Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, nature et développement durable

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Fabien Sabatier
, 
Christine Bouneau

Introduction générale

Jean-Paul Callède, Fabien Sabatier et Christine Bouneau

Texte intégral

1Aujourd’hui, plus que jamais, le fait sportif est envisagé sous l’angle du développement durable. Ce dernier, qui est autant sinon plus une perspective ouvrant sur le futur qu’une réalité tangible, fournit l’occasion d’interroger les pratiques sportives d’aujourd’hui. Les activités de pleine nature, qui ont connu un essor spectaculaire, doivent se montrer respectueuses de l’environnement et des activités économiques locales (élevage, agriculture, par exemple). Les aménagements pour le sport (les équipements et leur desserte, les structures d’accueil, les sites, les itinéraires) donnent matière à des consignes très strictes afin de protéger les lieux. Les comportements des publics de pratiquants (au quotidien, de fin de semaine, en séjour de vacances ou selon d’autres modalités de fréquentation) font l’objet de préconisations précises en appelant à une conduite responsable et à ce que l’on désigne comme une attitude relevant de l’éco-responsabilité ou de l’éco-citoyenneté. Des champions et des championnes qui brillent dans les sports de pleine nature se mobilisent pour promouvoir cette noble cause.

2C’est dire que le sport apparaît comme un terrain d’expression au sein duquel sont mis en présence, au-delà de la diversité des contextes et des circonstances, des enjeux d’ordre social, culturel, économique, technologique et éducatif. L’impératif du « développement durable », qui prend une connotation particulière lorsqu’il s’agit des activités physiques et sportives de pleine nature, constitue un prisme unificateur pour les différentes catégories d’acteurs en présence : les élus politiques, les techniciens (constructeurs, aménageurs), les représentants des administrations (et les ministères de tutelle), ceux du Mouvement sportif, sous l’égide du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), des associations de défense de la nature, les équipes enseignantes au sein des établissements scolaires, les animateurs de Fondations diverses, les publics qui s’adonnent aux activités physiques et aux sports, les gestionnaires (de sites ou d’activités), sans oublier les populations locales résidant et/ou travaillant sur les territoires concernés, et d’autres associations encore, qui appartiennent à la société civile. On constate que cet impératif de développement durable est associé au concept de gouvernance. Le mot désigne l’aptitude à dialoguer, à concevoir des projets et des réalisations fondées sur un consensus et sur une compréhension équitable des intérêts de chacun. Une attention toute particulière doit être accordée également aux discours, à leur diversité et aux logiques d’argumentation mises en œuvre.

3À tous les niveaux d’échelle, depuis la commune rurale qui souhaite mettre en valeur son patrimoine de nature jusqu’au cahier des charges fixé pour l’accueil d’événements sportifs internationaux (Jeux olympiques, Coupes du monde, Jeux méditerranéens, raids sportifs divers…), le lien entre le sport et le développement durable est nettement affirmé. Peut-être le sport est-il exemplaire, à certains égards, de cette prise de conscience.

4Ce lien au développement durable se caractérise désormais par un inventaire rigoureusement ordonné des directives à respecter : économie des énergies fossiles, réduction des émissions de gaz à effets de serre, traitement de l’eau, incitation aux circulations douces à faible impact sur l’environnement, principe d’une possible réversibilité des choix d’équipement et d’aménagement sportifs des lieux et des espaces, préservation des cadres naturels, solidarité avec les populations démunies, etc. Faut-il pour autant ramener la prise de conscience actuelle à une simple question de « génération » particulièrement sensibilisée à ces questions ?

Trois plans d’analyse à articuler

5Avant d’étudier plus précisément l’articulation entre d’une part le domaine des activités de pleine nature et des aménagements sportifs et d’autre part la perspective du développement durable, de manière à vérifier si et dans quelle mesure il s’agit d’une question de « génération », examinons rapidement l’importance qu’occupent ces trois références replacées au sein de la société et dans une perspective diachronique. L’exercice nous permettra ensuite de mieux situer l’importance du fait sportif au regard des deux autres aspects, d’un côté la dynamique des constructions générationnelles et (de) leur renouvellement, de l’autre la vaste problématique du développement durable.

La problématique du développement durable

6Examinons tout d’abord cette problématique du développement durable. L’enjeu planétaire, dans ce domaine, est de parvenir à mettre en œuvre des modes durables de développement, de façon à assurer le bien-être de tous les individus. Il apparaît que les modes de développement aujourd’hui en place sont loin de répondre aux besoins du présent et sont en train de compromettre la satisfaction des besoins des générations futures. Cette problématique est plus que jamais d’actualité mais le concept n’est pas véritablement nouveau. La question se précise durant les années 1970 lorsque les experts réunis en 1972 dans le cadre du « Club de Rome » dénoncent dans le Rapport The Limits to Growth (Les Limites de la croissance) l’impact négatif de l’essor industriel des Trente Glorieuses sur l’exploitation intensive des ressources naturelles. En 1971 sont lancées deux organisations mondiales indépendantes de défense de l’environnement : Les Amis de la Terre et Greenpeace. Au même moment, la conférence de Stockholm défend l’idée d’une gestion raisonnable des ressources. Ce premier « Sommet de la Terre » est à l’origine du Programme des Nations unies pour l’Environnement. Déjà se dessine une interrogation autour d’un développement qui engage l’avenir. C’est en 1987, dans le rapport Brundtland, produit au moment des préparatifs du Sommet de la Terre devant se tenir à Rio de Janeiro, que la notion de « développement durable » est explicitement définie. Il faut entendre, sous ce vocable, « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ». Est ainsi clairement formulé le principe d’une solidarité intergénérationnelle sur la base de la responsabilité qui incombe aux générations actuelles. Les trois piliers du développement durable renvoient respectivement aux volets économique, social et environnemental. En 1992, la Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement met en avant la démarche écologique. Il s’agit d’un programme d’actions et de recommandations plus connu sous le nom d’« Agenda 21 », en vue d’un développement durable pour le siècle à venir. Parmi les domaines prioritaires figurent la pollution, la gestion de l’eau, le tri et le traitement des déchets, etc. Au niveau de chaque État, l’Agenda 21 se décline à différentes échelles complémentaires les unes des autres : nationale, régionale et locale. Dans les années qui vont suivre, plusieurs prises de position internationales et/ou nationales se succèdent, faisant progresser les idées. Pour autant, aujourd’hui, en France par exemple, la mobilisation autour de la « transition écologique » s’est estompée, remplacée par d’autres urgences (chômage, relance de la production, lutte contre les pauvretés…) tandis que la stratégie économique et industrielle de la France semble marquée par bien des incertitudes. Les affrontements et la vive concurrence entre États, liés à la domination des dogmes néolibéraux, ne permettent pas de sortir du modèle des marchés. La déclaration finale établie à l’issue du dernier Sommet de la Terre, de retour à Rio au mois de juin 2012, s’en tient au principe de l’« économie verte »…

7Toutefois, on ne saurait ignorer que la mobilisation relative au développement durable est en plein essor dans les territoires de proximité : les collectivités territoriales, l’institution scolaire, les associations, les entreprises, les investisseurs, les familles et les simples citoyens tendent à intégrer avec efficacité cette dimension dans leurs activités respectives.

  • 1 Indice de développement humain (IDH). Il s’agit d’un indice composite, élaboré par le Programme de (...)

8La méthodologie appliquée au développement durable (objectifs visés, dimensions identifiables, indices et instruments de mesure) intéresse directement le fait sportif car, toutes proportions mises à part, ces critères sont pertinents. Pour le volet économique, le « PIB vert » (pour Produit intérieur brut) permet de caractériser le coût environnemental de la production. S’agissant du volet environnemental, le bilan carbone et la notion d’empreinte (ou d’impact) écologique sont deux indices mobilisables. Enfin, pour le volet social, on utilise l’IDH1 de manière à évaluer le niveau de bien-être de la population concernée.

Le développement spectaculaire des activités sportives

9Abordons maintenant le thème de la pratique des activités physiques et sportives, indissociable des différents contextes dans lesquels elles se font : sites de pleine nature, sites aménagés, installations sportives couvertes ou ouvertes, équipements sportifs de proximité et complexes sportifs, simples locaux plus ou moins adaptés, réseaux de pistes cyclables, de parcours de randonnées…

10Les données statistiques fournies par le ministère des Sports, les enquêtes nationales diligentées par ce ministère en collaboration avec l’INSEP (Institut national du sport et de l’expertise), le ministère de la Culture ou l’INSEE montrent le développement spectaculaire des pratiques sportives et l’affirmation des activités de pleine nature. Cette évolution se traduit par un impact inévitable sur la nature, les biotopes et les équilibres écologiques.

11Donnons quelques chiffres permettant de comprendre l’essor des activités sportives de pleine nature dont nous serons amenés à reparler. La plupart des sports de pleine nature ont connu des débuts confidentiels. Progressivement, ils ont gagné de nouveaux publics. Le matériel et l’équipement de la personne se sont améliorés et ils sont devenus des marqueurs de l’identité juvénile. Certains de ces sports sont aujourd’hui centenaires quand d’autres sont apparus plus récemment. Les phénomènes d’hybridation, en particulier autour du vélo tout-terrain ou des sports de glisse se caractérisent par de nouvelles « spécialités » qui n’ont que quelques années d’existence.

