Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Première partie. Des acteurs, des figures et des générations successives

Excursionnisme et formes de sensibilité à la nature au Canoë Club de France : l’exemple de deux générations de pagayeurs (1904-1958)

Serena Hajek et Antoine Marsac

Texte intégral

1Le Canoë Club de France (CCF) est une société nautique fondée en 1904 à Paris. Elle est notamment parrainée par le Yacht club de France et le Touring Club de France (TCF). Ce club est référencé, à ses débuts, comme une société nautique au sens de cercle d’initiés développant les activités et le patrimoine des cours d’eau (Deluchey, 1967). Les statuts de ce club reposent sur l’idée de promouvoir le canoë et de développer le tourisme sur les rivières de France. L’étude de la revue publiée par cette société nautique dès 1906 nous a permis de comprendre le développement de cette pratique de nature, s’intéressant autant à la constitution sociale des pratiquants de canoë qu’à la culture canoéiste et à son évolution. Cet organe de presse diffuse des articles sur les activités du club, mais aussi sur les conditions générales du tourisme nautique, des conseils techniques pour l’utilisation du canoë et la réalisation de croisières. Il est, en quelque sorte, la voie officielle de ce club, lui donnant ses orientations principales. En croisant les articles de la revue avec les récits de croisière réalisés par deux générations de croisiéristes, nous savons ce qu’était cette pratique après l’arrivée de l’avocat et écrivain voyageur John Mac Gregor en France, en 1888.

2Une notion nous est apparue centrale : celle de nature. En effet, le canoë est une pratique nautique mais ce qui nous importe ici, c’est de comprendre comment ces canoéistes définissent la nature, comment ils l’exploitent pour permettre à leur sport de se développer. Cette question porte à la fois sur les discours et sur les actions des explorateurs des rivières dans le contexte d’industrialisation et d’urbanisation du xxe siècle (Lefèvre, 1970).

3Nous voulons montrer à travers ce dialogue entre histoire et sociologie que les réflexions et questionnements écologiques sont nés de l’urbanisation et de l’industrialisation, que ce sont précisément des élites sociales (notables, avocats, médecins…) qui se permettent de se demander si l’homme a le droit de soumettre la nature pour ou par ses activités économiques.

4Les archives du CCF ont été traitées par recoupement des sources. Publications et récits ont été analysés pour contrecarrer le seul recours aux écrits officiels en croisant nos données. Nous analysons les discours des canoéistes qui explorent la nature. Nous croisons d’autres sources, avec des récits de croisière et des extraits d’articles de la revue La Rivière, rassemblant les discours de canoéistes sur les sensibilités à la nature.

5Nous montrerons, dans une première partie micro-historique (Ginzburg, 1980), que ce sport s’enracine dans l’excursionnisme et la rupture momentanée avec la ville. En prônant les idéologies héritées de l’hygiénisme, des pratiquants parisiens cherchent à rompre momentanément avec leurs conditions de vie quotidienne.

6Puis, dans une seconde partie, nous décrirons les pratiques sur lesquelles reposent les sensibilités à la nature, à travers l’action de la seconde génération de pagayeurs du club : les membres du Groupe de haute rivière.

7Enfin, seront analysés les rapports entre torrents et sites artificiels pour prendre en compte le renouvellement de l’espace de jeux (Lapierre, 1981).

La découverte d’une nature perçue comme vierge, l’esprit des premiers explorateurs du Canoë Club

8Le CCF s’implante en 1904 dans un contexte qui a priori ne lui est pas favorable en s’engageant à développer le tourisme fluvial, « à la manière d’antan, pagayer à travers les forêts vierges, sur une rivière restée à l’état de nature où la promenade peut tourner en exploration » (Bulletin mensuel du Canoë Club, 1907b). En effet, toutes les sociétés nautiques françaises de ce début de siècle sont exclusivement tournées vers la compétition à l’aviron (Delaive, 1994). La démocratisation du vélo et l’industrialisation des berges font de l’ombre à ces pratiques canotières. La mode est résolument tournée vers la recherche de records de vitesse avec le développement de la compétition et l’arrivée de nouveaux instruments de sport et de déplacement comme l’automobile et l’avion. Les pratiquants du CCF définissent le canoë comme étant « un sport de pleine nature, le plus sain et le plus complet des sports, exerçant les muscles, emplissant les poumons d’air pur et les yeux du spectacle éternellement changeant de la nature » (Bulletin mensuel du Canoë Club, 1907a).

