Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Pierre de Coubertin, écologiste avant la lettre ?

Jean Durry

Texte intégral

1Chers amis,

2Notre colloque, à la préparation duquel Jean-Paul Callède et la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine ont mis tout leur soin, est lancé. Il se tient donc à Pessac, à la MSHA et à la Faculté des Sciences du Sport, Université Victor Segalen – Bordeaux 2. À cette occasion, il convient à mon sens de rappeler et de souligner la place que Bordeaux et sa nébuleuse n’ont cessé d’occuper, en matière d’activités physiques et sportives, dans l’histoire et la recherche : qu’il s’agisse du bouillant docteur Philippe Tissié, fondateur de la Ligue girondine de l’Éducation physique le 19 décembre 1888 ; de la presse vélocipédique avec le puissant « Véloce – Sport », à l’orée des années 1890 et du rôle pionnier du journaliste Maurice Martin ; de l’apport des « Bordelais » en « Sociologie des Jeux, des Sports et de l’Éducation physique » magistralement mis en lumière et analysés par Callède dans un récent ouvrage ; plus près de nous, de la part essentielle prise par Jacques Thibault à partir du début des années 1970, véritable éveilleur d’une approche historique alors très en retard par rapport à d’autres pays et autour duquel se développa une pépinière d’enseignants ; ainsi que des travaux de Jean-Pierre Augustin et de ses émules sur l’aménagement sportif des territoires : et cela sans oublier la part active des éducateurs du CREPS de Talence. Je pense aussi à un autre colloque de belle qualité « Sport et Culture » qui se tint à Mérignac les 5 et 6 juin 1992 avec le soutien du Conseil général de la Gironde, tandis que celui-ci est appuyé par le Conseil régional d’Aquitaine.

3Nous sommes ici en terre d’élection, particulièrement propice, comme l’aurait dit Coubertin, à une réflexion « féconde ».

Entrée en matière

4Le présent colloque est, on le sait, placé sous l’égide du Comité français Pierre de Coubertin ; c’est le cinquième du genre. Ces colloques universitaires comptent parmi les actions les plus importantes du Comité fondé en 1950 par Alfred Rosier, Jean‑François Brisson et Pierre Rostini – qui nous a quittés il y a quelques mois. C’est en 2003 que se tint, sur une initiative de notre collègue Claude Piard et à son impulsion, le premier d’entre eux, à l’Université de Rouen avec pour sujet : « Le sport est-il éducatif ? ». Puis se succédèrent Reims 2005 : « De la pédagogie sportive à la Signification du sport » ; Paris (Sénat) 2007 : « Sport, Olympisme et Francophonie » – sans omettre en 2006 une très intéressante journée Pierre de Coubertin à Lacretelle avec Bertrand During, « Jeux, Sport et Olympisme ». En juin 2009 nous étions à l’Université Joseph Fourier Grenoble 1 avec Michaël Attali pour traiter de « La gouvernance du sport ». Des thèmes aussi variés que riches on le voit.

5Comme je le disais il y a deux ans, c’est mon amusement et un privilège auquel je suis sensible que d’avoir été sollicité pour la cinquième fois – et demie – consécutive, de jouer le rôle d’« ouvreur », celui qui essaye d’ouvrir des pistes, en liaison en l’occurrence avec la pensée et l’œuvre de Coubertin dont il s’agit à chaque fois de voir s’ils sont encore d’actualité, s’ils ont quelque chose à nous dire qui puisse nous toucher et nous aider.

6L’exercice est pour moi toujours passionnant, toujours renouvelé, d’autant qu’il tient parfois de la haute voltige. Ainsi en 2009 cela pouvait sembler une cocasserie que d’imaginer placer Coubertin face à « la Gouvernance du Sport », vocabulaire qui n’était pas en vigueur à son époque. Il naît en 1863 et meurt en 1937, je le rappelle. Or il se trouva qu’à travers ses propres batailles le parallèle avec le présent s’avérait aussi évocateur que pertinent, car avec lui et fréquemment contre lui s’étaient bel et bien dessinés tous les problèmes de gouvernance du sport, national d’abord puis international, qui se posent de nos jours avec une croissante acuité.

