Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Le Comité français Pierre de Coubertin, son soutien à la diffusion des savoirs

Alain Calmat

Texte intégral

1Créé en 1950, le Comité Pierre de Coubertin a notamment pour objet :

  • de diffuser l’œuvre de Pierre de Coubertin dans son ensemble, et particulièrement ses travaux dans le domaine de l’éducation et de la pédagogie ;
  • de mieux expliquer et propager un « Olympisme » que Coubertin définit comme un humanisme, un état d’esprit à promouvoir dans l’enseignement à tous les niveaux, afin que le sport soit reconnu comme élément indispensable à l’éducation ;
  • d’intervenir auprès des pouvoirs publics et des organisations concernées pour que l’idéal olympique demeure le correctif indispensable aux excès et déviations du sport ;
  • d’initier et d’encourager la pratique des sports chez les jeunes.

2Le Comité français Pierre de Coubertin s’attache à initier, à encourager la pratique des sports chez les jeunes et à favoriser l’entraide et la solidarité entre les membres de la communauté sportive.

3Le Comité français Pierre de Coubertin est sensible au respect de l’usage du français comme langue olympique, qui répond à la nécessité de préserver la diversité linguistique dans le monde, un engagement que la Francophonie a pris aux côtés des autres communautés linguistiques nationales.

4Le Comité français Pierre de Coubertin est attentif à la gouvernance du mouvement sportif, dans le respect de toutes les pratiques sportives, des athlètes, des dirigeants sportifs et des politiques nationales en la matière. Il y contribue par ses actions, ses publications et l’engagement de ses membres.

5Attaché aux trois grands principes de fonctionnement du sport éducatif définis par Thomas Arnold et réaffirmés par Pierre de Coubertin comme le fondement de l’Olympisme, il défend un amateurisme réaliste, le fair-play, pour lequel il soutient l’action de l’association française pour un sport sans violence et pour le fair-play, et le self government.

6Son engagement dans la défense de la francophonie l’a entraîné à traduire ce concept sous le vocable d’autogestion et, à partir de là, à initier une importante réflexion sur la gouvernance actuelle du sport.

7L’attention apportée à la diffusion des savoirs, sous une forme dialoguée, respectueuse de la diversité des sensibilités et des interprétations argumentées, a amené le Comité à optimiser trois types d’opération. Tout d’abord, le Comité est présent ou représenté, au contact de ses partenaires habituels, dans bon nombre de manifestations relatives à la promotion des valeurs coubertiniennes évoquées à l’instant. Ensuite, son organe de liaison, d’information et de communication a été modernisé, sous l’appellation Gazette Coubertin. Celle-ci est tirée à 700 exemplaires et chaque numéro privilégie un thème original. Enfin, le Comité renouvelle ponctuellement son soutien à des institutions universitaires autour de quelques rendez-vous relatifs à des questions d’actualité donnant matière à la publication d’ouvrages.

8C’est ainsi qu’il a apporté son soutien au colloque La gouvernance du sport. Quels pouvoirs de transformation ?, qui s’est tenu à l’Université Joseph Fourier-Grenoble 1, au mois de juin 2009.

9Deux ans plus tard, c’est-à-dire aujourd’hui, en ce mois de juin 2011, il a accordé sa pleine confiance et son aide aux efforts conjugués de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine et de la Faculté des Sciences du Sport de l’Université Victor Segalen-Bordeaux 2 pour accueillir le colloque Activités de pleine nature, aménagements sportifs et développement durable : une question de « génération » ?.

10Plus que jamais la question du développement durable est à l’ordre du jour, et elle se décline à toutes les échelles : locale, nationale, internationale. Le sport en fournit un exemple significatif. En France, « la nécessaire évolution durable du sport », au bénéfice de tous, est l’un des axes forts du ministère des Sports. Le Comité international olympique fait de la maîtrise des énergies renouvelables et de la protection des sites de nature deux critères majeurs de qualité des équipements sportifs des villes candidates à l’accueil des Jeux. Auprès des jeunes générations, les éducateurs, qu’ils soient enseignants, entraîneurs, animateurs, font un travail quotidien de sensibilisation au respect des valeurs indispensables à la préservation d’un patrimoine commun.

11Et sous cet angle d’appréciation, la prise en considération des idées exprimées par Pierre de Coubertin ne permet-elle pas de mieux faire le lien entre le passé et l’avenir du sport ?

12En feuilletant la plaquette qui détaille le programme du colloque, il est déjà acquis que les travaux qui s’ouvrent aujourd’hui apporteront confirmation de la pertinence du thème, ensuite de l’ingéniosité des solutions concrètes fournies par les pouvoirs publics, les associations, les fédérations sportives, les uns et les autres œuvrant de concert, ou encore des mesures en cours d’élaboration, et, enfin, de l’intérêt des analyses scientifiques qui leur sont appliquées.

Auteur

Président, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540