Une première génération d’excursionnistes

  • 1 Toutes ces expressions sont spécifiques à la pratique du Canoë Club, elles se retrouvent tout au l (...)

9Le CCF constitue un cercle touristique, et tente de s’éloigner du sport de compétition qui consiste en la réalisation de performances, de courses contre la montre et face à des adversaires directs comme le rowing (aviron) ou les courses de périssoires (Hubert, 1991). La première génération de membres du club cherche à s’extirper du tumulte stressant des villes, des méfaits de leur industrialisation en vantant la liberté et la tranquillité et en développant la culture de la pratique à travers des récits de croisières. Le dessein est donc de passer du bon temps loin des bruits de la civilisation et des routes, d’écrire, de dessiner, de photographier, de profiter des paysages encore inexplorés tout en visitant tous les sites touristiques et culturels des villes étapes. Au fil de l’eau, de « ces chemins qui marchent, de ces routes liquides1 », les premiers membres du CCF s’engagent dans des milieux inconnus à l’image des alpinistes où l’effort physique est de rigueur, la recherche de performance proscrite. La découverte teintée d’aventure mais aussi et surtout d’enrichissement culturel s’avère primordiale. « Les victoires de ces touristes nautiques ne sont pas le chronomètre mais les kilomètres avec l’œil et l’esprit attentif aux multiples attraits de la rivière, le palmarès est l’énumération des cours d’eau parcourus. » (Bulletin mensuel du Canoë Club, 1908.) Deux entités ayant des sensibilités différentes à la nature coexistent dès lors au sein du club :

  • Le Groupe de Basse Rivière navigue sur des rivières calmes pour découvrir de nouveaux paysages en exprimant une sorte de nostalgie de la ruralité (Weber, 1983) et de la tranquillité. Ces croisiéristes développent la pratique du camping dans les années 20 en délaissant les hôtels et auberges. Le camping permet de s’éloigner des sentiers battus, de rencontrer un nouveau public, de retrouver réellement les sensations de liberté et d’aventure que procure ce type de voyage en canoë et de s’affranchir de l’obstacle de trouver ou non un gîte pour la nuit, c’est « la seule manière pour un canoéiste, de goûter tous les charmes d’une croisière ». (Baron de Lormais, Bulletin mensuel du Canoë Club, 1907c)
  • Le groupe de Haute Rivière : cette nouvelle section apparaît en 1930. Ses membres sont surnommés les défricheurs de rivières à l’image du Groupe de Haute Montagne du Club Alpin Français. Le bulletin spécial publié en 1943 nous dresse le portrait de ces adeptes premières descentes de rivière : « mystérieux à souhait, il a ce regard lointain que donne l’examen des problèmes ardus et l’habitude des responsabilités, il connaît les cartes et les rivières par cœur. Conquérants des eaux vierges, il fend avec son étrave la vigueur des torrents inconnus… ». (La Rivière, 1943)

10L’ambition de la première génération du Groupe de Haute Rivière est de faire œuvre utile en découvrant les territoires ruraux. Pour cela, ses croisières sont racontées dans des récits, lors de conférence, et permettent, dès 1919, la publication de fiches techniques et de guides touristiques. Ces derniers mettent en avant l’intérêt et la nouveauté qu’offre la croisière d’un point de vue de la navigation en canoë – distance kilométrique, difficultés de la rivière, portages et barrages – et d’un point de vue culturel – renseignements et observations recueillis sur les curiosités naturelles et les villages traversés. Le club reçoit par ailleurs, en 1929, le prix de Monthérot pour sa collection de guides de tourisme nautique, prix attribué par la Société de Géographie dont les travaux ont une autorité universelle, et qui récompense « ceux qui travaillent à faire découvrir le visage du vaste monde » (Bulletin mensuel du Canoë Club, 1909).

