Version classiqueVersion mobile

Panel Florenski et l’Europe

 | 
Florence Corrado-Kazanski

Première partie. Pavel Florenski et la tradition philosophique européenne

Pavel Florenski : une personnalisation du platonisme1

Павеʌ Фʌоренский : персонаʌизация пʌатонизма

Vladislav Chapochnikov
Traduction de Florence Corrado-Kazanski

Résumé

L’enjeu de l’exposé est de souligner l’interprétation spécifique que fait P. Florenski des termes d’« idée » et de « personne » dans leur interrelation, et de montrer dans quelle mesure il peut être considéré comme « platonicien », et comme « personnaliste », étant donné que ces deux termes peuvent prendre des significations assez variées. P. Florenski comprend le platonisme de manière très large, et pour lui le personnalisme n’est pas une opposition au platonisme, mais au contraire, il approfondit et précise la position de Platon. Florenski tente de comprendre l’idée-forme comme personne et la personne comme idée-forme. Dans cette approche de l’« idée », il suit les traces de Vladimir Soloviev, et développe l’« idéalisme concret ». Cependant, particulièrement dans son œuvre plus tardive, Florenski passe de l’idéalisme de Soloviev au réalisme, et crée un système de concepts aux nuances personnalistes, comprenant du reste un certain nombre de difficultés internes.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. La visée de cet exposé est de montrer les particularités de l’emploi et de la compréhension par P.A. Florenski des termes « idée » (ideja) et « personne » (ličnost’) dans leur interrelation, et, sur cette base, de répondre à la question suivante : dans quel sens Florenski peut-il être considéré comme « platonicien » ou « personnaliste », étant donné que ces deux termes sont assez polysémiques ?

Le platonisme et le personnalisme s’opposent souvent, comme par exemple chez Nikolaj Berdjaev (l’un des penseurs qui critiquent le plus Florenski dans la Russie d’avant la révolution). De ce point de vue, l’expression « personnalisation du platonisme » sonne comme un oxymore. Mais il ne s’agit pas de la seule approche possible.

Pour Florenski, le personnalisme développe et précise la position de Platon, sans s’y opposer. Et cela est logique, puisqu’au fondement de la perception du monde chrétienne se trouve la figure du Christ, de Dieu qui s’est fait homme concret. Les eidoi pour Florenski e...

Auteur

Docteur en philosophie, maître de conférences à la Faculté de philosophie de l’Université d’État de Moscou (MGU), Russie.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search