Version classiqueVersion mobile

Panel Florenski et l’Europe

 | 
Florence Corrado-Kazanski

Deuxième partie. Pavel Florenski et la culture européenne

La crise de la culture européenne et ses sources selon Florenski

Фʌоренский о кризисе европейской куʌьтуры и ero иctokax

Evgeniya Ivanova
Traduction de Françoise Teppe

Résumé

L’article est consacré à l’analyse des étapes de la formation « de la conception du monde de type médiéval » de Florenski. L’idée de la crise de la culture européenne dont la valeur principale, à partir de l’époque de la Renaissance, est toujours l’humanisme, apparaît assez tôt chez Florenski. Le premier pas dans cette direction a été fait pendant ses années de lycée liées à la désillusion quant au savoir scientifique. Ensuite, dans les années 1900, on trouve dans ses articles et ses lettres l’idée de l’inéluctabilité de la naissance d’une nouvelle conception du monde, dont le noyau sera la religion, la christologie. Au fond, toute l’activité de Florenski qui suit, y compris son ouvrage inachevé À la ligne de partage de la pensée, peut être considérée comme une étude approfondie et une réflexion sur les divers aspects de cette conception du monde sur la base de l’histoire et de la culture antique, une recherche du lien entre la culture et le culte, la littérature, l’étude de la perspective dans l’iconographie et dans la peinture. Notre exposé met en évidence la liaison entre les idées de Florenski et « le nouveau Moyen âge » de N. Berdjaev et montre les discussions autour du livre d’O. Spengler le Déclin de l’Occident.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La question de la relation du père Pavel Florenski à la culture européenne n’apparaît pas expressément dans son œuvre. Florenski ne pouvait soulever ce problème à part, puisqu’il voyait les sources de sa propre vision du monde dans la culture antique, et que de ce fait, il ne percevait pas sa vision du monde comme distincte, ou opposée à la culture européenne. Les fruits de cette dernière l’ont nourri tout au long de sa vie. Et il suffit de parcourir rapidement les notes de son œuvre principale, La Colonne et le fondement de la vérité, pour constater que la majorité d’entre elles fait référence à des textes étrangers. La pensée théologique européenne, largement représentée dans la bibliothèque de l’Académie ecclésiastique de Moscou, était à l’époque la source fondamentale de toute éducation, et se trouvait en permanence dans le champ de l’attention du père Pavel.

L’opposition de deux types de culture (celle du Moyen-Âge et celle de la Renaissance) à l’intérieur de la culture européen...

Auteur

Chercheur à l’Institut de littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search