Les écrivains-voyageurs : l’élite de la première génération

11L’analyse des récits de croisière nous permet de préciser cette forme de sensibilité à la nature, en prenant en compte le rapport à l’écriture et le rapport aux autres :

12L’accent est mis sur la description des paysages à l’aspect « particulièrement sauvages », des lieux jugés pittoresques. L’intérêt touristique et la volonté de s’éloigner de la civilisation, de se frotter à la sauvagerie d’une nature imaginée comme vierge passe avant celui de la pratique du canoë dans l’exercice pour lui-même : « C’est un pays d’usines et de hautes cheminées, assez peu intéressant pour le touriste […]. Ils nous a paru donc plus intéressant de couper cette boucle par la route et de charioter nos bateaux » (Bulletin mensuel du Canoë Club, 1909). Pour ces Parisiens en villégiature, l’intérêt de cette croisière en canoë tient à la variété du paysage et la récompense de l’effort physique reste la beauté de la nature. « Les navigateurs se voyaient dans un pays perdu, plantés au milieu de l’espace comme des pieux isolés, sans communication possible avec la civilisation » (Enoch). C’est alors paradoxalement une forme d’appropriation instrumentale de la nature avec une volonté grandissante de s’éloigner de la civilisation et de la ville.

13Le terme « indigènes », désignant les populations locales, n’est pas utilisé dans son sens péjoratif car il indique un rapport particulier au voyage, au tourisme qui se veut loin des sentiers battus. Les Autres tiennent une grande place dans cette aventure. Ce rapport s’exprime toujours en termes de curiosité et d’exotisme. Dans toutes leurs explorations, le rapport qu’il est possible d’établir avec l’habitant fait partie du voyage, il s’agit à la fois de lui porter la bonne parole, de lui transmettre son savoir de voyageur-canoéiste mais aussi de découvrir sa manière de vivre, loin de la civilisation. Sous cet angle ludique, l’idéologie de la conquête coloniale n’est sans doute pas si différente. La réalité est probablement tout autre.

14Mais très vite les croisiéristes sont confrontés à un problème grandissant, celui de l’aménagement du territoire, de sa modernisation et de l’exploitation des ressources naturelles pour les besoins en énergie de l’homme des villes.

L’action des explorateurs : aménagement du territoire et nature domptée

15Dès 1906, le CC et le TCF demandent l’aménagement de passages aux écluses pour faciliter les grandes excursions sur le modèle anglais (Fusz, 1990). Cette première génération d’écrivains de récits est à l’origine des premières demandes d’aménagements.

16Les ingénieurs des ponts et chaussées reçoivent alors l’instruction de créer des plans inclinés et de poser des panneaux indiquant les conditions de navigabilité au niveau des écluses ; ils mettent en place des pontons d’embarquement-débarquement dans certaines villes ; ils envoient régulièrement des courriers au ministre des Travaux publics, des Postes et des Télégraphes pour des questions de portage au niveau de certains barrages, et entérinent l’inscription en 1912 des plans inclinés dans les plans de construction des barrages auprès de l’administration des ponts et chaussées.

Une génération qui interpelle les aménageurs

17Pour développer leur pratique liée à la nature, à l’exploration des territoires même les plus reculés, les membres du CC vont jusqu’à demander des aménagements spécifiques tout en œuvrant au nettoyage de certains cours d’eau. Ils obtiennent également le soutien financier de l’État et de quelques communes dès 1920 pour des travaux de réaménagement des rivières, contre l’avis du ministre des Travaux publics qui remet son rapport en 1919 expliquant que les bras de rivières ne sont pas prioritaires dans la reconstruction de la France, et que seuls les rêveurs et les canotiers les regretteront.

18Le TCF et le CCF portent réclamation auprès du ministre des Travaux publics pour le passage des grands barrages modernes d’usines hydro-électriques sous la forme de trois points : instaurer la liberté de naviguer jusqu’à la plus courte distance des ouvrages compatible avec la sécurité, faciliter le débarquement sur une partie strictement délimitée pour ce type de bateau et établir un sentier d’un mètre de large du débarquement en amont à un point d’embarquement en aval. Les dirigeants de ces usines donnent alors à leur agents locaux les instructions pour faciliter, dans la mesure du possible, le passage des petites embarcations qui sera réglementé en 1933 par une circulaire :

insérer dans le cahier des charges des concessions des forces hydrauliques une clause imposant aux concessionnaires l’obligation d’établir et d’entretenir à leur frais, en amont et en aval des barrages qu’ils sont autorisé à construire, des ouvrages susceptibles de permettre aux embarcations de tourisme de les franchir. (La Rivière, 1933)

