Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Première partie. Des acteurs, des figures et des générations successives

Introduction

Texte intégral

1Dans la première partie, et sous cet intitulé, sont regroupées huit contributions, dont les terrains d’investigation s’étendent sur une vaste période, du tout début du xxe siècle à aujourd’hui. Des figures emblématiques alternent avec des acteurs collectifs ou individuels plus anonymes.

2Dans sa contribution, Guillaume Robin examine minutieusement cette activité caractéristique que fut la « randonnée sociale » en Allemagne, sur la période qui s’étend de 1900 à 1933, aux lointaines racines culturelles, surtout en terres allemandes. Le « rejet de la ville » et l’attrait renouvelé de la nature sont indissociables de la naissance du mouvement sportif ouvrier. En son sein, la fédération des Amis de la Nature (Naturfreude) joue un rôle important. Elle a pour objectif de soustraire les ouvriers à la promiscuité des logements, à la fumée des usines et des auberges pour les orienter vers la nature. Au lendemain de la Grande Guerre, le mouvement croît de façon spectaculaire. La « randonnée sociale » est théorisée, dotée d’un contenu. La découverte de la nature et sa protection sont indissociables d’une réflexion sur les causes de la pollution et sur l’impact de la société industrielle et capitaliste. Une conscience politique se précise. Malgré les aspects sociaux, économiques et politiques attachés à la « randonnée sociale », Guillaume Robin conclut que ce type d’activité « relève davantage de l’utopie politique ».

3Timothée Duverger a étudié en historien le parcours de jeunesse de Bernard Charbonneau, l’homme révolté qui va trouver dans le scoutisme, au sein d’un groupe bordelais d’Éclaireurs Unionistes de France, une franche camaraderie et le goût de la nature. « Le point de départ de la révolte de Charbonneau se situe dans l’expérience sensible des bouleversements urbains de l’entre-deux-guerres. » Le scoutisme opère comme une révélation. Cette activité saine, au contact de la nature, s’oppose à la facticité de la « ville ». Le « tourisme » est un fait bourgeois. Il dévoie le sentiment de la nature, l’atrophie en le manipulant, souligne T. Duverger en référence à de belles pages de Charbonneau, et pour ce dernier les justifications de la gauche et des marxistes ne valent pas mieux que celles des libéraux… Or il s’agit pour l’homme de faire l’expérience de l’effort authentique face à la nature, « d’être acteur de la nature ». Cette matrice du scoutisme restera une force inspiratrice. « Nous revenons à la nature parce que par la lutte elle nous forme à la liberté », souligne Charbonneau. Plus tard, avec son ami Jacques Ellul, comme on le sait, ce fondateur de l’écologie politique contestera l’aménagement de la côte aquitaine. Il deviendra une figure emblématique de ce combat.

4Serena Hajek et Antoine Marsac envisagent le renouvellement des générations à travers les pratiques nautiques du Canoë club de France, entre 1904 (date de la fondation du CCF) et 1958. Ils cherchent à caractériser la référence à la « nature », sachant qu’à travers leur analyse combinant histoire et sociologie, ils montrent d’une part que « les réflexions et questionnements écologiques sont nés de l’urbanisation et de l’industrialisation » et, d’autre part, que ce sont « des élites sociales (notables, avocats, médecins…) qui se permettent de se demander si l’homme a le droit de soumettre la nature pour ou par ses activités économiques ». Examinant ces débuts héroïques, les auteurs indiquent un héritage laissé par les idéologies hygiénistes, une certaine « nostalgie de la ruralité » et, chez les plus téméraires, un rôle de « défricheurs de rivières » qui s’apparente à celui des pionniers du Club alpin français. Les rivières sont décrites, répertoriées. Conférences et publications favorisent la diffusion des connaissances. « Les écrivains-voyageurs forment l’élite de la première génération ». La seconde génération d’explorateurs s’accorde avec une « teneur utilitariste », en arrière-plan, faite de conquête des territoires ruraux. Et paradoxalement, la quête d’une nature vierge est servie par le train, l’automobile, le confort de l’hôtellerie… Bientôt la question de la compétition sportive est à l’ordre du jour, suscitant des oppositions. Barrages et centrales électriques ont fait disparaître des rivières. La charnière des années 1950-1960 constitue un tournant du club. Une nouvelle génération de pratiquants va s’imposer.