7Mais peut-on répondre cette fois-ci à cette question apparemment bizarre : « Pierre de Coubertin, écologiste avant la lettre ? »

8La gageure a été soulevée lorsque Jean-Paul Callède contacté par Gilbert Andrieu et Claude Piard nous a suggéré et proposé d’aborder de nouveaux rivages, ceux du « SPORT » confronté aux exigences et aux perspectives du « DÉVELOPPEMENT DURABLE ». J’avoue être assez réservé au départ par rapport aux effets de mode, aux sujets « dans le vent » susceptibles de se transformer en « tartes à la crème » du moment. Quel sens par exemple fallait-il donner à l’entrée parmi les seize dispositions du Chapitre 1er de la « Charte olympique », celui du « Rôle du Comité International Olympique », d’un point 14 ainsi répétitivement libellé :

[le C.I.O.] veille à ce que les Jeux olympiques se déroulent dans des conditions qui prennent en compte d’une manière responsable les problèmes d’environnement et encouragent le Mouvement olympique à se préoccuper de ces problèmes, à traduire cette préoccupation dans toutes ses activités et à sensibiliser toutes les personnes qui lui sont liées à l’importance du développement durable ?

9Quel poids accorder à la création en 1995 d’une « Commission » du C.I.O. « Sport et environnement » lancée à l’instigation du double médaillé olympique à l’épée par équipe (1968, 1972) Pal Schmitt, qui n’est autre en cet instant que le président de la République de Hongrie ? Était-ce de l’opportunisme, un alibi de modernité, ou l’amorce d’une réelle prise en compte par le Mouvement olympique et sportif d’un des problèmes vitaux de l’humanité, vouée à préparer son futur sous peine de l’obérer de façon suicidaire ?

10Mais il va de soi qu’on se doit de considérer résolument, en toute lucidité, en toute conscience – et bien entendu au-delà des soubresauts liés à telle ou telle échéance politique – que ces termes et expressions en pleine vogue en ce xxie siècle naissant, « l’environnement », « le développement durable », « l’écologie », cristallisent dans le monde entier comme dans notre pays autant de questions ou d’ébauches de réponse face aux réalités agressives sinon poignantes de cette planète que nous façonnons, inconsciemment ou volontairement, pour les générations à venir. Le microcosme du sport ne saurait y rester indifférent.

11Ainsi pas plus tard que le samedi 4 juin dernier, L’Équipe–magazine, à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement du lendemain, a spirituellement titré un numéro insolite et touffu – mais « imprimé selon les normes respectueuses de l’environnement » – « Allez les verts ! ». L’un des quelques chiffres-clés assénés d’emblée me paraît mériter de se graver dans nos cerveaux : 3 176, oui

3 176 mètres cubes par hectare et par an, ce sont les besoins en eau, selon l’Association française des personnels d’entretien des terrains de golf, d’un parcours de golf classique. Comme un 18 trous couvre environ 40 hectares, cela correspondrait à la consommation annuelle en eau d’une ville de 7 000 habitants !

12Voilà qui a de quoi nous laisser bouche bée et rêveur.

13Au fait, me suis-je demandé en abordant ces terrains que je fréquente modérément, qu’est-ce que l’écologie, ce terme dérivé du grec oïkos (maison) et de logos (science), créé en 1866 par le biologiste allemand Ernst Haeckel en tant que « science qui étudie les relations des êtres vivants avec leur environnement », laquelle s’est développée à partir des années (19) 30 ? L’écologie appliquée, nous dit le Petit Larousse illustré, veille à « limiter les conséquences néfastes de l’action de l’homme (dégradation, pollution, baisse de la biodiversité, etc.) et à favoriser une gestion rationnelle de la nature. »

14Si l’on veut, de « l’étude du milieu où vivent le genre humain et les autres espèces », on est passé à « la science du respect de l’équilibre naturel. » Et depuis 1960 se sont développés des mouvements associatifs idéologiques et politiques. En langage de « Monsieur tout le monde », on pourrait dire que l’écologie a pris le sens commun de « tout ce qui a trait à l’environnement, à sa préservation et à notre manière de s’y comporter. »

15Veiller à cette écologie, c’est veiller à ce qu’on qualifie désormais de « développement durable », respectueux de notre Planète.

16Alors, oui ou non, est-il crédible, tout en se gardant de la tentation d’anachronismes futuristes, et de la facilité de rapprochements abusifs, de camper sans artifice ni tour de passe-passe Pierre de Coubertin en « écologiste avant la lettre » ?

17C’est ce que nous allons essayer de voir après ces prolégomènes qui nous ont permis de poser les règles du jeu et de dégager honnêtement le panorama.

18Ce qui ne cesse de m’étonner, voire de m’émerveiller je l’avoue, c’est la profusion d’une œuvre qui reste insuffisamment explorée. Mais ici ?