19En 1931, le ministre des Travaux publics déclare :

en vue de tenir compte de l’intérêt que le développement de la navigation de plaisance présente pour l’organisation du tourisme et pour l’avenir de l’industrie spécialisée dans la construction des yachts, il m’a paru nécessaire d’adopter diverses mesures tendant à faciliter la circulation des bateaux de plaisance. (La Rivière, 1931)

20Les services commerciaux du réseau de l’État proposent alors le transport des canoës à petite et grande vitesses sur de longues distances pour un faible coût. En 1930, un accord est signé entre les agents des ponts et chaussées et le club pour que chaque semaine soit effectué un relevé de l’état des rivières (Hajek, 2008). Puis un décret est voté permettant aux canoéistes portant les couleurs du CCF de franchir les différentes écluses sans permis. Le TCF tente de mettre en place une réglementation uniforme de la circulation des eaux. La plupart des propositions faites par le CCF sont acceptées comme la suppression du permis de circulation exigée pour la navigation et celle de l’obligation pour les petites embarcations de gagner la berge en cas de rencontre de bateaux à moteur sous réserve de s’en tenir à distance de sécurité. De même, la collaboration à l’établissement des prescriptions affichées chez les loueurs de bateaux à l’usage des personnes inexpérimentées, l’interdiction des fiches en fer pour les pêcheurs, la protection des eaux et l’action contre leur pollution complètent ces dispositions.

21Toutefois, ces aménagements suscitent au sein du club des débats rappelant à la fois l’ambition du club et l’usage du canoë comme instrument de découverte de la nature et la transformation progressive de leur espace de jeu.

22À la fin des années 1920, l’École de pagaie accueille de jeunes pagayeurs qui explorent de nouveaux tronçons de torrents. Dès lors, une classification des cours d’eau s’impose pour mesurer les exploits de la jeune génération de canoéistes.

La seconde génération d’explorateurs et le classement des rivières

23Pour comprendre comment sont classés les torrents, il faut revenir sur l’introduction d’aménagements des espaces de pratique par les jeunes pagayeurs et les oppositions qu’ils rencontrent. Des travaux historiques s’attachent à rapporter des faits où ce « retour à la nature » apparaît comme fonction d’hygiénisme. L’immersion du corps dans la nature se pare de vertus régénératrices et constitue une éducation à la sensibilité à l’eau vive. Ce principe s’enracine dans une réaction à la vie urbaine, à la fin du xixe en Europe. Un ouvrage d’Arnaud Baubérot (2004) sur le naturisme montre que « l’urbaphobie » s’y déploie et s’exacerbe dans l’entre-deux-guerres. Daniel Denis et Christian Pociello consacrent également une partie de leur œuvre à l’étude à la question du plein air et des idéologies (Denis, Pociello, 2000). Les auteurs démontrent la fonction et les vertus régénératrices de la nature. Ces pratiques occupent des fonctions inculcatrices des idées de conquête des territoires ruraux (Hajek et Marsac, 2008). Cette activité perçue comme hygiénique par ses promoteurs comporte une teneur utilitariste en arrière-plan. Le canoë autorise ce rappel des idéologies de la conquête des territoires. La navigation sur les rivières rejoue en quelque sorte l’expansionnisme de la nature dans les vallées françaises. Deux évènements relayés dans la revue La Rivière, particulièrement caractéristique de ce débat sur les sensibilités à la nature, attirent notre attention :

24– En 1930 le CCF met en place des panneaux de signalisation pour signifier les passages dangereux, les portages, les constructions à éviter. Les anciens du club écrivent alors :

nous sommes contre les annonces publicitaires qui poussent autour de nos rivières et gâchent le paysage. Non, le canoë ne peut être qu’aventure, imprévu, fantaisie. Vouloir trop régir, trop doser, trop prévoir serait tuer son plus grand charme et retomber dans les travers de ces troupeaux de touristes que l’on voit promener, tout frais compris, dans les quatre coins du monde catalogué. Non merci pour ce tourisme tout mâché, pour ces randonnées à la chaîne. […] Notre engin est celui de l’homme primitif, il ne peut que demeurer ou disparaître. Il faut travailler à enrichir les guides pour ne pas voir apparaître des panneaux. (La Rivière, 1936.)

