comme Jamie Mitchell, rameur et surfeur émérite issu de l’école de sauvetage australienne (nominé en tant qu’aventurier de l’année 2010 par le magazine Géo). En France, c’est aussi par les lifeguards ou MNS que la figure du waterman s’est développée ces vingt dernières années.

34Pour ces nouveaux sportifs, ce n’est pas l’exploit qui prime, mais bien l’attitude, notamment envers les jeunes générations en les incitant à protéger l’élément dont ils dépendent. Le waterman a une vision globale et holistique de l’océan où l’élément passe avant le surf.

Figure 2 – Style de pratique des sports côtiers et forme culturelle transmoderne

Style de pratique

Moderne

Post Moderne

Transmoderne

Pratiques

Surf/longboard

Surf/shortboard

Pratiques diversifiées des sports côtiers

Publics

Adulte, homme sportif, Élite

Public segmenté Jeune

Femme, seniors Marin/Néo-marin
Métissage culturel

Rapport au corps

Corps énergétique

Ludique/vertigineux Hédonisme

Écologique

Imaginaire

Technique Conquête

Sensation/émotion
Défi

Transversalité Atmosphère/ré-création

35Les watermen, par leur attitude et leur histoire, s’inscrivent dans un territoire donné, à l’inverse du surfeur bohème des années 70. Là où le surfeur voyageur passait sa vie dans une quête incessante de la vague parfaite, à l’image de la campagne de publicité de la marque Rip Curl baptisée « The Search », le waterman profite avant tout de la mer près de chez lui. À l’image du basque Peyo Lizarazu écrivant dans une préface, « gardons à l’esprit que les peuples de ce coin-ci de l’Europe et les Basques en particulier n’ont pas attendu l’arrivée du surf et son industrie pour faire face aux défis offerts par les mers ». Les watermen, ou d’une manière plus générale les multipratiquants de sports côtiers, sont attachés à leur territoire, à son développement et à sa défense. Peyo Lizarazu poursuit d’ailleurs dans son texte : « j’espère que personne ne gâchera ce patrimoine qui me donne tant de plaisir, qui appartient à tous, que nous devons protéger et que je ferai en sorte de protéger ». Le waterman reprend donc à son insu de nombreuses caractéristiques du style transmoderne (Corneloup, 2010, p. 72-98) : naturalité, métissage culturel, bio-pratique, spiritualité écologique. Il dépasse l’opposition classique entre l’ancien et le moderne, créant des ponts entre les différents sports côtiers, mais aussi entre les différentes cultures maritimes. « On entre ainsi dans la transmodernité par le bousculement des repères de la modernité où il s’agit de dépasser le projet moderne, d’aller au-delà tout en étant dans la transversalité » (Corneloup, 2010). À l’image des néo-aventuriers en escalade (Corneloup, 1995, p. 199-208), le waterman laisse apparaître dans ses activités un profond respect pour l’océan, une multiple pratique autour d’un même espace géographique et un attachement particulier à une culture et un territoire.

36L’essor récent des sports côtiers a des impacts économiques majeurs dans certaines régions. Ainsi, l’essentiel de la filière surf en France est-elle concentrée dans le Sud-Ouest, sur les côtes, landaise ou basque, et la région Aquitaine s’implique fortement dans la promotion de ce sport qui a fait de Biarritz sa capitale européenne. Parfois, les pratiques nautiques sont à l’origine de fortes identités dont l’ensemble du territoire concerné peut tirer profit ; c’est le cas de la Vendée et de son port des Sables-d’Olonne, associé à la mythique course du Vendée Globe ou des Glénans et de leur célèbre école de voile.

37Si tous ces lieux semblent propices au développement des sports côtiers, le facteur humain est essentiel dans la dynamisation d’un territoire et les acteurs se retrouvent propulsés aux avant-postes du développement. Acteurs économiques dans la diffusion et l’enracinement de la culture surf dans le Sud-Ouest, ce sont aussi des acteurs politiques qui ont par exemple fait le choix d’imposer le Vendée Globe Challenge aux Sables-d’Olonne de manière à faire exister la Vendée comme région nautique entre les deux géants que sont la Bretagne et l’Aquitaine. On identifie également des acteurs associatifs comme le père du célèbre navigateur Michel Desjoyaux, qui, avec d’autres, a écrit l’incroyable histoire de la création de l’école de voile des Glénans et créé le mythe qui perdure aujourd’hui dans le monde de la voile française et même au-delà. De nos jours, les sports côtiers et leurs ambassadeurs que sont les watermen sont intimement liés à la « fabrique des territoires ». Par conséquent, leur rôle est central dans l’étude des territoires littoraux : « des formes aux processus et inversement, les acteurs sont ceux qui réalisent ce passage incessant entre le réel spatial tel qu’il s’offre comme ressource à l’action et l’action comme inscrite dans l’espace » (Gumuchian et al., 2003). Ce nouveau monde culturel, dépassant les clivages habituels que l’on peut retrouver sur les plages du monde entier, met en évidence l’émergence de nouvelles créativités récréatives (Corneloup, 2010) sur le littoral en lien avec des enjeux de société importants comme le développement durable ou l’aménagement du littoral. Ces changements participent à la construction de nouvelles formes de pensées, plus complexes, mais plus à même de s’intégrer aux exigences de développement de nos sociétés contemporaines.