19L’intérêt de ce nouveau champ proposé à l’investigation, c’est qu’il va sans doute nous faire découvrir ou mieux apprécier ensemble un autre Coubertin, un Coubertin qui n’est pas celui que nous croyons connaître – ainsi ne parlerai-je quasiment pas de l’olympisme et du Coubertin olympique. Qui peut se targuer d’avoir lu in extenso les 14 000 à 15 000 pages imprimées qu’il a publiées et d’y avoir réfléchi ? Nous réservent-elles encore des surprises ?

20Mettons-nous en route, la lanterne de Diogène à la main.

L’eau, la neige et la glace, l’air

21Pour contribuer à une qualité de l’environnement, pouvoir œuvrer au développement durable, s’inscrire dans un processus écologique, il faut connaître et comprendre le milieu naturel.

22Qu’en est-il de Coubertin ? A-t-il marqué et de quelle manière un intérêt propre vers ce qui conditionne nos vies ? La réponse est-elle disséminée dans les écrits qu’il a semés ici ou là tout au long de son existence ?

23Cette réponse, si elle nous attendait, il faut la chercher à travers des textes multiples, des articles épars, des livres – surprises et souvent peu accessibles.

24Comme l’aurait dit Conan Doyle par la voix métallique de Sherlock Holmes : « Élémentaire, mon cher Watson. » Élémentaire dans la mesure justement où Coubertin a appréhendé les éléments – l’eau, la neige et la glace, l’air que nous respirons – et exprimé ses réactions, ses sentiments, sa perception de la manière dont il faut s’y mouvoir et en user.

25L’EAU d’abord. Chaque été, la famille de Coubertin rejoint la Normandie, le manoir de Mirville à proximité de Bolbec, et fréquente Étretat, station cotée proche du Havre. À Mirville, Pierre rame avec plaisir sur la yole Tam-Tam de la petite pièce d’eau, à Étretat nul doute qu’il se plonge dans la Manche et y nage vigoureusement. Dans Les Sports athlétiques du 6 septembre 1890, il nous emmène « Aux bains de mer » en des termes combien explicites : « Pour ceux qui les ont goûtés, rien n’égale le charme puissant de ces saisons de plein air », ponctuant ainsi un tableau un rien moqueur de la station imaginaire de Flemme-sur-mer où il a observé et classé les diverses catégories de baigneurs, avant de conclure : « [les] plaisirs sains et l’exquise jouissance des “pleines eaux” vous feront apprécier la plage ».

26La natation, les bains, il en traitera souvent, notamment dans la livraison de septembre 1907 de la Revue Olympique, avec un texte sur les « Bains de mer en toute saison ». Voici passée la « saison » des bains de mer. Et pourquoi une saison spéciale ? S’élevant contre « le préjugé que “l’eau est trop froide” », il compare l’entrée dans la Méditerranée à Nice le 30 décembre et dans la Manche à Étretat un 15 juin ; une antienne qu’il reprendra dans sa « Chronique du mois » (Revue Olympique) de février 1909, traitant des « Bains d’hiver », en Seine par le gel et la bise ou dans la Serpentine à Hyde Park.

27D’entre les sports nautiques, et de tous les sports qu’il pratiqua lui-même – escrime, course, tennis, vélocipédie, équitation, boxe (en tout cas la boxe française), sports d’hiver –, c’est à l’aviron que va sa prédilection. Certains d’entre vous ont à l’esprit le passage d’Une campagne de 21 ans (1906) où il découvre la Société d’Encouragement sur la Marne et son « boat-house » de l’Île aux Loups « tout flambant neuf, une après-midi d’avril 1887, alors que [je] pateaugeais dans les alentours boueux du Bois de Vincennes, cherchant de futurs terrains de jeux ». De l’aviron, il n’a cessé de vanter les mérites. Que ce soit en avril 1908 (Revue Olympique) : « L’aviron, au triple point de vue de l’hygiène, de la beauté et de la discipline, prend place incontestablement au premier rang dans la série des sports » – texte où par ailleurs il s’insurge vigoureusement contre « la conception anglaise du rowing amateur » et son « règlement tout à fait inacceptable ». Que ce soit en 1921-1922 dans sa Pédagogie sportive – « L’homme attaque, tire et dégage » – ou dans ses « Lettres olympiques » (Gazette de Lausanne, 20 avril 1919) – « Rythmée d’une façon musicale, se poursuivant en pleine nature entre l’air et l’eau, sa progression […] est la plus apaisante et la plus fortifiante qui soit. » En juillet 1928, dans la Revue suisse de médecine, il conseillera encore vivement « la cure d’aviron » et un an à peine avant sa disparition, donc en 1936 à 73 ans, une photo le montre en tenue de sport et les bras nus, ramant dans son « petit bateau de course » sur les eaux du lac Léman.

