Version classiqueVersion mobile

Lois naturelles et lois culturelles

 | 
Nicolas Zavialoff

VII. Le caractère physique des mots (le symbolisme phonétique)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les premiers éleveurs-agriculteurs ont usé de mots/phrases et l’internalisation de ces derniers – leur mise en forme interne (les lois culturelles agissantes), s’est effectuée à la suite des lois naturelles : est intervenue la même perception active, par des êtres vivants, des formes et des mouvements du monde environnant naturel (êtres et événements), perception qu’on peut interpréter comme des processus intellectifs et évaluatifs, cognitifs et émotionnels, repérables, au niveau du langage verbal, dans la production des formes et des « idées », par exemple, celles contenues dans les étymons reconstitués des langues indo-européennes ; ces idées adviennent suite à la sélection d’un ou plusieurs indices primaires des choses en soi : cf. l’idée de « visqueux », dans la chose « morve », est convertie en séquences phoniques à travers le ressenti corporel (MuK) ; cette chose nommée « muccus » permettant aussi de nommer l’action « muccare », devient un objet d’une certaine réalité culturel...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search