12Empruntons au ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative quelques données statistiques. En 1929, on dénombrait en France un million de licenciés. En 1949, les fédérations avaient délivré moins de 2 millions de licences (très exactement 1 876 000 licences). Soit à peine le double de licenciés à deux décennies d’intervalle. En 2002, ce sont près de 15 millions de licences qui sont enregistrées, soit un développement spectaculaire, avec une période 1957-1987 qui « constitue “l’âge d’or” de la pratique sportive en club » (ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, 2004b). Le ministère publie également une série de documents dite des « chiffres-clés du sport ». Le vélo intéresse plus de 18 millions de pratiquants. Le ski et le surf, emblématiques des sports de glisse, rassemblent plus de 7 millions d’adeptes et le ski nautique 5 millions. La pêche, qui peut prendre différentes formes, de la détente paisible à la pêche dite sportive, intéresse 3,7 millions de personnes. Évidemment, il ne s’agit pas là de données chiffrées caractérisant nécessairement une pratique régulière. La pratique occasionnelle et estivale nourrit largement ces données chiffrées. Toutefois, il faut sans doute ajouter à ces données statistiques les pratiques sportives des vacanciers étrangers, non prises en compte dans les diverses enquêtes nationales. Les effectifs de licenciés et autres titres de participation recensés dans les fédérations de sports de plein air et de pleine nature sont donc plus explicites : 514 000 pratiquants en équitation (dont 76 % de femmes), près de 370 000 pratiquants de golf, 270 000 pratiquants de canoë-kayak, 185 000 adeptes de la randonnée pédestre (dont plus de 60 % de femmes), 156 000 pratiquants de ski (dont 40 % de femmes), 120 000 adeptes du cyclotourisme (ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, 2006). En se reportant aux données statistiques de l’année civile précédente (ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, 2004a), on note que la voile rassemble 280 000 pratiquants (dont 30 % de femmes).

13La dernière enquête en date confirme ces données chiffrées. « L’activité “marche” dans toutes ses déclinaisons (marche loisir, balade, marche utilitaire, randonnée pédestre ou en montagne…) occupe une place prépondérante » (Thiéry, 2006), avec 35 millions d’adeptes. Le même document précise que le nombre de licences et autres titres de participation délivrés par les fédérations sportives agréées est passé de 15,5 millions en 2009 à 17,4 millions (dont 37 % de licences féminines) en 2010.

14Si l’on considère que ces pratiques nécessitent en amont une intervention de l’homme, la nature et l’environnement s’en trouvent changés : vastes aménagements (golf), stations de sport d’hiver (ski), plans d’eau (et édification de locaux de clubs, à l’exemple de la voile ou du surf) ou courants d’eau vive (canoë), équipements complexes nécessitant un entretien quotidien (pour la pratique de l’équitation, 10 000 équipements équestres sont implantés sur le territoire), réseau de sentiers pédestres aménagés et entretenus…

15Si l’on ajoute que certains effectifs de pratiquants se concentrent sur des périodes de vacances (l’été, l’hiver, au printemps), autour d’activités précises et sur certains sites privilégiés, l’impact de ces sports sur l’espace local, l’environnement et le cadre de nature est d’autant plus marqué que des équipements complémentaires et d’accompagnement sont nécessaires (hébergement, restauration, sanitaires, aire de stationnement des véhicules, remontées mécaniques, etc.).

16Par ailleurs, des analyses détaillées sont produites sur certains sports ou familles de sports. Les sports d’hiver, « c’est-à-dire les séjours où l’on pratique une des quatre activités de neige, ski alpin, ski de fond, snowboard ou surf des neiges et autres sports de neige (qui regroupent en particulier les raquettes de neige, le patinage et le bobsleigh) ne représentent que 21 % de l’ensemble des séjours d’hiver » (bulletin Stat-Info, août 2006). L’étude consultée montre que les pratiquants des sports d’hiver constituent « une population bien particulière » (p. 4). « En effet, la moitié d’entre elle a moins de 30 ans et seulement 20 % plus de cinquante ans » (ibid.). « La pratique du snowboard est encore plus sélective : 85 % des personnes pratiquant cette activité ont moins de 30 ans. Les inconditionnels de ce sport qui ne pratiquent aucune autre activité sportive durant leurs vacances sont encore plus jeunes. » Les sports de glisse de neige tendent ainsi à différencier les âges et, si l’on utilise le terme de « générations », on parlera souvent de générations pour désigner une succession de classes d’âge de faible amplitude.

17Le bulletin Stat-Info publié en novembre 2011 (Lefevre, Thiéry) comporte un encadré très intéressant : « Les pratiques émergentes » (ibid., p. 2). Sous ce vocable sont évoquées des activités nouvellement apparues dont certaines viennent enrichir les activités sportives de pleine nature : l’acrobranche (parcours sécurisés dans les arbres), la marche nordique (avec utilisation de bâtons propulseurs), des pratiques hybrides combinant des sports déjà existants comme le kitesurf (planche à voile et aile de traction).

L’intérêt scientifique porté aux phénomènes générationnels

18Les travaux universitaires portant les processus générationnels, en particulier leur renouvellement au sein de la « jeunesse », se répartissent dans diverses disciplines. Il n’est pas question de passer en revue les auteurs et leurs travaux qui, chacun dans sa discipline propre (sociologie, histoire, anthropologie culturelle, démographie…), ont enrichi le débat autour de la caractérisation des « générations » et des « processus générationnels ».

  • 2 Mentré, 1920. L’auteur remercie Émile Durkheim qui a lu ce « travail en manuscrit ». Ce dernier y (...)

19Parmi les « curiosités » universitaires, on mentionnera le mémoire de thèse de lettres de François Mentré sur Les Générations sociales2. Le jeune auteur fait précéder le texte de la dédicace suivante : « À la jeunesse nouvelle je dédie fraternellement ce livre qui essaie de la comprendre. » En posant « le problème » (chapitre premier, p. 13 et suiv.), l’auteur rappelle que « l’idée de génération n’est pas simple ». Le mot, dans différentes langues, a un double sens : une signification passive (la succession des générations, qui s’applique à la famille ou à la société) et une autre signification lorsque le mot sert à désigner « la génération sociale », soit « un groupe d’hommes dont l’unité résulte d’une mentalité particulière, et dont la durée embrasse une période déterminée ». En s’appuyant sur les travaux des écrivains et des historiens de la littérature, Mentré constate qu’on peut regrouper différents personnalités en fonction d’une expérience commune ou plus ou moins partagée, qui pose cependant des problèmes de division, tandis que la psychologie des âges dément elle-même certaines des divisions proposées. Cependant, par-delà cette diversité d’applications, « seule l’idée de génération collective subsiste » (p. 29). Sur le point de conclure, l’auteur a une formule qui peut fort bien s’accorder au vaste domaine des pratiques sportives de pleine nature et aux multiples groupes plus ou moins éphémères ou stables qui s’y adonnent. « L’idée de génération est très séduisante, mais rebelle à la précision, parce que c’est un notion mixte qui participe du temps et de l’espace » (« Conclusion », p. 461).

20Par la suite, diverses approches analytiques ont montré à la fois la réalité incontournable de ce concept et cependant la difficulté à le traduire en des termes simples, univoques et stabilisés. Le concept de « génération désigne à la fois une caractérisation de l’individu et/ou d’un groupe d’individus situé(s) dans le temps. Toutefois, l’effort de clarification se heurte tant à la diversité des sens attribués qu’à la pluralité des approches. Si l’on ajoute que les générations – y compris les jeunes générations – se structurent les unes par rapport aux autres, dans la durée, il advient aussi qu’elles fassent apparaître, en un même temps, et sous l’angle de l’espace social, des écarts significatifs. À âge égal, certains « groupes concrets », constitués autour d’une activité majeure (être étudiant), d’une pratique (être sportif), d’une cause (être un militant « écolo ») se distinguent d’autres groupes d’affiliation ou de quasi-groupes définis par d’autres logiques affinitaires. En outre, le système de la mode, pour parler comme Roland Barthes, et la société de consommation, étudiée par Jean Baudrillard, tendent à stimuler l’économie du signe accélérant ainsi le renouvellement des marqueurs générationnels. Des emboîtements générationnels se font jour.