28Des « Bains d’hiver » évoqués il y a un instant aux « Sports d’hiver », la passerelle est aisément franchie.

29NEIGE ET GLACE sont un des milieux naturels auxquels il prête le plus vif intérêt. Il peut s’agir de l’alpinisme – « L’homme y livre à la montagne une vraie bataille ; contre lui, elle se défend comme un adversaire vivant, l’égarant, le mystifiant, tenant en réserve […] brouillards, crevasses, avalanches, sans parler du vertige, de la bise et du froid » (Pédagogie sportive, 1922).

30Mais il s’attache tout particulièrement au ski. « Rien ne vaut deux heures d’expérience personnelle […] Sur cette même neige où l’instant d’avant vous enfonciez jusqu’aux hanches tant elle était molle et épaisse, les skis, dès que vous les avez aux pieds, vous soutiennent miraculeusement marquent à peine derrière eux de légers sillons » (Revue Olympique, février 1908). En décembre 1910 (Revue Olympique) trois ans après un premier « Conte de Noël » placé sous le règne de « Sa Majesté la neige », Pierre de Coubertin se distrait à en narrer un deuxième où le bonhomme Noël va aimablement renvoyer dos à dos « Les deux skieurs », l’un en tenant pour « [le] tapis de neige » du Jura où l’on peut faire dix kilomètres sans rencontrer une seule barrière », l’autre pour l’Oberland bernois, ses « pentes descendues en moins de temps qu’il ne faut pour le dire […] vertigineuses glissades, sauts audacieux, arrêts brusques », sensations vécues du ski de fond et du ski alpin.

31Et c’est dans un opuscule charmant et inattendu, Le Pays Vaudois, son âme et son visage, sorti à la Librairie rouge de Lausanne, qu’il brossera en souriant, mais avec une grande finesse dans la connaissance du milieu, ce qui se passe « En hiver au pays d’En-Haut » (1 200 mètres d’altitude) et les émois du skieur, l’esprit occupé « d’une seule et unique personne, la neige […] Il faut vous dire qu’il y en a trente-six, des neiges. Seuls des skieurs pourraient les cataloguer convenablement […] Elle se fait tour à tour collante, craquante, [poussière] ». En tout état de cause et « Décidément, le ski est un plaisir divin ».

32« En haut, tout en haut, dans la région des cimes, il fait calme et pur » (Le Pays Vaudois, ibid.). Après l’eau et ses transmutations en neige et glace, voici la prise en compte d’une autre composante du monde où évolue la créature humaine, composante cruciale pour sa survie :

33L’AIR. Pierre de Coubertin l’évoque à maintes reprises. Lorsqu’il parle de la pratique de l’aérostation (« Le vent, l’homme et la mer », Revue Olympique, octobre 1906) et suit avec une attention extrême les débuts de l’aviation naissante.

34Mais surtout il en fait une donnée essentielle de tout un dispositif qu’il ne cesse de préconiser : « Les sanatoriums pour bien portants » (Revue Olympique, avril 1907) préventifs et non curatifs. Et c’est là que nous prenons conscience de la manière dont il scrute l’évolution incessante de notre planète conditionnée par des inventions techniques de plus en plus nombreuses et l’accélération du rythme. « En regard de la dépense considérable de force nerveuse et mentale qu’exige […] la civilisation moderne, [il faut impérieusement rechercher] l’équilibre. » À cela contribuera mieux que toute autre thérapeutique le « Bain d’air » (Revue Olympique, juin 1907). Il n’est pas encore entré dans les mœurs, et « les droits du baigneur [d’air] » (Revue Olympique, novembre 1908) sont encore loin d’être reconnus. Mais vous auriez tout avantage à aménager, fût-ce modestement, « Votre gymnase de plein air » (Revue Olympique, juillet 1909).

35Naguère, « aucun appel de téléphone ne provoquait dans l’organisme des sursauts incessants – nous sommes je le rappelle en 1909 –, alors que « le contraste avec la vie présente est absolu. Maintenant, tout trépide, tout se heurte, tout menace de casser […]. Mais quoi ! Il faut […] vivre avec son temps. » (Revue Olympique, juillet 1909). Aussi à la cure d’air, il faut joindre l’usage intelligent du repos, « La chaise longue de l’athlète » (Revue Olympique, octobre 1906), il faut « savoir dételer » (Revue Olympique. juillet 1909). C’est un des gages de la réussite de « La cure de sport » (1920) que Coubertin prônait déjà en 1905 dans La Gymnastique utilitaire et qu’il prêche à nouveau dans l’Almanach Olympique pour 1920.

