Version classiqueVersion mobile

Panel Florenski et l’Europe

 | 
Florence Corrado-Kazanski

Première partie. Pavel Florenski et la tradition philosophique européenne

Les perspectives offertes par l’« absence de perspective » : la théorie de P. Florenski relative à la corrélation mutuelle entre les procédés picturaux et linguistiques

Перспективность «не- перспективности» (Теория П. Фʌоренского о взаимокорреʌяции живописных и языковых приемов)

Lioudmila Gogotishvili
Traduction de Marie Loisy

Résumé

La thèse de la présence de projections réciproques entre les procédés de la peinture et du discours (représentation et expression) constitue le cœur du thème florenskien des diverses interactions des « espaces psychophysiologiques » et de leur influence sur l’activité culturelle. Dans ses postulats terminaux est affirmée « l’équivalence de l’icône et du sermon », la proximité entre la construction de schèmes verbaux, l’onomatoclasme et la perspective directe d’une part, et d’autre part la proximité entre la perspective inversée et le discours « circulaire », le symbolisme et la dialectique. De plus, c’est justement dans cette sphère (en lien avec l’interprétation d’une complexité principielle de la nature des projections réciproques entre les procédés de la peinture et du discours) qu’est localisée la source perpétuellement pulsatile du développement et, comme on peut le supposer, de l’autocorrection de la position de Florenski. En analysant ces corrélations, Florenski a constamment fixé les vides et les inadéquations liés à « l’éloignement » de la vision et de l’ouïe, et peut-être à la tension correspondante entre la théorie de la perspective inversée et l’onomatodoxie. Sur la base de l’analyse comparative d’une série de procédés de la représentation et de l’expression est fondé un principe commun de leur interrelation : si les procédés de la perspective inversée en peinture sont immédiatement accessibles au sens de la vue, les projections verbales par principe ne le sont pas. Est proposée l’hypothèse selon laquelle l’inadéquation interne de la projection réciproque des procédés de la peinture et de l’expression telle que la décrit Florenski s’efface si l’on renonce à l’idée de la signification métaphysique directe de l’aspect sensible du mot. Cette conclusion est considérée comme étant présente de manière implicitement antinomique dans la théorie de Florenski lui-même, et comme étant d’une grande portée théorique pour les discussions actuelles concernant la linguistique et la philosophie de la langue en général.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Fort des modifications et des développements qu’il ne cessait d’apporter à ses idées, P.A. Florenski a soulevé de nombreuses questions qui alimentent aujourd’hui encore polémiques et débats. J’aborderai l’une d’entre elles, les corrélations entre les procédés linguistiques et picturaux, ainsi que le principe générateur du texte correspondant, et privilégierai à cette fin une perspective philosophique et linguistique qui laissera de côté les aspects religieux et idéologiques.

Il paraît évident que Florenski avait envisagé des projections réciproques entre l’ensemble des organes des sens et l’espace psychophysiologique. Mais la représentation et la langue constituent ici la source et le cœur de ce sujet : ils sont à l’origine de l’idée récurrente de Florenski soulignant la nécessité de changements radicaux dans la pratique linguistico-intellectuelle de l’époque. Nul besoin de préciser que la question des stratégies discursives deviendra dominante dans la pensée humaine au cours des déc...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search