25– Dès 1925, le CCF met en place une classification des cours d’eau en prenant en compte différents éléments tels que le courant, le fond, les berges, les moyens d’accès et de ravitaillement, la pente, les obstacles naturels et artificiels, la largeur et le débit du cours d’eau. Cette codification basée sur les difficultés des rivières et non leur intérêt patrimonial semble modifier quelque peu le rapport à la nature de ces explorateurs vers un espace de jeu plus sportif.

26Un paradoxe semble naître : pour aller toujours plus loin dans la découverte d’un espace non modifié par l’homme, ces croisiéristes utilisent des moyens modernes tels que le train, l’automobile et le confort des auberges, et œuvrent au développement de l’aménagement du territoire et de son urbanisation. La nature est omniprésente, la volonté de s’en imprégner et de s’éloigner de la civilisation font partie de ce voyage, mais ce confort lié à l’industrialisation interfère. Ces croisières reposent donc sur un contraste entre la vie dans la nature et le quotidien urbain, présentant un rapport ambivalent à la modernité. Le besoin de se ressourcer dans la nature reste subordonné aux conditions créées pour naviguer. Si la vie champêtre est exaltée, elle est considérée comme un lieu de plaisir en marge des espaces industriels et urbains dépréciés par les auteurs. Or c’est de la ville qu’émanent la mobilité et le temps libre pour descendre les rivières en canoë.

Du tourisme au sport : « nature dénaturée » et nouvel espace de jeu

27Un retour en arrière s’impose pour comprendre comment les loisirs en canoë se sont implantés à la faveur de politiques interventionnistes d’État dès l’Après-guerre (Callède, 2007). Le temps libre dont disposent les membres du CCF ne signifie pas que le club se tourne vers la compétition. En décembre 1946, le CCF modifie ses statuts en ajoutant une close à l’article 14 : « il leur est interdit d’arborer le guidon en course sauf autorisation écrite du conseil administratif, notamment pour les épreuves compatibles avec la doctrine du club et présentant un intérêt pour le club » (Martin, 1946). En 1955, le club considère que la compétition fait entrer le canoë dans une « atmosphère violente dictée par des conditions artificielles » (Paris, 1955), mais comprend l’intérêt publicitaire de tels évènements sportifs, surtout s’ils ont lieu près de grands centres urbains. Quel paradoxe ! L’espace naturel devient l’ennemi du développement de ce sport. Il faut sortir de l’intimité des berges sauvages pour promouvoir cette forme de tourisme.

Des controverses autour de la nature et de la compétition

28La question de la sportification se pose comme un dilemme dans la revue : rester un sport confidentiel et disparaître avec les derniers espaces sauvages ou modifier sa pratique, « entrer dans le stade » et devenir un sport populaire.

Au Canoë Club de France nous considérons le canoë comme un instrument d’évasion qui nous permet de connaître les saines émotions des descentes dans des cadres aussi sauvages que possible. Notre sport, vu sous cet angle, ne peut donc descendre dans le stade, c’est-à-dire accepter une loi autre que celle des éléments. […] Or, il semble que seul le slalom donne l’occasion de prendre contact. (La Rivière, 1947)

29Le club fait tout de même la différence entre les diverses compétitions possibles : les courses de vitesses en bassin fermé, les slaloms entre les piquets d’écluse ou de canal et les descentes de rivières sportives. Ils encouragent les secondes pour leur caractère spectaculaire et mondial.

30Mais surtout, le paysage a radicalement changé : « Cette évolution est due aux barrages et centrales électriques qui font disparaître nos rivières. » (La Rivière, 1955.) L’activité des entreprises d’énergie telles que Électricité de France (EDF) s’accroît considérablement, faisant disparaître des portions de rivières, transformant certaines en lac et contraignant ainsi les adeptes du canoë à attendre les lâchers d’eau sur de petites portions de rivière et à pratiquer sur eau plate. Ces conditions poussent les croisiéristes à se tourner vers la compétition de slalom, l’augmentation des sites d’eau plate encourage la pratique de la vitesse. Les années 1960 apparaissent comme un tournant de l’histoire du club. Cela coïncide avec le moment où la compétition prend le pas sur les pratiques touristiques fortement valorisées jusqu’alors. Le premier club de canoë en France n’accorde plus à la rivière le même statut. La vocation pionnière des pratiques de plein air, développée au travers du camping et des croisières, laisse place à une spécialité sportive affectant une majorité des membres du club.