21Prenons l’exemple du surf (et des sports de glisse). Les travaux de Christian Pociello traitant des cultures sportives (Pociello, 1995) montrent que l’affirmation des sports de glisse devient perceptible au cours des années soixante. On peut parler d’une activité investie par une nouvelle génération de sportifs. Elle se distingue, à âge égal, des sportifs engagés dans les formes les plus institutionnalisées et classiques du sport. Cependant, aujourd’hui, à l’échelle d’un demi-siècle, les études permettent de distinguer jusqu’à quatre ou cinq générations successives de surfeurs et de surfeuses… En intitulant son stimulant essai Génération glisse, paru en 1995, Alain Loret envisage « la grande transition sportive », qui s’étend, en France, de la fin des années 1960 au seuil des années 1990. Émerge « un véritable mode de vie sportif alternatif », souligne-t-il. Une quinzaine d’année plus tard, il pourrait titrer son livre Génération(s) glisse. L’itinéraire des acquisitions, la technique et le style, le matériel privilégié, les goûts vestimentaires, les médias pratiqués, l’identification aux vedettes de la discipline, les stratégies de « carrière » sportive, etc., ont modelé et modèlent des profils spécifiques.

22Claudine Attias-Donfut a cherché à déconstruire le concept de « génération », à des fins d’utilisation pertinente. Dans un ouvrage connu (Attias-Donfut, 1988) et dans d’autres publications, elle distingue trois perspectives : la perspective démographique, voisine d’une approche explicitée en termes de cohortes spécifiées par des changements précis (l’accès au monde du travail, le mariage…), la perspective ethnologique (en termes de généalogie), la perspective sociologique ou historique, individualisant des personnes ayant vécu des expériences, des événements majeurs susceptibles de se traduire en une vision du monde relativement partagée. Grâce à ce type de démarche, trois gains nous semblent acquis : s’affranchir dans la mesure de possible du langage familier qui, lui aussi, fait un usage du terme « génération(s) », appréhender le mot comme un concept explicatif renvoyant à une diversité de propositions construites, préserver la possibilité d’utiliser le cas échéant ce concept dans un usage opératoire mais restreint.

23Le monde sportif est un bon terrain d’enquête et d’investigation pour tester les caractéristiques qui viennent d’être explicitées. Aujourd’hui sont acquis la mobilisation et l’engagement de différentes catégories d’acteurs autour de la thématique « Sport et développement durable », amenées à coopérer dans des projets ou des programmes (d’équipement, d’aménagement, de valorisation des sites) propres à produire un consensus mais aussi des tensions, des conflits d’usage ou des oppositions. Dans un club de canoë kayak et autour de ses activités, par exemple, plusieurs générations d’acteurs peuvent être simultanément impliquées : les dirigeants de l’association ou de la section, les élus municipaux qui allouent une subvention après avoir contribué à l’édification des installations du club ou à leur amélioration, les jeunes – garçons et filles – engagés dans la compétition sportive, les enfants inscrits dans des activités découverte (et leurs parents), l’accueil de jeunes scolaires et de leurs enseignants, l’ouverture à des publics de jeunes réputés « difficiles », les interlocuteurs du club au niveau du comité, de la ligue, de la fédération, etc. Cependant, d’autres « moments » anciens ou plus récents, ont permis, semble-t-il, de poser des jalons décisifs dont une lecture en termes de génération(s) n’est jamais un exercice inutile. Des étapes ont été franchies dans le développement du sport, directement liées à des « générations » d’acteurs partageant une même motivation, avant qu’un renouvellement des générations ne s’opère. Pour autant, au sein d’une même génération (les jeunes), des traits distinctifs sont à noter, amplifiés parfois par des variables comme le milieu familial, le sexe, la domiciliation.

  • 3 Cette perspective a déjà fait l’objet d’une formalisation. Bouneau, Callède (dir.), 2012. Nous ren (...)
  • 4 Citons un ouvrage connu. Centre de droit et d’économie du sport, Centre de recherches interdiscipl (...)

24En résumé, plusieurs aspects sont à considérer : tout d’abord des générations s’individualisent grâce à la pratique sportive de pleine nature, ensuite les opérations d’aménagement des cadres de la pratique sportive (et les formes d’opposition ou de contestation structurées) mettent en présence différentes générations d’acteurs, enfin la mobilisation collective et les succès obtenus, par exemple dans la démocratisation des activités sportives, peuvent engendrer de véritables « enchaînements » intergénérationnels, y compris au plan national3. Pour autant, si la matrice conceptuelle articulant sport, génération(s), nature et développement durable commande l’originalité du colloque de Bordeaux, nous n’ignorons pas les initiatives scientifiques antérieures4 qui ont produit d’indispensables bilans d’analyse et de connaissances.

Jalons historiques autour de quelques changements significatifs et d’envergure

25Présentons quelques formes de mobilisation qui ont contribué à des changements, voire des innovations, en agrégeant plusieurs facteurs : initiatives portées par des groupes et autres personnalités marquantes, inscription organisationnelle et/ou institutionnelle de ces actions, impact significatif des réalisations la fois sur les modes de vie et sur l’aménagement de l’espace, implication plus ou moins acquise de le puissance publique, sans oublier l’influence d’idées ou de réalisations en provenance de l’étranger. Ces formes de mobilisation ont été marquées par des modalités de coopération, des oppositions plus ou moins fortes, des tensions, des renoncements… Quelques contextes caractérisés par des initiatives et des innovations décisives réunissent tous ces critères, auxquels d’autres pourraient être ajoutés, et ils sont susceptibles d’avoir suscité des adhésions originales, partisanes ou désintéressées, accompagnés d’effets de générations, en un sens, à l’intersection des pratiques physiques, du rapport à la nature et des transformations socio-économiques de la société.

26Trois types de sources et de ressources sont mobilisées pour ce type d’approche qui n’a pas d’autre prétention que d’esquisser une cadre chronologique : d’abord des témoignages et des analyses d’époque, ensuite des travaux d’études et de synthèse « datés », qui correspondent le plus souvent au besoin de produire des problématiques et des bilans à un moment crucial du processus de développement des activités sportives de pleine nature, enfin des thèses et des publications récentes qui permettent, entre autres, de replacer les thèmes abordés dans les débats et l’état des connaissances d’aujourd’hui.

27À titre d’exercice pluridisciplinaire, posons maintenant ces quelques jalons historiques.

Le phénomène des « Clubs alpins » à l’échelle de l’Europe occidentale

28Les premiers « clubs alpins » se constituent à partir de l’année 1857, et d’abord en Angleterre avec l’Alpine club, puis dans d’autres pays de l’Europe continentale de l’Ouest : en Suisse (1863), en Italie (1863), en Allemagne, en Autriche, en Pologne et enfin en France, en 1874. Des « bourgeois éclairés » et des aristocrates sont à l’origine de cette initiative internationale.

  • 5 Duchet, 1949, p. 35 et suiv. Voir également de Sevrette, 1913.

29La création des « Alpine Clubs » est indissociable des débuts du tourisme moderne. Le développement du chemin de fer, les moyens de communication qui s’améliorent sont indissociables de l’expansion économique et de l’accroissement de la richesse nationale, faisant entrer le tourisme dans une nouvelle ère5. Près des gares sont édifiés de nouveaux hôtels. Cependant, il faudra attendre la mise en place des organisations de promotion du tourisme pour que la qualité de l’offre d’accueil soit satisfaisante. Les motifs de fréquentation de la montagne tendent à se différencier : tourisme médical associé au thermalisme et au climatisme, tourisme scientifique visant à l’observation méthodique de la faune, de la flore et de la géologie, bientôt tourisme d’excursions et d’escalade, avant que les sports d’hiver n’occupent le devant de la scène.

  • 6 L’auteur a analysé la composition sociale des membres réunis au sein du CAF et l’implication de ce (...)

30Au début des années 1870 existent dans diverses régions, « dans les Pyrénées, dans le Jura et les Vosges, à Lyon et sans doute bien ailleurs dans les Alpes », des sociétés locales rassemblant des amoureux de la montage et des périples en régions montagneuses. Déjà, en Europe, les clubs alpins anglais, suisse, italien, allemand et autrichien sont-ils organisés et déjà florissants. En France, il faut attendre le 2 avril 1874 qui marque la naissance du Club Alpin Français (CAF), fondé par des personnalités connues, domiciliées dans les grandes métropoles et qui appartiennent à l’élite du pays. Partant d’un effectif de 138 fondateurs, le CAF rassemble près de 8 500 membres en juillet 1914, répartis dans 44 sections (La Montagne, 1924, p. 241-272). L’institution recrute ses membres parmi les milieux aisés (Lejeune, 1988)6. Les « caravanes scolaires », conçues dès le début sous la forme de « caravanes de vacances, sont « une école magnifique d’énergie », destinées à « arracher les jeunes gens à l’énervante oisiveté des villes ». En 1891, elles deviennent un outil pédagogique incomparable. Dès juin 1906, une Commission des caravanes scolaires de jeunes filles est mise en place. N’oublions pas de mentionner le rôle du Touring Club de France, fondé en 1890, qui va permettre aux citadins du pays de découvrir la France dans la diversité de ses cadres géographiques (Léon-Petit, 1904). En 1904, la direction centrale du « Club » adopte un règlement qui unifie les divers règlements des « Guides » établis à l’initiative des sections locales. À l’exception du Syndicat des Guides de Chamonix, l’organisation des guides et porteurs brevetés du CAF s’étend sur les grands massifs montagneux français. Soit, par exemple, 267 brevetés actifs en 1911. C’est en 1907 que se mettent en place les premiers concours de ski. En 1914, la France organise sept concours internationaux sous l’égide du CAF. Bientôt, la pratique du ski intègre la préparation militaire et s’adresse aux jeunes gens natifs des régions de montagne, qui vont trouver là, au moment du service militaire, une occasion privilégiée de valorisation sociale de leur appartenance à la montagne.