36Coubertin ne cesse d’insister sur l’hygiène, la propreté, l’hydrothérapie [et l’]aérothérapie (Revue Olympique, mars-avril 1912), faisant sienne la parole d’Hippocrate : « L’air est l’aliment de la vie », parole écologique avant la lettre, s’il en fût.

37Il n’en démord pas et y reviendra avec vigueur, par exemple en 1916 dans les Leçons de gymnastique utilitaire (qui regroupent la série des chroniques hebdomadaires données d’octobre 1914 à juillet 1915 dans les colonnes d’Excelsior). « Sachez bien qu’un homme n’en est pas un si l’air n’est pas son meilleur ami et l’eau sa fidèle confidente » (« L’air et l’eau », in opus citatus).

38Comment concilier Sport et Écologie ? Coubertin en propose, presque avec candeur, dans un monde encore en grande partie agricole, une illustration limite à laquelle on ne s’attendait guère : « Fauchez donc vos prés » (Revue Olympique, juillet 1911).

Faites les foins, messieurs, faites les foins. Vous y prendrez un plaisir extrême et vous en tirerez un profit certain. Ce n’est pas un simple exercice que nous vous recommandons là, mais bien un sport véritable. [Il] exige un rythme gymnastique comme celui qu’impose au rameur la manœuvre de son aviron […] C’est un spectacle artistique qu’un parfait coup de faux ! […] C’est dans la montagne qu’il faut aller faire les foins pour jouir pleinement de ce sport exquis […] Ce sera aussi bon pour votre santé qu’une visite aux plages à la mode… et tellement meilleur pour votre porte-monnaie !

39Si nous élargissons toujours plus la vision, il me semble que l’écologie implique sinon une fusion en tout cas une sensibilité intime avec la nature. Pour Coubertin, elle va s’exprimer lorsque sous un pseudonyme – Georges Hohrod – il se risque au royaume de la fiction, registre littéraire qui lui permet de se dévoiler plus « romantique » que ne l’auraient laissé penser les études du pédagogue et de l’historien. Il s’agit du curieux Roman d’un rallié [sous-entendu « à la République »], (paru d’abord en cinq épisodes du 15 février au 1er avril 1899 dans La Revue bleue ; puis regroupé en volume et édité en 1902) dont de nombreux volets sont autobiographiques, encore que l’aimable Normandie de Pierre de Coubertin soit transposée en Bretagne assez farouche sur les contreforts des Montagnes noires, chères au héros à peine imaginaire Étienne de Crussène. L’intrigue démarre aux États-Unis – ces États-Unis où Coubertin s’était rendu à deux reprises en 1889-1890 puis en 1893 –, se transporte au faubourg Saint-Germain, puis revient vers l’Armorique. Si ces pages ne font pas de Coubertin l’égal de Maupassant, ni de Zola, elles nous offrent plusieurs moments qui à divers titres nous intéressent, et quelques jolis tableaux.

40Voici Étienne accoudé au bastingage d’un vapeur glissant sur le Potomac : « Les arbres répondent en s’inclinant […] le ciel est pailleté de lumière [… dans le vent,] les oiseaux vont et viennent. [Étienne] interprète les sentiments des bêtes et des plantes, de l’air et de l’eau ; leur langage lui est familier. » De retour vers les « landes rouges » bretonnes, lui ou l’un de ses commensaux en traverse la forêt hivernale :

la neige couvrait la terre ; […] la nature avait cet aspect apaisé qui suit les tempêtes d’hiver. […] Vers le Sud, fuyaient les dernières nuées, épaisses masses grises dont le soleil déjà près de l’horizon cuivrait bizarrement les contours. […]. Un peu de givre commençait à briller sur les troncs, […] tout éclaboussés de neige du côté où le vent avait soufflé.

41Attention ! Nous sommes tous conscients qu’on ne saurait identifier ni réduire l’écologie à la description plus ou moins littéraire de quelques paysages bucoliques.

42Cependant, voilà déjà réunis dans une première approche un faisceau d’indices, témoignant d’une sensibilité, et d’une compréhension nullement factice(s) du milieu naturel dans lequel nous baignons et dont nous sommes, parmi d’autres, des particules.

43Mais pouvons-nous aller plus loin ? Ce qui nous dévoilerait alors : une véritable originalité du système éducatif que Pierre de Coubertin élabora progressivement, et la conception qu’il se forgea de la Planète terre dans une perspective réellement « écologique avant la lettre » ?

44Le défi, l’enjeu sont de taille.

Coubertin et la planète terre

45Un choc.