31Ce développement de la compétition est par ailleurs largement décrié par le Groupe de Haute-Rivière (GHR) :

Partir en canoë sur une rivière, c’était voilà 30 ans, pour nous abolir le temps. Ainsi pensons-nous, « les petits, les sans-grades », qui ne savons descendre les milliers de kilomètres de rivières de France telles que le bon Dieu les a faits – et que EDF a épargnées – ces belles rivières qui pour n’être pas des torrents à la limite du faisable conservent tout le charme de leur eau vive ou lente, de leur ciel changeant, leurs ponts et leurs moulins, de leurs quais fleuris et de leurs clochers. À nous, ces rivières dispensent des joies toujours neuves et la paix intime dans l’action. Et quand nous apprenons que des hommes de classe, passionnés comme nous de rivières, vivant dans la capitale (un monde stressé et pressé) partent pour des rivières où ils retrouvent la cohue, les rivalités et les calculs de temps avec un public, les hurlements d’incompétents massés face au cirque, et bien nous les piroguiers nous sourions… (La Rivière, 1960)
La rivière pour nous, n’est pas seulement le geste sportif, mais un ensemble de pensées, de joies, de découvertes, une détente à la vie absurde des villes, une évasion morale et physique. La nature nous admet en son sein, nous communions avec elle au fond des gorges […]. Nous bataillons avec l’eau dans les rapides […], nous nous détendons dans les vallées et nous souffrons, comme la rivière, des barrages. C’est ce que nos aînés nous ont appris à aimer, c’est ce que nous voudrions transmettre à nos jeunes camarades. (La Rivière, 1949)

Des torrents aux stades artificiels de slalom

32En 1954, la majorité des rivières en état est descendue. À la manière des expéditions des alpinistes, le GHR propose de découvrir les rivières étrangères.

La conquête d’une rivière lointaine est une entreprise qui se justifie si l’exploit sportif se complète par une parfaite connaissance de la région qu’elle traverse. […] La rivière doit couler dans une nature sauvage, à l’accès difficile, où la civilisation a peu pénétré et où l’indigène est resté à l’état primitif […]. Nous croyons, en exposant ces directives nouvelles, être fidèle à cet amour de la rivière que nous ont communiqué Rouan et Meinvielle, fidèles à leur conception d’opposer l’homme à la nature et non l’homme à la montre et ouvrir aux jeunes un théâtre digne de leur vaillance et de leur désirs d’être des découvreurs. (La Rivière, 1953)

33Cependant, les coûts qu’entraîne ce type de croisière sont trop importants, la préférence va à la compétition et au slalom de haut niveau, le GHR est contraint de disparaître (Marsac, 2008). L’industrialisation contraint ce sport à modifier ce qui reste de la nature pour retrouver les sensations de la rivière. L’exemple de l’aménagement et le nettoyage du bassin de Bourg-Saint-Maurice par le club, dans les années 1950, pour réaliser des descentes touristiques, et qui deviendra le plus beau bassin de slalom et de descente du monde, qui accueille, dès 1969, les championnats du monde.

34Au congrès des associations de tourisme en 1951, le club s’inquiète de la construction massive de barrages hydro-électriques et de la loi sur l’eau concernant les servitudes de passage. Cependant, l’assouplissement de cette dernière ne peut être obtenu, et EDF devient le premier sponsor du canoë et du kayak, la Fédération française de canoë kayak (FFCK) étant obligée, au cours des années 1980, de passer un contrat avec cette entreprise pour obtenir des lâchers d’eau lors des compétitions nationales et internationales, puis l’aménagement de parcours de slalom (Beaudou, 1985). Bien entendu, la question ne se pose pas en ce qui concerne les lâchers d’eau pour de simples croisières.

35L’adhésion du club en 1958 à la FFCK change la donne. Cette entrée des membres du CCF dans l’institution en délégation d’État traduit l’accélération du processus de sportification vers la compétition de slalom de haut niveau. C’est cette date précise qui est retenue dans le bornage chronologique de l’étude. En se constituant en fédération, un réseau d’associations offrant des formes de pratique variées est donc susceptible d’encadrer les compétiteurs.