La promotion de la « Méthode naturelle » en matière d’éducation physique

31Aborder cette question à propos de la France revient à faire immédiatement référence à l’œuvre de Georges Hébert (1875-1957) dont la dimension « naturiste » est majeure. Certes l’homme n’est pas isolé, y compris dans ce domaine et dans la manière d’envisager l’éducation physique, mais son système privilégie fortement des caractéristiques comme le dévêtissement, l’endurcissement au froid, l’alimentation naturelle, l’utilisation du milieu naturel comme terrain d’exercice, ainsi que le souligne Jean-Michel Deleplace, l’un des meilleurs spécialistes de l’œuvre d’Hébert (Deleplace, 2005). L’auteur souligne aussi que la rencontre de Georges Hébert avec le docteur Paul Carton (1875-1947) n’a fait que renforcer les convictions du promoteur de la méthode naturelle.

32À l’échelle de la France, la promotion de la « méthode naturelle » d’éducation physique élaborée par Georges Hébert est une construction plutôt originale et de notoriété nationale. Dans l’ouvrage publié en 1911, Le Code de la Force (Hébert, 1911), on constate que le qualificatif de l’adjectif « naturelle » adossé au substantif « éducation » associe deux nuances. Peut être considérée comme « naturelle » une éducation physique qui se veut à la fois antiscientifique et antitechnicienne. Est également « naturelle » une éducation corporelle qui se veut conforme aux lois de la nature. Voilà pourquoi sa méthode « peut s’appeler la méthode naturelle par excellence » (Introduction, p. XI). « La méthode naturelle d’éducation physique est un retour à la nature, raisonné et adapté aux conditions de la vie actuelle » (ibid., p. XIX). Et c’est bien l’éducation physique et corporelle qui permet de lier intimement les deux aspects, chez un individu (enfant, jeune homme, jeune fille, homme, femme), au point d’avoir une influence bénéfique sur l’intelligence en société et sur le sens moral.

33Outre le fait d’insister sur l’amitié qui lie Hébert au docteur Carton (Carton, 1915 ; Carton, 1922 [1917]), Jean-Michel Deleplace ne néglige pas de rappeler ce qui, dans le système élaboré par Hébert, ressemble par certains traits au scoutisme dont l’affirmation, en France, couvre les mêmes années. D’ailleurs la librairie Vuibert vient de publier, sous la plume de Paul Vuibert, Les « Boy Scouts », dont la publicité est faite en quatrième de couverture du Code de la Force.

34Examinons ce point. Que prône le modèle éducatif du scoutisme ? À l’époque du progrès matériel et du confort toujours plus poussé, voilà des jeunes qui s’astreignent volontairement à mener la vie rude et dépouillée des campeurs et qui préfèrent la marche à pied aux autres formes de déplacement, se plaît à souligner Henri Van Effenterre, « un vieux scout », dans son Histoire du scoutisme (1947). Publié en 1912, Le Livre de l’Éclaireur, conçu par le capitaine Royet, sous-titré « Manuel des Boy-Scouts Français », comporte sept grands « Titres » ou chapitres dans lesquels la référence à la nature et aux exercices physiques tient une place importante : « La vigueur du corps » (Titre deuxième), dont des activités comme la marche, l’utilisation de la bicyclette, la nage (indissociable de la capacité à comprendre « le langage d’un fleuve » ou celui d’un cours d’eau), etc. ; « Les ressources de l’esprit et l’adresse des mains » (Titre troisième), savoir s’orienter et se diriger dans la nature, de jour comme de nuit, observer le terrain, respecter les cultures, les champs et les enceintes, les mesures d’hygiène indispensables à l’aménagement d’un bivouac ou d’un camp… ; « Devant la nature » (Titre cinquième) observation de la faune, de la flore, de l’agriculture, de la géologie, du terrain… ; « Les pratiques du tourisme » (Titre septième) : à la mer, à la montagne, aller aux colonies. Une bibliographie détaillée (p. 457-462) couvre chacune des rubriques, dont le volume Les Boys-Scouts, par Paul Vuibert, le Scouting for Boys, par le lieutenant-général Baden-Powell et quelques titres produit par le CAF et le TCF.

35Ces éléments d’information autorisent la formulation de quelques commentaires. Les institutions et leurs promoteurs sont engagés dans la valorisation des activités de pleine nature. Ces pratiques ont pour motif de rompre avec la civilisation urbaine, au contact direct de la nature et/ou dans le respect et la connaissance de celle-ci, dans le respect également des activités agricoles, pastorales et des populations rurales. Un examen détaillé montrerait certes des nuances et des spécificités mais également certaines filiations, ou plutôt des emprunts et des influences, et ce sans doute jusqu’à aujourd’hui. Dès lors, on comprend que le terme de « génération » puisse revêtir lui aussi plusieurs acceptions. Chaque institution a son propre rythme de renouvellement des générations. Pour autant, l’intérêt pour la nature, en contrepoint de la vie urbaine, s’inscrit dans une plus longue durée, sans oublier l’incidence des faits socio-historiques majeurs. Le devise du CAF « Pour la Patrie par la Montagne » s’explique parce que « la France sortait à peine des événements de 1870-1871 ; elle avait subi l’agression et l’invasion » (« Cinquantenaire », op. cit., p. 243). Il en va de même pour la devise adoptée par l’Union des sports athlétiques : Ludus pro Patria. Les adeptes de la méthode naturelle d’éducation physique ont adopté la formule de leur maître : « Être fort pour être utile »… Par ailleurs, l’intérêt porté aux sports par l’Armée et le ministère de la Guerre de même que la mention récurrente des Colonies de la France ont été de nature à susciter des vocations chez les jeunes qui peuvent être appréciées en termes de renouvellement des générations. À la veille de la Grande Guerre, ces activités institutionnalisées véhiculent des représentations sociales et des messages idéologiques distillés par des « aînés » et susceptibles d’orienter les comportements des « jeunes ». Ces modèles institutionnels d’activités de nature connaîtront une nouvelle période de développement dans l’entre-deux-guerres et à nouveau à partir de 1945. Autant de générations successives, sans nul doute. Ajoutons que les quelques institutions qui viennent d’être évoquées sont toujours présentes, au seuil du xxie siècle, dans le domaine de la promotion des activités de nature.

La promotion du « plein air » dans les années 1930

36Au milieu de l’entre-deux-guerres, en France, les activités de plein air et de pleine nature connaissent une popularisation certaine. Le phénomène ne laisse pas insensible le sociologue Maurice Halbwachs (1877-1945) qui consacre, dans quelques-uns de ses ouvrages, d’intéressantes pages d’analyse traitant des « besoins sociaux », des nouvelles dépenses (comme celles qui regroupent « santé, distractions, culture »). Son livre intitulé Morphologie sociale (Halbwachs, 1938), l’auteur remarque que dans « nos sociétés modernes », on réclame des « produits » et des « services » qui ne se réduisent pas au strict nécessaire et qui se distinguent « des subsistances au sens étroit » (p. 171). Il en résulte tout un ensemble d’habitudes, d’exigences, d’aspirations nouvelles à considérer. Halbwachs s’interroge sur les motivations susceptibles d’éclairer de tels comportements. « Curiosité, amour des arts et de la nature, des exercices et performances physiques, “plaisir d’arriver tard en un lieu sauvage”, goût des voyages ? » (p. 173). Les nouvelles conquêtes industrielles ont stimulé de nouveaux besoins. L’industrie touristique, l’industrie des transports (chemin de fer, automobile, motocyclette), le matériel de camping, la presse, la publicité, les « fabricants de canoës, de kayaks, de skis, de tout le matériel et des costumes sportifs », etc., renouvellent le rapport de l’homme, du citadin, à la nature. Non pas tant dans une relation contemplative que dans une attitude résolument active et sportive.

37Véritable construction générationnelle en train de s’affirmer, le temps de la jeunesse est un moment d’expérience privilégié pour s’approprier ce qui apparaît déjà comme un mode de vie nouveau s’accordant souvent avec un pacifisme internationaliste. Catherine Bertho Lavenir met l’accent sur les caractéristiques de ces activités (Bertho Lavenir, 1999, p. 287-315). Dans bien des cas, elles ne nécessitent pas beaucoup d’argent. Elles s’ouvrent prioritairement à des jeunes gens et se pratiquent en groupe. Ces activités, dit l’auteur, « deviennent des raisons de partir », favorisées par les conditions locales d’accueil, en même temps que le progrès des moyens de transport et les réseaux de communication s’améliorent. Le goût de l’aventure, l’expérience directe de la nature, une certaine philosophie du dépaysement, appréhendés de façon individuelle ou partagés en petit groupe, font également l’objet d’une production « littéraire » assez fournie qui vivifie cette demande sociale.

