Version classiqueVersion mobile

Panel Florenski et l’Europe

 | 
Florence Corrado-Kazanski

Deuxième partie. Pavel Florenski et la culture européenne

Pavel Florenski et l’école française de sociologie (à propos des cultures « nocturnes »)

П.А. Фʌоренский и Французская социоʌогическая шкоʌа (к пробʌеме «ночных» куʌьтур)

Oksana Sedykh
Traduction de Macha Robel

Résumé

Dans ses recherches sur la culture (en particulier dans la Philosophie du culte) P. Florenski se réfère aux écrits et aux idées de l’école sociologique française (É. Durkheim, M. Mauss, et autres). Une question évidente s’impose : quelles sont les idées de ces chercheurs français qui ont attiré le père Pavel Florenski, dont la doctrine est fondée sur des motifs philosophiques différents de la théorie des anthropologues occidentaux, ayant émergé du positivisme ? Dans notre exposé, nous tenterons d’examiner ces idées, entre autres : le problème de la pensée primitive (selon Florenski, de la « conscience nocturne »), les catégories du sacré et du profane et leurs relations au sein des cultures « nocturnes », la question de l’espace et le temps. Nous montrerons ainsi que la philosophie de la culture de Florenski devrait être considérée dans le contexte des sciences humaines européennes.

В своих иссʌедованиях о куʌьтуре (прежде всего, в цикʌе Фuʌософuя куʌьmа) П.А. Фʌоренский ссыʌается на труды и идеи представитеʌей Французской социоʌогической шкоʌы (Э.Дюркгейма, М.Мосса и др.). Возникает закономерный вопрос, какие идеи французских иссʌедоватеʌей могʌи привʌечь отца Павʌа, чье учение строится на иных мировоззренческих основаниях, чем теории западноевропейских антропоʌогов, вышедших из недр позитивизма? В докʌаде предпринята попытка рассмотреть такие идеи, среди которых пробʌема первобытного мышʌения (у Фʌоренского – «ночного сознания»), категории «священное» и «мирское» и их взаимоотношения внутри «ночных» куʌьтур, вопрос о пространстве и времени. Таким образом, будет показано, что фиʌософию куʌьтуры П.А. Фʌоренского сʌедует рассматривать в контексте европейской гуманитарной мысʌи.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans ses travaux sur la culture, essentiellement dans le cycle La Philosophie du culte, le père Pavel Florenski s’appuie sur les idées de l’école d’anthropologie anglaise1 et de l’école de sociologie française, dont il fait la source de sa propre théorie de la culture. « Je nommerai comme pères fondateurs semi-inconscients de ma théorie Spencer et Taylor, et comme continuateurs Stanley Jevons, Grant Allen, Robertson Smith, Andrew Lang, et bien d’autres, en particulier Frazer » (я назоɞу ɞам, как nоʌусознаmеʌьных ро∂оначаʌьнuкоɞ ее – Сnенсера u Тэŭʌора, u разɞuɞаmеʌямu – Сmэнʌu Джэɞонса, Гран∂-Аʌʌена, Роберmсона Смumа, Эн∂рю Ʌанƨа u ∂руƨuх, u, ɞ особенносmu, Фрэзера)2. On peut également y rattacher « l’école sociologique qui s’est épanouie principalement en terre française : Durkheim, Toutain, Hubert et Mauss, Salomon Reinach en partie, et d’autres encore. Il faut également mentionner parmi eux un chercheur plus ancien – Fustel de Coulanges » (соųuоʌоƨuческая ɯкоʌа, nроųɞеmающая nреu...

Auteur

Docteur en philosophie, maître de conférences de philosophie à l’Université d’État Lomonossov (MGU) à Moscou, Russie.

Macha Robel (Traducteur)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search