36Dans l’optique de la compétition de slalom, le canoë-kayak s’apparente à un véritable sport codifié dont les « espaces de jeu » se réduisent à des parcours artificiels (Vichy, Trilbardou…). Il s’agit de bassins de slalom et de rivières recensés comme des lieux de compétition ou d’apprentissage. La fusion du Kayak Club de France et du CCF en 1962 autorise cette action. Ce rapprochement entre les deux clubs s’opère par le biais d’actions communes : des organisations de croisières conjointes et de compétitions, des séances d’esquimautage et de cinéma mêlant jeunes et moins jeunes. Un jeune à propos du slalom déclare : « C’est de la compétition, mais une compétition dans laquelle on demande plus de qualité nautique que de vitesse, donc adaptée à notre sport et à nos bateaux. » (Paris, 1955)

37À travers cette pratique sportive qu’est le canoë, nous comprenons mieux l’ambivalence actuelle qui existe entre développement de la civilisation humaine et respect de la nature (que l’expression contemporaine de développement durable tente de recouvrir).

Conclusion

38Historiquement, le canoë s’est constitué autour du principe de libre circulation sur les cours d’eau et sur un imaginaire de la nature basé sur le modèle du canoeing anglais et des épopées canadiennes. Une première génération de canoéistes constituée d’excursionnistes et d’explorateurs pose les bases du statut d’écrivain voyageur. Dès l’après-guerre, des parties de rivières se sont fermées à la navigation, conduisant les canoéistes à rechercher de nouveaux espaces de pratique. Des sites d’eau vive sont alors identifiés et classés par la seconde génération de pagayeurs. Cette recherche met donc en avant trois paradoxes :

  • entre la recherche d’espace non modifié par l’homme et les moyens d’y accéder ;
  • entre la volonté de maintenir la nature en état et l’aménagement des rivières et des berges pour faciliter leur accès ;
  • entre la volonté d’être visible et accessible à tous pour se développer et le besoin d’évasion et de solitude. Les pagayeurs établissent un lien avec l’itinérance et l’altérité matérialisée par la rencontre avec l’Autre (l’indigène) dans une nature pensée comme vierge de toute anthropisation.

39Ces paradoxes sont sans doute à la naissance d’une sensibilité de protection de la nature, elle-même associée à l’urbanisation grandissante du territoire français. Tout en voulant échapper à la modernité, ces hommes des villes y contribuent, puis s’y soumettent. Le développement de la compétition et de stades nautiques artificiels sont caractéristiques de cette soumission. On peut alors se poser la question de l’impact écologique réel du tourisme dit « vert » qui se développe depuis les années 1980. Aujourd’hui, le nettoyage des rivières encouragé par ces clubs nautiques et l’organisation régulière de descentes touristiques avec nuitée en camping sont présentés comme des moyens de sensibiliser les citadins à l’impact de l’homme sur la nature mais ont en réalité un arrière-goût de promotion de l’activité en s’engouffrant dans la mode du développement durable et de la protection de la nature. En termes d’aménagement, tous les efforts des clubs et de la fédération se tournent en réalité vers la construction des basins artificiels de slalom et de descente en milieu urbain. Le renouvellement porté par les jeunes canoéistes adeptes de slaloms urbains constitue l’œuvre d’une troisième génération de canoéistes adhérents aux clubs de canoë en France.

Bibliographie

Chronologie

1904 : création du Canoë Club

1906 : publication du Bulletin du Canoë club qui deviendra La Rivière

1919 : développement des guides du Canoéiste sur les rivières de France édité conjointement avec le TCF.

1931 : création de la FFC qui deviendra FFCK en 1949

1930-60 : essor de la compétition (émergence de 3 premières formes de compétition : Course en ligne, slalom et descente) et de randonnée (en lien avec le TCF)

Archives et sources

152J 1-4 statuts et fonctionnement et déménagement. Archives départementales du Val-de-Marne. Cote 152J., historique du KCF.

Série de la revue La Rivière, Bibliothèque Nationale de France.

Bibliographie

Bantigny L., Le Plus Bel Âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente glorieuses » à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007, 498 p.

Baubérot A., Histoire du naturisme. Le mythe du retour à la nature, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004.

