Version classiqueVersion mobile

Panel Florenski et l’Europe

 | 
Florence Corrado-Kazanski

Première partie. Pavel Florenski et la tradition philosophique européenne

L’antinomie dans la vision du monde de P.A. Florenski et les traditions européennes

Антиномизм в мировоззрении о. Павʌа Фʌоренского и европейские традиции

Viktor Troitsky
Traduction de Marie Loisy

Résumé

L’antinomie pénètre à la fois l’ontologie de Florenski (rapports de la continuité et du discret, de l’ultime et de l’éternel [l’infini], doctrine de la limite et du passage [transition]), sa théodicée (antinomie de La Colonne) et surtout son anthropodicée (antinomies de la langue et du symbole, corrélation entre la culture et le culte, philosophie de l’économie). Il s’est fait connaître comme un vrai platonicien et dialecticien, après transformation chrétienne, bien entendu. Il existe une affinité entre la philosophie de Florenski et celle de Nicolas de Cues, jusqu’à leur penchant commun pour la géométrie dans l’énoncé des idées dialectiques. On peut comparer sa philosophie à la philosophie de Kant qui a reçu des éloges pour « son grand mérite moral » d’avoir découvert les limites du rationalisme (« Antinomies cosmologiques d’Emmanuel Kant »). Au début du xxe siècle l’intérêt pour le problème de l’antithèse a grandi en Europe occidentale : les œuvres de K. Gross et de P. Hofmann en Allemagne, en France – Ch. Renouvier et G. Tarde. Ils ont préparé la popularité du principe « de l’opposition binaire », qui n’était pour Florenski que le fruit “de la dialectique stérile”.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’antinomie est présente dans presque tous les thèmes et les tendances qui traversent l’œuvre de P.A. Florenski. Caractéristique, elle joue un rôle essentiel dans toutes les tâches fondamentales que s’est fixées le philosophe, que ce soit dans sa théodicée (le caractère antinomique de l’œuvre théologique principale de l’auteur, La Colonne et le Fondement de la Vérité, est manifeste), dans sa cosmologie (chez Florenski, les rapports entre le continu et le discontinu, le fini et l’infini, le temporaire et l’éternel, l’étude de la frontière et de la transition sont antinomiques) ou, plus particulièrement, dans son anthropodicée (le caractère antinomique des symboles, du langage et de la pensée, les rapports antinomiques fondamentaux entre la culture et le culte religieux, l’antinomie de la philosophie de l’économie). Lorsqu’il aborde les antinomies, leur acception, la conception de leur rôle et de leur place dans la connaissance, P.A. Florenski (dans l’histoire de la pensée) agit de to...

Auteur

Chercheur rattaché à la Bibliothèque d’histoire de la philosophie et de la culture russes (« Maison Losev » de Moscou), Russie.

Marie Loisy (Traducteur)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search