Les environs des villes et en général tous les lieux de promenade et d’excursions souffrent des papiers sordides dont [on les macule]. […] Après tout, il n’est pas difficile au lieu de laisser traîner sur place des journaux tachés de graisse, de les réunir en une boule […] que l’on brûle […] s’il n’y a à le faire nul danger d’incendie. […] Les convives des pics-nics […] apprendraient peu à peu à ne pas les négliger ; d’un coup de talon, ils réduiront en poussière les coquilles d’œuf et, s’ils ne veulent point avoir à rapporter leurs bouteilles vides, ils les poseront intactes au pied d’un arbre d’où bien vite quelque passant les enlèvera, au lieu de les casser bêtement sur des pierres et de saupoudrer ainsi le sol de fragments dangereux.

46Pouvions-nous nous attendre à ce qu’au détour d’un numéro de la Revue Olympique de mars 1907 – « À propos de rallyes » –, Coubertin se soit fait le vigilant observateur d’une planète-poubelle, état des lieux se répétant tristement à l’infini un siècle plus tard ?

47Tout à l’heure, il vantait les vertus de « l’air pur » aux pratiquants éventuels des sports. Cet « air pur », il l’a voulu d’abord pour les élèves. C’était l’une des données des « High schools » de Grande-Bretagne qui l’avait frappé, et son premier livre L’Éducation en Angleterre (Hachette, 1888) s’en fait l’écho, refusant ces récréations où les enfants en sont réduits à « tourner entre quatre mur autour d’un arbre rachitique ». Il s’agit donc de trouver un « terrain de jeu » que l’on puisse rejoindre sans difficulté majeure. « Il y a des arbres et des champs et de l’air pur en France » (La Réforme sociale, numéro du 1er juin 1887), et c’est pourquoi un collège tel que celui de Juilly constitue « un petit coin d’Angleterre en France, une oasis scolaire […] l’étonnant ce n’est pas qu’il y ait un parc, et dans ce parc un étang, et sur cet étang des bateaux. Non, l’étonnant c’est qu’on joue dans ce parc, qu’on nage dans cet étang et qu’on monte dans ces bateaux » (L’Éducation anglaise en France, 1889).

48La voie de la pédagogie, où il s’est engagé alors qu’il aurait pu prendre d’autres chemins dès le début de sa vie publique en 1886, a constitué l’axe moteur, le fil rouge de son existence. Il ne cessera de creuser ce sillon. Au seuil du xxe siècle, en 1901 – il a alors 38 ans – ses Notes sur l’éducation publique marquent un bond en avant. Car après quinze ans de mûrissement, Pierre de Coubertin propose d’un coup tout simplement une remise en cause à la racine du système éducatif. Il dénonce cette absurde juxtaposition, cet empilement des connaissances qui ne peuvent plus entretenir l’espoir d’une synthèse devenue un leurre. Ce qu’il formulera ainsi à nouveau en 1912 dans le deuxième des trois volets de son « éducation des adolescents au xxe siècle » intitulé Éducation intellectuelle. Analyse universelle : « Un changement radical de méthode s’impose. À la synthèse, il faut substituer l’analyse », clé pour l’adolescent du cycle secondaire de l’accès à la compréhension de toutes choses.

49Les Notes sur l’éducation publique auxquelles je reviens – et qui abondent en surprenants aperçus, s’inscrivant notamment en faux dans un chapitre consacré à « l’éducation des femmes » par rapport à tout ce que l’on croyait savoir d’une misogynie dont on lui fait si souvent le reproche –, il les a placées dès l’avant-propos dans le sillage révolutionnaire de la phrase célèbre de Danton : « Après le pain, l’éducation est le premier besoin du peuple. » Le cinquième des chapitres a pour titre « La Terre » et les deux suivants « L’humanité » ! En pensant à notre rencontre de ce matin, j’ai soudain compris que là se trouvait la réponse à la question posée, et que Coubertin pouvait à meilleur droit encore que je n’en avais jusqu’alors l’intuition, être dûment tenu pour un « écologiste avant la lettre ».

50En 1910 en effet lorsqu’il rendra publics et diffusera les « Nouveaux programmes d’enseignement secondaire » extrêmement détaillés qu’il a longuement préparés avec le prix Nobel (1908) de physique Gabriel Lippmann, les 60 leçons proposées par un esprit d’une grande clarté traitent d’abord des sciences, en commençant par l’étude du monde idéal – et l’on saisit mieux alors comment en 1919 il pourra consacrer une conférence et une brochure aux Étapes de l’Astronomie – ; puis les Humanités, c’est-à-dire essentiellement l’Histoire ; enfin les langues, mortes et vivantes. Car, dit-il, il faut faire de « l’enseignement secondaire, une ère d’idées générales embrassant l’ensemble du monde matériel et de l’évolution humaine ; afin que, par là, tout homme cultivé ait, au seuil de la vie active, un aperçu du patrimoine dont il est à la fois bénéficiaire et responsable ». N’est-ce pas là l’expression même et le sens profond de l’Écologie, telle que nous l’entendons en l’an de grâce 2011 ?

