Version classiqueVersion mobile

Panel Florenski et l’Europe

 | 
Florence Corrado-Kazanski

Première partie. Pavel Florenski et la tradition philosophique européenne

Le thème du « rationalisme » de la Nouvelle Europe chez Pavel Florenski et Vladimir Èrn : quelques aspects

Тема новоевропейского «рационаʌизма» у П.А. Фʌоренского и В. Ф. Эрна: некoторые аспекты

Oleg Martchenko
Traduction de Françoise Teppe

Résumé

L’exposé est consacré au contenu de la notion de « rationalisme » (de « ratio ») qu’avaient en vue Pavel Florenski et son ami et collaborateur Vladimir Èrn, quand ils parlaient de la philosophie européenne moderne. Dans le contexte de leur pensée ce contenu est assez specifique. Selon Èrn la ratio est une autodétermination fausse de la raison, donnée par la philosophie moderne. Les sources de la ratio sont dans la scolastique, aussi bien que dans l’humanisme de la Renaissance et de l’individualisme religieux de la Réforme. Mais le moment crucial en est l’individualisme métaphysique et épistémologique de Descartes. La ratio cartésienne s’achève chez Kant, Hegel et chez les néokantiens. La ratio est une fiction, une illusion et c’est pourquoi le méontisme (du grec me on – non-existant) et l’impersonalisme lui succèdent. Quant à Florenski, il relie la ratio au perspectivisme de la Renaissance. « Le perspectivisme est une expression du méontisme et de l’impersonnalisme ».

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1. Avant de parler du thème du « rationalisme » de la Nouvelle Europe chez P.A. Florenski et V.F. Èrn, il faut dire quelques mots sur les relations qu’entretenaient ces deux penseurs. Ils furent non seulement des amis lors des années de lycée, mais aussi des compagnons d’idées et de luttes1. C’est précisément ce qu’évoque Florenski dans une notice nécrologique rédigée pour Èrn précocement disparu :

Toi et moi nous avons fait nos études ensemble depuis la 2e classe de lycée ; nous avons partagé une chambre lors de nos années d’université, et par la suite nous nous fréquentions souvent ; ensemble nous nous enthousiasmions pour des tas de choses qui nous étaient très chères ; ensemble nous nous enflammions avec des rêves qui ont cristallisé ensuite nos convictions existentielles ultérieures ; il y a peu de pensées, probablement, qui n’aient transité par une discussion commune. Notre vie à tous deux était remplie par des intérêts philosophiques, et comblée par un sentiment ardent de prox...

Auteur

Docteur en philosophie, professeur à la Faculté de philosophie de l’Université d’État des sciences humaines (RGGU) à Moscou.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search