Version classiqueVersion mobile

Panel Florenski et l’Europe

 | 
Florence Corrado-Kazanski

Deuxième partie. Pavel Florenski et la culture européenne

Hamlet de Florenski

Гамʌет Фʌоренского

Natalia Gamalova

Résumé

L’article du père Pavel Florenski « Hamlet » (1905) attire davantage par les questions qu’il pose que par les solutions schématisées et inspirées de la science mathématique qu’il propose. Hamlet de Shakespeare sert à Florenski d’illustration de la pensée dialectique, aussi bien que de méthode expérimentale appliquée qui devrait l’aider à définir le Beau. À ce dessein, Florenski se réfère à la tragédie de Sumarokov Hamlet pour lui attribuer, en vertu de son calcul variationnel, la place de l’extremum tout en bas de la courbe. Percer l’énigme du personnage d’Hamlet devient une tâche secondaire, à côté des problèmes majeurs de la littérature que soulève Florenski : les mythes littéraires, l’imitation, l’évaluation esthétique, le sens du tragique, l’adaptation théâtrale, le héros et ses actions. L’article de Florenski se présente lui-même comme une illustration de la pensée et de la dialectique paradoxales : les constructions mathématiques engendrent des affirmations que la critique littéraire considère habituellement comme non scientifiques.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’objet de notre brève étude est l’article de Pavel Florenski Hamlet. Cet article, d’une trentaine de pages, écrit probablement vers 1905, est publié pour la première fois en 19891. À l’instar de nombreuses études consacrées à Shakespeare, il reprend, dans son intitulé, le nom de la tragédie et du personnage éponyme, comme si cette simple répétition suffisait pour dire le thème, le problème et leur intérêt. Cet article est récemment paru en français aux éditions Allia avec une préface d’Enrico Ghezzi2.

La bibliographie des travaux dédiés à Hamlet commence à se constituer en Russie vers 1840. Au début du xxe siècle elle est extrêmement volumineuse : hommes de théâtre (Stanislavskij, Mixail Čexov), philosophes et critiques (Šestov, Vjačeslav Ivanov, Govoruxa-Otrok, Aničkov), artistes (Belinskij, Turgenev, Gončarov, Tolstoj, Blok, Annenskij), psychologues et psychiatres3 continuaient à prouver que le shakespearisme n’était pas « une mode passagère, comme le byronisme, mais un phénomène ...

Auteur

Docteur en littérature russe, maître de conférences à l’Université Lyon 3 - Jean Moulin.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search