51Il aboutit en 1926, pour l’Union Pédagogique Universelle, à ce qu’il appelle « le flambeau à dix branches » considéré comme [la] base essentielle de l’instruction que doit posséder tout homme, [acquise] à des degrés différents selon ses capacités, le temps dont il dispose, etc. Avec en première ligne « les quatre notions qui délimitent l’existence même de l’individu : astronomique, géologique, historique, biologique », précédant « les trois notions dont dépend son développement mental et moral : mathématique, esthétique, philosophique », enfin « les trois notions qui dominent sa vie sociale : économique, juridique, éthique et linguistique. »

52Je ne cesse de m’étonner, je le dis avec naïveté, de ce qu’offrent de découvertes, pour peu qu’on les aborde sous un autre angle qu’à l’accoutumée, la lecture et la relecture de l’œuvre de Coubertin. Toujours de nouvelles facettes, de nouvelles pépites. Si ce n’est pas sidéral, c’est sidérant.

53Écoutons-le lorsque le 19 avril 1932 à Berne il pose dans une conférence ce qu’il appelle Les Assises de la Cité prochaine. Après de brèves politesses d’usage, il attaque ainsi : « Maintenant, si vous voulez bien, Messieurs, je vous parlerai de l’avenir – de l’avenir qui fut et demeure plus que jamais l’animateur principal de mon travail. » Et effectivement, il va leur parler en homme du futur, puisque ses constats s’appliquent sans hiatus au monde qui est le nôtre à l’instant où nous sommes ici réunis, et à nos plus actuelles préoccupations.

La vitesse règne. L’existence est rendue trépidante aussi bien par la coopération incessante de la mécanique que par le recours continuel à la tension de l’organisme humain. L’homme se trouve par là soumis à la tyrannie des courants à haute fréquence dans tous les domaines.

54Et encore :

Songez à la situation qu’ont créée la [radio], les avions, l’automobile, les progrès de la chimie pratique d’une part – et de l’autre, l’uniformisation de l’existence et la substitution d’une classe unique aux divisions sociales jusque-là prédominantes. […] Les inventions […] créent de la mouvance [et] de l’interpénétration.

55Regardons-nous dans sa glace : elle est le miroir de notre présent. En 1907 déjà, il y a donc plus d’un siècle, évoquant mais sans illusion d’optique l’idée d’un « Retour à la vie grecque » – et l’on retrouve ici la notion du besoin de « calme » mise en valeur quand nous parlions de l’Air et des cures de repos –, il était capable d’annoncer prémonitoirement :

Nos fils [s’étonneront] devant l’agitation […] le dérèglement […], le mépris du bon fonctionnement animal et l’incompréhension de l’harmonie[,] qui si longtemps auront dominé une humanité se vantant d’être éclairée et se comparant orgueilleusement à ses devancières.

56S’éloignant toujours plus de son milieu d’origine, convaincu à l’issue des quatre années du cataclysme mondial de l’avènement de la Démocratie, convaincu aussi que les « classes dirigeantes » ont jusqu’alors bridé volontairement l’accès à la connaissance, il s’écrie en 1918 :

Il advint qu’un mouvement irrésistible se dessina qui poussait la Démocratie vers le pouvoir. Elle était le nombre et le nombre devenait force […]. La Démocratie doit à son tour accueillir l’enseignement des siècles […]. Elle est beaucoup mieux préparée à en bénéficier que votre méfiance ne vous le laisse croire. L’air pur des grands courants historiques, la révélation des abîmes cosmiques, les souffles créateurs de l’art allègeront sa marche laborieuse.
Ouvrez les portes du Temple ! Il n’est que temps. L’avenir de l’humanité l’exige.

57Et lorsqu’il revient en Grèce et à Athènes en 1927 pour la troisième et dernière fois de sa vie, après ses voyages de novembre 1894 et avril 1896 liés vous le savez à la naissance des Jeux olympiques modernes, c’est bien en « Écologiste avant la lettre » qu’il s’adresse aux auditeurs réunis le 27 avril à l’Académie en terminant sa Conférence sur : « […] la transformation et […] la diffusion des études historiques : caractères et conséquences » par cet appel : « Pythagore estimait que la figure de la sphère est la plus parfaite. Unissons-nous, Messieurs, autour de la sphère […] afin de l’entretenir et de la protéger » !

