Version classiqueVersion mobile

Lois naturelles et lois culturelles

 | 
Nicolas Zavialoff

XI. Il n’y a pas de substance pensante existant en soi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’Antiquité, on a, parmi une multitude d’hypothèses envisagées, établi un lien entre le mouvement des atomes et la pensée, on a supputé le rôle de la sensation comme fondement de la mémoire, du jugement, l’âme jouant un rôle intermédiaire ; on a considéré que les troubles du langage étaient dus, entre autres, à un fort degré d’humidité de la langue, puis a été dévolue à la pensée une certaine autonomie ; sensations ou pensée, progressivement et compte tenu des observations, ont été qualifiées en termes plus ou moins physiques, plus ou moins spirituels, la nature de ces derniers était rapportée cependant à des entités comme le souffle, le fluide, les esprits animaux, c’est-à-dire une force ou énergie en réalité indéterminée, circulant dans des tuyaux ou des ventricules du cerveau. Les sensations pouvaient être une sorte d’effluves qui proviennent des objets en gardant les formes de ces derniers (Bouton, 1984). C’est au XVIIe siècle, bien après le médecin grec Galien et les auteu...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search