5Sébastien Guiltat s’intéresse à la substitution d’une figure à une autre dans l’art de pratiquer le surf et les sports côtiers. Le « surfeur rebelle » a-t-il cédé la place au « waterman » ? L’ambition de l’auteur est de montrer comment « cette nouvelle figure de sportif » modernise la réalité culturelle de l’engagement sportif, combinant les sports, le sauvetage côtier, la pêche, etc., « tout en respectant les principes du développement durable ». La presse spécialisée et l’industrie du surf s’intéressent également à la figure du waterman, dans un parti pris d’exhaustivité de l’information et à des fins de stratégies marchandes. Ce sont donc des identités, des micro-identités qui opèrent, aux configurations plus ou moins assurées. Là où les intéressés identifient une topographie des expressions identitaires de plus en plus complexe, et s’y retrouvent, la psychologie sociale s’en tiendra à l’épuisement logique d’un processus de construction des identités procédant par distinction, segmentation et hybridation. Faire référence à la « transmodernité », comme le propose l’auteur en s’appuyant sur les travaux de Jean Corneloup, est pertinent. En revanche, la volonté affichée par un certain nombre de watermen de « s’intégrer aux exigences de développement de nos sociétés modernes », « dans le respect de leur environnement », « dans le développement local », reste encore à se concrétiser, malgré les exemples fournis par quelques figures emblématiques. Faute de quoi, c’est le registre de l’utopie culturelle vécue – « le reflet d’une époque » – qui l’emporte.

6Clémence Perrin-Malterre s’est intéressée aux « éco-développeurs récréatifs » tout en s’interrogeant sur leur identité : s’agit-il là d’« une troisième génération de prestataires sportifs » ? Son enquête portait sur des prestataires de service implantés dans le massif du Sancy et sur la chaîne des Puys (Volcans d’Auvergne). Les travaux de Jean Corneloup et Philippe Bourdeau ont clairement identifié deux générations d’opérateurs professionnels : d’abord les « techniciens » qui s’inscrivent dans le processus de sportification de l’alpinisme, ensuite les « marketeurs de services sportifs » capables de déconstruire la montagne et la nature en produits de consommation. Si les premiers font preuve d’une pédagogie directive et stricte, les seconds font de leurs clients des individus sollicités comme des « co-producteurs de leur propre loisir ». L’enquête conduite par Cl. Perrin-Malterre met en évidence un troisième profil, celui des « éco-développeurs récréatifs », déjà repéré par Jean Corneloup. Il ne s’agit pas, cependant, d’une nouvelle génération. La palette élargie des âges le confirme. Ce qui est déterminant tient surtout à une autre façon de concevoir la relation aux publics : « faire passer des messages autour du développement durable », de « l’écologie » et de la « solidarité », sans renoncer pour autant à la compétence technique et sécuritaire.