***

58À mon tour, j’en ai presque terminé.

59Mais enfin il s’agit de Pierre de Coubertin, assez différent on l’a vu de celui dont nous avons plus souvent la pratique. Il convient je pense maintenant de retrouver le Coubertin olympique – laissé jusqu’ici volontairement de côté – pour voir, cursivement je vous rassure, s’il est en adéquation avec « l’écologiste avant la lettre » que nous avons découvert ensemble. Ensemble, car je dois dire que lorsque, me piquant à essayer de relever le gant lancé par Jean-Paul Callède, j’ai pris la lanterne et me suis mis en chemin vers vous, j’étais en vérité incertain – c’était le charme de l’aventure – de trouver de quoi nourrir le propos et avec quels aliments.

60L’arbre a caché la forêt. La réussite de l’initiative olympique a évidemment rejeté dans l’ombre le reste de l’œuvre de ce marginal que fut Coubertin, dont nombre d’idées, de projets, d’entreprises, ne connurent pas de réussite concrète. Mais ce qui la caractérise, c’est à quel point elle forme un tout, indissociable, et que les préoccupations, les travaux, la pensée, l’action, sont demeurés tout au long de la vie d’une rare cohérence.

61Lorsque le 23 juin 1914 on célèbre à la Sorbonne le « XXe anniversaire du rétablissement des Jeux olympiques », – en ces mêmes lieux où le 25 novembre 1892 il avait tiré la première salve, où le 23 juin 1894 au terme du Congrès fondateur avait été proclamée sans coup férir la naissance du mouvement olympique assortie des principes lui donnant chance de durer et annoncée la tenue à Athènes moins de deux ans plus tard de ceux qui seraient les « Jeux internationaux de la première Olympiade de l’ère moderne », Pierre de Coubertin dans son discours sur « Le sport et la société moderne » énonce nettement que « le sport apparaît comme une sorte d’incarnation de la démocratie, car il est par excellence l’école où se coudoient l’entraide et la concurrence, ces deux piliers essentiels des sociétés démocratiques. »

62Il ne cessera d’avoir cela en tête, prenant en 1919 – alors très en avance – une nouvelle dimension en proposant « Tous les sports pour tous » (Gazette de Lausanne, Lettre olympique du 13 janvier). Visant à « l’olympisme intégral et démocratique » (XXVe anniversaire des Jeux olympiques, Lausanne, avril 1919), il fera adopter en 1926 lors de la conférence internationale d’Ouchy conduite par l’Union pédagogique universelle la résolution sur le « Droit au sport et droit d’accès à la culture générale » pour chacun.

63Cohérent donc, et « Écologiste avant la lettre ». Ne devrions-nous pas réfléchir sereinement, alors qu’on conditionne désormais l’attribution de telle ou telle grande compétition à l’édification sans frein d’arènes toujours plus vastes et dispendieuses, à la mise en garde exprimée le 7 novembre 1928 lors de l’officialisation du Bureau international de pédagogie sportive :

Des stades, on en élève imprudemment de tous côtés […] Quand vous aurez établi […] des degrés pour quarante mille assistants, vous serez tenus d’en peupler les courbes qui appellent la foule ; et pour l’attirer, cette foule, il faudra du battage : et pour légitimer le battage, il faudra se procurer des numéros sensationnels […] ; presque tous les stades construits ces derniers temps proviennent d’une incitation […] trop souvent mercantile.

64Et Coubertin ajoutait : « Maintenant que s’épanouissent les conséquences prévues d’un tel état des choses, qu’on s’en prend aux athlètes et qu’on leur reproche la corruption qui leur a été inoculée […], j’admire qu’ils ne soient pas cent fois plus corrompus. »

65Nous nous interrogions, au début d’un périple que je vous remercie d’avoir accompli avec une patience si indulgente et si soutenue : est-il légitime, sans artifice ni tour de passe-passe, de camper Coubertin en « Écologiste avant la lettre » ?

66Le 26 octobre 1918 (Gazette de Lausanne, Lettre olympique III sur XXI), il s’exprimait ainsi, au-dessus de la mêlée : « L’olympisme est un renverseur de cloisons. Il réclame l’air et la lumière pour tous. […]. Voilà son programme idéal. »

67Chers amis, je vous remercie de votre attention.

Auteur

Écrivain et journaliste, membre du Comité français Pierre de Coubertin, fondateur du Musée national du Sport (Paris).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540