38Il est vrai que les deux années d’un gouvernement du Front populaire, avec la figure emblématique de Léo Lagrange (1900-1940) (M. Léo-Lagrange, 1965, p. 83-93), ont contribué à populariser le tourisme, les vacances d’été, les séjours à la montagne, les colonies de vacances, les camps de jeunesse et les sports. Le processus de renouvellement des jeunes générations s’en trouve stimulé. La Seconde Guerre mondiale, l’occupation allemande, l’État français de Vichy mettent un arrêt à cet élan. Ce n’est qu’à la Libération que le goût de la nature et les activités de plein air reprennent leur droit. La protection des sites naturels revient également à l’ordre du jour.

La nature, la montagne et les sports : la complexité d’une question

39Sans penser accorder ainsi de l’importance aux années noires 1940-1944, évoquons cependant un livre publié en 1943, qui va connaître trois tirages annuels successifs (1943, 1944 et 1945) et dont la qualité d’analyse fait l’unanimité dans les compte rendus qui seront publiés à la Libération. C’est l’œuvre d’un universitaire doublé d’un alpinisme reconnu, qui aborde la question de la montagne en s’appuyant sur ses deux compétences : d’une part l’expérience intime de la haute montagne, d’autre part ses qualités de pédagogue et d’érudit.

40Sous un livre au titre relativement anodin : Le Livre de la montagne. Essai d’une esthétique du paysage, Paul Guiton (1943) apporte des éléments de réponse assez décisifs à la question générale du présent colloque. Son approche mérite la plus grande attention. L’objectif visé dans cet essai est d’examiner « les différentes positions de l’homme par rapport à la nature » (p. 46 et suiv.). Le livre est découpé en 26 chapitres concis. L’auteur examine l’impact probable ou supposé des moyens de communication sur la nature et son accessibilité : l’auto (chap. XV), le cycle (chap. XVI), l’avion (chap. XVII). Paul Guiton, doublé d’un alpiniste chevronné, s’interroge précisément sur le rapport entre perception de la nature et engagement physique à son contact. La question est plus redoutable encore, à propos de la montagne, avec la conquête des glaciers, des cimes. Le chapitre IV s’intitule : « L’Alpe vaut-elle le jeu ? Des différentes positions de l’homme relativement à la nature ». La montagne, note-t-il, renvoie à l’ajustement des « positions respectives » de l’univers-objet et de l’esprit de l’homme qui s’y applique librement » (p. 145). Le plein engagement de l’alpiniste, qui opère en cordée, côtoyant le risque, ne saurait être confondu avec la pratique sportive. Seul l’effort de l’alpiniste est authentique, dans sa confrontation à la nature. Voilà une distinction qui ne peut qu’aviver notre attention. Paul Guiton s’en explique dans les chapitres XXII et XXIII. Le premier traite de « L’abstraction sportive ». « Cette action de pleine réalité, que poursuit l’alpiniste dans la nature, est en même temps un acte pur. » Il est va tout autrement dans les sports athlétiques, note-t-il dans le chapitre suivant. Le sport est spectacle, appelle les applaudissements immédiats et il ne peut se passer de la compétition. « Le sport sans compétition n’est plus du sport, puisque le sport est avant tout comparaison » (p. 230). En outre, « le champion travaille sur de l’artificiel » (p. 231). Les conditions requises pour le sport sont partout identiques, de par le monde. « Bref, il devint une espèce d’homme en caoutchouc qui s’efforce d’étirer selon des quantités irréelles le jeu de ses muscles en un exercice très rigoureusement défini » (ibid.). « Il soumet la qualité humaine à une quantité arbitraire » (p. 232). Fait suite un chapitre qui envisage ce que l’auteur appelle « La lancinante question du ski » (chap. XXIV). « Le ski touche d’un côté au sport, et de l’autre à la montagne. Aujourd’hui, il touche beaucoup plus au sport qu’à la montagne » (p. 238). Quelques pages plus loin, il résume son propos. « Le skieur moderne, ou pour tout dire plus justement le skieur sportif, ne voit dans une pente de neige qu’une surface glissante. Il lui attribue un coefficient » (p. 243). « Le ski d’alpinisme, le ski d’excursion, il n’en est guère plus question » (ibid.). Chausser des raquettes ou utiliser des skis pour se déplacer ne sont plus de mise. Le sport s’approprie un moyen de locomotion pour le transformer en une technique. S’agissant du ski, Guiton rappelle que Balzac fut le premier à en parler, en France, « dans la partie de sa nouvelle, Seraphita, qui parut en 1834 » (p. 243). Cet engin « ne fut guère connu chez nous avant les toutes premières années de ce siècle-ci. Les Nordiques, nous dit-on, en connaissaient l’emploi depuis une dizaine de siècles » (ibid.). Paul Guiton rapporte une anecdote relative à une compétition de ski combinant trois critères distincts : course de fond (chronométrée), saut (mesuré) et… style. Le barème prépondérant de la troisième composante donnait « le plus de chances possibles aux élégants des villes qu’eût sans cela trop menacé la vigueur des gars de la vallée » (p. 248). Comment ne pas imaginer le sentiment de supériorité des uns et le sentiment d’injustice habitant les autres ?

41L’analyse développée par Paul Guiton, qui date du milieu des années 1940, est particulièrement intéressante car elle correspond à un bilan historiquement situé. L’auteur identifie des dimensions et des traits caractéristiques qui permettent « d’essayer d’établir une différence » entre deux types de pratiques, prend-il soin d’indiquer, et non d’ouvrir « une polémique » (p. 233) : « solitude » (de l’alpiniste) contre multitude attachée au sport (p. 212), confrontation à la réalité contre confrontation à l’abstraction compétitive, « qualité humaine » contre « quantité arbitraire », « nature » contre artificialité, montagnard et rural contre urbain et citadin, etc.

42Un demi-siècle plus tard, au seuil des années 1990, le processus de développement des pratiques sportives va apporter un niveau de complexité supplémentaire, par détournement des instruments (courses et raids en raquettes, courses d’attelage avec chiens de traîneau), hybridation (rafting), transfert (compétitions de VTT) ou renversement des lieux de prédilection (escalade urbaine en structures artificielles). Là encore, des effets de générations sont susceptibles d’opérer. Entre-temps, la révolution des loisirs, perceptible à mi-parcours des « Trente Glorieuses », aura constitué l’autre étape décisive, largement orientée vers l’attrait du balnéaire et les sports d’hiver. Abordons ce jalon décisif.

La « civilisation des loisirs sportifs », des années soixante à nos jours

43Cette thématique, au fil des décennies successives, depuis les années 1960 jusqu’à aujourd’hui, est traversée par des lignes de tension qui se sont déplacées en fonction de l’actualité du moment : tensions entre des aspirations et des pratiques, attestant de la lenteur de certains processus de démocratisation des activités sportives de nature, tensions entre les discours et les réalisations, lorsqu’au nom de la préservation des sites de nature (en montagne, sur le littoral) on préconise d’implanter des ensembles architecturaux démesurés, tensions entre la pression exercée par les bâtisseurs privés et l’attitude des représentants de la puissance publique, pour ne rappeler que ces aspects. Cependant, le rôle de l’État a permis que l’essor spectaculaire des activités de pleine nature reste compatible avec la préservation des sites, malgré une intense fréquentation.

44Les années 1960 sont à l’optimisme. Au moment de l’été 1965, la revue Janus consacre un numéro au thème de « La révolution du loisir ». De grands noms signent la plupart des contributions : Madeleine Léo-Lagrange (déjà mentionnée à ce propos), Jean Fourastié, Georges Friedmann, Évelyne Sullerot, Jean-François Gravier, Augustin Girard, Maurice Herzog, etc. Le dernier cité, dans sa contribution : « Le loisir, c’est la liberté » (p. 139-143) s’exprime ici en sa qualité de Haut-Commissaire à la Jeunesse et aux Sports. Selon Maurice Herzog (1919-2012),

le responsable d’un service public ne peut pas aborder le problème des loisirs comme l’aborde le sociologue ou le philosophe : il s’agit moins pour lui de s’interroger sur la signification d’un phénomène qui est en passe de devenir l’un des plus caractéristiques de notre société, que de mettre les services de l’État en mesure de faire face, pour le présent et pour l’avenir, à cette nouvelle exigence des Français. (p. 139)

45Il mentionne l’effort engagé dans le domaine de l’équipement sportif et socio-éducatif, qui sera poursuivi dans les prochaines années. « Les colonies de vacances, les centres de rencontres, les centres de montagne, les centres de voile ou de sports marins (ou sous-marins…) n’ont pas été oubliés » (p. 140). « La montagne s’apprend, la voile s’apprend » (p. 142)… Face à la nécessité de pouvoir disposer d’un nombre « toujours plus grand d’animateurs, d’entraîneurs, et de moniteurs de toutes sports », la « politique de l’animation », les « stages de formation », diverses initiatives portées par la puissance publique ont vu le jour. Le ministre évoque également « le travail en commun » avec « les dirigeants des principales associations ou fédérations privées, éducatives ou sportives » (p. 143). Et face à l’offensive marchande de ceux qui entendent uniquement « vendre du loisir », Maurice Herzog indique que « l’État doit marquer sa volonté de maintenir certaines valeurs » (p. 140).

