Version classiqueVersion mobile

Panel Florenski et l’Europe

 | 
Florence Corrado-Kazanski

Deuxième partie. Pavel Florenski et la culture européenne

Le père P.A. Florenski et le problème de la « présence du Divin » dans la musique1

Cвященниk П.A. Фʌоренский и пробʌемa «Божественного приcуtctbия» b музыкe

Konstantin Zenkin
Traduction de Marie Delacroix

Résumé

L’analyse et le développement des idées de P. Florenski sur la peinture, la sculpture et la musique invitent à tirer des conclusions sur les différents degrés de présence de la Lumière Divine dans les œuvres d’art : de la présence directe (le principe de l’icône) et indirecte (principe de la confession) à la présence hypothétique. La théorie créée par Messiaen des types de « musique sacrée » (musique ecclésiale, musique religieuse, son-couleur) éclaire de manière originale ce même problème.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Précisons d’entrée que Florenski a écrit principalement au sujet de l’impression dans l’art des images idéales – visages (liki)2, eidoi, se rapportant à la sphère de la Sophia – et non de l’essence divine en tant que telle. Mais Florenski insistait sur l’opposition entre, d’une part, un art qui mène à Dieu, et d’autre part un art qui en éloigne. En développant cette idée, on peut en élargir le diapason et, pour employer un terme tiré de l’œuvre d’O. Messiaen, poser précisément la question de la « présence du Divin », en gardant à l’esprit qu’il s’agit non pas d’une présence substantielle, mais exclusivement énergétique, signifiante.

La question de la « présence du Divin » (ou de son absence) doit être posée pour chaque forme d’art : si, en peinture et en littérature, on peut désigner directement Dieu, en musique, en revanche, le matériau est infiniment plus délicat. C’est pourquoi l’examen de la question en matière de musique permet d’exclure la substitution de la question de la prés...

Auteur

Docteur en histoire et théorie de l’art, professeur à la Faculté d’histoire de musique étrangère du Conservatoire d’État Tchaïkovski de Moscou, Russie.

Marie Delacroix (Traducteur)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search