7À partir de l’année 1972, on assiste à une prise de conscience des questions environnementales parmi les dirigeants du Comité international olympique (CIO). Cyril Polycarpe étudie la période qui s’étend de l’année 1972 à aujourd’hui. Il examine les travaux de la 72e session du CIO (1972). Les Jeux olympiques de Denver (Colorado), qui doivent se dérouler quatre ans plus tard, sont fortement critiqués dans l’opinion publique. Différents rapports soulignent que les équipements seront source de gaspillage et de pollution : « usage de pesticides, chlore, abattage de forêts, compression des sols, érosion accélérée des reliefs, risques d’avalanches »… Finalement, les Jeux seront organisés à Innsbruck (Autriche). Conjointement, on assiste à l’affirmation d’une nouvelle génération de dirigeants, au sein du Mouvement olympique, plus en phase avec les réalités du moment. Une vingtaine d’années plus tard, en référence aux Jeux de 1972, le « critère environnemental » fait son apparition officielle (1992). Les Jeux d’hiver de Lillehammer (1994) se proclament comme étant les « premiers Jeux verts »… Deux ans plus tard, la Charte olympique met en avant les enjeux de l’environnement pour l’Olympisme contemporain. Désormais, les problèmes liés à l’écologie sont considérés comme « multiples, interdépendants et de dimension globale », soulignent l’auteur. Il ajoute que cette prise de position « stigmatise la fracture entre les nations riches et développées par rapport à des nations en développement ». D’où, sans doute, une invocation à la jeunesse, porteuse d’espoir et d’avenir, par l’actuel président du CIO – Jacques Rogge, au moment du colloque –, et des Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) qui estompent provisoirement le poids des réalités sociales et des déterminismes économiques.

8S’agissant des fédérations sportives françaises, constate-t-on une mobilisation et des initiatives fécondes en matière de « développement durable » ? Audrey Chesnay et José Chaboche ont étudié la question. On pourrait penser que le sport, en tant que référentiel culturel dominant des sociétés contemporaines, en particulier auprès des jeunes, soit « un domaine de réflexion et d’application fécond », interrogent les deux auteurs. Une enquête par questionnaire conduite auprès de 102 fédérations membres du CNOSF est pour le moins édifiante. Près des deux tiers d’entre elles n’ont pas répondu. Les 38 autres fédérations ont été sensibilisées à la question du développement durable suite à la proclamation de l’Agenda 21 du sport français, au siège du CNOSF, au mois de décembre 2003. L’intérêt pour la question est antérieur à cette date pour quatre fédérations : Études et Sports sous-marins, Montagne et Escalade, Pêche à la mouche et au lancer, Randonnée pédestre. Les auteurs mettent en évidence la dominante – environnementale, économique ou sociale – qui caractérise telle ou telle fédération. Le contexte de la pratique d’un sport, la lisibilité de la problématique « développement durable » qu’une fédération peut maîtriser, la présence ou non de certains médiateurs efficaces comptent parmi les facteurs explicatifs d’une diversité, voire de « l’hétérogénéité de l’implication des fédérations » et de leurs logiques d’action respectives. Ces éléments préfigurent-ils l’avènement d’une nouvelle génération de dirigeants sportifs locaux ? A. Chesnay et J. Chaboche évoquent le risque d’« une véritable bifurcation du système sportif fédéral et associatif », qui pourrait devenir le simple exécutant, « sous un strict contrôle sociopolitique, des opérations standardisées de “développement” ».

9L’approche historique et culturelle de l’introduction du vélo tout-terrain doublée de conflits d’usage est abordée dans une optique comparative par Frédéric Savre. L’auteur compare l’éclosion du mountain bike aux États-Unis, perceptible dès le milieu des années 1970, et la diffusion progressive du VTT en France, avec une montée en puissance à la fin des années 1980. Des particularismes nationaux et culturels apparaissent de part et d’autre de l’Atlantique. En Amérique, les grands espaces (Utah-Colorado), symbolisés par les notions de « wild » et d’« outdoor », deviennent de nouveaux territoires de pratique avec un aménagement de sentiers « monotrace » pour le mountain bike. Par contre, sur le territoire français, l’occupation humaine est ancienne et dense. La présence du pastoralisme, la restauration et l’entretien de nombreux sentiers séculaires exigent un effort de cohabitation des pratiques. L’auteur identifie cependant certaines similitudes. Les lieux de conflits se situent généralement à proximité des zones urbanisées (par exemple Marin County près de San Francisco ou Fontainebleau à proximité de Paris). Par la suite, une réglementation adaptée favorise la cohabitation des pratiques dans le respect du cadre environnemental. Cette protection des sites, rendue difficile par une fréquentation intense, doit s’articuler avec des projets de valorisation territoriale à long terme. Fr. Savre fait référence ici aux analyses de Pierre Chazaud.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540