46Le développement des parc naturels, nationaux ou régionaux, et des bases de plein air et de loisirs, qui couvre les années 1960 et 1970, correspond à un volet supplémentaire de l’action de l’État pour la protection des vastes espaces de nature. Initialement, la question des activités sportives se pose essentiellement dans les BPAL, avec une typologie de ce type d’équipement, en fonction de leur éloignement vis-à-vis des métropoles, les bases périurbaines jouant le rôle de maillon intermédiaire entre l’équipement urbain et l’équipement en sites de nature. Dans le dernier cas, il s’agit soit de véritables stations de vacances plus ou moins axées sur une dominante d’activité (pratiques nautiques ou de montagne), soit de « bases de nature » « liées à un site naturel exceptionnel ».

  • 7 Les contributions rassemblées dans l’ouvrage traitent de cette « activité à double visage » qu’est (...)

47L’interaction entre ces initiatives de l’État visant à préserver les espaces naturels, et à en contrôler les usages sportifs, a conduit à intégrer une autre dimension associant le tourisme, le développement durable et l’aménagement du territoire (Gerbaux, 1999, p. 71-88)7. La valorisation anthropologique de la nature, y compris dans son expression sportive, a été favorisée par trois phénomènes bien identifiés par Éléonore Milhat dans son étude appliquée à plusieurs « territoires » de proximité (Milhat, 2009) : « l’impact de la décentralisation et la déclinaison des diverses formes de regroupement intercommunal, la mutation des espaces économiques locaux et/ou régionaux, et des enjeux patrimoniaux locaux ou non (la recherche des « racines », la quête d’« authenticité », la préservation du patrimoine de nature, la préservation des « systèmes écologiques » (p. 5) : fleuves, estuaires, littoraux, baies, îles, plans d’eau, massifs forestiers, tourbières.

48Les stades d’eau vive – ou d’eaux vives – qui sont créés ou aménagés en France depuis les années 1990 permettent souvent de requalifier d’anciens sites industriels sinistrés en ouvrant de nouveaux espaces par la reconquête de la nature, le sport et le tourisme. Faisant suite à la fermeture des usines Pechiney, le stade d’eau vive de L’Argentière-la-Bessée, dans les Hautes-Alpes (avec une mise en eau en 1993), est le signe d’une politique nouvelle dirigée vers le sport et le tourisme conduite efficacement par une ancienne cité industrielle. L’équipement de Nancy, en Meurthe-et-Moselle (mise en eau en 1997), est installé dans le bras d’évacuation des crues de la Meurthe. Ce stade d’eau vive est situé au cœur de la ville, dans un parc paysager sportif et culturel, à l’emplacement de friches industrielles (les anciens abattoirs et les Grands Moulins).

49La montée en puissance des activités sportives de nature a conduit à concevoir, au plan local, le développement d’une politique adaptée au besoin, dans le respect des réalités socio-économiques des territoires de vie, en préconisant la constitution des Commission départementales des espaces, sites et itinéraires de pleine nature (CDESI) et la gestion des sports de nature dans les parcs naturels régionaux. Antérieurement, un outillage législatif avait permis d’apporter des solutions indispensables : loi du 22 juillet 1983 créant les Plans départementaux des itinéraires de promenades et de randonnée (PDIPR), loi du 3 janvier 1991 (dite loi « Lalonde ») instaurant les Plans d’itinéraires de randonnées motorisées (PDIRM), loi du 6 juillet 2000 marquant la reconnaissance par l’État des sports de nature en tant que fait social et économique à part entière. Cette loi du 6 juillet 2000 est à l’origine de la création des CDESI et de la préparation des plans départementaux.

  • 8 CNAPS, CNESI, Edwige Avice (présidente), 2005. Voir également le rapport 2003 du CNESI.

50Par la suite, le Conseil national des activités physiques et sportives (CNAPS), présidé par Edwige Avice, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, a joué un rôle important pour la mise en place des premières Commissions et Plans départementaux des espaces, sites et itinéraires relatifs aux sports de pleine nature et dans le suivi de diverses expérimentations. Dans le rapport 2005 du CNESI, remis au ministre des Sports8, Edwige Avice énumère les différents acteurs engagés dans cette gouvernance des territoires : les « décentralisateurs » (dont les Conseils généraux), le ministère des Sports, le mouvement sportif (clubs, associations diverses et rôle « historique » de la Fédération française de la randonnée pédestre), les forces économiques locales invitées à promouvoir un label « “Sport, Nature, Environnement, Culture”, équation positive pour mieux faire connaître un territoire », et le CNAPS pour sa capacité d’expertise et sa force de proposition (p. 8).

51Dans le même temps, en 2003, l’État se dote d’un Pôle ressources national des sports de nature (PRNSN) qui est implanté dans un site prestigieux : le Centre régional d’éducation populaire et de sport (CREPS) de Vallon-Pont-d’Arc, en Ardèche. Son expertise, d’ailleurs sollicitée par le CNAPS, ses études et ses modules de formation bénéficient aux collectivités territoriales, fédérations et associations.

  • 9 Dans sa préface à l’ouvrage, Pierre Chazaud note bien que des « plans d’action » s’inscrivent « da (...)

52Des pratiques sportives d’intensité variable, régulières ou exceptionnelles, contribuent à la valorisation des territoires de proximité, parfois sous l’œil méfiant ou sceptique des populations locales ou tout au moins de certaines catégories socio-professionnelles. Le développement de l’offre d’animation, dans ce domaine, contribue à la vitalité des territoires. Un ouvrage coordonné par Olivier Bessy fournit un état des lieux détaillé et pertinent, par delà la diversité conceptuelle et méthodologique des approches (Bessy, 2008)9. Il convient, par des études appropriées, de faire la part entre, d’une part, l’ordre du discours volontariste, de l’affichage publicitaire, des stratégies communicationnelles et, d’autre part, la caractérisation d’indicateurs fiables d’impact économique, d’enrichissement du cadre de vie local et de fixation des populations, de façon à bien mettre en évidence l’interdépendance entre ces deux plans.

  • 10 Voir en particulier les actes de la 10e Université Sportive d’Été de l’Union nationale des clubs u (...)
  • 11 Document de référence : ministère des Sports, La Stratégie Nationale de Développement Durable du S (...)

53Nous avons déjà indiqué le plan d’action pour le xxie siècle, dit Agenda 21, institué lors du Sommet de la Terre tenu à Rio de Janeiro (1992) et adopté à l’époque par 173 chefs d’États. Le Comité international olympique y était représenté. Depuis, tant au niveau international que national, la prise de conscience a été forte10 et les efforts ont été poursuivis. Récemment, dans le prolongement logique de l’Agenda 21 du sport français (CNOSF, 2003) et de la Charte du sport pour un développement durable (2008), la stratégie du ministère des Sports a été actualisée et déployée en s’appuyant sur les acquis de la mobilisation des Assises du sport et du développement durable, qui se sont tenues en 2010. L’expérience et les réflexions du terrain sont venues enrichir les travaux menés par le ministère et ses partenaires habituels, porteurs d’une expertise de qualité sur le sport, dont le Comité national olympique et sportif français. La Stratégie nationale Développement durable du Sport (SNDDS) a été présentée officiellement le 3 mai 201111. Aujourd’hui, de nombreuses réalisations et des réussites se réclament de cette dynamique.

Le colloque de Bordeaux : enjeux scientifiques

54Comment apprécier les initiatives multiples, les réalisations déjà anciennes et les plus récentes articulant la mise en valeur de la nature avec le sport ? Ici ou là, le renouvellement des « générations » n’a-t-il pas opéré ou n’opère-t-il pas comme un facteur de modernisation de l’offre de pratique sportive ? Les « jeunes générations » ont-elles agi et agissent-elles en pleine conscience des héritages, d’un patrimoine à préserver et de ce qui devait ou doit être légué en matière de sport et d’environnement de proximité aux générations suivantes ? Qui étaient, qui sont précisément ces acteurs ? Que peut nous apprendre l’étude de leurs activités ? Quelle a pu être leur conception du progrès ? Des figures emblématiques appartenant à un temps révolu, des novateurs quelque peu excentriques, des promoteurs infatigables ont-ils œuvré en pensant léguer un véritable héritage aux générations futures ? En des temps plus récents, élus politiques, architectes, urbanistes et aménageurs, promoteurs privés, groupements sportifs, sportifs isolés ou opérant en groupe, éducateurs, athlètes engagés dans le sport de haut niveau, groupes de pression, etc., ont-ils toujours été – ou sont-ils toujours, aujourd’hui – à même d’intégrer ce qu’il est convenu d’appeler la nécessaire « solidarité entre les générations » en assurant la protection de la nature et la préservation des sites ? Des points de comparaison entre des situations du passé et des situations observables actuellement doivent permettre d’identifier des similitudes et des spécificités dans la légitimité des actions de développement sportif conduites. Sans préjuger de ce que peuvent être, rétrospectivement, les lignes de continuité ou bien les changements radicaux, en forme de ruptures, introduits par l’essor des pratiques sportives.