Conclusion

38Les sports et loisirs de nature occupent une place de plus en plus importante dans le champ récréatif des sociétés post-modernes et le littoral concentre la majorité des pratiques touristiques. Cette suprématie du littoral et son renforcement ces dernières années ont été démontrés par G. Cazes (2000, p. 289-299) en opposition avec un discours dominant annonçant régulièrement la fin du « sea, sex and sun ». Parallèlement, les sports côtiers se sont développés de façon exponentielle, entre pratiques régulières et offre touristique tout le long des côtes, pour devenir des enjeux majeurs de structuration des territoires littoraux (Augustin, 1994). Le surfeur issu de la contre-culture est mis en avant par la presse spécialisée et l’industrie du surf a permis l’émergence de nouveaux territoires, des « territoires de l’éphémère » (Augustin, 1994), mais aujourd’hui les watermen, forts de leur patrimoine et de leur passé, continuent cette construction en l’inscrivant dans le respect de leur environnement, dans le développement local et le respect des populations dont ils font partie. À l’image du travail mené par des clubs comme l’Aviron Bayonnais qui, pour atteindre son objectif de « rendre accessible la glisse à tous ! », utilise les pirogues hawaïennes pour travailler avec les enfants autistes sur la Nive. Et justement, l’Aviron Bayonnais Surf est le premier club français à avoir reçu le label handicap, surf et pirogues, par le ministère des Sports, le Comité régional olympique et sportif et la Fédération française handisports. Efficacité économique, équité sociale et respect de l’environnement, la pratique des sports côtiers et la figure du waterman correspondent à l’idée de développement durable. Entre individualisme, individuation et changement sociétaux, le waterman cherche sa place dans le paysage des sports côtiers et la place du littoral en ce début de xxie siècle.

Bibliographie

Bibliographie

Al Azzawi T., Les Surfs. D’une pratique à la mode à des modalités de la pratique, Biarritz, Atlantica, 2009, 262 p.

Augustin J.-P. (dir.), Surf atlantique. Les territoires de l’éphémère, Talence, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 1994.

Barthes R., Mythologies, Paris, Paris, Le Seuil, 1957.

Berthelot L., et Corneloup J., Itinérance, du Tour aux détours. Figure contemporaine des pratiques récréatives de nature, L’Argentière-la-Bessée, Éd. du Fournel, 2008.

Booth D., « The Dark Side of Surf Lifesaving », Journal of Sport History, 2002, vol. 29, no 1, p. 7-14.

Bromberger Ch., Hayot A. et Mariottini J.-M., Le Match de football : ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995.

Caillois R., Les Jeux et les Hommes, Paris, Gallimard, coll. Folio essais, 1958.

Cazes G., « La fréquentation touristique des littoraux français : une remarquable “durabilité” », L’Information géographique, 2000, vol. 64, no 4, p. 289-299.

Corneloup J., « Les nouvelles formes de sociabilité en escalade », in Augustin J.-P., Callède J.-P. (dir.), Sport, relations sociales et action collective, Talence, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 1995, p. 199-208.

———, « Innover par la forme transmoderne », dans Corneloup J., et Mao P., Créativité et innovation dans les loisirs sportifs de nature, L’Argentière-la-Bessée, Éditions du Fournel, Collection Sportsnature.org, 2010, p. 72-98.

Duret P., Naria O., Cubizolles S., et Maillot A., Les Pratiques sportives des Réunionnais, Le Tampon, Université de La Réunion, 2008.

Guibert Cl., L’Univers du surf et stratégies politiques en Aquitaine, Paris, L’Harmattan, 2006.

Guibert Ch., « Le premier âge du surf en France : un sport socialement sélectif », Science et motricité, 2007, vol. 2, no 61, p. 89-100.

Guiltat Sébastien, Le rôle des sports côtiers dans le développement territorial de l’Ouest de la Réunion : entre nouvelle maritimité et jeux d’acteurs, thèse en STAPS, Université de la Réunion, 21 octobre 2011.

Gumuchian H., Grasset É., Lajarge R., et Roux E., Les Acteurs, ces oubliés du territoire, Paris, Anthropos, 2003.

Jaggard E., « Writing Australian Surf Lifesaving’s History », Journal of Sport History, 2002, vol. 29, no 1, p. 15-24.

———, Between the Flags : One Hundred Summers of Australian Surf Lifesaving, Sydney, University of New South Wales Press, 2006.

Lacroix G. et Bessy O., « Glisse d’hier et surf d’aujourd’hui », dans Augustin J.-P. (dir.), Surf atlantique : les territoires de l’éphémère, Talence, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 1994, p. 25-48.

Loret A., Génération glisse : dans l’eau, l’air, la neige... : la révolution du sport des « années fun », Paris, Autrement, 1995.

Maillot A., Vagues-à-l’âme : ethnographie du surf of life, Thèse de doctorat sous la direction de Champion Bernard et Duret Pascal, Université de La Réunion, 2006.

———, « Sea, sex and sun » : la sexualité dans la mythologie du surf way of life », Genre, sexualité & société [en ligne], 2010, no 3. Mis en ligne le 24 mai 2010. Disponible sur : http://gss.revues.org/1371.Consulté le 10 avril 2011.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Du waterman classique au waterman moderne
Légende Conception : Sébastien Guiltat.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/3424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

Auteur

ETAPS commune de Saint-Paul, Docteur en STAPS, DIMPS (EA 4075), Université de La Réunion.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540