Beaudou A., « Les Bassins de slalom en canoë-kayak », Culture technique, 1985, no 13, p. 315-323.

Bertho Lavenir C., La Roue et le Stylo. Comment nous sommes devenus touristes, Paris, Odile Jacob, 1999.

Bulletin mensuel du Canoë Club, no 14, 1907a.

Bulletin mensuel du Canoë Club, no 20, 1907b.

Bulletin mensuel du Canoë Club, no 21, 1907c.

Bulletin mensuel du Canoë Club, no 23, 1908.

Bulletin mensuel du Canoë Club, no 26, 1909.

Callède J.-P., « Réseaux d’équipements sportifs, innovation culturelle et fonctionnalité urbaine », Histoire, économie et société, juillet 2007, no 2, p. 75-85.

Delaive Fr., Les Plaisirs de l’eau, loisirs et sport nautique en rivière xixe et xxe siècles, Conflans-Sainte-Honorine, Association des Amis du Musée de la batellerie, 1995.

Deluchey G., « Le canoë, du tronc d’arbre à Bouhéden et Chapuis », in Caillois R., Jeux et sports, Paris, Gallimard, Encyclopédie de la Pléiade, 1967, p. 1536-1541.

Denis D. et Pociello Ch., À l’école de l’aventure. Pratiques sportives de plein air et idéologie de la conquête du monde, 1890-1940, Voiron, Presses universitaires du sport, 2000, 540 p.

Enoch J., Récit archivé au CCF.

Fusz H., Le Touring-Club de France (1890-1983) : son rôle dans le développement de la sensibilité au patrimoine, mémoire de DEA Sciences Humaines, Paris I, 1990, 123 p.

Ginzburg C., Le Fromage et les Vers. L’univers d’un meunier du xvie siècle, Paris, Aubier, 1980, 380 p.

Hajek S., « Le Canoë Kayak Club de France : naissance d’une culture canoéiste française et développement d’un sport », in Munoz Laurence (textes réunis par), Usages corporels et pratiques sportives aquatiques du xviiie au xxe siècle, tome I, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 209-218.

———, Marsac A. (2008), « Les récits de croisière : développement d’une culture touristique du canoë dans la France de l’entre-deux-guerres », Loisir et Société, vol. 31, no 2, p. 233-265.

Histoire de la villégiature et du tourisme dans le Sud-Est parisien, Actes du colloque CLIO94 fédération des sociétés historiques et archéologiques du Val-de-Marne du 23 septembre 2006, Paris, 2007.

Hubert C., « Un exemple de sociabilité des bords de Marne. La société nautique de la Marne, à Joinville-Le-Pont », in Jeux et sports dans l’histoire, 116e congrès national des sociétés savantes, Paris, CTHS, 1991.

Lapierre A., Sports de pleine nature et pratiques sociales, analyse socioculturelle du canoë-kayak et de l’escalade, mémoire de l’INSEP, Paris, 1981, 129 p.

Lefebvre H., La Révolution urbaine, Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1970, 220 p.

Marsac A., Canoë-kayak, des torrents au Stade d’eau vive, sociologie des pratiques et ethnographie des apprentissages, Thèse de doctorat en STAPS, Université Paris-Ouest Nanterre-La Défense, 2008, 584 p.

Martin P., « Leçon d’un slalom », La Rivière, no 324 et no 325, 1946.

Paris R., « Réflexions après les Championnats du monde en Yougoslavie », La Rivière, no 384, 1955.

Poirier J.-Y., « Les croisières de John MacGregor », Le Chasse Marée, 2010, no 228, p. 14-15.

La Rivière, no 227, 1931.

La Rivière, no 251, 1933.

La Rivière, no 287, 1936.

La Rivière, numéro spécial (hommage à A. Glandaz, fondateur du Canoë Club), 1943.

La Rivière, no 330, 1947.

La Rivière, no 338, 1949.

La Rivière, no 370, 1953.

La Rivière, no 382, 1955.

La Rivière, no 405, 1960.

Weber E., La Fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, 1870-1914 (titre original Peasants Into Frenchmen : The Modernization of Rural France, 1870-1914 (1976), Paris, Fayard, 1983, 840 p.

Notes

1 Toutes ces expressions sont spécifiques à la pratique du Canoë Club, elles se retrouvent tout au long des différents articles de la revue publiée par le club.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540