55Désormais, le cadre de référence requis dépasse largement le périmètre « local » ou national. Il est international, continental, voire planétaire. Cependant, les actions pédagogiques qui accompagnent la prise de conscience des plus jeunes (à l’école primaire, dans les établissements secondaires, en club, dans les conseils municipaux des enfants, etc.) sont particulièrement bien individualisées, inscrites dans le quotidien de chacun. S’agit-il d’une nouveauté ? Une « conscience générationnelle » est-elle en train de se forger autour de ce défi à relever ? Par ailleurs, certaines comparaisons internationales – à l’échelle de l’Europe, avec des pays du « Nord » ou avec des pays du « Sud » – conduisent-elles à devoir reconsidérer la question du sport dans ses rapports avec le développement durable des territoires ? Ardente obligation chez les uns, luxe inaccessible chez les autres ?

56À l’origine du colloque de Bordeaux, il convient de rappeler la sollicitation du Comité français Pierre de Coubertin, accompagnée d’une suggestion thématique portant sur le rapport variable qu’entretiennent les pratiques sportives avec leur environnement naturel respectif, avec un passage de relais transmis par l’équipe organisatrice du colloque sur la gouvernance sportive, tenu les 4, 5 et 6 juin 2009, à l’Université Joseph Fourier – Grenoble 1 (Attali et Bazoche, 2012).

57L’intention visée par les organisateurs du colloque de Bordeaux : Activités de pleine nature, aménagements sportifs et développement durable : une question de « génération » ?, résulte du croisement de deux opportunités. La première, ponctuelle, fut la proposition du Comité français Pierre de Coubertin d’organiser à Bordeaux, avec son soutien, un colloque relatif aux sports de nature.

  • 12 La construction des jeunes générations en Europe (xixe-xxie siècles). Formes d’organisation et mob (...)

58L’autre opportunité tenait à l’engagement d’un programme pluridisciplinaire pluriannuel (2011-2015), alors en gestation, développé depuis à la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine. Son intitulé simplifié est le suivant : « La construction des jeunes générations en Europe (xixe-xxie siècle)12 », dont l’un des sous-thèmes, placé sous la responsabilité de Fabien Sabatier, se rapporte aux sports et aux loisirs, avec un investissement dynamique de la Faculté des sciences du sport et des membres du LACES (Université Bordeaux Segalen). Les équipes étant déjà mobilisées, l’affaire fut aisément conclue.

59S’agissant du colloque proprement dit, le souhait des organisateurs et des personnalités composant le Comité scientifique constitué pour cette manifestation était que les communications puissent conduire à définir des « moments » et/ou des « lieux » significatifs, à repérer aussi des mouvements, voire des personnages emblématiques qui ont permis – ou permettent – de produire une prise de conscience plus ou moins partagée, en tant que constructions générationnelles, intégrant développement sportif et préservation des équilibres ou des ressources naturelles. On attendait également que les auteurs des communications mentionnent explicitement le cadre disciplinaire privilégié (histoire, sociologie, géographie, urbanisme, aménagement, architecture, économie, philosophie, etc.), de manière à favoriser les discussions et les échanges de vues, et d’apprécier des gains procédant du dialogue entre disciplines universitaires. Une façon, parmi d’autres possibles, d’envisager le travail interdisciplinaire. Dès lors, l’approche comparative était considérée, potentiellement au moins, comme féconde. Ces attentes ont été largement satisfaites avec près d’une quarantaine de communications et/ou d’intervenants qui respectaient ces principes.

  • 13 Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine & Faculté des sciences du sport et de l’éducation physi (...)

60Entre les déclarations d’intention soumises au Comité scientifique, et acceptées, et les textes définitifs fournis par les participants, des changements apparaissent : hypothèses complémentaires jugées indispensables, réorientations dans le travail de terrain, difficultés rencontrées, etc. C’est le lot de toute recherche se voulant exigeante. Ceci explique aussi que l’architecture initiale du colloque13 n’ait pas pu être conservée pour l’élaboration du volume des actes.

  • 14 Quelques communications majeures manquent à l’appel. En particulier celle du philosophe Alain Arvi (...)

61Les communications proposées lors du colloque des 9 et 10 juin 2011, qui constituent les chapitres de l’ouvrage qu’on va lire, signés par une quarantaine de contributeurs et contributrices14, ont apporté des éléments de réponse provisoires sans doute, encore moins exhaustifs, mais tout à fait pertinents, en permettant d’établir un utile point d’étape sur la problématique retenue.

62Le colloque a connu plus d’une année de préparation et il aura fallu deux années supplémentaires pour la mise au point du volume des actes destiné à la publication. Les organisateurs ont été soutenus dans cette tâche par un Comité scientifique dont les membres n’ont pas ménagé leur peine pour l’élaboration de l’appel à communication, les expertises des propositions de communication et par la suite des textes définitifs. Le colloque de Bordeaux 2011 a contribué au rapprochement et à l’émulation des chercheurs, voire, et les circonstances s’y prêtaient, aux relations intergénérationnelles. Puissent les Actes, publiés en 2014, être en mesure de faire progresser les savoirs, en étant lus comme un bilan des connaissances doublé d’une ouverture de perspectives.

  • 15 Ministère de la Culture et de la Communication, « Patrimoine culturel, patrimoine naturel ». Objec (...)

63Par un heureux hasard, la publication des actes du colloque de Bordeaux rejoint une actualité d’envergure puisque les Journées européennes du patrimoine (JEP), prévues les 20 et 21 septembre 2014, traiteront du thème « Patrimoine culturel, patrimoine naturel »15. Sensibiliser les esprits, protéger les paysages et les sites, concilier modes de vie urbains et diversité des ruralités, concevoir des aménagements sportifs artificiels de substitution, faire en sorte que la nature garde ou reprenne ses droits, par exemple, sont des sujets de préoccupation que n’ignorent pas les acteurs du sport. Qu’ils soient issus du monde associatif, élus territoriaux et décideurs politiques, enseignants, membres des services déconcentrés de l’État, entrepreneurs privés offrant des services sportifs ou touristiques, porteurs d’une initiative citoyenne ou simples pratiquants d’activités physiques, ces acteurs savent faire valoir des intérêts spécifiques et non contradictoires au sein de ce qui apparaît désormais comme constituant un « écosystème patrimonial ». Cette dynamique suppose des transformations dans les façons d’agir et de penser, et en particulier un apprentissage collectif des modalités d’élaboration de l’acceptabilité sociale.

64Pour dégager quelques fils conducteurs constituant la trame originale des travaux exposés à Bordeaux, à l’occasion du colloque, des regroupements thématiques ont été jugés indispensables. Faisant suite aux mots d’encouragement d’Alain Calmat, ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, Président du Comité français Pierre de Coubertin, qui a accordé une subvention au colloque, et à la conférence introductive donnée par Jean Durry : « Pierre de Coubertin, écologiste avant la lettre ? », au moment de l’ouverture au colloque, quatre parties structurent l’ouvrage :

  • Des acteurs, des figures et des générations successives ;
  • Des lieux, des sites, des équipements et des aménagements ;
  • Des activités sportives de pleine nature et des prises de conscience ;
  • Des territoires de vie confrontés aux cultures sportives.

Bibliographie

Références bibliographiques

Attali Michaël et Bazoche Nathalie (dir.), Diriger le sport. Perspective sur la gouvernance du sport du xxe siècle à nos jours, Paris, CNRS Éditions, 2012 (348 p.).

Attias-Donfut Claudine, Sociologie des générations. L’empreinte du temps, Paris, PUF, 1988.

Bertho Lavenir Catherine, La Roue et le Stylo, Paris, Éditions Odile Jacob (coll. Le champ médiologique), 1999. Voir plus particulièrement le chap. XII, « Les plaisirs du corps », p. 287-315.

Bessy Olivier (dir.), Sport, loisir, tourisme et développement durable des territoires, Voiron, PUS, 2008 (175 p.).

Bouneau Christine, Callède Jean-Paul (dir.), Léo Lagrange. Une perspective de renouvellement dans la construction des jeunes générations ?, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2012 (221 p.).

Carton Paul (Docteur), Traité de médecine, d’alimentation et d’hygiène naturistes, Paris, Maloine, 1915.

———, La Cure de soleil et d’exercice physique chez les enfants, Paris, Maloine, 1917 (2e éd. 1922), 105 p., ill.

Centre de droit et d’économie du sport, Centre de recherches interdisciplinaires en droit de l’environnement, de l’aménagement et de l’urbanisme, Sports de pleine nature et protection de l’environnement, Université de Limoges, Limoges, PULIM, 2000 (352 p.)

Conférence de Bourg-Saint-Maurice, Équipement de canoë-kayak et développement durable (23 août 2002), Joinville-le-Pont, éd. FFCK, 2003 (33 p., ill.).

