Version classiqueVersion mobile

Panel Florenski et l’Europe

 | 
Florence Corrado-Kazanski

Première partie. Pavel Florenski et la tradition philosophique européenne

La réception des idées de P. Florenski dans la Suède contemporaine

Восприятие идей П. Фʌоренского в современной Швеции

Irina Danilova
Traduction de Florence Corrado-Kazanski

Résumé

Il existe un réel intérêt pour la philosophie russe en Suède. Un nombre important de livres et d’essais de N. Berdjaev, V. Losskij, V. Soloviev, L. Šestov ont été récemment publiés. Malgré cela, les recherches de Florenski dans le domaine de la religion et de la philosophie ne sont toujours pas accessibles au public en Suède. Seuls deux chercheurs étudient les travaux de Florenski : Per-Arne Bodin and Tove Andersson. Jusqu’à maintenant, un seul livre de Florenski, Le sel de la terre, a été traduit en suédois par Anna Smidhammar (1994).
Cet article veut analyser la manière dont les idées de Florenski sont comprises dans la littérature suédoise et dans les conférences de l’Église suédoise. Mais il s’agit aussi d’une étude des problèmes concernant la traduction de la langue du philosophe en suédois.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La question de la réception des idées de P. Florenski en Suède relève d’un champ de réflexion plus large concernant la spécificité des relations culturelles entre la Suède et la Russie, le type d’intérêt pour la culture russe tel qu’il apparaît dans les questionnements des chercheurs.

Le nom de Pavel Florenski est rarement cité dans les travaux des slavistes suédois. Et lorsqu’il est cité, c’est le plus souvent dans le cadre d’une réflexion sur la spiritualité russe, l’originalité des rites et du contenu de la liturgie dans l’Église orthodoxe, sur les icônes et la langue de l’iconographie, mais aussi dans le cadre d’une réflexion sur la spécificité de la pensée russe. On trouve une attention particulière à l’œuvre de P. Florenski dans les travaux de deux chercheurs : Per-Arne Bodin, professeur de l’Université de Stockholm, qui étudie depuis plus de vingt ans la culture russe et analyse les idées de P. Florenski dans ce contexte, et Tuve Andersson, qui a consacré un livre au système d...

Auteur

Docteur ès lettres, maître de conférences à l’Université de Göteborg (Suède).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search