Conseil national des activités physiques et sportives (CNAPS), Comité national des espaces, sites et itinéraires relatifs aux sports de nature (CNESI), Edwige Avice (présidente), Les CDESI, une politique publique émergente, 2005 (doc. multigr.).

CNESI, Les Sports de nature pour un développement durable, 2003 (doc. multigr.).

CNOSF, Programme Agenda 21 du sport français en faveur du développement durable, 2003 (36 p.).

Crosnier Dominique, Boisson Jean-Paul, « Un demi-siècle de licences sportives », Stat-Info. Bulletin de statistiques et d’études du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, no 04-06, novembre 2004 (8 p.).

Deleplace Jean-Michel, Georges Hébert sculpteur de son corps, Paris, Vuibert, 2005 (421 p., ill.).

Duchet René, Le Tourisme à travers les âges. Sa place dans la vie moderne, Paris, Vigot frères, 1949 (235 p., ill. h. t.).

Fauché Serge, « Paul Carton et le Décalogue de la santé. Une médecine naturiste au début du XXe siècle », Médecine(s) et croyance(s), Revue Sociologie Santé, no 14, juin 1996, p. 141-153.

Gerbaux Françoise, « Le développement touristique local entre régulations sectorielles et gestion territoriale. Le tourisme facteur de développement local », dans Donsimoni Myriam, Bensahel Liliane (dir.), Le tourisme, facteur de développement local, Grenoble, PUG (coll. Débats), 1999 (109 p.). Voir p. 71-88.

Guiton Paul, Le Livre de la montagne. Essai d’une esthétique du paysage, Paris, Arthaud, 1943 (274 p.).

Halbwachs Maurice, Morphologie sociale, Paris, Librairie Armand Colin, 1938 (208 p.).

Hébert Georges, Le Code de la Force, Paris, Librairie Vuibert, 1911 (116 p.). (6e édition, 1944). Janus, La Révolution du loisir, no 7, juin-août 1965 (159 p., ill.)

Lefevre Brice, Thiery Patrick, « Les principales activités physiques et sportives pratiquées en France en 2010 », Stat-Info, Bulletin de statistiques et d’études, ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, no 11-02, novembre 2011 (6 p.).

Lejeune Dominique, Les Alpinistes en France à la fin du xixe et au début du xxe siècle (vers 1875-vers 1919). Étude d’histoire sociale, étude de mentalité, Paris, Éd. du CTHS, 1988 (272 p.).

Léo-Lagrange Madeleine, « 1936, An I du bonheur », Janus (La révolution du loisir), no 7, 1965, p. 83-93.

Léon-Petit (Docteur), Dix ans de Touring-Club, Paris, T.C.F., 1904 (313 p.).

Loret Alain, Génération glisse. Dans l’eau, l’air, la neige… La révolution du sport des « années fun », Paris, Autrement (série Mutation), avril 1995 (325 p.).

Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine & Faculté des sciences du sport et de l’éducation physique, 9-10 juin 2011. Colloque Activités de pleine nature, aménagements sportifs et développement durable : une question de « génération » ?, Programme général & résumés des communications (73 p.).

Marcotte Pascale, « Du pragmatisme et de l’utopie, regards croisés sur l’expérience du loisir en plein air », conférence plénière (sociologie), 15e congrès de l’Association des chercheurs en activités physiques et sportives (ACAPS), UFRAPS, Université Joseph-Fourier – Grenoble 1, 29-31 octobre 2013.

Mentré François, Les Générations sociales, Paris, Éditions Bossard, 1920 (471 p.).

Milhat Éléonore, Activités de pleine nature, sport, culture et patrimoine : des outils pour le développement du territoire, Université Montesquieu Bordeaux 4 et IEP de Bordeaux, Master 2 DAEC, 2009 (59 p.).

Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, Les Chiffres-clés du sport, octobre 2004a (dépliant, 12 p.).

———, « Un demi-siècle de licences sportives », Stat-Info, Bulletin de statistiques et d’études, no 04-06, novembre 2004b (8 p.).

———, Les Chiffres-clés du sport, décembre 2006 (dépliant, 12 p.).

Ministère des Sports, La Stratégie nationale de développement durable du sport. 2010-2013 (56 p.).

La Montagne, Revue mensuelle du Club Alpin Français, Mémorial du Cinquantenaire du Club Alpin Français, 1874-1924, no 174, juillet-septembre 1924, p. 241-272, ill. h. t.

Pociello Christian, Les cultures sportives, Paris, PUF (coll. Les cultures corporelles), 1995 (287 p.).

Royet (Capitaine), Le Livre de l’Éclaireur. Manuel des Boy-Scouts français, Paris, Au Journal des Voyages, À la librairie illustrée, 1912 (470 p., ill.).

Sevrette Gaston, Le Tourisme, Paris, Librairie Armand Colin, 1913 (153 p., ill., phot.).

Thiéry Patrick, « Les sports d’hiver : pratiques et pratiquants », Stat-Info, Bulletin de statistiques et d’études, ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative, no 06-06, août 2006 (6 p.).

UNCU, USJSF, Sports et environnement, Les Cahiers de l’USE, Talence, Éditions de la MSHA, no 8, 1994 (330 p.).

Van Effenterre Henri, Histoire du scoutisme, Paris, PUF, 1947 (127 p.).

Notes

1 Indice de développement humain (IDH). Il s’agit d’un indice composite, élaboré par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) en 1990 et modifié en 2011, à partir de trois critères : l’espérance de vie à la naissance, le niveau d’éducation, le niveau de vie. On peut considérer que la pratique d’une activité physique et sportive d’entretien contribue à la définition de ces critères.

2 Mentré, 1920. L’auteur remercie Émile Durkheim qui a lu ce « travail en manuscrit ». Ce dernier y fait effectivement référence dans une correspondance datant d’août 1916.

3 Cette perspective a déjà fait l’objet d’une formalisation. Bouneau, Callède (dir.), 2012. Nous renvoyons ici aux chapitres successifs, répartis chronologiquement, qui composent l’ouvrage.

4 Citons un ouvrage connu. Centre de droit et d’économie du sport, Centre de recherches interdisciplinaires en droit de l’environnement, de l’aménagement et de l’urbanisme, 2000. Le collectif de chercheurs animé par Jean-Jacques Gouguet partait du constat suivant : conjuguer nature, pleine nature, sport et environnement ne va pas de soi du fait de la diversité des approches des pratiquants et autres usagers, à laquelle s’ajoute celle des intérêts en jeu.

5 Duchet, 1949, p. 35 et suiv. Voir également de Sevrette, 1913.

6 L’auteur a analysé la composition sociale des membres réunis au sein du CAF et l’implication de ces « Alpinistes » dans la vie sociale, intellectuelle, économique et politique du pays.

7 Les contributions rassemblées dans l’ouvrage traitent de cette « activité à double visage » qu’est le tourisme (y compris dans sa variante sportive et de loisir), à la fois générateur d’emplois, de richesses économiques, et instrument de différence, déstructurant, voire destructeur des équilibres anciens.

8 CNAPS, CNESI, Edwige Avice (présidente), 2005. Voir également le rapport 2003 du CNESI.

9 Dans sa préface à l’ouvrage, Pierre Chazaud note bien que des « plans d’action » s’inscrivent « dans une logique d’industrialisation et de sportivisation de la nature » qui fait que celle-ci est « aménagée en terrain de jeu dans une logique de clientèles, certes désormais écologiquement éduquées, mais toujours prédatrices » (p. 7).

10 Voir en particulier les actes de la 10e Université Sportive d’Été de l’Union nationale des clubs universitaires (UNCU) et de l’Union syndicale des journalistes sportifs français (USJSF) qui s’est déroulée à Grenoble en 1993 : UNCU, USJSF, 1994.

11 Document de référence : ministère des Sports, La Stratégie Nationale de Développement Durable du Sport. 2010-2013.

12 La construction des jeunes générations en Europe (xixe-xxie siècles). Formes d’organisation et mobilités. Modélisation(s) et perspectives comparées. (Programme quinquennal MSHA 2011-2015). Coordinateurs : Christine Bouneau et Jean-Paul Callède.

13 Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine & Faculté des sciences du sport et de l’éducation physique, 9-10 juin 2011. (73 p.). Colloque Activités de pleine nature, aménagements sportifs et développement durable : une question de « génération » ?, Programme général & résumés des communications (73 p.).

14 Quelques communications majeures manquent à l’appel. En particulier celle du philosophe Alain Arvin-Bérod, à l’intitulé suggestif, « 1796… 1896… La Terre : nouveau “terrain” de jeux sportifs ? », et celle d’Alain Schoeny et José Chaboche, « Golf et Développement durable : de l’aménagement sportif territorial à une prise de conscience collective pour un développement soutenable ». Elles méritent, si ce n’est déjà le cas, d’être publiées.

15 Ministère de la Culture et de la Communication, « Patrimoine culturel, patrimoine naturel ». Objectifs et orientations thématiques, Journées européennes du patrimoine, 20 et 21 septembre 2014, s. d. (8 p.).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540